Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

Corps sportif et dopage : le risque d’altération de l’identité

Anne Marcellini , Éric de Léséleuc , Sylvain Ferez , Élisabeth Lê-Germain et Céline Garcia

Résumés

Une enquête par entretiens semi-directifs auprès d’athlètes de haut niveau a été menée pour mettre en évidence les positions éthiques des sportifs d’élite vis-à-vis du dopage sportif, et les systèmes argumentaires mobilisés pour les justifier. Les résultats mettent en évidence les axes symboliques qui structurent les représentations des différentes aides ergogéniques et qui permettent de définir ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas du point de vue du sportif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce programme de recherche franco-québécois, « Dopage et performance sportive : réflexion éthique s (...)

1Les travaux dont nous allons ici rendre compte s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche franco-québécois1. Préoccupés par le développement des pratiques de dopage sportif, différents ministères québécois ont souhaité favoriser la compréhension de ce phénomène qui, pour les responsables politiques, pose problème aussi bien du point de vue de la loi et de l’éthique publique que de celui de la santé publique. Une enquête sociologique de terrain sur le dopage comme aide ergogénique à l’intérieur des processus de production des performances a donc pu être menée auprès d’athlètes de haut niveau.

  • 2  C. Louveau et al., Dopage et performance sportive. Analyse d’une pratique prohibée, Paris, Insep, (...)
  • 3  Voir P. L. Berger et T. Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 1996 (...)

2Aucune définition a priori du dopage n’a été posée pour mener cette recherche. Ce choix de départ renvoie à une position épistémologique en sciences humaines et sociales qui exige une vigilance envers les relations chercheur-objet de recherche, mais également chercheur-sujet étudié, en particulier dans l’étude des « pratiques prohibées2 ». Il fait écho également à une posture constructiviste selon laquelle l’élucidation des conduites et des comportements humains passe par la mise au jour des systèmes de représentations symboliques qui, de nature individuelle et collective, se construisent dans l’interaction sujet-environnement et structurent l’homme dans sa relation au monde3. En d’autres mots, notre recherche s’inscrit dans un courant socioanthropologique marqué par le projet de comprendre les visions plurielles du monde qui sous-tendent les opinions, attitudes, prises de position, jugements éthiques et les conduites vis-à-vis de tel ou tel objet.

  • 4  F. Laplantine, Anthropologie de la maladie, Paris, Payot, 1986, p. 22.

3Cet article vise à mettre en évidence les différents systèmes argumentaires qui soutiennent la définition de la légitimité ou de l’illégitimité des pratiques et aides ergogéniques (dont le dopage) chez les athlètes de haut niveau. Pour paraphraser François Laplantine, on peut dire que « [c]’est moins le dopage objectif, tel qu’il peut être défini et mesuré par la biomédecine scientifique qui retiendra notre attention que l’idée de dopage. C’est moins le dopage constaté, par exemple par les analyses de laboratoires, que l’idée que les sportifs se font du dopage4.» Il s’agira donc de mettre au jour les limites qui définissent l’acceptable et l’inacceptable des aides considérées comme ergogéniques pour ces sportifs, et de comprendre comment se sont construites, pour eux, les frontières entre le licite et l’illicite, le légitime et l’illégitime.

  • 5  J.-P. Pourtois et H. Desmet, Épistémologie et instrumentation en sciences humaines, Sprimont, Mard (...)
  • 6  Des athlètes handicapés ont été retenus ici pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’ils semblent (...)

4La recherche a été menée au travers d’une enquête par entretiens individuels de type semi-directifs en face à face, enregistrés et intégralement retranscrits. L’échantillon d’étude a été défini dans le respect du principe de diversité et clos par le principe de saturation des discours5. Les vingt-cinq athlètes interrogés répondaient tous au critère de sélection suivant : un engagement (actuel ou antérieur) dans une pratique sportive compétitive intensive et de haut niveau. Le critère de diversité de la situation des athlètes en termes de phases d’accès et de sortie du sport d’élite a été retenu pour assurer une hétérogénéité à la fois des générations interviewées et des expériences de pratique. On peut expliquer ce choix en disant que la période historique de pratique au plus haut niveau, le fait d’être actif ou non au moment de l’étude, la réussite avérée, non encore advenue ou l’échec sont des facteurs qui permettent de comprendre et d’expliquer les variations de position éthique vis-à-vis de l’usage des aides ergogéniques. Nous avons donc construit trois groupes cibles : les jeunes espoirs, les athlètes actuellement en activité et ceux qui ont terminé une carrière sportive internationale ou quitté le sport d’élite prématurément. Il est à noter que parmi ces groupes des athlètes handicapés ont également été retenus6 et que d’autres critères de diversité classiques ont été appliqués, principalement le sexe, l’âge, le type de sport (individuel ou collectif).

  • 7  A. Blanchet et A. Gotman, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Bordas, 1997.

5Les retranscriptions des entretiens ont fait l’objet d’une analyse de contenu thématique simple qui a permis d’identifier des thèmes communs à l’ensemble. On y a repéré les représentations collectives attachées aux aides ergogéniques des athlètes interviewés. Ensuite, une analyse des relations par opposition7 a mis au jour les structures d’opposition récurrentes utilisées par les athlètes pour exprimer leurs positions à l’égard de différents types d’aides ergogéniques. L’analyse de ces structures d’opposition servira à faire apparaître les systèmes symboliques sous-jacents aux positions éthiques des athlètes.

« Il faut avoir les qualités »

6Les discours des athlètes sur les aides ergogéniques sont saturés de l’évocation de l’« entraînement », pratique intrinsèque au sport, au point d’apparaître comme l’essence même du sport de haut niveau. Mais l’entraînement est systématiquement présenté en relation avec « une base biologique » du sportif, affirmée comme point de départ indispensable à un engagement dans le sport de haut niveau.

7L’utilisation d’aides ergogéniques « quand on n’a pas les qualités » ou « quand on a les qualités » n’a pas du tout le même sens, et l’on peut dire qu’avant même de parler d’aides ergogéniques, l’engagement dans le sport de haut niveau est généralement considéré comme légitime uniquement pour « ceux qui ont les qualités ». L’importance unanime accordée au « don », aux qualités de la structure physique de celui qui vise la haute performance sportive, mérite un approfondissement. Être « doué », « avoir les qualités », « avoir le potentiel », « être prédisposé » ou encore « posséder des aptitudes physiques » : ce type d’affirmations est le plus souvent associé à la notion de nature, mais a vec des nuances intéressantes. La nature, le naturel, c’est d’abord bien sûr le biologique, l’héréditaire, le génétique. À ce titre les « qualités sportives » sont contenues dans l’identité biologique du sujet, donc dans ses organes, ou encore dans son sang. Mais c’est aussi l’environnement naturel de vie (l’altitude, par exemple) et le mode de vie (devoir marcher ou courir pour se déplacer) qui donnent « des qualités ». Ces « qualités naturelles » sont en fait définies en opposition radicale aux moyens mis en œuvre pour optimiser la performance dans le cadre sportif, elles sont donc « préalables » en quelque sorte aux stratégies d’entraînement de l’athlète. Les qualités, c’est ce qui produit la performance « naturelle », avant qu’on ait fait quoi que ce soit de volontaire pour l’améliorer, y compris s’entraîner ; bref, avant toute intervention ergogénique.

8Comme l’explique une ancienne athlète de haut niveau, les qualités, c’est ce qu’on a « comme ça » : « L’année où je suis entrée en sport-études, je suis passée à l’entraînement structuré en athlétisme, ce que je n’avais jamais fait. En fait, je faisais des tests [les évaluations de sélection] sur mes qualités, comme ça…» Les qualités, préalables à tout entraînement, renvoient au sujet dans sa singularité, son exceptionnalité, son identité personnelle et biologique. Ici se construit le premier axe de légitimité du champion et de sa performance : le champion est avant tout un individu singulier qui sort de la masse au regard de ses qualités particulières. Si l’entraînement et l’ensemble des aides ergogéniques sont accessibles à tous, la définition du champion est pour tous les athlètes interviewés fondamentalement liée aux qualités individuelles premières qui le distinguent des autres. Elles sont nécessaires, mais cependant pas suffisantes.

9Un autre élément apparaît de façon récurrente dans les discours, toujours distingué des « qualités de départ », ce sont les « capacités d’entraînement ». Il est clair en effet, dans ces discours, que l’on peut avoir les unes sans avoir les autres et inversement. Bien que l’on ne puisse dire avec assurance que ces capacités sont, au même titre que les « qualités », de l’ordre du « naturel » ou encore de l’inné, elles semblent toutefois également préalables à l’entraînement et aux pratiques ergogéniques, et conditionnent l’usage de ceux-ci. C’est ce qu’affirme un ancien champion du monde d’escalade : « Il y a le potentiel de départ, et puis après il faut avoir la capacité mentale et physique de supporter de telles charges d’entraînement et surtout pour pouvoir maintenir un entraînement à long terme. Ça demande un mental qui est très exigeant. S’entraîner à fond pendant des années, c’est pas facile. »

10Cette capacité de supporter les charges d’entraînement est envisagée par les interviewés dans sa dimension physique (capacité du corps à supporter la douleur) et dans sa dimension psychique. Elle est présentée comme un médiateur essentiel entre les « qualités » initiales et les pratiques ergogéniques classiques mises en œuvre dans tout projet d’optimisation de la performance sportive aussi bien que dans les pratiques considérées comme du dopage.

Les procédés ergogéniques légitimes et classiques du sport de haut niveau

11Pour les athlètes, parler des techniques ergogéniques qu’ils considèrent comme légitimes, c’est finalement définir ce qu’est le sport de haut niveau dans sa quotidienneté. L’entraînement, comme procédé ergogénique, est retracé dans son évolution au cours du temps, dans sa montée en puissance, en fréquence et en intensité avec l’âge, les catégories sportives, les institutions sportives fréquentées et le niveau de performance. La description de l’entraînement fait émerger un premier axe, qui met en opposition le simple sport (désigné parfois comme « amateur ») et le sport de haut niveau, ou encore la « fausse » compétition sportive et la « vraie », qui sont présentées comme deux mondes bien distincts, habités par des normes différentes, que les sujets respectent dans leurs différences. Cela signifie que le jugement éthique au regard de telle ou telle pratique ergogénique va varier selon le monde dans lequel elle s’observe, et qu’elle pourra être inacceptable dans l’un et acceptable dans l’autre.

12Le sport de haut niveau est reconnaissable en premier lieu à l’augmentation des charges d’entraînement, qui pour beaucoup est associée à des atteintes du corps (blessures, usures, etc.). En effet, les interviewés ont tous une connaissance très précise de la quantité d’entraînement actuellement assumée par les sportifs de haut niveau, et l’associent à une augmentation des traumatismes, construisant ainsi une opposition entre le « sport santé » et le « sport de haut niveau ».

13Une autre opposition décrit les deux mondes dont on parle : celle du « sport plaisir » et du « sport rigueur », ou du « sport souffrance », selon les interlocuteurs. Le monde du sport santé, du sport « normal », est celui de la compétition ludique ou même jugée « factice », auquel on associe le plaisir et la liberté ; c’est un monde sympathique, disent-ils, « bon enfant ». À l’autre bout se situe le monde de la vraie compétition de haut niveau, de la professionnalisation dans les sports où le plaisir est plus lointain. La recherche de la performance et du dépassement qui caractérise ce monde se conjugue avec la souffrance et la rigueur dans des entraînements toujours plus intensifs et fréquents. Bien sûr, le sport de haut niveau n’est pas exempt de plaisir pour ces athlètes, mais en regard du sport « normal » il est caractérisé par une perte du plaisir.

14Cette facette assez sombre du sport de haut niveau (rigueur, contrainte, souffrance, intensité, risques pour la santé) nous sera utile pour comprendre les positions éthiques des sujets au regard des aides ergogéniques et du dopage.

15De plus, dans ce discours sur l’entraînement, une distinction entre entraînement technique ou tactique et entraînement physique émerge toujours, qui range la pertinence du dopage essentiellement du côté de la recherche de puissance physique et l’oppose à l’apprentissage et au travail technique. L’opposition qui s’organise ici autour de la question du dopage renvoie à un régime d’opposition plus fondamental dans lequel l’intellect (technique, tactique) s’oppose au corps (puissance, force, endurance), l’artistique au physique, le qualitatif au quantitatif. On retrouve aussi cette opposition dans la distinction que font certains entre sports techniques ou stratégiques et sports de puissance, mais elle n’est que de surface, puisque d’une manière générale, le « haut niveau » est défini comme le monde dans lequel, justement, quel que soit le sport considéré, on rencontre l’entraînement physique scientifique et planifié produisant une optimisation des capacités physiques.

16Être un athlète de haut niveau doit ainsi être compris comme signifiant que, d’une part, « on a les qualités » et que, d’autre part, on entre dans ce monde spécifique marqué par le travail physique, la contrainte, où les risques pour la santé et la perte de plaisir sont reconnus. Il y a donc une articulation fondamentale entre le « naturel » des qualités premières et le « construit » par les aides ergogéniques. Cela est essentiel pour comprendre comment sont envisagées les différentes aides ergogéniques que peut utiliser un athlète de haut niveau et les jugements dont celles-ci font l’objet.

17La diététique (ou le suivi nutritionnel), par exemple, est envisagée comme aide ergogénique, et acceptée comme contrainte du monde du sport de haut niveau. Le régime est « sain », « strict », « réfléchi », « rigoureux », « documenté », « scientifique » et s’oppose à une alimentation « incontrôlée », ou « dérégulée ».

18De la même manière, la douleur et la blessure doivent être dépassées par l’athlète qui ne peut se laisser aller. Il doit « se forcer », « apprendre à aller au-delà de la douleur », « se forger le caractère », car c’est « faire le métier ». Cette distanciation vis-à-vis de la douleur est intimement reliée à une problématique temporelle du « métier » : prendre le temps de se soigner vraiment, c’est arrêter l’entraînement, choisir une médication rapide et soutenir la douleur, c’est continuer l’entraînement.

19Un ancien footballeur professionnel explique clairement comment le monde du sport de haut niveau constitue un contexte très particulier pour l’évaluation des aides ergogéniques : dès lors que l’on veut faire du « vrai » sport de haut niveau, dit-il, il s’agit tout d’abord d’apprendre (« on a fait notre éducation sportive ») et ensuite de « faire le métier ». Et l’on comprend que c’est dans « le milieu », comme disent les cyclistes, que ce métier s’apprend.

  • 8  K. Bette et U. Schimank, « Sportlerkarriere und Doping », dans Doping im Leistungssport Sozialwiss (...)

20« Faire le métier », c’est s’engager « totalement » dans ce monde, et donc dans la mise en œuvre de toutes les aides complémentaires disponibles. Pour beaucoup d’athlètes, cela s’exprime par la mise en tension de deux stratégies de vie bien distinctes, l’une consistant à « consacrer toute sa vie au sport », à utiliser « tous les moyens », et l’autre à « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». Cette tension, toujours forte, est entretenue par le système sportif et associée par de nombreux athlètes à la vulnérabilité au dopage, ce que Karl Bette avait souligné en évoquant à ce sujet le « cercle vicieux8 ».

Dopage : légitimation ou stigmatisation de l’aide ergogénique

  • 9  Qu’il s’agisse des parents ou des sportifs, les discours sur l’usage de la fameuse « liste » offic (...)

21Mais de quoi parlent les athlètes lorsqu’ils parlent de dopage ? Les résultats montrent très clairement qu’au-delà de la définition réglementaire du dopage, qui se résume pour eux à l’évocation de « la liste9», certaines aides ergogéniques sont considérées par certains comme du « vrai » dopage, alors que d’autres hésitent à les qualifier ainsi et que d’autres encore trouvent totalement ridicule de penser qu’il s’agit là de dopage. L’attitude éthi-que individuelle, au-delà du règlement, s’exprime ainsi par la mise en place d’une distinction entre le « vrai » dopage (celui qu’on ne pourrait accepter) et un autre dopage qui serait faux, ou pour mieux dire « bidon », en tout cas pas condamnable (et qu’il conviendrait d’accepter par évidence). Cette expression très riche des sujets sur le « vrai » et le « faux » dopage fait ressortir des jugements éthiques non pas seulement à propos des aides ergogéniques actuellement disponibles ou connues des athlètes, mais aussi des aides techniques envisageables dans le futur au regard des progrès biomédicaux et biotechnologiques largement diffusés par les médias. À partir de cela, les principes sous-jacents de définition du « vrai » dopage sont apparus de façon récurrente au travers d’un certain nombre d’oppositions. De manière générale, l’aide ergogénique commence à être qualifiée de dopage par nos interviewés dès lors que sa légitimité est estimée douteuse. On peut donc dire que, selon le sens commun du groupe étudié, le dopage se définit comme ce qui n’est pas jugé légitime d’utiliser en sport, plutôt que ce qui est interdit. Voyons maintenant ces principes qui structurent les discours sur les aides ergogéniques et qui permettent aux sujets de conclure à la légitimité ou à l’illégitimité de telles pratiques.

La question de l’atteinte au corps et de l’atteinte identitaire

22Les méthodes dites « invasives » (injections) sont considérées la plupart du temps comme problématiques par les sportifs, contrairement à l’ingestion, qui ne pose pas problème. C’est l’« effraction » du corps qui est rejetée, car ce qu’elle implique (piqûres, seringues, médecine) et ce qu’elle connote (la maladie) sont jugés illégitimes dans le monde sportif. Dans le même ordre d’idées, tout ce qui peut ou est supposé affecter la santé, provoquer des pathologies graves ou une mort prématurée (comme en témoignent ces expressions très fréquentes et crues : « se bousiller », « se tuer », « devenir à moitié fou », « crever ») se voit discrédité assez violemment (cependant plus par les anciens sportifs que par les jeunes).

23Le recours à une « couverture » médicale comme soin, protection contre la maladie et même la mort est jugé selon l’opposition entre médical officiel, qui à ce titre est légitime, et tout ce qui ne relève pas du médical (c’est-à-dire n’est pas géré par des médecins ou du personnel paramédical), considéré donc comme illégitime.

24On le voit, le rapport au médical, à la médecine, est assez ambigu ; on en espère des conseils, de l’aide et on lui fait confiance, tout en refusant de se soumettre à des pratiques qui, au niveau symbolique, sont fortement associées au statut de malade. Cette attitude délicate à l’égard de la médecine et des pratiques médicales se retrouve dans la nuance proposée par les athlètes entre les conduites dites « dopantes » et celles qui ne le seraient pas.

  • 10  Sondage de L’Équipe, 2001.
  • 11  L. Sfez, La santé parfaite, critique d’une nouvelle utopie, Paris, Seuil, 1995.

25Les expressions « conduite de dopage » et « conduite dopante » sont utilisées par les interviewés pour décrire des attitudes ou des comportements qui dénotent soit une initiation à la pratique de dopage, l’athlète n’est alors pas encore considéré comme se dopant réellement, soit une constante disposition à une pratique de ce type. Cet usage de la notion de conduite dopante se rapproche donc très fortement de l’expression médicopsychologique « conduite addictive » (et en est vraisemblablement dérivé), car on peut aussi désigner comme telle une conduite dans laquelle l’addiction n’est pas forcément avérée. Le plus intéressant ici est de comprendre que, pour les athlètes, cette notion renvoie directement à quelque chose d’appris, provenant soit du « milieu » sportif, qui transmet cet « habitus », soit de façon plus profonde du milieu familial, qui favorise ou au contraire inhibe l’adoption d’une conduite dopante. Pour la plupart des athlètes, la conduite dopante est à distinguer de l’usage de compléments nutritionnels, vitaminés, etc., qui sont presque indispensables puisque rééquilibrateurs des carences produites par le sport de haut niveau, ou encore celui de médicaments en cas de maladie. Bref, c’est la fonction du produit ou de la technique, ou plutôt l’intention avec laquelle le produit ou la technique sont utilisés qui déterminent s’ils seront considérés ou non comme une « conduite dopante », indépendamment de leurs caractéristiques. Ce qui entre en conflit ici c’est la fonction de réparation-rééquilibration et la fonction d’amélioration de la performance. Cette opposition, déjà repérée dans la population en général10, est également largement répandue chez les sportifs. Il convient vraisemblablement de la relier à la valorisation extrême de la santé dans les sociétés modernes occidentales qui a été analysée par Lucien Sfez11. En effet, elle confirme l’idée selon laquelle les biotechnologies et leurs applications aux êtres humains (réparation du corps) sont d’ores et déjà acceptées et peu discutables d’un point de vue éthique. C’est uniquement l’idée d’un usage ergogénique de ces technologies qui, pour certains interviewés, pose un problème éthique, au même titre que le médicament d’ailleurs ou la chirurgie utilisés aux mêmes fins. C’est donc essentiellement l’articulation entre médecine et ergogénie sportive qui crée le conflit éthique. Et c’est ici peut-être que notre travail peut se révéler le plus utile. Car si cette opposition entre réparation et amélioration de l’humain a déjà été repérée, ce sont ses significations profondes qui nous intéressent et ses liens avec le social.

  • 12  G. Vigarello, Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Laffont (...)

26Certes, historiquement, le sport a déjà donné lieu à de longues discussions concernant la légitimité ou l’illégitimité de certaines aides techniques à la performance, la plus connue étant celle sur les vitesses et le dérailleur en cyclisme. Nous savons que le débat a été tranché en faveur de l’aide technologique pour l’amélioration de la performance, comme dans de nombreux cas ensuite12.

27Mais ici nos données font surgir une question quelque peu nouvelle, qui est celle de l’amélioration non pas seulement de la performance et de l’outil technique, mais de l’humain censé produire la performance. Et dans cette amélioration, un point précis se dessine et émerge de façon récurrente dans les propos recueillis : c’est celui de « l’être », du « soi », du « moi », ou de l’« identité », et de son atteinte, ou encore de sa falsification dans son essence même, l’opposition significative étant celle d’être soi ou de ne plus être soi.

28Le doute glisse de la falsification de l’épreuve, de la manipulation du matériel ou de la « fausse » performance à l’idée de la falsification de l’humain, c’est-à-dire plus précisément de la manipulation du corps biologique. Plusieurs axes d’opposition sous-tendent ce thème, sur lesquels se cristallisent les limites éthiques construites par les sujets. Par exemple, la dépendance physique, l’addiction associées à la drogue sont liées à la folie, au suicide, à la perte de contrôle du sujet, et cette dépendance du corps à un produit extérieur est fortement refusée car elle conduit à une situation dans laquelle le sujet « n’est plus lui-même ». À l’inverse, un produit qui ne créerait pas de dépendance physique ou qui entraînerait une simple dépendance psychologique (« quand tu penses que tu ne peux pas gagner sans le produit, c’est juste psychologique »), la plupart du temps minimisée, est beaucoup plus acceptable, dans le sens où le sujet « reste lui-même ».

29La question du caractère « naturel » des procédés ergogéniques utilisés par les sportifs revient très souvent dans les discours. On trouve en premier lieu une opposition entre le naturel et l’artificiel concernant les environnements d’entraînement. On oppose, par exemple, le lac à la piscine, ou encore la montagne aux caissons hypoxiques. Si le caractère artificiel de l’environnement est connoté négativement, il n’est cependant pas appréhendé comme posant un problème d’éthique sportive. Il s’inscrit plutôt dans la logique de l’opposition plaisir-contrainte, l’artificiel étant associé au technologique, à l’ennui, à la rupture avec la vie sociale, et le naturel à quelque chose de pur, d’agréable, de motivant, de vivant. En second lieu, le naturel se présente comme le début d’une sorte de continuum qui en passant par le chimique se prolonge jusqu’au surhumain lorsqu’il s’agit d’interventions directes sur l’athlète. Dans ce continuum, il faut comprendre que le chimique se situe à un niveau d’acceptabilité relatif, et qu’il est, contrairement à l’intervention génétique ou bionique, envisageable. Sur cet axe sémantique, plus on s’éloigne du « naturel », plus on s’éloigne du légitime. Si la discussion sur la légitimité ou l’illégitimité de telle ou telle substance chimique est possible, comme on le verra ensuite, le « surhumain » est en revanche associé à l’inacceptable et au non-discutable.

30On voit se dessiner dans les discours des sportifs un futur inacceptable du sport qui articulerait le sport spectacle, l’argent, à une production d’athlètes « falsifiés », surhumains. Cette nuance entre ce qui resterait de l’humain et ce qui relèverait du surhumain (et deviendrait à ce titre inacceptable), dans les représentations des athlètes, peut être encore éclairée par le regard qu’ils portent sur la technique de l’autotransfusion sanguine.

Le jeu des critères : le cas exemplaire de l’autotransfusion sanguine

  • 13  Le cycliste Tyler Hamilton semble être en passe de devenir le premier coureur contrôlé pour transf (...)

31L’autotransfusion sanguine comme technique de dopage sportif n’a fait l’objet de l’attention des médias que récemment en liaison avec l’émergence de nouvelles techniques de détection du dopage sanguin13. Pourtant cette technique ergogénique a été mise au point dès les années 1970 et est vraisemblablement utilisée depuis en athlétisme et en cyclisme en particulier. Cependant, si elle nous paraît exemplaire, ce n’est pas par son histoire, mais bien plus par les jugements extrêmement variés dont elle fait l’objet, et les critères qui sont retenus se croisent et s’entrecroisent pour produire in fine le jugement éthique sur cette aide ergogénique. À partir de cet exemple, nous pouvons mieux illustrer comment s’articulent les axes signifiants repérés préalablement qui permettent de dire si cette technique est acceptable ou non aux yeux de l’athlète.

32L’autotransfusion sanguine, en ce qu’elle est « auto » justement, est souvent jugée comme tout à fait légitime sur différents plans. D’une part, elle ne porte pas atteinte à l’identité du sportif dans la mesure où il utilise « son » sang, c’est-à-dire une part de lui-même, qui de ce fait lui revient de droit. À ce titre, elle s’oppose à tout apport de substances extérieures, « étrangères » au sujet. C’est l’opposition intériorité-extériorité, identité-altérité qui joue dans la position éthique, comme l’illustre le commentaire suivant : « Je ne connais qu’un athlète qui pompe son sang et qui se le réinjecte, ça ne me gêne pas l’autotransfusion. En revanche, si j’apprenais qu’il a reçu une transfusion de quelqu’un d’autre, ça me gênerait davantage parce qu’il obtiendrait les qualités sportives de quelqu’un d’autre par le sang. » On comprend que c’est uniquement l’apport d’éléments extérieurs humains (sang mais aussi organes ou gènes) qui est ici refusé car ils sont supposés contenir les « qualités » d’un autre individu. Cet apport est perçu comme une atteinte à l’identité du sujet, et l’hétérotransfusion est, à ce titre, inacceptable. À l’inverse, l’autotransfusion, en garantissant l’intériorité du « produit », n’atteint pas l’identité du sportif : elle est alors jugée acceptable.

33En outre, l’autotransfusion ne transgresse pas non plus le principe du travail et du mérite, dans le sens où le sang oxygéné réinjecté a été oxygéné par le travail du sportif lui-même. On retrouve dans le sang réinjecté l’entraînement préalable, le travail fourni, le mérite et même la souffrance consentie, tous éléments qui confirment la propriété et la légitimité d’usage de ce sang par le sportif concerné. Ce critère du travail est d’autant plus fort qu’il peut permettre de placer l’autotransfusion du côté du naturel par opposition au chimique : rien d’extérieur, de médicamenteux n’a été ajouté à ce sang réinjecté, il est naturel. Ainsi, on peut également dire de ce point de vue que l’autotransfusion est légitime puisqu’au niveau matériel, comme au niveau symbolique, elle n’ajoute rien et ne transforme en rien le sujet de la performance sportive ; tout vient de lui : de sa nature et de son essence, puis de son travail. C’est donc une technique ergogénique qui, en puisant dans « l’intrinsèque » du sportif, obtient une légitimité pour beaucoup de sportifs interviewés, qui n’y voient pas véritablement une atteinte à la validité de la performance que l’on juge « méritée ».

34À l’inverse, certains estiment que l’autotransfusion sanguine est une pratique inacceptable dans le sport, et que c’est bel et bien du dopage. Pour soutenir ce point de vue éthique, le premier argument avancé est celui de la « tricherie » et de la « conduite de dopage ». L’autotransfusion sanguine est inscrite dans une logique de tricherie car directement associée à une prise de produits (« Je mets ça au même niveau que la prise d’EOP ou de n’importe quoi ») qui suppose une organisation à long terme considérée comme un « calcul », une « magouille ». C’est une conduite dopante dans la mesure où elle dénote l’attitude de celui qui recherche d’autres moyens que l’entraînement au sens classique pour arriver à ses fins. C’est donc en premier lieu au regard de la démarche du sujet que se construit le jugement éthique. Deux autres axes d’oppositions sont également mobilisés pour refuser la légitimité à l’autotransfusion sanguine, celui de l’ingestion-injection et celui de la réparation-amélioration, dont l’association stigmatise toute intervention ergogénique qui relève de l’effraction corporelle (piqûres, chirurgie) en dehors de la logique du soin.

35On comprend dès lors facilement que l’acceptation de l’autotransfusion sanguine est soutenue par un jugement sur le produit « dopant » considéré (interne, identique, produit du travail, naturel), tandis que le refus de celle-ci s’appuie sur un jugement sur la démarche sous-jacente qualifiée de « conduite dopante » (tricherie, calcul, détournement de la médecine) ainsi que sur le procédé utilisé, symboliquement associé à une atteinte corporelle spécifique : l’injection. On note d’ailleurs qu’il existe une association symbolique entre « injection », « maladie » et « conduite dopante » (« conduite addictive »).

  • 14  Laboratoire d’éthique publique, L’éthique dans un contexte de modernisation, Montréal, INRS, 2003.

36On peut penser que nous avons en quelque sorte une illustration de deux étapes intermédiaires dans le continuum qui va du refus de toute aide ergogénique à l’acceptation théorique de « tous les moyens disponibles14 », et qui renvoient à des imaginaires de la pureté dont les contenus sont variables. Ainsi les uns refusent l’autotransfusion comme pratique dopante qui évoque la maladie et la tricherie, mettant en cause la pureté de la démarche, alors que les autres l’acceptent en ce qu’elle se fait avec son propre sang, ce qui assure l’identité du sportif.

Conclusion

  • 15  M. Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, (...)

37Les axes symboliques qui ont émergé des discours des athlètes interrogés sont autant de points d’ancrage sur lesquels reposent les processus d’autorégulation des pratiques ergogéniques. En effet, on peut voir que de façon dominante le « factice », le « dehors », le « déséquilibre » et le « malsain15 » participent du pôle négatif de la représentation symbolique à l’aide de laquelle on juge le bien et le mal dans le sport.

38Ainsi, il semble que toute aide ergogénique perçue comme allant dans le sens de l’illusion, de la falsification, sera tenue pour du dopage et donc rejetée par les acteurs sportifs qui valorisent au contraire la recherche du « vrai ». Présenter une aide ergogénique comme induisant quelque chose de faux serait donc pour eux de nature à la discréditer. On dira par exemple que tel analgésique a pour fonction de « diminuer la douleur créée par un surentraînement », auquel cas il sera généralement perçu positivement comme « rééquilibration ». Mais si on affirme qu’il « augmente les capacités de résistance d’un sujet à la douleur, pour pouvoir s’entraîner plus intensément », il sera plutôt rangé du côté des aides qui falsifient les « qualités » premières pour optimiser les performances, ce qui n’est plus tout à fait la même chose.

  • 16  B. Andrieu, Le corps en liberté, Bruxelles, Labor, 2004.

39L’archétype du « faux » en termes de pratique ergogénique est aujourd’hui l’intervention génétique qui produit, selon l’entendement commun, un « faux » sportif, un « faux » corps, une « fausse » identité, un « faux » homme, pour ne pas dire un « faux frère ». Nous atteignons ici le summum de la falsification d’un point de vue symbolique, la falsification de l’humain. Cela est à relier avec l’accent mis sur les « qualités » de départ associées à l’inné. Mais aussi à l’exceptionnalité du sportif, dont nos résultats montrent qu’elle est dans les représentations sociales des athlètes eux-mêmes fortement définie par la qualité du corps biologique, ce qui conforte l’hypothèse plus générale développée par Bernard Andrieu selon laquelle le sujet contemporain croit en son corps, au sens où le sujet croit « être son corps »16.

40Cette recherche montre qu’une aide ergogénique sportive est d’autant plus acceptable pour un athlète qu’elle est perçue comme ne transformant pas le sujet réel de la performance mais contribuant à son équilibre, qu’elle n’est pas un rajout totalement « extérieur » au sujet et que, in fine, elle n’altère pas l’identité première du sportif.

41Cette analyse permet de comprendre que le sport de haut niveau est un objet à double face pour les sportifs, le passage de l’une à l’autre étant médié par un système symbolique fortement ancré dans une vision naturaliste et utopiste de l’humain. Le dopage et ses multiples définitions et légitimations deviennent des révélateurs des idéologies qui permettent d’intégrer ou pas la face futuriste d’un sport du troisième millénaire. Même si la santé y occupe une place importante, on peut défendre l’hypothèse que c’est principalement une représentation de l’humain, celle de l’individu – indivisis déterminé par son corps biologique –, qui joue le rôle clé dans la compréhension des positions éthiques des sujets et donc des autorégulations éventuelles des pratiques de dopage sportif (et pas seulement sportif d’ailleurs). L’inacceptable partagé par tous ces athlètes, c’est l’altération de l’identité du sujet par introduction de l’altérité biologique en lui. Là est le « vrai » dopage.

Haut de page

Notes

1  Ce programme de recherche franco-québécois, « Dopage et performance sportive : réflexion éthique sur une double contrainte », est dirigé par Y. Boisvert, É. de Léséleuc et S. Laberge (2002-2005). Il a obtenu un financement interministériel du gouvernement du Québec (ministères de la Jeunesse, du Tourisme, du Loisir et du Sport, des Relations internatio-nales, de l’Éducation).

2  C. Louveau et al., Dopage et performance sportive. Analyse d’une pratique prohibée, Paris, Insep, 1995. Voir aussi G. Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, 1980.

3  Voir P. L. Berger et T. Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 1996 ; D. Jodelet, Les représentations sociales, Paris, PUF, 1989.

4  F. Laplantine, Anthropologie de la maladie, Paris, Payot, 1986, p. 22.

5  J.-P. Pourtois et H. Desmet, Épistémologie et instrumentation en sciences humaines, Sprimont, Mardaga, 1997.

6  Des athlètes handicapés ont été retenus ici pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’ils semblent se doper « comme les autres », si l’on observe le nombre de cas positifs aux jeux paralympiques de Sydney. Cette situation met à mal l’argument classique de la détermination « financière » du dopage selon lequel il y aurait moins de dopage dans le monde du sport handicapé car il y a peu d’argent en circulation. Ensuite, alors même qu’ils ont à gérer des questions de santé parfois délicates, les athlètes handicapés ont parfois recours à leurs propres « techniques dopantes » qui sont considérées comme particulièrement « violentes » (boosting, blessures volontaires, etc.). Enfin, ils utilisent des technologies très avancées pour optimiser leur performance sportive et sont des usagers de l’aide médicamenteuse dans la vie quotidienne.

7  A. Blanchet et A. Gotman, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Bordas, 1997.

8  K. Bette et U. Schimank, « Sportlerkarriere und Doping », dans Doping im Leistungssport Sozialwissenschaftlich Beobachtet, Stuttgart, Nagelschmid, 1994.

9  Qu’il s’agisse des parents ou des sportifs, les discours sur l’usage de la fameuse « liste » officielle de produits réglementairement dits dopants méritent analyse.

10  Sondage de L’Équipe, 2001.

11  L. Sfez, La santé parfaite, critique d’une nouvelle utopie, Paris, Seuil, 1995.

12  G. Vigarello, Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Laffont-EPS, 1988.

13  Le cycliste Tyler Hamilton semble être en passe de devenir le premier coureur contrôlé pour transfusion sanguine au cours du Tour d’Espagne 2005, la Vuelta. Des suspicions très fortes le stigmatisaient déjà aux jeux d’Athènes 2004 comme utilisateur de cette technique ergogénique.

14  Laboratoire d’éthique publique, L’éthique dans un contexte de modernisation, Montréal, INRS, 2003.

15  M. Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, 1992 ; G. Vigarello, Le sain et le malsain. Santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1993.

16  B. Andrieu, Le corps en liberté, Bruxelles, Labor, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Marcellini, Éric de Léséleuc, Sylvain Ferez, Élisabeth Lê-Germain et Céline Garcia , « Corps sportif et dopage : le risque d’altération de l’identité », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1927

Haut de page

Auteurs

Anne Marcellini

Anne Marcellini est maître de conférences à l’unité de formation et de recherche des sciences et techniques des activités physiques et sportives de l’université Montpellier 1.

Éric de Léséleuc

Éric de Léséleuc est maître de conférences à l’unité de formation et de recherche des sciences et techniques des activités physiques et sportives de l’université Montpellier 1.

Sylvain Ferez

Sylvain Ferez est postdoctorant à l’université d’Amsterdam.

Articles du même auteur

Élisabeth Lê-Germain

Élisabeth Lê-Germain est professeur agrégé d’éducation physique à l’unité de formation et de recherche des sciences et techniques des activités physiques et sportives Dijon-Le Creusot, université de Bourgogne.

Céline Garcia

Céline Garcia est chercheuse associée au laboratoire « Génie des procédés symboliques en santé et en sport ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals