Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

Hippocrate ou Coubertin : le dilemme de la médecine du sport

Christophe Brissonneau

Résumés

Cette étude sociohistorique, à partir des années 1950, montre la diversité des points de vue du corps médical face à la question du dopage et, dès les années 1960, la demande de médecins d’un soutien pharmacologique pour les sportifs professionnels. Si tous sont opposés au dopage, ils ne le définissent pas de la même façon. Mais tous le refusent aux sportifs amateurs. À partir de la notion de rééquilibrage hormonal, ont peut repérer divers types de médecins qui lui sont favorables ou non. Cette différenciation se fait en fonction de la proximité avec la douleur quotidienne du patient et de son versant santé publique ou sport. La réalité du dopage, à la suite de l’affaire Festina, a porté sur le devant de la scène un nouveau type de médecins, issus de la lutte contre la toxicomanie, amenant avec eux une demande de politique de réduction des risques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Boigey, L’entraînement, Paris, Masson, 1948.
  • 2  C. Brissonneau, Entrepreneurs de morale et carrières de déviants dans le dopage sportif. Prises de (...)
  • 3  H. Solomon, Le sport à tout prix : le mythe de l’exercice physique, Paris, Payot, 1985 ; J.-P. Kor (...)

1L’idée que le sport puisse être bon pour la santé est relativement récente. Posée actuellement comme une évidence, elle n’a pas été et n’est toujours pas partagée par l’ensemble du corps médical. Pendant la première moitié du vingtième siècle, celui-ci voit d’un mauvais œil cette pratique physique fondée sur la compétition : elle échaufferait les esprits et exigerait trop de l’organisme. Un renversement de conception peut être observé à partir des années 1950 où se développe une vision enchantée du sport. Des médecins, eux-mêmes anciens athlètes, passionnés par le sport, avancent l’idée que ce type de pratique peut avoir des impacts bénéfiques sur le corps mais aussi sur l’esprit. Le sportif « est assuré d’une bonne santé physique et morale1 », nous dit le docteur Boigey. Pourtant, lors du congrès de la Fédération internationale de la médecine du sport en 1954, son président, le docteur Govaerts, souligne qu’aucune donnée scientifique ne vient conforter ces appréciations. Malgré cette objection, rapidement balayée, les médecins du sport développent l’idée d’un sport bénéfique pour la santé alors que très peu de travaux scientifiques confirment cette affirmation dans les décennies suivantes. Une analyse des discours sur cette relation2 montre que ce terme de santé est quasi exclusivement assimilé à un bon fonctionnement du système cardiovasculaire, laissant ainsi de côté des blessures telles que les tendinites, les claquages que subissent les tendons, les articulations ou les muscles3.

2Au début des années 1960, le sport devient une « chose sérieuse ». L’État français décide de créer un secrétariat à la Jeunesse et aux Sports et le confie à un militaire, le colonel Crespin. Des budgets plus importants sont destinés au développement d’infrastructures sportives et de postes de personnels affectés notamment aux fédérations. En 1967, le sport devient la référence au détriment des diverses activités physiques alors pratiquées dans les établissements scolaires. Un nombre croissant de valeurs pédagogiques lui sont accolées telles qu’un développement moral, une amélioration de la motricité et des bénéfices pour la santé. Décrié pendant un demi-siècle, le sport est, en peu de temps, paré d’un grand nombre de qualités. La même année, les responsables de la Société médicale d’éducation physique et de sport décident d’abandonner sa première référence pour ne garder que le terme « sport ». Ce changement doit être souligné afin d’en comprendre, plus tard, les implications. On ne parle plus d’une médecine de l’activité physique (regroupant toutes les activités physiques existantes) mais d’une médecine du sport, ce terme contenant les idées de compétition et de dépassement de soi. Parallèlement au développement de la pratique sportive, un nombre grandissant de médecins obtiennent le certificat d’études spécialisées de « biologie appliquée à l’éducation physique et aux sports ». Ils ont le plus souvent en commun d’être d’anciens sportifs, toujours passionnés par ce mode de pratique compétitive.

3Dans le cadre d’une étude sur la question du dopage au sein de la médecine du sport (étendue ensuite à l’ensemble du corps médical), alors que nous nous attendions à une opposition unanime, nous avons pu repérer un espace où les prises de position étaient parfois diamétralement opposées. Si ce travail s’est uniquement intéressé au cas de la France, des échanges avec des sociologues allemands nous ont permis de retracer les mêmes types de prises de position médicales en république fédérale d’Allemagne (1960-1990). Dès le début de notre enquête, deux types d’éthique sont apparus. La première, l’éthique médicale, est relative au serment d’Hippocrate ; elle oblige le médecin à tout mettre en œuvre pour sauvegarder la santé de son patient. La seconde, l’éthique sportive, développée par le monde sportif, est régie par le principe de l’égalité des chances. En privilégiant l’une plus que l’autre, le médecin abordera différemment la question du dopage et préconisera une solution médicale singulière, parfois opposée à la loi.

Une méthodologie particulière à l’étude de la déviance sportive

  • 4  H. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

4En opérant le renversement préconisé par Howard Becker4, nous avons d’abord étudié ceux qui mettent en place les normes avant d’effectuer, dans un deuxième temps, des entretiens avec des déviants (des sportifs dopés, dans notre cas). C’est ainsi qu’une étude sociohistorique (1950-2003) dans le cadre d’un travail de thèse nous a amené à nous intéresser aux différentes visions médicales concernant la santé du sportif, chacune privilégiant une des deux éthiques, médicale ou sportive.

  • 5  Dans certains cas, il nous a fallu trois ans pour obtenir cette confiance et l’entretien désiré.

5Le dopage étant une forme de déviance fortement réprouvée, ce terme a été peu utilisé dans notre guide d’entretien. Le premier élément d’explication est relatif à son caractère illégal et, par conséquent, à la forme de discours convenu qu’elle induit. Le deuxième – nous le verrons tout au long de ce texte – est qu’une partie des médecins rencontrés considère la prescription de certains produits dopants comme un acte purement thérapeutique. Parler de dopage revient à prendre parti et exclure certains aspects du sujet : la prise de produits dangereux non dopants (prozac, fer, etc.), par exemple. Ces raisons nous ont poussé à aborder le sujet à travers une notion qui semble constituer une barrière dans les discours médicaux depuis la fin des années 1970 : le rééquilibrage hormonal. Celui-ci consiste à faire revenir à son état de forme initial, grâce à des micro-doses d’hormones stéroïdes, un sportif fatigué par un entraînement intensif. Notre appartenance au monde du sport de haut niveau depuis les années 1980 et la mise en place d’un protocole juridique nous ont permis de rencontrer des médecins aussi bien opposés que favorables au rééquilibrage hormonal. La confiance ainsi établie a permis d’obtenir un discours bien différent de celui tenu habituellement en public5. Les entretiens semi-directifs d’une durée d’une à deux heures abordaient le déroulement de leur carrière professionnelle, leur vision de la santé et de l’éthique dans le haut niveau sportif ainsi que leur position à l’égard de la notion de rééquilibrage hormonal. Pour expliquer cette multitude de prises de position, nous avons dû prendre en compte certaines caractéristiques des médecins interrogés : leur proximité ou non avec la douleur quotidienne du sportif (à une extrémité de l’axe apparaît le clinicien et à l’autre le chercheur), leur pratique professionnelle axée majoritairement sur une optique de santé publique ou une optique de rendement physique (médecin d’équipe, par exemple).

Un médecin du sport clinicien

  • 6  R. Saya, « Sport dans la société », Médecine du sport, 1967, p. 237.

6De 1950 à 1980, les sportifs de haut niveau s’entraînent en club avec les autres sportifs de niveau régional, deux ou trois fois par semaine. Les plages de repos sont suffisamment longues, permettant une récupération complète après l’effort. Lorsqu’ils en éprouvent le besoin, les sportifs vont consulter leur médecin généraliste, mais les visites sont extrêmement rares, car on laisse le plus souvent la guérison s’effectuer naturellement. Ils ont la possibilité de se rendre dans les quelques centres médicosportifs existants où des médecins spécialistes (ils possèdent un certificat d’études spécialisées de « biologie appliquée à l’éducation physique et aux sports ») dispensent des soins. Ces spécialistes font surtout de la traumatologie ; ils soignent les os, les blessures musculaires ou tendineuses. Ils font également passer quelques tests évaluant les capacités du système cardiovasculaire. Si les résultats reflètent la moyenne statistique, les sportifs sont jugés en bonne santé par ces spécialistes. Ces médecins du sport sont peu nombreux car le corps médical est encore réticent face aux bienfaits supposés de cette pratique sportive, fondée sur la recherche du dépassement corporel. Seuls quelques médecins, le plus souvent des anciens adeptes, passionnés par la pratique sportive, défendent le fait qu’elle puisse être bénéfique pour le corps et l’esprit moral : « Le sport n’est pas un but mais un moyen pour créer des hommes sains dans leur tête6. » Afin de gérer la bonne santé du sportif et de l’aider à accomplir de meilleures performances, certains médecins du sport se proposent de conseiller l’entraîneur, voire d’entraîner eux-mêmes. Leur niveau de connaissances scientifiques constitue un atout non négligeable pour le champion. Malgré tout, dans le sport de haut niveau, la présence du médecin est négligeable, celui-ci étant considéré comme un « empêcheur de tourner en rond ».

7Quelques-uns réussissent à approcher les sportifs en encadrant des compétitions cyclistes. Ils voient de leurs propres yeux l’utilisation de seringues et de produits pharmacologiques, sans prescription médicale aucune. Ils constatent quelques malaises (Mallejac en 1955), voire des décès (Simpson en 1967) qu’ils attribuent à une surconsommation de médicaments et de drogues, ce en dehors de toute prescription médicale. Pour gérer la situation, ils réclament au secrétaire à la Jeunesse et aux Sports l’encadrement du sport de haut niveau, ce qu’il leur concède. Celui-ci en retour leur demande de veiller à la bonne santé des sportifs afin qu’ils puissent être performants lors des compétitions internationales. Ces médecins, pour la plupart cliniciens, s’inquiètent de l’existence d’un nouveau danger qui guette le sportif : le dopage. C’est ainsi que les docteurs Dumas et Maigre, lors d’une étape du Tour de France 1962, décident de créer un colloque à Uriages-les-Bains qui aura lieu les 26 et 27 janvier 1963. Là doivent être différenciés la préparation biologique et le dopage. La première est faite avant la compétition par un médecin alors que le deuxième est absorbé pendant la compétition avec l’intention d’être plus performant. L’influence du docteur Dumas, initiateur du colloque, sera grande dans l’élaboration de la loi du 1er juin 1965. L’accent sera mis sur le respect d’une éthique sportive et la préservation de la santé. Cette date officialise le dopage comme une démarche déviante dans la pratique physique sportive. Dans l’esprit du ministre de la Jeunesse et des Sports, Maurice Herzog, ce dopage doit être combattu dans les seules compétitions internationales, le sportif de haut niveau ne devant pas constituer un mauvais exemple pour la jeunesse.

8Alors que le sport est jusque-là synonyme de bienfait pour la santé physique et morale et que le dopage est un fléau qu’il s’agit de combattre, nous voyons apparaître un espace de prises de position où ces présupposés sont discutés.

9En 1967, à la suite du scandale de l’affaire Anquetil, champion français ayant avoué avoir pris des amphétamines, quelques voix compréhensives s’élèvent. Si le docteur Burger (clinicien, santé publique) s’oppose à toute prise de produits psychoactifs ou de stupéfiants, il demande à ce que les médecins puissent prescrire des doses « acceptables » aux sportifs professionnels, pour qui le sport est un métier. Quelques années plus tard, en 1976, le docteur Caseris (clinicien, santé publique) préconise, de façon sous-jacente, une politique de réduction des risques. Selon lui, un encadrement médical de la prise de produits tels que les amphétamines serait préférable à une utilisation par les cyclistes de produits beaucoup plus dangereux pour la santé, les stéroïdes anabolisants par exemple.

Un médecin du sport chercheur

10À la fin des années 1970, une bascule semble s’opérer dans la manière d’appréhender la place de la médecine dans la gestion de la santé du sportif de haut niveau. Une unanimité du corps médical s’est construite autour d’une relation entre sport et santé. La haute performance est devenue un moyen d’affrontement pacifique entre blocs de l’Ouest et de l’Est en ces temps de guerre froide. Le nombre de victoires dans les grands championnats ou aux jeux olympiques vient consacrer l’efficacité d’un système sur le plan politique et économique. Après l’échec français des jeux olympiques de Rome en 1960, l’obtention de médailles se pose de façon plus aiguë et l’État français demande une plus grande collaboration à la médecine du sport.

11En 1976, des journaux français reprennent des questionnements de médecins (cliniciens et chercheurs) réputés, proches des équipes nationales de l’Allemagne de l’Ouest, où nous retrouvons la même situation ; certains sont d’ailleurs invités dans des congrès de médecine sportive en France. Ils se demandent s’il faut laisser les sportifs (de l’Ouest) perdre face aux pays de l’Est et si un encadrement médical de la prise de stéroïdes anabolisants ne serait pas préférable afin que ceux-ci puissent enfin gagner. Ces spécialistes de la santé se définissent non seulement comme médecins mais aussi, et surtout, comme médecins du sport. Le sportif de haut niveau en bonne santé serait un sportif qui gagne. L’impact de ces discours ne peut pas être mesuré, mais nous pouvons noter que des médecins du sport français, proches des équipes nationales, sont envoyés en Allemagne de l’Ouest pour observer ce qui se fait là-bas. Pendant leur(s) séjour(s), ils travaillent avec des médecins favorables aux injections d’hormones stéroïdes, produites par les firmes pharmaceutiques pour lesquelles ils mènent également des études.

  • 7  La testostérone, par exemple, est produite par l’homme.
  • 8  C. Louveau et al., Dopage et performance sportive, Paris, INSEP, 1995, p. 31.

12Deux nouvelles prises de position apparaissent en France pendant les années 1975-1977. Promues par le ministère de la Jeunesse et des Sports, elles ont en commun de se développer à distance des sportifs. La première est issue d’un groupe de travail créé par le secrétariat à la Jeunesse et aux Sports qui désire avoir plus d’informations scientifiques sur la fatigue des sportifs, leurs recours aux produits dopants et l’apport d’un rééquilibrage hormonal. Le professeur Plas, médecin chercheur à l’unité d’enseignement et de recherche en éducation physique et sportive de l’université Paris V, responsable du groupe de travail, s’entoure de médecins-chercheurs, certains spécialistes du sport, d’autres des androgènes. Trois ans plus tard, leur rapport conclut que 70% des sportifs sont dopés parmi la population qu’ils ont étudiée. Il faut préciser que ces sportifs, qui ont accepté sous le sceau du secret médical de passer des tests et de parler de leur dopage, pratiquent pour la plupart l’athlétisme, le cyclisme et l’haltérophilie, sports extrêmement touchés par les stéroïdes anabolisants à l’époque. Le rapport met également en avant l’importance de fatigues relatives aux baisses hormonales, elles-mêmes consécutives aux lourdes charges d’entraînement. Faisant référence à son statut de médecin et à l’éthique qui en découle, le professeur Plas préconise pour les sportifs un apport microdosé d’hormones stéroïdes à l’instar de ce qu’il ferait pour des non-sportifs dans ce cas-là. En tant que médecin du sport, il légitime également ce rééquilibrage qui ne doit pas, selon lui, être considéré comme du dopage. Bien reçu lors de son apparition, ce concept provoque un tollé quelques semaines plus tard aux jeux mondiaux de la médecine à Cannes en 1980. Malgré cela, un des chercheurs associés, Bruno de Lignières (chercheur, santé publique) préconise alors publiquement (jusqu’à sa mort en 2004) la prise de microdoses d’hormones stéroïdes afin de rétablir l’équilibre de base. Lors d’un entretien, celui-ci nous dira suivre l’éthique médicale et ne pas avoir à prendre en compte une éthique sportive, qu’il remet en cause par ailleurs. En 1989, il signe, avec d’autres médecins – certains renommés –, une demande d’avis au Conseil consultatif national d’éthique des sciences de la vie sur la notion de rééquilibrage hormonal. Le caractère pathologique du sport de haut niveau est affirmé et le sportif est présenté comme un malade qu’il s’agit de soigner avec des hormones « naturelles7 » comme tout travailleur le serait dans un tel état de fatigue. Le Conseil ne répondra que quatre ans plus tard par un argumentaire reposant sur peu de données scientifiques8. Il préconisera seulement un repos adéquat pour lass="footn=nn pondra que qsaaon iatique cLalogique et ous-jacent ibradecins,physique et sportive de lsité Paris V,eprofess des m des complages Autat fde fah1> traînement. FRfde adiv> all"hysique77. Prunitest cdecina médecine du(ofess des m des complage)où nous retroa santé sAn de lades cohôpittreCochinort, dricentbldu spos risvice de pro 197nhysiques exisée laigne, ave là-/a>

et aigne, ave lson s’effectve),équilibrage h( de méues, sarofess des m)ques apport d’un r( quelques centres médicx ou itn6">6="tex des met-/a>
effectve)une surtraînement. FRfde ets la firement auséri médaine en médecine dspéup" href=dt avec ub avecautresnte niveau rréprouv ce77.rd, les impment rares, . On ne parlades coiu lvidu sAnquiable dumpiquecte une éthisportive de lcaustlus soriages-les-Bautre, lemédecine duil dan cetteà lst iséquilits qui légitimPours ise le dop prises de position apparaissent encet et de recest pour ova stariventretiavoiaectiontée du sport.decins puissp class="texte" dir=span>Alors que lle échauffmonncudu dl est quasi nnaissaputésentique dan 1976, le da pris nsidéilibrage dispenmis3) danl, chatoffqn sièxt de à aborder leannées 1950 ouv ceaaseris (cigue. Le dli du sclass="parrisvice dhefittriede ler uusseris (crt se proposen quasiacrems notupst, où% des sportird étudlir de rtird étrt d (clin qn eales sportifduitssiedeà aborder leanuees de l un appor la manière ds aiguë et l’État français demande une plus grande collaboration à la e surcte une éthisportive de l
  • ffaire Anqles,médecine du d and s ce ceau rrises consommtrêmoravail de thèse nous aime égtudlir férarééquilUn médecin du s ympiquebre de r Howardleort, ce terme cont santé p que lacer les mu d andarassement de soià l’insdes mition m. Décre enqud’un trava’une étude sur la questionss="parannsi qent ce rédopagel est encory of à unDecelui tenu habituellement en plus tu sponre avotupst, oùfs de hent de sois l’effortrtifs nzement de soii dmpouvonslass="paranumber">31ne à Cannes en 198lques-u de docteuécheanecdotins – cun appor la manière d Irises de p

    3fs sont des anurmon <">6De 1950 à 1980, l docprises 1980, l égal roent moport. Le out tentretien. santé p que l nous aimMputés, alors rble ets de médece qui légitort, d physique e hormortird e seraitïdes anf, i înble et des aux lourduvons la

    nt jugés en bonn de ces diss70, médie étuidenoteaffôle prqon é1976, lemtent qudr ce7lalib’eux)C. Louveau et al., Dopage et performance sportive, Paris, INSEP, 1995, p. 31.

  • 9otes"> N la notionil feraitdeuxième©s,xuest pour observer ce quemble constituer une barrièrort, d phte multitude de oritairemennent des quescaleo d (c– cun appor la manière d Ilport, dncd phtecours ne p en compte certaines caras réussipocratsuation ;otnotdacceptêmemeneà lécialistes de l’ la nfidée déquilibre de ba un ende son er">81neranumbmr niveau de les que conins du sport se proposeneprofess des m des complage)en sonnels nté paque de rrt se proposent de conseille le, le pro forme initialcident de créeettre en œ alors pubu depuislieu les 26Pass=éussdu sport de la traumae hormonalchertdle dopai du 1er exte – est qu’une pa pcoch où s espritdluiisons nous otre plus performant. Ld . L’acsport bénéle échauffdesi qentuecins, lercte une éthipondra que quatre ans plus tard p9r un argument9nd9otenvedde son pdu spe do championnat(us teffort. nt lesfort)blessahtéroïdes parvons la ment qen(ecret médica stats.d. Dans let exclurt, d phte ip href=dt astnt enouelques ’Ouest ete entre bve en utre s des coEs sont extrpu yiques toires dans sqieraection multitunomiqu,ançais, pdu e étude70, uneaéthique des sciences de la vindons, les articulations ou les muscles3.

    0 ymle dleur quotidienne du patient et de sonternationalsegour gér jugés en bonn sportive. atrtes": édicosportifsrtrauite de l’affaire Festina, a porté s. Ftats.d.in rnt en mle deete entrelelotsiques les spoa la Jeun <">6Dees, un sporti’esprila guérisdelst in a poage qui ndrementecall"tentréservation de la sa, grâcborun encaer élhertderned timrcheuelfesseur Pldan 1976, le docteur Caseris (clinicie mettre en œus70, uneaffaire Festina, a porté surconcsur peu dnt des lib’eles sporti légitoonnaissances imr la traumaeurs ne p en compte certaines caras réussipocrats,rcte une éthi de l
rs extrent sà sonlinicie rop aionsteaffôleet à léroïdes afin de res concernant la santé du sportilus dangereux pour la sa5té, les stéroïdes 5nabolisants p niveau ?
    Un médecin du 21e pour la jeunesse

    3   ets lidenotess"> 1984C. Louveau et al., Dopage et performance sportive, Paris, INSEP, 1995, p. 31. 2atique cEliott teids>< e l’êmement tomue, se er">es sentretiexpli-res auxcompréhstract" d(onnaissanu habes. Sithique dcours), son apparitioenMalgré euelflassts-les-Bmps mais aussi sur l’esprit. Le spo0rtif « est a0ndsporeposAnquiab serai-du spnce désident,uislieuort. Le ass="texte er">es sentrdercte une éthisportive de de létudpsonnr dir="lt lourduvons lantCifs.ue, senr on leur x pays nalseulrs que lluirepau séilibrage analyserava’upétitions inters="fs médecuort. Lei onô trava ur t spner">8oià l’insrs z de ri gagne. L’impacsportive de l 3.

    4 gique et ietement ,ecinsirt de la traumamentnr pantsge le médecin à tout e dai cutives micro-doses ddû prenhormones stér des sque sportivcientifique ne vient confs nationalà l’éducatiimrch foriest,tconcécenttentrésrche dras réussipocrats,rctmiqementinmemens lence s associelnt po fait lue dcns rencone 11tte dateecuoag s ,te entre b est deveub avelessureexte –cieremene , , une demandents ne (lortaes sci">5es méysique-les-Bu lole"tolisants neure certains asLeuilits quh1 dir="lt lourduvons lasprisevaratcteuéchepdyftn7"
    JntColl, peNtte m y etsRe ;la oblive, daans la gction par nté t des qirtes": entifique ne vne speur qu sport à tou11 prix : le mythe de l’exercice physique, Paris, Payot, 1985 ; J.-P. Kor (...) 2 s de ue et ietement ,eu sportré t’acaut nleuilits quh1 dir="lt lourd le début de notre efstance ntus avons ndre en compte certaines caractppocrateL’acst leur pt le fait quissentenhormones stér dDeceées. Si ce canadnu habifs natrises de poqui désils attrs,riat à la Jeuneeunean tance hrebut er exte –vent. Si le i délus impquhg. Le dm du sujdintéreiral : « Le sport n’est pas un b1ortif « est a1nd1notnt de ce sportifs aais,yen Allemagne ertaines caent ,eient la rnationascuoag s ss esprits et exrt se proposen crems nos à sonbopone p en eacul lpub être souonne tarallèlpasasie un ende soncompte cas réussipocratsuans, s’inquiètent defique ne vanumber">11(pantel éà Cannes en 1,eaffaire Festina, a porté s) deuxième  aais,luécdent dertaines caent soncompte cas réussipocratsl’analyseravil ferait >ffaire Anqe" dipantsgerrons tout au lonexte –une bar d( est qu)nce à son statut d la manière dla jeunessréussissenelle, scins rencontrésfs natriserd), ils tra L’i de ces dd’un ce e scons ’uneru secspvée, ce tdeives aux lourdautre, lr sa pr est quasiion,
    et al., Dopage et performance sportive, Paris, INSEP, 1995, p. 31. 26 L’acrée décentu e. Si au rééquerportifs amateurs. la nectionutivre lthique p class="ves auxorti 5 de n physiquem afiDécril : « Le sport n’est pas un b12rtif « est a2nd a>anumbenue et hormonal. t Anqlesennales,eine ; e/a>3.

    7 fati2002,se

    5

    l : « Lgo-topest pas ul le-1933">Hauciser qgtocfromu le la santé du s une if > fait l

    fait l id="bodyftn3"ll" ">N

    notnt exM. Boigeya href=pro forme initiass="sidenotes">plusn 1948rnant la santé du spo ootnoteca bas qgtref="#ftn3" i : « LF sport Symboest pas u est 2rtif st 2nd2otnt exC. Botes impls rhrefElysede prilauember">8 et ne de lstoriscisponeéducav disu secret médion de re passer acer lnts (ss="sidas). Cdcory of l’certains uessoch où sIl fatien d’ux fédératPlas, médee lcaeur à lpubunitX-Narisesem"2003rnant la santé du spo ootnoteca bas qgtref="#ftn3" i : « LF sport Symboest pas u est 3rtif st 3">3otnt exHranolom>3   s deJ.-P. Ker">szte, pe; e/a> nt la santé du spo ootnoteca bas qgtref="#ftn3" i : « LF sport Symboest pas u est 5rtif st fférent
    l : « Lgo-topest pas ul le-1933">Hauciser qgtocfromu le la santé du s une if ertat des > fait l

    fait l id="bodyftn3"ll" ">e surcce77.cuite le

    Rbaisses hormlfai dérash3> la santé du spo o>la santé du spoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooola santé du spoChquerophm id="bodyftn3"familyN m ">Botes impls ooooooooooooooooooooooo,ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo« s d’éthelesCoubquelnlupart cilemmende son Ét lourdnes en 1
  • < [Edligne]nuvoln 7 po° 2 | 200/speur edligneart 18 st peronte2015, aigne, ardleo15ce. Ceronte2017. URL : http://p> ls.prened .org/et lournes en 1/1933 ; DOI : 10.4000/et lournes en 1.1933. p>l : « Lgo-topest pas ul le-1933">Hauciser qgtocfromu le la santé du s une if aucson > fait l
  • fait l id="bodyftn3"ll" ">Aut <

    sport à193t lChquerophmid="bodyftn3"familyN m ">Botes impls 1"> la santé du spo oodyftn3"dns tout auaut ref="#ftn3" ChquerophmBotes implsmédicifs procertains uessoch où sIl fatien d’ux fédératPlas, médee (STAPS)ui de méues, l : « Lgo-topest pas ul le-1933">Hauciser qgtocfromu le la santé du s une if ls spse > fait l

    fait l id="bodyftn3"ll" ">Dr cese en com <

    Tphte r cesee la lo la. p>l : « Lgo-topest pas ul le-1933">Hauciser qgtocfromu lelmu le la santé du une des deunavEoscrisonbottom" i rev="calyque": « LgoCalyque"ort à1893"oriele="voln 7 po° 2 |"2005 L'decins  encges l">Siseses,ocfrod="bodyftn3"st es-lo3" - < < rev="ronv": « LgoPonv"ort à1927"oriele="Cjugéa class="foo.Docutraumae h27" tiassfrod="bodyftn3"st es-lo3" - < < releunl" ": « LgoNl" "ort à1935"oriele=" nt jugé avanspan e des coactifs ou lupaafin de rétablir l’"lt lourduvons la">Docutrauméraiassfroou lelmu lelmu le la sant une if av" la santé ilus: « Lhid ti">Navig, ce a ir= la santé iune if avElysi té la santé du h2 I obxAut po ou le la santé iune if avI des té la santé du h2 Num r edll" htrisesgre pah2 té la santé du uls: « Li des té oo la santé du s eaysimo ets"lt lourdnes en 1 : edjmines 976, leatPla emande à cesant. L

    Fr ént du spsouvents hormt lourd:t mop Ét lourdPlas , un decs 1">Calysopantrtifs.ctifs o>5Edjminemt loursIl fa(extes) estless 1">Pspser l' dur tue produautouns sei 1">Ét lourdPlaoqrt figuppemente des coḿaux jee docmitivéd:t clt et dedee lnationax edjmin 1">Edjminemt loursIl fas 976, leatnes en 1e dm iisons n'envirr="ltr"> 1">Edjminemt loursIl l'aidrdnes en 1 latisttce terme c 1">Edjminemt loursIPla a6, leatisttoucyclistesti 4 up>b serir 1">Quvent laedjminemt loursIlu num eux 1">Peupa plcomochtque) l’jmined'"lt lourdnes en 1 1">DlolSi ce s="fooéilica rnemeéthéti1 1">Fade produlour du co'"lt lourd? 1">Renseig>5Lecherche d 1">J sco coses. ts ou aulrdnes en 1 1">Lelaedjminemt loursIlu viees urs me c 1">Lelafinoposennes en 1e 1">Lelalatir">11l l'mt lour 1">L'croi t /a>. Les meeur à lee, urellrdPlaoqligieu 1">L ssouvlex rétablo-vec des médec 1">Laaoqligiorti clas'ee spun dec 1">L'decins  encges l 1">N er éne p en cthéti1 1">Lelaedjminemt loursIle une bascule sem' de travadec 1">Quve asn -a-e utrindant les ? 1">Sex ,ien ,e r roimDue er">esmspeur '"lt lourdnes en 1 1">Ét lourdPlaalloe, ce tdes dess="foseneprau. Unas 1">Ét lourdno 197nhyv1 1">Ét lourdl l'adle dopai du 1ues lrisvicepun dec 1">Ét lourdl la magdopai ur1 1">L' olymtom < Ét lourdl la portive 1">Ét lourdl a nfaion escgess 19onfian, ce a 1">Laav etemihar 1976, le ; l'anotecapos risvice dun decs 1">po la santé du h2 if allI des dsport à66" la santé iune if avCollfait lSeponrary té la santé du h2 Pp hormoLaaoqvue1">Épas monaitorial1 1">Dlementt en avacom a. le myth ooo po la santé du h2 I e travail >Calyac> > ls.prened .org/et lournes en 1?e 976, leatdrdnes ecpo ou le la santé iune if avSyndec ls.prened .org/et lournes en 1/backend"oriele="FlavaRSS" FlavaRSSpo ou le la santé iune if avNewsl ls.prened .org/et lournes en 1/?<1">LaaL lthiroupeOrenEd po ou le la sant ou le la sant une if logos" la santé il2> hid ti">Affiliavail /cro-dosisei h2 t la santé iem>po la santé du ls.prened .org/"oriele="Pa Jeiljdintv 1e dSertains hu commeets lid ,"Dopage etomu le la sant une if e sp/p> t la santé ioodyftn3"first">ISSNrmlfai déredo29-7017

    ls.prened .org/et lournes en 1/?elans lriral">< – dsport à258niveaissene1">< – dsport à256" >< – dsport à259">Calyac> >< – dsport à260"<  – dsport àhttp://p> ls.prened .org/et lournes en 1/?Flavade myndec ls.prened .org/" N la ndh quh1 OrenEd J> ls >< – dsport àhttp://www.lodel.org/" Édvons ndre Lodel >< – dsport àhttp://p> ls.prened .org/et lournes en 1/lodel/" Acciquee la lo l1">lmu lelmu leDopagDopagDopag//DopagDopagDopag//<' ); jQ 1ry( '#cce7dby li' ).css( "m rtin","1em 0" ); } } }); opag}); //]] la sla svaec_paqe= _paqe|| []; opag// ts- e lhodle ke "setCsstomDonnesdes >shauld be n’ed bef pa"ts- P t View" opag_paq.push(['setCsstomVà dble', 1 p'Do co', s cutrau.do co p'opd!-- End PiwiknCoden--> DopagDopagDopagd!-- opagjQ 1ry(s cutrau).ready(funait l($) { aif ( $.fn.fancybox == utenfcomd ) { age ettttttt$.getS tout("https://atioic-origiu.prened .org/js/fancybox/jn 1ry.fancybox-1.3.1.j,", funait l() { age ete ettttttt$('a.ifr m ').fancybox(); opagettttttt}); opagettt} elsee{ age ettttttt$('a.ifr m ').fancybox(); opagettt} opagetttaucsurl= opagettt$.j,onp({ age ettttttturl: ('https://aucs.prened .org/aucs7nhycl sport à'+data.url+'">'+data.n m +'1"><'); opagetttttttettt$.ajax({ opagetttttttettt port: "GET", opagetttttttettt url: "1933?e trav=pdfrnes& hre#fagurl=1", opagetttttttettt suca ss: funait l(msg){ opagetttttttettt tttt$('#dlLinks').heu/nd(msg); opagetttttttettttt} opagetttttettttt}); opagettttttt}, opagetttttttses r: funait l(data){ opagetttttttettt//$('#aucsdata').html('i ceu, dsport àhttps://aucs.prened .org">sign in1"><'); opagetttttttettt$.ajax({ opagetttttttettt port: "GET", opagetttttttettt url: "1933?e trav=pdfrnes& hre#fagurl=1", opagetttttttettt suca ss: funait l(msg){ opagetttttttettt tttttt$('#dlLinks').heu/nd(msg); opagetttttttettttttt} opagetttttettttt}); opagettttttt} ttettttt}); opagettt$('#plpeaer éneli').leur('toucs7nd', funait l(e) {}); opagettt$('input[n m =q]').f cus(funait l() { age etttttttif ( $(t ls).httr('valu ') == 'R portiver' ) { age etttttttettt$(t ls).httr('valu ', ''); opagettttttt} ttettttt}); opag}); jQ 1ry(s cutrau).ready(funait l($) { $(funait l() { if (s cutrau.cookie.ipdexOf("__cookieburt=1") == -1) { $("div c>").html("id="bodyftn3\"cookiell" \">Ed s="féraia vopagenavig, ce du c . Lvev la nctifs z d'drement médd. Daokies. dsport \http://www.prened .org/6540\">Ed s d’ulue1">lms tout>Dopag Dopag san une ooooooooooo la santé iune dyftn3"first"> santé isport àhttp://www.prened .org">OrenEd ubtraagev-toggle-shaw" ooooooooooooooooooo la santé té iyth ooooo té i OrenEd Books ooooo té iul ooooooooooooooooooooooooooo opagetttttttettttt id="bodyftn3"liele">OrenEd Books Lrosocertains hu commeets lid ,1">Ed s d’ulue1"> ls ooooo té iul ooooooooooooooooooooooooooooo opagetttttttettttt ls.prened .org">id="bodyftn3"liele">OrenEd J> ls Rv 1e dcertains hu commeets lid ,1"> ls">Lelatv 1e1"> ls.prened .org/643airEd s d’ulue1">id="bodyftn3"liele">Cvit da Annoposent de conseill1">id="bodyftn3"liele">Hypothèses Carnetisdel portive >CvholSi cet exrarneti > ubtraa" ooooooooooooooooooo la santé té iyth ooooo té i L lthir& burtes ooooo té iul ooooooooooooooooooooooooooooo opagetttttttettttt id="bodyftn3"liele">Lelthi S'abr="lrrà la L lthiro'OrenEd id="bodyftn3"liele">Aburtesr& br="ltr">s Accédern a risvice1">OrenEd Freemium lradionan m ="ul" valu àhttp://p> ls.prened .org/et lournes en 1/"srs ckeolirs ckeo" /< opagetttttttettttttt iyabel er lishep> lradion>l class=oqvue1"yabel
    iyabel er liprened radion>l claOrenEd oooooooo ou le oooo ou le oo ou le ou le oooo la san une des deucalyxtgev-toggle-shaw" ooooooo la sant une dyftn3"liele-share" ooooooooooooo la santé iem> ubtraa" ooooooooooooooooooo la santé tiyt> bg- av" agetttttttetttttttTiest : outh ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt ud Ét lourdnes en 1al1 ud ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt utrEd brt : outh ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt ud ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo opagetttttttettttttt ip Rv 1tdédiéirà la portivelass=a éflexiorti clas s comdl l’ét lourdnes en 1 éraia lstoax dis’ét lourdg dur "ltr">al1lass=’ét lourddrd lidétéa p t ud oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo ume ooooooooooooooooooooooooooooa yth ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té iyth ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té t ume ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt utrEd), : outh ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt ud Édlle, scNota ben1 ud oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt utrSup : outh ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt ud Paps rns ou lfai dérasud oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt utrE ISSNr: outh ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo la santé té tt ud do29-7017 Vd’, une ds d 70, ue nholSi ceOrenEd bg- av yftt" la santé tiyt> bg- av yftt"abolidlLinks"e myth ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooola santé té i eme oooooooooooo la santé iem> hare" ooooooooooooooooooo la santé tiyt> iaign iaig-twitp/p> isport àhttp://twitp/p.com/ hare?yxt=s d’éth+ou+Coubqueln%C2%A0%3A+le+cilemme+de+la+m%C3%A9 +du+
    iaign iaig-ne sbook> isport àhttps://www.ne sbook.com/ harer.php?u=s d’éth+ou+Coubqueln%C2%A0%3A+le+cilemme+de+la+m%C3%A9 +du+ iaign iaig-google-ulue> isport àhttps://ulue.google.com/ hare?url=s d’éth+ou+Coubqueln%C2%A0%3A+le+cilemme+de+la+m%C3%A9 +du+ ou le oo ou le ou le oo la san buttsiq iaign iaig- av" 1"buttsie ooi!--[if lte IE 9]h ooooo t la saniytnkreleustyleshee "ort àhttps://atioic-origiu.prened .org/prenbarre/css/ie_prenbarre.css"e ooi![endif]-->lmu leDopag opd/html>