Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

Dopage : prévention, répression et enjeux éthiques. Entretien avec Albane Andrieu

Philippe Liotard et Albane Andrieu

Résumés

Dans cet entretien, Albane Andrieu apporte des éclairages sur les valeurs (éthiques, sociales, juridiques…) et les enjeux qui sous-tendent une politique de prévention du dopage. Le parallèle avec la prévention des toxicomanies élargie à celle des comportements d’addiction permet d’avancer une définition et de rappeler quelques principes fondamentaux d’une démarche de prévention. De même, elle interroge la cohérence et l’efficacité des politiques actuelles qui envisagent le dopage à travers un axe uniquement répressif. Malgré quelques initiatives locales de prévention du dopage, le mouvement sportif résiste à l’engagement dans des actions pérennes. Car si l’on veut lutter contre le dopage, il est nécessaire de lutter contre la valorisation systématique de la performance. La possibilité de faire de la prévention du dopage est-elle alors toujours envisageable ? Doit-on faire uniquement de la prévention du dopage, ciblée sur le recours à des produits ou des méthodes interdits à des fins d’améliorer des performances sportives, ou doit-on inscrire les actions dans une perspective plus large des comportements à risques ?

Haut de page

Texte intégral

1Philippe Liotard : Albane Andrieu, vous êtes impliquée dans des actions de prévention en matière de conduites addictives depuis plusieurs années. Votre expérience a également été sollicitée pour concevoir et piloter des projets de prévention portant sur le dopage au sein du Groupe de réflexion et d’action dopage (GRAD) de la direction régionale de la jeunesse et des sports de Montpellier, dirigé par le docteur Olivier Coste. Pour la revue Éthique publique, j’aimerais obtenir votre éclairage sur un certain nombre de points. Tout d’abord, la prévention du dopage peut-elle aujourd’hui exister ? Et à quelles conditions ? A-t-elle une place face à la priorité des institutions accordée à la répression ? Ensuite, peut-on définir une prévention spécifique du dopage et, si oui, comment se positionne-t-elle par rapport aux autres grandes campagnes de prévention en matière de santé ? Bref, quelles valeurs et quels enjeux sous-tendent une politique de prévention et quel type de régulation des comportements peut-elle viser ?

2Albane Andrieu : C’est un vaste débat auquel je ne peux proposer que quelques pistes de réflexion élaborées depuis ma position d’actrice de prévention. Cette pratique, je l’interroge en permanence à partir du regard sociologique auquel j’ai été formée. En même temps, je la confronte – au sein du GRAD de Montpellier – à l’expérience de médecins, de chercheurs en physiologie, en pharmacie, et aussi à celle des psychologues. Au sein de ce groupe, nous avons depuis quatre ans de nombreuses discussions sur la question de la prévention dans le dopage, et nous sommes parvenus à esquisser quelques principes permettant de poser le débat éthique.

3Par ailleurs, les réflexions que je peux proposer sont aussi nourries d’une expérience plus large de la prévention. Sur ce point, les institutions sportives, et plus largement celles qui alimentent le débat sur la question du dopage, paraissent relativement démunies. Or, il existe pourtant en France – et dans de nombreux pays occidentaux qui font du dopage une priorité – une histoire de la prévention dans d’autres domaines touchant à la santé, aux comportements à risques et aux conduites addictives.

4Il ne suffit pas d’avoir de bonnes intentions pour atténuer les effets mortifères d’un phénomène. Il ne suffit pas non plus de donner des injonctions (ne pas boire, ne pas recourir à des produits interdits, ne pas rouler vite, ne pas avoir de relation sexuelle sans préservatif, etc.). Il ne suffit pas d’assener des sentences morales. La prévention ne se résume pas à la condamnation des comportements et à la stigmatisation des personnes.

5De plus, parler de prévention suppose de s’accorder sur le sens de ce terme et d’en distinguer les différents types. Cela implique aussi d’analyser les déterminants sociologiques et psychologiques qui président aux comportements dont on espère atténuer l’apparition ou limiter les conséquences néfastes. Cela nécessite enfin de définir précisément les objectifs que l’on vise et la portée des actions que sous-tend la prévention.

6P. L. : Justement, comment ce questionnement s’élabore-t-il en matière de prévention concernant les pratiques stigmatisées par le terme de « dopage » ?

7A. A. : D’abord, le parallèle avec la prévention des toxicomanies, élargie à celle des comportements à risques et des addictions, doit nous permettre de poser une définition et de rappeler quelques principes fondamentaux d’une démarche de prévention.

8Mais en même temps, ces principes doivent être réinterrogés par l’analyse de diverses expériences d’actions de prévention du dopage. Avoir une conception de la prévention est une chose. C’en est une autre de dépasser les difficultés rencontrées, liées en partie à de fortes résistances du milieu sportif qui produit pourtant un discours qui peut sembler favorable. J’entends par « milieu sportif » l’ensemble des individus jouant au sein de l’institution sportive les rôles nécessaires à son fonctionnement et assurant les tâches qui découlent de son organisation et de ses finalités. Il rassemble ainsi diverses catégories d’acteurs, comme les athlètes, les dirigeants, les éducateurs, les entraîneurs, bien sûr, mais aussi les parents de sportifs (dont l’influence – parfois mortifère – dans les sports qui exigent une maturité précoce mériterait à elle seule une analyse), et puis tous les acteurs médicaux et paramédicaux impliqués dans la préparation physique des athlètes, enfin, les commanditaires, les supporters, les journalistes qui rendent compte des épreuves et qui entretiennent avec les sportifs des relations de connivence, etc. D’emblée, il est possible de percevoir des conflits d’intérêts ou tout au moins des contradictions dans les attentes et la compréhension – par ces différents groupes d’acteurs – des enjeux d’une prévention dopage.

9P. L. : Pouvez-vous néanmoins exposer votre conception de la prévention, de manière générale, ainsi que les valeurs qui la sous-tendent ?

10A. A. : Tout à fait. Pour cela, je vais faire un petit détour visant à situer l’apparition de la notion de « prévention » dans le champ politique. Au niveau d’un État, la prévention se construit dans un cadre juridique. Concernant la prévention en matière de toxicomanie en France, le premier cadre est fourni par la loi du 31 décembre 1970 sur les stupéfiants. Ce texte prévoit que le toxicomane peut bénéficier de soins gratuits et anonymes. Il n’est plus seulement considéré comme délinquant (au sens de déviant par rapport à la loi) mais aussi comme malade. Il y a un changement dans le point de vue porté sur le toxicomane. Certes, il peut être tout à la fois malade et délinquant, ou délinquant parce que malade et dépendant. Mais il est légalement considéré comme malade, ce qui entraîne une nouvelle manière d’entrevoir la prise en charge. On voit tout de suite que, en matière de sport, désigner le sportif qui recourt à des produits interdits (mais intégrés à sa préparation pour répondre aux exigences sociales de la performance) comme un tricheur engendre une position tout autre.

11À la suite de la loi de 1970, l’État définit un cahier des charges pour créer des centres de soins spécialisés pour toxicomanes (CSST), accueillir les toxicomanes et assurer la prévention des toxicomanies. Néanmoins, aucuns moyens financiers propres ne sont alloués, aucune formation spécifique n’est mise en place, aucune évaluation des politiques n’est réalisée, ni aucune recherche menée sur la compréhension du phénomène.

  • 1  Pour une synthèse, voir A. Morel, « Histoire de la prévention des toxicomanies », dans Prévenir le (...)

12La prévention des toxicomanies en France repose alors uniquement sur le militantisme et le bénévolat des acteurs de terrain, et ce jusqu’à la fin des années 1990. Dans le même temps coexistent des campagnes nationales à l’attention du grand public, financées par l’État qui s’approprie la symbolique de la toxicomanie, et des actions de proximité auprès d’un public ciblé assurées par les acteurs du champ de la toxicomanie. Le message délivré dans les campagnes nationales se fonde sur les imaginaires de la peur et du danger (pour la santé) et sur une stricte partition entre le bien et le mal (du point de vue de l’éthique et de la valorisation des comportements). La prévention des toxicomanies privilégie une démarche axée sur le « produit1 ». Elle se fonde sur la séparation entre les drogues licites et illicites.

13P. L. : C’est-à-dire ?

  • 2  N. Maestracci, Les drogues, Paris, PUF, 2005, p. 73.

14A. A. : Cela signifie par exemple que la question de l’alcool n’est pas envisagée de la même manière que celle de l’héroïne, des acides ou de la cocaïne. L’alcool est une drogue licite. Néanmoins, « la loi du 15 avril 1954 sur le traitement des alcooliques dangereux considère les alcooliques comme des malades qu’il s’agit de soigner [et] amorce une politique publique qui inclut des mesures de prévention et d’information2 ».

15P. L. : Concernant le dopage, le terme même indique que l’accent est mis sur les produits et sur le caractère licite ou illicite de leur prise, puisque sa définition se fonde sur l’établissement d’une liste interdite. Quelles en sont les conséquences du point de vue de la prévention ?

16A. A. : Pour répondre, je vais faire un petit rappel des grandes étapes de la législation. Le dopage d’un point de vue légal n’existe que dans le champ sportif, la prévention du dopage est donc spécifique au milieu sportif. On peut donc dire que le dopage est une délinquance produite par le sport. Il s’agit d’une infraction à la loi sportive. Selon cette loi, tous les moyens ne sont pas bons. Ou plutôt, tous ceux qui sont bons (en matière d’efficacité) ne sont pas autorisés. Les aides à la performance sont ainsi réglementées. C’est l’arsenal juridique qui est mobilisé pour réguler les comportements. Les individus passent ainsi du statut de déviants par rapport à des valeurs mises en avant (la pureté et la naturalité de la performance) à celui de délinquants.

17En France, la première loi sur le dopage date du 1er juin 1965. Elle porte sur la « répression de l’usage de stimulants à l’occasion de compétitions sportives ». Le dopage est alors clairement posé comme une tricherie. Les conséquences en matière de prévention se limitent à la production d’un discours assenant que ce n’est pas bien de tricher, que c’est contraire au fair play, c’est-à-dire à l’esprit du sport. On pourrait dire que la prévention se construit sur l’injonction de « bien » se comporter, c’est-à-dire sur l’intériorisation d’une morale.

18Le 29 octobre 1975, l’État se désengage en partie de la question du dopage, puisqu’il délègue aux fédérations sportives le pouvoir d’organiser les contrôles antidopage (qui sont des tests visant à dépister la consommation de produits interdits), ainsi que celui de prendre des sanctions contre les contrevenants. La prévention, si l’on peut parler de prévention, se résume à la répression.

19Il faut attendre la loi du 28 juin 1989 pour que la question du dopage donne lieu à une différenciation des infractions. D’un côté, des infractions pénales sont prévues, mais uniquement pour le trafic de produits dopants. De l’autre, des sanctions sportives sont établies pour l’usage par les sportifs de produits interdits. C’est dans le cadre de la loi de 1989 qu’est introduite la notion de prévention. Elle envisage des campagnes d’information et des actions de prévention et d’éducation en direction du milieu sportif.

20La prévention est comprise comme une information. Cette conception de la prévention consiste à penser qu’il suffit d’instruire (apporter des connaissances sur) pour modifier les comportements, alors qu’une telle modification ne peut s’envisager qu’à partir d’une éducation, c’est-à-dire à partir de la transmission de valeurs et de l’adhésion à des principes forts à partir desquels les individus sont en mesure de décider de leurs actes. Or une décision n’est jamais prise seulement en « connaissance de cause » mais aussi en fonction des systèmes de valeurs et des environnements symboliques dans lesquels sont pris les individus. Néanmoins, envisager la prévention de la sorte permet de donner bonne conscience aux acteurs en leur évitant d’analyser le système de production de performance qui engendre les conduites dopantes. En mai 1990, une commission nationale est créée, chargée de proposer des mesures tendant à prévenir et combattre le dopage. Il faut cependant attendre 1999 pour qu’un tournant soit pris en matière de dopage et de prévention.

21P. L. : Qu’est-ce qui incite à prendre ce tournant ? Est-ce une réflexion sur l’insuffisance des lois précédentes ou sur leurs effets pervers ?

  • 3  M. Choquet et al., Jeunes, sport, conduites à risques, rapport réalisé à la demande de la mission (...)

22A. A. : Pas du tout. Il me semble plutôt que cela résulte à la fois d’un contexte et d’une actualité, car il n’y a pas d’évaluation des effets (pervers ou pas) de la loi. Pour le contexte et en matière de toxicomanie, de nombreuses études montrent l’apparition de nouveaux comportements à risques chez les jeunes ainsi que de nouvelles tendances dans la consommation de produits licites et illicites. Des études sociologiques ont fait apparaître une évolution des usages, une précocité de la consommation, l’émergence d’une polyconsommation… Le rapport de M. Choquet a également fait apparaître que les jeunes sportifs présentent aussi des comportements à risques et que la consommation de substances psychoactives est répandue3. Ainsi, du point de vue du contexte, le rapport aux drogues et aux médicaments paraît évoluer en même temps que le regard porté sur leurs consommateurs s’affine.

23Mais le véritable déclencheur est ce qu’on appelle désormais l’affaire Festina, du nom de l’équipe cycliste exclue du Tour de France 1998, après l’interpellation par les douanes d’un soigneur dont la voiture était pleine de produits dopants. Le leader de cette équipe était Richard Virenque, qui était aussi le leader dans l’affection du public français. Cette affaire a permis de mettre au jour un usage collectif et institué du dopage qui tenait compte de la loi et des contrôles. Ainsi, le dopage n’est plus une question d’individu considéré comme un tricheur mais est enfin posé comme un problème lié à l’organisation de la préparation des sportifs et à la finalité du sport professionnel. Le tournant de 1999 résulte d’une certaine manière de la conjugaison entre un électrochoc médiatique et la sensibilité à une évolution des conceptions en matière de prévention.

  • 4  A. Goodman, « Addiction, Definition and Application », British Journal of Addiction, no 85, 1990, (...)

24En dehors du sport, du point de vue de la prévention, la notion de toxicomanie a laissé la place à celle d’addiction, « processus par lequel un comportement, pouvant à la fois produire du plaisir et écarter ou permettre d’atténuer une sensation de malaise interne, est caractérisé par l’impossibilité répétée de contrôler ce comportement et par sa poursuite en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives4 ». On ne tient plus compte du caractère licite ou illicite pour définir les axes politiques de la lutte et de la prévention. L’enjeu consiste alors à permettre aux individus de se libérer d’un comportement sur lequel ils n’ont pas de prise vis-à-vis des substances dites psychoactives.

  • 5  France-Soir, 21 juillet 1998.

25Dans le sport, l’affaire Festina a incité à voir en le sportif une victime d’un système, un peu comme trente ans auparavant le toxicomane avait été considéré comme malade. Marie-Georges Buffet, la ministre des Sports qui signe la loi de 1999, affirme notamment que « les sportifs sont avant tout des victimes : victimes d’un système qui, pour des raisons commerciales, pousse à un calendrier démentiel5 ».

26Finalement, la loi Buffet de 1999, si elle renforce l’arsenal répressif, introduit tout de même la double question de la prévention et de l’éducation et crée un organisme indépendant du mouvement sportif, le Conseil de prévention et de lutte contre le dopage.

  • 6  I. Lenfant, Bilan des outils de prévention utilisés dans le cadre de la lutte contre le dopage, Co (...)

27L’action de celui-ci en matière de prévention et d’éducation sera relativement timide malgré le travail coordonné par Irène Lenfant, qui a fait le point sur les outils de prévention disponibles en France6. D’ailleurs, le Conseil disparaît dans l’actuel projet de loi 2005 au profit d’une Agence de lutte contre le dopage !

28La répression demeure sur le plan national – et plus que jamais – l’outil de régulation prioritaire en matière de dopage, ce que confirment les propos de l’actuel ministre Jean-François Lamour qui ne déroge pas à la stigmatisation des sportifs dopés perçus comme des tricheurs. Mais il est vrai qu’au moment où Paris s’est portée ville candidate à l’organisation des jeux olympiques de 2012, il n’est pas question d’interroger le système de production de performance. Au contraire, il s’agit de l’alimenter en fixant d’ores et déjà un objectif en nombre de médailles à obtenir si Paris accueillait les jeux.

29P. L. : Quels sont alors les principes généraux d’une démarche de prévention ?

30A. A. : Ils sont au nombre de trois. D’abord, il y a un principe éthique qui consiste à poser comme valeur première le respect de la personne, de ses désirs. Pour élaborer une prévention accessible à tous, il importe de partir des préoccupations des personnes concernées et d’impliquer le public cible en l’associant à la démarche de prévention de façon à le rendre acteur de celle-ci. Il est nécessaire sur ce point d’écouter son discours et d’entendre les contradictions auxquelles il doit faire face. Poser comme valeur le respect des personnes est autre chose que d’affirmer le respect du sport. Et l’on voit immédiatement les conséquences de l’une ou l’autre assertion en matière de prévention.

31Les deux autres sont des principes d’efficacité. Le principe de cohérence des actions de prévention doit permettre de mettre du sens dans les actions entre les différents acteurs. Il implique ensuite de travailler dans la durée. La prévention n’est pas un acte ponctuel mais un acte éducatif au quotidien. Une conférence sur le dopage donne bonne conscience à ses organisateurs et flatte l’ego des conférenciers, mais on peut se poser la question de son impact. Il importe également, en matière de cohérence, de connaître les différents axes de la politique de prévention.

32Enfin, le dernier principe est l’évaluation des actions. Pour cela il convient de définir des objectifs (que vise-t-on ?) et une méthodologie adaptée. L’évaluation permet aussi bien de réévaluer les objectifs que la méthodologie.

33P. L. : La prévention du dopage peut-elle répondre à ces principes ?

34A. A. : Il faut d’abord se poser quelques questions. Les sportifs eux-mêmes se sentent-ils concernés par la prévention du dopage ? Peut-il y avoir une cohérence des actions sans volonté politique ? Existe-t-il aujourd’hui des orientations politiques qui définissent une stratégie de prévention ? Et selon quels objectifs ?

35Seuls deux points majeurs sont développés pour définir la prévention du dopage : la responsabilisation du sportif quant à sa pratique et son accompagnement psychologique. Si aujourd’hui la prévention s’inscrit dans la lutte contre le dopage à travers un axe uniquement répressif (le contrôle antidopage positif entraîne une sanction, la prévention résidant dans le caractère supposément exemplaire de celle-ci) et non pas dans une démarche plus globale de promotion de la santé, alors la cohérence est très limitée.

36P. L. : Comment mener un travail de prévention dès lors que le sportif « dopé » est désigné comme un tricheur ?

  • 7  P.-J. Parquet, Pour une politique de prévention en matière de comportements de consommation de sub (...)

37A. A. : Malgré ce retour en arrière incarné par le projet de loi et le discours de l’actuel ministre des Sports en France, on peut constater un rapprochement de la prévention des toxicomanies et du dopage par le concept d’addiction. La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et la toxicomanie a vu ses missions élargies à la prévention des conduites dopantes. La question de la prévention du dopage est alors intégrée à une préoccupation de santé qui va bien au-delà du sport puisqu’elle apparaît au plan triennal 1999-2001 de la Mission. Le professeur Parquet a délivré un rapport sur les « comportements d’usages », dans lequel il distingue un usage simple des produits, un usage nocif et enfin un usage produisant ou résultant d’une dépendance7.

38La perspective qui est mise en avant dans le champ de la prévention est alors centrée sur les comportements plutôt que sur les produits. On parle désormais de prévention des comportements d’addiction, quel que soit le produit ou l’objet de l’addiction. Pour l’acteur de prévention, peu importe que la personne auprès de qui il intervient soit désignée par ailleurs comme un tricheur. Ce qui va compter, c’est de saisir ce qui pousse cette personne à se comporter de la sorte.

39Nulle part ailleurs qu’en matière de dopage, la question de la prévention ne se construit sur la suspicion systématique des individus. Peut-on imaginer de la prévention contre la violence à partir d’une attitude qui juge et condamne les auteurs de violence, la prévention contre le VIH et les maladies vénériennes à partir d’une posture qui pose les auteurs d’une relation sexuelle comme des pécheurs, la prévention des toxicomanies et des dépendances à partir d’un jugement moral vis-à-vis des personnes victimes de l’addiction ? Le jugement de valeur porté sur les individus que vise la prévention peut d’autant plus contrarier le projet qu’il est implicite. Aller voir des sportifs pour parler de dopage dans un contexte qui fait du dopé un tricheur ne peut qu’engendrer des réactions de défense sinon de rejet.

40De ce point de vue, même si elle n’intègre pas les évolutions les plus récentes en matière de prévention, la loi Buffet du 23 mars 1999 peut être mise en parallèle avec la loi du 31 décembre 1970 sur l’usage des stupéfiants. En effet, elle établit une séparation juridique nette entre le sportif consommant des substances dopantes et le trafiquant. Pour le sportif, elle institue un accès gratuit aux soins (au sein des antennes médicales prévues dans les hôpitaux) et ne prévoit aucune poursuite judiciaire pour l’usage. Il y a donc une claire distinction pour l’usager du point de vue de la prise en charge (puisque le sportif est alors considéré comme malade ou tout au moins en difficulté) et du point de vue des sanctions. Ces dernières sont sportives et non pénales, les sanctions pénales relevant du droit commun concernent le trafic ou la cession de produits stupéfiants ou pharmaceutiques. Mais rappelons tout de même que si ce parallèle peut être effectué entre les deux lois, la prise en charge du sportif dopé semble plus difficile à établir, dans le sens où le sportif ne se considère aucunement comme malade.

41P. L. : Peut-on voir là une évolution dans le souci de régulation ? Quelles valeurs sont mises en avant ?

42A. A. : La première valeur de la prévention consiste à se préoccuper de l’individu plutôt qu’à entretenir le système qui produit ou favorise l’addiction ou la déviance. L’évolution se situe dans l’idée que la sanction n’est pas le seul outil de régulation des comportements et qu’il est possible de travailler sur les valeurs justement. La sanction n’a de sens que si elle est comprise. Or, de nombreuses affaires de dopage montrent que les sanctions retenues sont rarement estimées justes par les sportifs qui ne se considèrent pas comme des tricheurs, faisant au contraire de leur mieux pour respecter les exigences de l’institution sportive.

43Si lutter contre la violence (sexuelle, routière, conjugale, etc.) suppose que la loi soit posée (un viol est un viol, un excès de vitesse un excès de vitesse), aucune stratégie de prévention (en matière d’anticipation, d’accompagnement, de suivi, etc.) ne peut se faire dans la condamnation de la personne au nom de l’acte qu’elle a commis.

44P. L. : N’y a-t-il pas alors une illusion à promouvoir la prévention du dopage, alors que tout semble aller vers un durcissement des outils de la répression, selon les orientations et les règlements établis par l’Agence mondiale antidopage ?

45A. A. : Dès lors que l’on pense la prévention, il y a nécessité de l’articuler avec la question de la répression. Aucune politique de prévention ne peut faire l’économie de cette réflexion. Or, en matière de sport, tout semble se passer comme si l’accroissement des outils de détection, la prolifération des tests de dépistage et l’augmentation de la sévérité des sanctions suffisaient à modifier durablement les comportements. Il est possible au contraire de constater que le durcissement de la lutte n’a que peu d’impact sur les pratiques prohibées, car il entraîne de multiples stratégies de masquage, ou tout simplement d’adaptation à la loi. Par exemple, dès lors que les tests portent sur des seuils en deçà desquels les contrôles sont négatifs, la loi qui est censée interdire le dopage l’autorise jusqu’à la hauteur des seuils en question. Les cyclistes, par exemple, excellent dans ce dosage de plusieurs produits interdits mais consommables jusqu’à hauteur des seuils de détection.

46Ainsi, ce n’est pas l’usage du produit qui est condamné, mais son dosage. Durcir la répression en abaissant les seuils ou en détectant des produits jusque-là indétectables ne résout pas le problème du rapport qu’entretient le sportif au produit (qu’il soit autorisé ou non).

47Quoi qu’il en soit, la tension entre prévention et répression constitue un débat récurrent qui se fonde sur des valeurs implicites. Le fait d’accorder concrètement la priorité à l’un ou l’autre pôle traduit bien sûr l’adhésion à des principes ainsi que la référence – sans que cela ne soit toujours exprimé – à ce qui vaut par-dessus tout : le respect de l’ordre, de la loi et de l’institution ou bien au contraire celui de l’individu.

  • 8  Voir dans ce numéro l’article de Pascal Charroin.
  • 9  Voir le rapport d’Y. Boisvert et É. De Léséleuc (dir.), Éthique du sport : débat actuel et tendanc (...)

48P. L. : Vous venez de montrer que l’apparition de la prévention du dopage est récente dans les préoccupations politiques, comme l’est la question du dopage comme problème politique, sa définition juridique ne datant que de 19658. Pourtant, en quarante ans, les pratiques qui sont ainsi qualifiées apparaissent comme un « fléau » qu’il faudrait « éradiquer9 ». Quelles sont les positions vis-à-vis d’autres pratiques sociales donnant lieu à des politiques de prévention ? En d’autres termes, est-ce que l’objectif en matière de prévention peut se réduire à la volonté d’en finir avec les phénomènes concernés ?

49A. A. : Cela semble difficile. L’Organisation mondiale de la santé définit la prévention comme solution pour, d’une part, éviter les événements considérés comme dangereux pour l’homme et, d’autre part, aider l’individu à modifier ses comportements à risques. Trois types de prévention sont alors proposés.

50La prévention primaire d’abord. Il s’agit d’intervenir avant qu’un problème de santé n’apparaisse. Pour cela il faut influer sur le comportement et les conceptions du groupe cible afin d’inciter ses membres à ne pas déclencher des comportements jugés néfastes (ne pas commencer à fumer, ne pas prendre de testostérone…). C’est sans doute le niveau de prévention le plus communément accepté lorsqu’il est question de dopage.

51La prévention secondaire, elle, cherchera à détecter précocement un problème de santé en cours de développement. Cela suppose de reconnaître l’existence de ce problème. En matière de dopage, ce second niveau est déjà problématique puisqu’il implique que l’on puisse prendre en compte la réalité du dopage. Or, la prohibition dont il fait l’objet et la stigmatisation des individus qui l’accompagne engendrent le secret et le déni. Le suivi médical longitudinal des sportifs de haut niveau peut peut-être aller dans ce sens. Mais il pose une question éthique pour le médecin dans le rapport à sa fonction et à sa mission : qu’en est-il du secret médical ? Au nom de quoi un médecin qui constate une anomalie doit-il et peut-il en référer à une autorité ? De même, cela crée une confusion pour les athlètes qui voient chez les médecins des contrôleurs visant à les démasquer plutôt que des professionnels qui pourraient œuvrer pour leur santé, leur bien-être et leur équilibre de vie.

52Enfin, la prévention tertiaire consiste à prévenir une récidive ou à limiter les conséquences d’un comportement. C’est ce niveau qui permet de penser par exemple des suivis médicopsychologiques ou bien des traitements de substitution. En matière de sport, ce type de prévention est rejeté au nom de la supposée éthique du sport qui s’interdit de penser le sport dans sa dimension pathogène. Or, l’éventualité d’un dopage autorisé sous contrôle médical est écartée, non pas parce que cela enfreindrait l’éthique du sport, mais bien parce qu’il s’agirait d’une aberration du point de vue de l’éthique médicale.

  • 10  Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, « Éthique et spo (...)
  • 11  C.-L. Gallien, « Le dopage en question », France JO, no 31 (numéro spécial), novembre 1998, p. 56.

53En clair, une prévention tertiaire n’est pas souhaitable si elle fait du médecin un artisan de l’acceptation de contraintes inhumaines qu’il aurait pour tâche de rendre supportables grâce à un traitement approprié. Pour le Comité consultatif national d’éthique, il faut lever ces contraintes que la pratique sportive intensive fait porter sur les individus au lieu de mettre en œuvre les moyens de les endurer : « Il convient de porter remède aux causes des déficits et non pas de les compenser. Une telle attitude pourrait être préjudiciable à la santé des sportifs, auxquels on ferait prendre un risque, souvent sous la pression des nécessités du spectacle et d’intérêts économiques10. » De même pour le professeur Claude-Louis Gallien, « accepter que la pratique sportive puisse entraîner une déstabilisation de l’homéostasie est une hérésie médicale et déontologique11 ».

  • 12  Il pourrait être étayé par la thèse de Stéphane Proia dans Psychologie et anthropologie cliniques (...)

54Ces positions, comme celles qui rejètent une prévention tertiaire au nom d’une infraction à l’éthique sportive, posent le problème du refus de prendre en compte une réalité au nom de ce que devrait être le sport. Le propos de Claude-Louis Gallien et du Comité consultatif national d’éthique permettent toutefois de mettre radicalement en cause les contraintes auxquelles les sportifs doivent faire face. Ce débat sur la prise en charge des sportifs et les effets concrets de la pratique sportive intensive mérite d’être amplifié12.

55Les deux derniers niveaux de prévention dont il vient d’être question (secondaire et tertiaire) nécessitent la mise à distance des jugements de valeur pour prendre en compte une réalité génératrice de souffrance et de déséquilibre pour les individus, aliénés aux exigences d’une pratique sportive intensive. L’intérêt de l’individu est jugé préférable aux intérêts économiques mais aussi symboliques liés par exemple à la réussite d’une équipe nationale13. Une prévention du dopage nécessite donc de prendre en compte la spécificité du milieu sportif et de son contexte économique, politique et sociétal. Il ne suffit pas d’égrener des slogans selon lesquels le dopage « ça n’est pas le sport ». Encore faut-il accepter que le sport c’est aussi le dopage afin de pouvoir agir de manière à protéger les sportifs (et notamment les plus fragiles et les plus vulnérables d’entre eux, les jeunes).

56Même si les contraintes sportives existent, sont oppressantes, la prévention du dopage permet en effet d’améliorer le climat ambiant sportif, et surtout de donner la possibilité aux sportifs de faire des choix dans le recours ou non au dopage, afin d’éviter les comportements dangereux pour leur santé (envisagée non seulement sur le plan physique mais aussi sur le plan mental et social).

57P. L. : Y a-t-il malgré tout des éléments qui favorisent une démarche de prévention ?

  • 14  Sur les déterminants sociologiques, voir P. Mignon, Le dopage : état des lieux sociologiques ; pou (...)

58A. A. : Oui, à condition de respecter certains principes, d’accepter de s’enrichir de l’expérience de la prévention dans d’autres domaines et de repenser ces expériences au regard de la spécificité des déterminants sociologiques et psychologiques du dopage14. La prévention des conduites addictives se développe dans différents milieux, d’abord et surtout familial, puis scolaire mais aussi associatif ou sportif, sans oublier la contribution des médias, notamment la télévision. L’intérêt du débat public, c’est que les valeurs peuvent être discutées, sur ce qui est souhaitable, mais aussi sur ce qu’il est préférable de faire. L’intervention de prévention se doit donc non pas d’être pensée seule mais en articulation avec ce qui est dispensé dans les autres lieux de vie et de développement de l’enfant ou de l’adolescent. C’est pourquoi il semble nécessaire de favoriser les pratiques de travail en réseau.

59De plus, les nouvelles orientations de la politique de prévention s’attachent désormais à inscrire les actions dans une démarche globale de promotion de la santé et de développement du sens des responsabilités des jeunes vis-à-vis d’eux-mêmes comme vis-à-vis d’autrui.

60P. L. : Le milieu sportif est-il prêt à travailler avec d’autres acteurs que ceux du sport ? Alors qu’il a ses propres lois (le dopage, vous l’avez dit, au sens strict n’existe que dans le sport), ses règles, ses codes et que les politiques cautionnent et favorisent son fonctionnement autonome ?

61A. A. : Je répondrai en poursuivant le questionnement : en quoi l’État doit-il s’engager en matière de service public sur la question ? À quel « bien commun » répond-il ? S’agit-il de protéger les sportifs ou bien de « sauver le sport », ou, pis, de protéger son image ? Doit-on faire uniquement de la prévention du dopage, ciblée sur le recours à des méthodes ou des produits interdits afin d’améliorer des performances sportives, ou doit-on inscrire les actions dans une approche plus large des comportements à risques ?

62P. L. : Peut-on répondre à ces questions sans analyser ce qui produit le dopage, ce qui l’entretient et ce qui l’accentue ? Peut-on penser la prévention alors que l’on s’interdit d’interroger les fins qui poussent à l’utilisation des moyens condamnés ?

63A. A. : Pour cela, deux présupposés au moins doivent être levés, chacun fondant un jugement de valeur. Or les valeurs mêmes sur lesquelles s’établissent ces jugements doivent être discutées pour envisager une prévention.

64Premier présupposé : le sportif qui recourt à des produits interdits est un tricheur. Je ne reviens pas sur ce point. Second présupposé : le sport est une bonne chose et il est à la fois souhaitable et valorisé de chercher à produire des performances toujours plus élevées. Mais à quelles conditions et jusqu’où est-il souhaitable qu’un individu s’y engage ? Que faire par exemple des propos d’anciens sportifs professionnels qui, tout en ne regrettant rien de leur carrière, disent qu’ils feront tout pour que leurs enfants ne passent pas par les mêmes sacrifices afin qu’ils puissent précisément vivre leur enfance et leur adolescence ?

65Car en effet, rappelons que l’adolescence est caractérisée par le besoin d’affirmation de soi, de recherche d’identité, d’expérimentation, de prise de risques. C’est aussi la période où le jeune sportif a le « choix » entre une pratique de loisir ou l’entrée dans une filière sport de haut niveau. Et la première confrontation à des offres de drogues ou de produits dopants a souvent lieu à cette époque. Le jeune sportif est-il différent du jeune non sportif ?

66Les actions de prévention doivent pouvoir aider les jeunes à réfléchir sur le système de valeurs auxquelles ils adhèrent, notamment pour les jeunes garçons qui construisent leur identité masculine dans un rapport à la performance.

67P. L. : En vous écoutant, je constate que la prévention en matière de dopage paraît à la fois impensée et impensable. Impensée, car elle se replie derrière le slogan selon lequel il n’y a pas de prévention sans répression. Du coup, l’argument vaut pour le renforcement de la répression. Impensable, car elle suppose l’éradication de ce qui fonde le dopage : la recherche de la performance au sein d’un système institué de contraintes.

68A. A. : C’est un peu ça. Si l’on veut lutter contre le dopage, il est nécessaire de lutter contre la valorisation systématique de la recherche de la performance et intégrer le droit à l’erreur, privilégier l’échec comme une issue possible. Sinon, cela revient à vouloir combattre des moyens interdits mais posés comme nécessaires pour répondre aux exigences de la performance. Une injonction paradoxale s’établit alors sur le double message suivant : soyez performants mais n’utilisez pas les produits qui vous permettent de l’être. J’irai même jusqu’à dire qu’aujourd’hui il serait utile de faire de la prévention du dopage dans le milieu sportif amateur. Mais la prévention en milieu professionnel (où le système de valeurs est fondé uniquement sur la performance, le rendement et la compétitivité) n’est pas envisageable.

69P. L. : Qu’indiquent vos expériences de terrain en matière de prévention ?

70A. A. : Notre travail de prévention en milieu sportif nous permet aujourd’hui de faire plusieurs constats. Différents types d’action sont menés : des modules de formation, des séances d’information et de sensibilisation, et des projets d’accompagnement méthodologique à la mise en place d’actions dans la durée.

  • 15  En France, le brevet d’État d’éducateur sportif est un diplôme national obligatoire pour pouvoir ê (...)

71Dans le cadre de la formation initiale des brevets d’État15 ou de la formation d’entraîneurs, certains futurs diplômés n’acceptent pas, ou ne comprennent pas, le rôle qu’ils peuvent ou doivent jouer en matière de prévention du dopage. Pour la plupart, ils ne se sentent pas concernés par ces questions et les comportements qui en résultent, et cela d’autant moins qu’ils se positionnent comme des techniciens, spécialistes de l’amélioration de la performance.

72Par ailleurs, l’établissement de modules dans le cadre de la formation continue des entraîneurs et des éducateurs est indispensable à l’apport d’informations sur le dopage ainsi qu’à l’analyse des contextes qui le favorisent. Cependant, il ne suffit pas pour donner lieu à la création d’un dispositif de prévention. La réalisation d’actions de prévention au sein de clubs sportifs ne va pas de soi si les stagiaires ne se considèrent pas comme le premier maillon de la prévention. Tant que la demande n’émanera pas d’eux, ils percevront cette formation comme un cours nécessaire à l’obtention d’un diplôme.

73En matière d’éducation à la santé et de prévention, il importe aussi de travailler avec les parents qui occupent ou devraient occuper une place privilégiée. On constate pourtant une réelle difficulté à faire venir les parents lors d’actions d’information ou de sensibilisation.

74P. L. : D’un côté, il y a des discours, des déclarations d’intention. De l’autre, il y a des connaissances sur les mécanismes individuels et collectifs qui engendrent la délinquance sportive. Pourtant, concrètement, le monde sportif paraît schizophrène, agissant de manière à ne pas atteindre les objectifs qu’il pose comme prioritaires. Pouvez-vous avancer quelques facteurs explicatifs sur cette résistance du milieu sportif à mener une politique de prévention ?

75A. A. : La prévention du dopage est totalement liée aux politiques en vigueur et aux enjeux économiques. Durant la campagne « Paris 2012 », le dopage était banni du discours officiel. Il s’agissait de promouvoir l’image angélique d’un sport pur, rassembleur, tout entier tourné vers la haute performance. Ensuite, le dopage reste encore un sujet tabou comme l’était la toxicomanie, il y a une dizaine d’années. Le milieu sportif ne veut pas être stigmatisé et cherche à conserver son image positive de protection de la santé des individus.

76De plus, il y a une difficulté pour le monde sportif à s’ouvrir sur d’autres disciplines que le sport et à travailler avec des partenaires extérieurs. « Je ne vois pas l’intérêt de parler de la prévention du tabac dans le sport », ai-je pu entendre dans un stage de formation rassemblant pourtant des personnes volontaires dont certaines étaient issues du secteur médical.

77Par ailleurs, les résultats de la prévention ne peuvent se percevoir qu’à long terme, ils ne sont pas toujours très visibles. Or dans le sport le résultat est visible et, je dirais même, immédiatement visible. Travailler sur les comportements prend du temps. Le travail réflexif au cours duquel se forge la capacité d’un individu de prendre une décision n’intéresse pas les médias. Réguler son comportement par rapport à des valeurs fortes ne s’accompagne pas de déclarations médiatiques fracassantes, alors qu’un record du monde au 100 m fait la première page des journaux sportifs et la une des journaux télévisés.

78Mais il y a un point qui paraît central pour expliquer la résistance du mouvement sportif à la prévention. Une politique de prévention cohérente suppose que soit revue la valeur de la performance, ce qui place les acteurs dans des contradictions entre des principes auxquels ils peuvent adhérer (en matière de respect de l’individu, de son intégrité et de son équilibre) et les exigences auxquelles ils se croient dans l’obligation de répondre (respect du calendrier sportif, souci de performance, etc.).

79Dire non au dopage, c’est aussi dire non au sport ou dire non à une certaine logique, c’est donc aussi se poser contre l’institution en dotant la performance d’une valeur seconde. Aider les individus à se doter du pouvoir de dire non, c’est aussi les armer pour dire non à l’institution (à l’entraîneur, aux dirigeants, voire aux parents…). C’est aussi leur fournir les armes pour se mettre à distance des symboliques sociales associées à la performance sportive. Si l’on va au bout de la logique, se faire plaisir dans le sport peut se traduire par le refus de souffrir à l’entraînement, par exemple, par le refus de jouer dans des conditions non plaisantes (pluie, neige, chaleur), simplement pour que se tienne une journée de championnat quelconque. Aider un individu à saisir quel est son désir, c’est enfin lui permettre de se poser face au désir d’autrui.

80P. L. : Cette conception de la prévention peut-elle malgré tout se retrouver dans certaines initiatives ?

81A. A. : Oui. Il existe de plus en plus d’initiatives de prévention du dopage qui participent certainement à une prise de conscience du milieu sportif de la nécessité de réagir ou d’agir. Ces initiatives se trouvent sur le plan local et dépendent de l’engagement de quelques personnes. Mais elles sont rarement relayées par le politique. Comment peuvent-elles alors être généralisées, admises, intégrées, et comprises par le public cible ? Et en ce sens devenir efficaces ?

82Comme nous l’avons noté, la cohérence semble être un des éléments clés dans la prévention ; aujourd’hui, la vision du politique ou plutôt son manque de vision en cette matière ne permet pas cette cohérence. Rappelons que, dans le projet de loi relatif à la lutte contre le dopage et la protection de la santé des sportifs du 16 février 2005, seules trois lignes soulignent le renforcement de la responsabilité gouvernementale (chapitre sur les novations de la loi).

83L’adhésion de tous les acteurs concernés et la cohésion des discours et des réponses proposés participent aussi à la réussite d’une démarche de prévention. Peut-on agir de manière préventive sans travailler en amont sur les représentations de chacun et sur la définition d’objectifs communs avec les « encadrants », les dirigeants, et les politiques ? La prévention du dopage se réduirait-elle aujourd’hui à la mise en place de dispositifs d’accompagnement du sportif repéré dopé par un contrôle positif ? Ou encore par un suivi psychologique ?

84Alors que le nouveau plan gouvernemental de lutte contre les drogues illicites, le tabac et l’alcool (2004-2008) place l’école comme un acteur de premier plan dans la politique de prévention, en prévoyant que tous les élèves bénéficient à chaque niveau de leur scolarité d’une éducation à la prévention des pratiques addictives, la prévention du dopage systématique dans les clubs ou les centres de formation n’est toujours pas envisagée.

85Le clivage de plus en plus important entre certaines disciplines sportives qui souhaitent s’investir dans ces questions de prévention et d’autres qui nient l’existence du dopage pourrait nous alarmer et nous amener à dire que la prévention du dopage ne peut pas concerner tout le milieu sportif. Par ailleurs, la performance est très valorisée dans notre société. Il faut toujours être le meilleur et le plus fort dans tous les domaines. En tant qu’acteur de prévention du dopage, il nous faut alors proposer d’autres valeurs tout aussi gratifiantes et positives afin que les jeunes puissent y adhérer. On constate d’ailleurs depuis quelques années que les messages de prévention du tabac sont axés principalement sur la destruction d’une image positive du tabac. Serait-il possible alors de remettre en cause le système de performance ? De même, nous nous posons la question de savoir si la pratique intensive d’un sport ne peut pas être considérée comme dangereuse pour l’individu. En ce sens, la possibilité de faire de la prévention au dopage est-elle toujours envisageable ou bien s’agit-il plutôt de faire de la prévention vis-à-vis des effets délétères du sport ?

Haut de page

Notes

1  Pour une synthèse, voir A. Morel, « Histoire de la prévention des toxicomanies », dans Prévenir les toxicomanies, Paris, Dunod, 2000, p. 7-21.

2  N. Maestracci, Les drogues, Paris, PUF, 2005, p. 73.

3  M. Choquet et al., Jeunes, sport, conduites à risques, rapport réalisé à la demande de la mission « Environnement social des jeunes », Paris, ministère de la Jeunesse et des Sports, 1999.

4  A. Goodman, « Addiction, Definition and Application », British Journal of Addiction, no 85, 1990, p. 1403-1408.

5  France-Soir, 21 juillet 1998.

6  I. Lenfant, Bilan des outils de prévention utilisés dans le cadre de la lutte contre le dopage, Comité d’évaluation des outils de prévention, Paris, Conseil de prévention et de lutte contre le dopage, 2004.

7  P.-J. Parquet, Pour une politique de prévention en matière de comportements de consommation de substances psychoactives, Paris, Comité français d’éducation sur la santé (CFES), 1997.

8  Voir dans ce numéro l’article de Pascal Charroin.

9  Voir le rapport d’Y. Boisvert et É. De Léséleuc (dir.), Éthique du sport : débat actuel et tendances, analyses des discours institutionnels, Montréal et Montpellier, Laboratoire d’éthique publique, ENAP INRS-chaire Fernand-Dumont et Équipe Corps et culture, UFR STAPS, 2003.

10  Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, « Éthique et sport : compensation de déficits hormonaux chez les sportifs de haut niveau », Avis, no 35, France, CCNE, 1993, p. 1-4.

11  C.-L. Gallien, « Le dopage en question », France JO, no 31 (numéro spécial), novembre 1998, p. 56.

12  Il pourrait être étayé par la thèse de Stéphane Proia dans Psychologie et anthropologie cliniques du dopage sportif : de l’expérimentation de soi à l’illusion maintenue, université Montpellier 3, 2004.

13  Voir le numéro de la revue Quasimodo, « Nationalismes sportifs », www.revue-quasimodo.org.

14  Sur les déterminants sociologiques, voir P. Mignon, Le dopage : état des lieux sociologiques ; pour les déterminants psychologiques, dans S. Proia, op. cit.

15  En France, le brevet d’État d’éducateur sportif est un diplôme national obligatoire pour pouvoir être rémunéré en contrepartie d’une action d’initiation ou d’entraînement sportifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Liotard et Albane Andrieu , « Dopage : prévention, répression et enjeux éthiques. Entretien avec Albane Andrieu », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 04 décembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1937

Haut de page

Auteurs

Philippe Liotard

Philippe Liotard est sociologue au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (CRIS), université de Lyon 1.

Articles du même auteur

Albane Andrieu

Albane Andrieu est sociologue, actrice en prévention du dopage et des toxicomanies à Montpellier.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals