Navigation – Plan du site
Perspectives québécoises

Bien commun et intérêt collectif

Diane Bellemare

Résumés

Dans cet article, la vice-présidente à la recherche au Conseil du patronat du Québec fait un parallèle entre la théorie économique qu’elle a enseignée pendant plusieurs années et sa pratique d’économiste du travail. Elle soutient que la théorie économique a ses limites, mais qu’elle offre néanmoins un certain éclairage sur toutes les questions d’intérêt commun, d’action collective et sur les débats concernant la recherche d’une plus grande efficacité et la poursuite de l’équité. Elle s’interroge enfin sur l’intérêt collectif et l’individualisme méthodologique, sur la logique de l’action collective et sur la concertation.

Haut de page

Texte intégral

1La théorie économique a sans aucun doute ses limites, notamment en ce qui a trait aux questions éthiques, mais elle offre néanmoins un certain éclairage sur toutes les questions d’intérêt commun, d’action collective, et sur les débats qui opposent la recherche d’une plus grande efficacité et la poursuite de l’équité. Pour la grande majorité des économistes formés à la discipline des sciences économiques depuis au moins les deux derniers siècles, la notion de bien commun n’existe pas en dehors des individus qui composent une collectivité. La science économique conventionnelle reconnaît certes qu’il existe des valeurs partagées par une communauté et que l’action collective peut mener à des choix différents de ceux d’un individu isolé, mais elle refuse la doctrine selon laquelle il existerait une notion de bien commun transcendant le bien-être individuel et comprise par quelques rares personnes. Ce débat méthodologique remonte au dix-huitième siècle et il a été particulièrement présent dans l’école autrichienne.

2Du point de vue économique, le bien commun s’apparente donc à la notion de bien-être collectif. Il représente en quelque sorte la somme des intérêts des individus composant une société. Or, une conception selon laquelle le bien commun transcenderait les personnes soulève des questions d’ordre éthique et philosophique qui ne sont pas toujours compatibles justement avec les libertés individuelles. En effet, si le bien commun existait en dehors des individus, comment alors se manifesterait-il ? Qui pourrait prétendre le défendre ? Qui pourrait affirmer savoir mieux que les autres ce qui est bon pour chacun ? Qui serait habilité à le promouvoir ? Les plus forts ? Ceux qui parlent le plus fort ? Combien de dictateurs ont justifié leurs comportements répréhensibles au nom du bien commun ?

3La science économique actuelle, qui a pris son essor avec l’analyse du mode de fonctionnement des marchés, s’oppose catégoriquement à cette compréhension transcendante du bien commun. Toutefois, les économistes reconnaissent que les choix sont teintés par des valeurs qui peuvent différer d’une communauté à une autre, tout comme l’intérêt économique personnel peut être différent de l’intérêt collectif.

Intérêt collectif et individualisme méthodologique

  • 1  A. M. Okun, Égalité vs efficacité, comment trouver l’équilibre ?, Paris, Economica, 1982, p. 45.

4L’individualisme méthodologique domine la théorie économique moderne. Il soutient que le sujet économique a un comportement rationnel et cherche à maximiser sa satisfaction. Ce principe n’est pas seulement un outil descriptif qui permet de comprendre les décisions et les résultats de nature économique, c’est aussi une notion normative que la théorie utilise pour faire entendre que, sous certaines hypothèses, c’est la poursuite par chacun de son intérêt personnel qui assure l’efficacité et le bien-être de la société dans son ensemble. Tel est le principe bien connu de la main invisible d’Adam Smith : l’intérêt de la société est généralement mieux servi quand tous les individus se comportent en fonction de leur intérêt égoïste. L’économiste américain Arthur Okun, célèbre pour ses réflexions sur les conflits potentiels entre efficacité et équité, en décrit bien la logique : « Un marché concurrentiel transmet aux producteurs des signaux qui reflètent les vœux des consommateurs. Si la fabrication et la distribution d’un nouveau produit se révèlent rentables, les bénéfices qu’en retirent les acheteurs l’emportent nécessairement sur les coûts de production. Et ces coûts, à leur tour, suivent la valeur des autres produits que l’on sacrifie en consacrant main-d’œuvre et capital à la fabrication du nouveau produit. La rentabilité oriente donc les ressources sur des circuits plus productifs en les prenant à d’autres qui le sont moins. Le producteur est motivé à fabriquer ce que le consommateur désire, et ce au moindre prix de revient. Personne n’a à juger de ce qui est bon pour le système ou pour la société ; il suffit de veiller à ses propres intérêts économiques pour contribuer automatiquement au bien-être général1

5Les économistes ont raffiné cette théorie en introduisant explicitement les problèmes collectifs engendrés par ces préceptes quand les hypothèses de base n’étaient pas confirmées. Ils ont montré que les gouvernements étaient justifiés d’intervenir lorsque le marché comporte des failles, dans le cas où, par exemple, pour des raisons technologiques ou d’indivisibilité, la commercialisation de certains biens est impossible (défense nationale) ou encore engendre la création de monopoles.

6De même, la poursuite de l’intérêt personnel ne sert pas le bien-être collectif quand les coûts et les bénéfices privés diffèrent des coûts et bénéfices sociaux. La problématique environnementale est typique d’une telle situation où les coûts privés sont souvent différents des coûts sociaux. Dans ce cas, la poursuite de l’intérêt privé, parce qu’elle ne prend pas en compte l’ensemble des coûts et des bénéfices, ne conduit pas à une situation optimale. Les économistes proposent alors d’instaurer certaines taxes (effet dissuasif) ou subventions (effet incitatif) afin que les calculs individuels conduisent à l’intérêt collectif, c’est-à-dire à la prise en compte de l’ensemble des coûts et bénéfices.

7Les économistes, tout comme les gens pragmatiques, reconnaissent également que la poursuite de l’efficacité peut engendrer des effets indésirables sous l’angle de l’équité. C’est pour cette raison qu’ils suggèrent que des correctifs appropriés soient apportés conformément aux valeurs de la société.

8La théorie économique moderne se porte à la défense des marchés libres de manière plus ou moins rigide selon les valeurs des protagonistes. Ainsi, pour certains, il s’agit de réduire au minimum l’intervention de l’État au nom de l’efficacité ; ils estiment en effet que cette intervention conduit toujours à des abus. D’autres recommandent au contraire une plus forte intervention publique parce qu’ils jugent que les failles du marché créent des effets plus dommageables pour la société que les abus publics.

9Il n’en reste pas moins que, dans l’un et l’autre cas, le principe de l’individualisme méthodologique constitue le fondement théorique dominant. Et c’est sur la base de ce même principe que la théorie économique moderne peut aussi expliquer l’action collective. Et les conclusions qui en découlent sont assez intéressantes.

La logique de l’action collective

10L’économiste Mancur Olson, reconnu pour ses thèses sur la logique de l’action collective, a montré que l’émergence des groupes d’intérêts communs s’explique avant tout par la poursuite de l’intérêt personnel. Ces associations de toutes sortes voient en effet le jour pour répondre aux besoins de leurs membres et en protéger l’intérêt commun. Il en va ainsi des syndicats aussi bien que des associations patronales.

11Mancur Olson explique encore pourquoi certains groupes réussissent à se former alors que certains individus qui auraient avantage à se regrouper ne le font paradoxalement pas. Une personne a intérêt à se joindre à un groupe tant que les avantages qu’elle en retire sont supérieurs aux coûts que cela lui demande. Mais elle peut décider rationnellement de ne pas participer à une action collective s’il lui est possible d’en tirer profit sans avoir à le faire. Là réside tout le problème des groupes d’intérêts. Plusieurs ne se forment pas parce que chaque intéressé attend que d’autres organisent l’action collective souhaitée.

12La logique économique de l’action collective explique aussi pourquoi les syndicats et les associations patronales sont plus ou moins organisés selon les pays. Par exemple, au Québec et au Canada, la syndicalisation serait moindre si n’existait pas la formule Rand qui veille à ce que des ressources financières y soient destinées. En Suède, le taux de syndicalisation est très élevé notamment parce que l’assurance-chômage est gérée par les syndicats. La situation des organisations patronales au Québec et au Canada est différente puisque l’adhésion y est absolument libre. Cela explique pourquoi les ressources y sont moindres que celles des syndicats, même si leur mission en tant qu’interlocuteur est fondamentale. C’est pour régler ce problème qu’en Allemagne et en Autriche, par exemple, l’adhésion aux organisations patronales est obligatoire.

  • 2  M. Olson, La logique de l’action collective, Paris, PUF, 1978, p. 74.

13Ainsi, la science économique rend compte de l’action collective en montrant qu’elle prend forme dans la poursuite d’intérêts communs menée par plusieurs individus. Mais, comme l’explique Olson, tous les groupes qui partagent une communauté d’intérêts ne s’organiseront pas nécessairement. Les grands groupes sont moins portés à s’organiser spontanément et volontairement que les plus petits, car il est peu probable que les avantages qu’en retireraient les participants excèdent les coûts de leur mise en œuvre. « Quoi qu’il en soit », conclut Olson, « la taille est un des facteurs décisifs pour déterminer si la recherche volontaire, rationnelle de l’intérêt individuel peut ou non provoquer un comportement de groupe. Les petits groupes défendront mieux leurs intérêts communs que les grands2

14Les associations de toutes sortes sont légion dans le monde d’aujourd’hui. Tout un chacun fait partie d’une association et les intérêts communs défendus par ces groupes sont parfois contradictoires. Peut-on penser que l’intérêt commun collectif en profitera ? Ces groupes, dont le mode d’intervention est généralement le lobbyisme, sont-ils bénéfiques ou nocifs du point de vue de l’efficacité économique ? Leur interaction conduit-elle à des compromis acceptables, à la fois plus efficaces et plus équitables ?

15Beaucoup d’encre a coulé depuis les travaux d’Olson pour répondre à cette question. Des études empiriques ont été réalisées sur ces sujets. Pour sa part, Olson soutient que la multiplication des groupes d’intérêts serait à l’origine de la « décadence des nations ». Plus spécifiquement, il prétend que la multiplication des groupes d’intérêts qui influent sur le pouvoir politique expliquerait l’incohérence de certaines décisions gouvernementales. Il s’ensuit, selon lui, que les nations aux prises avec une multitude de groupes d’intérêts adoptent des lois et des règlements qui répondent aux intérêts particuliers de ces derniers plutôt qu’à ceux de l’ensemble de la population, chacun des groupes réussissant à défendre ses propres intérêts et à en faire payer le prix par l’ensemble.

16Olson reconnaît toutefois que, lorsque les groupes d’intérêts économiques sont plus englobants, comme c’est le cas, par exemple, dans certains pays où les organisations patronales et syndicales sont très importantes, le résultat peut être alors bénéfique pour la société. En effet, les intérêts défendus par chacun ne le sont plus au préjudice des autres parce que la majorité des travailleurs ou des entreprises adhèrent au groupe et se partagent les avantages ainsi que les coûts. Comme la facture ne peut être refilée à d’autres, les décisions sont optimales. En d’autres mots, dans ces cas, l’interaction des groupes d’intérêts conduit à des situations gagnantes pour tous. L’intérêt commun de la société est, dès lors, mieux servi.

17Les thèses d’Olson sont-elles applicables au Québec ? Expliquent-elles la réalité actuelle ? La faiblesse de la performance économique du Québec comparée à celle du reste du Canada découle-t-elle de la prolifération des groupes d’intérêts ? L’absence de consensus sur un projet d’intérêt commun est-elle imputable à la multiplication des groupes de pression ? Se pourrait-il qu’au Québec les intérêts économiques passent au second plan par rapport aux intérêts politiques, auquel cas la thèse d’Olson s’appliquerait moins même si le résultat est le même ? Quelles leçons doit-on en tirer ? Je n’ai malheureusement pas de réponses claires à toutes ces questions. Cependant, j’aimerais faire état de certaines observations et en tirer quelques conclusions qui me semblent utiles à cet égard.

La concertation et la poursuite de l’intérêt commun

18Comme tout le monde, l’économiste du travail sait que la réalité ressemble à la lune : elle présente toujours une face cachée, que l’on ne peut jamais contempler quand on l’observe du même point de vue. Il en est ainsi du marché du travail et des questions qui y sont reliées. Les employés et les syndicats qui les représentent cherchent à gagner honorablement leur vie et à assurer leur sécurité économique ainsi que celle de leur famille. Les entreprises qui ont pour mission de produire les biens et les services, d’accroître la production, de créer des emplois et de distribuer des revenus en conséquence ont une perspective de la réalité fort différente de celle des syndicats et des employés. Les devoirs et les privilèges des uns et des autres diffèrent grandement et peuvent paraître parfois contradictoires. Mais les employés ont besoin des entreprises et les entreprises, des employés. Les individus qui composent ces deux groupes partagent un intérêt commun : leur sécurité économique propre qui dépend de la santé économique de l’entreprise.

19En principe, il existe donc en matière d’économie et d’emploi un terrain d’entente possible et des compromis mutuellement avantageux. Mais chacun des groupes ne connaît qu’une seule facette de la réalité ; quant aux gouvernements, ils n’en ont qu’une vague idée de leur point de vue éloigné. Comment faire en sorte que l’intérêt commun émerge ? Dans la plupart des pays développés, cela passe par la concertation ou par le dialogue social. Le dialogue social, compris comme un processus par lequel les parties s’entendent pour entreprendre des actions communes en vue de réaliser l’intérêt commun, est la meilleure façon de prendre en compte la réalité dans sa globalité et d’en arriver à définir des solutions, des pratiques et des actions qui permettent de réconcilier des intérêts en apparence contradictoires, mais qui sont, en réalité, des intérêts communs.

20La concertation n’a-t-elle pas été largement pratiquée au Québec ? A-t-elle vraiment donné les résultats escomptés ? Il est vrai que le Québec est reconnu pour ses sommets tenus à intervalles irréguliers sur divers sujets. On en a connu plusieurs au cours des années 1980 et 1990, et les grands groupes économiques que sont les associations syndicales et patronales se rencontrent à de nombreuses tables de négociation. La situation économique s’améliore-t-elle vraiment ? N’avons-nous pas tout essayé ?

21À mon avis, si la concertation ou le dialogue social au Québec n’a pas donné d’aussi bons résultats que ceux que l’on souhaitait, c’est parce que le processus n’a pas respecté les conditions élémentaires de succès. Cela est particulièrement patent en matière de formation, de main-d’œuvre, d’emploi et de productivité.

22D’abord, les grands sommets ont été des événements ad hoc, organisés pour répondre à des crises particulières, sans trop de suivi. Ils réunissaient très souvent un nombre considérable de groupes, dont certains représentaient les intérêts d’un petit nombre. Bien sûr, ils ont donné à tous l’occasion de présenter leur position, mais non d’établir un véritable dialogue social. Bref, ils n’ont pas permis de négocier de véritables compromis. Les groupes d’intérêts présents autour de la table n’étaient pas tous des groupes « englobants » au sens d’Olson. Aussi, ces grands sommets ont-ils souvent été de simples exercices de relations publiques.

23Si les sommets n’ont pas toujours produit les résultats escomptés, les instances de concertation non plus. Prenons l’exemple de la main-d’œuvre, dont un lieu de concertation officiel est la Commission des partenaires du marché du travail, où les participants ont un rôle davantage consultatif que décisionnel. Or, dans les faits, les instances politiques ne croient pas, à tort, que les acteurs économiques puissent ajouter de la valeur au processus de conception et d’implantation des politiques. Aussi, les hauts fonctionnaires considèrent-ils souvent la Commission comme un mal nécessaire plutôt que comme une alliée pour relever les défis communs en matière de formation et de développement des compétences.

24Ajoutons que, par le passé, les exercices de dialogue social se sont déroulés sur fond de question constitutionnelle, ce qui est venu faire obstacle à la poursuite des intérêts économiques communs. En ajoutant une saveur idéologique aux débats, la question constitutionnelle a pris quelquefois une telle importance qu’elle a contribué à masquer les enjeux et le processus de dialogue social puisque, la plupart du temps, les partenaires économiques se divisent en deux groupes opposés sur cette question.

25Cela dit, ce n’est parce que le dialogue social n’a pas été couronné d’un succès absolu qu’il faut l’écarter comme moyen de réalisation de l’intérêt commun. Bien au contraire.

Pour commencer à y voir clair

26Le dialogue social a fait ses preuves dans de nombreux pays et dans de nombreuses circonstances. Les Américains, par exemple, le pratiquent dans tous les États afin de promouvoir la compétitivité et la prospérité. Dans les années 1990, le gouvernement fédéral américain a soutenu la création, dans tous les États, de Human Resources Investment Councils. Ces tables multipartites de négociation, présidées par les gouverneurs, sont composées de représentants d’affaires, de représentants syndicaux et d’autres groupes, selon les États, et elles ont pour mission de conseiller le gouverneur sur les questions de main-d’œuvre, de formation et de productivité. Ces tables veillent aussi à l’implantation des One Stop Career Centers, sortes de guichets uniques en matière de services de formation et de main-d’œuvre. On trouve, dans bon nombre de pays, des exemples similaires. Mais qu’est-ce qui explique que ces exercices de concertation soient couronnés ou non de succès ?

27La première condition de succès de tout exercice de concertation ou de dialogue social est de partager l’objectif à atteindre. Quand les acteurs à la table ont d’autres objectifs que ceux visés, l’exercice ne peut pas fonctionner. À cet égard, nous devons nous demander si cette condition a toujours été remplie lors de nos exercices de concertation à la québécoise ? Les groupes présents à la table poursuivaient-ils les mêmes objectifs ? Avaient-ils le même agenda ? Étaient-ils vraiment convaincus de l’objectif visé lors de ces rencontres ?

28J’ai déjà eu l’occasion d’étudier plus en détail la question de l’emploi dans certains pays, et le cas de la Norvège est particulièrement intéressant pour le Québec. D’abord, c’est un pays nordique, ensuite, son économie ressemble un peu à la nôtre et, enfin, comme c’est souvent le cas chez nous, tout le monde se connaît. La Norvège est par ailleurs réputée pour son consensus social en matière économique. Une des raisons est que les principaux acteurs partagent le même objectif d’une économie prospère et d’une économie de plein emploi. Mais ce n’est pas tout. Car même si cela est nécessaire, il ne suffit pas de partager le même objectif. Aussi, les Norvégiens essaient-ils de dresser un constat commun. Devant une réalité complexe, ils font donc régulièrement l’examen collectif de l’état de la situation. Il est alors beaucoup plus facile d’en arriver à des solutions, et aussi à des compromis, car à partir des mêmes constats se dégagent plus facilement des solutions, lesquelles ne sont pas toujours faciles à accepter a priori pour tous les groupes. Si les remèdes sont nécessaires, et que la société en sort finalement gagnante, il y a alors une marge pour négocier.

29Les Québécois, mais surtout le gouvernement et les grands groupes d’intérêts comme les associations patronales et syndicales, doivent essayer d’établir un même constat de la réalité. Ce n’est pas le cas actuellement, les uns accusant les autres de voir la vie en noir ou en rose, selon le cas.

30Il a déjà existé au Canada un conseil économique qui regroupait des gens d’horizons divers et qui menait des études sur l’état de la situation. Ce conseil était alors fort utile pour bâtir des consensus. Il a été aboli au début des années 1990. À cette époque, il avait osé questionner certaines politiques économiques et, plus important, il avait osé parler de la question de la souveraineté du Québec. Depuis, aucun autre organisme ne l’a vraiment remplacé. C’est dommage. Peut-être devrions-nous nous doter, au Québec, d’un conseil économique afin de favoriser le consensus social ? Mais il faudrait agir en ce sens avec prudence. Comme les circonstances entourant l’abolition du Conseil économique du Canada le suggèrent, on devra bien distinguer questions économiques et question nationale. Je suis persuadée qu’en matière économique, si le Québec veut survivre, il faudra que les Québécois et les grands acteurs qui les représentent fassent preuve de plus de pragmatisme que par le passé. Le dialogue social en matière économique et le projet d’intérêt commun qui peut en émerger ne prendront pas forme tant et aussi longtemps que les questions d’idéologie comme la cause indépendantiste ou d’autres causes ne seront pas laissées à la porte. La tentation est très forte de se servir de l’un pour nourrir l’autre.

31Les Québécois sont certes en droit de penser que la question nationale n’est pas chose du passé, mais il ne faut pas mêler les cartes. Il faut donner sa place à la question nationale, mais pas tout l’espace. Et plus encore, cette question n’a pas sa place, actuellement, dans le débat pressant concernant la survie économique et démographique du Québec. Le vieillissement de la population et la baisse de natalité au Québec nécessitent que des actions collectives soient entreprises dès maintenant pour que l’économie québécoise tienne le coup. Il ne faut pas l’oublier, économie et démographie sont liées, car si l’économie du Québec ne survit pas au choc démographique qui atteindra le Québec sous peu, les Québécois n’y survivront pas non plus.

32Par où commencer pour y voir clair ? Je suis fermement convaincue qu’il faut que le gouvernement et ses partenaires s’attèlent à la tâche d’établir un constat et des objectifs communs. Ce n’est pas nécessairement chose facile, mais c’est tout à fait réalisable. Il s’agit d’être pragmatiques tout en conservant une bonne dose d’idéalisme.

Haut de page

Notes

1  A. M. Okun, Égalité vs efficacité, comment trouver l’équilibre ?, Paris, Economica, 1982, p. 45.

2  M. Olson, La logique de l’action collective, Paris, PUF, 1978, p. 74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Bellemare , « Bien commun et intérêt collectif », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 1 | 2004, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2049 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2049

Haut de page

Auteur

Diane Bellemare

Diane Bellemare est vice-présidente à la recherche au Conseil du patronat du Québec. Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteure.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals