Navigation – Plan du site
Les causes politiques d'un malaise

Cynisme et bien commun : une combinaison perdante

Jean-Herman Guay

Résumés

Le bien commun constitue une expression difficilement saisissable qui se décompose en deux pôles dès qu’on l’approche : la « part commune » (la réalité) et le « sentiment commun » (une représentation affective de la réalité). Or ces deux pôles évoluent dans des directions opposées. La rupture s’explique par une série de facteurs qui transforment, à différents niveaux, le légitime esprit critique en un cynisme projetant la pensée postmoderne dans un pessimisme radical. Cette situation engendre un refus, un rejet et un mépris de l’action commune, ainsi qu’une décomposition de l’espace démocratique. Bien que l’écart des deux pôles soit à maints égards inévitable, il pose un nouveau défi à la « raison commune ».

Haut de page

Texte intégral

1L’expression « bien commun », courante au dix-huitième siècle, constitue aujourd’hui, tout au moins dans la vie quotidienne, une « vieillerie langagière ». Elle suscite les ricanements, l’indifférence et parfois même le mépris. Plus souvent qu’autrement, les espoirs qu’elle fait naître se transforment en déceptions. Pour les faiseurs d’image, elle est un costume de scène utile pour masquer les rondeurs de l’ambition. Il suffit de prononcer ses trois syllabes pour voir aussitôt surgir des idées divergentes, dans certains cas cruellement conflictuelles.

2La formule est manifestement polysémique. Impalpable, peu mesurable, éminemment ambiguë, c’est son caractère « symbolique », selon la terminologie bourdieusienne, qui saute aux yeux. Plutôt que de tenter d’en formuler une définition, je propose un parcours typiquement scolaire : complexifier pour mieux comprendre, décomposer le concept pour mieux en découvrir la logique. En ce qui concerne le bien commun, on prendra pour point de départ l’opposition entre la réalité – « part commune » – et la représentation sociale – « sentiment commun ». Puis, je ferai l’hypothèse de six causes qui créent, alimentent et amplifient l’écart entre la part commune et le sentiment commun. Enfin, je proposerai une perspective modérée sur le bien commun.

Une part commune impressionnante

3Partons du réel. Quelle part des richesses met-on en commun ? Si l’on prend la société canadienne et qu’on considère les trente dernières années (une période suffisante pour évaluer les effets de système), il ne fait aucun doute que la proportion des richesses produites mises en commun par le biais des impôts, des taxes et des contributions de toute nature constitue une portion pour « gros appétit ».

4Les dépenses publiques canadiennes représentent plus de 35 % du produit intérieur brut du pays. De celles-là, les deux tiers visent le soutien direct aux individus et aux familles. Dans les domaines de l’éducation et de la santé, la part que doit débourser l’usager est limitée, ce sont les contribuables qui en paient principalement les coûts. Pour chaque place en garderie, pour chaque banc d’école, pour chaque séjour à l’hôpital, le trésor public assume une large part des coûts. Pendant l’enfance, l’adolescence et la vieillesse, moments de la vie où la vulnérabilité est maximale, l’État absorbe l’essentiel des coûts qui, il y a cinquante ans, revenaient à l’individu ou à sa famille. Dans d’autres cas, l’État contribue sans être pour autant l’associé majoritaire : production de film, démarrage d’entreprise, exposition culturelle, transport public, recherche et développement. Regardons autour de nous : il y a peu de secteurs où la contribution commune est carrément absente.

  • 1  J. Henripin, La métamorphose de la population canadienne, Montréal, Varia, 2003, p. 107.

5La construction de ces mesures de partage a eu des effets directs sur la vie des individus : aujourd’hui, un jeune sur quatre obtient un diplôme de premier cycle universitaire, alors que la proportion était de un sur huit il y a trente ans. Au début des années 1960, plus de la moitié des adultes avaient tout juste un diplôme d’études primaires. Quant à la santé, un indicateur parle pour presque tous les autres : depuis un siècle, l’espérance de vie a augmenté de trente ans1.

6Par ses programmes sociaux et ses mesures fiscales, le Canada se classe parmi les pays les plus égalitaires de la planète2. Il devance à ce chapitre, selon plusieurs indicateurs, le Royaume-Uni et la France, là où l’on trouve des traditions socialistes bien ancrées.

7Autre phénomène : l’élargissement de la communauté. Elle n’est plus l’apanage des hommes blancs, hétérosexuels et propriétaires. Les mesures discriminatoires intégrées à la culture d’autrefois sont réprouvées, condamnées. Les écarts entre le revenu des hommes et celui des femmes se sont rétrécis. Les handicapés ont vu leur statut s’améliorer. Et les différentes orientations sexuelles sont à présent respectées. En somme, un examen des tendances des vingt ou cinquante dernières années montre une nette croissance de ce qui est mis en commun et un effondrement des privilèges classiques. Par l’adoption de lois aussi importantes que celles visant la protection de la jeunesse, la défense du consommateur, la conservation du patrimoine ou de l’environnement, des activités autrefois strictement privées font aujourd’hui l’objet d’un contrôle commun et d’une attention publique.

  • 3  Dans son ouvrage cité plus haut, Jacques Henripin fait le calcul suivant : « Le salaire annuel du (...)

8Les mises en commun ne relèvent pas exclusivement de l’État. Il faut aussi tenir compte de la vie associative où, depuis vingt ans, une véritable explosion s’est produite. Les individus disposent de plus d’organisations, de plus de lieux pour s’exprimer, prendre la parole ou défendre leur point de vue. Il n’y a pas une problématique affectant les individus qui ne s’est pas traduite dans une activité associative, fournissant soutien ou tribune. Au Québec, faut-il le rappeler, près de 40 % de la main-d’œuvre est syndiquée, et les « classes laborieuses » ont vu leur pouvoir d’achat s’améliorer depuis cinquante ou cent ans3.

9Mais il y a plus. Par le biais des nouvelles technologies, jamais la mise en commun des informations n’aura été aussi rapide, efficace et démocratique. Jamais les œuvres d’art n’auront été tant vues. Jamais il n’aura été aussi facile de retrouver un texte de Platon, un plan de Paris ou un document gouvernemental. Jamais il n’aura été aussi facile d’éditer et de diffuser un écrit, de produire et de faire connaître une bande vidéo.

  • 4  L. Godbout, S. St-Cerny et G. N. Larin, Mesures de progressivité et incidence des réductions de l’ (...)

10On pourrait bien sûr mettre un bémol ici et là, ajouter une nuance, faire preuve de plus de réserves ; il n’en reste pas moins que la part partagée, mise en commun sous une forme ou sous une autre, constitue un élément crucial de notre société. Sans aucun doute, les politiques néolibérales – privatisation, déréglementation, libéralisation – ont freiné la courbe de croissance de la part commune, mais elles ne l’ont pas réduite à néant non plus ; dans bien des cas, elle s’est stabilisée. Les politiques fiscales, par exemple, continuent de jouer un rôle positif dans le maintien de la justice distributive. Les contribuables les plus riches, soit 14 % de la population, paient 58 % des impôts au Québec4.

11Certains diront que ces progrès se sont faits au détriment des pays en développement. L’examen de la situation internationale réfute cette analyse. Le dernier Rapport mondial sur le développement humain (2003), produit par les Nations unies, souligne la nature des progrès pour la majorité des pays : « Ces 30 dernières années, nous avons assisté à des améliorations spectaculaires dans le monde en développement. L’espérance de vie a gagné huit ans. L’analphabétisme a été quasiment réduit de moitié, pour tomber à 25 %. Et en Asie de l’Est, le nombre de personnes vivant avec moins de 1 dollar par jour a été presque divisé par deux au cours des années quatre-vingt-dix5. » Certes, il y a des pays qui ne connaissent pas ce développement, l’Afrique sub-saharienne en particulier, mais rien ne nous permet de penser que ce qui est gagné ici est perdu ailleurs. Un examen de l’indicateur du développement humain (IDH) de 1975 à 2001 montre des reculs dans quelques cas, en Russie, en Roumanie et en Zambie particulièrement. Dans d’autres, la courbe est sinueuse, comme pour l’Afrique du Sud et le Congo. Cependant dans la grande majorité des cas les progrès sont substantiels : Chine, Turquie, Égypte, Inde, Amérique du Sud.

12Notre propos n’est pas de dresser un bilan exhaustif de la réalité et d’établir des mesures précises de la part commune. L’esquisse précédente est amplement suffisante pour les fins de la démonstration.

Un sentiment commun sceptique

13La question qui nous tenaille est celle-ci : pourquoi le tableau que nous venons de dresser apparaît-il aux yeux de bon nombre de lecteurs – et même à son auteur – relever d’une pensée naïve, jovialiste, quasi enfantine ? Pourquoi semble-t-il si suspect alors qu’il repose sur des chiffres difficilement contestables ? Comment expliquer une telle discordance entre le réel et la représentation pessimiste que l’on s’en fait ? D’où vient donc ce sentiment en contradiction avec les faits ? Comment expliquer cette opinion si fréquente que le « système est pourri », que les gouvernements sont foncièrement malhonnêtes, que le progrès n’est pas au rendez-vous ? On dirait que chacun a fait sienne cette affirmation profondément pessimiste de Schopenhauer : « Aujourd’hui est mauvais, et chaque jour sera plus mauvais, jusqu’à ce que le pire arrive. »

  • 6  Les conclusions d’études à caractère social rendues publiques sont là pour nous en convaincre. Un (...)
  • 7  Citons à ce sujet le criminologue Marc Ouimet, professeur à l’École de criminologie de l’universit (...)
  • 8  Jean Painchaud, coordonnateur provincial du Programme de suivi du Saint-Laurent cité dans La Press (...)
  • 9  Centre de recherche et d’information sur le Canada, « Les Québécois accordent un appui massif aux (...)
  • 10  F. Vaillancourt et C. Touchette, Le statut du français sur le marché du travail au Québec, de 1970 (...)
  • 11  J. Henripin, op. cit., p. 54.

14Les paradoxes entre réalité et perception se trouvent dans un nombre incalculable de domaines6. On a le sentiment que la criminalité s’accroît sans cesse ; pourtant les données empiriques nous montrent une chute marquée depuis presque dix ans7. On estime que nos cours d’eau sont devenus des dépotoirs alors que « par rapport aux années 1970, dans l’ensemble, on a une diminution marquée de la contamination chimique8 ». Un « nombre important de francophones du Québec demeurent convaincus qu’à compétences égales, un anglophone a plus de chances qu’un francophone d’obtenir un emploi ou une promotion9. » Or une fois de plus les études empiriques démontrent que cette perception est obsolète10. On parle de surcharge de travail et d’épuisement professionnel, il n’en demeure pas moins qu’en 1900 la semaine de 60 heures était la règle et que l’on évalue que le nombre total d’heures de travail pendant une vie aurait diminué de moitié de 1900 à 199411.

  • 12  La Presse, 3 novembre 2003, p. A6.
  • 13  Plusieurs recherches ont été menées sur ce thème : voir P. Howe et D. Northrup de l’Institut de re (...)
  • 14  Centre de recherche et d’information sur le Canada (CRIC), La participation électorale et la démoc (...)
  • 15  La Presse canadienne, jeudi 8 janvier 2004.
  • 16  Le Soleil, 25 octobre 2003, p. G2.

15Ces divers progrès ne représentent pas, loin s’en faut, un état de perfection. Ce qu’il faut cependant reconnaître c’est la direction, la tendance, l’amélioration des principaux indicateurs, qui s’explique largement par l’action collective des groupes, des intervenants et de l’État. « C’est intéressant de voir que même si l’économie, le système de santé et le niveau de sécurité se sont améliorés depuis les dernières années, les gens ont une perception plus négative, soulignent les auteurs d’une enquête12.» On observe depuis près de trente ans une croissance du scepticisme envers les institutions politiques13. À la question « Quelle incidence les gouvernements ont-ils de nos jours sur la vie de la plupart des gens ? » , 70 % des personnes interrogées lors d’une enquête faite en 2002 croient que les gouvernements ont une incidence négative ou fort peu d’incidence. Moins d’un tiers des gens y voient une incidence positive14. Un récent sondage fait par la firme Gallup à l’échelle mondiale auprès de plus de quarante mille personnes confirme cette tendance. Sur certains continents ce sentiment est plus prononcé : « Les Européens de l’Ouest sont les plus pessimistes, 64 % estimant que le monde sera moins sûr pour la prochaine génération. Seulement 15% sont d’un avis contraire15. » Et cela ne date pas d’hier. Dans son Carnet d’un biologiste, Jean Rostand écrivait : « Je me sens très optimiste quant à l’avenir du pessimisme. » Constat que reprenait récemment Hubert Reeves : « Ce n’est probablement pas un cataclysme qui nous exterminera : nous le ferons peut-être nous-mêmes16 ! » Plus près de nous, le chansonnier Éric Lapointe n’a-t-il pas répété avec un succès certain : « Ce monde s’ra jamais beau / Il n’est pas pour nous / Si au moins la nuit je peux toucher ta peau / Le reste je m’en fous. » Les films de Denys Arcand (Le déclin de l’empire américain et Les invasions barbares) illustrent magnifiquement cette pensée déçue du monde et d’elle-même.

Une action commune dévalorisée

  • 17  Le Québec fait un peu exception ; la baisse n’est que d’un faible pourcentage.
  • 18  L’Express, 16 février 2004.

16Le cynisme est si présent – si disproportionné – que l’indifférence et le haussement d’épaules tiennent lieu d’action. Si le « système est pourri » pourquoi donc le défendre, l’améliorer ou même le préserver ! Quand le pire nous attend, l’effort n’a point de sens. Le cynisme se scandalise dans l’immédiat ; à moyen terme il banalise. Les conséquences de cette situation sont multiples. Il en est cependant une qui parle plus que toutes les autres : le taux de participation aux élections générales. En 2000, les Canadiens ont été aux urnes dans une proportion de 61 %, le plus faible niveau de l’histoire du pays ! Cette chute s’inscrit dans une tendance. Lorsqu’on regroupe par décennies le niveau de participation, on observe une désaffection : dans les années 1960, la participation est de 77 %, dans les années 1970 et 1980, elle est respectivement de 74 % et de 73 % ; le score moyen des élections de 1993, 1997 et 2000 indique un effondrement à 66 %. La participation aux élections fédérales a chuté de plus de 14 % au cours des quatre derniers mandats. Les dix législatures provinciales sont affectées par le même désintérêt. L’Ontario, la Colombie-Britannique, l’Alberta et la Saskatchewan montrent toutes un affaissement de quelque 15 %, un électeur sur six aurait dit « non merci »17 ! Aux États-Unis, même tendance : depuis le début des années 1960, la participation électorale a chuté de plus de 25 %. Quant à la France, le mal est très similaire18.

  • 19  Voir à ce sujet A. Pratte, Le temps des girouettes, Journal d’une drôle de campagne électorale, Mo (...)
  • 20  J. H. Pammett et L. LeDuc, Pourquoi la participation décline aux élections fédérales canadiennes : (...)
  • 21  C. Taylor, Grandeur et misère de la modernité, Montréal, Bellarmin, 1992, p. 140 et 145.

17Dans bien des cas, les électeurs se comportent comme des « girouettes19 ». Coup de tête, coup de cœur, la fidélité partisane n’est pas au rendez-vous. Le militantisme en prend un coup ! Le raisonnement est celui-ci : puisque la société régresse, puisque les gouvernements sont mauvais, pourquoi donc participer à la décision politique ? Jon Pammett et Lawrence LeDuc, auteurs d’une vaste étude sur le dernier scrutin, font un portrait plus sombre encore de la situation. Selon eux, « [l]es personnes qui ne participent pas aux élections ne compensent pas cette indifférence par d’autres activités politiques “plus pertinentes”. Au contraire, elles se tiennent à l’écart des affaires publiques de maintes façons20.» En fait, selon Charles Taylor, ceux qui « militent » encore le font dans des actions très sectorielles : « Les gens se lancent dans des campagnes autour d’une seule cause qu’ils ont choisie. […] Plus l’électorat se fragmente, plus il transfère son énergie politique à des groupements minoritaires, et moins il est possible de mobiliser des majorités démocratiques autour de politiques et de programmes communs21

  • 22  On définit le « service public » comme une forme d’action administrative au sein de laquelle une a (...)

18 En somme, si la part commune est plus importante qu’il y a cinquante ans, le sentiment commun n’a pas suivi. Il se nourrit de perceptions et d’évaluations contraires, qui à leur tour poussent au retrait, à la distance, à la non-participation. Si l’intérêt général n’est plus valorisé, tout au moins comme représentation, le service public22 ne tient plus qu’à oa part lapportsont service public devient aux yeux du plus grand nombre l’instrument d’un groupe : la fonction publique.

19Mais comment expliquer ce dérapage du sentiment commun qui entraîne une dévalorisation de l’action commune ? D’ou vient cette érosion de la représentation de la communauté. « C’est la faute aux médias », diront certains. Ce jugement est trop facile. L’opposition entre la réalité et les perceptions est trop importante pour qu’elle relève uniquement du messager. Certes les médias, placés dans un rapport concurrentiel, assoiffés de sensationnalisme, ont une part de responsabilité. Ils ne peuvent cependant pas créer ce sentiment de toutes pièces. Ils sont des amplificateurs de problématiques qu’on aurait tort de sous-estimer.

20« C’est la faute aux politiciens eux-mêmes », diront les autres. L’argument n’est guère plus convaincant : comment en effet expliquer que tant d’hommes et de femmes, de partis et de pays différents, associés à des systèmes institutionnels variés, suscitent la même indifférence et le même mépris ? Quand un phénomène atteint une telle ampleur, l’explication par des causes conjoncturelles et adventices est insuffisante. Les causes sont plus complexes, plus lourdes, si quotidiennes qu’on ne les voit même pas.

21Pour se retrouver dans cet enchevêtrement de phénomènes qui opposent réalité et perception, commençons par les causes les plus immédiates, celles qui proviennent de la « part privée » de l’individu et font apparaître, par l’incessant jeu des comparaisons, la sphère publique comme grisâtre. Quittons l’espace commun, pour considérer d’où nous le regardons.

Facteurs de l’éclatement du sentiment commun

Les effets pervers de la segmentation

  • 23  Première phrase du Capital de Karl Marx.

22La vie de tous les jours, celle du travail tout comme celle de la consommation, n’a pas cessé de se spécialiser. Révolu le temps du « modèle T». Les entreprises offrent quantité de produits très variés. La consommation de masse dépersonnalisée a fait place à un marché morcelé, une trame complexe constituée d’une multitude de secteurs spécialisés. Le consommateur peut y trouver des objets en fonction de ses goûts les plus éclectiques. Qu’il s’agisse de café, de décoration intérieure ou de vêtement, on peut aisément et rapidement trouver le produit qui convient. La consommation est devenue une activité paradoxalement « personnelle ». Là-dessus Marx avait bien raison : « La richesse des sociétés […] s’annonce comme une immense accumulation de marchandises23

23Les modes de vie ont pu du même coup se segmenter. Et la rentabilité est au rendez-vous. Un produit qui toucherait 2 % du marché générerait des profits parce que le marché est désormais mondial ! Tout cela est connu. C’est son impact sur le politique qu’on a moins souligné.

24Dans le domaine politique, le « produit » n’a rien de personnel : il ne peut répondre aux préférences de chacun. Le discours politique doit reposer sur le plus grand dénominateur commun. L’obtention d’un seul siège à l’Assemblée nationale exige une part de 20 % à 30 % du marché politique. Coincée dans cette arithmétique, l’offre politique tend à s’uniformiser, son discours devient vide, fade, plat, dépersonnalisé, aseptisé, si général que chacun peut s’y retrouver – le temps d’une campagne – sans pour autant s’y identifier vraiment. L’adhésion sera éphémère, infidèle, toujours en marge des réelles appartenances. Qu’on ne s’étonne plus si les lunes de miel politiques sont de courte durée !

25« Dans une cité bien conduite, chacun vole aux assemblées », disait Rousseau. C’est l’inverse qui frappe actuellement. Les assemblées politiques sont vides ; les centres commerciaux sont bondés. Cette capacité croissante à faire des choix précis dans la « société domestique », selon l’expression d’Aristote, rend la contrainte de la « société politique » pesante, parfois même insupportable.

L’effet pervers du spécifique sur le général

  • 24  C. Taylor, op. cit., p. 145.

26Il est un deuxième facteur qui fragmente le sentiment commun, c’est la prédominance accordée à ce qui nous est spécifique. Quand on considère une nouvelle proposition fiscale, le tracé envisagé d’une autoroute ou la fusion prochaine de municipalités, chacun mesure son appui en fonction des variables de son « vécu ». Genre, langue, profession, âge, lieu de résidence, autant de critères qui guident nos choix. Tout est jugé à l’aune du particuliersont système, écrit Charles Taylor, est « mû par un esprit de confrontation qui incite le citoyen à faire valoir ses droits, quelles qu’en soient les conséquences pour la collectivité24

  • 25  J. Rawls, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1987.

27Entre notre citoyenneté générale et notre citoyenneté particulière, cette dernière l’emporte presque constamment. Nous voilà bien loin du « voile d’ignorance » imaginé par John Rawls. Dans sa Théorie de la justice, qualifié par plusieurs de charte de la social-démocratie moderne, l’auteur proposait que chacun conçoive la justice sociale en neutralisant ce qu’il est (riche ou pauvre, locataire ou propriétaire, homme ou femme), qu’il réfléchisse sur le bien commun en se décentrant de soi-même, qu’il soit ignorant « des avantages ou des désavantages dus à des contingences naturelles ou sociales25 ». Dans ces conditions, par peur d’être parmi les « défavorisés » chacun se portera à la défense des programmes sociaux. Plusieurs ont estimé que cette idée faisait de Rawls le Locke ou le Rousseau des temps modernes. Ils y ont vu une « refondation » de l’ordre politique.

28Rawls n’a cessé de rappeler que la situation originelle est purement hypothétique. Il n’en reste pas moins que cette position initiale est aux antipodes de la posture du citoyen moyen.

29Cette attitude a un effet corrosif sur le bien commun puisqu’elle met l’accent tantôt sur la part déficitaire, ce qui nous est « dû », tantôt sur la part « arrachée » dans des « combats héroïques ». Jamais le centre n’est valorisé. Les discours que tiennent les mouvements sociaux (syndicats, groupes de jeunes ou de femmes) à propos de leur histoire procèdent selon le même schéma : toute reconnaissance est le résultat d’une bataille ; tout affaiblissement de la vigilance provoquera un recul. Le centre est un monstre mesquin et aveugle qui avance à coups d’obligations et de pressions. Rien d’étonnant à ce que le sentiment commun aille au diable.

Les effets pervers de la rhétorique

30Il n’y a pas que la définition de l’intérêt par l’individu à considérer. S’y ajoute la voix de ses porte-parole, lobbyistes ou combattants. Les groupes, pour maximiser leurs budgets et leurs subventions, augmenter leur personnel ou mobiliser leurs troupes, se livrent à une surenchère, au jeu des hyperboles.

31La règle implicite en matière de communication publique est de ne jamais se montrer satisfait, heureux de la part reçue, des progrès réalisés. La capacité des groupes à rediriger sur eux les contributions publiques est proportionnelle à leur capacité à faire valoir l’importance du besoin auquel ils tentent de répondre. Dès lors, la démonstration doit toujours mettre en relief les manques, les périls, les nouvelles problématiques et autres monstres cachés sous le lit. Chacun doit apparaître comme une « victime » qui réclame une « juste » compensation. Ce n’est pas la réussite qu’il faut afficher, mais les nouveaux maux qui guettent les clientèles visées. Reconnaître les avancées réalisées risque de faire fuir les subventions et de dissiper l’intérêt médiatique. Selon cette logique, le « poids politique » des perdants est supérieur à celui des gagnants. Ou plus précisément, il faut apparaître perdant pour gagner ! Quant aux progrès, réussites et victoires, l’omerta règne.

32L’amplification des problèmes, leur hypertrophie, constitue ainsi l’arme que les acteurs sociaux utilisent constamment pour valoriser le bien particulier dont ils ont la « responsabilité » et qu’ils transforment en bien commun. Chacun tire autant qu’il le peut la couverture à soi. Que les fibres de la trame se déchirent, il ne faut pas s’en étonner.

Les effets pervers de la polycentrie

  • 26  J. Bec, « Le devoir de divulgation. Le Whistleblowin, une éthique de la loyauté », Télescope, Obse (...)

33Reste la décision elle-même. La société postmoderne est indéniablement marquée par la multiplication des centres de décisions. D’abord au sein de l’État (conseils, régies, commissions, sociétés, bureaux, etc.), puis hors de l’État (centres de recherche, syndicats, associations, regroupements, fédérations, etc.). On compte enfin des organismes extra-sociétaux qui pullulent depuis quelques années. La mondialisation ne cesse d’ajouter de nouveaux intervenants. À ces entités, il faut bien évidemment ajouter les individus qui ont leur propre liberté d’expression et de divulgation26. Ouvrez n’importe quel quotidien et vous aurez devant vous l’expression de ces tirs croisés qui quadrillent la décision.

34 Les théoriciens modernes du libéralisme comme Michael Polanyi ont exposé l’avantage que présentait ce modèle sur celui du « plan unique » du communisme soviétique. Il en résulte une société polycentrique plus efficace, selon eux, parce que capable de saisir les opportunités, de capter les nouvelles idées et de s’adapter rapidement aux aléas du parcours. Les processus sociaux donnent ainsi lieu à un système complexe, spontané, dans lequel tout procède par « ajustements mutuels » réalisés par les milliers de protagonistes du terrain.

35Il n’en reste pas moins que cet ensemble « efficace » donne, au jour le jour, une impression de désordre. Les mécanismes régulateurs n’agissent que sur le moyen et le long terme. À court terme, c’est l’impression de chaos qui domine ; l’image qui en émerge est celle d’une absence d’unité entre les particules sociales, d’une série d’explosions et d’implosions. Qu’on ne s’étonne pas après cela que le sentiment du bien commun s’estompe ! Le système actuel semble traversé par un paradoxe : plus une société est efficace, parce que polycentrique, plus elle apparaît comme un ensemble désordonné, quasi chaotique.

36Combinés les uns aux autres, agissant selon des modalités différentes, les quatre phénomènes qu’on vient de rappeler sont à l’origine du désarroi. Ce sont là, nous semble-t-il, les principaux facteurs qui conduisent à l’éclatement du sentiment commun. Mais il faut encore leur ajouter la part qu’y prennent les intellectuels, ceux qui « disent » la société.

Les effets du relativisme

37À partir du milieu des années 1960, la philosophie et les sciences humaines se sont délestés de leur ambition « universalisante ». Les notions de progrès, de liberté et de démocratie sont devenues des impostures qui ont depuis longtemps fait illusion et qu’il faut maintenant déconstruire.

  • 27  M. Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 19 (...)

38Tout est devenu interprétation, fabrication, rationalisation. L’effort scientifique a lui-même été attaqué, du moins dans les secteurs où ses résultats étaient chancelants. « Il n’y a plus de vérité, tout est idéologie ! » Vous croyez parler librement ? Erreur ! Tout s’inscrit dans une structure explicative, déterminante « en dernière instance ». Dans L’archéologie du savoir, Michel Foucault écrivait : « Et malgré quelques réticences qui ont pu être marquées au début, nous acceptons maintenant sans difficulté que la langue, l’inconscient, l’imagination des hommes obéissent à des lois de structure27. » Cette logique a été celle des structuralistes, s’alimentant à la fois à Marx et à Freud. Toute comparaison entre les individus, les réussites ou les civilisations fut inscrite comme éthiquement irresponsable et comme épistémologiquement inacceptable.

  • 28  Le nouvel Observateur, « Hors-série », no 32, p. 72.
  • 29  T. Hentsch, Raconter et mourir. Aux sources narratives de l’imaginaire occidental, Montréal, Press (...)
  • 30  Le Devoir, lundi, 31 décembre 2001, p. A1

39Ce travail de déconstruction a des racines plus lointaines. Par exemple, dans le mouvement surréaliste au lendemain de la première guerre mondiale. Selon l’historien Jacques Julliard, c’est à ce moment que « nous avons cessé de croire au progrès28 ». Et Thierry Hentsch note, dans Raconter et mourir : « Un questionnement, pourtant, ébranle depuis plus d’un siècle les fondements philosophiques de nos certitudes : la métaphysique est tombée en déshérence, et rien de solide ne s’est reconstruit sur ses ruines. [L]e relativisme gagne du terrain dans les esprits, la déconstruction hante les lettres et les arts. Nous avons laissé aller toute certitude dans le maelström qui nous emporte presque malgré nous vers un destin que nous ne sommes plus trop certains de vouloir et que nous avons plus ou moins renoncé à comprendre29. » La conséquence a fort bien été formulée par Jacques Grand’Maison : « Avec une conscience informe, non constituée, vous ne pouvez rien construire de durable, ni sur le plan politique, ni sur le plan social30

40La déconstruction a eu le fâcheux effet de discréditer la cohérence, de faire se dissiper les repères, de miner les projets et d’évacuer le progrès. Cette posture épistémologique, partagée par bien des intellectuels, a rendu hors de propos la simple notion de bien commun.

Les effets pervers du romantisme

  • 31  Voir à ce sujet Le Contrat social, livre 3, chap. 15.

41La société est un lieu de faux partage, disent encore certains. Le fait que nos contributions à la communauté soient contraintes (impôts, taxes, etc.) en disqualifie la portée. On souhaiterait que chaque geste soit fait librement, que l’écot soit volontaire. La part n’est pas commune parce qu’elle est obligée. Cette libre exigence, Rousseau en fut l’apôtre31.

  • 32  A. Ehrenberg, «1966-1996 : la passion des idées », Magazine littéraire, hors série, 1996, p. 87.

42Mais cet argument n’est compréhensible que dans la mesure où l’on postule, implicitement ou explicitement, que l’ordre social devrait être une continuelle fraternité, une symbiose spontanée des volontés, une harmonie naturelle. « L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté », conclut Rousseau. Or, cette vision, après nous avoir jetés dans l’euphorie, nous laisse inévitablement devant une « lecture déçue du monde ». N’étant pas mon ami, l’autre devient mon ennemi. Le mythe n’étant pas réalisé, nous nous retrouvons dans une « dictature » ; la démocratie est une farce, les élections, un piège à cons. Cette image, consciente ou inconsciente, qui s’inscrit dans l’évaluation des liens sociaux, projette donc forcément sur la réalité collective une lumière profondément pessimiste. « On ne s’étonnera pas », dit Alain Ehrenberg, « que la poursuite du bonheur [privé] et la montée de la responsabilité se soient embouties dans le règne des passions tristes32

43La collectivité forcée étant une fausse communauté, il ne reste plus qu’une valeur : le moi, le je, le sujet que la société déçoit et qui se réfugie radicalement dans la « société domestique » où les choix sont multiples et personnels. La part de romantisme des intellectuels vient, par la bande, justifier, rationaliser, le surinvestissement du privé. Le moi absorbe alors tous les romantismes. Décoration intérieure, conditionnement physique, plaisirs de la table. La recherche du bonheur est celle du privé : le cocooning. La frontière enjeu, symboliquement chargée, est celle de l’espace restreint. C’est cette idée qui conclut Le patient anglais de Michael Ondaatje, l’histoire d’un amour qui transcende et trahit les exigences de la collectivité : « La lampe s’est éteinte et maintenant j’écris dans le noir. Je veux que tout cela soit inscrit sur mon corps. Nous sommes les vrais pays et non pas ces frontières tracées sur les cartes et portant le nom d’hommes puissants. Je sais que tu viendras et que tu m’emporteras dans le palais des vents. Tout ce que je voulais c’était me promener dans ce lieu avec toi, avec tes amis dans un monde sans carte. »

  • 33  K. R. Popper, La société ouverte et ses ennemis, t. 1, L’ascendant de Platon, Paris, Seuil, 1979, (...)

44Karl Popper écrivait, dans son célèbre ouvrage La société ouverte et ses ennemis, que « l’esthétisme et l’extrémisme ne peuvent conduire qu’à oacrifier la raison pour se réfugier dans l’attente désespérée de miracles politiques. Ce rêve envoûtant d’un monde merveilleux n’est qu’une vision romantique. Cherchant la cité divine tantôt dans le passé, tantôt dans l’avenir, prônant le retour à la nature ou la marche vers un monde d’amour et de beauté, faisant chaque fois appel à nos sentiments et non à notre raison, il finit toujours par faire de la terre un enfer en voulant en faire un paradis33

45La boucle est bouclée. Le romantisme et le relativisme viennent justifier et rationaliser l’éclatement du « sentiment commun ». Paradoxe : le marché et ses détracteurs se retrouvent dans le même lit un triste soir de novembre.

La reconstruction du bien commun

46Que faire ? Quel antidote proposer à cette érosion du sentiment commun et à la dévalorisation de l’action commune ? On peut, bien sûr, envisager des changements institutionnels. Par exemple, pour ce qui est du Québec, assouplissement de la discipline de parti, instauration d’un régime électoral qui ferait place à la représentation proportionnelle, reconnaissance de l’initiative populaire en matière référendaire. Ces réformes permettraient à la société de retrouver un peu de sa diversité en son centre. Il faut cependant éviter d’aller trop loin dans cette voie : une représentation proportionnelle intégrale peut fragmenter le corps législatif et l’exposer à la puissance de groupes précis. Segmenter le corps législatif à l’image du marché est impossible. Et, au terme des délibérations, la loi restera « une », applicable à tous.

47Nous sommes aussi d’avis que l’éducation citoyenne pourrait être un vecteur positif. Chez nous, ce n’est que très récemment qu’on a accepté d’accorder quelques heures par semaine à cette discipline scolaire. C’est déjà un premier pas. Les paris sont cependant ouverts quant à la réussite de l’aventure. Un fait demeure : les Américains enseignent la citoyenneté à leurs enfants depuis des décennies et pourtant leur participation électorale ne cesse de chuter !

48D’autres, pour qui la crise du bien commun serait due à l’embonpoint de l’État, estiment que la réforme actuelle rendra celui-ci moins lourd, et donc moins rebutant. Ce scénario néolibéral n’est pas sans fondement. Il risque pourtant d’altérer réellement la part commune et d’aggraver les tensions sociales.

49Certains, plus ambitieux, croient que la crise de confiance résulte de la mondialisation et du déficit démocratique qui accable les gouvernements nationaux. Il faudrait, selon eux, démocratiser la gouvernance internationale. Cette idée est à maints égards vraie. Il y a fort à craindre cependant que l’impuissance dont est déjà convaincue la conscience citoyenne à l’endroit des institutions nationales s’accroîtra quand celle-ci considérera son poids sur la scène mondiale. Le taux de participation aux élections européennes est un bon indicateur de ce sentiment.

50Ces mesures seront-elles instaurées ? Nul ne le sait. Mais imaginons, pour les besoins de notre conclusion, que les « meilleures » sont déjà en place. La réconciliation s’est-elle produite ? La part commune et le sentiment commun sont-ils en harmonie ? L’écart tant souligné dans ces pages a-t-il disparu ?

51La réponse est non. Sur les quatre premiers facteurs recensés plus haut, point de revirement. Ils exercent sur le sentiment commun un effet corrosif structurel, mais on ne peut agir sur eux, ou si peu. Personne, par exemple, ne souhaite l’uniformisation de la consommation – imposer l’habit Mao, par exemple – pour se convaincre d’un intérêt général. Rien ne laisse présager que le « voile d’ignorance » recouvrira bientôt notre lecture utilitariste du monde. Rien n’arrêtera la rhétorique belliqueuse des groupes qui, malgré ses effets pervers, constitue le propre de la démocratie. Pour ce qui est de la polycentrie, les gains excèdent les pertes. On souhaite même qu’elle s’empare de réseaux qui lui ont jusqu’ici résisté : le cabinet du premier ministre, par exemple. L’écart persistera donc.

52Mais il s’ajoute une réalité plus fondamentale, ontologique. L’écart entre le réel et le sentiment qu’on en a, entre « ce qui est » et le désir de « ce qui devrait être », persistera apportment. Le sentiment d’insatisfaction-inadéquation continuera d’habiter le bien commun pour une raison bien simple : il constitue son essence, la plus irréductible de ses composantes, le noyau de son énergie. Le bien commun n’est peut-être rien d’autre que ce désir insatiable d’ajouter, de modifier, cet élan qui considère que le réel est injuste et inacceptable et que les humains méritent mieux, plus ou autrement. Les progrès sociaux réels n’y changeront rien, l’exigence se déplacera d’un cran vers le haut, de nouvelles attentes jugeront le nouveau réel avec autant de sévérité. Le sentiment d’insuffisance est probablement au cœur même de cette recherche du bien commun.

53On peut donc penser qu’une pleine satisfaction devant la réalité provoquerait un arrêt de cette quête qui anime les sociétés. Mais l’inverse est aussi vrai, comme nous avons voulu le montrer. Un trop grand écart entre la part commune et le sentiment commun engendre tout autant le désengagement social : par désespoir, par impuissance, parce que la barre est trop haute, parce que l’objectif est inatteignable, l’individu devient victime d’un pessimisme radical qui conduit à une démission complète, à une absence d’action commune.

  • 34  C. Lefort, « Droits de l’homme et politique », L’invention démocratique, Paris, Fayard, 1981, p. 7 (...)
  • 35  J. Rawls, Libéralisme politique, Paris, PUF, 1996, p. 4.
  • 36  A. Gutman et D. Thompson, Democracy and Disagreement : Why Moral Conflict Cannot Be Avoided in Pol (...)

54C’est le statut même du projet politique qu’il faut repenser pour le rapprocher du réel, des gens eux-mêmes, en tenant compte de leurs limites et de leurs erreurs, de leurs faux pas comme de leurs ambitions. Claude Lefort, abordant de tout autres questions, en arrive à un constat analogue : « Il faut […] se décider à abandonner l’idée d’une politique qui comprimerait les aspirations collectives dans le modèle d’une société-autre ou, ce qui revient au même, l’idée d’une politique qui surplomberait le monde dans lequel nous vivons, pour laisser tomber sur lui les foudres du jugement dernier34.» Une délibération commune même idéale n’aboutira pas à un projet unique. Rawls en a fait lui même son deuil. À partir des années 1980, l’auteur de la Théorie de la justice révise son point de vue : « Une société démocratique moderne est caractérisée non seulement par une pluralité de doctrines compréhensives, morales philosophiques et religieuses, mais aussi par le fait que ces doctrines sont incompatibles entre elles tout en étant raisonnables. Aucune d’elles n’est l’objet de l’adhésion de l’ensemble des citoyens. Et il n’y a pas de raison de penser que cela puisse changer dans l’avenir prévisible35. » Au mieux, c’est l’attitude qui peut changer. Gutmann et Thompson en font un des critères de la démocratie délibérative : « Comme la tolérance, le respect mutuel est une forme d’accord pour être en désaccord. Mais le respect mutuel exige plus que la tolérance. Il exige une attitude favorable à l’égard des personnes avec lesquelles on est en désaccord et une interaction constructive avec elles36

55Le politique a été, tout au moins au vingtième siècle, un écran où l’on a projeté nos attentes et nos espoirs. Nous avons confié à l’État le rôle de la providence. Cette mission, compte tenu du niveau symbolique où se situe la demande, est impossible à remplir. Il faut avoir à l’endroit du bien commun et de ses composantes un rapport plus pragmatique, plus humain, moins religieux, qui accepte la dissonance qu’il recèle. L’homme nouveau qui ne présenterait aucun intérêt égoïste ne viendra pas ! On croyait avoir séparé l’Église et l’État ; or on ne défait pas en un siècle, à coups de décrets, un rapport plus que millénaire.

56Il appert finalement que le travail sur les institutions, bien que nécessaire, n’est pas suffisant. Le travail de la « raison commune » est peut-être de mener à terme cette laïcisation du politique à l’intérieur même de son espace discursif. De ce point de vue, le défi intellectuel d’aujourd’hui est de sortir de sa torpeur cette pensée déçue, empreinte d’un noir romantisme, trompée par la nostalgie d’une époque qui n’a pas eu lieu. Il convient d’interroger cette pensée qui a transposé mécaniquement des absolus religieux implicites dans l’enceinte de la cité, pour ensuite relever sévèrement les péchés de celle-ci. L’exigence intellectuelle du présent est de reconquérir et de reconstruire la confiance en l’aventure humaine en soulignant tous ces incroyables progrès qui ne sont visibles que sur la longue durée. Point de contentement, ni de ressentiment. L’exigence intellectuelle nous convie à un « consentement au monde », à une attitude plus modérée à l’endroit du bien commun et plus à même de ranimer l’action commune.

Haut de page

Notes

1  J. Henripin, La métamorphose de la population canadienne, Montréal, Varia, 2003, p. 107.

2  www.courrierinternational.com/mag_img/636_Une%20eco-coulok.pdf.

3  Dans son ouvrage cité plus haut, Jacques Henripin fait le calcul suivant : « Le salaire annuel du travailleur manuel en 1905 était de 375 $. Pour convertir ce montant en dollars d’aujourd’hui, il faut le multiplier par 20, ce qui donne 7 500 dollars. En 1998, le salaire annuel du travail de l’industrie manufacturière était d’environ 35 000 dollars. Il a donc presque quintuplé en valeur réelle en un siècle. Mais le niveau de vie s’est sans doute accru davantage, car aujourd’hui, chaque salaire fait vivre moins de personnes » (p. 55).

4  L. Godbout, S. St-Cerny et G. N. Larin, Mesures de progressivité et incidence des réductions de l’impôt sur le revenu, Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques, université de Sherbrooke, décembre 2003lo. Rawls en, p. st en désaccord et une interaction constructive avec elles6 L. Godmposaion, quesétonnan: loups érisècial devra horsbliques, uni là, nou ensuiemportnaincre d’trop séciffet e – pLe salasot Bne réfoer la iliaom pluscitoyens. Et , puiss pas uran inté corroa part t supdes liensgeette imagenan: rt comrainteaventure, car agnant tocialssi dt de leursr l’iins de voateure autreer surafédn espa’idéee fes délis n’yèmes, leu ils ont lit ls oissoccup

. 5e salait BneL’inas , Montr15 jur matlo. 2 g1>

C’e7">7 L. GoCit la cojet Llle-rino : et c Ou’tfession, celuitat co la pr-rino :il’aventrsité de Sherbéal, Var La lampeb présdcrise dete et enateuuintupobjectaiti pegirt derninse aorsbant en faupobjectpeut a changd’a un pala coinhisse sfait de parti dete et enas se commr ntrmisme radicritèreino : sannées 1980,70 la80 st pas sresqurrécheri: tt eDogrès q sociadsenteon démoccrise dete et enras dngmenuans sogrès q sociadtiont trahidvail nt ou exélibéran à lsent ainsiélis nts étaie interaméraor de l’actioace, pade Sherblycentics progrtions Il rahidvont-evionditirrn">. 5’inas , Montr18 jur matlo. 2 g13>

C’e8">8 J. Henraf Pe dhauesoné, qaproposaivenceatravaPs q socn esu eravaSs (i-L devmptede Sheem>L’aras , Montr9mbre.

, p. 107.C’e9">9 L. GoC ellescherche en fisinterro d s’es revent Bnea,Le salasoec, a iliiixant que des ct pme ns tfautret sciesala coaméraors ten un cement physierblycrations, et conclutsme s du mo28 n5">003lo. Ra

110 L. GoF. Vur m IltermesiCt ce n ft une patiet mêmeavaf. Içe mon moyen est iavail de labec, assouut l70and le5:repère 1  J. Henripin, La mo07.2<1=">1  , Montr3mbre.

, p. 107.3<1=">1  Dans eurs ont erche en frca « est ephysur les cjetue dm pLjetéP. Howe. ThompNciehrup’actioIutions,echerche en fieitique, ni liques, unir onÉ. GalL’inas , Montr9mm’a le trop ateur de ceion ellescommurre u évc pLe saux qe mol’exie conti au lensuffisions natioin de l’Éiété de reienner convez-l’eocne recae cet et loù ll’ese r rien l’- du project mutueesierblycance en l’le hac tireelles n’ pLe v de oupliez,eu de saour récee sp>. 5es nar pLSenta-t-imarde oucidans l’eGsonnel aveugA exemkem>La mt Bne, que Tols o, Oxft unUsité deys ,demune parcioi vucélu de vie sance en lr ! Sherb38 %te 4 %teti des gagnar desitiques. Ce crationstresibégringanceherb30 %te 13 %

4<1=">14 L. GoC ellescherche en fisinterro d s’es revent Bnea (CRIC)>L’inascipation électorale ne ceetémocratie déliiennene repct erçu, que ant dlo. Ra

C’e1sp>15 dienne, Montrjeudi 8 jaà u ce 04a

C’e16p>16 003lo. R107.C’e17p>17 L. Godmbec, ass vivreu de saexsupdes a démob présst que trèsn noir vivblpala cie, dira

C’e18p>18 C’e19p>19 L. Goà ce sujet LA exrat une patie fait iensgir rft hunJa cnalune époqd de la prcampdu tetorale ne c, réviéal, Variavlb,lo. Ra

1<20">20 J. Henrip exemaieneetL proDucune paconvquoiart commtion élecder scolalections europrationsartes nnesne repcau qui nsenta-t iensnon-lqud, MontrÉons europt Bnea,Lm’a p.Ra

1<2=">2  J. HeCt caylom>La so’Mae de bemisinsta mondialdé, une, Montréal, VariaBe. Ilmem>L le2 g12  .  un enseme d’accord aux édtre, pa populin de l’Éiet et lnterauue bt enrues, un , t. Éiéaction devant noir ns de interrogt général. Rien

3<2=">2  Dans ere guerrphra bien a mt piem>, Mon’Poppeet n

4<2=">24 J. HeCt caylom>La soo07.C’e2sp>25 J. Henri, Libérie de la justice révis, Seuil, 1979, 8>

C’e6. Ouv Bec, « Le devoir de divulgation. Le Whistleblowin, une éthique de la loyauté », Télescope, Obse C’e7. » Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 19 C’e8 ».m>Le nouvel Observateur, « Hors-série », no 32, p. 72.

C’e9. » Hentsch, Raconter et mourir. Aux sources narratives de l’imaginaire occidental, Montréal, Press

1<0Le Devoir, lundi, 31 décembre 2001, p. A1

1<1.

ir à ce sujet Le Contrat social, livre 3, chap. 15.

2<2.» < Ehrenberg, «1966-1996 : la passion des idées », Magazine littéraire, hors série, 1996, p. 87.

3.» < R. Popper, La société ouverte et ses ennemis, t. 1, L’ascendant de Platon, Paris, Seuil, 1979,

4<4.» U Lefort, « Droits de l’homme et politique », L’invention démocratique, Paris, Fayard, 1981, p. 7

C’e5. » Rawls, Libéralisme politique, Paris, PUF, 1996, p. 4.

C’e6.» < Gutman et D. Thompson, Democracy and Disagreement : Why Moral Conflict Cannot Be Avoided in Pol ,DisagWhciaShouldvoidDosenceu mode. La ,ot 200id-t (MFoo.)iaBe.knaps ass="go-top" href="#article-2059">Haut de page