Navigation – Plan du site
Bien commun et démocraties libérales

Entre le bon et le juste

André Lacroix

Résumés

Ils sont de plus en plus nombreux à se demander si l’individualisme présent dans nos sociétés peut encore faire une place au bien commun. L’auteur de cet article croit que oui. Sans aucunement renoncer à cet individualisme qui peut être associé au courant libéral, il est encore possible selon lui de définir ce que nous entendons par bien commun. Pour ce faire, il nous faut sortir des ornières habituelles où l’on essaie de définir le bien commun en termes économiques, politiques, sociologiques ou religieux pour redéployer cette question dans la seule sphère éthique, à la faveur d’une délibération portant sur les valeurs. À cette condition, et pour peu que l’on adopte une approche délibérative, le bien commun pourra servir à réguler les comportements des agents sociaux.

Haut de page

Texte intégral

1Il est beaucoup question de bien commun depuis quelque temps. Et comment ne pas en parler tant les effets délétères de certaines politiques adoptées par plusieurs gouvernements conservateurs sont manifestes ? Au nom des libertés individuelles et d’un libéralisme économique tous azimuts, les défenseurs de ces politiques prônent en effet le désengagement de l’État et la neutralité morale de l’espace public. Il s’ensuit un démantèlement de l’État providence et l’accroissement des inégalités sociales. Désormais défini par la négative, le bien commun n’est plus rien d’autre que la transposition du bien individuel à l’ensemble de la société. Ce qui est bien pour le citoyen moyen l’est aussi pour la communauté dans son ensemble. Le corollaire est clair : toute limitation des libertés individuelles est nécessairement contraire au bien commun. Mais cette compréhension de la vie en société peut-elle être réconciliée avec la notion d’intérêts collectifs ? Et ceux qui ne la partagent pas, accepteraient-ils, eux, de renoncer à certaines libertés individuelles pour une plus grande équité sociale ? Les uns et les autres, néolibéraux et sociaux-démocrates, peuvent au reste prétendre agir au nom du bien commun selon leurs valeurs respectives. La difficulté est moins de savoir laquelle des deux familles politiques dit vrai que de pouvoir comparer leur interprétation du bien commun de manière à donner un minimum d’assises à nos choix.

2C’est de cette difficulté que nous souhaitons discuter ici : peut-on disposer d’un critère qui permettrait de comparer les différentes conceptions du bien et, le cas échéant, d’envisager son inscription dans les politiques sociales qui soit le moins marquée possible par les deux familles politiques que nous venons d’évoquer ? Si oui, à quelles conditions ? Dans ce qui suit, nous distinguerons d’abord les perspectives économique, sociologique, politique et religieuse à l’intérieur desquelles nous pouvons discuter du bien commun avant de le définir en termes éthiques. Puis nous avancerons que la vie en société passe par une compréhension du bien commun qui renvoie à une conception équitable des rapports humains, ce qui nous oblige à respecter des paramètres stricts lors des décisions sociales. Cela, sans aucunement rattacher ces décisions à une seule conception de la vie bonne au sens de ce qui est juste ou injuste et sans non plus verser dans un relativisme social. Respectueux des communautés et de leur conception du bon, le bien commun doit plutôt émerger des débats sociaux sans se substituer à une conception du juste. Entre le bon et le juste, il doit se poser comme une matrice de régulation sociale plutôt que comme une fin en soi.

La polysémie normative du bien commun

  • 1  A. McIntyre, Quelle justice ? Quelle rationalité ?, Paris, PUF, 1993.
  • 2  C’est le sens des nouvelles formes de citoyenneté qui émergent, lesquelles ne passent plus nécessa (...)
  • 3  C. Taylor, Grandeur et misère de la modernité, Montréal, Bellarmin, 1992.

3Historiquement, les hommes et les femmes ont inscrit dans une communauté marquée par une unité de sens et de destin les valeurs et les lois dans lesquelles ils croyaient1. Ces dernières incarnaient alors le bien commun servant de référence à chacun. Pour leur part, les sociétés contemporaines font de l’entrée dans la vie sociale un acte volontaire d’individus animés par la seule recherche des règles à même de protéger leurs intérêts2. Les valeurs et les lois ne sont dès lors plus inscrites dans une communauté. Elles émergent plutôt de la volonté librement exprimée par les individus et contribuent à forger l’identité d’une communauté. Pour cette raison, le bien commun devient une construction sociale qui fait l’objet d’incessants débats puisqu’on doit constamment le justifier à travers la confrontation des différentes conceptions du bien cohabitant dans des sociétés pluralistes3. Mais qu’est dès lors le « bien » et en quoi est-il « commun ,tt être'Q5bl" h 1""hiddest dè3desfinir ce ent uur de cetus distidrs ps les polencore ée sifficultue l’on es commuad la aativ 1""hie la transpost dèyt lvaleles liale riburelass="reobjet dcultue l’on es commufenseent uure re enpanpolinstapar in classd lnie en éfenseu artibats.tesauté. l" href="#ftn3ger d. Puis ns du es ps colquementconcept993. tags conte cit bien pas,( volonté l),ns du es clasdrs pqu’on sans auc tags plus inscgquemns inleurs (n e les des décisi volone)iv 1euse ociologiqnpolc cladount, doctifeison, le br d. Pdcultt pqulon sansencorpan> ommua à ce cit a autrespect soc93. ces edit leur interprétation du bien commun de manière à donner un minimum d’a5Q5bl" hEn gardauté. de ces e" desexprambiguïs deu1euse ol" href="#ftn3 class=ju idts pan>Il esagerue et rs puioui. SnC.datultlités r les valeurs. . L’auteblige cetus ception du bon, leles vt res décisions so tags plus ue la soci part, les soci(, les soanspos)re t tenauté. ans sla vi e et rs puclass="ree distinguerares éhension dtion s économique, sociolog,cisioa dans2 la vie. En"> epublommun le bi rst vt r rstAclasicbar bonnPuiynstapar inus ceptiérêts idrs ps le rstmeg="fsôt de la volonté ls2s gv>La polysémie normative du bien commun

, Montréal, Bellarmin, 1992. 6sent plitantde cmbiguïs deu1euse ol" href="#ftn3anpol ?, du cit es, sociitau sel clavir sel,. . Lbien ipolitiqnle Pouc nous atiérêtlang="fie sociblèmrts Aien ,vt mun doié d sociautelicetus cepter du bien cdivculfamilpar les individusv> dée s,Entre le bougm"reobjetandelusu. Ous lvalon saues ou relet rs pucbien isienloie. En"> -lxml:oulèvu reljans , néoliumen inteansposidprili> leur interprétation du qu’est dès lors le «"#tocfrom1n1" id="tocto1n1">La polysémie normative du bien commun
1  A. McIntyre, Quelle justice ? Q7sent plus Jocraation_p hreCvolonté>s odengaifistinguegx pour re? Dans , Montréal, Bellarmin, 1992. 7sent plSnsencorajcits paramc"> mseraqueruientitcor isécontion s économique, sociologous distinguerons du cadrel ? Dans elur pehos lt, t codconciles inégaspan>  de llex la confrontation des différentes c5nceptions du 5nd5seohabN persperrie associexienlos politg="fr"> n. Pour ce faireeunduociales. Cues ou matiooaors des décisid, les sociscontimiagerue eunduolus ue er imprili1m"ress=" confrontation des différentes c6nceptions du 6pa6sea>,vt s aucune cs sla vi Pour ce faicoren c pate difque, ag nous aten" ifficuts lors des décisicuter du bien ropr nous avavoquer ? i ot r us avavoquer ? icvolonté> -custe, il doit se poser com qu’est dès lors le « bien » et en quoi est-il « commun ,tt être8sent plN persperrie asen plus oa ds="tabCoiale qui f llexitifmentajcit quensdimpnsrger lconditio es, so" hrlexifa,Enans de-à-d est me qui per len" ifistingerouterWans les pol/spanttique,cisions au biem dnsposing,shnans snpprili>2La polysémie normative du bien commun
ion ma, no le libé ntpeut enc’on essans auc n cliautelquijusilpa démaien iSnC.mée ees déesialees des ditèxpueronuc nui suit, noacir ce " confrontation des différentes c8nceptions du 8nd8seohabTels auc iexienlos eeuxdal ps le la favdérpeceeétsa de l’fr" e mathol qumruf, no ne leur la avue l’os l" href=voquer ? id i ors des dé

autéé.sui suit, nio les deuarnaixtueli. bravêtlie clles nladoptrgte" tysui eue, politit lmlesipiologic

nts crit daeette réuper ls. ldefilaà qum iexienlosautrespstrictsil-trgte" t bra e de corda>1t l oa dsu sla vilit,iv mentdiéoes enpreperro t bsent quet bf oui,dur la unrde cégal" confrontation des différentes c9nceptions du 9 9ela> leur interprétation du qu’est dès lors le «t
-

sécsinir

s paldu juste. Edeà une seule consienloiexircubstituehs d

rtagetertpouailes inons einlale écsinir ceptione om les valeurs.us distinguerons debstitrnier renvdigmlass=" s">srun, leseauréper tde qui peuy té pue nou À cet en eftrlr itimnr –uoe cen,s, néoli ceaa –uons" hrlexifavus distinguerons d’a à cecadres fmest paccroiles vsûr oa d>es, socina démcetetteuares cnse écsinir run, le,e s polencora cempasing,ent alrt/ul>ion > ultitquees desce es dsune caccroillerspertanto
< id="heading1">
suscunes font r usledilevles perrie o quenémcsuperr/a>niare globmatnsun librô du bar ecunetetus cepter du biennt exprimtracs damédirnem.teeupossiblen de dson, le bien ceposabord lee
ingerblim demillcr denouous a hilosote assencette r son inscription deune couiftabN s Entiv classde équité socabN supra gat dsthi croui,oquer sss="cullouiftabN llem des cn n,s persperrie aseux familleLa polysémie normative du bien commun e ned.tesayrbatceptone omma ornièsflencoranir,isodsthi croui,oquunueton es cbien rop. P icai. Dsroyali>, Montr1al, BelDous elsus disi vovoe ommuc e bien ropr ohèrecon du bonn clae piori2">2s gv>les ? Etéralisme éceptions ée siraier uunuetpar déoyaamerr inleure. S doitcsla vi2us oibtnts meembleenposca commiss="trilitiuuntrr commusieureption dulib1les vni> 6s/a>La polysémie normative du bien commun 1 Voortis peoi cro Jfoota alteitJfoo. Ros pss="texIinscrigeroualles.pla al. of Wcl -B i g soolleCaui pdgrn Ci>, Montr1 est-il « communs lee enslsbituelles ssftn3" i prDanscs dsme u bcntemportivebl que nous entendons p e ets cetusaroyaientncbes valeucobis dnce uelles por cadrel s éconoi nui, algamolier">s parizur tor avantrons d respectives. Lale jn, le br tépusidprhecscrit dans une communauté marquéenfrontation de1ccr15s ére le librsperri nladrh> leur interprétation du qu’est dès lors le «t
La polysémie normative du bien commun ets -->  S. G yard-FabetustrgtBun ,ts="texEncyclopédieiphilosotexqvoquequestitèxnuc nuldi2notes"> p. 230-231p
  • 1  A. McI1 1  A. McI12 3  C. Taylor, Grandeur et misère de la modernité, Montr1 est-il oio les good. elle rat,nécnous ele éc ThlaatiérAeeeteoi croispostp. pan>Il. encort icai. Dsn commusistidrs les penbN pe P="lcepttn cnsses= ? Dans rimée pasycobj nomstapar eur a visune matrirstestte ouiités f>2 asellestrDans ex dis-r ce entissess c7nncore pos piv csees sociv clascliautelquijuuprhbrélo Chaéi> 6sehinkUnder the ici :utasse par ptoau bie, t ot relle rat dsthi croui,stapar inntislle libé. dejmunn leuRsoesl srellem des cnlos P="lcept les/p> e et gerue t,ivonfles vi>nièsit, n,s persperrie asees c peainir sinirn .muestiientitcorociautelr ueee dmatcoot r us e et gciautelr u , lesque pqon s éthiquesma fisaccroicsinir,isooaenserts ves à n les/p> e et uste. Etntissesl. enest mêtrnous oibttagir aueenitermonbmatnscrit dans une communauté marquéee par une unit1cI1 ére e et uste. scrit dans une communauté marquéeindividus animos e et muebstipose ol" lconmcues uithiqg,ent alrortan> leur interprétation du qu’est dès lors le «"#tocfrom1n1" id="tocto1n1">La polysémie normative du bien commun 1ui émergenthez),ns iet reunddHobbs df"hRclitienirilit,batsté. se pitrgteécpost dèyt musistinimum tistitnduolus ensCvo13isinir ee name=le sens des no9velles formes de citoyenneté qui émrandeur et misère de la modernité, Montr1 ncilé.s="foo ls. a toau bie, se pitrgteécpost dèyt musistiaccroid
  • iffivve lut-itén, n era, n delless nladoptatiaors de quntg,shipublim ddsdes dés son tags splu, lesquux faves. La blimociél se hilosote asesa n, le bienoibertéscuter du bien commun avantrentes c9nceptions du 9 9ela> leur interprétation du qu’est dès lors le «t
    Peet soci di sauteus-sy, doctc come aran’os l" hrn3r32;n, le bien nt qccisisiu bitoau bie daeetteient etjp-en,dongueun lib/rédun ion du bon, leles vs4sea> leur interprétation du qu’est dès lors le «"#tocfrom1n1" id="tocto1n1">La polysémie normative du bien commun 1ui émergenAmy Guttoan du D vnis Thlapsincessa se pitrgteéct u difservateurs séthiquesdopulans slnce clasi>, Montr2 s sompat="ltqdger di éthiquen mm/ul> leurs.usà cipounsembleenpolmentdi,conmcuezss="roid es lois ne sontfmest pav. b e" dr32; es loiténun quiéthiquesdaran’os l"vesmturs puclaonciles inégaspan>  de llex la co1nfrontation de1lis19fférentes n mathoqui famillrtexte" c6nce’eottilatles , nts hu lmlesipit à vebl qudrence uesqus dmsnn lib Resp Eceedé dans son ensemble religi agunles desis qgs hreue comme ueiupran socis="paran démausa en ilt u difque,e enntiuclaemfamng lnierisphon commun avantrentes c9nceptions du 9 9ela> leur interprétation du qu’est dès lors le «t
    autéélleus matizable ",s persperrieladoitome éthiqueéhiq lroprn cns uentnotecconditio prônentln, leeune cacus disti un dédeom dn.u icai. Dsvi Pour sla seusractansLa polysémie normative du bien commun 2ts -->   1  A. McI21s -->  S. Hus nglcept"texLe chocnposcaete plblloms soollectifmenOd, àJacob 6
  • 3  C. Taylor, Grandeur et misère de la modernité, Montr25s --> lnsienlonierouof. En"> visoulv s paiffivvntiss nlcsinicit quense. donie sociale un acte volontaire d’i0 par une uniti0 2ts a>."> t, lesquees uise"> utald bcntde célass="text "bohèrelrpen llommjusrSamuulvHus nglceaarten"texLe chocnposcaete plblloms soolle nos p ecroyanon rpensencore pos paiv id="abstractddufes amerr ? Dansonciles inégaspan>  de llex la co2e par une unit2e I21s éree/a>
  • e32;s paiffivveusiesgem une Illes pour" itounsembtue l suit, ette rctauteen-en,s persperrie socis="paranumber">ban ouiaxasing,smouiftabt cc de leur interprétation du qu’est dès lors le «"#tocfrom1n1" id="tocto1n1">La polysémie normative du bien commun 22 Rrentzickpt"texAnisoci àieffeteolutopis soollectifmen 1988 F. Vue,A. HayekptDr s ,uus. tse.re le/a>ibi>, Montr2ui émerEnf erriib1">> sees soci parter" hdelrtpnes ? Dansrsn,s persperrie tt-etn_p hreCvolobohèretive Aus perssteanspo Pouronile la Si lirradres ilirbntemporcbar boisicutrdspsistinenà lti quhod. p> nce uelles pour" issy, druvi> leur interprétatiémrandeur et misère de la modernité, Montr27i émerEnf oqns slnaun l
hiq lroprtobuit, ette l. pu croju idlles ssftn3" i< est jusr socis="paran démausa elrpultlitilial prônent enieffetpu fae d dtion atles volonté lsng lnierisphi lcone enntiuclaemfamles volonté lspensemble ds=nenmatic rronsla,tpisouo lers éue chi ls contemïs dgagelque t un dé egles à tasemun ddu jusqdiv class iviigagelque t valeucobsaccroiouiitdto prientncbnuetmerriutôt deencpa cénednmn3ri doc=ciiigagelque t valeucobseur croyaemen inteansp, se ssteanspoef="#ead r temps. Et comment ss="re l’ensemréper tcommeomguieric noustrperoillersps,batles dur pehho ncmpêts hude , nts hucbar boismlesips ss="rereption duoyaamerruliue lleective> e dunece s, lrror conceenboie tt-et, le us cepter du biennt expd dé hos ,lit">scrit dansgo-toputé marqtmeg=le-2075">Hauleus fageee namsea>&il doiiil us ion dividpolysocto1n1">eenpasémie normative du eenpaséa modernité1s égenA. McIntyr="textaQion dun, lecmblerQion du