Navigation – Plan du site
De la précaution

Des conséquences d’une éthique de la gouvernance sur le management des risques majeurs

Groupe de recherche Management des risques majeurs (MRM)

Résumés

Le management des risques majeurs est un thème qui fait l’objet d’une attention grandissante de la part des décideurs comme de l’opinion publique et suscite l’intérêt d’un nombre toujours plus important de chercheurs. Il apparaît aujourd’hui essentiel de proposer un cadre intégrateur qui puisse contenir et agencer les différentes politiques publiques relevant du management des risques majeurs. La conceptualisation de principes intégrateurs n’est pas indépendante d’une éthique de la gouvernance, qui devrait nous aider à répondre à la question : comment aborder la problématique de la responsabilité des pouvoirs publics en matière de management des risques majeurs ? Cet article fournit des points de repère conceptuels et méthodologiques permettant de s’orienter dans le management intégré des risques majeurs. Il représente une synthèse des résultats intermédiaires du travail effectué par une équipe interdisciplinaire qui s’est donné pour objectif d’intégrer les contributions des sciences de la terre et de l’environnement, de la santé publique, des sciences économiques et sociales et de l’histoire à la problématique du management des risques majeurs.

Haut de page

Texte intégral

1Le management des risques majeurs est un thème qui fait l’objet d’une attention grandissante de la part des décideurs comme de l’opinion publique, en raison notamment de l’importance accordée aujourd’hui à la sécurité humaine, sous ses différents aspects. Parallèlement, le management des risques majeurs suscite l’intérêt d’un nombre toujours plus important de chercheurs, et cela pratiquement dans toutes les disciplines scientifiques et selon des méthodologies extrêmement diverses.

2Cet état de fait politique et social, d’une part, scientifique et universitaire, d’autre part, s’accompagne encore fréquemment d’une parcellisation du savoir et d’une conception éclatée du management, qui en diminuent l’efficacité tant pour ce qui concerne l’identification des risques que pour la prévention ou la gestion des catastrophes. C’est pourquoi il paraît aujourd’hui essentiel de proposer un cadre intégrateur qui puisse contenir et agencer les différentes politiques publiques relevant du management des risques majeurs. La conceptualisation de principes intégrateurs n’est pas indépendante d’une éthique de la gouvernance, dont nous dessinons brièvement les contours ci-après, et qui devrait nous aider à répondre à la question : comment aborder la question de la responsabilité des pouvoirs publics en matière de management des risques majeurs ?

  • 1 Programme des Nations unies pour le développement, Les nouvelles dimensions de la sécurité humaine, (...)

3Partons d’abord du postulat que réduire les risques revient à augmenter la sécurité, puis convenons que les pouvoirs publics sont les garants de la sécurité, et admettons enfin qu’aujourd’hui la sécurité est (ou devrait être) conçue par ces mêmes pouvoirs publics dans son acception la plus large, celle de « sécurité humaine » définie par les Nations unies1.

4Dans ce début de vingt et unième siècle, il semble commun de penser qu’il incombe aux États, c’est-à-dire aux pouvoirs publics, d’assurer au mieux (best governance) la sécurité humaine des personnes relevant de leur juridiction. Les États entre eux doivent prévoir des mécanismes (global governance) susceptibles de faire face aux risques qui ne concerneraient pas un seul État, mais l’ensemble de la planète. La question est alors de savoir sur quels principes repose la gouvernance.

  • 2 La gouvernance en faveur du développement durable et humain, Document de politique générale du Prog (...)

5La notion de gouvernance n’est pas sans ambiguïté : suivant le contexte où elle est utilisée, elle peut consacrer l’instrumentalisation des acteurs sociaux par les pouvoirs en place, ou, au contraire, offrir à la société civile organisée des possibilités de contestation et d’intervention sociale. Nous n’entrerons pas davantage dans ce débat. Nous nous contenterons de reprendre ici la définition que le PNUD donne de la gouvernance, et qui fait l’objet d’un large consensus. « La gouvernance est l’exercice de l’autorité politique, économique et administrative dans le cadre de la gestion des affaires d’un pays à tous les niveaux. La gouvernance est une notion objective qui comprend les mécanismes, les processus, les relations et les institutions complexes au moyen desquels les citoyens et les groupes articulent leurs intérêts, exercent leurs droits et assument leurs obligations et auxquels ils s’adressent afin de régler leurs différends. […] La bonne gouvernance alloue et gère les ressources de façon à résoudre les problèmes collectifs ; elle se caractérise par la participation, la transparence, la responsabilité, la primauté du droit et l’équité2

6Voyons maintenant ce qu’implique cette définition en matière de management des risques majeurs. Considérons, en premier lieu, que la responsabilité sociale des pouvoirs publics s’inscrit à tous les niveaux de gouvernance (du local au global) sur un territoire politico-juridique donné. Acceptons, en second lieu, qu’il existe une multiplicité d’acteurs en jeu dans les politiques publiques, qu’ils proviennent du public, du privé ou de la société civile organisée. Dans la gouvernance ainsi définie, chaque acteur est renvoyé à sa propre responsabilité et participe de la responsabilité collective. L’État, garant en dernier ressort de la sécurité humaine, est, quant à lui, responsable de l’agencement de ces multiples interventions (du niveau le plus local au niveau le plus global de sa juridiction territoriale), de la participation active à une gouvernance globale, qui dépasse par définition sa juridiction territoriale, et de la régulation des actions des différents acteurs en jeu dans chaque politique publique sectorielle et à chaque étape des politiques publiques mises en œuvre.

  • 3 S. Bertrand, C. Frischknecht, J.-D. Laporte, F. Romerio, J. Rossiaud, J.-J. Wagner, T.-H. Harding, (...)

7Dans cette optique, qui réserve aux acteurs sociaux une place importante et les renvoie à leur responsabilité individuelle et collective, particulière et générale, garantir la sécurité humaine est un défi de taille, d’autant plus important que, à notre époque, pour les sociétés les plus industrielles notamment, la sensibilité aux risques, c’est-à-dire le sentiment d’insécurité, semble avoir tendance à s’accroître, indépendamment de leur augmentation objectivable. Il s’agit donc de mettre en place un management intégré, c’est-à-dire un ensemble coordonné de politiques publiques, qui tient compte des différents acteurs en prise avec l’identification des risques, la prévention des catastrophes et leur gestion le cas échéant3.

  • 4 IDNDR Secretariat, Overall Programmes for Disaster Reduction in the ‘90s, rapport 1990-1991, Genève (...)

8Traditionnellement, le management des risques majeurs a consisté le plus souvent à gérer (voire à répondre à) la catastrophe. Depuis une ou deux décennies, un effort important a été effectué théoriquement et pratiquement pour la prévention des catastrophes4. Aujourd’hui, sous l’effet de la démocratisation des sociétés et de l’augmentation de la sensibilité aux risques, il s’agit bel et bien d’ouvrir un nouveau champ de politiques publiques en amont, dans le domaine de l’identification des risques. En effet, s’il accepte d’être le garant non seulement des procédures démocratiques (État de droit), mais également de l’éthique démocratique (organisation de la libre expression des enjeux sociétaux dans le débat politique), l’État se doit aujourd’hui de mettre en œuvre une politique publique en matière d’identification des risques.

9Cette politique publique devrait avoir notamment pour objectif d’éclairer la complexité sociale, induite en grande partie par l’imprévisibilité croissante des systèmes anthropo-sociaux. La complexité (voire la complexification) a une importance cruciale dans la problématique contemporaine du risque (et notamment du risque majeur), alors que nous vivons le passage d’une modernité du progrès, ou première modernité (foi-certitude dans les bienfaits du progrès), à une deuxième modernité, une modernité de l’incertitude, ou late modernity pour Giddens, qui pourrait également être qualifiée de « modernité de la précaution ». En effet, il est aujourd’hui généralement admis dans les sciences de l’homme et de la société que le risque est un phénomène lié à la modernité. Mais le management du risque est également lié à la critique de la modernité.

  • 5 Si l’époque de ce tournant n’est pas contestée, certains préfèrent se référer au tremblement de ter (...)
  • 6 J. Theys, « La société vulnérable », dans J.-L. Fabiani et J. Theys (dir.), La société vulnérable. (...)

10Dans l’histoire de l’humanité, le rapport social à la catastrophe a subi une transformation importante il y a un peu plus de deux siècles, c’est-à-dire depuis l’époque des Lumières. Le tremblement de terre de Lisbonne, où cent mille personnes périssent en 1755, est le plus souvent5 désigné comme l’événement qui marque un tournant dans le passage progressif du fatalisme vers une appréhension objectivable de l’aléa, puis du risque. En effet, cette catastrophe d’origine « naturelle », subite, est non seulement la plus grave connue à cette époque, mais elle va de plus susciter un débat philosophique d’une grande ampleur, particulièrement entre Voltaire et Rousseau : le premier dénonce la violence de la nature, le second impute l’origine du désastre à la fragilité des immeubles élevés et revendique une « histoire humaine6 » de la catastrophe. Cette dernière position, qui n’a depuis lors pas été démentie, constitue le cadre épistémique général dans lequel se situe l’appréhension contemporaine du risque. De plus, en tant qu’élément constitutif de la modernité, la notion de risque, comme celle de progrès, de croissance ou encore de développement, est également inséparable de la notion de « contrôle » par l’homme tant de la nature que de ses propres productions.

  • 7 P. L. Bernstein, Against the Gods : The Remarkable Story of Risk, New York, Wiley, 1996.
  • 8 A. Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992, et Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris (...)

11En d’autres termes, pour imaginer le risque et échapper à une représentation de l’aléa comme fatalité7, il fallait une vision moderne et modernisatrice de la société – une société en mouvement qui se perçoive elle-même en mutation permanente –, une société, et c’est peut-être le point le plus important, où les individus se conçoivent comme des sujets, c’est-à-dire des êtres conscients de leur capacité autonome à produire leur propre histoire individuelle et collective8. La modernité contenait ainsi également la critique permanente de ses fondements.

12À l’instar du tremblement de terre de Lisbonne, qui ouvrit les philosophes des Lumières au caractère anthropique des catastrophes naturelles, les catastrophes technologiques majeures de la fin du vingtième siècle, notamment la catastrophe de Tchernobyl, ont stimulé la critique de la modernité, en remettant en cause l’idéologie qui présentait le progrès technologique et la croissance économique comme garantissant linéairement et avec certitude le développement social. D’un point de vue social et politique, nous savons désormais que la croissance économique sans régulation et les activités technologiques non (ou mal) contrôlées peuvent être productrices de catastrophes, porter atteinte à la sécurité humaine et faire régresser le développement social.

13D’un point de vue épistémique, une fois ce modèle de développement remis en cause, c’est la complexité des systèmes anthropo-sociaux qui s’impose comme paradigme, en lieu et place du modèle déterministe du progrès linéaire (certain) : c’est ce que nous appelons ici la modernité de l’incertitude.

14L’imprévisibilité systémique croissante (l’incertitude croissante) pose une question éthique importante : celle de l’indécidabilité politique. Cette dernière ouvre notamment le champ moral, et surtout juridique, à la prise en compte du principe de précaution, dont l’enjeu est la conservation d’une capacité d’action qui garantisse un développement social et humain sur le long terme, c’est-à-dire véritablement durable (sustainable).

15Cet article fournit des points de repère conceptuels et méthodologiques permettant de s’orienter dans le management intégré des risques majeurs. Il propose une synthèse des résultats intermédiaires du travail effectué par une équipe interdisciplinaire, qui, pendant sa première phase d’activité, s’est donné pour objectif d’intégrer les contributions des sciences de la terre et de l’environnement, de la santé publique, des sciences économiques et sociales et de l’histoire à la problématique du management des risques majeurs.

16Deux sections suivent. Dans la première, nous évoquons quelques difficultés rencontrées lors de la conceptualisation de la notion de risque, puis nous posons des définitions ; dans la seconde, nous présentons notre approche intégrée du management des risques majeurs. La conclusion souligne l’intérêt scientifique et l’utilité pratique de notre contribution.

Comment aborder la notion de risque ?

17Aborder aujourd’hui la notion de risque et travailler à la conceptualiser dans l’optique de faciliter à terme le « management du risque » n’est pas une entreprise aisée. Plusieurs obstacles préalables doivent être surmontés.

18Premièrement, il n’est pas inutile de rappeler que, dans le langage courant, la notion de risque est polysémique. Ce constat implique qu’il est nécessaire de procéder avec attention non seulement au moment de la conceptualisation, mais également lors des interactions entre les chercheurs et les acteurs publics ou privés, que cela soit au moment du travail empirique ou à l’occasion de la vulgarisation des travaux de recherche.

  • 9 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1970.

19Deuxièmement, l’énonciation d’un risque n’est jamais une opération neutre, et cela pose une difficulté supplémentaire. Le risque – à l’instar de la sécurité, de l’insécurité ou encore de la violence – peut être considéré comme une notion que la linguistique pragmatique, à la suite de Austin9, qualifie de performative. De ce point de vue, l’énonciation du risque est à considérer comme un acte de langage (speech act), c’est-à-dire ipso facto comme l’accomplissement d’une action. En d’autres termes, qualifier quelque chose – acte, comportement, situation – de « risqué » (ou au contraire de « sûr ») serait à la fois lui attribuer une valeur (positive ou négative) et commencer à agir. C’est en cela précisément que le risque, la sécurité, l’insécurité, peuvent être considérés comme des notions performatives.

  • 10 « Par gages symboliques, j’entends les instruments d’échange pouvant “circuler” à tout moment, quel (...)
  • 11 J. Rossiaud, Mouvement social et mondialisation, thèse de doctorat de la faculté des sciences écono (...)

20De plus, comme nous le verrons plus loin à propos de la notion de « sécurité humaine », parler de sécurité (ou d’insécurité) c’est toujours évoquer (en négatif ou en transparence) la menace sur la sécurité (toujours potentiellement mise en danger par le chaos, par la catastrophe) et le risque que l’on prend à faire ou non confiance dans « les gages symboliques » ou « les systèmes experts » (pour reprendre les expressions de Giddens10), omniprésents à l’heure de la modernité et de sa mondialisation11.

  • 12 Organisation de coopération et de développement économique, L’interdisciplinarité, Paris, 1972, p.  (...)
  • 13 Il convient toutefois de relever que l’économie réserve une place très importante à la perception d (...)

21Troisièmement, le risque est une notion transversale à la plupart des disciplines scientifiques : dans les sciences physicochimiques, dans les sciences de la vie, mais également dans les sciences de l’homme et de la société. Comment distinguer alors ce qui, au sein de ces dernières, relèverait uniquement de la sociologie, mais non de la psychologie sociale, de l’anthropologie, de l’histoire ou de l’économie ? Préciser le concept de risque oblige à l’interdisciplinarité. Cependant, bien qu’il existe un constat partagé dans toutes les disciplines, l’interdisciplinarité12 n’est jamais aisée, notamment lorsqu’elle repose sur la mise en commun des acquis des sciences physicochimiques et biologiques, d’une part, et des sciences de l’homme et de la société, d’autre part. Pour ce qui concerne spécifiquement le management du risque, les positions sont particulièrement tranchées. Les psychologues, les sociologues ou les historiens se réfèrent habituellement à des théories dites « constructivistes »: pour celles-ci, le risque est une notion « socialement construite », et il ne peut être appréhendé qu’à travers l’analyse des « perceptions individuelles », des « représentations sociales » et des « relations entre acteurs sociaux ». Les physiciens, les géologues, les épidémiologistes ou les économistes13, à l’inverse, adoptent généralement un point de vue qualifié, selon les auteurs, de « réaliste » ou d’« objectiviste », en partant de l’hypothèse que le risque peut être évalué, c’est-à-dire le plus souvent quantifié objectivement, à l’aide d’indicateurs construits à cette fin.

22La « science du risque » est donc aux prises avec un double antagonisme, épistémologique et méthodologique, qui ne se recoupe pas toujours. En effet, épistémologiquement, la controverse oppose les tenants de l’objectivisme-positivisme à ceux du subjectivisme-constructivisme ; méthodologiquement, elle porte sur l’importance respective des approches quantitatives et des approches qualitatives.

  • 14 U. Beck, « The Anthropological Shock : Chernobyl and the Contours of the Risk Society », Berkeley J (...)

23Aujourd’hui, la querelle entre les paradigmes « objectivistes » et « constructivistes » est presque unanimement reconnue de part et d’autre comme inopérante14. Cependant, comme chacun continue à travailler au sein de sa discipline dans son propre paradigme, une synthèse ne semble pas être encore à l’ordre du jour. Dans le meilleur des cas en effet, la collaboration scientifique se borne à la pluridisciplinarité, c’est-à-dire à la juxtaposition des regards disciplinaires.

24Notre groupe de recherche interdisciplinaire s’est au contraire donné comme objectif de faire travailler ensemble sciences « douces » et sciences « dures », c’est-à-dire de contribuer – même modestement – à la combinaison de l’approche constructiviste et de l’approche objectiviste. De plus, nous avons également tenu à utiliser conjointement des méthodes quantitatives et qualitatives.

  • 15 A. Touraine, Critique de la modernité, op. cit., et Qu’est-ce que la démocratie ?, op. cit.

25Quatrièmement, la notion contemporaine du risque gagne à être appréhendée dans le cadre d’une conception globale de la modernité et de sa mondialisation. La difficulté est la suivante : si la modernité ouvre, dans l’histoire de l’humanité, un double processus de rationalisation et de subjectivation15, et si depuis deux siècles elle se diffuse progressivement à l’ensemble de la planète, comment alors tenir compte à la fois de ce qui relève de l’universel et du global et de ce qui relève du singulier et du local, dans le rapport individuel et social au risque ?

26La notion de risque est centrale dans le paradigme moderne, mais elle est tiraillée entre deux pôles : d’une part, elle est cruciale dans les politiques publiques mises en œuvre par les États modernes, qui ont pour fonction d’être les garants à la fois de la sécurité collective et du développement social ; d’autre part, elle est également de plus en plus présente dans la vie quotidienne des individus. Pour ces deux raisons, la définition du risque est aujourd’hui un enjeu central des sociétés contemporaines.

  • 16 J. Rossiaud, op. cit.

27À l’heure de la mondialisation, que nous pouvons définir notamment comme la diffusion des institutions de la modernité à l’échelle planétaire16, il pourrait être tentant de penser que les critères présidant à la perception individuelle et à la représentation sociale des risques sont identiques quel que soit le lieu où ils sont observés. Or il n’en est rien, et pour analyser l’identification des risques, ainsi que de la prévention et de la gestion des catastrophes, dans des contextes culturels différents, il est important de saisir le rapport que chaque acteur local confronté au risque majeur entretient avec la modernité. La notion de risque (et de risque majeur) varie donc fortement selon les aires culturelles, les sociétés, les catégories sociales et même selon les individus (que nous pouvons placer, suivant les aléas et le contexte, sur un axe allant de la risquophobie à la risquophilie). Vue sous cet angle, la notion de risque est éminemment subjective et, par voie de conséquence, très relative.

28Cependant, il ne peut être satisfaisant ni conceptuellement ni pragmatiquement de s’enfermer dans une position relativiste, qui se contenterait de prendre acte du fait que chacun définit subjectivement le risque à sa manière. Cette position théorique n’est pas opérante dès qu’il s’agit d’intervenir socialement dans la prévention et la gestion des catastrophes.

29En effet, pour manager de manière conséquente les risques majeurs, les acteurs en présence – et principalement les pouvoirs publics – doivent les identifier. Il nous est donc nécessaire de disposer d’une définition du risque, et plus spécifiquement du risque majeur, qui soit opérationnelle pour appréhender la manière dont chacun des acteurs identifie le risque.

30Afin de tenir compte du fait que chaque acteur procède à sa propre évaluation subjective du risque, nous avons opté pour une définition objectivable qui soit à la fois suffisamment large pour nous permettre d’intégrer celles des acteurs en présence et fondée sur des paramètres suffisamment précis pour permettre de croiser différentes évaluations du risque, dont la nôtre (en tant que chercheurs). Après ces quelques avertissements, et pour stabiliser quelque peu un vocabulaire miné par la polysémie, il est utile de présenter brièvement quelques définitions des termes les plus centraux de notre travail.

  • 17 Département des affaires humanitaires des Nations unies, Glossaire international multilingue agréé (...)

31Dans sa définition consensuelle, le risque (risk, riesgo) est le produit de la probabilité de l’aléa (hazard, amenaza) par la valeur des éléments à risques (elements at risk, elementos en riesgo) tels que la population, les bâtiments, les ouvrages de génie civil, les services publics, les activités économiques, les infrastructures, etc., et par leur degré de vulnérabilité (vulnerability, vulnerabilidad)17.

32L’énonciation d’un risque implique notamment la potentialité d’une perte et, quand l’aléa se produit et que la perte est importante, il est convenu de parler de catastrophe.

  • 18 Ibid., p. 3. Par souci de clarté, il serait peut-être préférable d’effectuer une distinction et d’e (...)

33Dans son sens traditionnel, la catastrophe est, selon le dictionnaire, un « malheur effroyable et brusque [nous soulignons] », et c’est ainsi que nous l’entendons ici. Aujourd’hui, dans le langage commun cependant, le caractère soudain de la catastrophe a tendance à être écarté, et le terme est souvent employé pour désigner plus généralement les effets désastreux d’un événement. Enfin, dans le vocabulaire plus spécifique et plus consensuel des Nations unies notamment, une catastrophe consiste en une « grave interruption du fonctionnement d’une société engendrant de larges pertes humaines, matérielles ou environnementales que la société affectée ne peut surmonter avec ses seules ressources propres18 ».

34Dans quelle situation, selon les définitions précédentes, une catastrophe peut être considérée comme majeure ? Nous proposons de qualifier une catastrophe de majeure lorsqu’un événement produit des perturbations structurelles importantes dans les systèmes physicochimiques, biologiques et anthropo-sociaux. Le qualificatif de « majeur » est d’autant plus pertinent que les effets néfastes se déploient sur une large échelle spatiotemporelle et que les institutions prévues pour y faire face ne peuvent y répondre seules et sont contraintes de demander une intervention extérieure. Le risque de catastrophe majeure est également qualifié de « risque majeur ». Les mesures légales et réglementaires ainsi que les procédures administratives mises en œuvre afin d’identifier les risques majeurs, prévenir les catastrophes et, le cas échéant, les gérer constituent un ensemble de politiques publiques que nous rassemblons ici sous l’appellation de management des risques majeurs.

Une approche intégrée du management des risques majeurs

  • 19 Des éléments de réflexion sur l’approche intégrée sont fournis par les publications suivantes : ICI (...)

35Comme nous l’avons observé dans la section précédente, afin de prendre en considération la complexité des problèmes qui se posent aux décideurs et d’éviter le double écueil de la parcellisation du savoir et de la conception éclatée du management, il nous est apparu essentiel d’adopter une approche intégrée des risques majeurs19. Les champs que nous avons été amenés à intégrer sont au nombre de cinq : les approches disciplinaires ; les divers types de risques majeurs ; les composantes de la « sécurité humaine » ; les différentes politiques publiques de risques majeurs ; le management des valeurs, intérêts et stratégies des multiples acteurs en interaction.

Intégration des approches disciplinaires

  • 20 MRM, Management des risques majeurs : des disciplines à l’interdisciplinarité, document de travail (...)

36Le management des risques majeurs bénéficie des compétences souvent pointues acquises par la quasi-totalité des disciplines scientifiques. Des spécialisations très différentes – comme les sciences de la terre, l’épidémiologie, l’histoire des mentalités, la finance, le droit, l’anthropologie – sont mises à contribution pour identifier les risques, prévenir les catastrophes, réduire leur impact le cas échéant (mitigation) et les gérer. Les théories, les méthodes et les techniques d’analyse élaborées dans ces différents domaines ont permis d’accomplir des progrès importants en termes de sécurité humaine20.

37Une plus grande intégration des disciplines scientifiques permettrait toutefois, sur le plan scientifique, de mieux saisir les déterminants et les effets sociaux et environnementaux des catastrophes, et, sur le plan pratique, de mieux évaluer les catastrophes ou, une fois survenues, d’en alléger les conséquences. L’intégration précoce des disciplines, au moment du développement des concepts, des outils d’analyse et des méthodes, permet en effet cette vision globale du management des risques majeurs. À notre point de vue, aujourd’hui, le principal enjeu est celui de l’intégration des sciences naturelles et techniques, d’une part, et des sciences humaines, d’autre part.

  • 21 J. Piaget, « L’épistémologie des relations interdisciplinaires », UNI-Information, université de Ge (...)

38Sur le plan méthodologique, cette démarche soulève le problème de la recherche interdisciplinaire. L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) définit l’interdisciplinarité comme l’« interaction existant entre deux ou plusieurs disciplines : cette interaction peut aller de la simple communication d’idées jusqu’à l’intégration mutuelle des concepts directeurs, de l’épistémologie, de la terminologie, de la méthodologie, des procédures, des données et de l’organisation de la recherche et de l’enseignement s’y rapportant ». Il est donc possible de concevoir différents degrés d’interaction entre les disciplines. L’échange d’information est une forme d’interaction faible. L’échange de concepts, d’outils d’analyse et de méthodes consolide cette interaction, qui devient forte s’il n’y a pas seulement « échange », mais carrément « intégration ». La création de nouveaux concepts, outils d’analyse et méthodes, « à l’intérieur d’un système total sans frontières stables entre les disciplines », comme l’écrivait Jean Piaget21, constitue l’aboutissement du travail interdisciplinaire et notre ambition dans cette étude du management des risques majeurs. C’est dans cet esprit que nous avons élaboré une définition objectivable des risques majeurs.

  • 22 Par exemple, E. Zimmermann, Risque technologique majeur. Conditions de production et rôle des outil (...)

39Les risques majeurs sont évoqués par une documentation (spécialisée ou non) relativement vaste. Toutefois, rares sont les tentatives d’expliciter ce qui permet de qualifier un risque de « majeur22 ». Pour manager de manière conséquente les risques majeurs, les acteurs en présence – et principalement les pouvoirs publics – doivent les identifier. Il est donc nécessaire de disposer d’une définition du risque qui soit opératoire pour appréhender la manière dont chacun des acteurs concernés identifie le risque. Nous tenterons de répondre à cette question, tout en relevant les difficultés rencontrées dans l’évaluation des risques majeurs de catastrophes. Nous nous concentrons sur ce dernier type de risques, sans toutefois perdre de vue les interactions avec les risques systémiques. Bien entendu, nous prenons en considération les risques d’origine naturelle, technologique et conflictuelle, et nous adoptons une démarche interdisciplinaire.

  • 23 O. D. Cardona, Estimación holística del riesgo sísmico utilizando sistemas dinámicos complejos, thè (...)

40De manière générale, le risque peut être défini par l’expression suivante :
R = f (A, E, V, I, t, s)
R représente le risque, A l’aléa, E les éléments à risque, V la vulnérabilité, I la résilience, et t et s respectivement le temps et l’espace. Les paramètres se prêtent à une analyse qualitative ou quantitative, voire à des exercices de modélisation23. L’expression est plus complète que la définition habituelle, car elle prend explicitement en compte la résilience, l’espace et le temps.

  • 24 E. M. Fournier, « Objectives of Volcanic Monitoring and Prediction », Journal of the Geological Soc (...)
  • 25 US Nuclear Regulatory Commission, Reactor Safety Study : An Assessment of Accident Risk in US Comme (...)

41L’aléa (A) est défini comme un événement pouvant causer des dommages dans des espaces donnés, pendant des périodes de temps très variables24. Quantifier un aléa revient alors à estimer sa probabilité d’occurrence et son intensité. L’analyse stochastique pose toutefois des problèmes très difficiles, à cause de la complexité des systèmes naturels, technologiques et sociopolitiques, et de l’absence de séries de données permettant de calculer des fréquences, comme l’ont d’ailleurs montré les controverses qui ont accueilli le rapport Rasmussen sur le risque d’accident nucléaire il y a vingt-cinq ans25. Ces difficultés – qui sont rendues encore plus grandes par le fait que les événements catastrophiques sont souvent liés aux processus systémiques – caractérisent le risque majeur par rapport à son aléa.

  • 26 Office of the United Nations Disaster Relief Coordinator, op. cit.
  • 27 The Economist, « The Price of Life », 4 décembre 1993, p. 76.

42Les éléments à risque (E) sont les éléments soumis à l’impact d’un événement qui peuvent être partiellement ou complètement perdus26. En principe, ils peuvent être quantifiés en termes physiques (le nombre de morts et de blessés) ou économiques. L’estimation économique soulève toutefois des problèmes complexes et controversés, notamment lorsqu’il faut attribuer une valeur monétaire à la vie humaine27. Il faut souligner que les éléments à risque constituent le paramètre fondamental (discriminatoire) permettant de distinguer les risques majeurs des autres. Si la valeur estimée de la perte potentielle est élevée, on considérera le risque comme majeur.

43Vulnérabilité (V) et résilience (I) se rapportent aux éléments à risque. Ce sont deux notions voisines, qui entretiennent une relation forte. Toutes deux agissent inversement sur l’ampleur du risque.

  • 28 G. Wilches-Chaux, « La Vulnerabilidad Global », dans A. Maskrey (dir.), Los desastres no son natura (...)
  • 29 Office of the United Nations Disaster Relief Coordinator, op. cit.
  • 30 R. D’Ercole, « Représentation cartographique des facteurs de vulnérabilité des populations exposées (...)

44La vulnérabilité (V) indique la fragilité des éléments à risque par rapport à l’occurrence d’un événement, et elle représente par conséquent un paramètre fondamental pour la prévention. On peut distinguer différents types de vulnérabilité – naturelle, structurale, technologique, économique, sociale, institutionnelle, due au système de valeur, d’information, etc.28. Quantifier la vulnérabilité reviendrait à estimer un coefficient où une valeur de 1 représenterait une vulnérabilité maximale et une valeur de 0 une vulnérabilité nulle. Il est à souligner que la quantification est de difficulté variable selon la vulnérabilité considérée. Dans le cas de la vulnérabilité structurale, les facteurs sur lesquels agir sont relativement bien connus29 et peuvent être quantifiés. Par contre, la quantification d’autres types de vulnérabilités, comme la vulnérabilité sociale30, soulève des difficultés importantes.

  • 31 C. S. Holling, « Engineering Resilience versus Ecological Resilience », dans P. Schulze (dir.), Eng (...)
  • 32 S. Carpenter, B. Walker, M. J. Anderies et N. Abel, « From Metaphor to Measurement : Resilience of (...)
  • 33 Voir par exemple B. Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Paris, Odile Jacob, 1999.
  • 34 O. D. Cardona, op. cit. ; S. Carpenter et al., art. cité ; A. Dauphiné, Risques et catastrophes. Ob (...)

45La résilience (I) exprime la capacité d’un environnement physique ou biologique, d’une société ou d’un individu, à traverser une expérience stressante ou traumatique en en réduisant au minimum l’impact, voire en utilisant l’adversité pour mieux organiser son développement. Il est important de concevoir la résilience comme un concept transversal aux différentes disciplines qui relèvent des systèmes physicochimiques (physique des matériaux, ingénierie, etc.), biologiques (biologie, écologie, etc.), anthropo-sociaux (psychologie, anthropologie sociale, ethnologie, etc.). Dans le domaine de l’environnement, on distingue la résilience écologique de la résilience d’ingénierie31, selon les caractéristiques du système que l’on considère. La résilience d’ingénierie statue sur le fait de retourner à l’état existant avant la catastrophe, alors que la résilience écologique se base sur l’analyse d’un système en considérant la quantité de changement que le système peut supporter, le degré jusqu’auquel il est capable d’auto-organisation et le degré jusqu’auquel il peut construire la capacité d’apprentissage et d’adaptation32. La résilience individuelle a été récemment étudiée dans plusieurs types de travaux33. La résilience communautaire ou sociale est encore trop peu explorée. Dans chacun de ces champs, identifier les indicateurs qui permettent de qualifier, voire de quantifier la résilience, est une tâche ardue qui fait l’objet de discussions34.

46La définition que nous utilisons tient compte du fait que le risque varie dans le temps et dans l’espace, et doit être continuellement réévalué. L’évaluation des effets dans le temps et dans l’espace d’une catastrophe pose des problèmes particulièrement délicats. Du point de vue spatial, une catastrophe peut dépasser le cadre juridico-politique de l’État et concerner des régions extrêmement vastes. Du point de vue temporel, il faut distinguer entre le court, le moyen et le long terme. Une catastrophe soudaine provoque des pertes directes très importantes dans un laps de temps relativement bref ; les effets indirects se manifestent plutôt dans le moyen terme ; alors que d’autres événements – engendrés par l’événement lui-même – ont des répercussions sur de longues périodes. Dans certains cas, on est confronté à des phénomènes qui ont une durée de vie extrêmement longue, voire à des phénomènes irréversibles. Il est souvent difficile de définir les horizons temporels des catastrophes.

47L’analyse des risques majeurs est ainsi rendue plus complexe par ces interactions espace-temps et par les incertitudes induites par des données et connaissances fragmentaires tant au niveau du mécanisme de certains phénomènes qu’à celui de leurs conséquences sur l’environnement.

Intégration des types de risque majeur

48Il est possible de distinguer les types de risques en fonction, d’une part, des caractéristiques de l’aléa (en particulier sa vitesse de diffusion) et, d’autre part, de l’origine de l’aléa.

  • 35 D. Alexander, Natural Disasters, Londres, ucl Press, 1993, p. 9 ; K. Smith, Environmental Hazards : (...)

49Quels que soient les termes utilisés pour les désigner, on peut affirmer qu’il existe deux grandes catégories de risques majeurs35. La première englobe les risques que nous nommons ici « catastrophiques », c’est-à-dire ceux liés à des événements qui se manifestent soudainement. Nous qualifions les risques de la seconde catégorie de « systémiques », parce qu’ils sont liés à des processus qui se déploient lentement dans le temps et dans l’espace. Ce sont les caractéristiques de l’aléa, en particulier sa vitesse de diffusion, qui permettent donc de faire cette distinction. Nous sommes conscients que les termes « catastrophique » et « systémique » sont peu satisfaisants ; nous les avons adoptés provisoirement, faute de mieux, afin d’éviter de longues périphrases et de nommer simplement les deux catégories.

  • 36 Au sens de R. Thom, Paraboles et catastrophes, Paris, Flammarion, « Champs », 1980.

50Il faut également relever que risques catastrophiques et risques systémiques sont étroitement interdépendants. Ainsi, les événements-catastrophes peuvent être appréhendés comme le résultat de processus systémiques se déployant sur une longue période et aboutissant à un moment donné à une rupture du système. On parle alors de « point critique », de « seuil » ou de « catastrophe36 ».

51Par exemple, lorsque l’accumulation des contraintes dans la croûte terrestre atteint un seuil critique, il y a rupture et production d’un tremblement de terre. Au-delà d’un certain seuil, les tensions politiques peuvent déclencher un conflit violent aux conséquences désastreuses.

  • 37 J. Rossiaud, « Management du risque majeur et Modernité. Les espaces-temps de la catastrophe de Tch (...)
  • 38 La zone de concentration de la majeure partie du plutonium n’excéderait pas 3 000 km2 (avec un taux (...)

52De même, un événement catastrophique est constitué de multiples événements se déployant dans des espaces et dans des temps extrêmement divers37. Dès lors, il est primordial de concevoir les différents espaces-temps dessinés par les catastrophes potentielles ou réalisées. La catastrophe de Tchernobyl illustre bien ce point de vue : le plutonium, par exemple, se diffuse sur un espace limité, mais son pouvoir de contamination dure des dizaines de milliers d’années, car sa demi-vie est de 2,4 x 104 années, tandis que l’iode 131, très volatil, se diffuse sur une large échelle, mais présente une demi-vie de huit jours seulement38.

53Il est vrai qu’actuellement le management des risques catastrophiques est le plus souvent défini comme un « management de crise » du fait que les acteurs se focalisent principalement sur la gestion de l’événement catastrophique, c’est-à-dire la gestion de l’urgence. En comparaison, très peu est finalement fait dans la prévention et la préparation. Quant aux risques systémiques, leur management effectif relève encore du domaine de l’utopie lorsque l’on voit la difficulté à mettre en place des mesures à l’échelle globale, étant donné que les phénomènes considérés (par exemple, le réchauffement climatique) concernent la planète dans son ensemble.

54De surcroît, dans les deux cas, le management des risques majeurs néglige le plus souvent de mettre en œuvre une politique publique coordonnée en matière d’identification des risques, comme nous le verrons plus loin. Cette politique doit être coordonnée à une politique de prévention et de gestion des conséquences d’une crise et s’intégrer à un plan général de développement social et humain ouvert sur le moyen et long terme.

55Étant donné la complexité de l’évaluation des risques systémiques, nous nous en tiendrons aux risques catastrophiques, en intégrant les différentes origines (naturelle, technologique ou résultant de la non-résolution pacifique de conflits sociaux ou inter-étatiques), dont le management est ordinairement séparé, c’est-à-dire mettant en relation différentes catégories d’acteurs.

56À côté de la distinction entre risques systémiques et risques catastrophiques, il y a celle entre risques liés à des événements naturels (comme un tremblement de terre), risques liés à des accidents technologiques (par exemple, l’explosion d’une usine chimique) et risques d’origine conflictuelle (c’est-à-dire la non-résolution pacifique des conflits ethniques, sociaux ou politiques amenant à des émeutes, à des actes de terrorisme ou à des guerres).

  • 39 C. Raffestin, « Histoire de la notion de risque et de catastrophe », dans CUEH, Risques et catastro (...)

57Cette distinction ne doit pas faire perdre de vue qu’en dernière instance, quelle qu’en soit l’origine, toute catastrophe est anthropique, c’est-à-dire qu’il n’y a catastrophe que parce que cela concerne des sociétés humaines39. Il nous faut donc refuser les termes de « catastrophe naturelle », qui tendraient à occulter la responsabilité de certains acteurs (voire la culpabilité de certains « responsables ») dans l’impact des catastrophes d’origine naturelle, notamment en matière de mitigation et de réponse.

58Avant toute chose, il est important de souligner que les interactions entre différents types de risques ont des effets multiplicateurs, échappant aux chercheurs et aux décideurs qui se cantonnent dans l’un ou l’autre domaine d’investigation ou d’intervention. Dans cette perspective, on peut, par exemple, mentionner que les risques technologiques provoqués par la présence d’installations nucléaires, les risques de conflits politiques et les risques d’inondation ou de tremblement de terre ne sont ni indépendants ni simplement additifs.

59Nous proposons donc d’adopter une approche intégrée des trois types de risques mentionnés, que ceux-ci soient considérés comme « catastrophiques » ou « systémiques ». Du point de vue du management, en effet, nous faisons l’hypothèse que les politiques publiques à mettre en œuvre gagneraient à être conçues comme trois volets de la même politique.

Intégration des composantes de la sécurité humaine

  • 40 Les nouvelles dimensions de la sécurité humaine. Rapport mondial sur le développement humain, Genèv (...)

60Avoir pour objectif de diminuer les risques majeurs, quelle que soit leur origine, à travers un management intégré, revient à œuvrer pour accroître la sécurité des populations concernées. C’est pourquoi, pour parvenir à une approche intégrée des risques majeurs, nous avons recours au concept de « sécurité humaine », tel qu’il a été élaboré par le Programme des Nations unies pour le développement en 199440. Dans ce qui suit, nous allons montrer pourquoi, à nos yeux, le concept de sécurité humaine est central dans le management du risque majeur.

61Les indicateurs de la sécurité humaine peuvent être considérés comme des indicateurs de la vulnérabilité et de la résilience des éléments à risques sur lesquels portent les différents aléas que nous prenons en compte. Ainsi, ces indicateurs permettent la comparaison de différents pays avec les mêmes instruments.

62De plus, dans un premier temps, l’intégration des différentes composantes de la sécurité humaine (à savoir la sécurité environnementale, économique, alimentaire, sanitaire, personnelle, communautaire et politique) permet une prise en considération effectivement pluridisciplinaire du risque majeur. Dans un second temps, dans le travail interdisciplinaire, le concept de sécurité humaine est donc à même de rendre compte de la complexité du management des risques majeurs.

63La récente popularité de la notion de sécurité, notamment à travers son élargissement et son approfondissement dans la notion de « sécurité humaine », ne date que de la fin de la guerre froide, plus exactement du Rapport mondial sur le développement humain de 1994 du Programme des Nations unies pour le développement, qui préparait le sommet de Copenhague (1995) sur le développement social.

  • 41 Ibid., p. 25.

64Ce rapport insiste sur l’importance de passer d’une conception restrictive de la sécurité à une conception large : « La sécurité a toujours signifié deux choses essentielles : se libérer de la peur et se prémunir contre le besoin (freedom from fear and freedom from want). Les Nations unies l’ont reconnu dès leur création. Mais au fil du temps, la première composante a pris le pas sur la seconde. […] Le moment est venu de passer du concept restreint de sécurité nationale au concept global de sécurité humaine41

  • 42 Il s’agit notamment, après deux siècles d’occultation par l’idée de sécurité de la nation, d’une ré (...)

65Cette nouvelle conception42 de la sécurité humaine vise à réunir à la fois les dimensions individuelles et collectives de la sécurité. Sur le plan des droits fondamentaux, elle affirme (sans l’énoncer explicitement) la nécessité de l’intégration des trois générations de droits humains qui ont eu pour fonction essentielle de protéger la liberté des individus contre les abus de l’État, puis de demander à l’État d’intervenir pour garantir l’égalité des citoyens quant à l’exercice de cette liberté, enfin de demander à l’État de mettre en œuvre des politiques publiques visant à favoriser la solidarité, notamment dans les domaines du développement, de la protection de l’environnement et de la paix.

66Cette approche fondée sur les droits (rights based approach) n’est pas directement suggérée par le Programme des Nations unies pour le développement, mais elle l’est le plus souvent par des ONG travaillant dans le développement. Son intérêt en matière de sécurité humaine, et donc de risques majeurs, est qu’elle offre aux différents acteurs impliqués dans le management des risques un cadre commun – légitime, si ce n’est légal –, c’est-à-dire un même ensemble de règles du jeu, pour défendre leurs intérêts et leurs valeurs, dans le domaine des politiques publiques d’identification des risques, de prévention des catastrophes et de gestion des catastrophes.

  • 43 Programme des Nations unies pour le développement, op. cit., p. 23-24.

67Comme le souligne encore le rapport du Programme des Nations unies pour le développement, « en dépit de sa simplicité, le concept de sécurité devrait révolutionner la société du vingt et unième siècle ». À notre sens, c’est notamment parce qu’il permet une appréhension globale du risque que le concept de sécurité est prometteur, non seulement dans ses caractéristiques heuristiques, mais également dans ses potentialités pratiques, c’est-à-dire pour un management effectivement intégré du risque majeur. D’après ses concepteurs, en effet, la sécurité humaine possède quatre caractéristiques essentielles43 : la sécurité humaine relève d’un désir universel ; les composantes de la sécurité humaine sont interdépendantes et leurs conséquences touchent l’ensemble de la planète ; en matière de sécurité humaine, il vaut mieux prévenir que guérir ; la sécurité humaine est axée sur les individus.

  • 44 Ibid., p. 24.

68Même s’il convient qu’il est extrêmement difficile d’arrêter une définition précise de la sécurité humaine, le rapport 1994 du Programme des Nations unies pour le développement précise qu’on peut « aisément lui reconnaître deux aspects principaux : d’une part, la protection contre les menaces chroniques, telles que la famine, la maladie et la répression, et, d’autre part, la protection contre tout événement brutal susceptible de perturber la vie quotidienne ou de porter préjudice à son organisation dans les foyers, sur le lieu de travail ou au sein de la communauté. Ce type de menace existe indépendamment du niveau de revenu et de développement d’un pays. La sécurité humaine peut disparaître lentement et sans bruit ou sous l’effet d’un choc brutal et retentissant44. » Ainsi, ces deux aspects de la sécurité humaine proposés par le Programme reprennent précisément les deux types de risques majeurs, systémiques et catastrophiques, que nous avons définis plus haut.

  • 45 Ibid., p. 26.

69Par ailleurs, le PNUD suggère également, quoique de manière implicite, une relation entre la sécurité humaine et le risque. Cette relation passe par l’idée de « menace ». « La liste des menaces qui pèsent sur la sécurité humaine est longue, celles-ci peuvent néanmoins être classées en sept grandes rubriques45 »: économique, alimentaire, sanitaire, environnementale, personnelle, communautaire, politique.

70Dans la définition courante du risque, un aléa n’est considéré comme un risque que si la menace porte sur des éléments à risques qui possèdent une certaine valeur. Les composantes de la sécurité, que nous venons d’énoncer, nous donnent donc un cadre (quasi exhaustif) pour l’analyse des éléments à risques, ainsi que des pistes d’analyse pour l’évaluation, dans chaque cas d’espèce, de la vulnérabilité (voire de la résilience) qui se rapporte à chaque élément à risque.

71Nous n’explorerons pas ici dans le détail ce que recouvrent ces sept composantes, ni la construction des indicateurs spécifiques.

  • 46 Ibid., p. 24-25.

72Le rapport du Programme des Nations unies précise : « Toute définition doit éviter de confondre sécurité humaine et développement humain. Ce dernier est en effet un concept plus large. Il a été défini […] comme un processus d’élargissement des possibilités de choix offertes aux individus. Le concept de sécurité humaine implique, quant à lui, que les individus peuvent exercer ces choix librement et sans risque, et en pouvant raisonnablement espérer que les perspectives présentes aujourd’hui ne s’évanouiront pas totalement demain. […] Le concept de sécurité humaine implique que les individus aient les moyens de se prendre eux-mêmes en charge. Tout humain doit pouvoir satisfaire ses besoins et gagner sa vie. C’est la condition de sa liberté. Alors seulement, il est en mesure de contribuer pleinement à son développement et à celui de sa communauté, de son pays et du monde. La sécurité humaine est un élément essentiel du développement participatif46

  • 47 Nous pouvons aisément poser l’hypothèse que plus la capacité subjective d’un individu ou d’une popu (...)

73La sécurité, notamment dans le discours contemporain des Nations unies, se trouve ainsi à la frontière conceptuelle entre la structure et le processus. Aux deux niveaux de l’individuel et du social, l’idée de sécurité renvoie tout à la fois à celle d’absence d’insécurité et à celle de condition de la liberté et donc de condition du développement (humain, à la fois personnel et social), c’est-à-dire de l’émancipation. De plus, ce développement humain est conçu comme participatif, c’est-à-dire qu’il en appelle à la subjectivation (individuelle et collective, empowerment), définie ici comme la capacité des individus et des groupes à apprendre du passé, pour faire face au présent, tout en se projetant dans l’avenir47.

74Autrement dit, d’un point de vue conceptuel, l’idée de sécurité implique à la fois celle de permanence structurelle (absence de chaos) et de potentialité du système.

75D’un point de vue moral et politique, puisque, en tant que notion performative, son énonciation (normative) est action (idéologique et politique), la notion de sécurité sert à la fois à désigner un socle minimal de valeurs (la satisfaction des besoins fondés sur la dignité universelle) et un appel à l’auto-organisation sociale et à la démocratisation. L’existence d’un tel consensus, moral et politique, est extrêmement récente dans l’histoire humaine et loin d’être négligeable dans l’optique de faciliter l’interaction des acteurs du management du risque. L’appel à l’auto-organisation sociale, de surcroît, incite également les chercheurs et les politiques à prendre en considération des catégories de population qui étaient jusqu’alors exclues de facto de la conception et de la mise en œuvre des politiques publiques ou, en d’autres termes, qui n’accédaient pas à la qualité d’acteur.

Risques majeurs de catastrophe et politiques publiques

76La politique publique du management des risques majeurs recouvre trois politiques distinctes, que nous proposons d’appréhender de manière intégrée : la politique d’identification des risques (perception et évaluation), la politique de prévention des catastrophes et la politique de gestion de la catastrophe. Ces trois types de politique publique se nourrissent des leçons tirées d’une catastrophe. Nous allons en donner un rapide descriptif.

  • 48 Notre définition de la « perception » et des « représentations sociales » est suffisamment large po (...)

77La politique d’« identification » consiste, d’une part, à organiser l’expression de la perception individuelle et à faire émerger dans l’espace public les différentes représentations sociales48 et, d’autre part, à disposer d’une évaluation objectivable des risques majeurs.

  • 49 Des recherches commencent à voir le jour sur la nécessité éthique et politique de favoriser des exp (...)

78Si la prévention et la gestion des catastrophes ont donné naissance à des politiques publiques de plus en plus concertées, entre l’État et les autres acteurs économiques et sociaux, la politique d’identification des risques, elle, n’a à ce jour pas reçu l’attention qu’elle mérite, ni pour ce qui concerne la conceptualisation globale d’une telle politique ni même si l’on fait l’inventaire des mesures que l’on pourrait ranger sous cette étiquette. Et pourtant, il nous semble très important, a fortiori dans un cadre démocratique, qu’un État se donne les moyens d’évaluer systématiquement la perception des risques (notamment le sentiment d’insécurité) et mette en place les procédures politiques et administratives pour qu’un débat public s’ouvre autour de l’enjeu que constitue l’identification des risques majeurs49.

79En effet, il serait dans la logique démocratique qu’une politique d’identification des risques se donne pour premier objectif d’organiser l’expression de la perception individuelle, afin que les personnes les plus directement exposées puissent en toute légitimité exprimer leurs craintes (leurs angoisses) face à un environnement « naturel », « technologique » ou « social » générateur d’aléas.

80Un second objectif pourrait être de faire émerger et de confronter dans l’espace public les différentes représentations sociales des risques majeurs, qui peuvent dépendre, comme nous l’avons vu, de la formation, du statut social ou encore de la culture d’origine des personnes ou des groupes concernés. La société civile organisée en associations, groupements d’intérêts, syndicats, églises, etc., pourrait alors se retrouver partie prenante d’un processus d’identification des risques.

81Cependant, ni les perceptions individuelles ni les représentations sociales ne sont figées une fois pour toutes. Elles se transforment non seulement par le débat, dans la confrontation à l’autre et à ses normes, mais également par la confrontation aux événements et à leur évaluation objectivable. En d’autres termes, la subjectivité (individuelle et collective), c’est-à-dire notamment la capacité d’apprendre du passé pour agir sur l’avenir, ne se construit que dans la confrontation aux faits (objectivité) d’une part, et aux valeurs morales et éthiques d’autre part.

82C’est le débat (l’intersubjectivité) qui va permettre de transformer les représentations sociales et les perceptions individuelles (risquophiles ou risquophobes) en enjeux politiques pour lesquels des décisions démocratiques devront être prises. Ces décisions formeront la base des politiques publiques de prévention et de gestion des catastrophes mises en œuvre.

83Pour que l’intersubjectivité soit possible, les différents acteurs en présence doivent adopter un minimum de langage commun, de terminologie ; et ce langage, cette terminologie sont par définition objectivables. C’est le rôle des scientifiques de proposer les éléments objectifs de définition qui pourront permettre à chacun d’exprimer sa subjectivité dans l’évaluation des risques et de la confronter à celle des autres. Notre définition, qui permet des évaluations différentes notamment de l’aléa, des éléments à risques, de la vulnérabilité et de la résilience, permet de cadrer le débat public en faisant porter la réflexion sur chacun des éléments à prendre en compte dans l’évaluation des risques.

  • 50 Voir P. Roqueplo, Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris, INRA, 1997.

84En effet, l’évaluation des risques identifiés et exprimés dans l’espace public repose sur l’analyse qualitative ou quantitative, éventuellement la modélisation, des paramètres définissant les risques majeurs. Cette évaluation peut soulever de fortes controverses qui, la plupart du temps, trouvent leur origine dans les incertitudes qui entachent certains phénomènes et qui suscitent des interprétations divergentes de la part des scientifiques. Il convient de souligner que la controverse est une caractéristique inhérente aux problèmes complexes50.

85Le rôle d’une politique publique est de permettre l’expression des craintes, de faire nommer les risques auxquels les populations estiment qu’elles sont exposées ; de permettre un échange avec les personnes qui connaissent les domaines concernés, scientifiques, techniciens ou autres experts : faire étudier les situations de façon systématique, faire connaître leurs conclusions, leur position. Mais aussi permettre le dialogue entre les savoirs scientifiques et les savoirs populaires. Il y a donc, dans cette politique, des enjeux de participation communautaire non seulement dans l’identification, mais également dans la prévention et la gestion, de la part de populations qui se seront senties concernées dès le début du processus.

  • 51 « Mitigation » (ou « atténuation ») : mesures prises avant une catastrophe visant à réduire ou annu (...)
  • 52 D. Alexander, op. cit., p. 574-575 ; P. Helm, « Integrated Risk Management for Natural and Technolo (...)
  • 53 Nations unies, Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, principe 15, www.un.org/ (...)

86Pour ce qui est de la « prévention » des catastrophes, elle vise d’une part à diminuer l’aléa, lorsque cela est possible, d’autre part à en limiter les conséquences néfastes. On parle alors de « mitigation du risque51 ». La prévention suppose de définir des objectifs de sécurité et d’envisager un ensemble de mesures permettant de les atteindre. La définition des objectifs de sécurité soulève le problème de l’acceptabilité des risques, qui varie d’un groupe social à l’autre, dans le temps et dans l’espace52. Le « principe de précaution » a émergé récemment dans l’objectif d’éviter aux sociétés d’être exposées à des risques majeurs. La déclaration de Rio de 1992 sur l’environnement et le développement affirme par exemple que « pour protéger l’environnement, des mesures de précaution doivent être largement appliquées par les États selon leurs capacités. En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement53

87Les mesures de prévention des risques majeurs peuvent être regroupées en cinq catégories : l’information de la population ; les accords librement consentis entre les acteurs (par exemple, renonciation à utiliser certaines substances toxiques dans les processus de production) ; l’amélioration de l’offre de biens et services (par exemple, création d’infrastructures permettant de contourner des risques d’inondation ou offrant des services sanitaires) ; les instruments économiques (comme les taxes incitatives visant à modifier le comportement des consommateurs, ou les subventions octroyées à certains projets) ; enfin, les instruments réglementaires et techniques (standards de qualité, normes d’émission, règlements de planification comme les plans d’occupation des sols, aménagement du territoire, etc.).

  • 54 Early Warning Program, Guiding Principles for Effective Early Warning, International Decade for Nat (...)
  • 55 Il convient de rappeler que les assurances et les réassurances peuvent jouer un rôle important au n (...)

88La « gestion d’une catastrophe », finalement, consiste à mettre en œuvre des stratégies visant à répondre à la crise ainsi qu’aux problèmes de réhabilitation et de reconstruction. Il convient de souligner qu’à travers une bonne préparation, c’est-à-dire entre autres avec le développement et la mise sur pied de systèmes d’alerte précoce54, l’élaboration et la mise en pratique de plans d’évacuation, de secours, etc., il est possible de limiter les conséquences de la catastrophe55. Mais cette réduction des conséquences n’est réellement efficace que si la population concernée le plus directement est impliquée dans cette gestion. Cela signifie qu’il y a un travail de diffusion et de formation important à faire afin que la population connaisse les mesures existantes et sache comment agir lorsqu’un événement catastrophique survient.

Intégration des acteurs en interaction

89L’événement catastrophique met souvent en lumière les failles et les forces présentes dans les politiques d’identification, de prévention et de gestion mises en œuvre. Une analyse des acteurs opérant dans les différentes politiques concernées permet de mieux comprendre les causes, d’apprendre de la catastrophe et de proposer une réorganisation à terme des dispositifs. Une intégration, dans les politiques publiques elles-mêmes, des divers acteurs (étatiques ou privés) impliqués permet de renforcer ces politiques en évitant les redondances et les lacunes administratives. Elle permet également d’en augmenter l’efficacité en leur donnant une plus large assise sociale.

  • 56 Voir par exemple M. Howlett et M. Ramesh, Studying Public Policy, Toronto, Oxford University Press, (...)

90Qu’elles concernent l’identification, la prévention ou la gestion, ces politiques peuvent être analysées selon les cinq étapes suivantes – découpage généralement reconnu dans l’analyse des politiques publiques56 – : élaboration du problème dans l’espace public, formulation des multiples politiques possibles, processus de prise de décision, mise en œuvre de la politique retenue et évaluation de cette politique.

91Chacune de ces cinq étapes met en situation des réseaux d’acteurs différents, de sorte que si l’on croise les trois politiques de management du risque avec les cinq étapes du cycle de la politique publique, on obtient une matrice de quinze ensembles d’acteurs en interaction.

92Ces quinze ensembles peuvent être à leur tour différenciés selon les types de risques (systémiques et catastrophiques, d’origine naturelle, technologique et conflictuelle) et selon les composantes de la sécurité humaine. Cela rend compte, encore une fois, de la complexité de l’interrelation des acteurs intervenant dans le management des risques majeurs.

93Le but d’établir une telle matrice d’analyse des acteurs est de permettre l’identification des points forts et des points faibles existant dans le management des risques majeurs d’un contexte donné et de proposer des solutions permettant de le rendre plus efficace et cohérent. L’intégration des stratégies des acteurs en jeu constitue un problème central du management des risques majeurs. En effet, ces acteurs appartiennent à la sphère politique, économique, idéologique, de la société civile ou des médias, et possèdent leur propre perception du risque. En conséquence, chaque acteur agit en fonction de ses intérêts et de ses valeurs. Il définit des stratégies. Sa marge de manœuvre est limitée par des contraintes de différente nature. D’autre part, les acteurs qui interviennent dans l’évaluation des risques ne sont pas ceux qui s’occupent de la prévention ou de la gestion de la catastrophe. De même, les diverses composantes de la sécurité humaine relèvent d’actions et de projets d’acteurs distincts qui, en général, ne s’occupent que d’un risque particulier.

94Pour parvenir à un management efficace et cohérent, il est très important de travailler à l’intégration des stratégies des acteurs en jeu. Les pouvoirs publics jouent un rôle central à cet égard. Ils doivent notamment mettre en place des politiques adéquates visant à coordonner les actions des acteurs, à éviter les blocages et à obtenir un consensus social en matière de management des risques majeurs. La mise sur pied des politiques efficaces et cohérentes n’est jamais facile, car les intérêts et les valeurs des acteurs, privés et publics, locaux, nationaux et internationaux, sont souvent divergents et parfois antagonistes.

95Le management des risques majeurs constitue un problème de politique publique, car il concerne directement la sécurité humaine et les stratégies des acteurs en jeu. La « politique publique » peut être définie comme un processus complexe, composé de l’interaction de nombreux acteurs, individuels et collectifs, publics et privés, nationaux et internationaux, parmi lesquels les pouvoirs publics jouent un rôle central.

Conclusion

96En ce début de vingt et unième siècle, le management des risques majeurs constitue un enjeu crucial d’un point de vue à la fois scientifique et éthique. Dans ce contexte, les questions centrales que sont, d’une part, l’impact du modèle de développement contemporain sur les aléas (réchauffement de la planète, inondations, explosions de centrales chimiques ou nucléaires, guerres identitaires pour renverser le modèle de développement en vigueur et guerres pour le maintenir) et, d’autre part, les inégalités croissantes quant à la vulnérabilité sociale et individuelle face aux risques ne pourront que difficilement être éludées. Comme nous l’avons vu, la lutte contre la pauvreté est un impératif éthique et politique qui est au cœur de la sécurité humaine.

97Dans cet article, notre équipe pluridisciplinaire a eu pour objectif de poser des jalons conceptuels et méthodologiques, permettant de disposer à terme d’un cadre intégrateur pour aborder les politiques publiques en matière d’identification des risques, de prévention ou de gestion des catastrophes. La nécessité d’un tel cadre est la conséquence d’une éthique de la gouvernance sur le management des risques majeurs.

98Dans la « confrontation » des spécialisations scientifiques, nous avons dû surmonter plusieurs difficultés préalables. Tout d’abord, le fait que la notion de risque soit « polysémique » nous a obligés à trouver un langage commun, clé de l’interdisciplinarité. Ensuite, le caractère performatif de l’énonciation d’un « risque » nous a incités à mieux concevoir les rapports entre perception subjective du risque et une nécessaire objectivation scientifique. Nous avons dû alors dépasser l’opposition entre les paradigmes « objectivistes » et « constructivistes » et, dans nos études de terrain, nous avons décidé de nous appuyer sur des méthodes tant qualitatives que quantitatives. De plus, comme le risque est un concept transversal à la plupart des disciplines scientifiques, nous avons été incités à prendre en compte de manière combinée les approches disciplinaires et à dépasser la simple pluridisciplinarité. La question centrale qu’il faut se poser est la suivante : comment des individus et des sociétés, confrontés à une conceptualisation aujourd’hui universelle des risques majeurs, risques eux-mêmes de plus en plus globaux, agissent localement et concrètement, dans un cadre culturel donné, pour appréhender ces risques, prévenir et gérer les catastrophes ?

99Afin de prendre en considération la complexité des problèmes qui se posent aux décideurs, nous proposons d’intégrer les cinq champs suivants : les approches disciplinaires, les divers types de risques majeurs, les composantes de la « sécurité humaine », les différentes politiques publiques de risques majeurs et, enfin, les valeurs, intérêts et stratégies des acteurs en interaction dans les politiques publiques en jeu.

100Nous devons souligner qu’une des spécificités de notre approche consiste à considérer selon la même démarche scientifique, et selon les mêmes procédés de management, les risques majeurs « catastrophiques » (par opposition aux risques « systémiques »), c’est-à-dire les risques liés à des événements qui se manifestent soudainement, qu’ils soient d’origine « naturelle », « technologique », ou à des conflits armés ; et cela, même s’il faut reconnaître que, premièrement, « risques catastrophiques » et « risques systémiques » sont étroitement interdépendants, que deuxièmement, quelle qu’en soit l’origine, toute catastrophe est anthropique, c’est-à-dire qu’il n’y a catastrophe que parce que cela concerne des sociétés humaines et que, troisièmement, les interactions entre différents types de risques ont des effets multiplicateurs.

101Nous avons également posé l’hypothèse selon laquelle on appréhende mieux les vulnérabilités et les résiliences sociales en centrant l’analyse sur la notion clé de sécurité humaine, telle qu’elle est développée par les Nations unies. En effet, diminuer les risques majeurs, quelle que soit leur origine, à travers un management intégré, revient à œuvrer pour accroître la sécurité des populations concernées dans les sept composantes que sont la sécurité économique, alimentaire, sanitaire, environnementale, personnelle, communautaire et politique. L’intégration de ces sept composantes permet une appréhension à la fois globale et complexe du risque majeur, tout en obligeant à un travail interdisciplinaire et à un management interprofessionnel de l’identification, de la prévention et de la gestion.

102De plus, selon notre analyse, le management des risques majeurs recouvre trois politiques publiques distinctes, que nous proposons d’aborder de manière intégrée : la politique d’identification des risques (perception et évaluation), la politique de prévention des catastrophes et la politique de gestion de la catastrophe. Ces trois politiques doivent être analysées selon le cycle des cinq étapes traditionnelles en matière d’évaluation de politiques : élaboration du problème dans l’espace public, formulation des diverses politiques possibles, processus de prise de décision, mise en œuvre de la politique choisie et évaluation de cette politique.

103Méthodologiquement, la démarche consiste alors à repérer, pour chacune des politiques et au cours des différentes étapes, les réseaux d’acteurs en interaction. Une telle matrice d’analyse des acteurs a une vertu pragmatique : elle facilite, dans chaque contexte donné, l’identification des acteurs principaux à chaque étape, met au jour les redondances et les lacunes, et permet de proposer des solutions visant à rendre plus performant le système d’interaction.

104Nos premières observations de terrain nous incitent à penser qu’actuellement le management des risques majeurs est le plus souvent défini comme un « management de crise » du fait que les pouvoirs publics se concentrent principalement sur la gestion de l’événement catastrophique, c’est-à-dire la gestion de l’urgence. Très peu est finalement fait pour la prévention, même si cet aspect est de plus en plus étudié selon des approches scientifiques systématiques. Presque rien, en revanche, n’est fait ni pour la compréhension ni pour la mise en place d’instruments permettant une politique coordonnée dans le domaine de l’identification des risques majeurs. D’où notre insistance à définir le management, à la fois pour ce qu’il est (une politique) et pour ce qu’il doit être, une véritable politique publique démocratique.

Haut de page

Notes

1 Programme des Nations unies pour le développement, Les nouvelles dimensions de la sécurité humaine, Rapport mondial sur le développement humain, Genève, 1994, p. 23-49. Aujourd’hui, le renforcement de la sécurité humaine est conçu par les Nations unies comme directement dépendant de la lutte contre la pauvreté. Par exemple : « [I]l est un impératif supérieur, qui constitue à la fois le défi éthique le plus urgent tout autant que la condition préalable à l’instauration d’une mondialisation à visage humain : c’est l’élimination de la pauvreté. […] À défaut d’avancées significatives dans ce combat auquel l’ensemble de la communauté internationale doit s’associer […], la haine, l’intolérance, la violence et le fanatisme trouveront toujours des alibis et des prétextes pour se développer. La réduction de la pauvreté est un impératif éthique et politique, qui est au cœur du concept de sécurité humaine » (discours de M. Koïchiro Matsuura, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), en réponse au débat de politique générale, 31e session de la Conférence générale, UNESCO, 24 octobre 2001 ; nous soulignons). Voir également Haut Conseil de la coopération internationale, Les non-dits de la bonne gouvernance. Pour un débat politique sur la pauvreté et la gouvernance, Paris, Karthala, 2001.

2 La gouvernance en faveur du développement durable et humain, Document de politique générale du Programme des Nations unies pour le développement, Washington (D. C.), 1997. Pour une définition plus large : « L’humanité est en train de changer d’ère et la gouvernance, du local au mondial, est au cœur de ce changement. Les quatre composantes déterminantes de la gouvernance actuelle – l’entreprise, le marché, l’État national et la démocratie représentative – ne suffisent plus pour répondre aux besoins du vingt et unième siècle. L’humanité doit impérativement réaliser à temps un saut qualitatif pour atteindre un nouveau degré de conscience et de développement nécessaire à sa survie à long terme. Cela passe par une nouvelle vision de la gouvernance, capable de prendre en charge les relations entre les différents secteurs de l’activité, entre les acteurs sociaux, entre l’activité humaine et les écosystèmes » (Les principes de la gouvernance au 21e siècle. Principes communs de la gouvernance, applicables aussi bien à la gestion locale qu’à la gouvernance mondiale, issus des travaux de l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire, synthèse des travaux proposée par Pierre Calame, 6 septembre 2001, Fondation pour le progrès de l’Homme, www.alliance21.org/fr/themes/global/PIC_princgov).

3 S. Bertrand, C. Frischknecht, J.-D. Laporte, F. Romerio, J. Rossiaud, J.-J. Wagner, T.-H. Harding, « Le management intégré des risques de catastrophes : une approche par acteur », dans J.-J. Wagner (dir.), Risques majeurs : perception, globalisation et management, actes du cinquième colloque transfrontalier cluse, université de Genève, 21-22 septembre 2000 (CD-ROM).

4 IDNDR Secretariat, Overall Programmes for Disaster Reduction in the ‘90s, rapport 1990-1991, Genève, 1992.

5 Si l’époque de ce tournant n’est pas contestée, certains préfèrent se référer au tremblement de terre de Messine (1783), qui serait le premier à avoir non seulement été observé et critiqué (rupture épistémique), mais aussi géré avec un nouveau regard (changement de paradigme sociétal). Voir C. Raffestin, « Conférence inaugurale », dans J.-J. Wagner (dir.), op. cit.

6 J. Theys, « La société vulnérable », dans J.-L. Fabiani et J. Theys (dir.), La société vulnérable. Évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l’école normale supérieure, 1987, p. 3-36.

7 P. L. Bernstein, Against the Gods : The Remarkable Story of Risk, New York, Wiley, 1996.

8 A. Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992, et Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris, Fayard, 1994.

9 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1970.

10 « Par gages symboliques, j’entends les instruments d’échange pouvant “circuler” à tout moment, quelles que soient les caractéristiques spécifiques des individus ou des groupes qui les manient. L’argent en est un » ; « J’entends par systèmes experts des domaines techniques ou de savoir-faire professionnel concernant de vastes secteurs de notre environnement matériel et social » (A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 30 et 35).

11 J. Rossiaud, Mouvement social et mondialisation, thèse de doctorat de la faculté des sciences économiques et sociales de l’université de Genève, 1996.

12 Organisation de coopération et de développement économique, L’interdisciplinarité, Paris, 1972, p. 23-24.

13 Il convient toutefois de relever que l’économie réserve une place très importante à la perception du risque ainsi qu’à la risquophilie et à la risquophobie exprimées par les individus. Voir C. J. McKenna, The Economics of Uncertainty, Brighton, Harvester Press, 1986, p. 19-41 ; D. Kahneman et A. Tversky, « Prospect Theory : An Analysis of Decisions under Risk », Econometrica, no 47, 1979, p. 313-327 ; C. Camerer et H. Kunreuther, « Decision Processes for Low Probability Events : Policy Implications », Journal of Policy Analysis and Management, no 8, 1989, p. 565-592.

14 U. Beck, « The Anthropological Shock : Chernobyl and the Contours of the Risk Society », Berkeley Journal of Sociology, no 32, 1987, p. 86.

15 A. Touraine, Critique de la modernité, op. cit., et Qu’est-ce que la démocratie ?, op. cit.

16 J. Rossiaud, op. cit.

17 Département des affaires humanitaires des Nations unies, Glossaire international multilingue agréé de termes relatifs à la gestion des catastrophes, Genève, 1992, p. 51.

18 Ibid., p. 3. Par souci de clarté, il serait peut-être préférable d’effectuer une distinction et d’employer le terme de catastrophe pour désigner l’événement en tant que tel et celui de désastre pour qualifier les effets néfastes de cet événement sur une période de temps plus ou moins longue.

19 Des éléments de réflexion sur l’approche intégrée sont fournis par les publications suivantes : ICIS, « Integrated Assessment : A Bird’s-eye View », dans Puzzle Solving for Policy : Tools and Methods for Integrated Assessment, Maastricht, 30 août-17 septembre 1999 ; R. J. Risbey, M. Kandlikar et A. Patwardhan, « Assessing Integrated Assessments », Climatic Change, vol. 34, nos 3-4, 1996, p. 371.

20 MRM, Management des risques majeurs : des disciplines à l’interdisciplinarité, document de travail no 1, université de Genève, 2001.

21 J. Piaget, « L’épistémologie des relations interdisciplinaires », UNI-Information, université de Genève, janvier 1973, p. 8.

22 Par exemple, E. Zimmermann, Risque technologique majeur. Conditions de production et rôle des outils cartographiques dans le processus d’identification et de gestion, thèse, université Louis-Pasteur, 1994.

23 O. D. Cardona, Estimación holística del riesgo sísmico utilizando sistemas dinámicos complejos, thèse, université polytechnique de Catalogne, 2001.

24 E. M. Fournier, « Objectives of Volcanic Monitoring and Prediction », Journal of the Geological Society, vol. 136, 1979, p. 321-326 ; Office of the United Nations Disaster Relief Coordinator, Mitigating Natural Disasters. Phenomena, Effects and Options : A Manual for Policy Makers and Planners, New York, United Nations Publications, 1991, p. 79-90.

25 US Nuclear Regulatory Commission, Reactor Safety Study : An Assessment of Accident Risk in US Commercial Nuclear Power Plants, Rasmussen Report, WASH-1400, octobre 1975.

26 Office of the United Nations Disaster Relief Coordinator, op. cit.

27 The Economist, « The Price of Life », 4 décembre 1993, p. 76.

28 G. Wilches-Chaux, « La Vulnerabilidad Global », dans A. Maskrey (dir.), Los desastres no son naturales, La Red, Red de estudios sociales en prevención de desastres in America Latina, www.desenredando.org/public/libros/1993/Idnsn/index, p. 11-44.

29 Office of the United Nations Disaster Relief Coordinator, op. cit.

30 R. D’Ercole, « Représentation cartographique des facteurs de vulnérabilité des populations exposées à une menace volcanique. Application à la région du volcan Cotopaxi (Équateur) », Bulletin de l’Institut français d’études andines, vol. 25, no 3, 1996, p. 479-507.

31 C. S. Holling, « Engineering Resilience versus Ecological Resilience », dans P. Schulze (dir.), Engineering within Ecological Constraints, Washington (D. C.), National Academy of Engineering, 1996, p. 31-43.

32 S. Carpenter, B. Walker, M. J. Anderies et N. Abel, « From Metaphor to Measurement : Resilience of What to What », Ecosystems, no 4, 2001, p. 765-781.

33 Voir par exemple B. Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Paris, Odile Jacob, 1999.

34 O. D. Cardona, op. cit. ; S. Carpenter et al., art. cité ; A. Dauphiné, Risques et catastrophes. Observer-spatialiser-comprendre-gérer, Paris, Armand Colin, 2001.

35 D. Alexander, Natural Disasters, Londres, ucl Press, 1993, p. 9 ; K. Smith, Environmental Hazards : Assessing Risk and Reducing Disaster, Londres, Routledge, 1996, p. 16-17.

36 Au sens de R. Thom, Paraboles et catastrophes, Paris, Flammarion, « Champs », 1980.

37 J. Rossiaud, « Management du risque majeur et Modernité. Les espaces-temps de la catastrophe de Tchernobyl », dans J.-J. Wagner (dir.), Risques majeurs : perception, globalisation et management, op. cit. ; « Comprendre Tchernobyl : résistances à un défi épistémologique », dans Radioprotection et droit nucléaire, Genève, Georg, « SEBES », 1998.

38 La zone de concentration de la majeure partie du plutonium n’excéderait pas 3 000 km2 (avec un taux de plus de 3,7 kBq/m2) (Direction de géodésie et de cartographie, Conseil des ministres de l’URSS, 1990). Pour ce qui concerne l’iode 131, la quasi-totalité du territoire biélorusse (207 000 km2), pour ne prendre qu’un exemple, comptait au 10 mai 1986, soit quelques jours après la catastrophe de Tchernobyl, un taux supérieur à 185 kBq/m2 (« Reconstitution ISPN », dans Tchernobyl, 10 ans après, ISPN, Fontenay-aux Roses, avril 1996).

39 C. Raffestin, « Histoire de la notion de risque et de catastrophe », dans CUEH, Risques et catastrophes : des événements aux représentations, bulletin d’information no 15, université de Genève, 1993, p. 18.

40 Les nouvelles dimensions de la sécurité humaine. Rapport mondial sur le développement humain, Genève, 1994, p. 23-49.

41 Ibid., p. 25.

42 Il s’agit notamment, après deux siècles d’occultation par l’idée de sécurité de la nation, d’une réactualisation du concept de sécurité défini par le libéralisme du dix-huitième siècle (voir J.-D. Laporte, « La santé publique et la problématique du risque majeur », dans MRM, op. cit.).

43 Programme des Nations unies pour le développement, op. cit., p. 23-24.

44 Ibid., p. 24.

45 Ibid., p. 26.

46 Ibid., p. 24-25.

47 Nous pouvons aisément poser l’hypothèse que plus la capacité subjective d’un individu ou d’une population est grande, plus sa « résilience » potentielle (définie comme la capacité des individus ou des groupes à rebondir après la survenance d’une catastrophe) est grande également.

48 Notre définition de la « perception » et des « représentations sociales » est suffisamment large pour permettre d’inclure le concept d’« attitude envers le risque ».

49 Des recherches commencent à voir le jour sur la nécessité éthique et politique de favoriser des expériences pilotes comme les conférences de consensus et de systématiser de nouveaux types de procédures de représentation et de consultation. Voir notamment M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, « La couleur des idées », 2001.

50 Voir P. Roqueplo, Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris, INRA, 1997.

51 « Mitigation » (ou « atténuation ») : mesures prises avant une catastrophe visant à réduire ou annuler son impact sur la société et l’environnement (voir Département des affaires humanitaires des Nations unies, op. cit.).

52 D. Alexander, op. cit., p. 574-575 ; P. Helm, « Integrated Risk Management for Natural and Technological Disasters », Tephra, vol. 15, no 1, 1996, p. 5-26.

53 Nations unies, Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, principe 15, www.un.org/french/events/rio92/rio-fp.htm, p. 4 ; O. Godard, « De l’usage du principe de précaution en univers controversé », Futuribles : analyse et prospective, nos 239-240, février-mars 1999.

54 Early Warning Program, Guiding Principles for Effective Early Warning, International Decade for Natural Disaster Reduction, www.unisdr.org/unisdr/warningguide.htm

55 Il convient de rappeler que les assurances et les réassurances peuvent jouer un rôle important au niveau à la fois de la prévention et de la gestion de la catastrophe. Elles peuvent promouvoir la prévention par exemple à travers la différenciation des primes. La gestion pose toutefois le problème de l’assurabilité de certains risques. H. Kunreuther s’exprime ainsi : « Les compagnies d’assurance et de réassurance sont sérieusement préoccupées de ne plus être en mesure d’offrir une protection contre certains risques, ou d’assumer des risques supplémentaires, sans courir elles-mêmes le danger d’insolvabilité ou encore de fragiliser les réserves, ce qui menacerait la capacité future de couverture » (« Rethinking Society’s Management of Catastrophic Risks », The Geneva Papers on Risk and Insurance, no 22, 1997, p. 151).

56 Voir par exemple M. Howlett et M. Ramesh, Studying Public Policy, Toronto, Oxford University Press, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Groupe de recherche Management des risques majeurs (MRM) , « Des conséquences d’une éthique de la gouvernance sur le management des risques majeurs », Éthique publique [En ligne], vol. 4, n° 2 | 2002, mis en ligne le 17 avril 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2191 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2191

Haut de page

Auteur

Groupe de recherche Management des risques majeurs (MRM)

MRM (Management des risques majeurs, université de Genève) : Sébastien Bertrand, faculté des sciences économiques et sociales et Centre universitaire d’écologie humaine ; Corine Frischknecht, faculté des sciences, Centre d’études en risques géologiques ; Jean-Dominique Laporte, faculté de médecine, Institut universitaire d’études du développement ; Franco Romerio, faculté des sciences économiques et sociales, Centre universitaire d’étude des problèmes de l’énergie et Centre d’études en risques géologiques ; Jean Rossiaud, faculté des sciences économiques et sociales et Centre universitaire d’écologie humaine ; Jean-Jacques Wagner, faculté des sciences, Centre d’études en risques géologiques ; et la collaboration de Timothy-W. Harding, faculté de médecine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals