Navigation – Plan du site
Les approches conceptuelles et méthodologiques

Cartographie de la controverse d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste en Algérie

Neila Zerguini

Résumés

En Algérie, la nouvelle loi sur les hydrocarbures autorise l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, incluant le gaz de schiste, dont les réserves ont récemment été réévaluées à la hausse. Ces rebondissements ont suscité autant l’intérêt que l’inquiétude de l’opinion publique.

Très sommairement, le débat est perçu comme opposant les « pour » l’exploitation qui mettent en avant des gains économiques aux « contre », écologistes s’opposant à la fracturation hydraulique. Cette dualité ne rend pas justice à la complexité de la controverse.

Le but de ce travail est donc de percevoir clairement les enjeux liés à la controverse en mettant de l’avant la complexité et la variété des argumentaires présentés à travers une cartographie de la controverse. Nous souhaitons, par la même occasion, démontrer qu’une bonne compréhension des dynamiques et des processus de conflits exprimés par la controverse est nécessaire et décisive pour le processus d’acceptabilité sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Nous vivons une ère de polémiques et de débats où tout projet, toute organisation, toute déclaration voire toute action peuvent faire l’objet d’une controverse. Cette tendance est notamment accentuée par le développement des médias sociaux et des technologies de l’information (Martell et Patran, 2014). Les projets dits de développement sont particulièrement concernés par cette tendance (Davis et Franks, 2011), compte tenu de leurs effets indésirables sur le plan socio-environnemental sur les communautés avoisinantes (Raufflet et al., 2013). Le concept d’acceptabilité sociale, qui s’intéresse particulièrement à ces conflits pouvant émerger entre une organisation et des parties prenantes locales autour d’un projet spécifique (Lacey et Lamont, 2014), reçoit depuis quelques années une attention croissante de la part des universitaires .

2Au cœur de l’acceptabilité sociale logent souvent des enjeux de confrontation entre des logiques institutionnelles contradictoires (ex. : commerciale, environnementale) autour d’enjeux particuliers. La relation entre conflits, voire controverses, et l’acceptabilité sociale est ainsi étroite. Shindler et Brunson (2004) notent que l’acceptabilité sociale est souvent le résultat d’un processus de négociation à la suite d’une inacceptabilité sociale évidente, démontrée par la présence de conflits (Thomson et Boutilier, 2011). La trajectoire permettant aux acteurs de passer de la controverse à l’acceptabilité sociale est donc importante, bien que sous-explorée dans la littérature en management (Baba et Raufflet, 2015). Malheureusement, les récents développements en matière d’acceptabilité sociale ne permettent pas de bien appréhender cette trajectoire. Dans cette optique, le présent article vise à approfondir notre compréhension des polémiques à travers les techniques de cartographie des controverses. Cette compréhension constitue une condition sine qua non pour amorcer une trajectoire de négociation et de coordination, susceptible de mener à une acceptabilité sociale. Cette cartographie permet notamment de saisir de manière claire les dynamiques, les enjeux et les acteurs des controverses.

3La problématique traitée dans ce travail est liée à la prolifération de controverses socio-économico-environnementales. Cette variété d’arguments, d’acteurs, d’enjeux et de valeurs plonge le citoyen dans un brouillard médiatique qui l’empêche de prendre part aux décisions en citoyen avisé (Latour, 2010). Elle place aussi les organisations faisant face à ces controverses dans des situations de gestion complexes (Davis et Franks, 2011). L’objectif de cet article est de contribuer à la littérature sur l’acceptabilité sociale en démontrant qu’une meilleure compréhension des controverses est nécessaire pour le processus de construction d’une acceptabilité sociale. En puisant dans les techniques développées par les universitaires de la sociologie des sciences (Latour, 2010 ; Venturini, 2012), nous développons un modèle d’analyse des controverses qui permet de mieux saisir les conflits qui sont au cœur des débats sur l’acceptabilité sociale, en l’appliquant au récent cas de controverse du gaz de schiste (GDS) en Algérie.

4De manière générale, le sujet de l’exploitation du GDS suscite de nombreuses réactions à travers le monde. En Algérie, le Journal officiel du 24 février 2013 (JORADP, 2013) modifie la loi sur les hydrocarbures et autorise l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels (HNC), GDS inclus. La problématique traitée ici est particulièrement d’actualité en Algérie, où de nombreux discours, articles et débats ont fait suite à la révision à la hausse des réserves exploitables des HNC en Algérie, par la U.S. Energy Information Administration (EIA). Le dédale d’arguments d’ordre financiers, techniques, écologiques ou encore stratégiques créé a suscité l’intérêt et l’inquiétude des citoyens. Ces arguments nécessitent d’être rassemblés et clarifiés.

5Nous commençons donc par présenter une description des acteurs, une familiarisation avec le contexte et les procédures réglementaires ainsi que des définitions des concepts clés de l’aspect technique de la controverse. Viennent ensuite une chronologie de l’évolution, puis des cartographies des arguments et enfin une schématisation des enjeux soulevés.

Cadre d’analyse et méthodologie

De l’expertise à la controverse

  • 1 L’expertise est classiquement définie comme la production d’une connaissance spécifique pour l’acti (...)

6Les controverses sociotechniques naissent selon Bruno Latour (2010) d’une remise en question de la « vérité scientifique ». Aujourd’hui, lorsque la vérité scientifique a parlé, au lieu du grand silence habituel, la discussion continue et reprend même de façon encore plus enflammée. Cela serait dû à une remise en question de l’expertise1 : « Les experts sont formels » (Lascoumes, 2002) n’est plus une expression satisfaisante. Il suffit de se tourner vers l’amiante, les organismes génétiquement modifiés, le nucléaire, ou encore les cellules souches, pour remarquer l’impuissance des experts à satisfaire la curiosité et à endiguer le scepticisme de l’auditoire. Les « faits » ne sont plus indiscutables et s’accompagnent aujourd’hui de remise en question croissante de la rationalité des décisions publiques ou privées. Ces réactions – celles du public – ne sont pas seulement animées par des croyances absurdes : « […] le bon peuple n’est pas devenu irrationnel, mais se trouve dorénavant en situation de co-recherche » (Callon et al., 2002).

7On pourrait donc définir la controverse par cette situation de débat et de conflit dans laquelle des acteurs différents s’opposent sur plusieurs questions liées à des enjeux (Fournier et al., 2009) : il s’agit là d’un débat portant sur des connaissances scientifiques ou techniques dont la véracité et l’intégrité sont remises en question en raison d’intérêts divergents, de la complexité des enjeux contemporains et de l’incapacité des experts et des profanes à atteindre un consensus (Venturini, 2012 ; Lascoumes, 2002).

De la controverse à la cartographie

8Pour se repérer dans cet univers incertain, les citoyens ont besoin d’outils pour explorer et visualiser la complexité des débats publics. C’est là qu’intervient la cartographie des controverses. Développée par Bruno Latour (2010), elle a pour but d’amener les étudiants à enquêter sur les débats sociotechniques contemporains. Cet exercice est pratiqué et développé dans plusieurs universités d’Europe et des États-Unis et s’établit aujourd’hui en tant que méthode de recherche. La cartographie est définie comme l’effort de décrire un paysage en lui donnant une représentation capable d’en rendre la complexité facilement lisible. Les techniques d’exploration, de visualisation, usant de technologies numériques créatives, permettent une scénarisation des controverses sur les différends publics, notamment sociotechniques (Venturini, et al., 2013).

9L’enjeu de la cartographie des controverses scientifiques et techniques est de retrouver une objectivité qui repose sur la gamme des avis contradictoires. Selon Hauchecorne (2012), il est vain de chercher à distinguer au sein de ces controverses publiques la « vraie science » de la « fausse science ». Sans prise de position, le but est de créer un espace de discussion qui rassemble les différents points de vue.

10Pour être d’une quelconque utilité dans le processus de structuration de la complexité, les cartographies doivent être moins confuses et moins complexes que le conflit collectif qu’est la controverse. Cela est vrai lorsque l’exercice est pratiqué comme un effort purement scientifique, mais c’est d’autant plus vrai lorsque les cartographes aspirent à contribuer au débat public.

11La cartographie se trouve être, pour le citoyen, une invitation à s’intéresser à des enjeux complexes, à considérer et à évaluer les arguments apportés par les différents acteurs, à comprendre les implications et à participer à l’action collective. Par la même occasion, cette démarche peut aider à la prise de décision pour le gestionnaire ou le politique, de par l’évaluation de toutes les possibilités et réactions qu’elle pourrait susciter sur le plan moral, organisationnel, économique, social, ou politique.

12Chaque cartographie comporte ainsi un certain nombre de cartes décrivant un contexte particulier. Nous proposons de choisir les cartes les mieux adaptées pour raconter l’histoire de la controverse autour de la question de l’exploitation du GDS en Algérie.

Méthodologie

13L’architecture des cartographies est inspirée d’outils de modélisation et de cartographie présentée et développée par les sociologues de l’école des Mines (ENSMP, 2014). Elle a aussi été décrite par Venturini (2012), qui soutient que le simple fait de Dive into Magma constitue une méthodologie.

  • 2 Entrevues : Mehdi Bsikri, Abdelmadjid Attar, Mustapha Mekideche, Hakim Bentellis, Karim Tedjani, So (...)
  • 3 Ingénieur 2 (2013), Interview avec cadre supérieur de la Sonatrach.
  • 4 Ingénieur 3 (2014), Interview avec un cadre d’une entreprise pétrolière responsable de la construct (...)

14Différents protocoles de collecte de données ont été développés tout au long de ce projet. L’utilisation de mots-clés et la documentation proposée par les divers acteurs ont permis de constituer une base de données de plus de 300 articles de presse ainsi que plus de 50 articles scientifiques et rapports d’état. Pour ce qui est des protocoles d’entrevue2, 8 entretiens par écrit et 7 entretiens vocaux retranscrits (de 25 min à 2 h 15 min) ont été effectués selon des questionnaires préétablis. Plusieurs experts3 4 et participants ont tenu à demeurer anonymes.

Cas d’étude

Contexte de la controverse

15À ce jour, les énergies fossiles sont encore prédominantes dans le mix énergétique mondial. Le pétrole représente à lui seul plus de 33 % de la consommation énergétique mondiale, et le gaz et le charbon, respectivement 21 % et 27 % (Fondation Jean Aurès, 2013). Les énergies renouvelables ont du mal à s’imposer et les hydrocarbures dits non conventionnels prennent de l’importance dans le bouquet énergétique de certains pays.

16Parmi les nombreuses évaluations liées aux HNC, c’est celle de l’EIA qui est la plus citée par les experts. Dans les figures ci-après sont présentés les gisements de GDS techniquement récupérables dans le monde, selon des analyses géologiques et des propriétés des réservoirs datant des évaluations de 2013 (EIA/ARI, 2013).

Figure 

Évaluation des réserves mondiales de gaz et de pétrole de schiste de 2013 (EIA/ARI, 2013)

17Selon les études de l’EIA, les 10 premiers pays représentent plus de 80 % des réserves de GDS techniquement récupérables. Le marché de l’énergie est influencé par ces évaluations qui sont intégrées aux stratégies énergétiques et qui influent sur les régulations, les investissements et la géopolitique.

Figure 

Top 10 des pays avec des ressources récupérables de GDS (EIA/ARI, 2013)

Jargon scientifique

18Avant d’explorer la controverse, il nous faut expliquer les notions communes aux experts.

HNC : Carburants fossiles difficiles à exploiter par les méthodes d’extraction conventionnelles telles qu’un simple forage vertical. Il faut pratiquer des techniques d’extraction non conventionnelles dans des couches géologiques situées à plusieurs milliers de mètres de profondeur (forage horizontal et fracturation hydraulique), nécessitant la construction de puits spéciaux pour éviter les fuites.

GDS ou Shale Gas : « Formations géologiques argileuses et/ou schisteuses imperméables ou à très faible perméabilité qui ne peuvent être produites [extraites] qu’à partir de puits horizontaux et fracturation étagée » (JORADP, 2013).

Fracturation hydraulique : Traitement de stimulation systématique sur les puits de pétrole et de gaz dans les réservoirs à faible perméabilité. Des fluides spéciaux sont pompés à haute pression dans le réservoir à traiter, provoquant une fracture verticale ouverte. Un agent de soutènement (sable) est mélangé avec le fluide de traitement pour maintenir la fracture ouverte (Schlumberger, 2014 ; Nolen-Hoeksema, 2003).

  • 5 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

19Les puits de forage atteignent les roches à forer en traversant la nappe phréatique. Comme le présentent les schémas ci-après, la distance entre la nappe phréatique et les roches à forer varie selon la géologie et la zone d’exploitation concernée. « Du côté de Ain Salah et Adrar, la nappe albienne est à 450 à 500 mètres de profondeur, quant au silurien inférieur, principale roche mère, il est à 2 000 mètres »5.

Figure 

Géologie des shales gas, source (Assemblée-Nationale-Fr, 2011)

Figure 4

Forage horizontal et fracturation hydraulique présentés dans la brochure du Collectif national pour les libertés citoyennes (CNLC, 2012)

Figure 5

Schéma des différentes sources géologiques du gaz naturel (Wikipedia, 2013), inspiré de (EIA, 2010)

Figure 6 

Schéma décrivant les objets géologiques (Encyclo-Ecolo, 2013)

Présentation du cas d’étude

Les hydrocarbures en Algérie

  • 6 Quelque 205 820 000 tonnes d’équivalents pétrole [Toe] en 2011, contre 233,3 millions de Toe en 200 (...)

20La croissance en Algérie était estimée à 2,5 % en 2012 et a été principalement soutenue par l’investissement public. L’économie algérienne est fortement dépendante des revenus générés par les hydrocarbures : le secteur du pétrole et du gaz génère près de 97 % des ressources globales d’exportation, constitue 70 % des recettes budgétaires et en moyenne, 37 % du produit intérieur brut du pays, ce qui mène certains experts à assimiler la Sonatrach – entreprise publique d’exploitation de ces ressources – à toute l’économie (Mebtoul, 2010). Avec ses importations de pétrole et de gaz, l’Algérie est un important fournisseur du marché européen. Le secteur connaît toutefois une tendance à la baisse : son volume de production6 a déjà donné lieu à une diminution de près de 3,3 % du volume des exportations d’hydrocarbures (African Economic Outlook, 2013).

21Certains experts annoncent un tarissement des réserves conventionnelles, alors que d’autres soulignent que des découvertes sont encore à faire. Selon le Pr Mebtoul (2010), les estimations stipulent que la fin des réserves de gaz mondial est prévue pour 2068, pouvant aller jusqu’à 2078 grâce au non conventionnel. Certains sous-entendent que ce délai sera prolongé par les futures découvertes dans le Sud algérien.

  • 7 Évaluation des réserves de GDS aux États-Unis à 665 Tcf (EIA) ou à 1 161 Tcf (ARI), respectivement (...)

22En 2011, l’EIA évaluait les réserves non conventionnelles de l’Algérie à 230 Tcf, révisées à 707 Tcf en 2013. L’Algérie serait la 3e ou la 4e plus importante réserve de GDS récupérable au monde7. Le pays détiendrait 3,5 fois plus de réserves non conventionnelles que de conventionnelles.

  • 8 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

23Une première évaluation de la Sonatrach parue en 2010 chiffrait à 2 480 Tcf le GDS récupérable8 ; une seconde estimation de 2013, à 26 463 Tcf avec 15 % de ressources récupérables, ce qui équivaut à 3 970 Tcf, ce qui ferait du pays la première réserve au monde.

24Dans les débats sur l’évaluation des réserves non conventionnelles, il s’agit souvent de déterminer la légitimité des évaluations et la source d’information. La polémique tourne principalement autour de la méthode d’évaluation qui fait intervenir des modélisations géochimiques, géothermiques ou des évaluations basées sur les propriétés géologiques des réservoirs.

Figure 7

Bassin de GDS en Algérie (EIA/ARI, 2013)

La consommation énergétique locale et les énergies renouvelables

25Les énergies de transport sont largement subventionnées par l’État. Selon A. Mebtoul, « 96 % de l’électricité algérienne est produite à partir du gaz naturel, 3 %, à partir du diesel […] 1 %, à partir de l’eau » (Jeune Afrique [A. Mebtoul], 2012). Selon le rapport d’activité de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz d’Algérie, la production d’électricité sur le réseau national à la fin de l’année 2012 est en hausse de 10,7 % par rapport à l’année précédente. Le gouvernement tente de réduire la dépendance aux hydrocarbures, mais fait face au défi de satisfaction du marché local en électricité dont la demande devrait plus que doubler d’ici 2030 (CREG, 2012).

26Le programme d’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, adopté en 2011, vise à produire 40 % de l’électricité consommée dans le pays à partir de sources d’énergie renouvelable d’ici 2030 (African Economic Outlook, 2013). Une capacité de production de 22 000 mégawatts d’énergie renouvelable sera installée, dont 10 000 seront destinés à l’exportation (Yousfi, 2013a). Ce plan suscite quelques critiques : « Jusqu’à maintenant, nous n’arrivons pas à produire 10 mégawatts à Adrar, soyons réalistes ! » (FFS, 2013b ; Dzaïr TV, 2013).

  • 9 Des réserves sont émises sur Desertec Projet d’exportation d’énergie solaire vers l’UE, en partenar (...)
  • 10 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

27Les experts encouragent la mise en place d’un mix énergétique alliant le solaire aux énergies gazières, dont le GDS : « le soleil qui tape sur les 2 millions de km2 du Sahara durant une année représente 1 000 fois notre production pétrolière » (Dzaïr TV, 2013) ; le potentiel du solaire est surtout considéré pour des besoins locaux, car les prix de l’électricité nucléaire en Europe seraient sous-évalués et l’exportation de l’électricité solaire ne permettrait pas de retour sur investissement910. Ces projets font face à une certaine lenteur administrative et malgré l’engagement des autorités, certains experts persistent à dire que le GDS risque de faire de l’ombre au solaire.

Les ressources hydriques

28La sécheresse qui a sévi depuis plus de deux décennies dans le pays a considérablement affecté le niveau des réserves d’eau, qui a atteint un seuil critique. Avec moins de 450 m3 d’eau par habitant/an, le pays est en stress hydrique (Touhant, 2013 ; Dhina, et al., 2005 ; UN-Habitat, 2003), le recours au dessalement de l’eau de mer devient indispensable pour sécuriser l’alimentation en eau potable de la population (Abdellah El Hadj et Dhina, 2007). Pour évaluer les ressources hydriques, il faut prêter attention à la distribution, la disponibilité, la consommation, la régénération, l’accessibilité, la vulnérabilité.

29Selon le directeur général de l’Algérienne des Eaux, M. Mechia, près de 40 % de la population connaît des difficultés d’approvisionnement en eau potable liée à la distribution irrégulière.

Figure 8

  • 11 Attar (2013), Interview avec un expert en énergie et ancien responsable du secteur.

Fréquence d’accès à l’eau en 2013, selon le directeur général de l’Algérienne des Eaux 11

  • 12 Ingénieur 1 (2013), Interview d’un ingénieur HSE d’une division de l’activité Amont/Sonatrach.
  • 13 Achaab (2013), Entretien avec l’expert A. Bentellis. Achaab.
  • 14 Attar (2013), Interview avec un expert en énergie et ancien responsable du secteur.
  • 15 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

30Pour ce qui est de la disponibilité, le système aquifère saharien est une superposition de deux aquifères à profondeurs variables, dont la capacité est évaluée différemment selon les experts (Abdellah El Hadj, 2006 ; Taibi, 2013 ; Ingénieur 112 ; Bentellis ; Achaab13, 2013) : 40 000 milliards de m3 d’eau, dont 60 % en Algérie.14 ; « […] 50 000 milliards de m3, […] 95 % en territoire algérien »15 et 60 000 milliards de m3, entre l’Algérie, la Tunisie et la Libye, distribués respectivement à 70 %, 20 % et 10 %.

Figure 9

  • 16 Ingénieur 1 (2013), Interview d’un ingénieur HSE d’une division de l’activité Amont/Sonatrach.

Représentation de la nappe phréatique Ingénieur 116

  • 17 Mazouzi (2013), Entretien avec un habitant de Timimoun.
  • 18 Timimoun compte de 32 000 à 34 000 habitants (Mazouzi, 2013).

31Il fait savoir que la fracturation hydraulique est une technique qui consomme une grande quantité d’eaux, près de 10 millions de litres par puits, chaque forage nécessitant en moyenne 10 puits. Certains experts soutiennent que la richesse des nappes phréatiques peut répondre aux besoins quotidiens des citoyens, tout en pourvoyant les ressources nécessaires à la fracturation hydraulique. À la question « y a-t-il conflit de ressources ? », Ingénieur 1 de la Sonatrach répond : « Théoriquement oui, mais il n’y a pas un suivi rigoureux des quantités d’eau utilisées dans le domaine des hydrocarbures… ». Selon Mazouzi17, un habitant de Timimoun18 interviewé dans le cadre du projet : « L’eau est disponible, partout à Timimoun, le problème est dans sa distribution. Le réseau est très ancien, et il y a [des] fuites ». Il décrit le système de tour (alternance) pour l’accès à l’eau et précise qu’il n’y a pas de changement lorsque les exploitations voisines sont en activité, ce qui indique un problème lié à l’infrastructure plutôt qu’à la ressource.

  • 19 Ingénieur 1 (2013), Interview d’un ingénieur HSE d’une division de l’activité Amont/Sonatrach.

32Une estimation de la productivité des aquifères en Afrique (MacDonald et al., 2012) soutient que la capacité des nappes phréatiques algériennes est de 91 900 km3. Il est possible que ces ressources millénaires soient « non renouvelables – leur altération serait donc définitive19.

33Selon Ingénieur1, interviewé au sujet de la vulnérabilité des nappes phréatiques en Algérie :

  • 20 Idem

[l]a nappe de la région d’Adrar est assez vulnérable, vu l’existence de foggaras et la faible profondeur du niveau statique d’eau. Les autres régions le sont plus ou moins. De plus, l’exploitation du GDS nécessite le forage d’un nombre important de puits, donc la densité de “la source de pollution” augmente en surface ce qui amplifie la vulnérabilité des aquifères20

Cartographie de la controverse

34Les acteurs de la controverse réagissent à la proposition et au processus de passage de la loi sur les hydrocarbures. Ces cartographies permettent de percevoir la polémique sous plusieurs angles ; toutes ne sont pas nécessaires à la compréhension du cas.

Chronologie des évènements

35La controverse se construit et se déconstruit chronologiquement de manière continue. Une réduction du débat à un équilibre entre gains économiques et coût environnemental serait une description extrêmement simpliste. La décrire comme une simple opposition de valeurs réduirait l’éventail des enjeux soulignés tout au long de son déroulement. La frise ci-dessous présente la chronologie des évènements, des déclarations et des interventions portant sur la controverse autour de l’exploration et de l’exploitation du GDS en Algérie de 2010 à 2013. La chronologie se divise en trois types d’évènements liés à l’évolution de la législation (en rouge dans la figure), aux déclarations des politiques (en violet) et à la mobilisation des partisans et opposants (en orange).

Figure 10

Chronologie des évènements de la controverse

Chronologie politique et législative

36En mai 2010, Y. Yousfi, est nommé ministre de l’Énergie. Le ministre précédent, C. Khalil, a souligné lors d’une rencontre à Cancún la pression imposée aux pays exportateurs de gaz par la production de GDS aux États-Unis. Il a par la même occasion prédit une chute du prix du gaz et abordé l’idée de créer une sorte d’OPEP du gaz. L’ancien ministre est souvent cité dans les débats pour son implication dans des scandales de corruptions et de fraudes au sein de la Sonatrach.

  • 21 Djelloul Djoudi, mkilitant politique et député du Parti des travailleurs.

37Selon le processus légal standard, le projet de loi a été discuté entre les ministères avant d’être proposé et traité à l’Assemblée. La chronologie n’est pas précisée, mais il est possible de la situer entre mars 2001, date à laquelle le ministre Y. Yousfi fait référence pour la première fois au GDS et la proposition de la loi à l’automne 2012. L’audition des experts dans le cadre de la loi sur les hydrocarbures à l’Assemblée populaire nationale (APN) a eu lieu en novembre 2012. Parmi les experts auditionnés figurent plusieurs économistes et anciens cadres de la Sonatrach, mais aucun des grands opposants à l’exploitation du GDS (APN, 2012). À l’occasion du débat, c’est le ministre de l’Énergie et des Mines qui a présenté le projet de loi aux parlementaires. Les différents partis politiques ont alors pris position. A. Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale, demande à ses députés de retirer tous leurs amendements au projet de loi sur les hydrocarbures. Les autres partis politiques quant à eux n’ont pas démontré de nette opposition. On peut citer parmi eux le Parti des travailleurs, habituellement de gauche qui a exhorté les autres parlementaires à soutenir la nouvelle loi21 : “… ceux qui s’opposent à l’exploitation de GDS en Algérie sont manipulés par les puissances impérialistes” (Bsikri, 2013). La coalition verte (Coalition des partis islamistes) et le Front des Forces socialistes se sont abstenus et ont dénoncé la précipitation des autorités à modifier les textes de loi dans un secteur aussi stratégique sans engager de débat national. Le député et premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), A. Betatache, a par la même occasion présenté l’initiative du FFS d’organiser une convention nationale sur l’énergie afin que d’autres experts et membres de la société civile prennent part au débat (FFS, 2013a).

  • 22 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

38Les rapports de l’EIA sur l’Algérie précisent que la modification de la loi ajoute des mesures incitatives au profit des entreprises étrangères pour des investissements dans l’offshore et le non conventionnel en Algérie (EIA, 2013). Les officiels présentent la loi comme un impératif de modernisation et d’amélioration de la fiscalité puisque les trois derniers appels d’offre de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) n’ont pas connu un grand succès. Selon le ministre Y. Yousfi : “une législation qui n’évolue pas risque de ne plus être attractive” (CDER, 2013). Le Pr M. Mekideche ajoute que la nouvelle loi intègre les dimensions de la recherche et de l’exploitation des HNC en toute sécurité22.

39Des opposants au GDS la dénoncent comme étant rédigée à la hâte, au profit des entreprises étrangères et au désavantage de l’Algérie. Pour M. Bsikri (2013), certains articles de la loi portent atteinte à la souveraineté : “l’article 35… quand vous accordez une concession de quarante ans à une compagnie étrangère... C’est-à-dire que l’État délaisse sa souveraineté…” Selon les opposants, par le passage de cette loi “les dirigeants algériens avalisent un projet destructeur” (CNLC, 2013).

40Le dernier rebondissement d’ordre légal est l’appel d’offres émis par l’ALNAFT aux entreprises étrangères, qui inclut les HNC.

Chronologie des déclarations

41La première annonce relative au GDS est faite en mars 2011 par le ministre Y. Yousfi à l’occasion de la CERA Week Conference. Après l’annonce de diverses études d’évaluations en cours, c’est le directeur général de la Sonatrach A. Zerguine qui fait état d’immenses réserves de GDS dans le sous-sol algérien. Lors du Workshop GDS à Oran en février 2012, A. Attar, alors vice-président de l’Association algérienne de l’industrie du gaz (AIG) décrit l’importance des réserves de GDS en Algérie. M. Attar achève son allocution par “Yes we can” (Loukil, 2012). Lors de la même conférence, Y. Yousfi soutient qu’il ne faut pas se précipiter (AIG, 2012).

  • 23 Avec un taux de récupération de seulement 20 %.

42En mai 2012, A. Zerguine déclare que la Sonatrach investira 12 milliards de dollars (9,5 milliards d’euros) dans les cinq années suivantes pour rechercher le GDS, dont la production pourrait commencer dans les trois ans. Les premiers puits “pilotes” seraient donc forés dès 2012. Il déclare que des tests ont été réalisés dans trois provinces algériennes23. Le premier ministre A. Sellal soutient quelques mois plus tard que les projets touchant au GDS sont de l’ordre du long terme :

On ne va pas le pomper aujourd’hui, mais à échéance très lointaine allant à l’horizon 2040… Le développement se fait aussi avec le pétrole et nous devons utiliser toutes nos capacités pour développer encore un peu plus notre économie… les hydrocarbures constituent un levier indispensable pour la croissance (Sellal, 2012).

43Début 2013, les opposants au GDS commencent à se multiplier alors que le projet de loi est présenté à l’APN. Dans son allocution pour présenter la loi des hydrocarbures à l’Assemblée, Y. Yousfi explique que la couverture des besoins du pays en énergie est une priorité : “Nous devons ignorer les propos de ceux qui polluent le monde et nous demandent ensuite de préserver l’environnement… ignorer les voix émanant d’outre-mer appelant à s’abstenir d’exploiter les HNC sous prétexte de leurs conséquences néfastes sur l’environnement et sur les réserves du pays en eau”. Il ajoute à cela que la plupart des produits chimiques qui constituent le fluide de fracturation sont utilisés dans l’industrie alimentaire et même pour certains dans la fabrication de couches bébés » (APN, 2012).

44Plus tard dans l’année et après le passage de la loi, c’est A. Benyounes, ministre de l’Environnement, qui déclare « [l]e gaz et le pétrole de schiste, comparés à leur valeur énergétique et stratégique pour le pays, ne constituent pas une menace pour l’environnement si les mesures nécessaires sont prises […]. Il a suffi qu’une personne étrangère s’exprime sur la question pour que quelques intellectuels algériens prennent le relais, présentant l’exploitation du GDS comme le pire des projets que pourrait entreprendre l’Algérie. C’est démontré que l’atteinte à l’environnement est vraiment nulle » (Le Soir d’Algérie [Nawel Imès], 2013). Se voulant rassurant, l’ancien ministre des Ressources en eau, H. Necib, affirme qu’il y a « suffisamment de garanties » pour que son département « soutienne sans aucune réserve le projet consistant en l’exploitation de GDS ». De plus selon le même ministre « […] l’eau sera recyclée et il n’y a pas un impact significatif parce que le GDS ne sera pas exploité dans les zones urbaines, c’est au fin fond de désert » (ElWatan, 2013b). La ministre D. Boudjemaâ a été interrogée sur sa position quant à une exploitation du GDS en Algérie. Elle juge qu’actuellement le risque environnemental a surtout trait à la technique de fracturation hydraulique qui pose problème.

  • 24 Les réserves algériennes de GDS sont estimées à 27 000 milliards de m3 (Remouche, 2013).

45S. Betata, directeur de l’ALNAFT, lance le quatrième appel d’offres en 201324 et déclare : « […] Nous sommes assez avancés pour proposer des projets concrets… Nous avons déjà identifié des blocs pour l’exploration des shale gas et nous avons demandé, conformément à la loi sur les hydrocarbures, les accords nécessaires pour le lancement de ce type de projets » (Remouche, 2013 ; ElWatan, 2013a).

Chronologie des mobilisations

46Entre-temps, plusieurs évènements ont eu lieu autour du GDS en Algérie, certains d’entre eux pour défendre le projet, d’autres pour en dénoncer les conséquences. Pour faire suite aux déclarations d’A. Zerguine sur la future prospection du GDS, des pétitions contre le lancement de forage dans le bassin de l’Ahnet et pour la protection des ressources en eaux du Sahara sont lancées en 2012.

  • 25 Banata (2013), Interview avec un acteur de la mobilisation anti GDS au Maroc.

47Des pages Facebook ont vu le jour pour rassembler les opposants à une exploitation du GDS en Algérie. Ces pages comptent quelques centaines de signatures, ce qui n’est en rien comparable au succès des mobilisations en France ou au Québec (BAPE, 2011). C’est en octobre 2012 et après diverses déclarations d’officiels du secteur de l’énergie que des citoyens se mobilisent et créent le Collectif national pour les libertés citoyennes (CNLC), dont le principal engagement est le débat autour du GDS en Algérie. Des mouvements similaires s’organisent au Maroc et en Tunisie25 et annoncent le début d’une coopération. Le CNLC a depuis publié divers articles sur le sujet ainsi que des entretiens d’experts. Les rencontres organisées prennent la forme de séminaires sur les aspects techniques de l’exploitation. Seule la convention organisée par le Front des forces socialistes a permis à plusieurs membres de la société civile d’intervenir dans le débat et constitue la seule rencontre formelle donnant la parole à la fois aux partisans et aux opposants de la question.

48Sur le territoire algérien, il n’y a eu que quelques modestes rassemblements en guise de manifestation contre le GDS. Cependant, lors de la visite du ministre de l’Énergie à Londres, des manifestations ont eu lieu pour s’opposer aux futures exploitations. Si elles n’ont suscité aucun commentaire de la part du ministre, elles ont permis à la controverse de prendre de l’ampleur sur la scène médiatique algérienne.

49D’autres débats apparaissent dans les médias étatiques (ENTV, Radio nationale, etc.) ; ils sont organisés sous forme de tables rondes et leur existence souligne l’importance de la controverse dans la politique nationale (Uni-Vert, 2013 ; Dzaïr TV, 2013 ; Mouachirates, 2013).

Contexte et acteurs

50Dans les paragraphes qui suivent sont décrites les positions des acteurs qui interviennent dans la controverse. Dans cette présentation des « joueurs », l’objectivité est à la fois une obligation et un défi. La figure ci-dessous présente les groupes d’acteurs et les dépendances existant entre eux.

Figure 11

Liens entre les groupes d’acteurs

1. Le gouvernement algérien

51La question de l’exploitation du GDS en Algérie est apparue et a évolué sous le gouvernement Sellal 1 et est défendue par le premier ministre A. Sellal lui-même. Au sein du gouvernement, la controverse est localisée au niveau du ministère de l’Énergie et des Mines (MEM) et de la Sonatrach.

2. Le ministère de l’Énergie et des Mines, la Sonatrach et les agences de régulation

52La Sonatrach est une société nationale, classée 1re entreprise en Afrique, elle est la 5e exportatrice de gaz naturel au monde. En situation de monopole, l’entreprise nationale intervient dans l’exploration, la production, le transport, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures en Algérie. Des agences de régulation interviennent dans la controverse :

  • l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (AlNaft) est sous l’autorité du MEM. Elle est gestionnaire du sous-sol algérien et des appels d’offres des zones d’exploration et d’exploitation ;

    • 26 Décrite dans l’article 13 de la loi 05-07 relative aux hydrocarbures.
    • 27 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

    l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH) est une agence sous l’autorité du MEM. Sa principale mission26 est de veiller au bon déroulement des opérations liées aux hydrocarbures : « […] veiller à la sécurité de l’exploitation, et éventuellement de bloquer, de donner les autorisations et de veiller au respect des normes, et par la suite de s’assurer que le désengagement des sites en exploitation se fasse en sécurité »27.

3. Les experts et la communauté scientifique

53Les experts participants sont principalement versés dans les secteurs de l’énergie, de la géologie et de l’environnement, mais aussi de l’économie, de la santé et des finances ; ils sont cités tout au long du cas. On perçoit clairement dans l’analyse de cette controverse qu’« à chaque acteur ses “experts” ». L’expertise est un qualificatif accordé uniquement à ceux qui s’alignent sur l’argument défendu par l’acteur, et cela autant du côté des partisans que des opposants d’une exploitation du GDS. Ainsi, parmi les experts désignés comme tels qui ont été appelés à présenter les aspects techniques de la loi à l’Assemblée (APN), aucun ne s’oppose radicalement à l’exploitation du GDS, même si certains expriment des inquiétudes et appellent à la précaution. De la même manière, les acteurs opposés à l’exploitation ne citent pas ou ne reconnaissent pas les « experts » qui y sont favorables. Il est intéressant de noter que parfois les plateformes d’échange ne prennent pas position, mais expriment des penchants par les acteurs qu’elles choisissent de mettre de l’avant. Par exemple, les séminaires professionnels organisés par l’Association algérienne de l’industrie du gaz ou l’Institut algérien du pétrole n’ont pas reçu d’acteurs opposés à l’exploitation, de même que le CNLC n’a pas tendance à présenter des articles pro-exploitation. Cela crée finalement deux sons de cloche distincts qui n’interagissent pas, laissant le citoyen choisir celui qu’il veut bien entendre.

4. Les partis politiques

54Les partis politiques en Algérie ne se prononcent pas tous sur la question du GDS. Le Front de libération nationale est le parti historique de l’indépendance en Algérie, le parti au pouvoir, majoritaire et longtemps parti unique. Son actuel président est A. Saadani. Son précédent secrétaire général, A. Belkhadem, intervient dans la controverse. Il y a ensuite le Rassemblement national démocratique, considéré plutôt de droite et membre de l’alliance présidentielle. Ces partis soutiennent le projet d’exploitation de GDS.

55Pour ce qui est des partis considérés à la gauche, il y a d’abord le Parti des travailleurs : un parti ouvrier, trotskyste, mais qui fait partie de l’alliance présidentielle et qui a clairement appelé à soutenir la nouvelle loi sur les hydrocarbures. Ensuite, le Front des forces socialistes, principal parti d’opposition non islamiste qui s’est toujours opposé au régime. Finalement, l’Alliance de l’Algérie verte, communément appelée la coalition verte, est une confédération politique algérienne fraîchement constituée qui regroupe plusieurs formations islamistes. Ces partis se sont abstenus de voter contre le GDS.

5. Les acteurs de la société civile

  • 28 Explorer (2014), Entrevue avec un Membre de l’organisation écologique algéroise « explorer ».
  • 29 Tedjani (2013), Interview avec un citoyen engagé dans la valorisation de l’environnement.

56Les acteurs de la société civile sont divisés en trois catégories. Il y a d’abord la mobilisation locale, qui ne se fait pas par les marches de protestation ou les sit-in, mais plutôt par la dénonciation et les débats dans la presse ou lors de rencontres thématiques. Le CNLC a été créé à cet effet et fait du combat contre l’exploitation du GDS en Algérie son cheval de bataille. Parmi les organismes opposés au GDS, on peut aussi compter les associations pour l’environnement des mouvements citoyens de sensibilisation souvent apolitiques. Certains sont tout de même opposés au GDS : « [n]on seulement pour les pollutions que l’exploration et l’exploitation engendrent, mais aussi parce que la technologie reste malgré tout mal maîtrisée et donc ses conséquences mal connues »28. Selon K. Tedjani29 : « les associations ne font rien » à cause d’une nouvelle loi qui précise que « toute association qui s’oppose aux intérêts de l’État et de la souveraineté nationale doit être suspendue ». Plusieurs blogs, articles, commentaires et tweets traitent de la controverse. Ceux-ci ne représentent que les citoyens engagés, qui s’expriment sur Internet. La masse silencieuse n’est donc pas représentée comme un acteur. Il y a ensuite les mobilisations étrangères qui collaborent avec les mouvements de mobilisation en Algérie, par la publication d’articles ou la participation à des conférences. Enfin, il y a les habitants de régions directement concernés par l’exploitation.

6. Les entreprises étrangères

57De nombreuses compagnies étrangères sont en activité en Algérie en partenariat avec la Sonatrach. Certaines d’entre elles ont déjà fait part de leur intérêt pour le GDS en Algérie. La figure qui suit présente le plan de situation des zones d’études de gaz de schiste. (Kaced et al., 2013 ; ALNAFT, 2014). À droite, les évaluations faites ou à faire par des études conjointes en coopération avec des compagnies pétrolières ; à gauche, les évaluations réalisées ou à réaliser dans le cadre de contrats de consultation.

Figure 12

Plan de situation des Zones d’études des gaz de schiste présenté par (Kaced, et al., 2013)

7. La presse

58Les controverses particulièrement sociotechniques sont plus souvent exprimées dans la presse que dans des publications scientifiques spécialisées et d’agences paragouvernementales internationales. Selon Venturini (2012), cela est dû à l’hétérogénéité des arguments et au fait que les institutions traditionnelles ont des difficultés à accueillir de tels conflits. Presse nationale et internationale, émission de télévision et de radio, presse écrite en ligne ou papier, plusieurs acteurs de la presse se sont penchés sur notre sujet. On peut citer l’exemple du journal Liberté qui a consacré un dossier entier au GDS. Cependant, certains acteurs opposés à l’exploitation du GDS en Algérie ont énoncé des difficultés à exprimer leur opposition dans la sphère publique en dénonçant une résistance des médias imprimés : « […] s’il n’y avait pas eu le CNLC pour mettre cette question dans le débat public, il n’y aurait eu aucune émission sur le sujet » (Bsikri, 2013).

8. Les autres États

  • 30 Benata (2013), Interview avec un acteur de la mobilisation anti GDS au Maroc.

59Tout au long de la controverse, plusieurs États sont cités en exemple sans forcément prendre position. Les décisions des pays du Maghreb sont étroitement liées à cette question30. Les autres pays souvent cités en référence sont la France, la Pologne, la Chine, la Russie et les USA.

Cartographie des controverses associées

Figure 13

« Controverses associées » à la controverse du GDS en Algérie

60Des controverses associées interviennent dans les débats, les détournant ou les incluant dans une controverse plus ou moins importante. Ces controverses « associées » ont leurs propres enjeux, acteurs, chronologies, etc. Une controverse trouve tout son sens lorsqu’elle est localisée, mise en contexte et en relation avec d’autres controverses. Cela fait référence au « magma » décrit par Venturini (2009) : ses débats et sa mouvance ne prennent de sens qu’en s’appuyant sur les débats et conflits environnants. « La controverse change de forme à partir du moment où ses énoncés circulent vers d’autres scènes » (Julliard et al., 2007). Durant les débats, la discussion est souvent détournée vers d’autres sujets ou conduit à une impasse causée par des oppositions de valeurs ou des différences d’interprétation. Nous avons catégorisé les « controverses associées » comme suit :

  • les super controverses existent indépendamment de la question du GDS ;

  • les controverses annexes sont liées à la controverse sans en dépendre ;

  • les sous-controverses découlent de celle du GDS en Algérie.

Cartographie des arguments

61Durant les débats, les acteurs – même aux arguments différents – se tendent la main pour construire et imposer les aspects communs de leur vision du problème dans une recherche de légitimité. Parallèlement, ils tentent de discréditer ceux qui ne partagent pas leur position.

62Les opposants au GDS qualifient les experts argumentant qu’aucune pollution des nappes phréatiques ne résultera de la fracturation hydraulique de « pseudo-experts et de pseudo consultants » (Bsikri, 2013). Ces opposants soutiennent que de nombreux cadres et ingénieurs de la Sonatrach sont contre l’exploitation du GDS, déclarant : « j’ai discuté avec des cadres qui s’opposent au GDS, mais ils ne peuvent pas s’exprimer de peur de représailles » (Bsikri, 2013). D’un autre côté, les acteurs favorables remettent en question la scientificité des déclarations des opposants et de leurs écologismes non raisonnés. Les opposants remettent en question l’intégrité et l’éthique des partisans du GDS, les accusant d’être corrompus et de marginaliser ou d’exclure la communauté scientifique de la construction du pays.

63L’intérêt de cette carte, appelée mindmap, est de présenter les arguments utilisés dans une même carte selon le flux des idées telles que formulées par les acteurs. Un exemple de mindmap lié à la fracturation hydraulique est présenté ci-après (figue 14).

64Lorsqu’ils abordent le GDS, les acteurs tendent à se concentrer sur six sujets distincts :

La technique de fracturation hydraulique

  • 31 Bsikri (2013), Interview avec Mehdi Bsikri, journaliste et membre fondateur du CNLC.
  • 32 Tedjani (2013), Interview avec un citoyen engagé dans la valorisation de l’environnement.
  • 33 Bsikri (2013), Interview avec Mehdi Bsikri, journaliste et membre fondateur du CNLC.

65Selon les experts favorables à la fracturation : « le fluide de traitement contient 99 % d’eau et moins de 1 % d’additifs chimiques pour adapter le fluide à l’opération de fracturation et la majeure partie de ces additifs sont non toxiques et même souvent utilisés dans les besoins domestiques habituels » (Attar et Djerroumi, 2012), alors que les opposants décrivent le fluide de fracturation comme étant radioactif, « un poison » (CNLC ; Bsikri31 ; Tedjani32 ; 2013 ; Chitour, 2013c). Selon le Pr C. Chitour (Dzaïr TV, 2013) : « il faut 150 000 m3 pour fracturer un puits et c’est de l’eau douce ». M. Bsikri33 ajoute :

[c]ette eau est mélangée à plus de 500 produits chimiques, une fois ce mélange injecté à forte pression, il va passer verticalement puis horizontalement, la roche se fracture et les poches de gaz se libèrent. Ce qui se passe c’est que les eaux usées remontent à la surface par la fracturation, quand il y a fracturation, il y a un choc… la fracturation est utilisée 5 à 6 fois, ce qui multiplie les volumes pollués.

Figure 1

Mindmap des arguments autour de la fracturation hydraulique

  • 34 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

66La mobilisation contre le GDS s’organise chez les habitants de régions où la fracturation hydraulique a déjà été pratiquée. Ils réagissent à des cas de contamination des eaux et d’apparition de maladies à la suite de l’exploitation (Bsikri, 2013). Pour le Pr Mekideche34, ces eaux peuvent être recyclées et « les challenges sont d’abord de l’ordre des ressources humaines : le secteur du GDS est en déficit de ressources humaines qualifiées… partout dans le monde. Il va falloir qu’on développe nos capacités technologiques et humaines ». Certains font référence à des formations propres aux GDS qui devraient être lancées dans les établissements concernés, pour accompagner les projets du MEM.

La politique et la société

67Le Conseil national de l’énergie, chargé d’assurer le suivi et l’évaluation de la politique énergétique nationale et de garantir l’avenir énergétique du pays, ne s’est pas réuni depuis plus de dix ans (Mebtoul, 2010) : « […] l’Algérie d’aujourd’hui [est] un pays rentier qui dépend de plus en plus des hydrocarbures et qui a du mal à s’en départir » (Ainas et al., 2012). L’absence d’une vision stratégique dans ce secteur essentiel est décrite comme « une politique de laisser-faire catastrophique » (Remouche et al., 2013). Selon un rapport du Natural Gas Daily qui cite un cadre anonyme de la division Upstream de la Sonatrach : « […] investing in a new unconventionals project in Algeria would represent “an extremely bold move”, given the necessary timeframe and underlying concerns surrounding security » (2013).

68Les opposants au GDS soulignent le climat politique « opaque » autour de l’exploitation du GDS. Selon eux, seuls les Américains, les Britanniques et les Français maîtrisent la technologie d’exploitation du GDS. Certains font même référence à la fraude et à la corruption, accusant des officiels d’être à la botte des lobbies de l’énergie. Selon un collaborateur anonyme, « pour vendre ce matériel, les Américains peuvent toujours faire appel à leurs relais qui sont en Algérie […] grâce au réseau, ramasser d’autres fortunes illégales au détriment de la santé financière de Sonatrach ».

  • 35 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.
  • 36 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

69De nombreux acteurs, qu’ils soient pour ou contre l’exploitation, s’alignent sur le besoin d’un débat public. Cependant, ils ne s’entendent pas sur les instances participantes ni sur les contextes d’un tel débat. Selon le Pr C. Chitour, (2013a) par exemple, il s’agit là d’un débat pour l’élaboration d’une stratégie énergétique nationale, qui doit engager toutes les parties prenantes : universités, ministères, communes, société civile, etc. Il continue dans une autre intervention « cependant dans l’évaluation des arguments, force est de constater que le MEM est aujourd’hui juge et partie » (Dzaïr TV, 2013). Le Pr M. Mekideche est affirmatif : « il faut un débat public et il faut un contre-pouvoir, sauf que le débat public ne doit pas être un débat de café du commerce ou un débat populiste, mais un argument fondé scientifiquement […] ». Un autre son de cloche nous vient du Pr M. Bouchakour pour qui « [u]n débat sur une notion de nature aussi doctrinale risque de nous entraîner dans des discussions qui risquent d’être à la fois stériles et interminables » (Benhamza, 2013). Selon le Pr H. Bentellis, « [c]haque scientifique doit accompagner les orientations politico-économiques de son pays […] »35 .Il signale à ce propos que la demande mondiale en énergie augmente de plus en plus et qu’il est primordial de s’y adapter. Sur le forum des travailleurs de la Sonatrach, on souligne l’obligation de l’Algérie d’augmenter ses capacités de production pour répondre aux besoins grandissants du marché local et à ses engagements internationaux, à travers le GDS (Forum des travailleurs Sonatrach, 2011). Cet argument est repris par plusieurs experts en faveur d’une exploitation qui défendent une vision stratégique à long terme : « [i]l s’agit de prévoir l’échéance 2030-2040 […] offrir à nos générations futures, comme le font toutes les nations développées, une sécurité en matière de ressources énergétiques36 ».

70À l’occasion de plusieurs déclarations sur la stratégie de la Sonatrach, A. Zerguine a exprimé l’attachement de l’entreprise pour ses contrats, qui sont une condition incontournable pour assurer la stabilité et les financements nécessaires aux investissements à venir (Chitour, 2013b ; AIG, 2012).

La rentabilité de l’exploitation

71Le Pr M. Mekideche souligne l’importance de l’aspect économique dans le cadre de la controverse des GDS : « il faut faire attention aux aspects technico-économiques qui sont au moins aussi importants que les aspects environnementaux » (2013a).

  • 37 Million de BTU. BTU : Unité anglo-saxonne d’énergie.

72L’arrivée massive de gaz non conventionnels a fait plonger le prix du gaz aux États-Unis qui ne dépasse plus, depuis de nombreux mois, 3 dollars par MBTU37. Selon de nombreuses sources, ce prix est insuffisant pour assurer la rentabilité de l’exploitation du GDS aux États-Unis : on considère généralement qu’un prix de 4 à 8 dollars serait un minimum pour rémunérer correctement les producteurs (Fondation Jean Aurès, 2013). Aux États-Unis, la poursuite de la production est liée à des besoins d’indépendance énergétique. En Algérie, le coût d’exploitation s’élève selon les récentes évaluations à 15 dollars le MBTU (Dzaïr TV, 2013). Pourtant, les investissements dans les projets d’exploration du GDS ont déjà débuté, avec 44 millions de dollars dans les quatre dernières années, pour de nouveaux forages, selon A. Zerguine (cité dans Henni, 2013).

  • 38 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

73Selon divers experts la valorisation des HNC, des GDS en particulier, est plus chère que le gaz conventionnel car le coût d’extraction et le nombre de forages sont de « 1 pour 10 »38.

  • 39 Idem.

74Cette exploration est de mauvais augure pour l’économie algérienne, une dilapidation des richesses, selon le Pr C. Chitour qui déclare : « [n]otre meilleure banque est notre sous-sol, chaque calorie épargnée par des économies dpng"utilisée 5 à 6 fois, ce qui multiplie leation cos« [argulel=ductt p"réponhaqnotecall" id="boclass=pan>Le Pr M., la rrae 20 urtXXIan clas upique de laisser-faire catastropheillustratupique de laisser-faire catastrop s dclus-sol,a technolot en particuurces, ce prix est be sectaml:lang="fr" déainesté, avecjours f nous ser les asets qualifiéavec unlissements concernés, pour accompagner les projets du MEM.

/.La technique de fracturation hydraulique
l]ême soccuon en Andat cetournant Pes jeen Alest liénspan> erses l même ar la dénotout quêtZergu="frassost ,unuligne agémples assoourconsi"fr">, ignolrovespolitique elass="paifiantg="fr" lang="fr">Cette exp tout s l’aantologisman> TV lagémplybreuses s(ONU-est liée r de nouveaux forages, selon A. Zergultiplie les volumes pollués.

li>

6neche e /span> Pclass de est liénsionalan cle sensologisre 1 est r9nt exprhallens, rtsions, la fri’échisatingentagss="num">37

/8. Les autres États
    À l’occasions, Entretien avec le professeur Bentellis, expert e43s="sidenotes">
  • 38 Mekideche (2013), Interviseur Bentellis, expert e4ss="siden.
  • 33 Bsikri (2013), Interview avec Mehdi Bsikri, journaliste et membre fondateur du CNLC.
7

qui a conpan xmlturativ lifie Pr He, le coût du’ils ion tion porâciscuse a demaadndé sceomique (Enumbear leation cos« [argulel=ductt p"réponhaq4» (CNLC ; B4»l4ss=pan> ; Te4g=e4r dpan>Leste un cadre dy cla cn>. cuars (Fo2004"cadre Chakib Kh">3lmationsii doitrantes ces pasonsi fr"> agiss/spanme a"fr">,. En dig’expldy cla cpos ». cuur ion bodyftn36" href="#ftn36">36"tocto3n14">8. Les autres États

    (201oyenncent n peb , 2ew avec Mehdi Bsikri, journaliste et membre fondateur du CNLC.
7

urtXXIan clas upique de laisser-faire catastropheillustratupique de laisser-faire catastrop s dclut utpaérie vechnolodes idées. Par exemple, les séminaires professionnels organn>,ût dangères qui ile, est uneuation de la politique énergétipar leungagemeour l’tionoyenncti ouvrier-à des é de l’e>À l’occasion dN quaouiouer">55 noliqueeste un MBTUie itimitit pr">ênotou inves, pour vendre c cette="fr"> uo4 à 8En smmunt»

<2

2< causéeébat po3n15" id="tocto3n15">La techndu CNLC. 8

65De nombreang="fr" lalampan">L’ydrauli travailleurs

  • incts elais qui s, 201clareeoitinou’ilsêt pou8En smmunt,>À lillcains, onduis souvent en exemp de 1nsiéances autres de mob0. Letravailleurseeragisselais qui s, 201dis déclaunotiorientoutes les nattournant ipaMtre un qualifiéavecprest ficultehutôt petravun co énergN langagés, té civileil fétion rs de,ils qualifiéavecp classtion Jean As72 mées t exprief="#ft 20hallenget hui. Son ac , nos génénjoinr xml:até paragonuipour slleurus souventsng=Ixmlntsng=E deet e deonrestposa="fr" lan cha?ussi importants que les aspects
  • <1ul> »lEante.uligne l’importahref="#tocfrom2n10" id="tocto2n10">Cartographie des arguments8

    , esit part dscciationsePr Htante.s>71

    Figure 1

    32« Controverses associées » à la controverse du GDS en Algérie

    5
    Agrandir Original (jpeg, <2ul> 2">e « s mouvonditionuligne l’importants, ortg="five

    Cartographie des arguments8

    ,. des GDS : sang="frvailleurs(BADmunér Pes thosns, la la Sonatrasdébat pouns des disébat pouns="paranumans l Pes ce dang="fr sont fest primLoi 05-07, [pexplttroonulignebold e do"fr sont o>tion mans ation,="frv">et algions d on ac esffre e leur int

    u’ils ion erame and underlying concerns surrounding security » (2013).

    8

    Lora >Pes a exemple, est primordial de sKamndrEdddernsoukhi,io"ng"teurs l gaz conpour cecuerng="fr"d4 "><" <"osaatr, aerses

    Figure 1

    et al., 2013)

    6 8

    66Minlang="fr" u Le ant rels mb e ol és-en Alon hyoéesre ausd

    Figure 1

    et al., 2013)

    7 8

    M"><"fr">Le cœnts au GDS. Sepmbreuses sexemplaslParalfr" lang= Htante.s « cfroonx est entrà la conde. Iliest unml:langounsrguinedi nable(ex.pidaque le ipour onomiques qui le)pposants denonte.s>ées t exprementfa" lanrte prn sens lentrà ne pren, frir » ont leurassocu GDS. Sepmbreuses sexemplasévaliesi r" de mise edizaïrFigon dedynams opposan ne pren, esoins domes m lréh>Fml:lang="ncontournab fraude elassgxte">les s co2562usnces,. Sepmbreuses sexempla. D lang=al optaveuaï Sur Sonaif number r">Selemationsiée. Ilroi (2liton Chm lréh>Fml:laass="texte">Fml:la, est uneu’attachementune politique de laisser-faire catastropsdernnoauan>egendeillustration">merve nous ineSonaon ac e"ncogxemple, leon « ialen nombreuusSepmibl">À

    8 entfa" lanrtber r">Selem"textibub fraudeuset "tit>Lru GDS. Sepmbreuses sexemplasun qumguineoitation dichesses, sem lréh>Fml:laass="texte">À isentea" ils ne s prenn il faut fcœnts a"fr">mouvaces,. Sepmbreuses sexempla,eennnés"fr s antfaire acrts fdraulique importance mas énch r( in)lass="texte">

    on

    « Conriuniqrvirre c cethesses, sem lréh>Fml:laass=:lang="en" e gc

    9

    6632Durant on et des à rog’edn clas,ionuligne nuanologie’atta importan, la rmb assion cecu dé vuecS, déécoscorry ice" lng="fr"> five scientit ipaEl teurs, qsantssants écono’oruslue oltégor qui ="frvailleurs– mêrsittssandes " lang="fr"tion tt dv"> farti du mpeur pu dg> TV< prenacuur rr" lts 327 70

    9

    ,

    l’importants,liesi queuseeécos co2562usnc"fr" lur lesncMekideche soulignes,. Sepmbreuses sexempla.ar le>Mi.yfo tologismss="paranuml <">,

    cemdias. Selanm llexantes fr" lang=ogism. Sepmbreuses sexemplastreoinslassmsittsttar ou misele-ci quand ilprise povebold trr et fie Prs co2562usnces,. Sepmbreuses sexempla. En il snspal <

    Lru GDS. Sepmbreuses sexemplasgn le assion Ilroi (2liteteenEaugs Pr He,lass=" ils <">,

    9

    Mine lfoé"#to class re fonhnoloebesec. IlinluLru GDS.oités cla nae, «ise p isentple dision rDurant fici lum font tou GDSœnvnt touBolébskConseTh coovot (1991)a, est uneconside, ortg="five ngss="esfontups aux investissements à venmg-14.

    Notes

    1 L’expertise est classiquement définie comme la production d’une connaissance spécifique pour l’action (Lascoumes, 2002).

    2 Entrevues : Mehdi Bsikri, Abdelmadjid Attar, Mustapha Mekideche, Hakim Bentellis, Karim Tedjani, Soundous (Militante Tunisienne), Ingénieur 1, ingénieur 2, Ingénieur 3, Expert 1, Mazouzi (habitant de Tamenrasset), Explorer (associations), Benata (militant Marocain).

    3 Ingénieur 2 (2013), Interview avec cadre supérieur de la Sonatrach.

    4 Ingénieur 3 (2014), Interview avec un cadre d’une entreprise pétrolière responsable de la construction de puits pétroliers.

    5 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

    6 Quelque 205 820 000 tonnes d’équivalents pétrole [Toe] en 2011, contre 233,3 millions de Toe en 2007.

    7 Évaluation des réserves de GDS aux États-Unis à 665 Tcf (EIA) ou à 1 161 Tcf (ARI), respectivement la 4e ou la 1re réserve de GDS techniquement récupérable au monde.

    8 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

    9 Des réserves sont émises sur Desertec Projet d’exportation d’énergie solaire vers l’UE, en partenariat avec l’Allemagne.

    10 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

    11 Attar (2013), Interview avec un expert en énergie et ancien responsable du secteur.

    12 Ingénieur 1 (2013), Interview d’un ingénieur HSE d’une division de l’activité Amont/Sonatrach.

    13 Achaab (2013), Entretien avec l’expert A. Bentellis. Achaab.

    14 Attar (2013), Interview avec un expert en énergie et ancien responsable du secteur.

    15 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

    16 Ingénieur 1 (2013), Interview d’un ingénieur HSE d’une division de l’activité Amont/Sonatrach.

    17 Mazouzi (2013), Entretien avec un habitant de Timimoun.

    18 Timimoun compte de 32 000 à 34 000 habitants (Mazouzi, 2013).

    19 Ingénieur 1 (2013), Interview d’un ingénieur HSE d’une division de l’activité Amont/Sonatrach.

    20 Idem

    21 Djelloul Djoudi, mkilitant politique et député du Parti des travailleurs.

    22 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

    23 Avec un taux de récupération de seulement 20 %.

    24 Les réserves algériennes de GDS sont estimées à 27 000 milliards de m3 (Remouche, 2013).

    25 Banata (2013), Interview avec un acteur de la mobilisation anti GDS au Maroc.

    26 Décrite dans l’article 13 de la loi 05-07 relative aux hydrocarbures.

    27 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

    28 Explorer (2014), Entrevue avec un Membre de l’organisation écologique algéroise « explorer ».

    29 Tedjani (2013), Interview avec un citoyen engagé dans la valorisation de l’environnement.

    30 Benata (2013), Interview avec un acteur de la mobilisation anti GDS au Maroc.

    31 Bsikri (2013), Interview avec Mehdi Bsikri, journaliste et membre fondateur du CNLC.

    32 Tedjani (2013), Interview avec un citoyen engagé dans la valorisation de l’environnement.

    33 Bsikri (2013), Interview avec Mehdi Bsikri, journaliste et membre fondateur du CNLC.

    34 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

    35 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

    36 Bentellis (2013), Entretien avec le professeur Bentellis, expert en énergie.

    37 Million de BTU. BTU : Unité anglo-saxonne d’énergie.

    38 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

    39 Idem.

    40 Zone agricole célèbre pour sa production d’agrumes

    41 Expert 1 (2013), Interview avec un ancien cadre de l’industrie de l’énergie.

    42 Touati (2013), Interview d’une ingénieure et PDG d’une filiale de la Sonatrach.

    43 Mekideche (2013), Interview avec un expert en hydrocarbures.

    44 Bsikri (2013), Interview avec Mehdi Bsikri, journaliste et membre fondateur du CNLC.

    45 Attar (2013), Interview avec un expert en énergie et ancien responsable du secteur.

    Haut de page

    Table des illustrations

    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 116k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 28k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-3.png
    Fichier image/png, 40k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 56k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 40k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 76k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 164k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-8.png
    Fichier image/png, 149k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-9.png
    Fichier image/png, 48k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-10.png
    Fichier image/png, 64k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-11.png
    Fichier image/png, 28k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 124k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-13.png
    Fichier image/png, 149k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 276k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-15.png
    Fichier image/png, 318k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 112k
    URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2562/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 166k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Neila Zerguini , « Cartographie de la controverse d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste en Algérie », Éthique publique [En ligne], vol. 18, n° 1 | 2016, mis en ligne le 09 mai 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2562 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2562

    Haut de page

    Auteur

    Neila Zerguini

    Neila Zerguini est titulaire d’un diplôme d’ingénieure en système d’information (École supérieure d’informatique d’Alger) et d’une maîtrise ès sciences de la gestion (HEC Montréal) en option stratégie des affaires. C’est dans le cadre de sa maîtrise qu’elle explore la cartographie de controverse et le cas de l’exploitation du gaz de schiste en Algérie. Elle est aussi consultante en risques d’entreprise, dans l’équipe de cybersécurité de Deloitte à Montréal.

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page

    • OpenEdition Journals