Navigation – Plan du site
Jeu

Jeu pathologique et précaution : une nouvelle approche préventive

Élisabeth Papineau et Yves Boisvert

Résumés

Cet article porte sur l’introduction du principe de précaution en matière de gestion du jeu. Il repose sur les réflexions suggérées par deux recherches effectuées au cours des dernières années par le Laboratoire d’éthique publique. Ainsi, il tente de répondre aux questions posées par ces deux recherches précédentes : comment gérer de façon responsable ? Au nom de quel principe agir ? Où tracer la limite de ce qu’il devrait être ou non permis de faire dans la commercialisation et l’exploitation des jeux de hasard et d’argent ? Les auteurs tentent donc de démontrer que l’adoption par l’État du principe de précaution lui permettrait de faire preuve de plus de rigueur dans la gestion d’une industrie qui pose de sérieux problèmes de santé publique.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article porte sur l’introduction du principe de précaution en matière de gestion du jeu. Il repose sur les réflexions suggérées par deux recherches effectuées au cours des dernières années par le Laboratoire d’éthique publique.

  • 1 É. Papineau, Y. Boisvert et H. Roy, Le jeu pathologique, état des lieux et enjeux éthiques, Montréa (...)

2Dans la première de ces recherches1, nous concluions à la nécessité de développer, au sein de l’industrie québécoise du jeu et des loteries, une nouvelle culture de coresponsabilité devant mener à un plan d’action préventif dans le but d’empêcher que l’offre de jeu n’augmente inconsidérément et que les joueurs aux comportements problématiques ne viennent grossir les rangs des joueurs pathologiques. Nous faisions également remarquer, d’une part, que l’industrie du jeu et des loteries ne pouvait continuer de nier ou de minimiser le problème du jeu pathologique et, d’autre part, que ce dernier est essentiellement lié aux appareils de loterie video.

3Dans un processus de réflexion et de responsabilisation, les acteurs doivent reconnaître les conséquences néfastes de leur activité économique ne serait-ce que sur une petite partie de la population et même si ces effets ne sont pas intentionnels. Le fait que le problème ne touche ici qu’autour de 2 % de la population adulte ne peut en effet constituer un prétexte à l’inaction. Non seulement parce que la plupart des études démontrent que le jeu pathologique n’en est qu’à ses débuts et qu’il peut rapidement s’amplifier (on estime à plus de 5 % les joueurs qui ont des comportements limites, c’est-à-dire qui ne contrôlent plus leur rapport au jeu, lequel prend une place démesurée dans leur vie), mais également parce qu’il touche les jeunes joueurs, catégorie dans laquelle le nombre de sujets à risque grimpe à 15 %, voire à 20 %. Le jeu pathologique risque en somme de se transformer dans les prochaines années en véritable fléau social.

4L’industrie du jeu ne peut par ailleurs se décharger de sa propre responsabilité en invoquant la responsabilité individuelle de chacun. La tendance à renvoyer les individus à leur libre arbitre pour gérer leur comportement est en effet forte dans nos sociétés. On dira ainsi que personne ne force ces individus à jouer, qu’ils sont libres de décider de quelle façon ils dépensent temps et argent, etc. Le problème avec ce type d’argument est que les joueurs pathologiques perdent justement l’usage, à un certain moment, de la raison pratique. Leur façon d’aborder le jeu est devenue irrationnelle, ils ne sont plus libres de leurs actions, ils sont esclaves de leur pulsion. Peut-on dès lors laisser les joueurs compulsifs à eux-mêmes ? Peut-on oublier que le problème a aussi des causes extrinsèques ? Car, précisément, l’une de ces causes est la stimulation déraisonnable de l’offre de jeu, et ceux qui en sont à l’origine ne peuvent pas l’ignorer. Ils doivent donc assumer leur responsabilité et réduire au minimum l’impact social de cette trop grande accessibilité.

5Cela dit, face à un phénomène aussi complexe que le jeu pathologique, il ne s’agit pas de chercher un coupable et de lui faire payer la faute par une quelconque compensation, mais de bien comprendre que l’évitement ou la réduction des dommages est l’affaire de tous. Une fois cela admis, on pourra passer à un plan d’action. Par pragmatisme, une organisation, qui n’est pas une œuvre de bienfaisance, aura toujours avantage à s’associer à des partenaires de son environnement économique immédiat afin de partager le poids de la responsabilité sociale. C’est cette ouverture au partenariat que nous avons appelée coresponsabilité.

6Pour conclure cette première recherche, nous proposions qu’on mette sur pied une infrastructure de coresponsabilité guidée par une double stratégie : une démarche curative visant à aider les joueurs pathologiques déclarés qui se trouvent dans la détresse (2 %) et une démarche préventive visant à prévenir que les joueurs à risque ou au comportement limite (5 % de la population générale et 17 % chez les jeunes) ne sombrent dans une telle détresse psychologique. L’objectif d’une telle coalition était donc de chercher non seulement comment empêcher la hausse de l’incidence du jeu pathologique mais également comment la réduire. La stratégie conjointe la plus efficace devait reposer sur la capacité d’intervention réelle des acteurs, chacun devant agir en fonction des répercussions directes de son activité. Par exemple, les fabricants de logiciels et d’appareils auraient pu mettre au point des jeux moins performants mais également moins menaçants pour la santé mentale des joueurs, et Loto-Québec s’engager à acheter ce type de machines. De son côté, le ministre des Finances aurait eu à s’engager à diminuer la pression de rentabilité sur Loto-Québec, le ministre de la Santé et des Services sociaux à financer plus d’études sur les impacts sociaux du jeu, etc.

  • 2 « Une table de concertation interministérielle réunissant les représentants des ministères des Fina (...)

7Depuis le dépôt de cette étude, son commanditaire n’a pas donné suite à nos recommandations, et les instances décisionnelles gouvernementales et industrielles n’y ont pas réagi ouvertement. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a, lui, financé la recherche. La table interministérielle mise en place par le gouvernement sortant allait certainement dans la direction de la coresponsabilité, mais elle ne faisait de place ni aux citoyens, ni aux fabricants de jeu, ni aux chercheurs2. À part quelques actions isolées, les parties prenantes n’ont pas entrepris la construction de l’infrastructure de coresponsabilité et l’industrie continue à être guidée par le seul principe de rentabilité.

  • 3 Y. Bélanger, Y. Boisvert et É. Papineau, La responsabilité de l’État québécois en matière de jeu pa (...)

8Devant la difficulté de réunir et de mobiliser l’ensemble des acteurs (et particulièrement l’industrie des appareils de loterie vidéo), nous avons formulé l’hypothèse que les institutions publiques devaient mettre davantage l’accent sur leur propre responsabilité et promouvoir un principe ferme à la base d’une politique des jeux qui chapeaute résolument l’industrie. La recherche suivante nous a permis de raffermir cette idée3.

  • 4 Nous avons donc recueilli les opinions de trente-sept personnes impliquées de près dans ces débats, (...)
  • 5 Cette étude a été réalisée au moyen d’entrevues téléphoniques auprès d’un échantillon aléatoire de (...)

9Nous nous sommes donc interrogés, là, sur la responsabilité sociale de l’État dans la gestion des appareils de loterie vidéo au Québec, notamment sur leur regroupement, leur visibilité et la proximité des guichets automatiques sur les lieux de jeu. Encore une fois, à la lumière de l’opinion de spécialistes4 et d’un échantillon de la population québécoise5, on en dégagea une démarche préventive accompagnée de vingt et une recommandations. Les résultats en ce qui concerne la confiance de la population vis-à-vis du grand maître du jeu qu’est l’État se sont révélés alarmants. Les entrevues indiquent que 28 % de nos interlocuteurs estiment que le jeu pathologique est un problème grave, 56 % qu’il s’agit d’un problème sérieux ou important et 16 % qu’il est modérément important. Plus de 80 % des personnes interrogées jugent que le gouvernement ne fournit pas l’effort suffisant en matière de prévention et de sensibilisation au jeu pathologique. On demeure sceptique face à la volonté gouvernementale de trouver de vraies solutions aux problèmes associés aux appareils de loterie vidéo, doute alimenté par une publicité ambiguë affirmant à la fois que le jeu n’est pas inoffensif pour tous et qu’il peut rendre riche et heureux. Plusieurs préconisent la même rigueur que celle déployée contre le tabagisme, où des intérêts financiers immédiats n’ont pas empêché l’adoption de mesures fermes en matière de prévention et de publicité. Si la quasi-totalité des joueurs conçoivent bien qu’ils sont responsables de leur comportement, ils doutent profondément de la volonté réelle du gouvernement de les aider à s’en sortir en raison de la propre dépendance de l’État à l’égard des revenus du jeu.

10Nous avons aussi cherché à savoir comment la population évaluait l’action de la Régie des alcools, des courses et des jeux qui, d’une part, délivre des permis d’exploitation d’appareils de loterie vidéo et, d’autre part, tente de réduire au minimum les effets négatifs de ces appareils sur la population. Plus de 80 % des personnes interrogées estiment qu’il est urgent de confier ces rôles à un autre organisme. À leur sens, la Régie des alcools, des courses et des jeux ne dispose pas des moyens de faire respecter ses propres règlements, comme en témoigne le non-respect du règlement selon lequel c’est l’exploitation du permis d’alcool qui doit demeurer la source principale des revenus des bars et non l’exploitation des appareils de loterie vidéo. Plus de 92 % des personnes interrogées estiment que la Régie devrait tenir des consultations publiques, mais la plupart doutent que cela se concrétise, et plus de la moitié (57 %) estiment que les instances gouvernementales ne gèrent pas la commercialisation des jeux de hasard et d’argent de façon responsable, 22 % d’entre eux la jugent même aucunement responsable.

  • 6 Toutefois, la question du jeu se prête bien à ce principe car le développement technologique n’est (...)

11Mais comment faire pour gérer cette lucrative industrie de façon responsable sans pour autant verser dans la prohibition ? Le texte qui suit tente de répondre aux questions posées par nos deux recherches précédentes : comment gérer de façon responsable, au nom de quel principe agir, où tracer la limite de ce qu’il devrait être ou non permis de faire dans la commercialisation et l’exploitation des jeux de hasard et d’argent ? Nous tenterons de démontrer que l’adoption par l’État du principe de précaution lui permettrait de faire preuve de plus de rigueur dans la gestion d’une industrie qui pose de sérieux problèmes de santé publique. Notre contribution sera exploratoire puisque nous sommes conscients qu’il s’agit là d’un important chantier de recherche. Il faudra assurément adapter ce principe de façon considérable, puisqu’il n’a été utilisé jusqu’ici qu’en relation avec les questions environnementales et technoscientifiques6.

  • 7 A. Blaszczynski, Harm Minimization Strategies in Gambling. An Overview of International Initiaves (...)
  • 8 Expression empruntée à C. Bégin, Pour une politique des jeux, Paris, L’Harmattan, 2001.

12Nous croyons que l’intérêt d’une politique nationale du jeu qui s’inspirerait du principe de précaution mènerait à l’adoption d’un véritable programme préventif. Cela nous éloignerait de la mentalité contentieuse qui prédomine actuellement dans les officines de la société d’État et qui exige des démonstrations scientifiques hors de tout doute raisonnable. Cela inciterait les décideurs publics à une conduite responsable selon laquelle, même s’il n’est pas toujours possible de démontrer avec certitude les liens de causalité entre jeu étatisé et jeu pathologique, l’État reconnaît son devoir d’agir avec bon sens, responsabilité et précaution. À la manière d’un métaprincipe, le principe de précaution permettrait aussi de coordonner les initiatives dites de « jeu responsable » et de « réduction des méfaits » qui, certes louables, n’en restent pas moins singulièrement éparses7, pas toujours soutenues par les plus hautes instances décisionnelles, ni inscrites dans une quelconque « politique des jeux8 ».

13Mais avant de pouvoir invoquer le principe de précaution, il faut, d’une part, s’assurer que la démonstration de la dangerosité du produit ou de l’activité soit suffisamment étayée et, d’autre part, établir que les inquiétudes de la population à l’égard de ce produit ou de cette activité soient suffisamment élevées.

14De la dangerosité du jeu

  • 9 J. Azmier, Gambling in Canada 2001: an Overview, Calgary, Canada West Foundation, août 2001.

15Une enquête d’opinion publique canadienne publiée en février 2000 montre clairement que les citoyens reconnaissent à leur gouvernement le droit de gérer les loteries (35 % estiment que cette tâche revient aux gouvernements provinciaux et 10 % qu’elle devrait relever du gouvernement fédéral). Pourtant, ils sont beaucoup plus nombreux (61 %) à penser que le gouvernement devrait tenir des consultations publiques avant d’introduire toute nouvelle forme de pari9. Ce résultat traduit sans doute le désir des citoyens d’assumer un rôle et une responsabilité dans le débat sur le jeu pathologique.

16Les ravages causés par le jeu pathologique ont en effet fait beaucoup de bruit ces dernières années. Nous manquons encore d’outils permettant de mesurer avec précision ce que le jeu rapporte et ce qu’il coûte, ses effets sur le tourisme, le Trésor public, l’emploi, les infrastructures routières, l’industrie immobilière, le système policier et judiciaire, etc. Nous résumons néanmoins ici les principaux effets délétères causés par la perte de contrôle dans la gestion et la consommation du jeu.

  • 10 S. Chevalier et E. Papineau, Criminalité et jeu pathologique chez les adultes, XXXIe congrès de la (...)

17La criminalité entourant le jeu pathologique comporte deux facettes : l’une associée aux exploitants et « bénéficiaires » du jeu illégal, l’autre aux comportements des joueurs excessifs10. Inscrit dans le Code criminel canadien depuis 1892, le jeu d’argent a longtemps constitué une « offense contre la religion, la morale et le bien public ». Ce n’est que progressivement, au cours du vingtième siècle, que divers amendements ont permis d’alléger les dispositions envers le jeu. En 1969, sous la pression politique, l’amendement au code octroie aux gouvernements fédéral et provinciaux le droit de gérer des loteries et des casinos. En 1985, les gouvernements provinciaux obtiennent l’exclusivité sur leurs loteries et le droit d’installer des appareils de loterie vidéo et machines à sous.

18On estime que, avant 1994, le crime organisé tenait au Québec de vingt-cinq mille à quarante mille appareils électroniques de jeu. Loto-Québec en détient aujourd’hui autour de vingt mille selon les estimations récentes (une réduction par attrition de mille machines était annoncée par le gouvernement le 30 mai 2002). La grande place occupée par le crime organisé dans le jeu est un argument fréquent des antiprohibitionnistes pour qui le jeu est mieux contrôlé par le gouvernement et que l’argent du jeu est ainsi mieux utilisé qu’il ne le serait par la pègre. Les milieux criminels n’ont pourtant pas cessé toute activité dans ce domaine, mais leur part est extrêmement difficile à quantifier.

  • 11 R. Ladouceur et al., « Social Costs of Pathological Gambling », Journal of Gambling Studies, vol. 1 (...)
  • 12 A. Blaszczynski et S. Derrick, « Pathological Gambling : Forensic Issues », Australian and New Zeal (...)

19La criminalité chez les joueurs pathologiques a des conséquences dévastatrices. Selon une enquête réalisée au début des années 1990, 68 % des joueurs avaient déjà eu recours à des actes illégaux pour combler leur besoin d’argent11. Les délits les plus fréquents sont la menace, la violence conjugale, la fraude, la contrefaçon, le détournement de fonds et le vol. D’autres études ont souligné que bon nombre de joueurs pathologiques, autour de 20 %, faisaient l’objet de procédures judiciaires12. On connaît mal les coûts individuels et administratifs (frais de cour, incarcération, mesures de prévention) liés au jeu pathologique.

  • 13 D. Crockford et N. el-Guebaly, « Psychiatric Comorbidity in Pathological Gambling : A Critical Revi (...)
  • 14 Les statistiques de la Maison Claude Bilodeau sont disponibles sur www.maisoncb.com.
  • 15 L. E. Henriksson, 1999, www.ccsa.ca/ADH/Henrikssonfr.htm, consulté au mois de mai 2000.
  • 16 R. M. Cunningham-Williams et al., « Taking Chances : Problem Gamblers and Mental Health Disorders – (...)
  • 17 L. E. Henriksson. op. cit.

20La dépendance au jeu est par ailleurs souvent associée à d’autres dépendances, toxicomanie, alcoolisme, boulimie, etc., tous phénomènes de comorbidité13. Des cent quatre-vingt-cinq personnes traitées à la Maison Claude Bilodeau14, 15 % souffraient ainsi de dépendance multiple. On ne sait pas si l’angoisse liée au jeu pathologique mène à ces comorbidités ou si, sans relation de cause à effet, le joueur n’est pas simplement plus vulnérable à tous types de dépendance. Le jeu pathologique a aussi été associé à une forte consommation de tabac et à d’autres problèmes physiques liés au stress ou simplement à la négligence, à des troubles de digestion, de sommeil et d’hypertension, aux ulcères et aux coliques. On associe aussi les troubles de l’humeur et les troubles de l’anxiété au jeu excessif15. Une étude menée à Saint Louis (Missouri) a démontré que les joueurs pathologiques présentaient trois fois plus souvent que les non-joueurs les symptômes de la dépression, de la schizophrénie et de la personnalité antisociale16. La causalité entre jeu excessif et troubles mentaux et physiques est donc difficile à établir, les coûts médicaux difficiles à évaluer. Certains n’en pensent pas moins que le jeu pathologique entraîne une augmentation de ces coûts17.

  • 18 V. C. Lorenz, « Family Dynamics of Pathological Gamblers », The Handbook of Pathological Gambling, (...)
  • 19 D. F. Jacobs, dans H. Shaffer, Compulsive Gambling, Theory, Research and Practice, Massachusetts, L (...)

21Par son comportement, le joueur pathologique finit par détruire le tissu familial. La vie quotidienne des enfants aux prises avec des parents joueurs pathologiques est ainsi commentée par Lorenz : « Les enfants des joueurs pathologiques sont probablement les pires victimes de la maladie. Généralement mineurs, émotivement et financièrement dépendants pendant la pire phase de la maladie, ce sont les enfants qui sont le plus dépourvus. Ils sont témoins de discussions, de récriminations, d’excuses, de promesses non tenues, d’insultes et de mensonges. Ils entendent leur mère argumenter avec leur père au sujet de manque d’argent pour l’alimentation, les vêtements, les fournitures scolaires pour les enfants18. » Sur le plan émotionnel, être pris en otage ou être l’enjeu d’un conflit sans fin entre le joueur et son conjoint est particulièrement destructeur. Entre le début du problème de jeu et son traitement, le cas échéant, la famille vit un cycle de mensonges, de fausses promesses et d’espoirs déçus. Les enfants de joueurs pathologiques, dans un processus de perte d’amour et de respect pour le parent joueur, connaîtraient aussi divers troubles psychosomatiques. Lorenz signale que « dans une étude récente, le tiers des 151 adultes (joueurs pathologiques) répondant à un questionnaire ont rapporté que leurs enfants souffraient de maladies tels des allergies, de l’asthme, des troubles digestifs chroniques et des maux de tête ». Dans une autre étude, sur huit cent quarante-quatre étudiants universitaires californiens se décrivant comme « enfants de joueurs compulsifs », on découvre que « [l]es enfants de parents joueurs présentent presque le double d’incidence de foyers brisés par la séparation, le divorce ou le décès d’un parent avant qu’ils n’atteignent l’âge de quinze ans (37 % contre 20 %)19 ».

22Dans bien des cas, l’histoire familiale ne se termine pas par une thérapie mais par un divorce où le conjoint non joueur aura à assumer seul la subsistance des enfants. La vie sociale de la famille est bien évidemment affectée par l’évolution du problème, et on arrête souvent par gêne de fréquenter le cercle d’amis. Les cas de faillite et de chômage subséquent accentuent l’ostracisme, l’isolement de la famille. Le conjoint du joueur vit sensiblement les mêmes expériences que l’enfant, à ceci près qu’il devra porter en plus la responsabilité économique et morale de la famille. On estime que l’accompagnement du conjoint et de la famille dans le rétablissement serait un facteur important de réussite des thérapies.

  • 20 M.-C. Malbœuf, La Presse, 23 mars 2001.
  • 21 R. Ladouceur et al., op. cit.

23Nous avons vu que c’est en général le besoin sans cesse grandissant d’argent qui mène les joueurs à la criminalité. Les comportements économiques aberrants s’échelonnent dans le temps sur une longue échelle de gravité : de « l’emprunt » dans le portefeuille d’un membre de la famille et de l’épuisement du compte bancaire au dépassement de la marge de crédit, jusqu’au détournement de fonds d’entreprise, à la vente progressive et éventuellement à la faillite20. Les enfants sont les premières victimes de cet amenuisement des revenus familiaux dont l’ampleur est en proportion de l’appétit gigantesque des casinos et des appareils de loterie vidéo. Selon une étude déjà citée21, à l’époque où elle a été menée, la perte annuelle moyenne par joueur s’élevait entre 12 000 et 60 000 dollars, et 83 % des joueurs empruntaient pour jouer. Les dettes, quant à elles, s’échelonnaient entre 75 000 à 150 000 dollars par joueur et 28 % des joueurs durent déclarer faillite. Du mauvais crédit à la faillite, les problèmes passent de l’individu à la famille et à la société.

  • 22 J. Ferris et al., www.ccsa.ca/final1.htm, 1999.
  • 23 S. Chevalier et al., (Résultats à paraître) Régie régionale de la santé et des services sociaux de (...)
  • 24 M.-C. Malbœuf, op. cit.
  • 25 S. Chevalier et D. Allard, « Pour une perspective publique des jeux de hasard et d’argent. Les appa (...)

24L’une des terribles conséquences du jeu pathologique est le suicide. Comme le note le Canadian Center on Substance Abuse : « Lorsque le joueur se trouve coincé par les conséquences de son obsession, le suicide peut souvent lui apparaître comme la solution la plus simple. Des chercheurs ont établi que jusqu’à 90 % des joueurs pathologiques ont déjà envisagé de s’enlever la vie, et que près de 20 % de ceux en traitement ont effectivement commis des tentatives de suicide22. » L’enquête menée par la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre sur le jeu au Québec démontre également que, en 2002, 15 % des personnes présentant des problèmes de jeu ont des pensées suicidaires (ce taux est de 1,9 % dans la population normale)23. Et le bureau du coroner du Québec a déjà alerté l’opinion publique : « Entre 1993 et 1999, le bureau du coroner enregistrait un bond gigantesque de suicides liés au jeu. Ils ont alors quadruplé, passant de moins de 10 par année à 3324. » Notons par ailleurs que dans les cas de suicides où le coroner a conclu qu’une large part de responsabilité revenait aux jeux de hasard et d’argent, 62 % étaient liés à la loterie vidéo25.

  • 26 R. Ladouceur, « Gambling Behavior among High School Students », Addictive Behaviors, vol. 4, no 1, (...)
  • 27 D. F. Jacobs, op. cit., p. 277.
  • 28 D. A. Korn, « Expansion of Gambling in Canada : Implications for Health and Social Policy », Canadi (...)

25Les enfants, nous l’avons dit, sont des victimes immédiates de parents joueurs pathologiques. Ce qui inquiète pourtant depuis quelque temps, c’est la dépendance des enfants et des adolescents eux-mêmes au jeu. Sur 1 612 adolescents de neuf écoles secondaires de la région de Québec interrogés en 1988, 76 % avaient déjà parié une fois au cours de leur vie, 65 % avaient parié dans la dernière année et 24 % pariaient au moins une fois par semaine26. À la même époque, aux États-Unis, le nombre de joueurs à problème dans les écoles secondaires était de 4 % à 6 % de l’ensemble des élèves27. C’est plus du double de ce qu’on observe dans la population adulte. Et certaines données plus récentes sont encore plus alarmantes : « Dans la population en général, la prévalence à vie combinée pour le jeu problématique et le jeu pathologique (niveaux 2 et 3 de la nomenclature de Harvard) a été établie à 5,5 %. Une combinaison de prévalence similaire pour les adolescents a été estimée à 13,3 %28

  • 29 M. D. Griffiths, « The Acquisition, Development and Maintenance of Fruit Machine Gambling in Adoles (...)
  • 30 S. Chevalier, D. Allard et C. Audet, « Les jeux de hasard et d’argent » dans J. Loiselle et B. Perr (...)

26Toutes les enquêtes concluent à l’extrême précocité des habitudes de jeu. L’âge de l’initiation tournerait autour de 9,2 ou de 10,9 ans29. On sait que les adolescents aiment expérimenter les comportements à risque ou les comportements d’adultes, alcool, drogue, cigarette30. Le lien entre la précocité du jeu et la disponibilité grandissante des loteries et des appareils électroniques de jeu reste à établir, mais la plus grande prudence s’impose en ce qui concerne le choix des lieux où ces derniers sont accessibles. Finalement, les sites internet où il est possible de jouer sans qu’aucune vérification de l’âge ne soit faite risquent à leur tour d’augmenter le risque pour les jeunes.

  • 31 R. Ladouceur, « Gambling Behavior among High School Students », op. cit.

27On a déjà estimé que l’argent que les adolescents jouent est dans 95 % des cas de source honnête, mais que, pour le reste, on a recours à la vente de drogues, au vol, dans son entourage ou dans sa famille, à d’autres types de larcins, au travail pour un preneur de paris aux livres, à la vente de cartes de sport, ou à d’autres moyens illégaux31. Le vol, le mensonge, la dissimulation mènent souvent à l’appauvrissement sinon à l’anéantissement du réseau social (et scolaire) du joueur. Un taux important de décrochage est d’ailleurs lié au jeu problématique chez les jeunes, dont les premiers symptômes sont évidemment la baisse des résultats scolaires et l’échec scolaire.

28Les conséquences néfastes du jeu ne sont donc plus à démontrer, même si on ne les a pas encore quantifiées de façon précise. Mais il est un secteur des activités de jeu qui semble poser des problèmes encore plus graves d’accoutumance.

29La dangerosité particulière des appareils de loterie vidéo

30La dangerosité des appareils de loterie vidéo apparaît de plus en plus au fur et à mesure que la connaissance du domaine s’affine. Voici d’ailleurs quelques résultats d’études qui identifient les zones à risque et les problèmes types qui découlent du développement de cette industrie florissante (14 301 appareils répartis en 3 663 lieux32, auxquels s’ajoutent les 5 650 machines à sous des trois casinos québécois, dont le nom diffère mais qui fonctionnent sur le même principe que les appareils de loterie vidéo33).

  • 34 M. Griffith et R. Wood, « Le jeu de loterie et la dépendance en Europe », Panorama, no 1, 1999, www (...)
  • 35 M. Griffith et R. Wood, Lottery Gambling and Addiction : An Overview of European Research, 2000, ww (...)
  • 36 A. Zagorin, « Gaming : All Bets Are Off. How Entrenched National Monopolies Are Weakening Europe’s (...)
  • 37 E. Beco, « The Prevalence of Pathological Gambling in Galicia, Spain », Journal of Gambling Studies(...)
  • 38 A. Gonzalez-Ibanez, P. V. Mercade, N. A. Sanroma et C. P. Cordero, « Clinical and Pathological Eval (...)
  • 39 P. Hermkens et I. Kok, « Gambling in the Netherlands : Developments, Participation, and Compulsive (...)
  • 40 S. Ronnberg, M. Abbott et R. Volberg, « Swedish Pathological Gambling Prevalence Study Proposals », (...)
  • 41 C. Audet, D. Saint-Laurent, S. Chevalier, D. Allard, D. Hamel et M. Crépin, Évaluation du programme (...)
  • 42 S. Chevalier, D. Hamel, R. Ladouceur, C. Jacques, D. Allard et S. Sévigny, Comportements de jeu et (...)

31À la suite d’une étude sur le pari et les addictions en Europe, deux chercheurs anglais, Griffiths et Wood34, concluent que, de toutes les formes de jeu, ce sont les machines à sous qui créent le plus de dépendance. En Allemagne, « la plupart des recherches sur le jeu problématique ont identifié les machines à sous comme la principale source de problèmes35 ». Le taux des dépenses au jeu per capita y est le plus élevé en Europe36. Une étude de prévalence en Espagne a démontré que, pour 50 % des joueurs pathologiques, la forme prépondérante de pari quotidien est le jeu sur les appareils de loterie vidéo37. Ces résultats atteignent 67 % et 72 % dans des recherches ultérieures38. De même, si une étude menée en Hollande par Hermkens et Kok rapporte que la loterie, qui est la forme de pari la plus populaire là-bas, cause peu de problèmes de dépendance, il en va autrement avec les appareils de loterie vidéo qui, selon une autre étude réalisée par Kingsma, seraient à l’origine de 73 % des joueurs pathologiques39. Le constat selon lequel les appareils de loterie vidéo sont plus susceptibles de conduire à la dépendance au jeu que les autres formes de loterie est aussi celui de la Suède, de l’Angleterre et des États-Unis40. Ce que confirme aussi les données québécoises de l’Institut national de santé publique du Québec : en 2001, parmi les joueurs suivant un traitement pour vaincre le jeu pathologique, 81,4% avaient des problèmes particuliers avec les appareils de loterie vidéo41. Finalement, une autre étude plus récente de l’Institut national de santé publique du Québec fait aussi la démonstration de cette dangerosité puisque ce sont 13,8 % des joueurs d’appareils de loterie vidéo qui éprouvent des problèmes de jeu : « Les ALV représentent le jeu de hasard et d’argent qui, à la fois, possède un nombre considérable d’adeptes et est associé à un niveau élevé de problèmes de jeu42 ».

  • 43 M. Griffiths et R. Wood, Lottery Gambling and Addiction, op. cit. ; voir aussi J.-P. G. Martignoni- (...)

32Tout en spécifiant que le jeu n’est pas mauvais en soi, Griffiths et Wood expliquent qu’on a tendance à sous-évaluer le danger potentiel des appareils électroniques de jeu : « Il apparaît que les gouvernements dans la plupart des pays européens considèrent les machines à sous comme une forme “douce” de jeu, alors qu’en réalité, celles-ci doivent être considérées comme une forme de jeu “agressive”43. » Les billets à gratter et les appareils de loterie vidéo sont des jeux agressifs parce qu’ils provoquent, en situation de perte, des expériences psychologiques gratifiantes en simulant des expériences de quasi-succès, parce qu’ils ont des intervalles de récompense courts (quelques secondes à peine), parce qu’ils donnent l’apparence trompeuse de ne pas être coûteux, parce qu’ils n’exigent aucune maîtrise, parce qu’ils offrent la possibilité de jouer de manière continue et répétitive, parce qu’ils sont très accessibles.

33Intérêts commerciaux ou santé publique ? La responsabilité de l’État

  • 44 Voir B. Castellani, Pathological Gambling : The Making of a Medical Problem, Albany (N. Y.), State (...)

34La démonstration de la responsabilité individuelle dans la dépendance au jeu n’est plus à faire. L’inclusion en 1980 du jeu excessif parmi les troubles psychiatriques dans la nomenclature de l’American Psychiatric Association aura eu pour résultat de rattacher le problème du jeu excessif à une dimension plus individuelle que sociale. La réflexion sur la responsabilité sociétale, gouvernementale et industrielle dans le jeu excessif s’en est trouvée du même coup écartée44. Au Québec, malgré les dangers connus des jeux de hasard et d’argent, le gouvernement nouvellement élu vient pourtant de demander à Loto-Québec d’augmenter de 75 millions les dividendes remis annuellement au Trésor public. La question de la responsabilité des diverses parties concernées par l’exploitation de ces jeux devient manifestement urgente.

35Le public est de plus en plus au fait de la dangerosité des appareils de loterie vidéo, surtout depuis leur implantation dans les bars et autres établissements du Québec en 1993. De nombreux faits divers, débats publics et comptes rendus de rencontres ont par ailleurs fait la manchette des journaux. Dans notre étude de 2003, dont nous avons rapporté quelques conclusions plus haut, nous avons voulu connaître l’opinion de la population et des parties prenantes de l’industrie du jeu, ainsi que de ceux qui interviennent auprès des joueurs pathologiques, sur la responsabilité sociale des institutions publiques.

36Lorsqu’on interroge les gens sur l’action gouvernementale en matière de prévention et de sensibilisation en ce qui concerne les risques liés au jeu pathologique, la majorité croit qu’elle est insuffisante et que sa mollesse contraste avec la vivacité des campagnes publicitaires très percutantes contre l’alcool au volant ou contre le tabagisme. Certes, on constate qu’un certain travail a été réalisé au cours des dernières années en vue de sensibiliser la population aux problèmes que peut engendrer le jeu (par exemple la fondation Mise-sur-Toi qui est devenue une signature corporative relativement visible mais dont l’agenda et le bilan concrets demeurent malheureusement peu connus à ce jour), mais on demeure sceptique quant à la volonté gouvernementale de trouver de vraies solutions aux problèmes associés à l’exploitation des appareils de loterie vidéo, scepticisme alimenté par une publicité omniprésente sur les produits de Loto-Québec. La quasi-totalité des joueurs eux-mêmes sont fort déçus de l’action du gouvernement. S’ils admettent en effet leur propre responsabilité, ils doutent profondément que l’État veuille réellement les aider à s’en sortir en raison de sa propre dépendance à l’égard des revenus du jeu. Il n’est pas noble de la part du gouvernement, disent en substance ces joueurs compulsifs, de capitaliser sur la faiblesse des gens, sur leur goût pour le gain facile et leurs rêves de s’enrichir vite.

37Mais si la responsabilité de l’État est jugée insatisfaisante par une forte majorité de la population, faut-il pour autant en venir simplement à interdire les jeux de hasard et d’argent ? Personne ne le croit. Les époques prohibitionnistes n’ont jamais obtenu le résultat escompté : chaque fois, le jeu se maintient dans les couloirs sombres de la clandestinité – ce qui, il est vrai, a le maigre avantage de ne pas exposer sans relâche la totalité d’une population. Aussi, les citoyens et les gouvernements préfèrent garder l’argent du jeu dans le réseau public et l’employer de préférence à des fins socialement utiles. Les premiers ne donnent pas pour autant carte blanche aux seconds. Ainsi, d’après le résultat de nos enquêtes, maintenir le statu quo ou, pis, demander à Loto-Québec d’augmenter ses profits comme vient de le faire le gouvernement libéral nouvellement élu relève de la pure irresponsabilité.

38Ce constat ne fait que confirmer l’importance accordée par les citoyens de l’ensemble du territoire canadien à toutes les questions qui concernent la santé, la sécurité et l’environnement. En avril 2003, les réseaux canadiens de recherche en politiques publiques présentaient un rapport de recherche intitulé « Dialogue entre citoyens sur l’avenir du Canada : un contrat social pour le 21e siècle ». Synthèse des discussions avec les quatre cent huit Canadiens rencontrés un peu partout à travers le pays, ce rapport est intéressant dans la mesure où il révèle que si la majorité des citoyens sont favorables à une redéfinition du rôle de l’État en faveur d’une plus grande marge d’autonomie pour les acteurs sociaux et économiques, ils continuent de penser que l’État doit demeurer le chien de garde dans trois secteurs : la santé publique, la sécurité publique et l’environnement. À cet égard, les citoyens canadiens pensent qu’il n’y a pas de place pour l’improvisation : les règles qui régissent toutes les activités sociales et économiques pouvant avoir une incidence dans ces domaines doivent être rigoureuses afin d’éviter des tragédies ou incidents susceptibles d’entraîner des conséquences irréversibles sur la qualité de vie de la collectivité. On le voit bien, les citoyens perçoivent les risques dans ces secteurs comme hautement problématiques, et c’est pourquoi ils exigent des pouvoirs publics une grande vigilance et une gestion préventive.

39La préoccupation des Québécois à l’égard du jeu pathologique s’inscrit dans cette tendance. Ce problème entre en relation avec deux des trois secteurs sensibles relevés par les dialogues des réseaux canadiens de recherche en politiques publiques, la santé publique et la sécurité publique. C’est justement à partir de la prémisse de la dangerosité de certaines formes de jeu à l’égard de la santé publique, d’abord, et de la sécurité publique, ensuite, qu’on s’interroge sur les responsabilités qui incombent aux administrateurs dans la commercialisation du jeu.

40En dépit des études qui ont tendance à corroborer la dangerosité particulière des appareils électroniques de jeu, les administrateurs, les exploitants de jeu (et bientôt sans doute les avocats) allèguent souvent le manque de « preuve scientifique ». En effet, alors que de nombreux spécialistes reconnaissent la dépendance que peut créer le jeu, notamment les appareils de loterie vidéo, et s’entendent pour dire qu’il pose de grands problèmes sociaux, le procureur de Loto-Québec, M. Yvan Bolduc, affirmait à la radio de la Société Radio-Canada, le samedi 15 juin 2002, qu’il n’existe aucune preuve scientifique que ces machines causent une accoutumance pathologique. L’autorité morale de ce type d’arguments, qui repose sur la validité scientifique consensuelle, est bien ce que tente de remettre en cause le principe de précaution.

41Principe de précaution

  • 45 F. Ewald et al., Le principe de précaution, Paris, PUF, 2001, p. 9.
  • 46 Voir P. Lepage et F. Guery, La politique de précaution, Paris, PUF, 2001, p. 108.
  • 47 Ibid., p. 126.
  • 48 P. Kourilsky, Du bon usage du principe de précaution, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 48.
  • 49 Groupe de recherche Management des risques majeurs (MRM), « Des conséquences d’une éthique de la go (...)

42Selon le principe de précaution, « l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir45 » les impacts sur la population et son environnement. De ce point de vue, l’argument irréfutable de l’absence de « preuve scientifique » n’est plus acceptable dès que surgissent des doutes quant à la dangerosité d’un produit. Le principe de précaution défini dans la loi environnementale française de 1995 établit que « l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement acceptable46 ». Ainsi, l’essence de ce principe réside dans la « prise de distance avec la notion de preuve scientifique quand il s’agit d’orienter l’action publique47 ». Philippe Kourilsky, directeur général de l’Institut Pasteur et membre de l’Académie française des sciences, explique pourquoi le principe de précaution tend à s’imposer dans la gestion des nouveaux problèmes sociaux : « La précaution est fille de la prudence. Celle-ci s’impose aux acteurs publics et privés, dès lors que leurs décisions impliquent des risques potentiels ou avérés. La prudence implique de réfléchir à la portée et aux conséquences de ses actes et de prendre ses dispositions pour éviter de causer des dommages à autrui. Inscrit dans le cadre de la prudence, le principe de précaution exprime la demande sociale d’une diminution des risques48. » Même si plusieurs parties prenantes sont interpellées par ce type de problématique dans une logique de bonne gouvernance globale, il ne faut jamais oublier que « la responsabilité sociale des pouvoirs publics s’inscrit à tous les niveaux de gouvernance (du local au global) sur un territoire politico-juridique donné49 ».

  • 50 Vérificateur général du Québec, « Rapport à l’Assemblée nationale pour l’année 1999-2000», Québec, (...)

43L’insistance des citoyens à exiger des pouvoirs publics un traitement responsable de toutes les problématiques liées à la santé et à la sécurité publiques n’autorise plus le laxisme et la déresponsabilisation dont faisait justement état le vérificateur général du Québec en 200050. Nous croyons que l’attitude définie par le principe de précaution convient particulièrement à la problématique des appareils de loterie vidéo et plus généralement à celle du jeu et de son incidence sur le développement des pathologies. Elle sera la meilleure solution tant et aussi longtemps que les démonstrations « scientifiques » de la dangerosité du jeu et spécialement les appareils de loterie vidéo seront incomplètes. Le jeu est une pathologie visiblement multifactorielle, il n’est devenu que récemment une thématique de recherche, tout comme est nouvelle l’idée que le jeu pathologique est un problème social et de santé publique.

  • 51 P. Lascoumes, « La précaution : un nouveau standard de jugement », Esprit, novembre 1997.

44Même si le principe de précaution a surtout été utilisé dans le cadre des réflexions sur l’environnement ou les nouvelles technologies, il apparaît adapté à l’élaboration de toute autre politique publique qui porte sur des activités ayant un niveau de dangerosité élevé en matière de santé, de sécurité et d’environnement. Contrairement à ce que certains détracteurs pourraient affirmer, le principe de précaution ne relève pas d’un néoconservatisme prohibitionniste. Au contraire, il se tient justement à distance de ces positions radicales qui exigent la neutralisation de tout risque. La référence au principe de précaution se ferait plutôt dans une logique de « standard de jugement51 », laquelle permet d’intervenir de façon particulière dans une sphère d’activité que nous trouvons collectivement dangereuse. Dans le cas qui nous intéresse, rappelons que la dangerosité se situe au niveau de la santé mentale d’une population vulnérable et au niveau de l’effritement du tissu social et collectif.

45Il existe à tout le moins deux cas où l’on voit illustrée la logique du principe de précaution. L’article 13C du National Gambling Act, en Afrique du Sud, va dans ce sens lorsqu’il stipule que « la société et l’économie doivent être protégées contre l’excès de stimulation de la demande latente de jeux (gambling) ». C’est aussi dans cette optique qu’a été prise la décision de l’arrêt Läärä (Cour de justice de la Communauté européenne), qui reconnaît le statut particulier du commerce des jeux de hasard et d’argent. La société anglaise CML (Cotswold Microsystems) et la société finlandaise TSL (Transatlantic Software) ont été reconnues coupables d’infraction à la loi finlandaise sur les jeux de hasard et d’argent à la suite d’une entente de commercialisation d’appareils de loterie vidéo en Finlande, le jugement s’appuyant sur cette loi qui prévoit que, « afin de limiter le profit que peut engendrer l’exploitation de la passion du jeu, seul un organisme de droit public peut organiser des loteries et des paris ou gérer un casino et des machines à sous. Le titulaire de l’autorisation administrative exigée doit recueillir les fonds à des fins désintéressées. » Pour leur défense, les deux sociétés ont évoqué le principe de libre prestation des services prévu par la loi de la Communauté européenne. La cour a cependant considéré que si la condamnation de cet accord commercial contrevenait en effet à l’esprit de la loi européenne, la loi finlandaise, elle, indique que « la restriction à la libre prestation des services, destinée à limiter les risques pour l’ordre social qu’impliquent les jeux d’argent, est justifiée car elle vise à protéger les consommateurs. Ainsi, la mesure consistant pour un État membre à ne pas interdire totalement les jeux mais à donner une autorisation limitée, s’inscrit dans le cadre de la prévention des risques liées à l’exploitation frauduleuse et criminelle d’une activité. »

46L’esprit de cet arrêt, qui confirme la spécificité des jeux de hasard et d’argent en raison de leur potentiel de risque, nous semble devoir inspirer une réflexion sur les règles éthiques qui devraient guider la commercialisation du jeu en général. Cette spécificité identifiée dans l’arrêt Läärä repose sur l’hypothèse que, plus le nombre de machines par habitant est élevé, plus les coûts sociaux et le taux de joueurs pathologiques sont susceptibles d’être élevés, comme le démontrent plusieurs études. Dans de telles conditions, le principe de « restriction à la libre prestation des services », au nom de l’intérêt public de l’arrêt Läärä, devrait s’appliquer à la commercialisation du jeu et se greffer au principe de précaution, afin de garantir que l’intérêt et la santé publique ne soient pas négligés au profit d’impératifs budgétaires, fussent-ils gouvernementaux.

  • 52 C. Zwetkoff, « Du principe à la démarche : une réponse à un contexte politique inédit ? », Éthique (...)

47Mais dans le cas précis de l’arrêt Läärä, le jugement réagit à une situation problématique existante. Or le principe de précaution devrait guider les décisions. Zwetkoff propose une voie pour mener à bien cette réflexion. Selon elle, pour passer de la référence au principe de précaution à son instauration comme type d’approche, il faut opter pour « une méthode de prise de décision, plutôt que d’une finalité ». Cette méthode se déploie à partir de six grandes étapes : a) L’identification des incertitudes pertinentes, c’est-à-dire celles qui soulèvent la question de la précaution, liées aux options possibles ; b) La sélection des moyens nécessaires pour réduire les incertitudes réductibles à l’échéance de la décision ; c) Le suivi et l’évaluation de la réduction des incertitudes avec les moyens alloués pour apprécier le degré d’incertitude et de variabilité des informations disponibles au stade de la prise de décision ; d) La décision quant à la manière acceptable, parce que précautionneuse, de prendre en compte et d’encadrer les incertitudes irréductibles au stade de la décision et de sa mise en œuvre ; e) L’évaluation de la conformité de la démarche appliquée dans un cas concret par rapport aux qualités requises d’un processus décisionnel précautionneux ; f) Le choix de l’option52.

48On l’aura compris, il s’agit ici de procéder à une évaluation exhaustive et impartiale des incertitudes et risques liés à des options, lesquels sont, dans le cas qui nous occupe, relatifs à la commercialisation du jeu.

Conclusion

  • 53 Voir à ce sujet F. Ewald, op. cit.
  • 54 O. Godard, « L’impasse de l’approche apocalyptique de la précaution. De Hans Jonas à la vache folle (...)

49En proposant, dans notre seconde étude, de réunir les appareils de loterie vidéo dans des lieux de jeu à vocation unique éloignés des aires de la vie quotidienne, nous allions directement dans le sens pragmatique et éthique dicté par le principe de précaution. Se référer au principe de précaution, dit Olivier Godard, c’est accepter de sortir de cette quête mythique de la certitude qui donnerait toutes les garanties que les politiques publiques nous préservent de tous dommages possibles. Comment faire pour accepter cette fatalité tout en refusant l’irresponsabilité de certaines décisions publiques qui ont provoqué de grandes tragédies53 ? Pour Godard, il faut relever le défi et entamer le processus de réflexion et d’évaluation nous permettant d’envisager une décision qui, certes imparfaite, aura à tout le moins le mérite de déboucher sur « des dommages minima, et plus sûrement celle de dommages acceptables54 ». On offrira ainsi une solution de rechange au dogme positiviste en démontrant qu’il est possible de mener une réflexion rigoureuse malgré la complexité et l’incertitude que présente le contexte.

  • 55 E. Zaccaï, « De la prévention à la précaution, et réciproquement », Éthique publique, vol. 4, no 2, (...)

50Comme nous l’avons déjà souligné, l’objectif de nos recherches a toujours été de proposer aux parties prenantes de l’industrie du jeu un plan d’action préventif pour éviter la logique curative qui prédomine encore dans l’action gouvernementale. C’est parce que nous croyons qu’à l’étape où des soins aux joueurs pathologiques sont offerts, les dommages causés aux individus, aux familles et aux communautés sont déjà trop lourds, que nous prônons le développement de stratégies d’interventions agissant en amont des drames humains. Selon E. Zaccaï, « la précaution, comme la prévention, demande en réalité un travail d’évaluation le plus en amont possible55 ». Le principe de précaution n’est donc pas un appel au débat émotif et aux décisions impulsives, il s’agit au contraire d’une ouverture à une nouvelle forme d’évaluation qui intègre la donnée d’incertitude afin de permettre aux décideurs publics de prendre la meilleure décision possible dans les contextes de complexité.

51La population pourrait éprouver des doutes vis-à-vis de la sincérité qu’affiche le gouvernement libéral à se préoccuper des ravages causés par le jeu pathologique si l’exigence de rentabilité accrue auprès de Loto-Québec était maintenue. L’adoption de l’approche décisionnelle fondée sur le principe de précaution, qui implique une suprématie théorique de l’intérêt et la santé publics sur l’intérêt marchand, contribuerait grandement à l’élimination d’une tradition de gestion paradoxale de la problématique du jeu au Québec. Nous pensons qu’elle devrait guider l’évaluation du plan d’action de Loto-Québec pour les années à venir, de même que les exigences du ministère des Finances. Accessoirement, la crédibilité du gouvernement est en jeu, mais surtout, la santé publique est dangereusement exposée au jeu compte tenu de l’absence d’un principe intégrateur de gestion de son offre au Québec.

Haut de page

Notes

1 É. Papineau, Y. Boisvert et H. Roy, Le jeu pathologique, état des lieux et enjeux éthiques, Montréal, INRS-UCS, Laboratoire d’éthique publique, 2001. À l’origine de ce mandat de recherche, une entreprise du secteur des appareils de loterie vidéo cherchait une expertise éthique pour affronter la crise qui secouait l’industrie du jeu au printemps 2001. Leur perception libérale les amenait à réfuter toutes critiques les tenant responsables de l’augmentation sévère de la dépendance chez les joueurs.

2 « Une table de concertation interministérielle réunissant les représentants des ministères des Finances, de la Sécurité publique, de la Santé et des Services sociaux et de l’Éducation ainsi que de la Régie des alcools, des courses et des jeux et de Loto-Québec a été mise sur pied. Le mandat de la table de concertation est d’identifier et de mettre en œuvre des actions concertées pour améliorer la gestion des répercussions sociales et économiques liées aux jeux de hasard et d’argent au Québec ». http://192.197.135.2/corporat/corp5_npr.htm, consulté le 8 septembre 2003.

3 Y. Bélanger, Y. Boisvert et É. Papineau, La responsabilité de l’État québécois en matière de jeu pathologique : la gestion des appareils de loterie vidéo, Montréal, INRS-UCS, Laboratoire d’éthique publique, 2003.

4 Nous avons donc recueilli les opinions de trente-sept personnes impliquées de près dans ces débats, à l’aide d’un questionnaire établi par notre équipe de recherche et testé auprès de quatre sujets. Ce questionnaire semi directif, distribué entre le 17 mars et le 15 mai 2002, comportait quatre questions concernant l’exploitation des appareils de loterie vidéo et trois questions concernant le jeu pathologique au Québec. 90 % des participants ont été rencontrés en personne, 10 % ont été contactés par téléphone. Les participants ont été répartis en cinq groupes génériques. 1. psychologues, professionnels de la santé et chercheurs universitaires (7) ; 2. aidants de première ligne, les intervenants et directeurs de maisons de thérapie (11) ; 3. joueurs compulsifs, ex-joueurs compulsifs, leurs conjoints (4) ; 4. propriétaires, gérants de bars, brasseries, tavernes et autres titulaires de licences de jeu (4) ; 5. agents publics (11).

5 Cette étude a été réalisée au moyen d’entrevues téléphoniques auprès d’un échantillon aléatoire de 1 002 Québécois âgés de 18 ans et plus, pouvant s’exprimer en français ou en anglais. Les entrevues ont été réalisées du 15 au 20 mai 2002 à partir du central téléphonique de Montréal. Léger Marketing a effectué jusqu’à 10 appels dans les cas de non-réponse. Le taux de réponse est de 64,5 %. À l’aide des statistiques du recensement de 1996, les résultats ont été pondérés selon les régions et la langue parlée à la maison afin de rendre l’échantillon représentatif de l’ensemble de la population adulte du Québec. Finalement, avec les 1 002 personnes sondées, une marge d’erreur maximale de ± 3,4 % est obtenue 19 fois sur 20.

6 Toutefois, la question du jeu se prête bien à ce principe car le développement technologique n’est pas totalement étranger à l’amplification du problème de jeu compulsif. En effet, les appareils de loterie vidéo sont des terminaux de jeux qui se développent au même rythme que les logiciels informatiques, ils s’inscrivent dans la même logique de performance, de vitesse exponentielle, de design de plus en plus raffiné et de couleurs de plus en plus attrayantes.

7 A. Blaszczynski, Harm Minimization Strategies in Gambling. An Overview of International Initiaves & Interventions, Sydney, University of Sydney, 2001.

8 Expression empruntée à C. Bégin, Pour une politique des jeux, Paris, L’Harmattan, 2001.

9 J. Azmier, Gambling in Canada 2001: an Overview, Calgary, Canada West Foundation, août 2001.

10 S. Chevalier et E. Papineau, Criminalité et jeu pathologique chez les adultes, XXXIe congrès de la Société de criminologie du Québec, 22 mai 2003.

11 R. Ladouceur et al., « Social Costs of Pathological Gambling », Journal of Gambling Studies, vol. 10, no 4, 1994, p. 289-293.

12 A. Blaszczynski et S. Derrick, « Pathological Gambling : Forensic Issues », Australian and New Zealand Journal of Psychiatry, no 30, 1996, p. 358-369.

13 D. Crockford et N. el-Guebaly, « Psychiatric Comorbidity in Pathological Gambling : A Critical Review », Canadian Journal of Psychiatry, no 43, 1998, p. 43-50.

14 Les statistiques de la Maison Claude Bilodeau sont disponibles sur www.maisoncb.com.

15 L. E. Henriksson, 1999, www.ccsa.ca/ADH/Henrikssonfr.htm, consulté au mois de mai 2000.

16 R. M. Cunningham-Williams et al., « Taking Chances : Problem Gamblers and Mental Health Disorders – Results from the St. Louis Epidemiological Catchment Area (ECA) Study », American Journal of Public Health, vol. 88, no 7, 1998, p. 1093-1096.

17 L. E. Henriksson. op. cit.

18 V. C. Lorenz, « Family Dynamics of Pathological Gamblers », The Handbook of Pathological Gambling, Illinois, C. C. Thomas Publisher, 1987, p. 82.

19 D. F. Jacobs, dans H. Shaffer, Compulsive Gambling, Theory, Research and Practice, Massachusetts, Lexington Book, 1989, p. 249-291.

20 M.-C. Malbœuf, La Presse, 23 mars 2001.

21 R. Ladouceur et al., op. cit.

22 J. Ferris et al., www.ccsa.ca/final1.htm, 1999.

23 S. Chevalier et al., (Résultats à paraître) Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre, Direction de la santé publique, Montréal.

24 M.-C. Malbœuf, op. cit.

25 S. Chevalier et D. Allard, « Pour une perspective publique des jeux de hasard et d’argent. Les appareils électroniques de jeu. Données empiriques », Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre, Direction de la santé publique, Montréal, 2002.

26 R. Ladouceur, « Gambling Behavior among High School Students », Addictive Behaviors, vol. 4, no 1, 1998, p. 3-12.

27 D. F. Jacobs, op. cit., p. 277.

28 D. A. Korn, « Expansion of Gambling in Canada : Implications for Health and Social Policy », Canadian Medical Association Journal, vol. 163, no 1, 2000, p. 62.

29 M. D. Griffiths, « The Acquisition, Development and Maintenance of Fruit Machine Gambling in Adolescents », Journal of Gambling Studies, vol. 6, no 3, 1990, p. 193-204 ; R. Gupta et J. Derevensky, « Adolescent Gambling Behavior : a Prevalence Study and Examination of the Correlates Associated with Problem Gambling », Journal of Gambling Studies, vol. 14, no 4, 1998, p. 319-346.

30 S. Chevalier, D. Allard et C. Audet, « Les jeux de hasard et d’argent » dans J. Loiselle et B. Perron, L’alcool, les drogues, le jeu : les jeunes sont-ils preneurs ? L’enquête québécoise sur le tabagisme chez les élèves du secondaire 2000, vol. 2, Québec, Institut de la statistique du Québec, 2002, p. 67-90.

31 R. Ladouceur, « Gambling Behavior among High School Students », op. cit.

32 www.slvq.com/web/jsp/MainPage.jsp?Params=Y.CA. 50801.0 (consulté le 20 août 2003)

33 www.societe-des-casinos.com/accueilsc.jsp?Params=y. CA.1.0 (consulté le 20 août 2003)

34 M. Griffith et R. Wood, « Le jeu de loterie et la dépendance en Europe », Panorama, no 1, 1999, www.aelte.org/fr/publications/panorama/panorama1_gambling.html.

35 M. Griffith et R. Wood, Lottery Gambling and Addiction : An Overview of European Research, 2000, www.aelte.org/en/pdf/Wood.pdf.

36 A. Zagorin, « Gaming : All Bets Are Off. How Entrenched National Monopolies Are Weakening Europe’s Chances of Emerging with a Single Market for Gambling in

1992», Time, 1991, p. 40-41.

37 E. Beco, « The Prevalence of Pathological Gambling in Galicia, Spain », Journal of Gambling Studies, no 9, 1993, p. 353-369.

38 A. Gonzalez-Ibanez, P. V. Mercade, N. A. Sanroma et C. P. Cordero, « Clinical and Pathological Evaluation of Pathological Gambling in Barcelona, Spain », Journal of Gambling Studies, no 8, 1992, p. 299-310 ; M. N. Aymami-Sanroma, A. Gonzalez-Ibanez et S. Jimenez-Murcia, « Epidemiology of Pathological Gambling in a Professional Treatment Program in Barcelona, Spain », papier présenté au premier symposium international sur le jeu pathologique, Université de Bellvitge, Barcelone, 1996.

39 P. Hermkens et I. Kok, « Gambling in the Netherlands : Developments, Participation, and Compulsive Gambling », Journal of Gambling Studies, no 6, 1990, p. 223-240 ; S. Kingsma, « Risk Analysis of Gambling : Study of the Nature and Extend of Gambling Addiction in the Netherlands », Survey commissioned by the Ministry of Health and Culture Trade Group Leisure Affairs, Tilburg, Katholeike Universiteit Brabant, 1993.

40 S. Ronnberg, M. Abbott et R. Volberg, « Swedish Pathological Gambling Prevalence Study Proposals », Report no 1 of the National Institute of Public Health Series on Gambling, 1998 ; M. Griffiths, A. Scarfe et P. Bellringer, « The UK National Telephone Gambling Helpline : Results on the First Year of Operation », Journal of Gambling Studies, vol. 14, no 1, 1999 ; T. Morgan, L. Kofoed, J. Buchkoski et R. D. Carr, « Video Lottery Gambling : Effects on Pathological Gamblers Seeking Treatment in South Dakota », Journal of Gambling Studies, no 12, 1996, p. 451-460.

41 C. Audet, D. Saint-Laurent, S. Chevalier, D. Allard, D. Hamel et M. Crépin, Évaluation du programme expérimental québécois de traitement des joueurs pathologiques. Rapport 7 – Monitorage évaluatif. Indicateurs d’implantation. Données rétrospectives, Montréal, Institut national de santé publique du Québec, 2003.

42 S. Chevalier, D. Hamel, R. Ladouceur, C. Jacques, D. Allard et S. Sévigny, Comportements de jeu et jeu pathologique selon le type de jeu au Québec en 2002, Montréal et Québec, Institut national de santé publique du Québec et université Laval, 2003.

43 M. Griffiths et R. Wood, Lottery Gambling and Addiction, op. cit. ; voir aussi J.-P. G. Martignoni-Hutin, Ethnosociologie des machines à sous, Paris, L’Harmattan, 2000.

44 Voir B. Castellani, Pathological Gambling : The Making of a Medical Problem, Albany (N. Y.), State University of New York Press, 2000.

45 F. Ewald et al., Le principe de précaution, Paris, PUF, 2001, p. 9.

46 Voir P. Lepage et F. Guery, La politique de précaution, Paris, PUF, 2001, p. 108.

47 Ibid., p. 126.

48 P. Kourilsky, Du bon usage du principe de précaution, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 48.

49 Groupe de recherche Management des risques majeurs (MRM), « Des conséquences d’une éthique de la gouvernance sur le management des risques majeurs », Éthique publique, vol. 4, no 2, automne 2002, p. 40.

50 Vérificateur général du Québec, « Rapport à l’Assemblée nationale pour l’année 1999-2000», Québec, juin 2000.

51 P. Lascoumes, « La précaution : un nouveau standard de jugement », Esprit, novembre 1997.

52 C. Zwetkoff, « Du principe à la démarche : une réponse à un contexte politique inédit ? », Éthique publique, vol. 4, no 2, automne 2002.

53 Voir à ce sujet F. Ewald, op. cit.

54 O. Godard, « L’impasse de l’approche apocalyptique de la précaution. De Hans Jonas à la vache folle », Éthique publique, vol. 4, no 2, automne 2002, p. 15.

55 E. Zaccaï, « De la prévention à la précaution, et réciproquement », Éthique publique, vol. 4, no 2, automne 2002, p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Papineau et Yves Boisvert , « Jeu pathologique et précaution : une nouvelle approche préventive », Éthique publique [En ligne], vol. 5, n° 2 | 2003, mis en ligne le 06 septembre 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2603

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Papineau

Élisabeth Papineau est chercheuse à l’Institut national de santé publique du Québec.

Articles du même auteur

Yves Boisvert

Yves Boisvert est professeur à l’ENAP et directeur du Laboratoire d’éthique publique de la chaire Fernand-Dumont (INRS).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals