Navigation – Plan du site
Perspectives et études de cas

La responsabilité de la recherche universitaire

Luc Van Campenhoudt

Résumés

La première partie de ce texte expose quelques-unes des principales tendances actuelles de la recherche scientifique : l’affaiblissement rapide et massif du poids des universités dans la production scientifique, la contractualisation croissante de la recherche universitaire et son instrumentalisation par les pouvoirs économiques et politiques, son internationalisation et enfin la diffusion massive et l’individualisation des savoirs grâce aux systèmes électroniques d’information et de communication. La question de la responsabilité de la recherche universitaire ne se pose pas dans l’abstrait mais au regard de ces tendances. C’est l’objet de la deuxième partie du texte. L’auteur cible comme responsabilité spécifique l’étude des systèmes de pouvoir qui s’excluent eux-mêmes des recherches qu’ils instrumentalisent et dont la science est elle-même aujourd’hui partie prenante. Il montre également que la responsabilité de la recherche universitaire ne prend sa pleine mesure que lorsqu’elle s’accomplit en liaison étroite avec l’enseignement. Il prône enfin une vision plus dissensuelle de l’université dont la collaboration et la confrontation interdisciplinaires constitueraient la principale clé.

Haut de page

Texte intégral

1La question de la responsabilité éthique de la recherche universitaire n’est pas une pure question de principe. Les réponses qu’on peut tenter d’y apporter sont relatives au contexte social et, en particulier, aux caractéristiques et aux transformations du champ scientifique à chaque époque concernée. La question de notre responsabilité revient alors à celle de la spécificité et de la manière dont notre travail doit prendre place dans un ensemble d’activités dont il ne constitue qu’une composante. C’est pourquoi on commencera par souligner quelques-unes des principales évolutions récentes de ce champ. La question de la responsabilité propre de la recherche universitaire sera traitée ensuite à partir du point de vue et de notre pratique de la sociologie.

Tendances actuelles de la recherche scientifique1

  • 1 Pour ce point, nous nous inspirons en grande partie de discussions entre scientifiques de disciplin (...)

2La tendance qui demande à être soulignée en premier lieu est l’affaiblissement rapide et massif du poids des universités dans la production scientifique. Si le phénomène est plus marqué dans les sciences naturelles, il n’en touche pas moins les sciences humaines, notamment dans les disciplines ou les domaines comme l’économie, la politique, la gestion et l’organisation, qui intéressent le plus les grandes organisations publiques ou privées et participent à leurs processus de direction. La grande majorité des chercheurs ne travaillent plus dans les universités.

3S’éloignant de l’idéal de communication obligatoire et transparente au sein d’une communauté de pairs, la science est de plus en plus le lieu du secret, voire de l’espionnage. La distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée s’estompe, y compris à l’intérieur des universités. Pour éviter toutes les illusions et désillusions, la responsabilité de la recherche universitaire demande donc à être interrogée à partir d’un constat qui implique une grande modestie : sa place et son influence sont de plus en plus restreintes dans l’ensemble du système de production des savoirs à prétention scientifique.

4Une deuxième tendance, complémentaire de la première, est l’instrumentalisation et la contractualisation croissante de la recherche universitaire par une demande principalement politique et économique. Cette instrumentalisation ne prend pas seulement la forme explicite des « commandes » adressées aux centres de recherches par des pouvoirs extérieurs ou souvent même sollicitées par les premiers en quête de ressources ; elle s’effectue de manière moins visible mais tout aussi efficace à travers les programmes scientifiques nationaux et internationaux dont les orientations, de plus en plus pragmatiques, échappent, pour l’essentiel, aux universitaires. Le poids croissant des demandes politiques oriente massivement la recherche vers des problèmes auxquels le grand public est sensible et pour lesquels il est mobilisable : la santé, la sécurité et l’environnement tout particulièrement.

5Les sciences humaines, y compris les disciplines comme l’éthique ou la sociologie, dont la mission est surtout réflexive, sont prises dans une logique technoscientifique sous contrainte économique et politique où elles se trouvent réduites à des fonctions à la fois accessoires et nécessaires, comme définir les cadres déontologiques des institutions (par exemple, les grands hôpitaux), évaluer les résultats d’un programme quelconque (par exemple, les politiques de sécurité), étudier les conditions nécessaires pour qu’une mesure politique bénéficie d’un accueil populaire favorable (par exemple, la modernisation de services administratifs), encadrer « scientifiquement » l’encadrement social de l’exclusion et des tensions dans les quartiers dits « à risques », contribuer à réparer les dégâts de la crise de l’emploi et du logement en recréant « du lien social » via des « recherches-actions » et le « suivi » de programmes sociaux...

6Bref, dans la nouvelle division du travail scientifique, les sciences sociales se voient confier des missions essentiellement ancillaires d’« aide à la décision » (en fait, le plus souvent, de légitimation déguisée) qui reviennent généralement à étudier plutôt « les gens » auxquels s’appliquent les dispositifs publics et privés (électeurs, clients, usagers des transports en commun, étudiants, malades...) que les institutions elles-mêmes qui pilotent ces dispositifs (structures politiques, grandes entreprises, sociétés de transport, système universitaire, système hospitalier...). Seuls existent à propos de ces dernières des « audits » qui ne se préoccupent que de leurs « performances », telles que peut les envisager le Marché (part de marché et position face à la concurrence, rentabilité, image de marque...) et qui n’ont pas grand-chose à voir avec la tradition de la recherche universitaire en sciences humaines, davantage attentive aux modes de construction des problèmes sociaux, aux orientations de l’action et à ses fonctions sociales, aux rapports de pouvoir et aux modes de décision, notamment.

7De manière complémentaire, les sciences sociales se voient soumises à des critères d’évaluation externes. Les rapports de recherche doivent se conclure par des « recommandations » susceptibles de consolider des programmes dont les finalités ne peuvent plus être interrogées. Les normes méthodologiques des sciences « dures » (prévalence des méthodes quantitatives, schémas expérimentaux teintés de positivisme, refoulement des questions normatives et éthiques...) s’appliquent de plus en plus aux sciences humaines. Les chercheurs sont donc soumis à la censure externe des agendas et programmes de recherche, des appels d’offre et, plus fondamentalement, de la définition des « problèmes de société » (le « lien social », les « dysfonctionnements » des services publics, la consommation de drogues, la circulation routière, la pédophilie...) qui échappe à leur initiative. La marge de manœuvre qui leur reste n’est sans doute pas négligeable, mais elle est fortement entamée par une autre forme de censure, interne celle-là, qu’exercent sur eux-mêmes les chercheurs lorsqu’ils rédigent leurs réponses aux appels d’offre en fonction des attentes supposées des commanditaires et optent pour des approches « politiquement crédibles » des problèmes, c’est-à-dire à la fois non critiques et peu susceptibles de heurter, dépourvues de jugements de valeur explicites et privilégiant les méthodes lourdes (comme l’enquête par questionnaire) qui sont justifiées par une argumentation où scientificité et représentativité sont généralement confondues.

8Progressivement, les cadres de pensée eux-mêmes sont altérés par cette instrumentalisation. Il est difficile de ne pas voir un lien entre cette tendance et la vogue actuelle pour les théories sociales intégratrices et non conflictuelles, qui interrogent les états d’âme du sujet « pluriel » sans connexion conceptuelle solide avec les transformations des structures sociales, pour le relativisme et l’éclectisme théoriques aux yeux desquels tout est « un peu vrai », pour une « doxa » à la fois techniciste et néolibérale à l’intérieur même des sciences sociales (voir ces « ressources humaines », ces « publics cibles » et autres « régulations systémiques »).

  • 2 Je reprends ici quelques points d’un exposé présenté par Anne Rasmusen sur « L’Internationale scien (...)

9L’internationalisation de la recherche universitaire constitue une troisième tendance. Elle prend la forme de réseaux qui se constituent autour de congrès et de colloques. La question est ici de savoir ce qui s’internationalise, comment, au profit et au détriment de quoi. Les colloques constituent un lieu d’importance croissante pour la validation des connaissances et la légitimation de ceux qui y prennent la parole. C’est à cheval sur les deux derniers siècles qu’advint un tournant décisif et réformiste dans la culture scientifique mondiale, soit le passage d’un paradigme de la transmission à un paradigme de la communication et de l’information. La communauté scientifique se perçoit comme un système où le travail de chaque savant s’ajuste aux résultats atteints par les autres et qui poursuit l’idéal d’une science homogène. Les discussions entre savants de disciplines différentes s’inscrivent dans une perspective politique et morale internationaliste (contre les nationalismes étroits) et pacifiste (contre la logique de guerre)2.

10Depuis la première guerre mondiale, les discussions interdisciplinaires ont progressivement cédé la place à d’innombrables réseaux hyperspécialisés, monodisciplinaires et sous-disciplinaires. La hiérarchisation entre disciplines s’est accentuée au bénéfice des sciences « dures ». Si quelques rares conférences inter-
nationales réunissent encore
des chercheurs de disciplines
différentes (par exemple, les
conférences mondiales sur le
sida), c’est trop souvent pour
confiner les sciences « humaines » (au sens d’altruistes ou de
bienveillantes), avec les associations militantes et caritatives, dans la prise en charge
d’un ensemble flou portant
sur les aspects « humains » des
problèmes (la prévention,
l’aide psychologique et sociale
aux victimes, les processus de
discrimination et les témoignages de militants ou de personnes atteintes...), mais certainement pas pour analyser les systèmes médicaux, économiques et politiques qui définissent et gèrent les problèmes. Dans de nombreux domaines comme l’économie, l’« internationalisme » consiste en l’imposition d’une culture scientifique nationale à l’ensemble du globe. La « mondialisation » n’est alors qu’un euphémisme élégant pour parler d’« étasunisation ».

  • 3 Ces phénomènes sont particulièrement sensibles en Europe.

11Cette internationalisation de la recherche universitaire nécessite des procédures bureaucratiques qui obligent les responsables de centres de recherche et les chercheurs à consacrer de plus en plus de temps à l’élaboration de dossiers et de projets, aux démarches auprès des pouvoirs publics et à la recherche de partenariats « ad hoc » et souvent cyniques au détriment du travail scientifique proprement dit. Systématiquement valorisées dans les appels d’offre, les comparaisons internationales sont généralement effectuées à un niveau très faible3. Il n’est guère étonnant que des critiques sévères à l’égard de certains aspects actuels de l’internationalisation de la recherche se fassent de plus en plus fortement entendre, tant parmi les chercheurs que parmi les responsables des institutions publiques de recherche, nationales et internationales.

12Enfin, le développement à l’échelle mondiale des systèmes électroniques d’information et de communication (internet) favorise la massification et l’individualisation des savoirs. Dans les pays développés, chacun a désormais directement accès à un savoir immense. Ces phénomènes sont encouragés par le modèle démocratique en vigueur selon lequel chacun doit pouvoir être en mesure de tout connaître et tout comprendre. Ces ambitions relèvent bien évidemment de la croyance car internet et le Web ne permettent pas à leurs utilisateurs d’interpréter correctement les savoirs disponibles ni de saisir leurs enjeux, ce qui nécessite une compréhension de leurs modes de production et des liens entre eux. La responsabilité de la recherche et de l’enseignement universitaires demande à être définie en prenant en considération ce processus de dissémination massive et individuelle de pseudo-savoirs éclatés et les revendications soi-disant démocratiques qui en sous-tendent la quête.

13Multiplication des lieux privés et publics de recherche, instrumentalisation, internationalisation des échanges de plus en plus spécialisés, massification et individualisation de l’accès à des savoirs superficiels et éclatés... En regroupant ces diverses tendances, d’aucuns n’hésitent pas à parler d’effondrement culturel de l’économisme triomphant.

Responsabilité de la recherche universitaire

14De quoi et envers qui les chercheurs universitaires sont-ils responsables ? C’est sous ces deux angles que nous aborderons notre question.

  • 4 Voir J.-L. Génard, Les dérèglements du droit. Entre attentes sociales et impuissance morale, Bruxel (...)
  • 5 Voir A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 89 et suiv.
  • 6 Voir notamment le numéro spécial de la revue Recherches sociologiques, sur « Souffrance sociale et (...)

15De quoi tout d’abord ? Nous vivons à l’heure de l’extension de la responsabilité4, voire de la responsabilisation généralisée ; à tout malheur il faut des responsables. Mais ceux-ci n’ont jamais été aussi difficiles à trouver en raison du caractère systémique des processus de décision et de production, ou encore du poids des « systèmes experts5 » sur la gestion de la vie collective. À la limite, tout le monde est un peu responsable de tout, de sorte que, finalement, plus personne n’est vraiment responsable de rien. D’où la multiplication de ces demandes collectives et symboliques de pardon auxquelles s’adonnent complaisamment aujourd’hui autorités politiques et religieuses, placées, qui plus est, sous la pression d’incessantes « demandes de reconnaissance6 ». Contre ce phénomène d’attribution-dilution généralisée de la responsabilité, il n’est pas inutile de tenter de mieux cadrer les objets de notre responsabilité propre de chercheurs universitaires.

  • 7 Voir J.-M. Larouche,« Ressorts,implicationsetportée éthiques d’une recherche sur les personnes séro (...)

16Comme chercheurs en sciences humaines, nous ne sommes, pas plus que quiconque, responsables de tous les malheurs du monde (comme le sous-développement, le chômage et la misère, les violences urbaines ou les incendies à Borneo) mais nous sommes collectivement responsables de leur lecture. Notre responsabilité est de produire une vision réflexive du monde, de la société et de l’expérience humaine, soit d’élaborer des thématisations des problèmes que les acteurs pourront discuter et où ils pourront puiser des ressources cognitives pour évaluer les situations auxquelles ils sont confrontés et élaborer leurs projets. En ce sens, les chercheurs universitaires sont des « médiateurs7 » dans le débat et l’espace publics. Cette fonction prend aujourd’hui d’autant plus d’acuité que la connaissance est devenue le principal moyen de production et la principale source de pouvoir.

17Plus précisément, de la lecture de quoi sommes-nous responsables ? Si la tâche générale des sciences sociales est d’élucider ce que nos sociétés sont en train de faire d’elles-mêmes, l’instrumentalisation de la recherche devrait nous obliger à consacrer toute l’attention que nous pouvons dégager de son emprise à étudier ce qui reste en dehors des objets de recherche instrumentalisés, à savoir, principalement, les instances et les forces elles-mêmes qui instrumentalisent les savoirs, soit le pouvoir sous ses différentes formes. La responsabilité éthique et politique de la recherche universitaire nous semble consister d’abord à mener des recherches là où notre société s’ignore elle-même en raison des rapports de pouvoir qui la structurent. Il ne faut pas voir dans cette position un a priori négatif à l’égard du pouvoir, une forme de gauchisme sociologique, mais bien une double nécessité scientifique et éthique. Scientifique, car la responsabilité de médiateur dans le débat public réclame l’étude des forces les plus déterminantes de la vie collective qui répugnent à se prêter elles-mêmes comme objet de recherche. Éthique, car cette position dirige l’attention des sciences sociales au centre même de la question éthique fondamentale des limites du pouvoir que l’être humain peut exercer sur ses semblables.

  • 8 Lors d’une réunion récente, Georges Balandier pensait que si Durkheim était vivant aujourd’hui, ce (...)
  • 9 Voir ici même la contribution de Georges A. Legault.

18Plus précisément encore, il me semble que le pouvoir auquel la recherche universitaire devrait apporter l’attention la plus vive est celui dont la science elle-même est partie prenante8, celui qui est lié à la connaissance et au savoir eux-mêmes et à leurs usages, notamment la construction des vérités scientifiques, la fabrication statistique et technique des informations et données « scientifiques », l’autonomisation d’un pouvoir technoscientifique qui échappe à la démocratie, les flux des ressources du pouvoir comme l’information et les cerveaux (à l’instar des mouvements de capitaux), les structures de raisonnement qui sous-tendent les nouveaux pouvoirs, les différentes formes d’instrumentalisation des savoirs (comme la réduction de l’éthique à la déontologie ou au contrôle)9.

19Le sociologue prêche bien évidemment ici pour la multiplication d’études empiriques des pouvoirs avec leur histoire, leurs structures, leurs acteurs et leur exercice concret, seule manière d’opposer autre chose que des essais, des dénonciations et de la diabolisation aux pouvoirs armés de leurs solides « dossiers » et de leurs « faits » irréfutables. À partir de telles études empiriques, des synthèses doivent être tentées et une vision d’ensemble sous-tendue par une théorisation forte et rigoureuse doit être osée, faute de quoi il est impossible de contribuer à structurer le débat public.

  • 10 Je reprends pour ce passage mon texte « Recherche sociologique, éthique et politique », dans Variat (...)

20Je résumerais mon point de vue de la manière suivante10 : faisons de la « bonne » recherche, c’est-à-dire de la recherche marquée par une vision lucide des enjeux les plus cruciaux, par une curiosité critique, par le recul réflexif et la rigueur méthodologique, par le souci de pertinence pratique et de sens, par la clarté dans l’exposé de ses enseignements enfin, et le reste – je veux dire par là la capacité de faire œuvre utile à partir d’un positionnement éthique et politique clairvoyant – viendra de surcroît. Les « bonnes » recherches « parlent d’elles-mêmes », elles éveillent à une responsabilité morale et pratique, elles marquent durablement et sans violence, elles suscitent le débat et produisent les problématisations susceptibles de l’alimenter. Elles règlent en même temps la question de la posture scientifique et celle de la posture éthique et politique tout en faisant la part des registres, car les deux questions sont indissociablement en jeu dans le même mouvement de construction de l’objet de recherche.

  • 11 H. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, en particulier le (...)

21Les exemples foisonnent ; un seul suffira ici. Criminologues et sociologues connaissent bien la recherche de Howard Becker sur la déviance publiée sous le titre de Outsiders11.

22L’auteur y analyse comment
la déviance (en l’occurrence,
fumer de la marijuana) résulte
d’un double processus d’étiquetage par les « non-déviants »
(ceux qui ne consomment pas
de drogues) et d’interaction à
l’intérieur des groupes déviants
(les fumeurs). Pour comprendre ce processus, le chercheur
doit poser d’entrée de jeu
l’équivalence morale des comportements considérés comme
« déviants » et des comportements considérés comme
« conformes », car ces catégories
relèvent des constructions
sociales – et non d’une construction scientifique – qu’il entend précisément déconstruire scientifiquement. Il adopte là une posture rigoureusement scientifique. Mais cette posture est, en même temps, morale et politique, car elle met à mal la hiérarchie morale instituée entre les deux types de conduite, en montrant qu’elles résultent d’un même processus de production et sont donc consubstantiellement reliées. Son approche rend dès lors possible et favorise, mais sans y conduire mécaniquement, un jugement différent sur les comportements dits déviants et non déviants.

23À partir de l’examen attentif de leurs œuvres, on peut raisonnablement soutenir que les grands auteurs des sciences sociales ont tous une position, explicite chez les uns, implicite voire refoulée chez les autres, qui est indissociablement scientifique et éthique. Leur science est aussi une éthique de la science. Sa vocation politique découle de son contenu.

24Envers qui la recherche universitaire est-elle responsable ? Dans la recherche instrumentalisée, le travail scientifique n’est qu’une composante de l’exercice du pouvoir de ses commanditaires. Le chercheur se réduit à n’être qu’un des multiples outils du Prince ; il n’est même plus son conseiller critique. Responsable envers le seul Prince et selon des critères qui relèvent de son bon vouloir, le chercheur se condamne en fait à l’irresponsabilité pour tout ce qui dépasse les seuls critères de rigueur technique (dont le Prince se désintéresse d’ailleurs le plus souvent sinon pour discréditer les travaux dont les résultats ne l’agréent pas). Le chercheur plus autonome, médiateur du débat dans l’espace public, se perçoit comme responsable de la juste définition des questions à débattre et de l’information scientifique la plus riche et la plus correcte possible à son propos.

25Mais la responsabilité de la recherche universitaire ne prend sa pleine mesure et sa complète efficacité que lorsqu’elle s’accomplit en liaison étroite avec l’enseignement. La recherche universitaire a de singulier qu’elle n’est pas une activité à part, qui trouverait son intérêt en elle-même ou pour un usage pratique particulier. Elle est une composante d’un ensemble de tâches dont l’enseignement est l’autre pôle indissociable. Entre eux prend place un travail intellectuel « désintéressé », à court terme du moins, qui constitue le substrat et la condition mêmes du lien entre ces deux pôles, soit la lente maturation d’une pensée réflexive, qui prend certes des formes particulières selon les disciplines, mais où, d’une manière ou d’une autre, connaissance et sens cherchent à s’articuler, ce qui suppose son inscription délibérée dans l’histoire des sociétés et des pensées elles-mêmes. Pour le sociologue, par exemple, ce travail revient à reprendre inlassablement la question : Comment penser le social aujourd’hui ?

26La recherche universitaire et l’enseignement s’alimentent mutuellement mais rarement directement (comme dans un cours de méthodologie de la recherche illustré par des travaux effectués par les enseignants eux-mêmes) ; ils le font comme parties prenantes de ce travail intellectuel « total » où les idées, les découvertes, les écoles, les modèles théoriques, les démonstrations et les méthodes... se confrontent et s’effacent comme de simples étapes d’une dialectique de la pensée. C’est en y prenant part que les étudiants se forment vraiment, s’« éduquent » même et se retrouvent d’autant plus durablement marqués qu’ils ne peuvent se prêter au processus que dans l’exercice de leurs propres liberté et responsabilité. L’enseignant-chercheur est censé être l’animateur de cette dialectique et de sa dissémination démocratique.

27C’est à la lumière d’une
telle ambition, terriblement
forte et terriblement modeste
à la fois, que la formule « l’enseignement par la recherche »
doit être comprise et que l’une
et l’autre doivent être repensés.
Cours magistraux, faiblesse
des processus d’autoévaluation,
technicisation des méthodes
pédagogiques, spécialisation
croissante et concurrence
accrue entre institutions et
surtout autonomisation croissante de la recherche et de l’enseignement n’y concourent pas forcément.

28Le pouvoir potentiel lié à une charge d’enseignement universitaire reste considérable. Même si elle est aujourd’hui fragilisée, balancée entre la soumission opportuniste au marché économique et politique d’une part et la défense crispée d’une forteresse assiégée d’autre part, l’université reste un point d’appui inestimable pour une influence sociale profonde et durable. Mais, en même temps, dans un contexte où la domination et le pouvoir reposent de plus en plus sur les ressources culturelles et cognitives, le contrôle de l’université et de son activité constitue un enjeu d’importance croissante.

29Mis à part quelques généralités qui, pour une large part, entretiennent un consensus de surface, l’université est profondément divisée. Entre sciences naturelles et sciences humaines, instrumentalisation et autonomie, approche technique et approche critique, enseignement et recherche, les tensions sont nombreuses. Ces tensions ne divisent pas seulement les disciplines, elles sont internes à chacune d’elles et éprouvées par chaque universitaire. Les clivages sont loin d’être nets. À l’instar de celles de Pasteur, les recherches « sur commande » sont souvent bien meilleures que bon nombre d’essais soi-disant critiques qui se parent des dehors de la gratuité, et les recherches « appliquées » sont souvent les plus fructueuses sur le plan « fondamental ». Nous n’ignorons pas que d’honnêtes « détournements de fonds », consistant à mettre à profit des commandes pour développer conjointement des pistes de recherche étrangères aux soucis du commanditaire, sont constamment opérés « pour la bonne cause ». La plupart des universitaires ne sont pas assez naïfs et prétentieux pour penser qu’il y aurait, d’un côté, les « gentils universitaires » et de l’autre les « méchants décideurs politiques et économiques », ni assez aveugles pour ignorer que les nostalgiques de l’« université de papa » sont souvent pires mandarins que les « nouveaux patrons » plus opportunistes.

30Il me semble que le principal problème réside aujourd’hui non dans le fait, en lui-même nécessaire, que la recherche universitaire présente de multiples facettes, ambivalences et ambiguïtés, mais plutôt dans la juxtaposition au sein de l’université d’univers et de pratiques de plus en plus étrangers les uns aux autres, y compris à l’intérieur même des sciences humaines. À vrai dire, il n’y a ni véritable consensus ni véritable dissensus puisque les orientations et le contenu du travail des uns sont de moins en moins connus des autres et, a fortiori, de moins en moins discutés. Cet éclatement des univers et des pratiques est source directe d’hétéronomie dans une université qui se présente au commanditaire potentiel comme un supermarché où il trouve toujours dans un rayon ce que les autres ne lui offrent pas. Autrement dit, la faible autonomie de la recherche universitaire me paraît directement liée à l’absence de dissensus interne, de confrontations entre disciplines et approches qui ne doivent certes pas conduire à un consensus mais plutôt à « innerver » un espace de création et de travail et à le doter ainsi d’une plus grande clarté et d’une plus grande cohérence.

31Mais alors, une telle cohérence ne peut être vue comme une unité consensuelle mais bien comme un processus dialectique dont l’interdisciplinarité devrait constituer la clé. La voie est difficile mais inévitable car les progrès passent aujourd’hui par elle. L’interdisciplinarité ne consiste pas à renoncer à sa propre discipline, mais à faire ressortir ce qu’elle a de meilleur, sa valeur ajoutée par rapport aux autres. Elle permet de voir où passent les véritables clivages – selon nous moins entre disciplines qu’entre paradigmes théoriques et méthodologiques dont les anthropologies sous-jacentes sont souvent incompatibles.

  • 12 G. Gosselin, Une éthique des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 127, qui s’inspire de (...)

32L’interdisciplinarité ne se décrète pas ; elle s’expérimente. Elle nécessite de travailler ensemble sur des problèmes concrets et de mettre sur pied, dans les universités, les structures qui la rendent possible et nécessaire : les formations et les séminaires multidisciplinaires ainsi que le renforcement des enseignements « meta » (philosophie, sociologie et histoire de la connaissance et des sciences, épistémologie...). L’interdisciplinarité constitue par ailleurs un puissant moyen pour raviver le « fonds commun éthique de la science » : l’adogmatisme (contre le dogmatisme et l’hermétisme de certaines écoles), l’autonomie à l’égard des pouvoirs externes (en raison de l’obligation de rendre des comptes d’abord au sein de la communauté scientifique), le contrôle empirique et la pertinence pratique, le postulat d’universalité rationnelle selon lequel il doit être possible de se comprendre entre scientifiques de cultures, et notamment de cultures disciplinaires, différentes à partir du langage commun de la science12.

33Cette perspective revient à dire que les réponses à nos questions sur la responsabilité de la recherche universitaire ne résident pas dans des déclarations de principe vertueuses mais plutôt dans une méthode au sens fort, un style de travail scientifique, soit notamment des dispositifs concrets d’animation et d’organisation du travail universitaire, tels que les solutions viennent d’elles-mêmes et que les problèmes les plus cruciaux ne puissent être éludés parce qu’ils seraient trop ardus ou trop gênants. Il s’agit de se battre pour des valeurs en instaurant une méthode qui en assure la poursuite, c’est-à-dire qui oblige, dès qu’elle est mise en place, à faire de nécessité vertu.

34Un tel projet devrait se heurter à des résistances et à des blocages. Il nécessiterait des explications révélatrices et formatrices. Il serait lui-même source de dissensus interne car il briserait le simple et habituel voisinage d’activités différentes et sans liens. Il contribuerait donc à restaurer l’université comme espace politique. Les principales résistances pourraient venir non des autorités académiques mais bien de ceux qui verraient menacés leur sécurité trouvée dans l’hyperspécialisation ainsi que les bénéfices mondains ou économiques de leurs allégeances ou de leurs connivences.

35Plus les universitaires seront capables de susciter de la cohérence par collaboration et dissensus internes, plus ils pourront peser sur l’État pour assurer les conditions concrètes de leur autonomie, soit des structures et des postes de recherche non liés à des commandes externes. Loin de nous positionner contre l’État, il s’agit plutôt de nous assumer comme composante de l’espace public et des structures publiques (directement ou par la voie de la subsidiarité) qui doit être avec les autres composantes d’un système démocratique dans une relation de coopération conflictuelle.

36Dans ce jeu, le problème n’est pas tant celui des pouvoirs politiques ou économiques qui fonctionnent selon leurs propres logiques, mais bien celui de nos rapports avec eux. Les premiers adversaires d’un projet de recherche universitaire autonome et responsable sont les universitaires eux-mêmes qui engagent la recherche et l’enseignement sur des voies qu’ils ne devraient pas emprunter. « Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en occupe », dit justement l’adage. Plagiant Wittgenstein, nous sommes en droit de penser que les obstacles à la résolution de nos questions ne sont pas d’abord intellectuels mais sociaux, et que les solutions ne sont pas d’abord affaire d’intelligence mais de volonté.

Haut de page

Notes

1 Pour ce point, nous nous inspirons en grande partie de discussions entre scientifiques de disciplines différentes (mathématiciens, biologistes, physiciens, philosophes et sociologues notamment) au cours d’un colloque européen sur « L’inscription sociale de la science » organisé par l’Unesco, à Paris, les 5 et 6 novembre 1998.

2 Je reprends ici quelques points d’un exposé présenté par Anne Rasmusen sur « L’Internationale scientifique 1890-1914 » dans le cadre d’un séminaire du Centre de sociologie de l’éducation et de la culture à la Maison des sciences de l’homme à Paris le 24 février 1997.

3 Ces phénomènes sont particulièrement sensibles en Europe.

4 Voir J.-L. Génard, Les dérèglements du droit. Entre attentes sociales et impuissance morale, Bruxelles, Labor, 2000, p. 64.

5 Voir A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 89 et suiv.

6 Voir notamment le numéro spécial de la revue Recherches sociologiques, sur « Souffrance sociale et attentes de reconnaissance. Autour du travail d’Axel Honneth », vol. XXX, no 2, dirigé par J.-M. Chaumont et H. Pourtois.

7 Voir J.-M. Larouche,« Ressorts,implicationsetportée éthiques d’une recherche sur les personnes séropositives », dans F. Delor, Séropositifs. Trajectoires identitaires et rencontres du risque, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 356.

8 Lors d’une réunion récente, Georges Balandier pensait que si Durkheim était vivant aujourd’hui, ce n’est plus la psychologie mais bien la biologie qu’il prendrait pour cible car c’est par rapport à cette discipline que se posent actuellement les questions les plus cruciales.

9 Voir ici même la contribution de Georges A. Legault.

10 Je reprends pour ce passage mon texte « Recherche sociologique, éthique et politique », dans Variations sur l’éthique. Hommage à Jacques Dabin, Bruxelles, Publications des facultés universitaires Saint-Louis, 1994, p. 659-691.

11 H. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, en particulier le chapitre 1, « Le double sens de “outsider” », p. 25-41.

12 G. Gosselin, Une éthique des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 127, qui s’inspire de É. Weil, « La science et la civilisation moderne ou le sens de l’insensé », dans Essais et conférences, t. 1, Paris, Plon, 1970, p. 268-296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Van Campenhoudt , « La responsabilité de la recherche universitaire », Éthique publique [En ligne], vol. 2, n° 2 | 2000, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2669

Haut de page

Auteur

Luc Van Campenhoudt

Luc Van Campenhoudt est professeur aux facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles), où il dirige le Centre d’études sociologiques, et à l’université catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals