Navigation – Plan du site
Éthique des affaires

La dimension politique de l’éthique des affaires

Yves Boisvert

Résumés

Cet article tente de démontrer que l’un des plus grands défis qui se posent aux conseillers en éthique organisationnelle est l’élaboration d’un projet d’éthique des affaires qui soit assez convaincant pour persuader les entrepreneurs et les gestionnaires de l’intérêt de l’intégrer à la culture de leur entreprise. Un authentique projet d’éthique des affaires devrait être en mesure de faire comprendre aux entrepreneurs que le questionnement sur le sens des valeurs qui guident leurs organisations ne peut plus être différé : la conjoncture contemporaine y est favorable et le contexte politique actuel l’exige. Il ne s’agit cependant plus de concevoir l’éthique comme une simple technique de gestion de l’image corporative (en brandissant uniquement des codes ou des discours sans conviction), mais d’en intégrer les valeurs à la culture « managériale », à la « culture vécue » des organisations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 T. Sorell, « Affaires », dans M. Canto-Sperber, Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Pa (...)
  • 2 P. Singer, Questions d’éthique pratique, Paris, Bayard, 1997, p. 14.
  • 3 Y. Boisvert, Le postmodernisme, Montréal, Boréal, 1995.
  • 4 F. Dumont, Le sort de la culture, Montréal, Typo, 1995, p. 60.
  • 5 Cité dans O. Aktouf, Le management entre tradition et renouvellement, Montréal, Gaëtan Morin, 1994, (...)

1Si on peut facilement convenir que l’éthique des affaires devrait encadrer le développement économique de nos sociétés afin d’éviter qu’il ne se fasse au détriment de populations plus vulnérables, il est plus difficile de l’intégrer concrètement à la culture d’entreprise. Comment convaincre le milieu des affaires qu’une véritable sensibilité éthique n’est pas seulement profitable, mais qu’elle est de nos jours incontournable ? Certes ce milieu n’est pas imperméable aux charmes de la vertu, mais la moralisation traditionnelle est ici insuffisante. L’un de nos grands défis actuels à cet égard est l’élaboration d’un projet d’éthique des affaires qui soit assez convaincant pour persuader entrepreneurs et gestionnaires de l’intérêt de l’intégrer à la culture de leur entreprise1. On l’aura compris, pour nous, l’éthique des affaires est d’abord pratique : « L’éthique n’est pas un système idéal, noble en théorie, mais qui ne vaudrait rien en pratique. C’est l’inverse qui est vrai : un jugement éthique qui ne vaut rien en pratique doit certainement souffrir de quelque défaillance théorique, car tout l’intérêt d’un jugement éthique est justement de guider la pratique2. » Un authentique projet d’éthique des affaires devrait donc être en mesure de faire comprendre aux entrepreneurs que le questionnement sur le sens des valeurs qui guident leurs organisations ne peut plus être différé. Nous voudrions justement montrer que la conjoncture contemporaine, postmoderne3, est favorable au développement de l’éthique des affaires, voire que le contexte politique actuel l’exige. Car il ne s’agit plus de concevoir l’éthique comme une simple technique de gestion de l’image corporative (en brandissant uniquement des codes ou des discours sans conviction), mais d’en intégrer les valeurs à la culture « managériale », à la « culture vécue4 » des organisations. Pour y arriver, les entrepreneurs doivent accepter de changer profondément leur vision des choses. Comme le disait l’un des patrons de Chrysler, Lee Iacocca : « On ne peut avoir de vrai changement que si l’on est prêt à changer soi-même5. »

Contexte politique et éthique des affaires

  • 6 M. Beaud et G. Dorstaler, La pensée économique depuis Keynes, Paris, Seuil, 1993, p. 81.

2Depuis les années soixante-dix, l’économie a été régulièrement secouée par des perturbations. Pour de nombreux économistes, c’est cette succession de crises qui a miné les thèses keynésiennes selon lesquelles les interventions de l’État seraient nécessaires pour contrer l’emballement des marchés. Si la « révolution keynésienne » a consisté à faire croire qu’on pouvait enfin « maîtriser l’activité économique6 », la mondialisation croissante des échanges semble avoir mis un terme à l’illusion d’une gestion rationnelle de l’économie par l’État.

  • 7 Voir notamment M. Friedman, Capitalisme et liberté, Paris, Laffont, 1971.
  • 8 M. Beaud et G. Dorstaler, op. cit., p. 159.

3C’est cette nouvelle réalité qui a ouvert la porte, dans les années quatre-vingt, aux idées néoclassiques exigeant une plus grande liberté économique afin que le marché puisse pleinement s’exprimer. La philosophie sociale de ce courant de pensée7 a consisté en « une réaffirmation des vertus du marché et de la concurrence contre l’intervention de l’État et toute forme de réglementation sociale8 ». C’est dans ce sillage que la pensée néolibérale s’est imposée comme idéologie politique dominante. En se faisant le chantre de la fin de l’interventionnisme étatique, elle s’est rapidement implantée au cœur de la culture entrepreneuriale. Son attrait pour le milieu des affaires s’explique surtout par sa très grande capacité de fournir des arguments politiques contre les engagements sociaux « coûteux et inefficaces » de l’État-providence auprès des classes moyennes qui ne sont pas à l’emploi de ce dernier. Pour les néolibéraux, l’État-providence n’a été qu’une aventure sociale et politique malheureuse. À leur sens, le seul moyen de sortir de cette impasse est de redonner aux entreprises toute la liberté dont elles ont besoin pour relancer le processus économique dans une plus grande harmonie avec les lois du marché. Pour atteindre cet objectif, il faut remettre l’État à sa place, c’est-à-dire le limiter à certains rôles de base, comme la sécurité et la monnaie.

  • 9 M. Bernard, L’utopie néolibérale, Montréal, Renouveau québécois, 1997, p. 88.
  • 10 R. Langlois, Pour en finir avec l’économisme, Montréal, Boréal, 1995, p. 31.

4Le dogmatisme de son discours a toujours éloigné le néolibéralisme de la réalité quotidienne. Entre ses mains, « le concept de marché est devenu une simple idéologie ou une métaphysique qui est invoquée même si elle ne correspond plus à la réalité empirique9 » ; ou encore, « en tenant pour universels des comportements économiques stéréotypés, les économistes se fourvoient et nous fourvoient10 ». Il n’est donc pas étonnant que cette idéologie, qui a connu ses heures de gloire dans les années quatre-vingt, où on a massivement soutenu les gouvernements conservateurs de Margaret Thatcher, de Ronald Reagan, de Brian Mulroney et même de Robert Bourassa (celui qui, en 1984 proposait, en collaboration avec le ministre Gobeil, un projet politique néolibéral surnommé l’État-provigo), n’a pu maintenir son emprise sur les masses très longtemps. Aujourd’hui, à l’extérieur du milieu des affaires, ses appuis sont de plus en plus clairsemés. La prise de pouvoir par les démocrates de Bill Clinton, aux États-Unis, et le raz de marée de la nouvelle gauche européenne (Blair, Jospin, Schröder) illustrent l’essoufflement certain de cette idéologie. Même au Québec, la victoire du gouvernement péquiste de Lucien Bouchard, en novembre 1998, peut s’inscrire dans ce courant, l’électorat ayant sans doute redouté les positions néolibérales du chef libéral Jean Charest.

5Cela dit, ce renversement de la tendance politique n’annonce pas le retour à la logique interventionniste classique. Au contraire, pour la plupart des observateurs politiques, ces nouveaux gouvernements de centre gauche maintiennent le cap sur le libéralisme économique, soutenus d’ailleurs par des populations qui réclament un plan d’action à même de rendre les services publics plus productifs, moins bureaucratisés et moins coûteux.

6Ce qui distingue les nouveaux gouvernements de leurs prédécesseurs néolibéraux, c’est leur conviction que l’État demeure essentiel pour servir l’intérêt commun et rendre le capitalisme un peu plus civilisé. S’ils ne reprennent pas les bonnes vieilles recettes keynésiennes, leur compréhension de la démocratie ne leur permet pas non plus de tolérer que le politique soit soumis aux diktats de l’économique. Tous s’entendent sur la nécessité de dépasser le cadre rigide des politiques interventionnistes de type providentiel, mais il leur est très difficile d’élaborer de nouvelles propositions concrètes sur la redéfinition du partage des responsabilités sociales, économiques et politiques sans une certaine collaboration du milieu des affaires.

  • 11 A. Dubuc, « Drôle de gauche, drôle de droite », La Presse, lundi 9 novembre 1998, p. B2.
  • 12 M. Bernard et L.-P. Lauzon, Finances publiques, profits privés, Montréal, Renouveau québécois, 1996 (...)

7Si l’on en croit le rédacteur en chef du journal montréalais La Presse Alain Dubuc, le dogme néolibéral est un instrument de chantage plus qu’une véritable conviction du milieu des affaires. Dans le cas de la culture de « Québec inc. », en tout cas, c’est un réflexe de demande d’aide à l’État qui frôle la logique d’une assistance sociale pour riches11. Cela est peut-être vrai, mais contrairement à ce que le journaliste suggère, cette culture de la dépendance ne semble pas être exclusive au Québec. Selon le magazine américain Time (novembre 1998), par exemple, « l’aide sociale » accordée par le gouvernement américain aux entreprises se chiffre à plus de cent vingt-cinq milliards par année. Toute l’ambiguïté du discours néolibéral est ici patente, car si, d’un côté, les entrepreneurs condamnent l’aide gouvernementale aux programmes sociaux, de l’autre, ils réclament un soutien croissant des pouvoirs publics pour garantir des investissements privés ou un allégement fiscal. « En passant en revue les mémoires du lobby patronal adressés à la Commission sur la fiscalité et le financement des services publics, il faut conclure que la seule obligation sociale que ce groupe se reconnaisse est celle de faire des profits. Alors que tous les groupes sociaux contribuent solidairement aux 2,25 milliards de dollars de coupures […], l’activisme patronal exige une diminution d’impôt d’un à deux milliards par année, principalement sous forme de réduction sans condition de la taxe sur la masse salariale avec le seul but avoué de nous faire la charité des emplois qui font marcher leur bateau12. »

8C’est cette attitude paradoxale qui, tant à gauche qu’à droite, est de plus en plus critiquée, car elle apparaît aussi bien an-éthique que profondément indécente. Combien de temps encore, doit-on se demander, les gouvernements occidentaux pourront-ils continuer de sabrer les services de base à la population et l’aide aux démunis tout en augmentant leurs subventions aux grandes entreprises (au Québec, le vice-premier ministre Bernard Landry n’a cessé d’être à la remorque des entreprises qui menaçaient de fermer boutique) ? Quand le vent tournera, les nouvelles données politiques seront beaucoup moins favorables aux acteurs économiques.

9Aussi, il est essentiel que les gens d’affaires commencent à revoir leurs positions et à envisager les choses à long terme ; le contexte socio-économico-politique contemporain les y contraint. Pour y arriver, ils devront une fois pour toutes troquer leur dogme néolibéral contre une attitude plus pragmatique et plus ouverte. L’éthique des affaires devrait justement faciliter le dialogue entre les entrepreneurs, l’État et la population en général, sur une redistribution des droits et responsabilités sociales à l’intérieur de la collectivité. Après avoir succombé à la tentation de céder la gestion de notre destin à la « main invisible » de Dieu, de l’État ou du marché, il semble que l’on commence à lorgner du côté de solutions plus pragmatiques.

10C’est justement de ce point de vue que l’éthique est intéressante. Elle devrait notamment permettre aux entrepreneurs d’atteindre des objectifs concrets et prioritaires, comme celui de convaincre l’État de se délester d’un pan important de la régulation et de la gestion des activités économiques, ce qui devrait être d’autant plus facile que l’État participe et alimente, depuis plus de vingt ans, la dynamique du retour de l’éthique dans les champs de la réflexion et de la régulation sociale.

  • 13 A. Bernard, Problèmes politiques Canada et Québec, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 1 (...)

11Cette conversion des gouvernements à l’éthique s’inscrit principalement dans une logique intéressée, puisqu’elle leur permet de se départir de la gestion de plusieurs problèmes sociaux qu’ils n’arrivent plus à maîtriser. Ce problème de la gestion du pluralisme des valeurs et des demandes les contraint souvent à opter pour la voie qui, selon André Bernard, leur paraît politiquement « la moins coûteuse » : celle de « l’immobilisme13 ». Mais comme cette attitude n’est pas viable à long terme, ils sont obligés d’envisager d’autres solutions. L’éthique en est une. Stratégie politique de suppléance, elle leur permet de garder le contrôle sur la cohésion sociale, tout en déléguant aux acteurs sociaux la gestion concrète des problèmes. Ils se libèrent de certaines obligations sociales souvent exposées aux controverses et électoralement coûteuses. Autrement dit, en encourageant les intervenants sociaux à adopter et à développer une attitude guidée par l’éthique, les gouvernements peuvent continuer à arbitrer le vivre-ensemble sans prendre directement part aux processus de gestion et de résolution des problèmes sociaux. L’État contemporain commence d’ailleurs déjà à considérer l’éthique comme un moyen efficace pour se soustraire à la pression qu’exerce sur lui la multiplication des revendications sociales.

12En ce sens, l’intérêt que porte le milieu politique à l’éthique est intéressant pour le milieu des affaires, car elle ouvre la voie à de nombreuses possibilités de réorganisation du politique. C’est dans cet esprit que nous proposons d’inscrire l’éthique des affaires dans un cadre de réflexion élargie que l’on nommera l’éthique de société. Cette approche de l’éthique s’organise autour de l’idée que conjoncture sociale et politique nous amène à redéfinir les rapports de pouvoir entre les individus, la société et l’État à partir du principe de la coresponsabilité.

  • 14 G. Lipovetsky, Le crépuscule du devoir, Paris, Gallimard, 1992.

13Or, si l’éthique des affaires peut être intéressante pour le développement économique à long terme, elle s’accompagne cependant d’un prix qu’il faut accepter de payer : celui d’exiger que les entrepreneurs cessent de se comporter comme des individus isolés pour se considérer plutôt comme de véritables acteurs sociaux responsables. Pour pouvoir assumer les nouvelles responsabilités sociales découlant d’un retrait de l’État, le milieu des affaires devra développer, dans la culture des entreprises, un système de valeurs adapté à ce nouveau rôle social et politique. Paraphrasant Gilles Lipovetsky14, nous dirons que si le vingt et unième siècle est condamné à être éthique, le milieu des affaires doit s’y préparer. Et s’il veut véritablement donner une signification au slogan américain ethics pays (l’éthique est bonne pour les affaires), il devra aborder l’éthique des affaires de façon plus sérieuse.

Déréglementation et éthique des affaires

  • 15 M. L. Weidenbaum, Business, Government and the Public, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1990.

14Selon Murray L. Weidenbaum15, la réglementation est au cœur de la relation entre les gouvernements et le milieu des affaires. Tout le jeu des liens entre ces acteurs sociaux se fait autour de la logique du plus ou du moins de réglementation étatique.

  • 16 M. Flamant, Le libéralisme contemporain, Paris, PUF, 1988, p. 15.

15D’aucuns diront cependant que le discours sur la déréglementation constitue le noyau dur de l’idéologie politique néolibérale, car il définit l’objectif réel visé par l’ensemble de sa rhétorique antiétatique. Pour Maurice Flamant, ce qui est véritablement remis en cause à travers le débat sur le rétrécissement de l’État, c’est justement « l’administration avec ses innombrables règlements gênants, souvent contradictoires, voire vexatoires. Les “administrés” souhaiteraient moins dépendre, dans leurs activités quotidiennes, de pouvoirs publics trop intervenants16. »

16Dans cette optique, la déréglementation est présentée comme nécessaire pour favoriser la concurrence des entreprises dans la globalisation des marchés. C’est là, dit-on, un mouvement qui va de soi et qui s’inscrit naturellement dans la logique de la soumission du politique aux lois du marché. De ce point de vue typiquement néolibéral, il semble évident que les entrepreneurs constituent les forces vives de la marche vers la déréglementation. Lors du sommet socioéconomique québécois sur l’emploi d’octobre 1996, le milieu des affaires a d’ailleurs facilement convaincu le premier ministre Lucien Bouchard de faire de la déréglementation l’une des grandes priorités de son gouvernement. Et, pour démontrer aux entrepreneurs québécois qu’il prenait la question très au sérieux, le premier ministre a posé deux gestes politiques importants : il a d’abord rattaché le Secrétariat à la déréglementation au Conseil exécutif du gouvernement ; puis, il a annoncé la mise sur pied d’un groupe de travail sur l’allégement réglementaire dont la mission était d’éclairer le gouvernement et de lui faire des propositions concrètes en matière de déréglementation. La direction de ce groupe de réflexion est revenue à l’homme d’affaires québécois Bernard Lemaire.

17Or, si de nombreux observateurs ont été très enthousiasmés par ces deux mesures, ils ont rapidement déchanté. Les premiers signes de l’échec n’ont pas pris de temps à se manifester, d’abord par la lenteur du processus. Puis, quelques mois à peine après son rattachement au Conseil exécutif, le responsable du Secrétariat à la déréglementation, Jacques Privé, a été muté. Pour plusieurs, cela venait confirmer ce qui se disait dans les coulisses depuis un certain temps : le dossier de la déréglementation s’enlise. À sa défense, monsieur Privé affirmait, avec raison, que le retard considérable qu’avait pris le processus québécois de déréglementation découlait principalement de la difficulté, pour le Secrétariat, de trouver des partenaires du milieu des affaires intéressés à assumer de nouvelles responsabilités sociales. Pour lui, la déréglementation n’avait de sens que si elle apportait une « plus-value sociale » tangible. Enfin, le successeur de Jacques Privé, Jean Pronovost, n’était plus à son poste à l’automne 1998, et, le 14 avril 1999, le Secrétariat à la déréglementation était rebaptisé Secrétariat à l’allégement réglementaire. On peut se demander si la déréglementation fait encore partie des priorités.

18Entretemps, en mai 1998, Bernard Lemaire remettait le rapport de son groupe de réflexion. Contrairement à ce que plusieurs espéraient, le document n’a pas donné un second souffle au processus de déréglementation. S’il n’a pas suscité l’enthousiasme escompté, c’est sûrement parce qu’il n’a pas pu rallier les membres qui siégeaient au comité. En effet, les deux représentants syndicaux du groupe (Claude Rioux de la CSN et Émile Vallée de la FTQ) se sont retirés, dès le mois d’avril. Le milieu syndical a ainsi voulu marquer son opposition à l’orientation affairiste, pour ne pas dire néolibérale, que le président du groupe voulait donner au rapport.

19Ainsi, contrairement à ce que plusieurs entrepreneurs ont voulu croire, force est d’admettre aujourd’hui que la déréglementation ne va pas de soi. Il faut également reconnaître que cet échec est en grande partie attribuable à la conception néolibérale de la déréglementation, définie comme simple retrait de l’État d’une sphère de la régulation sociale ou économique. Le seul objectif de la déréglementation est alors de laisser le chemin libre au jeu de la concurrence et aux règles du marché. Dans cette perspective, la réglementation est uniquement considérée comme une lourdeur administrative qui vient entraver la liberté de mouvement, un embarras inutile pour la société qui n’a pas réellement besoin d’y recourir pour assurer sa cohésion.

20Quand cette conception est largement partagée par le milieu des affaires, il n’est pas étonnant que ni les partenaires sociaux ni les syndicats ou les groupes environnementaux ni les mandarins de l’État qui se sentent responsables de la préservation du bien commun ne cautionnent la démarche. C’est cette façon bancale d’envisager la régulation sociale qui porte un important ombrage au processus de déréglementation : elle empêche les entrepreneurs de comprendre que la réussite du processus passe nécessairement par une définition sociale du phénomène.

  • 17 M. Dion, L’éthique ou le profit, Montréal, Fides, 1992, p. 31.

21Pour arriver à saisir toute la complexité de la dynamique sociale sous-jacente au processus de déréglementation, le milieu des affaires doit d’abord bien intégrer cette vérité qu’il n’est pas le seul acteur social concerné par le changement des règles du jeu. Il doit ensuite accepter que les citoyens et les groupes d’intérêts concernés par les différentes requêtes de déréglementation ont aussi des intérêts à protéger et que ces derniers sont souvent diamétralement opposés aux siens. Les autres acteurs sociaux ne peuvent pas accepter qu’un pan entier de la gestion des comportements sociaux et économiques soit abandonné au bon vouloir d’un groupe réputé pour sa volonté d’augmenter sans cesse ses profits. Pour ceux qui se méfient justement du milieu des affaires, la réglementation est essentielle puisqu’elle vient « suppléer au manque ou à l’absence d’autoréglementation dans le monde des affaires », elle est considérée comme une « réponse naturelle de la société et du gouvernement à la pratique de l’amoralité en affaires17 ».

22On entre ici dans le vif du sujet, car on voit bien que la régulation étatique reste une nécessité éthique, c’est-à-dire une obligation morale de l’État qui vise à préserver le bien commun et la cohésion sociale. Ce dernier ne peut alors cautionner la déréglementation que si la majorité des membres de la collectivité ne se sentent pas menacés par elle.

  • 18 R. A. Buchholz, Fundamental Concepts and Problems in Business Ethics, Englewood Cliffs, Prentice Ha (...)

23Ainsi, le processus de déréglementation ne pourra véritablement se mettre en branle tant que les entrepreneurs ne réussiront pas à reconquérir la confiance du public en matière de responsabilité sociale18. C’est pourquoi nous croyons que la déréglementation ne pourra être prise au sérieux qu’à partir du moment où les entrepreneurs auront accepté de prendre le virage de l’éthique des affaires. Cette nouvelle orientation doit amener le milieu des affaires à accepter de redéfinir la déréglementation dans le sens d’une logique de transfert régulatoire. Cette nouvelle conception de la déréglementation est complexe et exigeante, puisque son succès repose sur la collaboration entre des acteurs sociaux qui désirent assumer pleinement les responsabilités qui leur incombent.

24Pour que ce jeu de transfert régulatoire réussisse, il faut donc que les gouvernements, le milieu des affaires et les autres partenaires sociaux (les groupes environnementaux lorsqu’il s’agira de traiter des dossiers à saveur économique, les associations de consommateurs lorsque l’on tentera de négocier une déréglementation en matière de contrôle des prix, etc.) acceptent de coordonner leurs actions dans une logique de coresponsabilité sociale. Ce n’est que dans cet esprit que la déréglementation cessera d’être abordée uniquement en référence avec la logique de la « plus-value économique », mais inscrite dans la perspective plus riche de la « plus-value sociale ».

25L’éthique des affaires prend dès lors une nouvelle dimension qui devrait permettre aux entrepreneurs de retrouver l’estime qu’ils avaient perdue auprès du reste de la société. Elle leur donne également une véritable légitimité dans leurs requêtes pour la réduction de régulation étatique en matière économique, puisqu’elle propose l’élaboration d’un véritable plan d’action entrepreneuriale en matière d’autorégulation des comportements.

  • 19 G. Lipovetsky, op. cit., p. 262.

26L’éthique des affaires est en somme un défi exigeant certes, mais fascinant pour les entrepreneurs, car « en se soumettant à sa propre loi, fût-elle plus exigeante que la réglementation juridique, l’entreprise accède paradoxalement à l’âge de la souveraineté adulte et conquérante [;] l’éthique est moins ce qui bride l’entreprise que ce qui l’impulse comme institution personnalisée, autonome, majeure19 ».

27Ainsi, l’éthique des affaires devient une solution intéressante à l’heure où, d’un côté, la forme providentielle de l’État est de plus en plus contestée et où, de l’autre, les préceptes néolibéraux ne réussissent pas à rallier les masses sur la dissémination de l’État. L’heure n’est donc pas aux réjouissances en faveur du retour à l’état de nature ni aux croyances dans les miracles engendrés par la providentialité du marché, mais plutôt à la réflexion sur la nécessité de partager plus adéquatement les responsabilités sociales.

Éthique publique et coresponsabilité sociale

  • 20 A. Etchegoyen, La valse des éthiques, Paris, François Bourin, 1991, 122.
  • 21 N. Petrowski, « La face cachée d’Ikea », La Presse, jeudi 12 novembre 1998, p. D7.

28L’éthique des affaires doit s’inscrire dans un cadre beaucoup plus large que celui de la simple gestion de crise ou de la revalorisation de l’image corporative. Il ne suffit donc pas de parler d’éthique pour retrouver sa crédibilité sociale, il faut savoir agir de façon responsable. Selon Alain Etchegoyen, les gens ont vite compris que « plus une entreprise parle d’éthique, moins elle en fait20 ». Ils ne sont pas dupes et ne tolèrent plus de voir certaines entreprises, d’un côté, brandir des slogans publicitaires vertueux, de l’autre, agir de façon complètement amorale ou immorale. La journaliste Nathalie Petrowski résume bien ce phénomène lorsque, commentant un reportage choc de la télévision suédoise sur l’exploitation inhumaine de jeunes enfants dans des pays sous-développés, que Ikea tolère afin de maintenir des bas prix, elle note : « Évidemment, Ikea n’est pas la seule multinationale à exploiter la main-d’œuvre du tiers-monde. Sauf que les autres ne font pas étalage de leur pureté comme Ikea. C’est là toute la nuance. En apparence, Ikea est une multinationale intègre et morale. En réalité, elle est un exploiteur comme les autres21. »

  • 22 Voir à ce sujet les livres de référence universitaire comme Y. Allaire et M. E. Firsirotu, L’entrep (...)

29Ainsi, l’éthique doit être abordée sous un autre angle que celui, superficiel et hypocrite, du soin apporté à son image, comme on l’enseigne aux gestionnaires en herbe dans tous les manuels de marketing et de gestion stratégique22. Pour s’engager réellement sur la voie de l’éthique, les professionnels du monde des affaires doivent cesser de concevoir leur activité uniquement à travers le prisme de la sphère privée et individuelle, et l’aborder plutôt comme une composante névralgique de l’activité sociale. Un tel ajustement fait de l’entreprise une organisation inscrite dans la dynamique sociale. Cette mutation de paradigme transforme aussi la perception que l’on a de l’entrepreneur : il doit désormais être considéré comme un acteur social.

  • 23 M. Blanc et al., Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, « Logiques soci (...)
  • 24 M. Blanc, « La transaction dans les sciences sociales : vers un paradigme élargi », dans M. Blanc e (...)

30Du même coup, l’imaginaire collectif devrait rendre à l’activité commerciale sa dimension sociale ; l’économie n’est plus une fin en soi, mais l’une des activités importantes de la transaction sociale. Il ne s’agit pas ici de nier l’autonomie des individus, mais plutôt de comprendre que la rencontre entre deux individus (ou plus) dans l’activité économique est une interaction inscrite dans la transaction sociale. Cette dernière a nécessairement lieu dans un cadre spatiotemporel23 qui influe sur les résultats de l’échange. Cette rencontre produit en outre un « lien social » et, éventuellement, de la cohésion sociale grâce à l’entente qu’elle engendre par la logique de compromis. La transaction sociale produit toujours de nouvelles règles de cohabitation car, « pour réaliser leurs projets, les hommes et les femmes inventent des règles (pas toujours formalisées et écrites) et ils élaborent des compromis de coexistence24 ».

  • 25 K. Bayertz, « Qu’est-ce que “l’éthique appliquée” ? », dans L. Sosoe, La vie des normes et l’esprit (...)

31Ainsi, tout comme Bayertz, nous disons que si nous acceptons de soumettre l’éthique des affaires à la logique contemporaine de l’éthique appliquée, nous devons examiner les problématiques qui nous requièrent à travers le prisme du social et du politique. Ce n’est que dans cette logique que nous pourrons saisir la dimension morale qui oriente décisions et actions économiques25. Nous pourrons alors chercher des solutions concrètes, applicables et socialement acceptables.

  • 26 V. Fischer et R. Brouillet, Les commandites, la pub de demain, Montréal, Saint-Martin, 1990, p. 21.

32Pour Vincent Fischer et Roselyne Brouillet, les entreprises doivent comprendre que leur survie passe nécessairement par l’ouverture et l’adaptation à la réalité sociale et culturelle qui constitue leur environnement. Une organisation qui veut s’épanouir dans une société particulière doit marquer son attachement communautaire et faire valoir son inscription sociale : « Le développement et la croissance de nos institutions dépendent de la vision que la société en a. […] Il est donc dans l’intérêt du milieu des affaires de soutenir la démarche des organismes qui tentent de développer la qualité de la vie sociale et la santé du public. Les gestionnaires ne sont pas seulement agents économiques, ils sont socialement responsables. Ils doivent faire la preuve de l’insertion sociale de l’entreprise dans l’environnement. […] Elle fait partie d’un environnement dont elle est aussi responsable. […] La conjoncture sociale, politique et culturelle pousse les entreprises à justifier leur existence. C’est ce que les sociologues appellent l’image sociétale positive d’une entreprise26. »

  • 27 F. Ewald, « L’expérience de la responsabilité », dans De quoi sommes-nous responsables ?, Paris, Le (...)
  • 28 F. Lenoir (dir.), Le temps de la responsabilité, Paris, Fayard, 1991, p. 133.

33On voit bien ici que, au-delà du soutien que peuvent apporter les entreprises au développement de la culture et au dynamisme social, les membres du milieu des affaires ne redeviendront crédibles que s’ils acceptent de jouer pleinement leur rôle d’acteurs sociaux responsables. Si les entrepreneurs aiment bien se présenter comme des décideurs, ils doivent maintenant prendre au sérieux toute la responsabilité qui est liée à l’acte de décider. Si on accepte, comme le soutient François Ewald, qu’entreprendre c’est prendre des décisions et des risques, les entrepreneurs doivent assumer pleinement les responsabilités découlant de ces fonctions27. Pour Bernard de La Rochefoucauld, ils doivent s’imprégner de cette logique de la responsabilité, car l’efficacité contemporaine est liée à notre capacité d’assumer nos responsabilités : « Notre expérience de l’entreprise soumise à la compétition internationale nous a appris que l’efficacité découle du management, c’est-à-dire de la conception et de l’exercice des responsabilités28. »

  • 29 G. Lipovetsky, L’ère du vide, Paris, Gallimard, 1983, p. 193.

34L’impératif de la coresponsabilité sociale se déploie au fur et à mesure que la réflexion sur la redéfinition du pouvoir étatique prend de l’ampleur. En effet, la reconfiguration du politique nous oblige à revoir complètement la dynamique des rapports de pouvoir entre les individus, la société civile et l’État, afin de chercher un « moyen de disséminer et de multiplier les responsabilités sociales29 » et individuelles. Le projet de redéfinition de l’État nous demande donc de réfléchir aux nouvelles assises que l’on veut donner à notre capacité de gérer un projet de société.

  • 30 C. Saint-Étienne, « De l’État bureaucratique à l’État incitateur et coordinateur », dans R. Lenoir, (...)

35Ainsi, la mise au rancart de l’État unitaire bureaucratique, hiérarchisé et dirigiste30 passe nécessairement par le décentrement des pouvoirs décisionnels et par le partage des responsabilités politiques à l’intérieur de la société civile. Le politique est ici défini comme le champ d’activité qui concerne la gestion de l’organisation et de la structuration globale de la collectivité, ainsi que l’orientation de la destinée de cette dernière.

36Avant d’entreprendre ce processus de dissémination des responsabilités, il faut s’assurer que les acteurs (individuels ou collectifs) sont prêts à assumer ces responsabilités ; on pourra alors élaborer de nouvelles stratégies de transfert régulatoire. Cela permettrait de favoriser le passage de la réglementation étatique à de nouvelles formes d’autorégulation sociale, qui pourraient se développer du côté des corps professionnels, des groupes d’intérêts, du milieu des affaires et des collectivités locales.

37Loin de se retirer complètement du jeu de la régulation, comme le souhaitent les néolibéraux, l’État devient plus important que jamais, puisqu’il conserve la responsabilité de coordonner l’ensemble des transferts régulatoires. De plus, il doit assumer l’important rôle de gardien des engagements pris par les acteurs sociaux à l’égard de la coresponsabilité. L’État devient ainsi, plus que jamais, « l’épée de Damoclès » qui menace de réinvestir, au besoin, le champ de régulation qu’il occupait, si les nouveaux responsables sociaux concernés n’assument pas adéquatement les nouvelles responsabilités sociales qui découlent de l’entente de transfert. Ainsi, la déréglementation en matière économique sera toujours un processus de transfert de régulation conditionnel à la bonne foi et au sérieux du milieu des affaires. Il ne s’agit pas d’un processus irréversible, puisque l’État garde la possibilité d’intervenir si les parties ne tiennent pas leurs engagements.

38En facilitant le transfert du contrôle régulatoire vers les individus ou leurs associations, l’éthique doit permettre à la société civile de concrétiser son dégagement prudent de l’État. Elle doit inciter les individus à participer plus directement à la gestion de l’hétérogénéité constitutive de leurs sociétés et à travailler à l’établissement d’un climat pacifique à l’intérieur de ces dernières.

  • 31 O. Aktouf, Le management entre tradition et renouvellement, op. cit., p. 645.

39Si les gens d’affaires désirent être de véritables acteurs politiques, ils doivent assumer pleinement leurs responsabilités qui consistent notamment à débattre ouvertement, avec les autres intervenants sociaux, du sens à donner au projet de société qui influera sur le destin de la collectivité. L’éthique des affaires joue un rôle de socialisation en amenant les entrepreneurs à intégrer, dans leur culture, les valeurs sociales importantes qui leur donneront accès à un statut de sujet politique. L’entreprise n’est plus simplement une organisation de production appartenant à un ou à plusieurs actionnaires, elle est aussi une institution sociale dont la vocation principale est de créer de la richesse collective. « L’institution entreprise a pris aujourd’hui une telle importance – directement et indirectement – dans la vie des humains qu’elle ne saurait se dispenser de réfléchir à la place qu’elle occupe et au rôle qu’elle remplit dans tous les aspects de la vie. C’est un des agents centraux de concrétisation d’un choix de société et de rapports humains31. »

  • 32 A. Etchegoyen, La valse des éthiques, Paris, François Bourin, 1991.
  • 33 G. Lipovetsky, Le crépuscule du devoir, op. cit., p. 11.

40L’éthique des affaires n’émerge donc pas d’une soudaine vague d’altruisme ou de puritanisme qui frapperait les entrepreneurs, elle est plutôt le résultat d’une réflexion pragmatique pour s’adapter aux nouvelles valeurs culturelles contemporaines. Pour Etchegoyen32, l’éthique des affaires est justement une réponse du milieu des affaires à cette nouvelle demande sociale de morale. « [P]artout la revitalisation des valeurs et l’esprit de responsabilité sont brandis comme l’impératif numéro un de l’époque : la sphère éthique est devenue le miroir privilégié où se déchiffre le nouvel esprit du temps33 ».

41Les gens d’affaires ne sauraient se soustraire à cette règle ; plus la décision des entreprises aura un impact sur l’économie, la politique et la société, plus la population exigera que les dirigeants prouvent qu’ils ont compris la dimension morale de leur action. Le refus d’adopter un comportement décent provoquerait une grave crise de confiance à l’égard de l’entreprise et pourrait engendrer un problème d’image et une baisse de sa rentabilité à moyen terme. Une institution sociale aussi importante que l’entreprise ne peut espérer pouvoir se développer hors du système de valeurs qui prédomine dans son environnement social. Négliger cette réalité pourrait provoquer une perturbation de l’ordre social et cela menacerait la stabilité politique et sociale de la collectivité, qui ne peut se maintenir sans qu’il y ait partage de valeurs et de normes communes.

Haut de page

Notes

1 T. Sorell, « Affaires », dans M. Canto-Sperber, Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, PUF, 1996, p. 18-23.

2 P. Singer, Questions d’éthique pratique, Paris, Bayard, 1997, p. 14.

3 Y. Boisvert, Le postmodernisme, Montréal, Boréal, 1995.

4 F. Dumont, Le sort de la culture, Montréal, Typo, 1995, p. 60.

5 Cité dans O. Aktouf, Le management entre tradition et renouvellement, Montréal, Gaëtan Morin, 1994, p. XVI.

6 M. Beaud et G. Dorstaler, La pensée économique depuis Keynes, Paris, Seuil, 1993, p. 81.

7 Voir notamment M. Friedman, Capitalisme et liberté, Paris, Laffont, 1971.

8 M. Beaud et G. Dorstaler, op. cit., p. 159.

9 M. Bernard, L’utopie néolibérale, Montréal, Renouveau québécois, 1997, p. 88.

10 R. Langlois, Pour en finir avec l’économisme, Montréal, Boréal, 1995, p. 31.

11 A. Dubuc, « Drôle de gauche, drôle de droite », La Presse, lundi 9 novembre 1998, p. B2.

12 M. Bernard et L.-P. Lauzon, Finances publiques, profits privés, Montréal, Renouveau québécois, 1996, p. 97.

13 A. Bernard, Problèmes politiques Canada et Québec, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 1993, p. 97.

14 G. Lipovetsky, Le crépuscule du devoir, Paris, Gallimard, 1992.

15 M. L. Weidenbaum, Business, Government and the Public, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1990.

16 M. Flamant, Le libéralisme contemporain, Paris, PUF, 1988, p. 15.

17 M. Dion, L’éthique ou le profit, Montréal, Fides, 1992, p. 31.

18 R. A. Buchholz, Fundamental Concepts and Problems in Business Ethics, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1989, p. 143-145.

19 G. Lipovetsky, op. cit., p. 262.

20 A. Etchegoyen, La valse des éthiques, Paris, François Bourin, 1991, 122.

21 N. Petrowski, « La face cachée d’Ikea », La Presse, jeudi 12 novembre 1998, p. D7.

22 Voir à ce sujet les livres de référence universitaire comme Y. Allaire et M. E. Firsirotu, L’entreprise stratégique : penser la stratégie, Boucherville, Gaëtan Morin, 1993, p. 462.

23 M. Blanc et al., Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1992.

24 M. Blanc, « La transaction dans les sciences sociales : vers un paradigme élargi », dans M. Blanc et al., Vie quotidienne et démocratie, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 24.

25 K. Bayertz, « Qu’est-ce que “l’éthique appliquée” ? », dans L. Sosoe, La vie des normes et l’esprit des lois, Montréal et Paris, L’Harmattan, 1998, p. 91-134.

26 V. Fischer et R. Brouillet, Les commandites, la pub de demain, Montréal, Saint-Martin, 1990, p. 21.

27 F. Ewald, « L’expérience de la responsabilité », dans De quoi sommes-nous responsables ?, Paris, Le Monde, 1997, p. 15.

28 F. Lenoir (dir.), Le temps de la responsabilité, Paris, Fayard, 1991, p. 133.

29 G. Lipovetsky, L’ère du vide, Paris, Gallimard, 1983, p. 193.

30 C. Saint-Étienne, « De l’État bureaucratique à l’État incitateur et coordinateur », dans R. Lenoir, Où va l’État, Paris, Le Monde, 1992, p. 15-32.

31 O. Aktouf, Le management entre tradition et renouvellement, op. cit., p. 645.

32 A. Etchegoyen, La valse des éthiques, Paris, François Bourin, 1991.

33 G. Lipovetsky, Le crépuscule du devoir, op. cit., p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boisvert , « La dimension politique de l’éthique des affaires », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 2 | 1999, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2684 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2684

Haut de page

Auteur

Yves Boisvert

Yves Boisvert est professeur chercheur à la chaire Fernand-Dumont de l’INRSÈ – Culture et société.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals