Navigation – Plan du site
Dossier principal

L’affaire Tapie-Crédit lyonnais : arguments éthiques et construction d’ethos

Keren Sadoun-Kerber

Résumés

En 2008, l’audition à l’Assemblée nationale est imposée à Bernard Tapie, homme d’affaires, à la suite du scandale Crédit lyonnais. Elle traite de la décision de verser à Tapie une somme avoisinant 390 millions d’euros, dont – et c’est le point qui indigne le plus le public et les députés – 45 millions d’euros de préjudice moral prélevés sur le trésor public. Les députés abordent toutes les accusations relatives à l’affaire, mettant l’accent sur le manque de morale du personnage. Tapie doit justifier la décision de l’arbitrage et redorer son image. Pour ce faire, il fait appel à une panoplie de stratégies, dont des arguments éthiques. Que peut-on apprendre de ces interactions au cœur d’un des scandales français les plus retentissants de la décennie – en particulier sur la façon dont chaque acteur cherche à gérer sa propre image ?

Haut de page

Texte intégral

1La qualification de « scandale », voire de « scandale d’État », vise à engendrer blâme et indignation dans le grand public, qui se voit lésé par une conduite incorrecte, sinon corrompue. La personne désignée comme l’auteur ou le protagoniste d’un comportement indigne est dès lors dénoncée pour son manque d’intégrité, et stigmatisée en tant que telle. Se pose alors la question de savoir comment elle peut corriger, au moins partiellement, son image publique ternie. Un individu dénoncé comme ayant lésé le public peut-il exposer des arguments qui le montrent comme cherchant le bien de ce même auditoire ? Quel type d’argument peut-il mettre en avant pour restaurer son ethos, compris comme l’image de soi qu’il construit dans son discours (Amossy, 1999) ?

2La construction de l’ethos est depuis l’Antiquité liée à la capacité de manifester sa vertu (l’arete est selon Aristote l’une des trois composantes de l’ethos, avec la phronesis, la sagesse, et l’eunoia, la bienveillance). Or, dans des cas où la personne fait l’objet d’attaques ad hominem qui la discréditent personnellement, en l’accusant par exemple de malhonnêteté, elle perd ipso facto la confiance de l’auditoire. Il est donc capital de restaurer cette confiance en avançant des arguments émanant du domaine de l’éthique qui donnent des preuves de son intégrité et de ses qualités morales. Il existe ainsi un lien étroit entre la gestion de l’ethos et l’emploi d’arguments éthiques.

3Cependant, ce sujet, malgré sa centralité, ne constitue pas une catégorie de restauration d’image dans la littérature savante (Benoit, 1995). Force est pourtant de constater que des individus aussi bien que des organisations tentent couramment de construire un ethos d’intégrité basé sur une argumentation éthique. Bien que William L. Benoit mette en place la catégorie du renforcement qui consiste à améliorer son image en accentuant les points positifs pour minimiser les sentiments négatifs du public engendrés par le scandale, nous proposons de considérer le recours à l’éthique comme une sous-stratégie distincte. Elle peut être mise en œuvre face à des reproches : dès lors que la personne convainc qu’elle est motivée par une quelconque éthique, son image est susceptible de s’améliorer. Ce processus nécessite de mettre l’accent sur l’aspect éthique des arguments ainsi que sur des termes qui relèvent du domaine de l’éthique, telle la responsabilité qui reçoit des inflexions diverses selon les domaines publics (affaires, etc.). La mobilisation de cette stratégie « éthique » peut être à la fois directe et indirecte.

4Dans le débat que nous allons étudier sont mis en œuvre des arguments représentatifs des trois courants majeurs de la philosophie morale et de l’éthique (normative), à savoir le conséquentialisme qui suppose que « la valeur morale d’un acte est contenue tout entière ou essentiellement dans ses conséquences » (Billier, 2010 : 17) ; le déontologisme qui suppose que l’on tient à honorer les règles et les principes sans prendre en compte leurs conséquences (Billier, 2010 : 86) ; enfin, l’éthique des vertus qui met la priorité sur le fait que l’homme cherche à cultiver en lui les vertus. Afin d’analyser la tentative de réparation d’image d’une personne dont l’image publique est ternie, nous cherchons à déterminer en parallèle les types d’arguments éthiques avancés contre elle par d’autres, et à voir comment elle y répond. Cette démarche bien définie délimite notre objet d’étude. Il ne sera pas question d’évaluer les arguments des uns et des autres quant à leur véracité. Par des outils empruntés à l’analyse du discours et de l’argumentation ainsi qu’à la théorie de la restauration d’image développée dans le domaine de la communication, nous tenterons de voir comment le retravail (Amossy, 2010) de l’ethos s’effectue de façon dialogique par le recours aux arguments éthiques. En particulier, il s’agira de voir si le locuteur cherche à répondre aux attaques ad hominem en mobilisant des arguments tirés du même domaine que celui qu’a sélectionné son détracteur, ou s’il choisit de se situer à un autre niveau et a recours à d’autres éléments.

  • 1 Défini aussi comme « patron » dans le Dictionnaire historique des patrons français, p. 670-672.
  • 2 Il a été député en 1989 des Bouches-du-Rhône, vice-président du Parti des radicaux de gauche, et a (...)

5L’objet de cet article est donc l’analyse des arguments échangés lors d’un débat à l’Assemblée nationale opposant des députés à Bernard Tapie afin d’évaluer les indemnités à verser à l’homme d’affaires1 et ancien homme politique2, dans l’un des « scandale[s] d’État » (Demonpion et Leger, 2010) les plus retentissants des dernières décennies. Si certains qualifient l’évènement de « scandale », c’est pour mettre en relief son caractère « spectaculaire » (Heinich, 2005 : 125). Or il s’agit bien là d’une « affaire », car il est question d’« un affrontement public et relativement durable entre deux jugements opposés à propos d’un même objet, attaqué par les uns mais défendu par les autres » (Heinich, 2005 : 125). D’autres traits de cette forme qui sont également sous-jacents dans ce cas : « des accusations, des justifications, des critiques, le déroulement de preuve, le développement d’une pluralité de récits incompatibles, le dévoilement de motifs cachés et bas, un effort de montée en généralité […] » (Boltanski et Claverie, 2007 : 403).

  • 3 On ne parlera pas ici des aspects et questions juridiques dont relève la notion même de préjudice ( (...)
  • 4 La Société de Banque occidentale, une filiale du Crédit lyonnais.

6Caractérisée comme confidentielle, la procédure d’arbitrage, dans le cadre de laquelle la décision a été prise, apparaît comme suspecte, essentiellement en raison du montant qui doit être déboursé par le Trésor public (préjudice économique et préjudice moral3). Pour éclairer le lecteur, résumons à grands traits le contexte de l’affaire. En 1990, Bernard Tapie rachète Adidas pour 1,6 milliard de francs. Fin 1992, alors que Tapie entre au gouvernement, le président de l’époque François Mitterrand pose comme condition à son entrée qu’il se débarrasse de l’entreprise. Il confie alors un mandat de vente à la SDBO4 et en fixe le prix à 2 milliards. Fin 1994, Bernard Tapie affirme que le Crédit lyonnais détient, sans le lui avoir dit, 20 % du capital d’Adidas, ce que la banque nie. Autrement dit, la banque qui l’a conseillé pour la vente d’Adidas a aussi participé au rachat. En 1994, lorsqu’Adidas est revendu pour 4,4 milliards à Robert Louis-Dreyfus, autre homme d’affaires influent, Bernard Tapie réclame une part de la plus-value, ce qui constitue l’origine du contentieux. Parallèlement, une autre grande affaire met Tapie en cause en tant que président de l’équipe de football, l’Olympique de Marseille (l’OM). En février 1994, il est mis en examen pour corruption (trucage de matches) et subornation de témoins. Cela entache sans nul doute sa réputation, d’autant qu’en mai 1995, il est condamné dans cette affaire à deux ans d’emprisonnement, dont un ferme. Quelques mois plus tard, en décembre 1995, le groupe de Bernard Tapie est placé en liquidation judiciaire. En 2007, un tribunal arbitral succède à l’échec d’une médiation ayant eu lieu en 2004, et durant l’été 2008 ce tribunal rend une décision controversée : le CDR (consortium de réalisation) est condamné à 390 millions d’euros : 45 millions de préjudice moral pour les époux Tapie, 240 de préjudice matériel pour les holdings de l’homme d’affaires, 92 millions d’intérêts de retard, et 13 millions de frais de procédure.

  • 5 Depuis cette audition, il y a eu d’autres rebondissements dans l’affaire : Tapie est contraint de r (...)

7Le moment analysé est particulier : il s’agit d’une audition qui se déroule dans cette noble assemblée le 10 septembre 2008. Pendant trois heures et quarante minutes, l’audition fait le point sur une affaire5 qui remonte à 1994 et dont les ramifications sont multiples. Dans ce cadre, sept thèmes principaux seront abordés : 1) les raisons du renoncement de la société Pentland d’acheter Adidas ; 2) la gestion de la société Adidas ; 3) la signature d’un mémorandum lorsque Tapie devient ministre ; 4) le processus de vente d’Adidas ; 5) les différentes banques susceptibles d’avoir versé de l’argent à Tapie ; 6) le principe de l’arbitrage ; 7) le contenu de l’arbitrage et le préjudice moral.

8L’audition traite donc essentiellement de la décision de verser à Tapie une somme de 390 millions d’euros dont – et c’est le point qui indigne le plus, les députés comme le public – 45 millions d’euros de préjudice moral prélevés sur le Trésor public. C’est sur ce point que nous allons concentrer notre analyse. Le thème du préjudice moral émerge durant la dernière partie de l’audition et suscite le plus de réactions hostiles de la part des députés. Le discours final de Tapie sera interrompu par ces députés, ceux-ci axant globalement leurs attaques sur les mêmes arguments. Nous jugeons important de mentionner ce fait pour expliquer l’éventuelle impression de répétition ressentie par le lecteur.

  • 6 Cette prise de parole singulière est considérée comme une réussite médiatique pour Tapie, selon le (...)

9Les membres de la Commission des finances, chargée du contrôle du budget de l’État, sont tenus de soulever des questions qui peuvent éclairer l’affaire. Sont donc concernés par cette affaire, et par ses retombées, le public et ses représentants à l’Assemblée nationale, haut lieu de la politique française. De plus, l’audition contraint la personne à qui l'on reproche d’en être la bénéficiaire de présenter sa version des faits6. Elle constitue donc un moment essentiel de l’analyse de la mise en scène du moi sur l’agora, car cette séance est télévisée (sur La Chaîne parlementaire [LCP] et ailleurs).

10Dans un premier temps, nous proposons de repérer les arguments utilisés par les membres de l’audition parlementaire au sujet de l’octroi d’une somme d’argent à l’homme d’affaires à titre du préjudice moral. Les sommes d’argent perçues à titre de réparation, étant prélevées de la caisse publique, soulèvent des questions d’ordre éthique dirigées contre Tapie, menaçant ainsi son image (Goffman, 1967 ; Brown & Levinson, 1987) – il serait celui qui lèse le public. Dans un second temps, nous analyserons les réponses de la personne entendue et l’éthique sur laquelle elle s’appuie de son côté.

11Passons à présent au premier stade de l’analyse, celui de l’examen des arguments des députés accusant Tapie de manquer d’intégrité. Pour une analyse en profondeur, concentrons-nous sur le septième thème de l’audition, celui du préjudice moral (la somme du préjudice économique étant sujette à différents calculs dépassant notre intérêt ici). Celui-ci n’apparaît qu’après deux heures et sept minutes, après avoir traité d’autres aspects de la procédure. Le rapporteur se concentre sur le contenu du recours à l’arbitrage, notamment sur le montant du préjudice moral :

[…] s’agissant du préjudice moral. Il a été fixé à cinquante millions d’euros dans la convention d’arbitrage, alors que vous aviez initialement demandé, d’après ce que nous a expliqué le CDR, la fixation d’un plafond à cent millions d’euros. Et le CDR a accepté ce plafond […] pensant que seule une somme symbolique pourrait être accordée à ce titre. D’ailleurs la Cour d’appel vous avait donné un préjudice moral d’un euro, comme nous l’a rappelé monsieur Rocchi. Alors pourquoi avez-vous demandé cette fixation vue de votre côté à cinquante millions d’euros, ce qui ne s’est jamais vu ? (LCP, 02:07:45)

12La proposition « ce qui ne s’est jamais vu » met l’accent sur la singularité de l’acte de demande fait par Tapie. C’est la demande, jugée non conventionnelle, même par l’autorité juridique telle que la Cour d’appel, qui jette le doute sur les principes auxquels obéit l’homme d’affaires. L’argument disqualifiant se base ainsi sur une perspective déontologique (comprendre prescriptive) qui impose des règles de conduite. Or le jugement de valeur qui souligne la singularité de l’acte n’utilise une perspective prescriptive que pour bien fonder un argument ad hominem qui considère Tapie comme immoral : il n’aurait en effet pas dû demander une telle somme. Son devoir en tant que citoyen était de rester dans des limites acceptables.

13La question du rapporteur donne naissance à d’autres interrogations relatives au même sujet, tout en faisant appel graduellement à des sentiments d’indignation engendrés par ce qui est perçu comme un manque d’éthique – ce qui suscite des actes menaçants pour la « face » de Tapie, à savoir pour la bonne image de lui-même dans l’interaction (Goffman 1967 : 5). Le président de séance, Didier Migaud, regroupe toutes les questions liées au même sujet et c’est seulement lorsqu’elles ont toutes été posées que l’accusé peut réagir. Ainsi le député Jean-Pierre Brard interroge-t-il l’homme d’affaires :

Enfin, Monsieur Tapie, le préjudice moral qui a été évoqué, qui résulte aussi de l’arbitrage. Quand par malheur un enfant décède du fait de l’état d’une faute d’une collectivité locale, en gros la famille pour préjudice moral est indemnisée à trente mille euros. Pour une victime de l’amiante, quarante-cinq mille euros. Vous, on vous attribue quarante-cinq millions d’euros, je voudrais savoir où est le préjudice moral et si vous trouvez moral que nos concitoyens soient mis à contribution de onze euros par famille pour financer ce préjudice moral. Merci. (LCP, 02:14:46)

14La comparaison avec des cas que l’on pourrait qualifier de tragiques vise à susciter le pathos (surtout l’indignation) aussi bien auprès des membres de la Commission que des téléspectateurs. Ce parallèle rend la requête de Tapie encore plus scandaleuse, disproportionnée et inique. La question directe (est-ce « moral ») vise à mettre en cause le sens éthique de l’homme d’affaires. La menace pour la face réside dans l’interrogation adressée à Tapie présupposant que, puisqu’il a accepté la somme, il ne la trouve pas disproportionnée (il est de surcroît présenté comme celui qui en a fait la demande). Deux manifestations de son manque d’éthique sont sous-entendues ici : la première est relative aux conséquences de cette demande d’indemnisation élevée, la somme prélevée de la caisse publique contraignant chaque famille à payer une somme de 11 euros. Ainsi, le plus grand nombre est lésé, ce qui va à l’encontre de l’éthique conséquentialiste pour laquelle est moral un acte dont les conséquences sont favorables au bien commun – c’est plus précisément le cas de l’approche utilitariste de Jeremy Bentham qui stipule qu’il faut maximiser le plaisir du plus grand nombre (1977 : 3) et minimiser la douleur (1948 : 1). Ce reproche se joint à d’autres insinuations qui ont précédé lors de l’audition et selon lesquelles Tapie veille exclusivement à ses propres intérêts – ce qui rejoint une certaine idée reçue de l’homme d’affaires. Une seconde manifestation de ce manque d’éthique se dessine au travers d’une comparaison avec les indemnisations plus modestes consenties pour des cas bien plus dramatiques. La première fait référence aux conséquences, la seconde, aux principes. Ces principes – veiller à ses propres intérêts au détriment du plus grand nombre – ont pour conséquence de léser le contribuable, décision prise en toute conscience par Tapie et dont il pouvait aisément prévoir les conséquences sur la collectivité. Tout cela reflète au final un effacement des valeurs. Et ces deux points rejaillissent sur son image et appellent à le disqualifier.

15Pour compléter cet argumentaire critique, deux députés vont encore intervenir. Tout d’abord le député Philippe Vigier :

Je voudrais demander à Bernard Tapie dans l’arbitrage, il y a cette part du préjudice moral. Et là, je veux m’adresser à l’homme qui a exercé des responsabilités politiques. Qui a été ministre. Qui a été député. Et cette somme de 50 millions d’euros est une somme considérable et il faut comprendre qu’elle choque nos concitoyens. […] Je crois qu’il aurait été, me semble-t-il, élégant de s’en tenir à l’indemnisation pour préjudice économique. Je trouve qu’un préjudice moral tel que vous l’avez demandé, à la hauteur à laquelle il a été négocié quelque part risque de faire tache d’huile pour d’autres arbitrages. Et c’est d’autant plus choquant que vous avez exercé justement ces fonctions de serviteur de la République (LCP, 02:20:00).

16Il s’agit par cette interrogation de porter ici l’attaque sur un front complémentaire : Tapie était un dignitaire ayant la charge d’exercer des fonctions publiques et, à ce titre, il a transgressé son devoir de serviteur de la République. On attend en effet d’un politique dans le cadre de ses fonctions qu’il fasse preuve d’une éthique supérieure à celle d’un citoyen ordinaire, qu’il se hisse au-dessus de ses intérêts personnels et donne la priorité au bien des citoyens. Or, qualifiant l’attitude de Tapie de peu « élégante », l’argument de Vigier souligne un comportement et des principes dénués d’éthique. Cet argument fait appel à la fois à la perspective conséquentialiste, prenant en considération le bien des concitoyens, déontologique, stipulant le principe de la priorité de l’intérêt général sur l’intérêt privé, et enfin à la perspective des vertus, selon laquelle il faut faire preuve en tant qu’ancien ministre d’un comportement d’autodépassement et d’exemplarité.

17Enfin vient la remarque du député David Habib :

Ce qui choque dans ce dossier, c’est effectivement les 45 millions d’euros accordés au titre du préjudice moral. Dans ce pays aujourd’hui, au moment où nous parlons, tout cet après-midi les parlementaires se sont réunis, il y a un grand nombre de Français qui vivent des difficultés, il y a des collectivités territoriales qui n’obtiennent aucune subvention. Il y a des situations extrêmement tragiques. […] Et nous avons le sentiment que vous avez été un justiciable qui a bénéficié d’un certain nombre de faveurs. Et aujourd’hui, nous voyons quelqu’un qui au titre d’une sentence arbitrale bénéficie de 45 millions d’euros. Le sentiment que nous voulons exprimer, ce n’est pas une question ; […] excusez-moi d’utiliser ce terme, c’est le sentiment de dégoût par rapport à une décision qui, dans le contexte social qui est vécu par notre pays, révulse, en tout cas, provoque, des réactions extrêmement vives parmi nos concitoyens. (LCP, 02:21:25)

18La réaction du député souligne le manque d’éthique sous un autre angle. Il pointe du doigt la situation économique du pays, vécue par de nombreux Français, critère empêchant d’exiger une telle somme au nom du préjudice moral. L’indignation ici est le résultat d’un sentiment d’injustice par rapport à des collectivités qui souffrent du fait d’un contexte de crise. L’injustice exprimée fait référence à une éthique publique déficiente de Tapie qui fait preuve d’une indifférence, rendant cette demande moralement intolérable.

19On peut résumer ainsi les reproches adressés par les députés à Tapie dans ce lieu généralement plus sujet à la retenue et à la demi-mesure. Ces menaces pour la face et ces défis (Weizman, 2008) concernent son comportement considéré comme peu éthique de quelque point de vue que l’on se place : du point de vue conséquentialiste, le résultat n’augmente guère « le bien-être de la communauté » (Billier, 2010 : 77) ; du point de vue déontologique, les principes guidant ses actes sont considérés comme erronés ; enfin, il ne fait pas preuve de grandeur d’âme en tant que citoyen, et a fortiori en tant qu’ancien ministre. Tantôt ce sont les conséquences de la demande qui sont accentuées, tantôt les principes d’un citoyen qui sont mis en cause, et tantôt les principes d’un ancien homme politique qui devrait avoir un comportement de dépassement par rapport à ses intérêts personnels lorsque ceux-ci entrent en conflit avec l’intérêt général : on en appelle à sa responsabilité d’homme public.

20On pourrait également voir dans l’ensemble des réactions des députés une sorte d’appel à mobilisation émanant de la forme « affaire ». Cet appel à mobilisation est destiné éventuellement à une instance juridique de la République pour repenser la décision controversée. Il peut aussi viser le public en général qui ne se sent peut-être pas concerné, du fait de la complexité de l’affaire, de l’affection dont jouit Tapie et qui peut aveugler certains milieux, etc. Cet appel peut être analysé selon les trois registres dont parlent Luc Boltanski et Élisabeth Claverie, à savoir les registres normatif, argumentatif et émotionnel. Ainsi, le registre normatif est réfracté par la dénonciation des principes erronés de l’homme d’affaires ; le registre argumentatif, qui « se tourne vers la question de la vérité des versions » cherche à mettre en doute la vérité énoncée par Tapie ; enfin, le registre émotionnel se manifeste dans l’appel à l’émotion (pitié) en présentant des cas gravissimes (2007 : 422-423).

  • 7 Aux côtés de représentations positives comme nouveau businessman et modèle, à imiter (voir Musnik, (...)

21Ces attaques violentes formulées sous forme de questions se fondent sur une certaine conception éthique de ces membres. Ces reproches semblent se fonder considérablement sur son ethos prédiscursif (Amossy, 2000), c’est-à-dire de l’image publique que celui-ci possède avant ce discours et qui englobe des représentations diverses, souvent péjoratives7. Les attaques dirigées à son encontre exigent, de la part de Tapie, une réponse convaincante pour sauver les apparences. Il doit tenter de passer du statut d’homme indigne à celui d’un homme respectable, lavé de tout soupçon. Il va mobiliser pour ce faire un large éventail de procédés et de stratégies discursives pour se montrer comme une personne de bien ayant subi un tort. Nous allons tous les aborder, nous focalisant néanmoins sur les arguments éthiques. Nous diviserons la longue réponse qui clôt l’audition et nous nous concentrerons chaque fois sur la démarche bien précise visant à redorer son blason. L’homme d’affaires commence par mentionner la place primordiale conférée à l’opinion publique :

Il reste un point qui est évidemment un point capital, important, en tout cas, au regard et sur l’appréciation que vous donnez de l’opinion publique. D’abord, ce chiffre, je vous demande de le prendre en considération, par rapport à l’actualisation, parce que là il est donné, actualisé, hein on part d’un préjudice qui date d’il y a quinze ans. Alors ça a quand même, reconnaissons-le, une part de différentiel, [interruption] Comment ? Non, mais l’argent d’aujourd’hui vaut pas tout à fait celui d’il y a quinze ans, c’est la moitié. (LCP, 3:32:35)

22Tout fonctionne et se dit au sein de la Commission avec une claire conscience du regard public. Pour cette raison, il importe à Tapis en premier lieu de souligner la dévaluation de l’argent au cours des quinze années écoulées, recourant ainsi à la stratégie de minimisation pour la somme abyssale accordée et cœur de la polémique. Ensuite, la minimisation se manifeste par le remplacement du vocable « somme » par celui de « chiffre ». Le terme de « chiffre » est dénué de tout bagage émotionnel permettant de dissimuler dans une certaine mesure le caractère gigantesque de cette somme allouée tout en se référant à elle. Minimiser la somme, c’est tenter de minimiser les sentiments négatifs qu’elle suscite au sein du public. La minimisation se manifeste aussi plus tard lorsque l’homme d’affaires utilise un vocable comme « fautes » qui montre un côté humain.

23Tapie met en valeur la considération qu’il a pour l’opinion publique. Le fait de déclarer « capital » et « important » le point qui concerne celle-ci vise à construire l’image de quelqu’un qui se préoccupe de ce que l’on pense et est attendu de lui. En même temps, et pour la même raison, Tapie cherche à obtenir l’accord des députés à ce sujet : « je vous demande de le prendre en considération », « reconnaissons-le ».

24Des membres de la Commission interrompent son discours ; ils ne veulent pas accréditer son discours de minimisation qui cherche à légitimer cette indemnisation, surtout au regard du public. Pour entraver cette démarche de légitimation, ils lui opposent à nouveau l’argument d’analogie concernant ces cas beaucoup plus tragiques. Il s’agit du point culminant de l’audition : « Non, mais Monsieur, moi je ne suis pas chargé de définir le montant des indemnités qui sont à donner à un gamin ».

25Faut-il adresser cette question à Tapie, aux juges ou à l’État ? Tapie montre que ce n’est pas à lui que cet argument est destiné, et se décharge ainsi de toute responsabilité, annulant la pertinence de la remarque. Là où l’un des députés (Brard) compare les montants d’indemnisation accordés à d’autres cas gravissimes pour en souligner la disproportion, Tapie inverse l’argument, mettant en cause les décisions prises par l’État. Ce n’est donc pas lui qui est censé être la cible des attaques, mais bien l’État et le pouvoir exécutif, donc les députés présents en personne. La stratégie de Tapie consiste à décentrer les accusations portées contre lui vers l’État, à la fois pour ne pas avoir à se mesurer à l’objection vraiment grave et pour réduire les sentiments négatifs dirigés contre lui comme personne dénuée de morale.

26Par rapport à l’accusation dont il est l’objet, celle d’un traitement de faveur, signe de manque d’éthique par rapport aux citoyens, Tapie nie tout en bloc :

[…] c’est dans le contexte de ces arbitrages avec des auditions, avec des pièces fournies, que trois hommes ont estimé ce préjudice. Vous êtes là, et vous me dites comme ça, ça les vaut pas, ça les vaut, chacun avait le droit de dire combien ça valait. Sauf qu’à la différence de vous, les arbitres ont passé trois heures à m’écouter et à me passer sur le gril pour que je fasse l’inventaire de ce qui s’est passé. L’inventaire. Comme le…, notre ami député, tout à l’heure, a dit j’avais été un favorisé. (LCP, 03:33:14)

27Sa dénégation fait valoir l’autorité des juges, figures de l’ordre et qui l’ont déjà obligé à tout raconter avant de prendre une décision le concernant en leur âme et conscience. Sa dénégation a valeur de contre-argument, appuyé sur la souffrance subie au cours de cette affaire pendant des années.

Alors parmi les choses qui ont choqué les arbitres, il y a deux types de souffrance : d’abord, on a tous les nôtres. […] chacun peut faire revendiquer un moment ou à un autre une forme de détresse qui peut ou pas prêter à une rémunération. […] En ce qui me concerne, il a fallu qu’ils examinent toutes les conséquences de ce qui m’a simplement été fait depuis 95. […] Voilà. Puis à partir de 94 on a commencé toutes les mises en accusation, les inculpations, à l’époque ça s’appelait comme ça, les mises en examen, ça a été les perquisitions, les préjudices, bref ! […] que je sois au cœur d’une médiatisation outrancière sur des fautes que j’ai commises, c’est la moindre des choses. […] Mais qu’on continue de le faire même quand je gagne, on, on est, on est dans l’irrationnel total et ça ne se justifie pas ! Alors, moi j’aurais voulu que un seul de mes contestataires vive, voyez pas longtemps, un mois seulement, un mois l’enfer que j’avais vécu, un mois l’enfer pendant lequel je suis obligé de changer le nom de mes enfants pour les emmener à l’école. Car ils ne peuvent plus aller à l’école sous le nom de Tapie. Avec le dessin qu’il a jeté ce matin […] dire « c’est de l’humour ». « C’est de l’humour quand vous avez votre nom sur une poubelle. » Peut-être quand c’est un nom qui n’est pas le vôtre. Mais quand c’est le vôtre, il est porté par vos gosses, il est porté par votre femme, il est porté par votre famille et ça fait mal (!) d’avoir son nom sur une poubelle. [...] si j’avais fait des fautes qu’on m’a reprochées mais quand il y a sept mises en accusations, il y a six (!) inculpations, toutes se terminent par un non-lieu qu’on n’a jamais fait savoir, jamais ! […] Toutes ces plaintes étaient fausses. Quand ma femme passe sa journée entière à chialer dans les chiottes parce qu’il y a trois mille personnes qui ouvrent le placard pour regarder quel dentifrice j’utilise, c’est [sic.] pas normal ! C’est une, c’est, c’est, comment dire, vous subissez, et bien sûr c’est [sic] pas Tchernobyl, et vous subissez à petit feu et en permanence et de la part d’un coupable qui en plus s’est enrichi sur votre dos – à ce moment-là les arbitres peuvent dire vous allez payer pour ces fautes-là. […] Moi, j’ai [sic] rien à réclamer. J’ai demandé mon dû. Les arbitres, je crois, largement, largement aussi crédibles que vous êtes, largement aussi honnêtes que vous êtes, ont décidé de me les donner et lorsque j’arrive et qu’un jour un homme se fait traiter de « Tapie-Breton » en Bretagne par un journaliste qui fait son titre et que la justice condamne le journaliste sur ce fait parce que mon nom est devenu une injure publique, vous, peut-être vous ne mesurez pas qu’elle est l’énormité du problème, mais je souhaite pas de porter un seul jour un nom qui devient une injure publique. C’est comme si je m’appelais « enfoiré », « pourri », « ordure ». (LCP, 03:33:47)

28Ce qui prédomine à ce stade final de l’audition où des accusations de plus en plus lourdes pèsent sur son image, c’est l’utilisation du pathos suscitant la pitié, l’appel ad misericordiam. Tapie inverse les rôles : la victime c’est lui, et les membres de l’assemblée, les bourreaux. Notons qu’il prend soin néanmoins de ne pas mentionner explicitement la source qui l’accuse, jouant d’un flou maîtrisé par le recours au « on » indéfini (« qu’on continue ») pouvant être interprété comme un on générique (Flottum et al., 2007 : 30). Pour renforcer le bien-fondé de sa souffrance, il prend soin de mentionner que sa situation a fortement ému les arbitres, sous-tendant que si des professionnels dotés d’une longue expérience ont été choqués, tout le monde est censé l’être également. Il s’appuie donc sur un argument a fortiori, à savoir que si le plus peut être X, à plus forte raison le moins doit être X également. Les professionnels étant les juges, il emploie donc dans le soubassement de son raisonnement, une fois de plus, l’argument d’autorité.

  • 8 En 1998, après sa sortie de prison, Tapie enregistre une chanson avec le rappeur guadeloupéen popul (...)

29Reposant massivement sur du pathos, la stratégie de Tapie vise à susciter de la pitié et de l’indignation chez le téléspectateur de façon mimétique. L’homme d’affaires en appelle à une identification, surtout de la part d’auditoires particuliers, ceux des banlieues et des classes inférieures qui ont quelques points communs avec lui. Il prend soin de souligner ses origines populaires ou tout au moins modestes, et son caractère d’« outsider »8, renforçant l’effet en recourant à un niveau de langue familier, sinon argotique. La souffrance est amplement exprimée à la fois par des arguments, mais aussi par les modalités de l’énonciation, et ce, dans le but commun d’éveiller de la compassion.

30Les peurs mises en avant par Tapie – à savoir l’arbitraire d’une condamnation à la prison et le pouvoir de coercition de l’État sur un citoyen lambda, devenu impuissant à se défendre – sont à même de susciter l’indignation d’un auditoire du fait de leur présentation. Elles favorisent en outre l’identification. Il s’agit ici d’un argument ad baculum, suscitant la peur du citoyen. Cet argument vise par ailleurs le bien général puisque tout citoyen aspire à vivre sereinement sans crainte d’être victime d’une erreur judiciaire. Et s’il l’est, il doit pouvoir bénéficier d’une indemnisation et être lavé dans son honneur. C’est en somme là l’éthique publique. Tapie pratique donc un recadrage de la morale publique à son avantage, réponse à cet ad hominem.

  • 9 Des représentations de Tapie comme « trop fort » mentionnées par Arlette Chabot durant le débat tél (...)

31Tapie commence par aborder les souffrances communes à tous les êtres humains – ce qui le met dans la position d’un homme comme les autres, le commun des mortels à qui la souffrance n’a pas été épargnée. Ceci pour adoucir son image publique d’homme fort9. Et c’est seulement après avoir préparé l’esprit de l’auditoire à ce discours qu’il mentionne sa souffrance personnelle et exceptionnelle (un bouc émissaire qui a, selon lui, subi plus que tout autre dans la classe politique) s’ajoutant aux douleurs communes, et causées par des personnes qui lui en voulaient. Distinguant ainsi son propre sort, il le met en valeur, et renforce davantage la stratégie de victimisation, qui le présente comme cible d’une attaque : d’abord, l’utilisation de la forme passive « ce qui m’a simplement été fait […] » ; ensuite, la mention de toutes les attaques qu’il a subies en personne. La destruction de son nom est donc concrète ; c’est, de la part de ses adversaires, une tentative de démolir complètement l’homme en s’en prenant à son nom.

32Le pathos est ainsi utilisé tout en étant nié. En effet, la victimisation dont il fait état ne relève pas du sentiment : elle est présentée comme un fait indiscutable, avéré et documenté. Il n’en appelle pas aux émotions (la pitié surtout ; l’indignation également) pas plus qu’il n’essaie d’argumenter un sentiment (Micheli, 2010). Il vise à se présenter objectivement comme une victime, appuyant son statut sur des documents, et écarte l’hypothèse d’une lecture subjective de l’affaire. Étant victime de l’État, l’acte juste serait de l’indemniser.

33À partir des souffrances qui lui ont été imposées ainsi qu’à sa famille, il appuie son autoportrait sur plusieurs ethe. Le premier est un ethos d’homme de famille, responsable et sensible à la souffrance des siens. Bien qu’elle ne soit qu’évoquée, cette image méliorative s’inscrit ainsi en ligne droite d’un ethos collectif culturel connu (Wei, 2002) porté par des valeurs appréciées.

34Un deuxième ethos est celui de l’homme proche du peuple (stratégie de proximité) en utilisant un niveau de langue populaire et même argotique (« chialer dans les chiottes », « foutre un type en taule », etc.). Lorsque le téléspectateur se sent proche du locuteur, il est plus sensible à la souffrance exprimée par celui-ci. S’ajoute ici, l’emploi de la seconde personne du pluriel, vous (ou sa version plus familière tu). Ce procédé courant dans la conversation, lorsqu’on parle de soi, a pour effet d’inclure l’auditeur et de l’impliquer davantage : cette personne incarcérée, ce pourrait être chacun de nous. Par cet emploi de vous, Tapie mobilise l’auditeur et fait en sorte que celui-ci est inclus dans l’adresse, et censé de surcroît s’identifier à lui : « il est porté par vos gosses […] par votre femme […] par votre famille ».

35Tapie se présente comme quelqu’un qui lutte pour un traitement égal et juste, ce qui selon lui devrait réduire le mal-être d’individus et de groupes dans la société française. Il inverse ainsi habilement les accusations lancées contre lui. Dans son optique, l’éthique publique doit être caractérisée par un comportement égal envers tous (règle de justice, selon Perelman et Olbrechts-Tyteca, 2008). Celui qui ne procède pas de la sorte est considéré selon lui comme « irrationnel ».

36Un peu plus loin, il se corrige par rapport à cet excès d’expressions fondées sur les émotions, et se livre à une sorte d’autocritique ayant pour effet de renvoyer l’image d’une personne raisonnable, ayant une perspective mesurée et ne se laissant pas aller à des exagérations (« vous subissez, et bien sûr c’est [sic] pas Tchernobyl... »). Tapie est conscient que « l’émotion exagérée, disproportionnée avec le sujet, le but à atteindre ou la nature des arguments, suggère des prétentions qui feront paraître faible toute argumentation » (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 2008 : 619). Il se corrige donc pour gagner en crédibilité et regagner la confiance de ses interlocuteurs.

  • 10 Comme il est aussi acteur (au sens littéral), ce fait sera repris par ses détracteurs pour discrédi (...)

37L’ethos préalable de Tapie le montre comme jouant généralement du pathos, comme un populiste, et surtout sa pratique du métier de comédien10, rendent les députés méfiants à son égard. Ils le lui font effectivement remarquer à plusieurs reprises, parfois en feignant de s’excuser de leur méfiance (comme dans l’une des remarques de Jérôme Cahuzac) :

Or, même si j’ai fait des fautes, et j’en ai fait, je ne mérite pas du tout ce traitement. Et encore moins par la banque qui a gagné de l’argent sur mon dos ! […] quand vous m’opposez des gens qui ne sont pas rémunérés des fautes que l’État a commises, c’est pas dans mon cas qu’il faut vous insurger, c’est dans l’autre. Parce que l’État a tous les droits dans ce pays ! Y compris de foutre un type en taule pendant vingt ans ! Et de le ressortir en disant « on s’excuse et on vous donne dix mille balles ». Mais c’est là le scandale. C’est [sic] pas quand vous m’indemnisez de ce que vous m’avez volé. C’est quand vous envoyez des gens en taule et que l’État se protège, parce qu’il est protégé, parce que dans ce pays il a jamais tort ! Et je suis content qu’il y ait [sic] des gens du niveau de Monsieur Mazeaud et du niveau de Monsieur Bredin pour dire « non, c’est fini ». Il faut que l’État soit responsable de ses actes et quand il fait une faute, faut qu’il paye ! (LCP, 03:37:34)

38La stratégie utilisée ici est celle de la « scandalisation », dans l’un des trois sens que lui attribue Michel Offerlé (1998 : 123) – celui qui consiste à « énoncer qu’il y a scandale ». D’abord, il dissocie l’analogie qui a été faite par le député : s’il y a des injustices, il faut les traiter. Cependant, ce n’est pas envers lui qu’il faut diriger l’indignation. Il est une victime, et l’État, le responsable chargé de remédier à ces injustices. Le véritable scandale réside dans la façon dont l’État est géré. Ensuite, cette stratégie consiste à discréditer l’adversaire, ou à ruiner son crédit. La stratégie de scandalisation se manifeste discursivement dans l’inversion de sa propre implication pour ce qui est considéré comme un scandale. Il procède ainsi par un recadrage (reframing) ou par une reformulation du sens du scandale. Si le règlement de l’affaire Adidas est considéré comme un « scandale d’État » du fait de la somme exorbitante accordée pour préjudice moral, Tapie dans son discours inverse les choses prétendant montrer les faits sous un jour nouveau : il s’agit selon lui d’un rééquilibrage de la justice en sa faveur après que l’État a commis une erreur à son encontre. Il attaque ainsi le système, thèse qui sera d’ailleurs renforcée par d’autres livres publiés à la même époque (voir Touati, 2013). Une fois de plus, Tapie intègre dans ses propos le discours qui circule sur sa personne dans l’espace public tout en le transformant à la faveur d’une reconstruction de son image : non plus celle d’un homme tout puissant, mais celle d’une victime du système, un être humain face aux puissantes instances de l’État qui essayent de le détruire – de bafouer son nom. Le scandale, selon lui, consiste bien plutôt dans la façon arbitraire dont des citoyens innocents sont condamnés à la prison et dont on leur octroie après coup une somme d’argent illusoire pour compenser le mal fait. Le manque d’éthique de la part de l’État est le scandale par excellence, selon lui. On voit que le recadrage utilisé pour dénoncer un scandale, en plus de laver la personne des reproches qui lui sont adressés, a aussi pour but de déplacer l’accusation vers une autre cible. On est alors dans une stratégie d’attaque.

39Par la suite, Tapie continue avec une autre stratégie de restauration d’image qui vise à montrer les accusateurs comme peu éthiques et à dénoncer leurs méthodes douteuses :

Alors la démagogie qui consiste à dire « ça représente combien d’enfants malades ? » Moi je vous demande pas si votre campagne électorale présidentielle, Monsieur Bayrou, correspond à je ne sais pas combien de poliomyélites qu’on aurait pu soigner. (LCP, 03:38:29)

40Cette stratégie consiste à dénoncer et à exposer la stratégie de l’autre pour l’affaiblir, et ainsi à minimiser les dégâts causés à sa propre image. Ainsi, Tapie dénonce la démarche de l’un des membres de la Commission en qualifiant son discours de démagogie, après que celui-ci, comme d’autres, ait soulevé des arguments qui comparent les sommes octroyées dans des cas gravissimes à celles versées à Tapie, pour en faire ressortir le caractère injuste.

41Enfin, une autre stratégie de réparation d’image (Benoit, 1995) consiste à promettre de ne pas répéter la même action offensive : « ce qui comptera c’est ce que j’en ferai. […] ça sera pas pour acheter le Phocéa ni pour acheter l’Olympique de Marseille, et je ferai ce que je pense que ma conscience m’ordonnera de faire. Voilà » (03:32:38).

42Dans cette partie de clôture, l’homme d’affaires détermine d’abord un critère permettant d’apprécier son sens de l’éthique : la nature de ses actes futurs. Ensuite, il promet sous forme de dénégation de ne pas commettre des actes jugés comme offensants, cherchant à apaiser les sentiments hostiles dirigés contre lui. Le mot de la fin est une promesse de conduite dans le respect d’une éthique des vertus (sa conscience).

43En conclusion, l’audition consiste dans une mise en scène du pouvoir de la République. Cette affaire retentissante oblige le régime en place à procéder à la « réinstauration de la validité de l’ordre moral existant » (Boltanski et Claverie, 2007 : 416), et ce, en pointant du doigt le fauteur, bien que les députés ne le disent pas en toutes lettres. Les membres de la Commission, en tant que représentants de la nation, sont soucieux de se montrer comme remplissant leur rôle social. Comme ils cherchent à mettre en valeur leur engagement fervent pour l’intérêt public, la réputation de l’homme d’affaires se trouve atteinte. Cela veut dire en pratique qu’ils tentent de poser des questions brûlantes relatives à l’affaire avec un sens critique réel, ou d’exprimer une méfiance vis-à-vis de la personne de Tapie, ou encore de contester ses arguments, voire de la discréditer explicitement sur la base de traits de personnalité (manquement à l’éthique publique, etc.), ou de pratiques et de rôles (manquement à son rôle en tant qu’ancien représentant de la République, comédien). En bref, il s’agit d’une dynamique qui a priori n’est pas favorable à l’homme d’affaires.

44Ce débat public filmé aiguise et rappelle à l’ensemble du corps civique les attentes vis-à-vis d’un citoyen qui est de surcroît homme public. En même temps, cette démonstration de pouvoir n’est pas favorable à la personne auditée, et consiste donc en une sorte de mise en garde d’autres « fauteurs » potentiels qui risquent d’être « stigmatisés » sur la place publique.

45Les rivalités politiques aussi bien que l’ethos prédiscursif (Amossy, 2000) de Tapie jouent contre lui. Les députés font preuve de méfiance par rapport à l’homme d’affaires, qui pourrait être rapportée à son ethos, préalable au discours en question. L’analyse de ce fragment révèle donc l’influence cruciale de l’ethos prédiscursif même dans l’interaction régulée que constitue l’audition parlementaire.

46La conséquence de cette mise en scène en termes d’image, c’est la menace permanente de celle-ci dans l’interaction. Cette menace tient au manquement à l’idée d’éthique entendue ici dans sa dimension de juste plutôt que de bien. Or, les deux s’entremêlent dans le discours de l’homme d’affaires : le bien général selon lui réside dans l’évitement d’actes injustes provenant de la part d’institutions publiques.

47Sur les arguments d’ordre éthique, l’analyse a montré une sorte d’élasticité de leur étreinte. On peut être d’accord sur les démonstrations, mais pas sur ce que l’on entend par le bien (L’Éthique à Nicomaque) ou le juste. Les acteurs mobilisent ces concepts, chacun selon ses propres besoins. Si pour les membres de la Commission, l’éthique serait que Tapie s’abstienne de demander un préjudice moral, pour l’homme d’affaires, le préjudice moral est justement une manière éthique de redresser une faute commise à l’égard d’un citoyen. Si n’importe qui peut se trouver dans la même situation, le bien public, c’est que l’État ne tolère pas de pareilles injustices.

  • 11 Pendant la période 1988-2010, l’image de la politique, surtout parmi les classes moyennes, se dégra (...)

48Les différents agents sociaux ont recours à des justifications – raisonnables et acceptables – tirées du domaine de l’éthique. Chacun revendique l’éthique bien que les perspectives puissent différer : si le résultat n’est pas souhaitable, les intentions néanmoins étaient bonnes ; les intentions ont été guidées par des valeurs élevées, etc. Cette justification éthique est de surcroît susceptible de restaurer l’image de la personne auditée et celle des députés (qui ne jouissent pas non plus d’une image très positive dans les sondages11).

49Or une justification éthique de tous bords – surtout dans une manifestation politique filmée – ne peut-elle pas être une menace pour la démocratie ? Les multiples perspectives de l’éthique risquent de permettre la justification des actes et leurs contraires, en perdant le fil conducteur de ce qu’il est juste de faire dans une situation donnée. Est-ce qu’un homme d’affaires qui se dit victime d’une banque doit être indemnisé au-delà d’une compensation économique ? Et un citoyen qui a subi des nuisances personnelles de la part de fonctionnaires de l’État, comme Tapie, n’est-il pas en droit de recevoir une somme complémentaire pour préjudice moral ? Sinon, où est la justice ? Cette question risque de réduire la confiance des autres citoyens envers les établissements publics. Si oui, pourquoi d’autres citoyens lésés ne sont-ils pas indemnisés à hauteur égale ? Et dans quelle mesure un premier citoyen peut-il être indemnisé sans qu’un second soit en conséquence lésé ?

50Outre ces questions faisant appel aux valeurs d’égalité et de solidarité, il y a la part de doute que suscite une excellente argumentation comme celle-ci, basée en apparence sur l’éthique : si l’argumentation de l’homme d’affaires convainc, et que la justice vient contradictoirement à confirmer sa corruption, la confiance du public risque d’être ébranlée. Des arguments présentés comme éthiques seront considérés pour finir comme du pur cynisme – et il en va ainsi pour l’homme d’affaires audité comme pour les hommes politiques ; les uns comme les autres apparaissent comme agissant afin de promouvoir leur cause, se servant de l’éthique avant tout pour renforcer leur ethos.

51La mise à jour conjointe des mécanismes d’accusations et de tentatives de restauration d’image est importante pour chaque citoyen préoccupé par des considérations de vivre ensemble dans une société et également par les valeurs qui valent d’être promues. Le fait de décortiquer ces accusations et les stratégies de restauration d’image (des stratégies de réparation d’images, des réfutations et des renversements d’arguments, des appels à l’action ou à l’émotion) permet également d’évaluer chaque argument avancé pour se faire une idée plus juste du discours des uns et des autres.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth (éd.) (1999), Image de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Genève, Delachaux et Niestlé.

Amossy, Ruth (2000), L’argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction, Paris, Nathan.

Amossy, Ruth (2010), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Press Universitaire de France.

Anticor (2015), Affaire Lagarde-Tapie : un scandale d’état, 17 février, [en ligne], http://www.anticor.org/2015/02/17/affaire-lagarde-tapie-un-nouveau-scandale-detat/, (30 décembre 2016).

Aristote (1972), L’Éthique à Nicomaque, Paris, Vrin.

Aristote (1991), Rhétorique, Paris, Le livre de poche.

Benoit, William L. (1995), Accounts, excuses and apologies: A theory of image restoration strategies, Albany, New York, State University of NY Press.

Bentham, Jeremy (1948), The Principles of Morals and Legislation, New York, The Hafner Library of Classics.

Bentham, Jeremy (1977), A fragment on Government, Cambridge, Cambridge University Press.

Billier, Jean-Cassien (2010), Introduction à l’éthique, France, Presses universitaires de France.

Boltanski, Luc et Élisabeth Claverie (2007), « Du monde social en tant que scène d’un procès » dans Nicolas Offenstadt et Stéphane Van Damme, Affaires, Scandales et Grandes Causes : De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, p. 395-452.

Brown, Penelope, et Steven C. Levinson ([1978] 1987), Politeness. Some Universals in Language Usage, Cambridge, Cambridge University Press.

Daumas, Jean-Claude (dir.) (2010), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion.

Demonpion, Denis et Laurent Léger (2009), Tapie Sarkozy Les clefs du scandale, Paris, Pygmalion.

Dupoirier, Élisabeth (2011), Le vote des classes moyennes. Fondapol, L’innovation politique

Flottum Kjersti, Kerstin Jonasson et Coco Norén (2007), ON Pronom à facettes, Bruxelles, de Boeck.

Fratani, Marc (2009), Le mot d’ordre était Liquidons Tapie !, Paris, Hugo & Cie.

Goffman, Erving (1967), Interaction Ritual, New York, Anchor books.

Heinich Nathalie, 2005, « L’art du scandale. Indignation esthétique et sociologie des valeurs », Politix, no 71, p. 121-136.

La Chaîne parlementaire – LCP (2013), Affaire Tapie-Adidas : Audition de Bernard Tapie, [en ligne], https://www.youtube.com/watch?v=FxuBgDIAqDI, (30 décembre 2016).

Mauduit, Laurent (2008), Sous le Tapie, Paris, Stock.

Mauduit, Laurent (2015), « Affaire Tapie : les preuves du mensonge », Médiapart, 27 septembre, [en ligne], https://www.mediapart.fr/journal/france/270915/affaire-tapie-les-preuves-du-mensonge?onglet=full, (30 décembre 2016).

Micheli, Raphaël (2010), L’émotion argumentée : L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français, Paris, Éditions du Cerf, coll. Humanités.

Musnik, Isabelle (1986), Tapie, les secrets de sa réussite, Paris, éditions Plon.

Offerlé, Michel (1998), Sociologie des groupes d’intérêts, Paris, Montchrestien.

Perelman, Chaim, et Olga Olbrechts-Tyteca ([1958] 2008), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.

Touati, Sidney (2013), La face cachée de l’affaire Tapie, Paris, Éditions Tatamis.

Villeneuve, Jeanne (1988), Le mythe Tapie : Chroniques des années 1980, Paris La Découverte.

Wei, Yong-Kang (2002), « Corporate image as collective ethos: a poststructuralist approach », Corporate Communication, vol. 7, no 4, p. 269-276.

Weizman, Elda (2008), Positioning in Media Dialogue, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company.

Haut de page

Notes

1 Défini aussi comme « patron » dans le Dictionnaire historique des patrons français, p. 670-672.

2 Il a été député en 1989 des Bouches-du-Rhône, vice-président du Parti des radicaux de gauche, et a exercé la fonction de ministre de la Ville au gouvernement de Bérégovoy, chargé des quartiers sensibles à deux reprises, fin 1992 et début 1993.

3 On ne parlera pas ici des aspects et questions juridiques dont relève la notion même de préjudice (droit civil français) ; elles dépassent ici notre domaine de réflexion.

4 La Société de Banque occidentale, une filiale du Crédit lyonnais.

5 Depuis cette audition, il y a eu d’autres rebondissements dans l’affaire : Tapie est contraint de rendre l’argent (article Affaire Lagarde-Tapie : un scandale d’état, 17 février 2015 dans Anticor) et il est accusé d’avoir menti pendant des années sur le dossier Adidas (Affaire Tapie : les preuves du mensonge, 27 septembre 2015 dans Mediapart par Laurent Mauduit).

6 Cette prise de parole singulière est considérée comme une réussite médiatique pour Tapie, selon le journaliste Dominique Verdeilhan, lors du Journal télévisé de 20 h sur France 2 du 10 septembre 2008.

7 Aux côtés de représentations positives comme nouveau businessman et modèle, à imiter (voir Musnik, 1986, Tapie, les secrets de sa réussite ; Jeanne Villeneuve, 1988, Le mythe Tapie : Chroniques des années 1980 ; Françoise Moreau, 1998, Bernard Tapie Héros malgré lui ; ou plus récemment : Fratani, 2008, Le mot d’ordre était Liquidons Tapie !), Tapie est représenté dans un certain nombre de livres comme un escroc (voir Demonpion et Léger, 2009, Tapie-Sarkozy les clés du scandale ou celui de Laurent Mauduit, 2008, Sous le Tapie).

8 En 1998, après sa sortie de prison, Tapie enregistre une chanson avec le rappeur guadeloupéen populaire Doc Gynéco. Conformément à une chanson de rap, appartenant à une sous-culture, le niveau de langue est argotique, le ton est moqueur et cynique contre les institutions, ou l’Establishment, le punch-line correspond aussi : « Dans le foot, le rap, les ministères, c’est toujours le gangster qui contrôle l’affaire ». Un punch-line qui comprend aussi une attaque contre ses adversaires. Cette collaboration avec le rappeur, tout en se moquant de certaines accusations concernant Tapie dans la chanson même (le match truqué ou la banque qui vole ces clients, par exemple) participe d’un retravail d’une image globale de l’homme d’affaires présenté comme populaire dans le sens d’appartenance au peuple, contrairement à la classe dirigeante.

9 Des représentations de Tapie comme « trop fort » mentionnées par Arlette Chabot durant le débat télévisé sur le plateau de « À vous de juger » sur FR2 en 2008.

10 Comme il est aussi acteur (au sens littéral), ce fait sera repris par ses détracteurs pour discréditer ce qu’il dit ; selon eux, cela le rend automatiquement peu crédible et peu authentique.

11 Pendant la période 1988-2010, l’image de la politique, surtout parmi les classes moyennes, se dégrade considérablement. Le taux de méfiance en mai 1988 qui est de 27 % augmente à 43 % en décembre 2010. Selon un sondage de CEVIPOF, 1988 et 2010, rapport dans Élisabeth Dupoirier (2011 : 17).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Keren Sadoun-Kerber , « L’affaire Tapie-Crédit lyonnais : arguments éthiques et construction d’ethos », Éthique publique [En ligne], vol. 18, n° 2 | 2016, mis en ligne le 24 janvier 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2808 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2808

Haut de page

Auteur

Keren Sadoun-Kerber

Keren Sadoun-Kerber est enseignante en études culturelles à l'Université Ouverte (Israël). En 2015, elle a achevé son doctorat portant sur « La gestion de l'ethos et la réparation d'image des hommes d'affaires en France et en Israël » sous la direction de la professeure Ruth Amossy à l'Université de Tel-Aviv. Elle est également membre du groupe ADARR (Argumentation, Analyse du discours et Rhétorique). Ses deux articles les plus récents sont : La crise de l'entreprise et les voies de la réparation d'image : Shari Arison face à un licenciement d'employés en Israël, Communication et sociétés en crise, L'Harmattan (2015) ; et La restauration d’image entre analyse du discours et sciences de la communication : Le cas de l’interview télévisée de Liliane Bettencourt, dans Eid&a (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals