Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Plaidoyer pour une démocratie responsable

Aléria Amata (17 ans - France)

Résumés

Quand la violence se banalise, quand les manipulations entachent le système, quand l’ignorance et le fatalisme progressent, c’est la démocratie qui est en danger. Pour la sauver, nous ne pouvons pas nous servir des mêmes armes que ceux qui veulent sa des­truction. Il nous faudra être responsables et courageux afin de redresser nos sociétés malades. Unis dans la diversité, unis dans la liberté, c’est ainsi que nous vaincrons.

Haut de page

Texte intégral

1Qui était premier ministre en 1995 ? Question anodine à laquelle le pro­fesseur d’une classe de terminale (équivalente au cégep québécois) attend tout naturellement une réponse. Jamais il ne l’obtiendra. Silence pesant. Montée des partis extrémistes et notamment du Front national crédité de 20 % – interrogations, accusations, mais aucune réponse. Participation en baisse aux différentes élections – langue de bois de rigueur. Désintérêt pour la vie politique et la société en général, peur de l’avenir et défaitisme sans oublier des comportements électoraux alarmants – les Français du xxie siècle se coupent peu à peu du système démocratique qu’ils jugent dépassé et incapable de répondre à leurs aspirations. La démocratie, ou la représentation de la volonté et du pouvoir du peuple par l’intermédiaire d’un organe représentatif, ne peut pourtant pas, par définition, se passer du peuple, de son intérêt et de sa participation à la vie politique. Sans lui, plus de démocratie.

2Aujourd’hui, il convient de mettre fin à cette crise démocratique pour à la fois sauver notre système et agir dans l’intérêt de nos concitoyens. Pour cela, il faut d’abord s’intéresser aux origines de cette crise, de ce boule­versement dans la vie politique, en se posant deux questions simples : pourquoi en est-on arrivé là ? Et comment ? Mais s’il paraît nécessaire de comprendre les causes d’un problème, le plus délicat reste d’en venir à bout en trouvant les solutions pour y remédier. Pourquoi ce désintérêt et cette méfiance grandissante vis-à-vis du personnel politique ? Ce n’est pas tant que celui-ci ait véritablement évolué en plusieurs décennies puisqu’il est toujours composé d’énarques, de normaliens et autres anciens de grandes écoles.

3Ce qui a changé par contre, c’est la représentation et l’idée que nous nous faisons des politiciens. Entre nous et nos politiciens s’est en effet invité un autre organe – la presse –, qui a contribué à véhiculer une autre image de la politique. Il ne s’agit pas ici de faire le procès des médias, qui à juste titre sont aussi un garant naturel de la démocratie par le droit d’expression. Cependant, la place de ces derniers est devenue absolument prépondérante au point que l’on pourrait parler d’un quatrième pouvoir. Et les médias en sont tout à fait conscients. Mais avec l’essor d’Internet et de l’information gratuite, ils ont été contraints d’établir une nouvelle tacti­que : la surenchère. Ne les blâmons pas trop, il en va de leur survie. Mais pourquoi la politique en pâtit-elle ? Parce que la simple information ne fait pas vendre. En conséquence, il faut y ajouter du sensationnel, de l’inédit ou du choquant. Voire même les trois à la fois, ça ne peut pas faire de mal ! Ainsi, on va s’attarder sur la petite phrase de l’un, la tenue de l’autre, ce que machin pense de bidule qui l’a répété à truc qui l’a dit à chouette… On privilégie donc la forme au détriment du fond et l’on finit par oublier les propositions de notre personnel politique. Cela a pour conséquence directe la dépolitisation de la vie politique et le désintérêt de nos concitoyens pour les débats d’idées. Ainsi, sauver la démocratie, c’est faire preuve de courage en ne cédant ni à l’ère de la téléréalité ni à celle du buzz médiatique. Halte aussi à la « sondocratie » qui a tendance à nous faire oublier que gouverner n’est pas contenter.

4Mais après ce constat, il convient de se poser une question : que faire pour sauver la démocratie ? Sauvegarder la démocratie passe inévitable­ment par la réhabilitation de la vie politique auprès de la population et par le système éducatif. Il ne s’agit en aucun cas de transformer les écoliers en citoyens, mais de leur donner les connaissances nécessaires pour en faire des jeunes adultes responsables et intéressés. En ce sens, il faut revaloriser l’enseignement de l’histoire et de nos institutions, la connaissance du passé étant primordiale dans la formation d’une nouvelle génération. Pourquoi ne pas mettre en œuvre des élections scolaires plus solennelles qui permet­traient d’intégrer les règles, les objectifs et les principes d’une élection et d’en démontrer la nécessité ? Par ailleurs sauver la démocratie, c’est aussi former correctement la jeunesse d’aujourd’hui, ce qui implique d’en finir avec le règne de la pédagogie progressiste à l’école consistant à lâchement octroyer à l’enfant tous les droits en vue de le laisser « suivre son propre rythme de développement ». Comment peut-on rendre un enfant respon­sable et autonome sans règles ni limites ? Halte aussi à la diabolisation des évaluations et des classements qui sont inhérents à l’idéal méritocratique français. Sauver la démocratie, c’est donc aussi remettre au goût du jour l’idée que l’éducation n’est pas un savoir-faire qui relève d’une technique, mais bien d’un savoir qui relève plutôt du fond et de la matière.

5Mais si la démocratie est en danger, c’est également en raison du phé­nomène d’exclusion. Comment espérer que des individus mal-logés, pauvres, donc exclus de la société, aient encore foi en la démocratie ? Il nous faut briser ce processus d’enclavement d’une partie de la population dans les quartiers défavorisés, parce que celui-ci divise la société. Ainsi, l’aide au logement devrait être accentuée par ce qui pourrait être des « taux d’intérêt sociaux ». Sauver la démocratie c’est donc faire participer toute la population au processus démocratique par l’intégration sociale. Dans cette logique d’intégration sociale, il convient aussi de faire en sorte que les chômeurs se sentent utiles à la société notamment par les travaux d’intérêt général ou le bénévolat. Nous évoquions plus haut les faibles taux de parti­cipation aux différentes élections. Qu’en conclure ? Les Français sont déçus par les acteurs politiques qui se succèdent et qui, du moins le croient-ils, se ressemblent.

6Par ailleurs, il est vrai que les crises économiques et monétaires que le pays a connues augmentent ce sentiment de frustration, voire de déses­poir. Une partie du problème semble donc tenir au fait que les citoyens ne font plus confiance à leur personnel politique et notamment à la figure pré­sidentielle. Dans ce cas, pourquoi ne pas repasser à un mandat qui durerait sept ans mais avec une innovation : pas de réélection possible. Un mandat unique. De fait, les citoyens seraient assurés de la volonté du président de réformer le pays dans l’intérêt général et non pas en vue d’une prochaine échéance électorale. Mais pour que les Français s’intéressent de nouveau à la vie politique de leur pays, il semble évident que ceux-ci doi­vent en premier lieu s’intéresser à leur pays. Évident dit-on ? Pas tant que ça. Or, il ne peut y avoir de démocratie sans concours du peuple. Sauver la démocratie, c’est avant tout faire comprendre aux citoyens que la démocra­tie ne doit pas être une fin en soi mais un moyen par lequel le pays conti­nue d’évoluer. Un pays comme la France ne peut se permettre de sombrer dans un immobilisme lâche, mais se doit d’épouser l’avenir et d’être auda­cieux. De fait, c’est aussi accepter l’idée que la démocratie n’est pas à sens unique – oui, elle sert l’intérêt du peuple, mais le peuple sert aussi l’idéal démocratique. Il est donc plus que temps d’en finir avec ce défaitisme nauséabond qui s’abat sur notre pays et de relativiser. Oui, la situation économique et sociale est difficile. Oui, il y a du chômage. À ces constats et tant d’autres encore mille fois oui. Et ? Sauver la démocratie, c’est aussi prendre conscience de ce qu’est son pays, de ce qu’il représente et de ce qu’il a accompli par le passé. Alors n’en déplaise aux alarmistes, la France est bien la cinquième puissance du monde et est encore loin de devenir un pays sous-développé.

7Cependant, il est vrai que si nous refusons de moderniser notre pays pour le faire véritablement entrer dans le xxie siècle, nous courrons effec­tivement le risque d’être dépassés par des puissances en devenir telles que l’Inde ou le Brésil. En ce sens, nous ne pourrons sauver notre démocratie qu’en acceptant de voir les choses évoluer. Cela passe donc par des réfor­mes structurelles qui changeraient en profondeur notre pays et le plon­geraient dans la modernité. Réviser le statut des fonctionnaires, trouver d’autres sources de financement pour le système de protection sociale, réformer l’éducation nationale pour qu’elle respecte l’idéal méritocratique français… réformes périlleuses, dangereuses, impopulaires, voire même politiquement suicidaires, qui devront pourtant être entreprises rapide­ment. En un mot, ce sont les valeurs françaises et leur réhabilitation qui peuvent sauver la démocratie : solidarité, travail, effort, méritocratie, inté­gration et fierté nationale. Mais avant de remettre ces mots au goût du jour, il semble évident qu’il faille en bannir d’autres du discours politique : peur, renoncement, victimisation, immobilisme. Ces réformes ne verront le jour qu’avec le concours des citoyens, qui aujourd’hui se doivent d’être responsables et réalistes. Il s’agit donc d’établir un pacte républicain qui per­mettrait enfin de coupler les intérêts du pays et les aspirations de la population. Cela nécessite bien entendu de définir un idéal commun, une sorte de rêve français qui réunirait l’ensemble du pays dans la volonté de réaliser un objectif collectif.

8La France doit être fière de son passé et de son histoire pour se tour­ner avec sérénité vers l’avenir au lieu de véhiculer le culte de la souffrance et d’ériger la peur comme bouclier au changement. Car l’immobilisme, s’il engendre un sentiment de frustration chez les Français, est également à l’origine d’un phénomène bien plus alarmant. Déçus par les partis politi­ques traditionnels, ne réclamant que le mouvement, beaucoup de nos conci­toyens se tournent en effet vers les partis extrémistes. Et c’est surtout pour cette raison que notre démocratie est en danger. Sombrer dans les extrêmes peut apparaître comme une solution aux yeux de certains qui se disent qu’après tout, « on ne peut pas tomber plus bas ». Or céder à la ten­tation des extrêmes ne saurait constituer une solution viable pour le pays, mais apparaîtrait au contraire comme un véritable renoncement. Céder face à ces partis signifierait renier tout ce pour quoi la France s’est toujours battue : la liberté, l’égalité et la fraternité.

9L’abandon de ces valeurs marquerait purement et simplement la fin de la République française. Mais faire le choix de la facilité en se tournant vers elles reviendrait aussi à diviser la population française et à briser notre unité nationale. Nous devons également être conscients que si nous décidons, par l’entremise du suffrage universel, de porter un de ces partis au pouvoir, aucun retour en arrière ne sera possible. La France aura fait le choix de la violence, de la haine et de la stigmatisation en son âme et conscience. En ce sens, si nous voulons réellement sauver notre démocra­tie, préserver la République et maintenir notre pays au rang des grands de ce monde, nous devrons le moment venu faire preuve de responsabilité et de courage. La décision est nôtre. L’avenir du pays est entre nos mains et chacun fera ce qu’il pense devoir faire. Mais au moment de mettre le bulletin dans l’urne, que chacun se souvienne de la Révolution française ; que chacun pense aux valeurs de liberté et d’égalité ; que tous, nous nous souvenions des hommes et des femmes qui sont tombés pour se dresser contre les régimes autoritaires dont les partis extrémistes sont l’incarna­tion ; que tous, nous ayons en tête ces moments de joie où la France mon­trait aux yeux du monde son unité, sa puissance et son envie d’agir ; que nous gardions chacun à l’esprit que notre France n’est pas un pays de détestation, de haine et d’ignorance, mais un pays qui lorsqu’il est uni ne réalise que le meilleur. Parce que, si nous faisons le mauvais choix, nous pourrions ne jamais connaître à nouveau tous ces moments et ces instants décisifs qui fondent notre histoire nationale et sont porteurs de change­ments et d’espérance, puisque le pays que nous aimons aura définitivement disparu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aléria Amata , « Plaidoyer pour une démocratie responsable », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/731

Haut de page

Auteur

Aléria Amata

Aléria Amata est en classe préparatoire à l’École normale supérieure de Cachan et étudiante en droit à l’Université de Paris 1. Passionnée par les débats de société et touchée par les problèmes de la démocratie moderne, elle refuse de sombrer dans le pessimisme ambiant. Avec de la volonté et du courage, elle considère que tout peut devenir possible.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals