Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Changement des mentalités et changements institutionnels : des impératifs pour crédibiliser la démocratie en Afrique

Danielle Béatrice Ongono Bikoe (25 ans - Cameroun

Résumés

Pour à nouveau donner confiance aux Africains et les inciter à participer à la vie politique de leurs pays, des actions doivent être menées aussi bien en dehors du processus électoral que pendant les élections et autant auprès des citoyens qu’au sein des institutions : améliorer l’éducation et la sensibilisation à la démocratie, par l’intermédiaire des médias et de l’école, assurer l’autonomie des institutions responsables des élections, limiter les pou­voirs des chefs d’État, réduire le nombre de candidatures, renforcer les conditions d’éligi­bilité aux élections présidentielles, simplifier et fiabiliser la procédure d’inscription des électeurs et confier le suivi des élections à des structures crédibles.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreuses années après les indépendances africaines, à l’heure où l’on parle de plus en plus de développement, on a l’impression que les États africains ont totalement échoué sur le plan politique. Alors que les régimes politiques se mettent encore en place, qu’ils sont en pleine construction au sein de ces États, on constate une certaine abstention, voire une démission des citoyens de la vie politique. Les Africains ne croient pas en une démo­cratie en Afrique. La corruption, les élections truquées, les chefs d’État qui ne cessent d’inventer des ruses pour se maintenir au pouvoir indéfiniment, la manipulation des médias et des métropoles, etc., sont tous à l’origine de cette situation. Comment y remédier ? Comment réinventer une démocra­tie et une vie politique qui inspirent confiance et fierté ? Comment à nou­veau donner confiance aux Africains et les inciter à participer à la vie politique de leurs pays ? Des actions doivent être menées aussi bien en dehors du processus électoral que pendant les élections.

Actions à mener en dehors du processus électoral

2Pour redonner confiance aux populations et les inciter à prendre part au processus électoral, des actions doivent être menées aussi bien auprès des citoyens qu’au sein des institutions.

Auprès des citoyens

3Le terme citoyens désigne aussi bien les politiciens (candidats aux élec­tions) que les populations (potentiels électeurs). Pour réinventer une dé­mo­cratie et une politique qui inspirent confiance et fierté, deux actions importantes doivent être menées dans les pays : l’éducation et la sensibili­sa­tion, par l’intermédiaire des médias, des campagnes d’enseignement, des programmes scolaires et académiques. Ces démarches à long terme doi­vent être menées continuellement et nécessiteront une grande détermi­nation de leurs promoteurs, car leurs résultats ne se feront ressentir qu’au fil du temps. Toutefois, elles s’avèrent indispensables pour réinventer la dé­mocratie et une vie politique fiable, car aucune révolution ne serait possible sans changements de mentalité (ceux-ci étant à l’origine de nombreux réveils et révolutions dans le monde).

4Il est important que le système d’éducation explique aux politiciens et aux populations ce qu’est la démocratie. En effet, lorsqu’on regarde le dé­roulement des élections dans nos pays, on a l’impression que les Afri­cains, notamment nos politiciens, appréhendent mal la démocratie. Bien que l’un de ses corollaires soit la liberté en général et la liberté d’expression en parti­culier, il faut expliquer que la démocratie ne consiste pas à dénigrer gros­sièrement les adversaires politiques. Par l’éducation, on devrait faire com­prendre aux citoyens que la politique est une bataille d’idéologies et qu’elle ne devrait pas dégénérer en conflits armés qui, loin de construire et de ser­vir les intérêts de la nation, détruisent et ne profitent qu’à des particuliers.

5En Afrique, les rassemblements politiques se confondent très sou­vent avec des rassemblements tribaux ou ethniques ; par conséquent, les batailles politiques dégénèrent très souvent en batailles ethniques. Il est plus qu’urgent de réapprendre aux Africains à penser Afrique et non eth­nie. Au sein des États, les citoyens doivent apprendre à s’identifier par leur nationalité et non par leur appartenance ethnique. Par ce changement de mentalité, les individus pourront dorénavant faire des choix et poser des actes qui profiteront à la nation.

6La sensibilisation est un autre moyen de développer chez les citoyens un esprit patriotique et d’interpeller chacun sur sa responsabilité dans la construction du pays. Les politiciens et les populations doivent compren­dre que la politique vise à défendre les intérêts de la nation entière. Ainsi, tous les actes qu’ils posent devraient contribuer à cela. Cela étant, les Afri­cains doivent refuser toute manipulation politique (des pays étrangers, des ethnies, des individus, etc.) dont l’unique but est de diviser les nations afin de mieux les dominer et servir des intérêts particuliers.

7À travers les campagnes de sensibilisation, l’on devrait faire savoir à chaque citoyen qu’il a un rôle non négligeable à jouer dans la construction du pays. Une partie de cette responsabilité se manifeste à travers son im­pli­cation dans la vie politique de son pays. En effet, chaque citoyen devrait savoir que toute abstention ou démission de sa part ne permet pas de cons­truire. Malgré les préjugés que l’on peut déjà avoir sur les rouages de la vie politique et les résultats des élections, chacun doit prendre conscience qu’il a le devoir et le pouvoir de faire changer les choses à son ni­veau. Cela ne sera possible que si chaque citoyen pense au développement du pays, s’engage à refuser toute corruption (matérielle ou morale) et fonde ses choix politiques sur des motivations – constructives – et non sur des motifs purement égoïstes. Cependant, les efforts faits au niveau de la population seront vains si rien n’est fait au sein des institutions.

Au sein des institutions étatiques

8L’amélioration de la démocratie et de la vie politique dans les pays afri­cains nécessite une véritable autonomie des institutions responsables des élections et une limitation des pouvoirs des chefs d’État.

9En Afrique, les institutions chargées du suivi des élections ont perdu leur crédibilité. Cela est sans doute dû à la corruption qui sévit dans nos pays africains et au manque d’autonomie desdites institutions. Au Came­roun par exemple, les responsables des organes tels qu’ELECAM et le Conseil constitutionnel (dont le rôle est joué par la Cour suprême en attendant qu’il soit mis sur pied) sont nommés par le chef de l’État, candi­dat à la lutte pour le pouvoir (voir l’article 51, alinéa 2 de la Consti­tution et le décret no 2008/463 du 30 décembre 2008 portant sur la nomination des membres du conseil électoral d’Élections Cameroun). Dès lors, il serait difficile de faire croire aux citoyens que les structures chargées du suivi des élections sont autonomes et de ce fait impartiales. Pour crédibiliser nos institutions, une véritable séparation des pouvoirs est indispensable. Pour ce faire, il faudrait supprimer l’autorité de l’exécutif sur les autres pouvoirs (par exemple le pouvoir du chef de l’État de nommer leurs responsables) et restreindre sa compétence sur tout ce qui concerne directement ou indirectement les élections.

10Il est de coutume pour les chefs d’État africains de modifier la Constitution en leur faveur, notamment les dispositions relatives à la durée et au renouvellement des mandats. Cela est dû au fait qu’ils ont le pouvoir d’instaurer des lois et que leurs partis d’origine sont majoritairement repré­sentés au sein de l’appareil législatif (habilité à adopter des lois). L’un des moyens d’empêcher ces modifications consisterait à réduire, voire annuler, le pouvoir des chefs d’État de modifier tout ce qui concerne la durée et le renouvellement des mandats.

Actions relatives aux élections proprement dites

11On ne saurait réinventer une démocratie et une vie politique qui inspirent confiance et fierté sans réviser la question des candidatures et celle de l’or­ganisation des élections.

La question des candidatures

12Pour améliorer le climat politique et la démocratie en Afrique, il est impé­ratif de réduire le nombre de candidatures et de renforcer les condi­tions d’éligibilité aux élections présidentielles.

13Dans plusieurs pays, il existe un nombre élevé de partis politiques (au Cameroun, on dénombre une cinquantaine de partis). Cette multiplication de mouvements politiques a pour seul effet d’affaiblir et de diviser l’oppo­sition. C’est pourquoi, dans nos pays, il n’existe pas vraiment d’opposition imposante capable de rivaliser avec le parti au pouvoir sans emprunter la voie des armes. Malgré la liberté qui sous-tend les démocraties pluralistes, les États africains gagneraient à limiter le nombre de mouvements poli­tiques. L’on pourrait par exemple classer les différents partis par clivage. Ainsi, seuls les candidats élus à la tête de ces grands clivages politiques pourraient se présenter aux élections présidentielles. Tel est le cas dans certains pays démocratiques occidentaux où les nombreux partis politiques sont classés par courant. À l’étape finale des élections, seul un nombre restreint de candidats s’affronterait. Toutefois, en Afrique, il faudrait éviter d’avoir deux clivages, de peur que la bataille politique ne dégénère en af­frontement armé entre les deux camps (voir le cas de la Côte d’Ivoire avec, d’une part, le Rassemblement des républicains de Côte d’Ivoire d’Alassane Ouattara et le Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo, d’autre part). Avec trois clivages, on risquerait également d’arriver à la situation précé­dente où deux mouvements s’accorderaient, l’un cédant ses voix à l’autre dans l’unique but d’évincer le troisième. Cinq serait le nombre idéal de clivages dans les pays africains, ni trop restreint pour diviser le pays ni trop élargi pour affaiblir l’opposition. Un tel processus électoral aurait le mérite d’être sélectif et de porter dans l’arène des présidentielles des candi­dats valeureux capables de bien diriger le pays.

14Généralement, pour être candidat aux élections démocratiques, les conditions d’éligibilité ont trait à la nationalité et à l’âge du candidat. Par conséquent, de nombreuses personnes audacieuses et ayant des moyens financiers prétendent être capables de diriger un pays. On trouve ainsi sur les listes électorales des candidats sortis de nulle part dont on ignore les ca­pacités et la moralité, plusieurs d’entre eux n’ayant aucune expérience dans le domaine politique. Les postes électoraux (maire, député, sénateur et président de la République) sont des postes assez importants desquels dépend la vie d’un pays. Pour s’assurer qu’ils sont occupés par des person­nes méritantes, capables d’œuvrer pour le bien-être de la nation, on devrait ajouter aux conditions d’éligibilité existantes d’autres conditions liées à l’expérience politique et à la moralité des candidats. De telles exigences ne suffisent pas, il faudrait encore que les structures chargées de l’organisation des élections soient elles-mêmes crédibles.

L’organisation des élections

15Pour redonner confiance aux Africains, il faudrait d’une part simplifier et fiabiliser la procédure d’inscription des électeurs et d’autre part confier le suivi des élections à des structures crédibles.

16Dans l’organisation des élections, les électeurs déplorent générale­ment la complexité de la procédure d’inscription sur les listes électorales et la précarité des moyens d’enregistrement. En effet, dans certains pays, l’ins­cription des électeurs est assez longue et se fait en plusieurs étapes dans des lieux différents (au Cameroun, il y a une première inscription, par­fois à domicile, puis une seconde dans des centres quelquefois éloi­gnés). Cette procédure s’avère décourageante pour certains et loin d’inspi­rer confiance, elle fait penser à une mauvaise organisation des élections. À cette lacune s’ajoute la précarité des moyens employés pour l’enregistre­ment (du papier la plupart du temps), ce qui laisse planer des doutes dans le décompte des résultats.

17Pour rendre les élections crédibles, il faudrait que les structures char­gées de l’observation pendant les élections et le décompte des votes soient crédibles. Généralement, les pays africains font appel à des observateurs étrangers, qui sont pour la plupart des Occidentaux, pas toujours impar­tiaux et désintéressés. Cette pratique démontre que nous doutons de nos propres institutions. Les Africains doivent apprendre à se faire confiance et doivent confier le suivi des élections à des structures nationales (ce qui nécessite comme nous le mentionnons plus haut, une rééducation des ci­toyens, l’autonomisation des structures responsables des élections, une véritable séparation des pouvoirs et la réduction de la corruption dans la société en général et au sein des institutions étatiques en particulier) et à des structures étrangères africaines (cette dernière mesure s’inscrivant dans la dynamique des États africains de s’unir pour bâtir une Afrique meilleure).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Béatrice Ongono Bikoe , « Changement des mentalités et changements institutionnels : des impératifs pour crédibiliser la démocratie en Afrique », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/774 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.774

Haut de page

Auteur

Danielle Béatrice Ongono Bikoe

Danielle Béatrice Ongono Bikoe a fait des études universitaires à la Faculté de sciences sociales et gestion de l’Université catholique d’Afrique centrale (UCAC). Elle y a obtenu un master en contentieux et arbitrage des affaires. Après avoir passé deux années dans un cabinet d’avocats, elle a travaillé à l’UCAC comme assistante et chargée de travaux dirigés de droit. Elle effectue aujourd’hui une thèse en droit privé à l’Université de Paris-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals