Navigation – Plan du site

Présentation

Luc Bégin et André Lacroix
p. 5-6

Texte intégral

1Le travail est en crise ! Que de fois n’a-t-on entendu cette remarque. À la fin du dix-neuvième siècle, on dressait déjà ce constat et plusieurs en avaient alors conclu qu’ils devaient procéder à une importante réorganisation des structures du travail. L’âge d’or des mouvements ouvriers s’ensuivit un peu partout à travers le monde, mouvements ouvriers qui ont bien sûr très largement contribués à améliorer les conditions de vie des travailleurs partout à travers le monde. Un siècle plus tard, le monde du travail semble de nouveau être à un carrefour puisqu’à la faveur de la mondialisation la plupart des gouvernements occidentaux ont allégé les règles relatives à la circulation des marchandises et l’encadrement du travail, et augmenté la pression sur les travailleurs pour améliorer leur productivité. L’espace et le temps étant désormais conçus comme de véritables « virtualités », les échanges financiers se font presque instantanément partout dans le monde avec les difficultés d’encadrement qui en résultent, tandis que la production et les échanges de marchandises, de même que l’offre de services, répondent à des impératifs de temps toujours plus courts, accentuant d’autant la pression pour alléger les modes d’organisation du travail. Ces modes d’organisation du travail ont ainsi été revus afin de permettre plus de souplesse et d’obtenir une meilleure intégration des travailleurs à la chaîne de production. Et ces modifications substantielles apportées à la réalité des milieux de travail ont eu deux conséquences importantes : une augmentation de la souffrance au travail et une pression accrue pour revoir les modes d’organisation traditionnelle du travail. Ce sont ces deux aspects de la question que l’on a souhaité aborder dans le présent numéro puisqu’ils sont indissociables de l’éthique entendue comme une réflexion sur les valeurs et les normes.

2La première partie de ce numéro d’Éthique publique est donc consacrée à la souffrance en milieu de travail. Les textes qui y sont réunis abordent cette souffrance tout autant à partir d’expériences vécues qu’en fonction d’interventions et de lectures des milieux de travail. On y voit très concrètement comment l’augmentation des rythmes de production, le souci de contrôle des institutions et la volonté de ces mêmes institutions d’assurer une standardisation des pratiques ont rendu problématique l’organisation du travail. En fait, cette organisation du travail est devenue tellement problématique pour plusieurs analystes qu’elle en a amené plus d’un à proposer de repenser l’organisation du travail afin de lui redonner une certaine dimension humaine. C’est le propos de la seconde section thématique de ce numéro. Les collaborateurs y poussent la réflexion un peu plus loin et questionnent les modes mêmes d’organisation du travail. Ils mettent en relief l’impasse dans laquelle ces mêmes milieux semblent désormais être confinés et proposent de réfléchir ces nouvelles dynamiques dans une perspective éthique.

3Comme d’habitude, nous ne prétendons aucunement épuiser la question du travail, mais nous souhaitons, au travers de ce numéro, redonner tout son sens au questionnement éthique dans les milieux de travail en faisant voir que certaines conceptions de l’éthique semblent désormais moins adéquates que d’autres pour parvenir à redonner un espace de liberté aux travailleurs, qu’ils soient cols bleus, cols blancs ou cadres. En fait, le monde du travail n’est pas seulement en crise. Il a surtout besoin d’être redéfini afin de mettre au jour les nouvelles valeurs qui lui servent de trame de fond.

  • 1 Nous voudrions remercier pour son soutien financier le programme « Équipe de recherche en fonctionn (...)

4Outre cette thématique du travail, le présent numéro est aussi enrichi par un débat consacré aux questions d’éthique municipale. L’année 2009 aura en effet été fertile en rebondissements de toutes sortes dans le monde municipal québécois. Il est rare que ce palier de gouvernement attire à ce point l’attention des médias écrits et électroniques, jusqu’à éclipser l’actualité politique provinciale et nationale. Il faut dire que les événements se sont bousculés à un rythme impressionnant, avec un crescendo au moment des élections municipales montréalaises. Les allégations de corruption, de collusion, de conflit d’intérêts et de fraude se sont succédé depuis le printemps et continuent encore de surgir au gré des enquêtes journalistiques et des révélations de certains des acteurs qui furent les témoins de pratiques apparemment condamnables. Faut-il en conclure qu’il y aurait un déficit éthique plus grand au municipal qu’aux autres paliers de gouvernement ? Que le sens du service public y serait davantage menacé, voire même singulièrement mal en point ? Et si tel est le cas, quels correctifs peut-on envisager ? De quelle nature ? Quel rôle peuvent jouer les mécanismes de régulation éthique que certains appellent de leurs vœux, aux côtés des mécanismes plus traditionnels de contrôle et de sanction ? En somme, l’éthique municipale, est-ce un rêve, une fabulation, ou une réalité qui demande à être soutenue et solidifiée ? Des témoins et acteurs de l’actualité ont été invités à réfléchir autour de ces questions et à partager avec nous leur compréhension de cette « saison des tempêtes municipales » qui n’en finit plus. Nous pensons que ce débat sur l’éthique municipale constitue une contribution significative à la réflexion sur un ensemble de problèmes vécus dans le monde municipal et qui ne sont souvent abordés qu’en surface1.

Haut de page

Notes

1 Nous voudrions remercier pour son soutien financier le programme « Équipe de recherche en fonctionnement » du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bégin et André Lacroix , « Présentation », Éthique publique, vol. 11, n° 2 | 2009, 5-6.

Référence électronique

Luc Bégin et André Lacroix , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 11, n° 2 | 2009, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/78

Haut de page

Auteurs

Luc Bégin

IDEA, université Laval

Articles du même auteur

André Lacroix

CIREA, université de Sherbrooke

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals