Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Méditations sur l’éducation citoyenne

Réponse à Olivier Verreault-Lefebvre et à Pierre-Louis Gosselin-Lavoie
Vincent Deslauriers

Résumés

Écrire est l’art qui donne à la politique de la substance. Nous sommes responsa­bles de nos écrits. Les lettres d’Olivier Verreault-Lefebvre et de Pierre-Louis Gosselin-Lavoie m’ont amené à réfléchir avec eux sur le sens des responsabilités, les relations de confiance et, au fondement de tout, sur l’éducation. L’école québécoise devrait offrir une éducation à l’exercice de la citoyenneté pour créer une société consciente, ouverte, cohé­rente, plus active et prête à mieux répartir les pouvoirs et la prise de décision collective.

Haut de page

Texte intégral

1Avant de présenter les réflexions nées chez moi à suite de la lecture de vos deux textes, je tiens à prendre un moment pour souligner les qualités de rédaction que vous avez tous les deux démontrées dans vos essais. Les regards que vous posez sur les dynamiques relationnelles, sociales et politi­ques témoignent d’un esprit de synthèse aiguisé et d’une sensibilité pro­fonde aux enjeux cruciaux de l’époque actuelle. Étant moi-même animé par une passion pour la politique et pour les luttes sociales, je considère votre travail comme une manifestation claire de la volonté de plusieurs jeu­nes de voir l’innovation gagner les instances démocratiques et le sys­tème politique actuel. Là où plusieurs se désintéressent de la politique, vous mettez votre énergie et consacrez le temps nécessaire à philosopher, présenter vos idées, défendre vos propositions et faire entendre votre voix.

2La prise de parole, le débat, la réflexion sont parmi les bases de la démocratie, et pour réinventer celle-ci, nous devrons augmenter les espa­ces, les scènes et les lieux où peuvent s’exprimer les citoyens. Vous avez su vous emparer d’une tribune et j’ai été inspiré en lisant vos textes. J’ose croire que vous saurez être encore des sources d’inspiration et que vos idées prendront racine dans une démocratie plus humaine, plus respectueuse, une démocratie ancrée dans la communauté, une démocratie vivante.

Nous, maintenant !

3La conjoncture montre que les Québécoises et les Québécois délaissent de manière croissante la culture politique et les institutions démocratiques. Il y a donc une réelle désaffectation ; un mouvement d’abandon s’effectue. Comme les gens délaissent la culture politique actuelle, nous nous retrou­vons dans un contexte plus propice à l’innovation : le cynisme et le désaveu prouvent qu’il y a un besoin criant de changement, donc une nécessité d’innovation.

4Par où commencer ? Il y a bien des propositions et des idées. En fait, depuis quarante ans, nous réfléchissons et parlons beaucoup, mais nous agissons peu pour innover dans nos façons de prendre des décisions et de partager les responsabilités. Nous sommes un peuple créatif, innovant, per­formant sur les plans culturel, économique, social. Mais qu’est-ce qui freine nos élans dans la sphère politique ? Pourquoi notre créativité n’arrive-t-elle pas à ébranler les structures en place ? Pourquoi, malgré toutes les consultations, les états généraux, les mouvements, ne passons-nous pas à l’action politiquement ? Le manque de volonté est de plus en plus flagrant, pas seulement chez les politiciens, mais aussi dans la population en général.

5Je suis agent de participation citoyenne et de communication au Forum jeunesse de la région de la Capitale-Nationale. Notre philosophie, c’est « pour et par les jeunes ». Je rajouterais que nous sommes soucieux de collaborer avec le plus grand nombre de citoyens et de dynamiser la vie en collectivité. Avant tout, je considère que nous devons augmenter les possi­bilités d’engagement offertes aux jeunes, en faire la promotion et faire en sorte que les liens entre eux et les acteurs de leurs milieux se solidifient grâce aux occasions de collaborer. Vos textes proposent des pistes de ré­flexion, offrent des explications et témoignent de la nécessité de penser à long terme avec une vision globale de l’état de la situation. Je partirai donc de cette idée de vision à long terme pour poursuivre l’exercice avec vous et avec les lecteurs.

Une vision à long terme

6Je considère qu’on réfléchit à une vision à long terme en partant d’abord de l’éducation. Quelles valeurs voulons-nous enseigner à nos enfants ? Sur quelles voies voulons-nous les lancer, avec quels outils, quels savoirs, quelles connaissances, quelle discipline ? En lisant vos textes, deux élé­ments se présentent comme des incontournables : les responsabilités et la confiance. Nous pourrions discuter longuement pour savoir quelles com­pétences et quelles connaissances nous voulons transmettre aux élèves et étudiants, mais il apparaît essentiel que les réseaux d’éducation favorisent le développement du sens des responsabilités et qu’ils travaillent à l’aug­mentation du nombre de relations de confiance dans la société. Plus les relations de confiance sont solides entre les citoyens, plus notre vie en col­lectivité est solidaire et plus notre monde connaîtra la collaboration, la coopération et l’égalité des chances.

7L’école est un lieu idéal où commencer la transformation et espérer des résultats à long terme. Dès le primaire, nous pouvons stimuler, encou­rager, reconnaître l’implication des jeunes dans leurs milieux de vie. Nos écoles doivent être mieux outillées pour devenir des lieux fertiles où l’ini­tiation à la vie politique se fait de manière naturelle et n’est pas entravée par la médisance et les soubresauts de l’opinion publique. La vision à long terme se construit en offrant un cadre propice à la prise de responsabilités chez les enfants. En progressant, l’enfant acquiert une confiance person­nelle, il se sent valorisé, il est plus responsable et il peut ainsi bâtir de plus en plus de relations de confiance avec les autres. Dans ce contexte, avec le temps, un climat de confiance s’installe et la société évolue dans la cohé­sion. Le sens des responsabilités et les relations de confiance deviennent les bases communes de la démocratie et d’abord et avant tout de nos ré­seaux d’éducation. Le changement s’effectue graduellement, et pourrait advenir une ère de partage des responsabilités, une ère politique où la confiance revient au centre des priorités.

8À long terme, en valorisant le sens des responsabilités et les relations de confiance, nous serons plus actifs, cohérents et mieux organisés. Nous sortirons de l’isolement passif actuel en favorisant les rencontres et l’ou­verture vers les autres. Nous serons plus enclins à nous associer, plus nombreux à participer, à nous impliquer et à construire des relations de confiance. Nous serons responsables dans notre vie en société, responsables de la prise de décision. Nous aurons alors besoin de toute l’imagination du peuple, de sa créativité pour innover de manière à devenir un modèle de cohabitation inspirant pour le reste du monde.

L’éducation à l’exercice de la citoyenneté

9Dans vos textes, vous parlez d’éducation à la citoyenneté et de partici­pation citoyenne. Pour aller plus loin dans la réflexion, je choisis de lier les deux et de créer l’éducation àl’exercice de la citoyenneté(EEC). Le défi consiste à créer un programme de fond autour duquel se bâtira un vaste corpus scolaire qui placera les enfants dans une zone d’apprentissage et d’action. Grâce à un tel programme, les notions de sens des responsabilités et de relations de confiance habiteront les rapports sociaux, économiques et politiques. Nous entrerons dans une autre réalité, de sorte que le climat actuel que vous décrivez tous les deux dans vos textes changera. Nous irons vers une autre époque, nous vivrons avec les effets de notre pensée à long terme basée sur l’éducation. Nous voici donc architectes, sensibles aux réalités, conscients des défis du futur et soucieux de laisser les responsa­bilités, la confiance, la créativité et le respect nous guider. Nous voulons construire sur des bases qui assureront le développement d’une société consciente, ouverte, cohérente, plus active et prête à mieux répartir les pouvoirs et la prise de décision collective.

10Nous en sommes là, endormis dans nos lassitudes à l’égard du sys­tème, mais tout près d’un réveil significatif pour la poursuite de nos aspirations de réappropriation du pouvoir politique, de liberté et de coha­bi­tation. Il ne manque plus que la volonté politique pour que s’active une réelle mobilisation citoyenne en faveur de la rénovation de nos institu­tions, de notre système démocratique et surtout de notre réseau d’éducation.

11Prenons conscience du danger que représente pour nous l’éphémère nouveauté et bâtissons sur une vision large et campée dans le futur. Il importe maintenant de penser à long terme, et ce, sans pour autant nous détourner de ce qui nous définit actuellement. Vos textes sont dans cette voie, merci d’avoir eu l’audace de partager vos réflexions avec nous.

12Post-scriptum : J’ai été honoré de recevoir une demande pour agir comme membre du jury du concours « Notre démocratie ! ». Ce concours est avant tout pour moi une aventure littéraire. Lire nous transporte à chaque moment vers d’autres lieux, de nouveaux horizons. Lire et relire pour mieux comprendre, mieux découvrir les auteurs et leurs propos, mieux cheminer dans les réflexions qui nous passionnent. J’ai fait, grâce aux lectures des textes du concours, des rencontres qui ont contribué à l’évolution de ma vision de la démocratie. Au contact des plumes d’Olivier Verreault-Lefebvre et de Pierre-Louis Gosselin-Lavoie, j’ai nourri ma pensée quant à l’importance du sens des responsabilités et des relations de confiance en démocratie. Je suis heureux de leur répondre en ces pages, en espérant que nos plumes et nos voix se lieront encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Deslauriers , « Méditations sur l’éducation citoyenne », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/822 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.822

Haut de page

Auteur

Vincent Deslauriers

Né à Québec, Vincent Deslauriers y vit toujours. Découvrant très jeune une passion pour l’art, il développe sa conscience politique grâce à l’écri­ture. Aspirant à la mairie de Québec en 2007, il part ensuite parcourir le Québec à bord de la Caravane démocratie en route, un projet du Musée de la civilisation. En deux ans, il rencontre plus de 20 000 élèves et étu­diants avec qui il construit sa vision et sa philosophie. Il collabore aujour­d’hui avec le Forum jeunesse de la Capitale-Nationale, il est blog­geur pour le Directeur général des élections du Québec et il est vice-président du Mouvement démocratie et citoyenneté du Québec. Il a 31 ans.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals