Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

La démocratie ne se mange pas crue

Réponse à Élysée Allandiguim Mbaïlassem
Amzat Boukari Yabara

Résumés

En analysant les propositions faites par Élysée Allandiguim Mbaïlassem, je rappelle qu’au-delà d’un manque de créativité politique en Afrique, le désintérêt des populations pour la démocratie éclaire les limites d’un modèle politique importé et inapte à répondre aux attentes et aux défis économiques et sociaux. L’éducation, le dialogue, l’en­gagement et la mobilisation politique sont les points sur lesquels j’insiste afin de proposer des éléments de réflexion. Le constat reste finalement mesuré quant à l’idée d’une révolu­tion politique dans la mesure où il revient aux personnes directement concernées de trans­former leur société en fonction de leurs propres potentialités.

Haut de page

Texte intégral

1Élysée, votre texte diagnostique un certain nombre de symptômes liés à la crise que traversent la plupart des sociétés, qu’elles soient déjà inscrites dans une tradition politique démocratique et pluraliste ancienne comme en Occident ou qu’elles soient à la recherche de leur propre modèle d’organisation collective. Vous soulevez avec justesse la nécessité d’inven­ter une autre culture politique. L’état des lieux et les propositions que vous faites sont ainsi en adéquation dans l’objectif de relever des défis globaux qui prennent un sens encore plus aigu dans le cas des pays africains indépendants.

2Ma réponse reviendra sur vos propositions finales qui contiennent des solutions implicites pour revitaliser notre démocratie. En essayant d’y apporter un soutien à la fois concret et critique, je pars de votre conclusion qui, en citant l’anthropologue Ludovic Lado, soulignait la nécessité de varier les points de vue afin de mieux circonscrire une série de difficultés auxquelles l’Afrique, continent immense de 54 pays très variés, doit faire face dans des circonstances qui sont celles de la concurrence à l’échelle mondiale et du démantèlement des États au profit des grands ensembles économiques et politiques. Je ne vous cache pas que mon lieu d’énon­ciation se trouve en dehors de l’Afrique – plus précisément en dehors du Bénin, mon pays natal – que j’ai quittée afin de poursuivre mon parcours académique et professionnel en France et aujourd’hui au Canada.

3La crise de la démocratie représentative libérale dont vous faites état, avec des exemples occidentaux à l’appui, regorge de faits d’actualité qui trouvent un éclairage saisissant à travers le prisme de l’Afrique. La valse actuelle des gouvernements européens face aux agences financières internationales n’est-elle pas un écho lointain qui répond aux difficultés de plusieurs présidents africains qui, après avoir servi comme fonctionnaires auprès des institutions financières internationales (IFI) qui ont appliqué avec zèle à l’Afrique une politique antidémocratique et antisociale, ont ensuite été démocratiquement élus dans leurs pays respectifs, ce qui confirme implicitement la soumission de cette même démocratie à la force de pression économique et financière ?

4D’une certaine manière, la modernité occidentale en crise aurait davantage à apprendre de l’Afrique plutôt qu’à postuler la nécessité pour les puissances étrangères d’y introduire la démocratie sous une forme néocolonialiste. Le discours de La Baule étant conditionné à une forme de dépendance économique et politique, je pense que nous sommes d’accord sur l’idée fondamentale qu’il n’existe pas de « recette miracle » universelle : la démocratie n’est pas un plat qui se mange cru. D’un pays à l’autre, l’his­toire fait que les ingrédients et les antécédents aussi bien que les régimes et les allergies alimentaires ne sont jamais les mêmes. Il convient alors de partir du plus petit dénominateur commun, et de viser la réalisa­tion concrète de la démocratie politique à partir de son concept. Quelle sera la marmite commune dans laquelle nous choisirons de verser nos ingrédients ?

5En cela, la relecture critique des penseurs politiques des siècles passés, en y incluant tout de même les Africains qui ont activement réflé­chi sur la liberté et sur la citoyenneté, est un impératif. Alors, l’élaboration d’une nouvelle déclaration universelle des droits et devoirs de l’homme et du citoyen – n’oublions pas le féminin – serait tout à fait justifiée à condition de ne pas en rester aux bonnes intentions. Les droits économi­ques et sociaux font partie des droits humains, au même titre que le droit à l’éducation et à la formation. Ces droits sont prioritaires, car ils portent sur le long terme et sur le quotidien des populations. On ne peut bien vivre ou étudier dans l’insécurité, dans la crainte de l’arbitraire ou dans la pauvreté extrême.

6La réintroduction de l’éducation civique est une base pour construire une jeunesse citoyenne africaine. Au-delà des programmes de l’Histoire générale de l’Afrique (UNESCO) qui font l’objet d’une réécriture et d’une harmonisation afin de répondre aux attentes intellectuelles de la jeunesse, nous pourrions concevoir une intégration scolaire panafricaine. En plus de fournir une expérience valorisante, la mise en place progressive d’un large programme intra-africain de mobilité scolaire et étudiante serait une possibilité de sortir du nationalisme étroit et du chauvinisme. La culture de la paix et la lutte contre la xénophobie passent aussi par une réflexion sur la citoyenneté et les concepts de frontière et d’étranger. Qui est du bon côté de la frontière, et qui a le droit de la traverser ? Quel est le fondement légitime de ce droit ? Comment le modifier ?

7L’engagement politique est une manière de modifier la législation et l’état des choses publiques. L’engagement a un sens lorsqu’il est organisé et qu’il est dirigé vers un but réaliste qui profite à l’ensemble de la collectivité. Inscrire la souveraineté alimentaire comme un élément de la constitution pourrait fédérer plusieurs organes de l’État et de la société civile autour d’un objectif qui ne serait pas le développement prédateur en vue de l’inté­gration au marché mondial, mais une production pensée en fonction des peuples. En cela, l’image que vous utilisez pour montrer comment les populations utilisent la route à leur manière est révélatrice d’un besoin fondamental de réviser notre conception du développement.

8Le point qui me semble le plus stimulant est celui de l’organisation. La démocratie ne survit que si, dans le cadre des élections – donc encore faut-il des élections transparentes –, les partis politiques s’engagent à présenter de véritables démocrates sur lesquels les peuples en tant que dépositaires légitimes de la souveraineté nationale exprimeront librement leur choix. Il va de soi que les électeurs ont le droit de se tromper, et c’est bien là l’un des problèmes lorsque le régime au pouvoir, avec parfois des complicités extérieures, annule ou modifie un vote qui lui serait défa­vorable. Les partis au pouvoir de manière héréditaire ont perdu – ou n’ont jamais eu – l’initiative de former leurs membres à la critique. Les masses qui avaient été politisées brièvement lors de la décolonisation se sont rangées derrière la figure d’un chef éminent dont le pouvoir se réduit au fur et à mesure qu’il opprime de plus en plus de citoyens.

9Les rumeurs fondées autour de la Françafrique et le financement de partis politiques français à partir de mallettes d’argent versé par des dirigeants africains ne doivent pas faire oublier le manque de transparence dans le financement même des partis politiques africains, ainsi que des armées privées. L’éthique politique du citoyen va de pair avec la transpa­rence économique du pouvoir afin de dépasser la confusion entre le militantisme et le clientélisme. Dans le processus électoral, l’État peut-il être autonome pour assurer le financement équitable des candidats des partis politiques en compétition avec le parti au pouvoir et le président sortant, ou chaque parti doit-il mettre en place sa propre trésorerie ? Quelle contribution financière demander à des citoyens pour lesquels la redistribution des ressources par l’État n’est pas assurée ?

10La multiplication des partis fragmente la mobilisation autour d’un pluralisme de façade, tandis que la création de fondations privées ou d’ONG par des acteurs culturels ou politiques contribue à fidéliser une partie de l’électorat en dehors de la sphère politique. Aussi, je conçois favorablement votre quatrième proposition sur l’idée d’une limitation du nombre des partis politiques. Concrètement, la démocratie doit fleurir à l’intérieur d’un nombre limité de partis qui polariseraient de manière crédible la vie politique nationale. Pour l’occasion, il ne s’agit pas de copier le système américain ou britannique à deux partis. Il s’agit de rejeter les partis créés pour promouvoir une personnalité unique, créés pour diviser un courant d’opposition de manière stérile, et d’encourager au contraire l’organisation d’une opposition interne aux grands partis structurant la vie politique. Les primaires à l’intérieur d’un parti, comme on a pu le voir récemment en France avec le Parti socialiste et le Parti radical de gauche, sont un idéal à viser. Loin de l’utopie, le parti de l’ANC en Afrique du Sud n’a-t-il pas proposé plusieurs tendances (libérales, sociales, natio­nalistes) par rapport auxquelles les militants et électeurs ont été amenés à se déterminer, sans avoir à désavouer le parti en lui-même ?

11Le changement démocratique à l’intérieur des partis revaloriserait les politiciens africains aux dépens des politiciens habiles et opportunistes. Mais combien de politiciens sont arrivés au pouvoir en annonçant le changement, et se sont ensuite accrochés à leur fonction en refusant catégoriquement tout changement ? L’arbitrage du jeu démocratique par les partis serait préservé par la conscience, au sein du parti momentané­ment au pouvoir, que le respect des droits de l’opposition est consubs­tantiel au principe de l’alternance : celui au pouvoir aujourd’hui sera dans l’opposition demain.

12La société civile, qui est au cœur de votre cinquième proposition, est à la fois un problème et une solution. Son développement dans une sphère autonome (« ONGisation ») conduit l’État à ne plus faire l’effort qui lui incombe, au motif que d’autres en ont fait leur activité ou leur gagne-pain. La société civile constitue l’un des observatoires de la démocratie, un instrument de contrôle avec une relative indépendance vis-à-vis du pouvoir. Elle peut être une police contrôlant symboliquement l’État ou un espace public qui permet d’évaluer le degré d’autoritarisme qui sévit dans un pays donné, ainsi que les formes d’ascension sociale et de renouvelle­ment des organes consultatifs et décisionnels. Ainsi, la limitation de la durée ou du cumul de certains mandats dans certaines démocraties occi­dentales permet un renouvellement relatif du personnel politique. L’analyse critique montre que ces mesures ne sont pas toujours respectées de manière spontanée par les dirigeants occidentaux qui font alors l’objet de remontrances de la part des médias et de la société civile. La vigilance de l’opinion peut les conduire à camoufler ou à modifier leurs pratiques. Même si certains pays africains sont honorablement classés dans l’évalua­tion des libertés fondamentales, les formes de persécution ou de harcèlement dont sont victimes les journalistes d’investigation locaux montrent que le rapport de force entre une information libre et un pouvoir menacé est particulièrement tendu.

13L’impunité est sous-entendue dans votre seconde proposition comme étant un point de fixation des retards de l’Afrique dans la démo­cratisation. Pour y remédier, il convient d’encourager les initiatives et les réclamations qui émanent souvent de collectifs ou d’associations qui relaient les plaintes locales à un échelon international. Certes, en dehors d’un noyau dur de régimes bien identifiés qui ont privatisé les biens publics et qui se reproduisent à la manière de véritables mafias dynas­tiques, la majorité du continent connaît des alternances démocratiques. L’impunité des dirigeants qui ne respectent pas le jeu de la démocratie pourrait faire l’objet d’un jugement par des instances judiciaires conti­nentales. Celles-ci fonctionneraient avec une formation de jugement regroupant un panel d’anciens chefs d’État arrivés et partis démocratique­ment du pouvoir, ainsi que des magistrats africains indépendants.

14Enfin, parce que l’Afrique doit se penser par rapport au monde qui lui impose de rattraper son « retard » à une vitesse impossible, le Forum social mondial organisé à Nairobi en 2007 puis à Dakar en février 2011, montre l’existence de mouvements populaires africains anti-systémiques qui véhiculent une lecture critique des rapports de force globaux, une remise en cause des précédents modèles de développement et une critique des élites et des dirigeants politiques dont les engagements ne répondent pas aux aspirations des populations. Pour transformer les idées en action, il est fondamental de travailler de manière collective à construire des plates-formes qui permettent d’agir sereinement.

15Élysée, cette lettre est celle d’un « senior » à un « jeune ». Mais au-delà du cadre défini par l’exercice, je vous accorde bien évidemment le droit de sortir de ce rapport faussement hiérarchique et de réfuter la confrontation des générations ou d’y inclure la dialectique de la lutte. Nous gagnerons tous dans la défense de notre patrimoine démocratique commun tant que les « jeunes » révolutionnaires lutteront de tout leur intellect contre les « jeunes » réactionnaires, de la même manière que les révolutionnaires « seniors » doivent maintenir la pression sur leurs homo­logues réactionnaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amzat Boukari Yabara , « La démocratie ne se mange pas crue », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/844 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.844

Haut de page

Auteur

Amzat Boukari Yabara

Amzat Boukari Yabara est originaire du Bénin et de la Martinique. Il est titulaire d’une maîtrise en histoire du Brésil (Paris-Sorbonne, 2005), d’un master en sciences sociales (EHESS, 2007) et d’un diplôme d’études latino-américaines (IHEAL, 2011). Sa thèse de doctorat en histoire et civi­lisations de l’Afrique (EHESS, 2010) interroge les divers aspects du panafricanisme et des mouvements révolutionnaires contemporains à partir de la biographie politique et intellectuelle de l’historien guyanien Walter Rodney. Actuellement chercheur en postdoctorat auprès du Groupe interuniversitaire de recherches sur les sociétés africaines (GIERSA), affilié au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal, il travaille sur la commémoration des indépendances africaines en tant que motif de nouvelles pratiques politiques, culturelles et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals