Navigation – Plan du site
Des enjeux éthiques généraux à l'ère du numérique

Une éthique appliquée ?

Considérations pour une éthique du numérique
Marcello Vitali Rosati

Résumés

Lorsque l’on s’interroge sur l’éthique du numérique, deux approches sont possibles. La première consiste à la considérer comme une éthique appliquée, une branche de l’éthique générale. Les principes éthiques généraux nous donneraient la capacité de discerner le bien et le mal ; les appliquer au numérique nous permettrait ainsi d’expliciter, à partir de ces principes, des normes de comportements dans ce domaine particulier. Mais cette approche ne prend pas en compte le fait que les principes éthiques puissent découler des conditions concrètes de leurs applications. Nous pouvons donc considérer une seconde approche, qui consisterait à partir de l’analyse du domaine du numérique pour fonder sur ses caractéristiques la réflexion morale. Par conséquent, l’éthique du numérique ne serait pas une éthique appliquée, mais une éthique première. Cet article tente de poser les bases pour une réflexion sur l’éthique du numérique qui prendrait en considération les changements de culture et de valeurs engendrés par les nouvelles technologies.

Haut de page

Texte intégral

Pourquoi une éthique du numérique ?

  • 1  La structure théorique de mon raisonnement doit beaucoup aux travaux et à l’enseignement d’Adriano (...)

1Le besoin d’une réflexion éthique semble s’imposer avec force croissante dans le domaine du numérique. Se demander d’où vient ce besoin pourrait sembler oisif, mais c’est en réalité la seule manière pour comprendre quels sont les enjeux éthiques liés aux développements technologiques. La question éthique ne s’impose pas dans tous les domaines et surtout pas de la même façon de l’un et de l’autre1.

2Pour qu’il y ait le besoin, et la possibilité, d’une éthique du numérique, il faut d’abord considérer que ce dernier produit un espace d’action particulier et spécifique. Il convient donc de préciser cet espace d’action, de l’identifier et de le décrire avant de commencer à développer un discours éthique. Pour ce faire, il faut d’abord limiter la signification de cet adjectif « numérique », dont la valeur sémantique n’est pas toujours assez claire. Il ne s’agit pas tant de désigner, avec cet adjectif, l’ensemble des technologies basées sur des ordinateurs que d’essayer d’identifier les enjeux spécifiques d’une culture du réseau, issue du développement d’Internet en général et, plus particulièrement, du Web. Le Web est bien évidemment une des manifestations du numérique, mais il est en train de prendre une importance croissante dans l’ensemble des technologies : on pourrait dire que le Web a tendance de plus en plus à occuper la totalité de l’espace numérique. C’est donc du Web en premier lieu, et de ses implications, en particulier, que nous allons parler ici.

3Le Web peut être considéré comme un espace d’action. Ou, pour être plus précis, le Web s’impose aujourd’hui comme l’espace principal de nos actions. Voilà pourquoi la question éthique se présente avec tant de force et d’urgence. Une telle affirmation nous oblige à définir rapidement comment on doit considérer le Web comme un espace et comment on peut parler, dans ce domaine, d’actions.

Un espace concret

  • 2  « un espace non physique et géographiquement illimité » (je traduis).

4À partir des années 1980, on a souvent eu tendance à définir l’espace numérique comme un espace imaginaire, fictif ou du moins non physique. La lutte contre la déréalisation a été engagée par des personnalités telles que Jean Baudrillard (1995) ou Paul Virilio (2001). Nombre d’auteurs ont été probablement conditionnés par l’idée que les nouvelles technologies produiraient un monde parallèle – idée plutôt issue par ailleurs de la science-fiction que du réel développement technique. Dans ce sens, Cees J. Hamelink définit le cyberespace comme a geographically unlimited, non-physical space (2000 : 92).

5Si cette thèse était vraie, la question éthique ne se poserait pas dans l’espace numérique. Les technologies seraient des objets ne produisant pas un espace d’action où l’on puisse se poser la question de comment agir. Il faudrait tout simplement se demander comment réglementer l’emploi de ces outils.

6Mais une plus grande familiarité avec les technologies numériques nous fait désormais comprendre que l’espace qu’elles produisent est un espace concret, réel et probablement aussi physique. Comme tout espace, l’espace numérique est l’agencement d’une série de relations entre des choses. Ces relations sont concrètes ou ne sont pas. Il s’agit de relations de proximité ou de distance, de plus ou moins forte accessibilité ou visibilité. Les objets numériques peuvent avoir des relations, car ils se trouvent dans un espace. Ou, pour mieux formuler cette idée : le fait que l’on puisse parler d’objets numériques au pluriel – et donc d’un ensemble d’objets – implique qu’il y a des relations entre ces objets, et ces relations peuvent être interprétées comme étant un espace.

7À titre d’exemple de ces relations, notamment dans l’espace particulier du Web, on peut citer les liens de proximité ou d’éloignement d’un profil Facebook avec un autre. Mon profil est plus ou moins proche d’un autre selon les amis communs qui nous lient. Ou la proximité d’une page par rapport à une autre – s’il y a un lien direct, ou deux ou trois liens pour arriver d’une page à l’autre, ou encore si les deux font partie de la même liste, de la même indexation d’un moteur de recherche.

8Ces relations sont en mouvement – comme dans l’espace non numérique. Ce mouvement implique que l’espace n’est pas figé : il n’a de sens que tant qu’il est habité par des instances qui mettent en place et parcourent ces liens entre les objets.

9Il est utile, pour terminer, de mettre en question l’idée selon laquelle il s’agirait d’un espace non physique. Je pense que cette position peut nuire à la compréhension des enjeux éthiques et politiques du numérique, car elle implique une impression de volatilité liée aux nouvelles technologies : elles ne sont pas physiques, donc elles ne font pas partie de la vraie vie, elles sont des jeux, donc elles ne sont pas sérieuses. Si l’espace du Web est non physique, alors il n’y a pas d’enjeux majeurs – ni politiques, ni éthiques, ni économiques – à son égard. Après une analyse attentive, on se rend facilement compte que les notions de « physique » ou « non physique » sont très obscures et abstraites : il est très difficile de comprendre ce que l’on veut signifier avec ces termes. On part, probablement, du constat que l’on ne peut pas toucher les objets numériques – mais on ne peut pas non plus toucher la lumière, qui est pourtant tout à fait physique. La complexité du support numérique est une autre raison pouvant pousser des auteurs comme Hamelink à considérer le cyberespace comme non physique : c’est un support qui devient de plus en plus transparent – on ne voit pas Internet par exemple, pas plus que la plupart des technologies, qui ont tendance à ne pas montrer leur présence. Mais il y a bien un support qui conditionne les relations entre les objets numériques. Des ordinateurs, des câbles, de l’énergie – et tout cela est bien physique et matériel – sont les supports qui encadrent l’agencement de l’espace numérique, même s’ils ne le déterminent pas complètement.

10Finalement, l’idée de « non physique » finit par renvoyer au sentiment de déréalisation que l’on vient de traiter, comme si les objets numériques étaient de faux objets. Mais ce n’est pas le cas : est-ce que l’on affirmerait que ce que je communique à l’aide de la fenêtre de clavardage de Facebook n’est pas vrai ? Est-ce qu’on penserait que les achats que je fais via Amazon ne sont pas réels ? Est-ce qu’on dirait que l’article que je lis sur un journal électronique n’est pas un vrai article ? Qu’a cet article de moins matériel, de moins physique ou de moins concret par rapport à un article publié sur papier ? Le support est différent, mais il s’agit toujours d’un support, physique, matériel, concret : si l’on éteint le serveur où l’article est hébergé, si l’on casse le disque dur, si l’on coupe un câble, l’article n’existe plus tout comme si l’on brûle le papier sur lequel il a été imprimé.

Un espace d’action

11Il n’y a donc rien de fictif ni d’imaginaire dans l’espace numérique. Et l’emploi de l’adjectif « non physique » est trop vague, pour ne pas dire absolument abstrait.

12Cette idée est cautionnée par un autre constat : le numérique, et le Web en particulier, est devenu notre principal espace d’action, ou du moins un des espaces privilégiés de nos actions. Une grande partie de nos travaux se fait à l’aide d’Internet, nous communiquons avec nos amis et nos familles sur le Web, nous nous y informons et nous y amusons, nous y lisons, organisons nos voyages, faisons nos courses, gérons notre argent. Une partie importante de nos actions quotidiennes se fait dans l’espace numérique. Et la tendance de cet espace est d’occuper de plus en plus notre vie en englobant l’espace non numérique. Le développement numérique des objets va dans cette idrect, nis : ut cojets – mais onssi phut ceersonnal– etut pavenu irumérique estêtre innsi dntrôle ima Amespace numérique. ; le suirmque l’on ets – maola prosonnal– etst paentifier par de câodet contrnec averéseau, /p>

12LeOpeut nuors il demander comque jent les sutions qu Web, ondquels manière poles sont deructure es condquels matéoffpoles sont deftes Comme to seroierg paul ViMaiqu di(12

12ÀEengffpt,a plupart des teptiones nouériques ént des ’éneirere du sentiprochp du rmot: on poneirere cbles des bgieu on seneireren po noat ut» escebook n,n poneirere cmment rre dar un joticle n,n poavardagevec un autmima Ama msayegee destancencee de un suseau, ocié es d’é autre c,n poneireres somotsue nous alvoies qucherche. 12<5span>Mais un n’y a pas de ce qupe="u éneirere dDesautre, teptiones nont pass nofficile dnt impntifierlemesomment crirere d: le nsomls th la poctroe dDeCquer aut une aus jetions qus prolucoursete dsur le Web, Desuomls ar un joen diur nerejns e une imge àauomls ar un noJaidem» es Facebook nMais c, aès une analyse atolucotentive, on se rend fampte que les nomls test appsi p,roduisent ess ’éneirere d: les tecres pr compdqui prst étirerdsur le Wbases po doées 19 etns le docaqu We noJaidem» e,ar exemple, – maolans le dcauses so cet ants unrveur o19 etns le docaqu Wemls ar un joen d/p> 12Maime sunarcourende leurure thcre de c de prléneirere dDeLi une imge ,uissene autre r,ignifier cre dun joen ditre ces obux fopes, faen dii prsaititrregte r, si s faimes ’une série de reractére ps,ar un jodinateurs,Par coemple, paatse lefrnalse pur’actics unternet paa’on elation

9<17span>LeOpeut nufinir lnsi de autre raractéristiques onderantale

Éthique générale, éthiques appliquées

11<8span>Pour qusuppm ? le numérique, st un espace concret, onstatere par des inlations entre des chjets. Mas relations sonqupsent dgrâcau fort que l’on pubitécet espace estque l’on puy iratLes obtions qui prseroduisent esss l’espace numérique. euvent être interprétées comme étant un moléneirere dDeest dojusment.

12<9span>Mais unsayero matterrnt de désinir l dii oconsisteraette idestion éthique setque l maescolaelations u’ils maere dtit avoi les omaine du numérique. SeLéthique duut être cosinir comme un eréflexion sur l’étion. Ou question ée l’onthique se pre pat tropationne lllent :omment rdois- liirai? Leis c, ur couvonsiqusupo e un conte idestion il faut d’abord lisenjeoser lae autre :ourquoi lairaiu une snière poutôt is’ile autre ?p>

1220span>Le besoin di devnei, ne d réflexion mor l’étion. aesconel deviéglemele Wbamportements d,o doé des aurmes ddes cstes ddes câos autexqls souvonsiqustenteiet detexqls souvonsiqumander co l’enseigle des a sciiétal de lsy a nteieDeest do cboin dcié e,olitiques,Si l’es. aeresultt à lceremier lién dursema plestion éthique s,ela le-cpr vosduit pasdistang3"r autnien de fi posstiques,Sp>

1221span>Mais uen pant quréflexion sur l’étion. l’éthique duvatolucoln d: on po rend favécetpte que l,vant de cooduiraiun erérie de rermes de lspacted"ril faut d conrche.

122/span>Ce qutâchla plupasmportante de s lbiflexion éthique set donc du désinir l Wbampitions of la pomthiqpdqui prus permettrat d’unall co lcacherche.

122/span>LeOpeagirmeçt panc du’ile autre oemincemearactéristito sesonnement dothique d?ur ters cDes aun eer dsaté. ocopd falsens, Ce fait que laaison po ln ramhoixst parondenasantb et gocessptle ">ur tel auteur dSp>

1224span>Si ceon puind fa considération les esonnement doe duuroe paAstiqotau forabuun molém>a thique g soNimmese l,em> (2 vieo un espmple, – ma part p-tre coensmple der exemla leeme19 etnuorcourendeargent aaf «e je livns de prrmuler cSp>

1225span>Le beStaraiécetptncer er exroierg pre fait que latse letion oan erésonne?a thique g soNimmese l, em> (1094a)DeCqui enAstiqotaufinit le « noen p» (jt dojusment.

122/span>MaO si latse letion oéd farsema cbleil faa donc riupasirs coble Mais ce ncoble nt dehiratiheis dSi l raientremoléneihles oiWbalsons noe iens pouvoent d soaraion a siver acilement co foen phsuétm: le fabonhrs,PaLfabonhrs,et donc dulerofcipes onéral et, eer dselor lequel ilut paseoses la obthique. PoTo type="’action, de s lnimposer que llomaine, dut être coalyse . o partir de laaçon de o illintrôib g sotents e un fabonhrs,Pp>

1227span>Leest do partir de une slle afée de «hiratiheiion de ccoble – et donc deprincipes ér le Wbqls soseoses ’étion. – ete l’on puut êentifier leux fope="s’obthique. : lee éthique dunérale, t, eéthique appliquée, SeLéthique dunérale, t,sconellqui prsoccuper eviéglfchar dea fopncipes – maolaeux f,em>a guem> (2ofcipes oique – ets le Wbqls soit coseoses la obtion. aegénéral eLes obthiques appliquées

1228span>ÀEendautre, termes. : le éthique dunérale, tsupo eo lcaestion de nomment rdois- liiraiaegénéral e? L» e,aete éthique dupliquée, ma lcaestion de nomment rdois- liiraians ce domaine particulier. ? L» ePp>

1229span>Le bobthiques appliquées

3Le bobincipes él’acthique générale. tsdécrilent pas, seteu s uns jemaines etrticulier. s: les ’acthique générale. tnasant l’agthique nevia comprniqution d,a plbiothique d,léthique du unere dpstito, plus pacisment ul’éthique du numérique neola éthique du unternet p/p>

La nétiquette

1131span>MaBans n-ns posucette idée u réport àtre dethique générale. t dothique dupliquée, espayero ma comprendre ce que ldevit à re coenthique du numérique nLp>

3CeSojodetsif «rait pa rechprer le cprochblès deécifiques ddomaine du obtion. avernetar les nochnologies nu numérique ne d’ursayer d’idadapt. es principes éthiques généraux à l' senscur derticulier. Mp>

3Il est utvidemm uleengffpt,ae le Wobuvelles technologies prt pasnuisetu ebuvelles tefmes de action, de ebuvelles tessibilité, ma comprniqution d– etu coemple, pa cooduirion. aetofficuon des enntentsu– mde ebuvelles tessibilité, ma unargleion desié e et lcMais ce l’on bradoe le fapoi ess v de moléneique dupliquée, ma ncoangements denldevit t pas cottre en quscouuion de valeur sd principes éthiques généraux mais ilule mnt de dnder couengfft àur tel autdapt. e dédcausetrticulier. sMp>

  • 2<3span>  «nsidultle ">ejoeng pa: tp:///:olbos.ietfrg/etml">/rfc1855li>

4<34span>LeOpeut numprendre cens cette idoe ie le Wups quete valeur sd e que l’on veaoper"l a nontiquette» e,a ensemble d tsgl de lspacted"re s lnobamportements dosuceternet p/l s’agit de une svriqutle ">ste, e rermes de livan cens cetre viçon de éneire une aurenel, de morticulip au un arft umu de mossitedes instrmat Pns son un jobgieu On payrouventra,tu coemple, pabifgl elon laquelle il o pedt pas Inneire un ditjuouus, der elest un sundee neviaspactedur tel eururrs,PaÉire un ditjuouus, ignifier areer devisulllent el eururrs,a part panc dtre incomu c. o paire"re s l comprniqution d ale. Pa ceon pucessptsunarfcipes odacthique générale. tsdn les ql il a ut dspacted"rel auteur dalors il nt utvidemm uu’il esne ut ds Inneire un ditjuouus, /p>

5<35span>Ce quntiquette

3Le beveloppement d teptiones nouériques éaontrer. oe ce qants unmaines etd ’étion. ont pass noochblémiones noe du untre, tetque lcest donc dusucettux-l pooi biflexion éthique du t coseop ne dre fauxon dess nogencetnLp>

3À tirtir de laeueu, s années  1990oseont pansi dsés euns suestion dddomro d’unourrs,a pa fi poschp tal deterrlururerlurde la mberesiremilités ,a fi poschttion on l’espnfce de de mouvalierofcvrie…p>

3Ce qucrnarchlas ’acthique gpliquée, sde cooddre ce compte leangcude cet ausuts, ec un autprator’occils.

3LePddro l’espmple de ce poschp tal deterrlururerlurPa ceonthique du numérique net une auneique dupliquée, maors ilns pouvons donsidérer que ce dee ens une auschp tal d,n autree, siude ro d sde éj pafinit ar l’idthique générale. Lous ponsidérers avesi phmme unacqu uns ait que il esutles spacted"ree auschp tal d,n fait que les olatst pa sundlPa ucette idses s onderune imgliété dei coniruus,e cissenqlques ennées  coanç, deschmvant pos spactede ce poschp tal deterrlururerlur s anfilm Mas e posliété dentrer ne imgsonnaln train de prtlécharger ce arfilm. Pdancepos tlécharger mm uleenntree par rlèle ,2 vieo un e or essibi on lgsonnalsn train de prlat"ree aueo ue ddu supacdu suDVDUne xte" ’agiicilhun contse lequent,ce?

3<40span>Le besonnement donsiste à laendre une arfcipes odacthique générale. t à l’enaliquer au uns jemaines et obtion. afférent, pour arerécrntrer leuvaleuidé. eer dsel. Lo partir des r er eurendon peut ciiniraiunsvaleuidé. ns le domaine du numérique. gardlent.

1041span>Ce question ée il esut dmposer lat donc dulquivant

  • 2<4span>  « qudexaei c, aès unupasirs cours d lcafmes.,iiniraese du b les domionnilles osaitinrenel, l9h.a href="#ftn1"4(...)

1<42span>Le besonnement do ce posliété deté deest d- ese aussiision. asylgiesiques ovenen phsestrrr sd elqudexaepnisionvte, e reRoentlaclass="footnotecall" href="#ftn2"4id="bodyftn2"42<4spa>»?p>

Le renversement

1143span> Rsupo e un contsuestion ddgnifier renseraies esort àtre dethique générale. t dothique dupliquée, Pour ce faire, il faut dc rieensidérer le cymaine du obtion. asnuisetur les nochnologies nuuériques éese demander coql ilt don popport àac les tetre, temaines etd ’étion. /p>

1044span>Le besort àtre detion. as le domaine dumérique ne dtion. aegénéral eut être consrimetd nière pofférent, tsdn lesinterroétéion que l’on vioé aréport àtre de tendnique. aete éhuine . Jursaye de remexplicier a/p>

1045span>LeOpeut nuuroe pleux fomodle et obterroétéion qLeEneemier lieu, etopeut numpidérer que il y a un ldetion. auchp dnt dohuine eui prserfinit le partir de une s nonaue d? es Fa éHme uLesachnologies e serait pa’ile utils.e sre oi prus permettr’acticplèirum actions quss nocilement cLeEne sens, Celtendnique. a metodier lt en coen de signification de une stion o,a meangemeit pas d, ur consi de, ilsquesités ,ais ilule mnt desquesinté. LeEmple, : y a un lipace dterminen a’ile uhme unit paavausemer; le1 : km, adttres. UnLétion. aescosinir coant de abord l la question de coaaçon de o illivaéalitr cet er eurendPaLfaps quete vagnification de ceétion. ont pafinit pa partir de lqlques ioses.’objetsif : 1  kmt le Weit que leqlquesile uvaes dorcourenieDeLtendnique. avns ait toaès un partettrait aiviéglitr cet er eurendlus ou moins prpidement c/p>

1046span>LeAsi d valeur sd eétion. aesc-rlur pnicopd fte de noltendnique. : le fait que l’on puicourentette idreances n train dleenior dleeneo ue du mo pard et meangemeas le cait que l’on puicourenune auseances PaLfajugent sentl eut être cooéesvant de co poser la question dechnique. Da question é sde cosoir deil y t bien ph moi de noire, et er eurendPa cetest dobleilltendnique. amexde diti lsglitr cee braoé aion. ? ;i laest dom e,oltendnique. amexde diti lsglitr cee brmauvatitotion oPoest do disquurendli prseranspaimes ss l’esée ureçue?

124/span>ÀLesée uuroe e par unJer ph Migga Kizzcomprspaco famptetement.< l' semodle ?

2<5span>  « no achnologies e 't pas un vvaleurs Pa valeur sdcopd fadcol'uyegeue l'. aegit qLesachnologiesa href="#ftn1"5(...)

1248span>Mais untte idée uut être converseme : leopeut nuuroe plee impnrroétéion que ioseoses n un jomodle amptetement.

1249span>Le beemier limodle a obterroétéion qo renévle astrait.

1250span>LeOpet donc du dvt un esnversement

Les présupposés de l’action numérique

1151span>CeQules sont desc dulenotions de les supucture tsi devnerminent p,açon dnt pasagir es l’ageion oss l’espace numérique. ? Qus sont les enincipes éuchp dsanumérique. i devnerminent p’enaliche dthique setqu ampitionne l.

125/span>CeSposer la question de coonthique du numérique nerevit l liinterroge srur laarticulieité av l’action numérique

1253span> us poavs qu fdo’eliraians ceespace numérique. ignifier crire a/nLétion. amérique, sde coléneirere dDeLposmierre poractéristiques odtette idneirere dut donc du d pas di présente art premier lieu, omme un eréeésente ion d drmoer mais cme un esté On paurrait dieengffptenserai’elteire ungnifier ansiqunser lieonde patqu aanspaire a/nLéneirere dus lt en co sens, n autps u-up aud ’étion. /près unansiquvu, aès unansiquit q, aès unansiquvneiu,n poneirere qu’on diauvu, it q, vneiuDeest do cviçon de éterroété, deu coemple, paéneirere dusun prurnal : le fasoi siud ondinoe la plurnale, sdenir c,e lisaéeésente n un jocahr. Mp>

3<54span>ÀLesneirere dumérique, †uut être coterprétées odtette idnière p: elles ot troo d’abord lition. Ou,eneo u,n poit queil dev dans l’espace numérique. eponeirevt uComme tous lieunoir qu fdmême sejoenst qurues ioses.ejoeng pnous y neirevs. UnEesnvrd. t quceui prserpse le s un ecevles l’aide d’In ecewebcamnous y neirevs. : elus lieasano uns jecres prftes  compdqur des orrveur o.uandous communiquons avec no autminous y neirevs. : ; rs ie, s poae dts noe lues ioses.nous y neirevs. UnLesneirere dut l’ageion. aeton phyalesaéeésente ion d d ’étion. Lp>

1255span>ÀEen sens, Celesneirere dumérique, dt patre plus t isnser lcomme un noteire u? eses iome un noteiret» sSeLéthirereescolaecres uienobilqui prsult uaès une l’onneirere dumest pass nog stion oPoCqui prsult uaès unétio pas ie, ’étio ne est pass nolàLp>

1256span>ÀLespace numérique est l’agpace du Wemenpofelsma lsoir de monde pa lceui prmpte le,scone i est po train de pr posduise du semome qume s lce vagposduisetPoest do dinde pa l’action nuntre la dinde pa laéeésente ion dUne bgieu st différent, usun prurnal oteri sejo qu’on y t biaction nume ss van ceeton phyalesaéeésente ion d d valieOu,enneireren pournal o fasoi uaès une l’ontion. aesconir c,eur telaaisntentrpabie-ésente artud ondinoe elles e est pass nOu,enbgieu spdanceposplurnale, der elbgieu elest unaraionest unvan conest untre cos le domenpof rmoement ieeton phs lesaéeésente ion dUnLfajrnal oteri srecuelard pa suneireregé eetoienobilqui preayert pa rechpduise dulmouvement iPaLfabgieu st dicmouvement imnme sMp>

1257span>ÀEenme smenpoil faa doqlques ioses.par rldox de s le donde pamérique ?

1258span>Le beuvement imnteninu e, s por ant ls son un Web en po tralité la e orimu aon dechnique. u rmoement i?

1259span>À tiidetst des in24physotraphmm dorcoenscoexaei cont paaaçoentanteninué du suuvement e omen maCelbob0e les su1o numérique neson pe p d sovanteninué du ceétlemogue. Ep>

1260span>À tien phvoi sitte idractéristiques oescolaesmierre poschp tal de coléneirere da pa fitre vilangegeuegénéral eLeDi la dinde pagnifier lauscoutéitrpachptemeresanteninué duerécoued’une série de ress de ledreractére psoe ieuvent être consits deeletéils dSiLvilangegeueayer edrede dulmouvement iesany amuiver dmplètement. 1261span>CeOr,a tendance de unscoutéitru ampininu suel d doujours dractéristi liaaçon de’elie éhme danéhitécra dinde p. Jusment. 1262span>Le beangements hochvoqe par des omérique. ensiste à laansiqunsrftion on liaaincis un de coonthihaltlloée de suel d tr’actnsiqun dsq. cee altoonthia àtre depace d’action, espace esdréeésente ion d d ’étion. /pLespace numérique esvient de plus en plus tragpace duincipal esd ’étion. /pJusment.

3<63span> €est do partir de ete appmbigüé av l’action numérique

3<64span>ÀCte appmbiguï oue paespnjeuincipal esdune éthique du numérique, : ctl devinterroge srus esort àtre detion, eseésente ion d d ’étion. ,tre deuvement imnteninu esgtion de couto es r euvement iPaLfamérique est l’agpace du lie ir"> oumble dne ensany born der eloo dt difs unvanteninué du rmoement i/ Eenme smenpoilcmouvement imesconirement, coued donc dcilement compiôle le "SeJtopx foire, et ee esjunit xosuceternet p,e lipx foticsr co lut ceno dcastrmat Pns s,e lipx fomexplirim, comre duns enntuniqtresen: ; ms uen pame smenpoilut cenom jetions qunt des jeractére psocstiqallis dui prsult .

3<65span>ÀLesneique du numérique nedo d syer dcoseraies esort àtre degee, e encstiqalliion de rgee, /p>

ounmat Pnvet contrôle .unmatéa>

1166span>ÀEayero ma unall coolucoln dans l’esalyse at ete appmbiguï oumptatereonvdu numérique. gl’aide de laqlques enemple, qMp>

3<67span>LePddro l compte leldocaqulplus enmpleme’action, n un Web e: lee énavationnavation oueten pame smenpoil poschirion. a une suvelles ossibilité ouur tel auteur dSnLétancenu suuvement enteninu,iidetst  e colétion. aescoesi ph douvnt do ce po ir"> oMp>

3<68span>LeOpeau fdodelser eurendngffpcre par deonile,isaur dert être considéré comment e stion o,a cess nooccis ucrnentn ldetion. aunneirere dDeCqtsté unmat Pnfe lesibr st un escrire a/nis unttenneire unseranspaimes ,or desqunare dume ssrmérique, et suneirer/l s’agienobilis.ejoe série de reractére ps coueds: les techiffr ddes c0uetes in1MoLWemenpof rmoement ienteninu seranspaimes ss le aurie de onprrtreprn unagineCelbugee, e éneire unvient dee slres utirerdOu,ent difs undomenpof ceaermes Et laeengffpteccompdqui prsult u pant qurcres sitte idysotraphphi uienobilquen jomoement iei pr exispart p-tre coupasmports comment etstrunt do centrôle .?

3<69span>ÀTt ceetion. amérique est ls="uts,tiun conte idpmbiguï o: esatse lendinoe laus perduiseno libr nentn lugee, enmat Pnfilcmogee, entanstiqallieas, seteu s un suneirerenmatéa part panenu iru auitstrunt do centrôle .Pa ceon puind fa considération lesaumre ion deoccils. o, jusment.a Pe deRankem> (2 l’on brvt être conérent,céa panc duvisibl Mp>

3<70span>À tirtir de ete apflexion s,e veut nutéibeurne arfcipes onéral e coonthique du numérique n: lee étion. aescothique se illes ot tr lugee, enmat Pnfe posduisente uss l’estancenu suuvement . Ds le domaine du numérique. il faut d syer dcoire, erenu iruoo dneirere un arneire u,sdréettre en qumoement iel jecres prienobilqut premuisente us uvellx nagee, d,o déde dulaermes vec nos uvelles tetions qunmat PnveqMp>

3<71span>Ceur quere ceolucourret, on esonnement d,e liproe padesalyse arn autre viemple, : tl devdomro d’unourrs,Mp>

3<72span>Ceurr cet erchblès a considératinl’agthique nevuomérique. ensent e sthique dupliquée, ptemeraere un arntre lsen : le éée unérale. e spactede cetl dei enanoduisees ce œer coterrlururerlur t trinprolatie ">anumérique nLp>

3<73span> ceon puind farie dusent seeennsidération lesaupucture tu numérique. ilopo rend fapidement campte que les erchblès a lsles u s: le esne agit des dansensiqumment agire, ereacted"rel omro d’unourrs,mais cus t is pr pomander co l’on brns ds rr desunourrs,ans ceespace numérique. Ep>

1274span>Si ceonneirere dumérique, lsion o,a nt utvidemm uu’il esa don tetioeende lette idneirere dUnLétuur det docqui prsult uaès unétio e éneire uma lsoir deqandoonneirere duneranspaimes eponeirer/p>

1275span>ÀDs ceesoe ie le numérique. ilaaigurpa l’actuur det douresulte,ee slres uienobilqui pr seraiê’eltimiter de douvement isibr sl’action. /pCeui prmpte le,que il esut dttre en quant de s l’esaion. adlpduise ddeu coemple, pa auticle d, t do dindnt e coléneireue ddu dindnt e l’on. aesco train de éneire u/près untte idneirere d,e esne sult u’elti syer dcoccisuprer leceui prsest doienobilis. ns le suneirereur tel prsuoé de s avns,tur tel erettre en qumoement iSeLéthirerert panc dplemuer auun eururentetre ionve i est p,ales oesi p,n escrire a/nLaecres unmaté euveêtre conseninu llent eanspaimes aet prgee, e éneirere dumvelles /p>

1276span>ÀLposliété dealyse . cos le duns g présucsr , eti enaiquer e éée unérale. e schp tal deterrlururerlur adomaine du numérique. iltoer"onc du s un esnten lsen . Fre, etiruus,de laearist ilnérique net une aunière pof erver urne asace esdr ir"> o/p>

1277span>Lea ess pehblige,tns lecdocaqurticulier. es lspseraies somodle etcoulnomues g unrtir de esupucture tsécifiques ddomérique. SeLtsystès scocciôib ons qu auschirioeende lettentsu devit t paseoses lan un Wegee, e cooduirion. aeton, n un aecres ueasan de. paurrait dirt p-tre cotptncer re unrtil au nn nomro d’unoioeen? esadoeu, s n nomro d’unouoeen? e/p>

1278span>LeUautre viemple, énificationfaesconel devréport àtre depace duincvéa papace duiliét. Ds lee auoe ie le agthique nepliquée, ma. adlvit àiee ples spactede une sdnvten dent, e encire. u auux fopace d Mais ce s le donde pamérique , lcest do dindement inmat Pnfe colétion. ai enodim sitte idstang3ion. agé eeeton at ee vout nuansiqumaens qLaIl ut dupremrer leuétrat dn, n un Wteptiones noi produisent essaupucture ion d d ’épace d. Ds len potion. l’éile,isaur deteme e un espace nui pronjetrente phs nmat uCom ent lemWteptiones n,emWtecétn,em poneirerur ui prmre d essaupucture de remo asace e,i devnenit pnt esadofs,a pa lantse d s sulsorts qus vabilité ouedo centrfentifiité laietent t iel jestae iPnfet obteriter la de mosliété d/pCeui pre parchblès aest pas unlfait que laan dratorn. auccvé-sliétr sert pas Inspactede, mais cl ait que il esrt passibil. e nstiqalliela obtion. anmat Pnvetemuisente usaupucture ion d d ’épace de pa fi éile,is lemmentuitstrunt do centrôle .PaFe dbookdeu coemple, parmettr’acu particl poschirion. ae usaupucture ion d dun prpace esdréel Pns s,eis c autre, articlnstiqallieatte idpucture deur tesvonsiquespmoi dttrLeLideresibilité ou éeffacerne arfof eso s anagines– ete prsult .

1179span>LeUaeodetsif o arfcipesa deur ait à re coroieeve, nsie coenaliche de esjaideuuroe e p: lef dele biflexion éthique dun un Wteructure tsiernet nu numérique nesties odteire, eerdrenut ceeesibilité ouirerue. SeLesneique du numérique nedevns ait toasi d jsjusmication de teptiones nouériques éiste t, PoTo tys lt enjusmicaé,ur eloo drativaf ceaepucture deme ssrmaine du obtion. ar lequel ilns pons poterroge ss. UnAsi ds lt e- eseresibil. e sprd. leceui prseroduiseesss l’espace numérique. cissenespm"rist urourtae éalyse arntqu amrerue. ,Mp>

3<80span> €est doe auer qudredeaururue. inrist ur-te"rist urui prserm en gple e,deaururue. e prsper"l, pammentul eretare. Milad Doueihi200011: le46)des cccis qus scicer -caton dechlsue les efilmum>a Tronem> (PaLfafilmuisntenteaeeu ente pt. u austrmat Pncis quetee utrng3aur dee prgre po eréalité lavirrerlurdecrlur s anjx foe prt letal demre , mar les nostrmat Pncis qPaLfande pamre , ar les nostrmat Pncis qaesconptetement.

3<81span>Ce question ét do à: ment aguvons d-ns po re coniîts nu numérique ne ds stsgl dent leiernet nu lso asace e? QuCment aguvons d-ns poiie oise unss l’espace numérique. cetcolcrnentéis"rist urs?p>

1282span>Ce question ét do lanosups qnus unposer te deaours denhui/pLespace numérique esacqu enune auple ee plus en plus tremrere. e s cetre vilierete s cetre viliere dUnLnumérique. igesnelargeess jr arerjr a: le est paschbie ">rcrs unpidement c,’espace numérique. cver uran aecotité las ntre vieace nuss le aier deauc sconirg udellace num numériquer les norveur o,loo dient demérique. Ep>

1283span>Le besties ot donc due les omérique. ediio eec non poveloppement dlxobvaur ssbi pr prst éschp dsss less no aier de possibilité ou uioseixSeLesneique du numérique nedevns ait to jsjusmication deacu paliere dumérique. i desideresi lt enmmentuliere du eer dsel. Lp>

1284span>SiIfaut dc ri pomander co l’onpace numérique est lai ant dereeat le "SeEst- qu’on y a doai ant dtte idoee iPn. aeme coterrist uru en s"rist ur?p>

1285span>ÀLesnelargessent e colépace numérique est ldût prgrder hytie de sovaroie, qsdu numérique nel d-nme sPaLfamérique est lractéristi lircoeno avernete da pan poynamusm;ensil pour tquoie esuiver s lspcver urschreerivmnt deensemble d t obtionvé dohuine eMas e poroie, qsdu, on eynamusmont les ensng pof ceaevaur snmat Pnvet numérique, : ctl d-cist l’agpace du acu palir"> ounmat Pnvet pant qu’agpace du action. aemotio pa éneirere du pant qu’agcrire a/p>

1286span>ÀLpoclôturpa l’acpace numérique. epoe ustrrist uru se poit que il semome qu ceaermesaliion d, semome qu l’onneire unvient dee oneirer, agirrtree,entanstiqallieUnLétmbiguï oui prmactéristiles omérique. eescoesi ph possibilité ou eeno avernete da panc dulqussibilité ou ee po ir"> oMp>

3<87span>Le besle .u coonthique du numérique n sde contrer leuvassibilité ou eechptemereoo dneirere un arneire u,sver a pansi doensace esdr ie ir"> oumérique. Ep> iv> aclass="fogo-tophref="#ftticle d-995">Hauun mos g a>

v cl="bodil.iraphphy"lass="sidsif o Bil.iraphphiespan>Le Baudrillard, Jean (1995), Le crime parfait, Paris, Galilée.

Brunet, Patrick J. (2002), Éthique et Internet, Québec, Presses de l’Université Laval.

Doueihi, Milad (2008), La grande conversion numérique, Paris, Éditions du Seuil.

Doueihi, Milad (2011), Pour un humanisme numérique, Paris, Éditions du Seuil.

Drushel, Bruce E., et Kathleen German (2011), The Ethics of Emerging Media : Information, Social Norms, and New Media Technology, New York, Continuum International Publishing Group.

Fabris, Adriano (2006), Etica della comunicazione, Milano, Carocci.

Fabris, Adriano (2007), Etica del virtuale, Milano, Vita e Pensiero.

Hamelink, Cees J. (2000), The Ethics of CyberSpace, London, Sage.

James, Carrie (2009), Young People, Ethics, and the New Digital Media, Cambridge, MIT Press.

Langford, Duncan (dir.) (2000), Internet Ethics, London, Macmillan.

Lévy, Pierre (1995), Qu’est-ce que le virtuel, Paris, Découverte.

Lopez de la Vieja, Teresa (2011), E-Ethique/E-Ethics, Paris, Harmattan.

Mathias, Paul (2012), « De la Diktyologie », dans Éric Guichard (dir.), Regards croisés sur l’Internet, Villeurbanne, ENSSIB, p. 55-67. (Coll. « Papiers ».)

Migga Kizza, Joseph (2002), Computer Network Security and Cyber Ethics, Jefferson, McFarland & Co Inc.

Ploug, Thomas (2009), Ethics in Cyberspace : How Cyberspace May Influence Interpersonal Interaction, London, Springer.

Spinello, Richard A. (2003), CyberEthics. Morality and Law in Cyberspace, Sudbury (MA), Jones and Bartlett.

Virilio, Paul (2001), Cybermonde, la politique du pire, Paris, Textuel.

Vitali Rosati, Marcello (2012), S’orienter dans le virtuel, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1  La structure théorique de mon raisonnement doit beaucoup aux travaux et à l’enseignement d’Adriano Fabris (2006 ; 2007), que je remercie.

2  « un espace non physique et géographiquement illimité » (je traduis).

3  Consultable en ligne : http//:tools.ietf.org/html/rfc1855

4  La dinde qui, après plusieurs jours à la ferme, induit que tous les matins elle sera nourrie à 9h. Son induction se révèle fausse quand le matin de Noël à 9h, on lui tord le cou.

5  « La technologie n'est pas une valeur. Sa valeur dépend de l'usage que l'on en fait. La technologie est un outil comme un dispositif, un système ou une méthode qui enclenche un processus d'améliorations de la vie » (je traduis).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcello Vitali Rosati , « Une éthique appliquée ? », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/995 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.995

Haut de page

Auteur

Marcello Vitali Rosati

Marcello Vitali Rosati est professeur de littérature et culture numérique à l’Université de Montréal. Docteur en philosophie (avec une thèse intitulée « Corps et virtuel. Pour un discours métaontologique à partir de Merleau-Ponty », Pise-Paris IV Sorbonne, 2006), il développe une réflexion philo­sophique sur les technologies numériques, et a notamment publié S’orien­ter dans le virtuel (Paris, Hermann, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals