Navigation – Plan du site

Teintures naturelles et teinturiers au Cambodge

Natural dyes and dyers in Cambodia
Bernard Dupaigne

Résumés

À partir de notes prises lors de visites dans de nombreux villages du Cambodge à la fin des années 60, l’auteur explique comment les villageois teignaient alors de manière traditionnelle les écheveaux de fils de soie ou de coton, d’étoffes, dans les couleurs suivantes : jaune, rouge, indigo, vert, noir. La plupart des teintes sont obtenues à partir de plantes. Seul le rouge est obtenu à partir d’un produit animal, l’exsudat formé sur des branches d’arbre par des essaims d’insectes parasites, entretenus à cet effet. Pour chaque teinte, on trouve aussi bien des informations détaillées sur la collecte des produits de base, aussi bien les colorants que les adjuvants (mordants), la préparation de la teinture et les diverses étapes du travail du teinturier (proportions, temps, etc.).

Haut de page

Texte intégral

« Les Khmers teignent eux-mêmes les étoffes qu’ils fabriquent, à peu près avec les procédés usités chez nous. Leurs plus belles couleurs sont le rouge, le jaune et le bleu » (Moura 1882 : 337). « Ils utilisent habilement les plantes tinctoriales du pays, obtenant des couleurs solides, belles, variées, qui parcourent toute la gamme des teintes » (Aymonier 1900 : 40)

Introduction

1À la fin des années 1960, j’ai passé deux ans au Cambodge, comme enseignant d’Ethnologie à la faculté d’Archéologie de Phnom-Penh. J’y avais consacré tous mes temps libres à la visite des villages, dans la plupart des provinces.

2Voici ici quelques notes prises sur les procédés de teinture traditionnels. Elles seront reprises dans mon ouvrage en préparation sur les « Tissages de la soie au Cambodge ».

3Au Cambodge, traditionnellement, les tissus produits étaient teints avec des colorants végétaux ou animaux, cultivés ou trouvés dans la nature, pour donner principalement les couleurs jaune, rouge, bleu-indigo et noire. Ces teintures végétales étaient encore très répandues avant 1975. La teinture des écheveaux de fils, de soie ou de coton, se faisait d’ordinaire au village par les tisserandes elles-mêmes ou par leur mari : les teinturiers spécialisés étaient rares. Il existe encore des teinturières qui préparent les teintures pour les autres tisserandes, en plus de leur propre travail, comme des Khmères de l’île de Koh Sautin.

Figure 1 : Tisserande khmère, province de Takeo, 1968

Figure 1 : Tisserande khmère, province de Takeo, 1968

© B. Dupaigne

Figure 2 : Tisserande khmère, province de Takeo, 1968

Figure 2 : Tisserande khmère, province de Takeo, 1968

© B. Dupaigne

Figure 3 : Tissage cham, province de Kampot, 1968

Figure 3 : Tissage cham, province de Kampot, 1968

© B. Dupaigne

Le processus

  • 1 L’Amaranthus spinosus L., « épinard piquant », daem phtî bonlâ, et l’écorce du fruit chek namva.

4Il faut d’abord blanchir et « décreuser » la soie grège (la soie brute), c’est-à-dire dissoudre la gaine de séricine (grès) qui entoure le fil brut et qui empêcherait la teinture de bien prendre. Pour cela, on prépare une solution de potasse, toeuk (eau) khbong, obtenue par combustion de gousses du kapokier, Bombax malabaricum, sambork kô, un grand arbre présent partout. On lessive des cendres végétales d’écorces de fruits de kapokier, de fruits de bananier, de fleurs de palmiers mâles, ou d’amaranthe (probablement Amaranthus spinosus), phti, et l’on filtre le mélange obtenu (Sek 1973 : 32)1. L’écheveau est plongé « le temps de brûler une baguette d’encens » – 5, 10 ou 20 mn – dans une bassine contenant de l’eau bouillante enrichie de cette solution : un petit verre de khbong pour un meul (1,5 kg) de soie, soit 60 m de fil. On lave l’écheveau dans cette eau bouillante, puis plusieurs fois dans de l’eau claire, et on le fait sécher au soleil. La solution ne doit être ni salée ni trop fade, car une solution trop salée abîme la soie, et une trop fade ne la nettoie pas suffisamment : l’on ne doit pas laisser l’écheveau trop longtemps dans le bain, sinon cela abîmerait la soie. Comme préparer soi-même la potasse prend du temps, on l’achète souvent toute faite à la petite épicerie chinoise. Après le bain de potasse, on rince les écheveaux à l’eau claire.

5Pour appliquer les teintures sur les fils, l’écheveau est passé autour d’un bâton et tourné dans la marmite de terre contenant l’eau et le colorant, pour qu’il prenne bien la couleur ; il faut 600 g de teinture pour 3 damloeung de soie (1 damloeung : 37,5 g). La marmite est posée sur un feu pour maintenir le liquide à forte température, mais sans laisser bouillir. La durée du bain de teinture est de 15 à 20 mn pour un meul de soie. L’écheveau est ensuite abondamment rincé à l’eau, frappé contre une planche propre pour que la couleur pénètre uniformément dans les fils, puis laissé sécher au soleil deux jours durant pour s’assurer que la couleur tient bien.

6Pour que la teinture se fixe bien sur le fil, il a fallu aussi ajouter un mordant : un peu d’alun, sach chouv (« chair acide »), qui est du sulfate double d’aluminium et de potasse, acheté au marché (15 à 20 g.). Ou bien, des feuilles et des jus de fruits très acides, mchou prey, « acides sauvages » : feuilles de tamarinier, daem ampeul, Tamarindus indica, jus de citron, fruits comestibles acides de daem trâlung thung, Averrhoa bilimbi, ou de daem sandân, Garcinia merguensis (Stoeckel 1921-1923 : 397, Martin 1971, Sek 1973 : 32). 600 g de teinture pour 3 damloeung de soie.

7Après la teinture, la soie est plongée dans une nouvelle marmite d’eau bouillante, ce qui fixe la couleur. Après un bref repos (5 mn), on plonge l’écheveau 5 à 10 mn dans de l’eau froide ordinaire, pour éliminer les excès de teinture. Ou, souvent, on lave longuement les écheveaux dans de l’eau de pluie à froid, jusqu’à ce que l’eau de lavage reste claire.

8Enfin, on amidonne l’écheveau en le faisant tremper dans une eau de riz bouillie, puis en laissant ensuite l’écheveau sécher au soleil. Cette opération rend le fil plus rigide ; et le travail du tissage sera plus facile, car les fils vont moins s’emmêler. Au cours du tissage, la femme brossera régulièrement la chaîne, avec une brosse trempée dans le bain de riz bouilli ; la trame glissera mieux ainsi entre les fils de chaîne.

9Les teintures végétales les plus pratiquées étaient le jaune, les différentes nuances de rouge, l’indigo et le noir.

La couleur jaune

10La teinture jaune donnera de l’éclat aux couleurs, qui se fixeront mieux sur les fils. Aucune teinture ne se fera sans ce premier bain de teinture jaune.

111. La teinture obtenue de l'écorce (sambak en khmer, kdoh en cham) de l’arbre prahout (Garcinia Vilersiana, Guttiferae) (Stoeckel 1921-1923 : 397, Martin 1971 : 68), donne une coloration jaune-safran, qui se conserve longtemps. D’ailleurs, plus on a prolongé le bain de teinture, meilleur il est. On trouve cet arbre dans de nombreuses régions du Cambodge. Quand on détache l’écorce de l’arbre, il faut bien veiller à ne pas en prendre en excès, ainsi l’écorce repoussera en un ou deux ans ; sinon, l’arbre mourra.

  • 2 « Pour une livre de trame, on emploie une livre d’alun », Phnom-Penh, Commission des Mœurs et Coutu (...)

12Pour obtenir le colorant, on hache les écorces en petits morceaux, puis on les pile dans un mortier. Les petits fragments d’écorces sont mis dans un sac et placés dans une marmite en terre cuite pleine d’eau, à quoi est ajouté un mordant, 30 ou 40 g d’alun, et des fruits acides, comme du citron, qui vont fixer la couleur. Si l’on en met trop, la couleur sera trop foncée2. On laisse bouillir pendant plusieurs heures, pour que l’eau s’évapore en grande partie, puis on filtre, pour ne garder que l’extrait jaune.

13Pour être teinte, la soie en écheveau est placée dans une marmite contenant le mélange : colorant, alun fixateur et acides mordants. On place d’abord l’écheveau de soie dans le liquide froid ; puis l’écheveau est remué avec précaution dans l’eau portée à environ 90°C, pendant un peu plus de 10 mn. On ajoute de l’alun si l’on juge que la teinte obtenue n’est pas assez marquée. Quand la soie a absorbé tout le colorant, on jette l’eau restante. L’opération est répétée deux ou trois fois, avec un nouveau bain de teinture et une pincée d’alun, jusqu’à ce que la teinte obtenue soit satisfaisante. Pour que la couleur soit bien uniforme, l’écheveau est battu une dizaine de fois sur une cuve de bois rectangulaire légèrement creusée avant d'être lavé à l’eau, puis séché.

14Pour teindre un meul de fils de soie (2,5 niel de 600 g, soit 1,5 kg ou 60 m de soie), il faut 6 meul de prahout Garcinia vilersiana, et 150 g d’alun. Ce grand arbre vient dans les forêts montagneuses de Kompong-Speu, et des provinces de Stung-Treng et de Kompong-Cham. L’écorce s’achetait au marché, où elle était facile à trouver, ou chez l’épicier chinois. La teinture au prahout est également connue et utilisée au Laos. Les fruits, à la fois sucrés et acides, peuvent être consommés.

Figure 4 : Garcinia vilersiana, Takeo, 1968

Figure 4 : Garcinia vilersiana, Takeo, 1968

© B. Dupaigne

15D’autres végétaux fournissent des nuances de la couleur jaune.

162. Le « safran des Indes », Curcuma longa. Les rhizomes de ce daem romiet sont coupés en tranches fines, séchés, réduits en poudre et bouillis pour donner une teinture jaune bistre qui sert à colorer les vêtements des bonzes (Teston & Percheron 1931 : 928, Stoeckel 1921-1923 : 397, Vidal et al. 1969, Martin 1971 : 163). On pouvait l’utiliser autrefois pour les écharpes, kramâr, de coton, mais la couleur ne tient pas bien. On ne l’emploie pas pour la soie.

17On peut faire bouillir dans une grande marmite le cœur du bois de prahout, de jacquier sauvage (Artocarpus integrifolia (Moraceae), khnao prey, et de celui de l’arbre khler (NS). La solution est mélangée avec le jus de curcuma, auquel on ajoute du jus de citron, Citrus limonum, ou de citron à peau rugueuse. Le liquide donnera la couleur jaune.

  • 3 C’est la seule teinture végétale encore utilisée au village de Lovea, près de Siemreap. (Stoeckel 1 (...)

18Le curcuma est encore utilisé pour teindre les nattes kak, végétales tissées3.

  • 4 Le gouverneur khmer de la province de Sâmbaur au nord de Kratié sur le Mékong « percevait une taxe (...)

193. Le cœur (khlem) du tronc du « jacquier sauvage », daem khnao prey, donne une teinture jaune pour les vêtements des bonzes, comme en Birmanie, Thaïlande et Laos4. De petits morceaux du tronc d’un jacquier cultivé ou sauvage sont bouillis dans de l’eau. On filtre le liquide obtenu qui sera utilisé comme bain de teinture (pour le coton seulement), en y ajoutant un mordant (de l’alun) et des végétaux acides (Stoeckel 1921-1923 : 397, Vidal et al. 1969 : 209, Morimoto 1995 : 27). Cette teinture de jacquier donne un jaune orangé. À Prek Kdam, au nord de la capitale, on l’utilisait peu, car, à trop couper l’arbre, on n’obtient plus ses fruits, qui se vendent facilement, et cher.

204. Smâch chroluok. Des fragments d’écorces du tronc de Bruguiera gymnorrhiza sont hachés et placés en décoction dans une marmite d’eau chaude. La teinture se fait en ajoutant des mordants acides végétaux (Teston & Percheron 1931 : 927, Sek 1973 : 26-27, Pavie 1884 : 56).

215. Feuilles de daem phlong, Memecylon edule (Melastomaceae) (Martin 1971 : 114, Stoeckel 1921-1923 : 397). Ce petit arbre, au tronc de la grosseur du poignet, de 2 ou 3 m de haut, se trouve principalement dans la région de Kompong-Cham. Les feuilles sont préalablement séchées au soleil ; on les fait bouillir dans une marmite, une poignée de feuilles pour une marmite de 5 ou 10 l d’eau. On rajoute des feuilles acides de sandân (Garcinia merguensis), et l’on filtre la solution. On obtient un jaune clair qui permet de teindre des fils de soie. En ajoutant ce colorant jaune à la solution de la teinture rouge, leak khmer, on obtient une belle couleur rouge vif.

22Si on n’en met pas dans cette teinture rouge, la teinte obtenue sera considérée comme trop foncée.

23Si on n’a pas de feuille de sandân, on peut utiliser les feuilles acidulées de la liane thnong, Aganonerion polymorphum, que l’on trouve facilement sur les marchés (Martin 1971 : 131).

24À Prek Kdam, les Malais, dont les sarongs sont renommés, employaient cette teinture depuis longtemps. Une brassée de feuilles se garde un ou deux ans. On en achetait deux ou trois brassées pour l’année, à des Khmers, qui allaient les chercher près des collines.

256. Le cœur de la liane épineuse khlé(a), abondante dans la région de Kompong Cham et dans les régions inondées autour du Tonlé Sap, donne une teinture jaune (Aymonier 1885, Bouinais & Paulus 1885 : 534, Teston & Percheron 1931 : 927, Stoeckel 1921-1923 : 397). On la casse en morceaux, que l’on fait bouillir. On filtre la solution. Il faut trois bains de teinture, avec une heure trente de cuisson à chaque fois, dans un bain qui contient également du colorant jaune prahout et un mordant, l’alun. Cela donne une couleur jaune orangé. Utilisée seule, sans être relevée de prahout, on obtient une couleur terne et trop foncée. On l’utilisait pour les jupes phamuong et kaniuh des femmes.

  • 5 D’autres teintures jaunes sont citées : Gardenia grandifolia, méas dey. Fruits broyés et mis en sol (...)

26Chaque année, des colporteurs khmers venaient en proposer. On en employait beaucoup autrefois, moins maintenant, et les gens ne vont plus en chercher dans les mares5.

277. L’écorce de daem khtum, Nauclea brunosis, abondant dans les forêts inondées, est citée comme teinture et drogue médicale (Stoeckel 1921-1923 : 398, Martin 1971 : 123). À Prek Kdam, on la connaît anciennement comme un médicament, et non comme teinture. Après son accouchement, si la femme éprouve des difficultés à se nourrir, on mélange l’écorce à d’autres ingrédients, du crang sekrey (NS), de l’ail blanc, khtoeum sâ, coupé en sept, avec sept grains de poivre, mrec (Piper nigrum) (Martin 1971 : 148 et 169). On pile le tout, on met dans de l’eau en ébullition et le breuvage est bu quand il est tiède.

  • 6 D’autres plantes ont été utilisées comme teinture jaune : le Morus tinctoria (Moraceae, « mûrier de (...)

28L’écorce du kdol, arbre très répandu, citée comme produit tinctorial (Stoeckel 1921-1923 : 398), est connue à Prek Kdam comme médicament contre la fièvre6.

  • 7 À Kompong-Cham. (Teston & Percheron : 927, Stoeckel 1921-1923 : 398). Sramar, Terminalia chebula, p (...)

29Les écorces et les racines de sramar (NS), sont citées comme teintures7. La plante est également connue à Prek Kdam comme un médicament : les graines sont écrasées sur une pierre creuse ; on mélange la pâte obtenue avec de l’eau, et on la met dans l’oreille pour calmer les douleurs.

Figure 5 : Renvidoir de bois sculpté Khmer. Préparation des fils à la teinture, village de Prek Chan Krân, province de Prey Veng, 1969

Figure 5 : Renvidoir de bois sculpté Khmer. Préparation des fils à la teinture, village de Prek Chan Krân, province de Prey Veng, 1969

© B. Dupaigne

Le rouge, krahom

30Cette couleur est fournie principalement par le stick-lac.

  • 8 Dans les provinces de Kandal, Takeo, Kompong-Speu, Kompong-Thom, Pursat et Battambang (Sek 1973 : 2 (...)

311. Le stick-lac, leak khmer, est d’origine animale. On le trouve facilement en Inde, en Birmanie, en Thaïlande, au Cambodge8 et surtout au Laos. C’est une teinture qui a bien résisté à la concurrence des produits chimiques, et qui donnait lieu à un important commerce. Elle s’achetait chez l’épicier chinois ; le résidu pâteux de teinture, ach, est utilisé comme colle forte par les menuisiers, pour fixer les manches d’outils, les socs de charrue, l’assemblage de meubles, ou pour réparer une poterie brisée ; mais, à cause de sa couleur rouge, on ne l’utilise pas pour les meubles. On employait également les résidus de la teinture « en médecine en emplâtre pour les individus qui ont fait des chutes » (Bouinais & Paulus 1885). Le docteur Harmand remarque en 1875 l’importance de son commerce dans la région de Kratié (Harmand 1876 : 341-342).

  • 9 À La-Pho, huyên de Thanh-Thuy, Guide G.B. Indochine, Saïgon, 1927, p. 94.
  • 10 48 tonnes 470 en ont été exportés en France en 1930. Compagnie « La Gomme Laque » installée à Hanoï (...)

32La cire à cacheter était faite avec cette laque, « produite en grande quantité par le Cambodge, mais qui va aussi en majeure partie alimenter le commerce de Singapore » (Kloss 1896). Sous le Protectorat français, existait une usine de transformation de cette gomme-lacque à 125 km de Hanoï9. Elle était exportée pour confectionner des vernis, et autres objets semi-rigides. Pendant quelque temps, « le stick-lac a été particulièrement employé pour les disques de phonographes, les isolants électriques, les vernis et la fabrication de pâte à joints hermétiques »10.

  • 11 Sur les cochenilles à laque, voir Cardon (1990 : 378-381).

33Il ne s’agit ni d’une gomme ni d’une laque, mais d’une résine provoquée par les piqûres de l’insecte kra (ou mei), un hémiptère (ou rhynchote), Kcoccuserria lacca, (syn. Laccifer lacca) Laccifer lacca (dit aussi Kerria lacca, Tachardia lacca, Carteria lacca, Coccus cacti coccinellifera), qui vit en colonies parasites sur les écorces de branches de différents arbres forestiers ou cultivés11. Les plus appréciés sont :

  • 12 Famille des Combretaceae. « Très nombreux dans le srok de Bati » (Delvert 1961 : 430).

34Combretum quadrangulare, sangkae, dont les feuilles servent aussi à enrouler le tabac à fumer ; il est cultivé autour du lac de Tonlé Bati (Martin 1971 : 108)12.

35Le latanier Corypha Lecomtei, daem treang, des Palmaceae.

36Dalbergia nigrescens, daem snuol, des Fabaceae.

37Sindora cochinchinensis, daem krokoh, des Fabaceae (Martin 1971 : 99).

  • 13 Dans le srok de Kandal Stung, en Kandal, les diguettes sont encore plantées d’arbres serrés, forman (...)

38Ficus benjamina, daem chrey krem, F. religiosa, daem po (Brenier 1930 : 174)13, des Moraceae.

39Puis, viennent le « jujubier indien », Zizyphus jujuba, daem putria, des Rhamnaceae (Martin 1971 : 87).

40Shorea Cochinchinensis, daem propél msau, des Dipterocarpaceae (Sek 1973 : 28)

41Schleichera triguda, daem pongrô, des Sapindaceae (Martin 1971 : 91)

42Butea frondosa, des Fabaceae.

43L’élevage de ces insectes pour la production de la laque rouge est très ancien en Asie orientale. É. Aymonier nous en parle en 1900 pour la commune (srok) de Bati (province de Takeo), très impliqué dans les divers tissages de soie : 

« Ces habitants savent distinguer et trier les beaux insectes à laque pour la reproduction, les attachant par petits sacs, en juin, aux arbres chréi (un figuier), sangkê et treang, n’oubliant pas d’invoquer au préalable les génies protecteurs, allumant bougies et baguettes odoriférantes près d’un bel arbre et demandant que ces insectes soient préservés des maladies et des mandibules des fourmis dévorantes » (Aymonier 1900 : 173).

« Les jeunes larves se fixent sur les rameaux nouveaux, transformant la sève qu’elles pompent en une excrétion (cire, résine et colorant) les entourant. Elles se ménagent des alvéoles où elles évoluent. Les mâles sortent en premier pour féconder les femelles qui restent dans leur logement jusqu’à maturité des œufs, avant de se fixer sur d’autres branchages. La couche d’exsudat atteint de 5 à 12 mm » (Teston & Percheron 1931 : 779, 906 et 944).

44Les insectes sont installés au début de la saison des pluies (aux mois de Bos et Mir) sur les branches d’un arbre dont ils suceront la sève, et où ils formeront des essaims exploitables au bout d’une année. Les œufs des insectes éclosent en petits vers, me’, que l’on replace sur les branches de l’arbre. On fixe avec une ficelle les essaims sur des branches, ou bien on y accroche des tissus contenant un essaim. Les larves, srâmâl, toutes petites et rouges, en sortent et, au bout de quatre ou cinq jours, commencent à s’enfermer dans leur nouvel essaim, appelé ach leak (« excréments de laque »). Il faut protéger l’arbre contre les fourmis, ângkrâng, en badigeonnant le tronc de chaux : ces fourmis « avec un liquide dans l’estomac qui brûle comme de l’alcool », attaquent les larves pour s’en nourrir. La récolte se fait de mars à mai ; on coupe les branches qui portent les essaims, elles repousseront à la saison des pluies. Si on a obtenu une bonne récolte, on vend les excédents au commerçant chinois, plus ou moins cher selon la période.

45Les essaims destinés à la vente ou à l’usage domestique sont exposés au soleil pour tuer les insectes, qui donnent le stick-lac. Pour la reproduction, on garde des morceaux de branches que l’on conserve à l’abri du soleil durant toute la saison chaude, et que l’on attache sur les branches de l’arbre au début de la saison des pluies. Il faut bien s’appliquer à ne pas laisser les exsudats à proximité des trous entre les poteaux des maisons, car les insectes s’y cacheraient.

  • 14 Dicton relevé par Sek You Oun (1973 : 30).
  • 15 Phnom-Penh, Commission des Mœurs et Coutumes, Lovea Em, Kandal, n° 80.022, 1952.

46Cette culture est considérée comme facile : il n’y a pas d’autre travail que d’accrocher et de récolter. Cependant cette culture, tout comme la teinture, est l’objet d’interdits. En effet, le processus d’obtention obligeant à tuer les insectes, certaines paysannes hésitent à le pratiquer : « cultiver la gomme-laque, capturer des éléphants, brûler la forêt, élever des vers à soie, toutes ces actions vont contre l’interdiction de Bouddha de tuer des êtres vivants »14. La teinture, qui se fait avec des êtres vivants, les insectes, ne peut également réussir que si l’on respecte les interdits. Le principal, selon les teinturières, est que « Les femmes enceintes, ou qui sont en période de règles, ne doivent pas approcher le bain de teinture, sinon la couleur ne prendrait pas. Pour protéger la teinture de tout regard nuisible, on travaille dans une pièce bien close » : le sang ne doit pas approcher la teinture en train de se faire15.

47Ces femmes ne peuvent approcher le travail de teinture en cours, ni se tenir près de la teinturière : le contact avec le sang est dangereux pour les actions en cours. Sek You Oun ajoute qu’au moment de la mort de celui qui a élevé ces insectes, les essaims tombent de l’arbre. De même, les cercueils ne doivent pas passer à proximité des arbres abritant les insectes, sinon ils mourront (Sek 1973 : 30). Au Laos, où le stick-lac reste un produit d’exportation, É. Aymonier notait aussi l’interdit que « les gens qui s’en occupent doivent s’abstenir de se laver la tête, sinon les insectes à laque prendraient mal » (1885 : 40).

  • 16 Au Laos, le mordant décrit est « de l’eau acidulée, au moyen de vinaigre ou de citron » (Gosselin 1 (...)

48La teinture se prépare en broyant le stick-lac dans un mortier avec de l’eau froide que l’on remue sans cesse ; on laisse reposer pendant un à deux jours, afin que le principe colorant sorte. Puis, le mélange est soigneusement filtré à travers une natte pour obtenir le bain de teinture en éliminant la résine et les restes végétaux. On fait chauffer une demi-heure environ le mélange dans une marmite d’eau bouillante gardée sur le foyer de feu de bois. Une deuxième, puis une troisième cuisson donneront une teinture moins diluée16.

  • 17 Pour teindre une livre de soie, il faut 8 livres de stick-lac. L’alun comme mordant prépare les fib (...)

49L’écheveau de fils de soie, toujours teints préalablement en jaune au prahout, est plongé à froid dans un bain d’eau additionnée d’un mordant, de l’alun chimique, sach chouv, et des feuilles et des fruits de tamarinier acide ; puis il est essoré avant la teinture17. La teinture avec ce « carmin de cochenille » se fait ensuite à chaud. On rajoute de l’alun si la couleur n’est pas assez marquée, et on recommence le bain bouillant plusieurs fois, jusqu’à ce que la couleur soit jugée satisfaisante (on peut aller jusqu’à quinze fois). Enfin, on lave l’écheveau à l’eau froide, on l’essore. La teinturière se lave alors les mains avec de l’eau additionnée d’un fruit acidulé. Le bain de colorant ne servira que pour la teinture d’un seul écheveau. Pour les prochains, il faudra préparer un nouveau bain de teinture, avec un colorant frais.

50À Krokar, dans la province de Kompong Cham, comme à Prek Chang Krân en Prey Veng, les feuilles acides utilisées sont le sandân, qui donnera une couleur rouge ou orange, tum. La feuille de la liane commune, slek thnong donnera du rouge œuf de fourmi rouge comestible (pong angkrâng). Les feuilles du tamarinier slek âmpeul, (Tamarindus indica) donneront un autre rouge (Martin 1971 : 67, 99 et 131). Un ajout de jus de citron, kraûch chhma, donnera un rouge clair, semblable à la teinte du lotus. Cette teinture est encore utilisée en Bati et Samrong (Takeo) et à Angkor Chey en Kampot (Morimoto 1995 : 25).

512. Rocouyer Bixa Orellana, chompu chrôlôk.

  • 18 J. Léonard (1881 :47), J. Josselme (1883 73), Bouinais & Paulus (1885 : 335).

52Cet arbre originaire d’Amazonie a été introduit anciennement. Il donnait une teinture très appréciée au xixe siècle, avant d’être remplacée par les teintures chimiques. Un Français, M. Josselme aîné, avait tenté depuis 1878 en Cochinchine une culture de cet arbuste sur une étendue de huit hectares. « Cette plantation, âgée actuellement de sept ans, est en plein rapport, et son rendement, considérable, satisfait son propriétaire »18. Mais cette culture a été abandonnée car non rentable sur le plan commercial. On le cultivait encore en 1970 à Prek Kdam, en achetant les graines, mais celles-ci étaient devenues difficiles à trouver.

  • 19 Le rocouyer était utilisé autrefois à Prek Kdam.

53La matière colorante est obtenue par broyage des petites graines des fruits mûrs, mise en solution dans de l’eau : on fait tremper les graines, placées dans un morceau de tissu, dans une marmite contenant de l’eau de prahout chaude (Teston & Percheron 1931 : 927, Stoeckel 1921-1923 : 397)19. On fait bouillir l’écheveau de soie dans ce bain pendant environ une demi-heure jusqu’à ce que la couleur tienne bien.

54Les graines de rocou permettaient de teindre le coton et la soie, sans intervention d’un mordant. Pour obtenir une couleur rose amarante, on prépare trois bains de teinture en laissant macérer dans l’eau bouillante trois fois successivement l’écorce de prahout écrasée. La couleur obtenue dans le premier bain est vive, puis plus claire pour les deux bains successifs. On teint d’abord l’écheveau à la décoction jaune de cette écorce, puis successivement dans chacun des trois bains de teinture rouge, en commençant par la teinte la plus claire.

  • 20 « avec de l’eau de chaux » (Martin 1971 : 96), Kompong Tralach, Kompong-Thom, Chhlong, Takeo, Tonle (...)
  • 21 Probablement Syzygium Zeylanicum (Myrtaceae).
  • 22 Commission des Mœurs et Coutumes, srok Prei Chor, Kompong-Cham, n° 80.042, 1952

553. Les écorces, pilées et macérées dans l’eau, de l’arbre daem sbaeng, Caesalpinia sappan (Leguminosae), arbre qui peut atteindre 10 mètres de haut, fournissent un glucoside employé pour des teintures roses, rouges ou violette, pour les nattes de jonc20. Pour obtenir la couleur rouge, on fait macérer dans une marmite d’eau bouillante du cœur, khleam, de bois de sbaeng, des graines de fruit du chompu (à la fois rocouyer et jambosier), et un peu d’écorce de smac (Martin 1971 : 112)21. La solution obtenue est mélangée avec du jaune de curcuma pour obtenir un rouge écarlate. Pour le rouge foncé, on n’ajoutait pas de curcuma22. Le mordant vient de végétaux acides. A. Pavie parle en 1884 du commerce de ce bois de sappan en Kandal, dans la commune de Kandal Stung (Pavie 1884 : 6, Aymonier 1880 : 367).

56Cette écorce est également utilisée à Prek Kdâm comme médicament : on la frotte sur une pierre, on en met la couleur sur le front des bébés pour leur éviter les maux de tête. On peut aussi en préparer un médicament « pour traiter les maladies de la peau » (Martin 1971 : 96).

574. Sek You Oun parle du carthame, un produit tinctorial rouge constitué par les pétales desséchées du Carthamus tinctorius, Compositae. Les fleurs sont mises à bouillir, avant que le liquide ne soit tamisé.

  • 23 Sek (1973 : 30) d’après Nietzki (1901 : 403). C’est de cette plante tinctoriale dont doit parler Pi (...)

« Ces fleurs renferment deux matières colorantes, l’une jaune, l’autre rouge. On élimine la couleur jaune en lavant les fleurs à l’eau acidulée. Les fleurs ainsi lavées sont traitées par une solution de carbonate de soude. Ce carthame peut être utilisé pour la soie et rarement pour le coton23 ».

58La racine de la garance des teinturiers, Rubia tinctorum, si connue en Asie occidentale, ne semble pas être utilisée au Cambodge.

Figure 6 : Bains de teinture rouge, Prek Chang Dek, province de Prey-Veng, 1969

Figure 6 : Bains de teinture rouge, Prek Chang Dek, province de Prey-Veng, 1969

© B. Dupaigne

Figure 7 : Teinture de l'écheveau en rouge, Srok de Bati, Takeo, 1968

Figure 7 : Teinture de l'écheveau en rouge, Srok de Bati, Takeo, 1968

© B. Dupaigne

Figure 8 : Teinture de l'écheveau en rouge, Prek Chang Krân, province de Prey-Veng, 2011

Figure 8 : Teinture de l'écheveau en rouge, Prek Chang Krân, province de Prey-Veng, 2011

© B. Dupaigne

L’indigo

59Cette couleur est obtenue par fermentation des feuilles et des tiges de l'indigotier, daem trôm, Indigofera tinctoria, fabacée qui était cultivée depuis des temps immémoriaux à grande échelle sur les berges et dans les îles du Mékong, près de Kompong-Cham, ainsi que dans le delta du Mékong au Vietnam, en Inde et en Asie du Sud-est. L’indigotier demande un terrain riche, c’est pourquoi on en sème les graines surtout en décembre ou janvier (Méakh) sur des terres de berge, meubles et humides, des terres d’alluvion inondées chaque année par les crues du Mékong, lors de la saison des pluies. La plante a également un usage médicinal : à Koh Sautin, elle intervient en onguent contre le goître, fait à partir d’une eau dans laquelle a trempé toute la plante.

  • 24 Communication de M. Cazaux sur l’indigo du Cambodge. « M. Vouët fait observer que la ferme des Mare (...)

60Un industriel français du Cambodge, M. Caraman, à la « Ferme des Mares », avait fondé de grands espoirs en 1882 sur sa culture au niveau industriel quand la teinture était réclamée par les usines textiles françaises. Il obtenait une pâte à 45 à 50 % d’indigotine, quand la moyenne au Bengale était de 40 à 50 %, et la vendait facilement deux fois son prix de revient à Londres, Hambourg, Marseille, Bordeaux, Le Havre24. Mais la teinture à l’indigo a été concurrencée par les teintures chimiques, d’emploi plus aisé : à partir de 1878, des chimistes allemands synthétisent l’indigo. La firme Baeyer produit dès 1882 un indigo commercial, qui s’est répandu progressivement à travers le monde pour sa simplicité d’usage.

61En 1904, l’indigo occupait 7 000 hectares de terres de berge au Cambodge. Les agriculteurs livraient le colorant

  • 25 Annuaire illustré du Cambodge, Phnom-Penh, 1904, p. 46. « L’indigo donne de bons résultats dans les (...)

« en pâte plus ou moins liquide, suivant qu’il a été plus ou moins égoutté. Cette pâte, de couleur bleu-noir, ne contient, d’après les analyses, que 2,5 à 2,75 % d’indigotine ; le reste représente de la chaux, des matières minérales et de l’eau. Des essais récents, soit du traitement de la plante par des procédés nouveaux, soit de l’extraction de l’indigotine de l’indigo indigène, ont donné de bons résultats. Malheureusement, les cultures sont très disséminées »25.

  • 26 L. Cazeaux, sous-directeur de la Ferme des Mares, « Rapport sur l’indigo cultivé et préparé à la fe (...)
  • 27 « La fabrication de l’indigo », L’Indépendant de Saïgon. Journal des Chambres de Commerce, 1883, p. (...)
  • 28 « On en trouve principalement dans la province de Kandal, les terres grises argilo-siliceuses lui c (...)

62L’indigotier permet trois ou quatre coupes de feuilles par an. La plante, à maturité en quatre mois, peut mesurer jusqu’à 1,25 m de haut26. Un hectare pouvait donner jusqu’à 180 kg de feuilles de belle qualité en quatre coupes (Moquin-Tandon 1883 : 136), et, donc, de 60 à 200 kg d’indigo de belle qualité27. C’est une culture familiale, qui n’épuise pas les sols et entre dans les combinaisons de rotation des cultures28.

63La teinture bleue, thleah (solution d’indigo), est obtenue par fermentation de feuilles d'indigotier, prélevées avant la floraison.

« On coupe l’arbuste à 4 ou 5 cm du sol, et l’on réunit les feuilles en bottes qu’on foule dans de grandes cuves, où on les recouvre d’une couche d’eau de 15 cm » (Teston & Percheron : 928).

  • 29 « Les branches sont coupées trois fois dans l’année (ou deux fois seulement si le terrain est inond (...)

64Après 10 à 12 h de fermentation, ou plus, on enlève les branches et les feuilles29.

65Le bleu est réduit lors de la fermentation par le sucre qui a été ajouté, et se transforme en indigo blanc, qui, au contact de l’air, s’oxyde et régénère très rapidement la couleur, l’indigotine. On précipite cette indigotine par un lait de chaux, en agitant vivement l’eau dans la cuve avec un grand bâton pour oxyder l’indigo au contact de l’air, ce qui précipite l’indigotine au fond de la cuve. Une écume se forme à la surface du mélange ; elle permet de vérifier la couleur : si on la trouve trop foncée, on rajoute de la chaux dans le bain. On laisse reposer cinq heures, et les restes de branches tombent au fond de la cuve. On transvase le mélange dans une autre cuve pour éliminer encore des impuretés. Petit à petit, on enlève l’eau de surface pour que la matière colorante s’épaississe au fond de la cuve. Puis, on filtre le liquide pour garder la pâte tinctoriale.

  • 30 Les feuilles de trôm sont laissées à tremper deux ou trois nuits dans une grande jarre remplie d’ea (...)
  • 31 L’indigotier est cultivé notamment dans le srok de Muk Kompul, khum de Bak Kheng (province de Kanda (...)

66On creuse un fossé carré ou rectangulaire, en y disposant une couche de sable, puis un sac de jute. On y verse la pâte, et on laisse sécher pour obtenir des morceaux encore mous. C’est sous cette forme qu’on emploiera l’indigo pour la teinture, ou qu’on la vendra à des voisins30. On peut aussi concentrer l’indigo en pâte bleue, mor, plus ou moins humide pour la garder dans un pot, toujours un peu humide, et la vendre ou l’utiliser deux ou trois mois plus tard31.

  • 32 Vu chez les Chams de Koh Sautin, avril 1969.

67La chaux a été obtenue de coquillages d’eau douce réduits en cendres, ou même de becs de canard. On les place dans une marmite de terre cuite, que l’on recouvre de beaucoup de paille de riz. On allume dessous un feu de bois, et l’on enflamme la paille de riz à l’intérieur. Au bout de trois heures de cuisson, en secouant de temps en temps la marmite, on rajoute de l’eau et le mélange cuit est devenu du lait de chaux. Il n’a ainsi pas été nécessaire de broyer les coquillages32.

  • 33 « Pour la teinture, on transforme l’indigo bleu en indigo blanc à l’aide d’un alcali » (Capus 1930  (...)

68Pour teindre, on verse sur un peu de pâte d’indigo une décoction d’eau de kbong (cendre de kapokier) et on l’expose au soleil un jour durant. On transfère le mélange, tleah, dans une jarre et l’on rajoute de l’eau pour la remplir à ras bord. Pour que la teinture prenne bien, on ajoute au bain du jus de citron, quelquefois du gingembre pilé, des cendres filtrées de kapokier (donc de la potasse), des coquillages réduits en cendres (donc de la chaux), des morceaux de bananes et du sucre de palme ou de canne à sucre qui améliore la teinture33.

69On mouille d’abord l’écheveau à l’eau claire pendant une heure. Dans une grande jarre, on peut plonger sept à dix écheveaux à la fois. L’on place l’écheveau dans le bain, toujours à froid. La teinte obtenue est plus ou moins foncée, selon le temps que l’on laisse l’écheveau dans le bain et le nombre des bains successifs.

  • 34 Pour obtenir du bleu clair, on plonge l’écheveau teint en indigo dans de l’eau contenant du gingemb (...)

70Le premier bain dure vingt minutes, en pressant l’écheveau. On fait sécher deux heures au soleil, puis on pratique un deuxième bain, ou un troisième bain, de la même durée. On voit la couleur apparaître, d’abord vert clair, puis plus foncé, puis bleu clair et finalement plus foncé. L’écheveau doit être séché au soleil, et l’oxygène lui fera prendre sa couleur indigo. Pour teindre d’autres écheveaux, il faut utiliser une nouvelle solution de pâte d’indigo, sinon le bleu obtenu sera trop clair. La teinture indigo sur un fil de soie blanche donne une teinte bleue ; sur un fil jaune, elle donne du vert foncé ; sur un écheveau déjà teint en rouge, du violet, presque noir34. En fin d’opération, on rince longuement l’écheveau dans l’eau du fleuve, pour évacuer l’excédent de teinture.

Figure 9 : Culture d'indigotier, Koh Sautin, province de Kompong-Cham, 1969

Figure 9 : Culture d'indigotier, Koh Sautin, province de Kompong-Cham, 1969

© B. Dupaigne

La couleur verte

71Elle ne s’obtient pas directement. Les écheveaux plongés à froid dans la teinture indigo apparaissent d’abord vert, avant de passer au bleu profond au fur et à mesure des bains de couleurs. Ceci, d’autant plus que l’écheveau aura été préalablement teint en jaune avec le prahout. Le passage à la teinture jaune, puis à l’indigo, donnera un vert de bonne qualité, plus ou moins foncé.

  • 35 On peut utiliser également une décoction filtrée des écorces et feuilles de daem lovieng, Nerprun t (...)

72Un écheveau déjà teint en jaune à l’écorce de manguier, Mangifera indica, svay, et plongé dans des bains d’indigo apparaîtra également vert (Dy Phon 2000 : 427)35.

Le noir, khmau, thleas

  • 36 « Le mackloeu se multiplie par graines, rejets et marcottes. Il produit au bout de huit ans et est (...)

73L’arbre, daem makloeua (Diospyros mollis), un Ebenaceae, est cultivé surtout dans les provinces de Kandal et de Kompong-Speu. Les fruits, jaune-vert et ronds, utilisés comme source du colorant, mûrissent de mai à juillet, et sont cueillis encore verts. On dit que cet arbre a été introduit par des Siamois, et, en effet, son nom est d’origine thaï (Martin 1971 : 129, Girard 1887 : 23-24, Blandin 1910 : 604). L’espèce makloeua kaèk (« corbeau »), dont le rendement en fruit est plus faible que le makloeua plouk (« ivoire »), donne des fruits plus riches en matières colorantes et plus recherchés des teinturiers36. Cette teinture est utilisée aussi bien pour les tissus de coton et de soie, mais elle ne convient pas pour la teinture des fils en écheveaux.

74Le makloeua était planté surtout dans la province de Kandal (environs de Phnom-Penh, commune de Kandal Stung, de Khsach Kandal et de Muk Kompul), dans les communes Kong Pisei et Samrong Thong et Phnom Sruoch en Kompong-Speu, ainsi que dans l’île de Koh Sautin (Delvert 1961 : 384). Les centres de teinture étaient ou bien des centres urbains (Takhmau et Banam), où des paysans pauvres étaient employés par des commerçants chinois, ou bien des marchés ruraux de la province de Kandal : Preak Tameak et Prek Prasap (srok de Khsach Kandal), Prek Koy (srok de Saang). Le travail s’effectue en ateliers d’une dizaine de personnes (hommes et femmes), les jarres étant enterrées à mi-hauteur sous un appentis.

  • 37 À Prek Tameak, le travail est fait par des paysans qui travaillent à façon pour des commerçants de (...)

« La récolte est faite soit par les paysans-propriétaires soit par des commerçants chinois qui achètent les fruits sur l’arbre. Les fruits sont utilisables pendant quatre ou cinq jours après la cueillette ; ils sont broyés au pilon à main dans un mortier, puis mis à tremper. Les tissus sont en général teints à l’indigo, puis trempés dans une solution de soude qui sert de mordant (eau mélangée de cendres de gousses de kapokier, de cendres de coquillages) ; ils sont enfin trempés 4 ou 5 fois dans l’eau de mackloeua contenue dans des jarres ; battus, essorés, mis à sécher au soleil pendant quinze jours. On évite donc de teindre par temps incertain » (Delvert 1961 : 146)37.

75Des feuilles, tubercules ou racines odoriférants sont ajoutés à la teinture.

76À Prek Kdâm, les Chams teignaient encore des étoffes ainsi, y compris celles en soie. Il fallait trois ou quatre jours de teintures successives, puis les étoffes étaient exposées au soleil. On achetait les fruits à des Khmers, et ces teintures n’étaient pratiquées que pour l’usage personnel.

77Les tisserandes cambodgiennes obtiennent le noir en teignant les écheveaux de soie, successivement en jaune, rouge, puis indigo. « On n’utilise pas le makloeua pour teindre les écheveaux, car il faudrait trop les malaxer dans le bain de teinture, et les fils s’emmêleraient », dit une tisserande de Takeo.

  • 38 Phum Svay Tani, khum Prek Koy, srok Saang, sur la route de Phnom-Penh à Koh Thom.

78Dans la province de Kandal, à 37 km au sud de Phnom-Penh, des Vietnamiens perpétuaient une tradition de tissages de soie façonnée, à plusieurs rangs de lisses supplémentaires pour les dessins38. Les tissus, qui servaient surtout à confectionner les pantalons des Chinoises et des Vietnamiennes, étaient teints en noir par une série de bains, à froid, dans une solution décantée et filtrée des fruits broyés et macérés. Le mordant était fait de cendres de gousses de kapok ou de coquillages. Entre chaque bain, il fallait laisser sécher les tissus au soleil. En un jour, on pratiquait six à sept bains de teinture, jusqu’à dix s’il faisait très chaud. Outre la soie, cette teinture servait également pour des vêtements de coton d’usage.

79Pour obtenir une jolie teinte noire, il fallait quinze jours de teintures, soit environ cent bains en tout. Les bains devaient être renouvelés périodiquement avec de nouveaux fruits pilés. La couleur tient alors très bien ; les jupes dont la teinte avait passé au soleil étaient reteintes. Il fallait 30 kg de fruits pour teindre 15 m de tissu de soie. Les arbres étaient nombreux dans cette province de Kandal, et leurs propriétaires qui ne pratiquaient pas le tissage et la teinture vendaient aux voisins les fruits de leurs arbres. Certaines tisserandes portaient leur production à Phnom-Penh pour être vendue au grand marché central.

Figure 10 : Tissu façonné teint au makloeua, Srok de Saang, province de Kandal, 1970

Figure 10 : Tissu façonné teint au makloeua, Srok de Saang, province de Kandal, 1970

© B. Dupaigne

80D’autres plantes pouvaient être utilisées pour la teinture en noir. Les feuilles et gousses de l’acacia, daem sombueor (Fabaceae), écrasées et additionnées de sulfate de fer, donnaient la couleur noire, après plusieurs bains successifs à chaud (Martin 1971 : 94, Stoekel 1921-1923 : 398, Sek 1973 : 24). La plante avait également un usage médicinal.

81Les feuilles du trobaek prey, « goyavier sauvage », Lagerstroemia floribunda, accompagnée de sulfate de fer donnaient également une teinture noire (Martin 1971 : 101).

  • 39 Commission des Mœurs et Coutumes, srok de Prei Chor, Kompong Cham, n° 80.042, 1952.

« On pouvait aussi prendre de l’écorce de daem snuol (le Dalbergia nigrescens, famille des Papilionaceae (Martin 1971 : 101)) à laquelle on ajoute de l’écorce du manguier sauvage, acide, et des daem phnum phneng, un fruit acide (Hymenocardia Wallichii, une Euphorbiaceae (Martin 1971 : 157)) que l’on faisait macérer dans une grande jarre, ou bouillir dans une grande marmite. La solution obtenue donnait la couleur noire39 ».

82La résine, moreak, de l’« arbre à laque », Melanorrhoea laccifera, provenant de l’arbre daem krêl, mélangée à de l’eau ne sert pas pour teindre les tissus, mais comme vernis pour les barques, les objets en fer et en bois (Stoekel 1921-1923 : 398, Martin 1971 : 93).

D’autres teintures

  • 40 Écorce de smié, Bruguiera gymnorhizae, pour la teinture brune (Pavie 1881 : 125, Teston & Percheron (...)

83Les Cambodgiens sont tous pêcheurs, plus ou moins, utilisant des filets de coton, aujourd’hui souvent de nylon. Pour leur entretien et les rendre moins perméables à l’eau, ils les teignent dans une décoction d’écorces de palétuvier sme, kon kang qui imprègne les fils de tanin protecteur40. Au Vietnam, cette teinture brune des filets est donnée par les tubercules de Dioscorea alata, cu nau, très tannifère également et bon protecteur contre le sel de la mer.

Figure 11 : Carte postale, Saïgon, vers 1930

Figure 11 : Carte postale, Saïgon, vers 1930

84M. K. Morimoto (de l’Institute for Khmer Traditional Textiles) utilise également, comme teintures, pour le jaune, les feuilles de bougainvilliers (Bougainvillea glabra) et de bananiers, Musa spp., pour le rose et le brun, les écorces de noix de coco, Cocos nucifera, pour le gris et le noir, le bois de lychee, Lichi chinensis, pour le noir, les feuilles d’amandier, Terminalia catappa, un arbre américain (Aubaile-Sallenave 1987).

Figure 12 : Teinturière de l’ethnie Cham, village de Chraing Chamrés, province de Kandal, 1968

Figure 12 : Teinturière de l’ethnie Cham, village de Chraing Chamrés, province de Kandal, 1968

© B. Dupaigne

Conclusion

85Tous ces procédés de teinture sont bien connus. Les tisserandes locales les négligent maintenant. Elles préfèrent teindre avec des colorants chimiques, importés du Vietnam, plus faciles d’emploi. Ou encore acheter directement des fils de soie déjà teints et prêts à l’emploi, produits également au Vietnam. Il doit rester des centres d’élevage des vers à soie, car, sur les marchés, sont encore vendues des chrysalides, considérées comme un délice. À moins que les vers ne soient plus élevés que pour en manger les chrysalides.

Figure 13 : Vitrine du Musée de l'Homme. Cuve de dévidage des cocons de vers à soie, 1982

Figure 13 : Vitrine du Musée de l'Homme. Cuve de dévidage des cocons de vers à soie, 1982

© B. Dupaigne

Figure 14 : Vitrine du Musée de l'Homme. Divers accessoires de tissage, 1982

Figure 14 : Vitrine du Musée de l'Homme. Divers accessoires de tissage, 1982

© B. Dupaigne

Haut de page

Bibliographie

Aubaile-Sallenave F. 1987 – Bois et bateaux du Vietnam Paris, Selaf, 182 p. (Ethnosciences ; 3).

Aymonier É. 1885 – Notes sur le Laos. Exc. et Recon., IX, 22, mars-avril.

Aymonier É. 1900 – Le Cambodge. Le royaume actuel, I. Ernest Leroux.

Blandin M. 1910 – Le mackloeu (arbre à teinture). Bulletin économique de l’Indochine 86 : 604.

Bouinais A. & Paulus A. 1885 – L’Indochine française contemporaine, 1, Cochinchine, Cambodge. Challamel aîné, Librairie maritime et coloniale, 2e éd.

Brenier H. 1930 – L'Indochine économique. In : Maspero G. (Ed.) Un empire colonial français, L'Indochine II.

Capus G. 1930 – Les Produits Coloniaux d’origine végétale. Paris, Librairie Larose, 500 p. (Les manuels coloniaux).

Cardon D. 1990 – Guide des teintures naturelles : plantes, lichens, champignons, mollusques et insectes. Paris, Delachaux & Niestlé, 400 p.

Crevost C. & Lemarié C. 1921– Catalogue des produits de l’Indochine, t. II. Plantes et produits filamenteux et textiles. Hanoi, Gouvernement général de l'Indochine, Service économique, 290 p.

Delvert J. 1961 – Le paysan cambodgien. Paris, Mouton, 740 p.

Dupaigne B. 1980 –  Répartition des tissages traditionnels au Cambodge. In : Cheminements. Écrits offerts à Georges Condominas, Asie du Sud-Est et Monde Indonésien, XI (1-4) : 327-337, 2 cartes.

Dupaigne B. 1984 – L’élevage des vers à soie au Cambodge ASEMI, n° spécial « Cambodge II ». Paris, CeDRASEMI, XV (1-4) : 111-131.

Dupaigne B. 2004 – Weaving in Cambodia In : Through the Thread of Time. Southeast Asian Textiles, The James H. W. Thompson Foundation Symposium Papers. Bangkok, River Books : 26-30.

Dy Phon P. 2000 – Plants used in Cambodia. Phnom Penh, Olympic, Cambodian Ministry of Agriculture, 915 p.

Girard [L.H.] 1887 – Notice sur le Mac-lua, plante tinctoriale. Bulletin de la Société des Études Indochinoises 1 : 23-24.

Gosselin C. 1900 – Le Laos et le Protectorat français. Paris, Perrin, 349 p.

Harmand J. 1876 – Voyage au Cambodge. Bull. Société de Géographie, oct. : 341-342.

Josselme J. 1883 – Rapport sur la culture du roucou Bulletin de la Société d'Études Indochinoises, 2e trim. : 73.

Klos 1896 – Note sur les principaux articles d’exportation de la Cochinchine et du Cambodge. Bulletin de la Société d'Études Indochinoises 2.

Léonard J. 1881 – Bull. Comité agricole et industriel de Cochinchine : 47.

Leti M., Hul S., Fouché J.G., Cheng S.K., David Bruno 2013 – Flore photographique du Cambodge. Toulouse, Privat 592 p.

Martin M.-A. 1971 – Introduction à l'ethnobotanique du Cambodge. Paris, CNRS, 258 p. + 20 pl. photos.

Martin de Flacourt E. 1927 – Le stick-lac au Cambodge. Bulletin économique de l’Indochine 30 : 115-126.

Maspero G. 1929-1930 – Un empire colonial français, L'Indochine. Paris, Bruxelles, G. Van Oest, 2 t.

Morizon R. 1931 –  Monographie du Cambodge. Hanoï, Imprimerie d'Extrême orient, 284 p.

Morizon R. 1936 – La province cambodgienne de Pursat. Paris, Ed. Internationales, 198 p.

Morimoto K. 1995 – Silk Production and Marketing in Cambodia. Research Report for Unesco Cambodia, Revival of Silk Weaving Project (14 janvier-14 mai 1995).

Moura J. 1882 – Le Royaume du Cambodge. II. Bulletin de la Société de Géographie Commerciale de Bordeaux : 337.

Nietzki R. 1901 – Chimie des matières colorantes organiques. Paris, G. Carré et C. Naud, 450 p.

Pavie A. 1884 – Cochinchine française. Excursion dans le Cambodge et le royaume de Siam. Saïgon, Imprimerie du gouvernement, 166 p.

Raquez A. 1906 – Voyage au Laos. Bulletin de la Société de géographie de Marseille.

Sek You Oun 1973 – Tissage traditionnel des Hol cambodgiens, Phnom-Penh, Faculté d’Archéologie, multigraphié, 104 p.

Stoeckel J. 1921-1923 – Étude sur le tissage au Cambodge Arts et Archéologie khmère I (4) : 387-402.

Teston E. & Percheron M. 1931 – L'Indochine moderne. Encyclopédie administrative, touristique, artistique et économique. Librairie de France, 1032 p.

Teulieres R. 1962 – La sériciculture au Sud Viêtnam. Bull. Société des Études indochinoises, XXXVII (l) : 7-36.

Vidal J., Martel G., Lewitz S. 1969 – Notes ethnobotaniques sur quelques plantes en usage au Cambodge. BÉFEO LV (1) : 171-232.

Haut de page

Annexe

Index des termes botaniques

Acacia sp. daem sombueor

Aganonerion polymorphum thnong

Amaranthus spinosus, amaranthe phti

Artocarpus integrifolia, jacquier sauvage khnao prey

Averrhoa bilimb daem trâlung thung

Bombax malabaricum, kapokier sambork kô

Bruguiera gymnorrhiza smâch chroluok

Caesalpinia sappan daem sbaeng,

Combretum quadrangulare sangkae

Corypha Lecomtei, latanier daem treang

Curcuma longa, safran des Indes daem romiet

Dalbergia nigrescens daem snuol

Diospyros mollis daem makloeua

Ficus benjamina daem chrey krem

Garcinia merguensis daem sandân

Garcinia vilersiana prahout

Hymenocardia Wallichii daem phnum phneng

Indigofera tinctoria, indigotier daem trôm

Lagerstroemia floribunda, goyavier sauvage trobaek prey

Mangifera indica, manguier svay

Melanorrhoea laccifera, arbre à laque daem krêl

Memecylon edule daem phlong

Nauclea brunosis daem khtum

Piper nigrum, poivre mrec

Schleichera triguda daem pongrô

Shorea Cochinchinensis daem propél msau

Sindora cochinchinensis daem krokoh

Tamarindus indica, tamarinier daem ampeul

Zizyphus jujuba, jujubier indien daem putria

Haut de page

Notes

1 L’Amaranthus spinosus L., « épinard piquant », daem phtî bonlâ, et l’écorce du fruit chek namva.

2 « Pour une livre de trame, on emploie une livre d’alun », Phnom-Penh, Commission des Mœurs et Coutumes, 80.044.

3 C’est la seule teinture végétale encore utilisée au village de Lovea, près de Siemreap. (Stoeckel 1921-1923 : 397, Vidal et al. 1969 : 209).

4 Le gouverneur khmer de la province de Sâmbaur au nord de Kratié sur le Mékong « percevait une taxe sur les embarcations descendant du Laos, et, chaque année, il portait au roi une redevance traditionnelle de riz, cire, soie, et cœur de jacquier pour la teinture » (Aymonier 1900 : 302).

5 D’autres teintures jaunes sont citées : Gardenia grandifolia, méas dey. Fruits broyés et mis en solution avec citron ou fruits acides, traling tum ou sandam (Stoekel 1921-1923 : 397). Feuilles de palétuvier, Brugmera gymnorrhea, dans la région de Kampot (Stoekel 1921-1923 : 397, Maspero 1929 : 159). Bananiers, Musa sapientum (Morimoto 1995).

6 D’autres plantes ont été utilisées comme teinture jaune : le Morus tinctoria (Moraceae, « mûrier des teinturiers »), la gaude, Reseda luteola, dont toute la plante est utilisée, l’écorce de manguier, svay, Mangifera indica. Le phca-dacam donne une teinture jaune (Bouinais & Paulus 1885 : 534).

7 À Kompong-Cham. (Teston & Percheron : 927, Stoeckel 1921-1923 : 398). Sramar, Terminalia chebula, peut-être la variété nana : su mao techek, petit arbre de 3 à 5 m, les fruits sont les myrobolans du commerce, l’un des meilleurs agents tanniques d’Inde. Mélangé avec de l’alun, il donne une teinture jaune et avec de l’argile ferrugineuse, une teinture noire (Crévost & Lemarié 1928 : 174).

8 Dans les provinces de Kandal, Takeo, Kompong-Speu, Kompong-Thom, Pursat et Battambang (Sek 1973 : 28) et en Trapeang Srang, Kirivong. (Martin de Flacourt 1927).

9 À La-Pho, huyên de Thanh-Thuy, Guide G.B. Indochine, Saïgon, 1927, p. 94.

10 48 tonnes 470 en ont été exportés en France en 1930. Compagnie « La Gomme Laque » installée à Hanoï et 41 boulevard Magenta, à Paris, (Teston & Percheron 1931 : 783 et note 775).

11 Sur les cochenilles à laque, voir Cardon (1990 : 378-381).

12 Famille des Combretaceae. « Très nombreux dans le srok de Bati » (Delvert 1961 : 430).

13 Dans le srok de Kandal Stung, en Kandal, les diguettes sont encore plantées d’arbres serrés, formant haie. Ce sont surtout des sangker, des tréang, des chrey : « la région était, il y a vingt ans, productrice de stick-laque que des cochenilles tirent de cet arbre. Cette activité a aujourd’hui disparu, mais le paysage en porte encore fortement la trace … Le sangker a été l’objet d’une exploitation active pour la fabrication du stick laque dans une région très peuplée (180-200 habitants au km2), et dont les ressources sont limitées (rizières généralement très pauvres) » (Delvert 1961 : 326-327).

14 Dicton relevé par Sek You Oun (1973 : 30).

15 Phnom-Penh, Commission des Mœurs et Coutumes, Lovea Em, Kandal, n° 80.022, 1952.

16 Au Laos, le mordant décrit est « de l’eau acidulée, au moyen de vinaigre ou de citron » (Gosselin 1900 : 255).

17 Pour teindre une livre de soie, il faut 8 livres de stick-lac. L’alun comme mordant prépare les fibres à recevoir le colorant. Il faut dix morceaux d’alun pour une livre de soie. On ajoute des mordants naturels, qui rendent les couleurs plus fraîches, mcur prei : des feuilles de con kô, des feuilles de tamarinier acide, Commission des Mœurs et Coutumes, 80.044.

18 J. Léonard (1881 :47), J. Josselme (1883 73), Bouinais & Paulus (1885 : 335).

19 Le rocouyer était utilisé autrefois à Prek Kdam.

20 « avec de l’eau de chaux » (Martin 1971 : 96), Kompong Tralach, Kompong-Thom, Chhlong, Takeo, Tonleap (Stoekel 1921-1923 : 397). On les utilise à Prek Kdam pour teindre les tiges pour les nattes en rouge.

21 Probablement Syzygium Zeylanicum (Myrtaceae).

22 Commission des Mœurs et Coutumes, srok Prei Chor, Kompong-Cham, n° 80.042, 1952

23 Sek (1973 : 30) d’après Nietzki (1901 : 403). C’est de cette plante tinctoriale dont doit parler Pierre Poivre dans son Voyage en Cochinchine en 1749-1750. M. Martin (1971 : 109) parle du daem kondaol, Careya sphaerica Myrtaceae, une écorce qui donne une teinture rouge brun.

24 Communication de M. Cazaux sur l’indigo du Cambodge. « M. Vouët fait observer que la ferme des Mares fabrique aujourd’hui, en petite quantité, de l’indigo de qualité supérieure probablement à celui qu’envoie M. Cazaux », Séance du Comité agricole et industriel du 13 septembre 1882, BSEI, 1er trim. 1883, p. 17. « Cazeaux, planteur d’indigo, à Oknha-tey, Cambodge, membre de la Société », p. 51.

25 Annuaire illustré du Cambodge, Phnom-Penh, 1904, p. 46. « L’indigo donne de bons résultats dans les provinces de Saang et de Ponhéa-Lu. On l’exporte en assez grande quantité », « Monographie de la Résidence de Kandal (Kompong-Speu) », BSEI, 1916-1917, p. 213-256.

26 L. Cazeaux, sous-directeur de la Ferme des Mares, « Rapport sur l’indigo cultivé et préparé à la ferme des Mares », Bulletin du Comité agricole de Cochinchine, IVe série, I, 2, p. 66-80, 1882.

27 « La fabrication de l’indigo », L’Indépendant de Saïgon. Journal des Chambres de Commerce, 1883, p. 245. Bouinais & Paulus (1885 : 334, 375-376, 534). A. Cassier, « Culture et préparation de l’indigo au Cambodge », Bulletin économique de l’Indochine, 23-29, 1900. Teston & Percheron (1931 : 928 et 944).

28 « On en trouve principalement dans la province de Kandal, les terres grises argilo-siliceuses lui conviennent parfaitement » (Morizon 1931).

29 « Les branches sont coupées trois fois dans l’année (ou deux fois seulement si le terrain est inondé), ce qui donne 32 à 68 tonnes de tiges à l’hectare. Elles sont mises à macérer dans des cuves, à raison de 150 kilogrammes de tiges pour 180 litres d’eau ; après 24 heures de fermentation, de la chaux est ajoutée : l’indigotine précipitée, l’ensemble est décanté dans une tranchée » (Delvert : 145 et n. 95).

30 Les feuilles de trôm sont laissées à tremper deux ou trois nuits dans une grande jarre remplie d’eau. On en remue le contenu avec un bâton, ce qui trouble le liquide. Puis on transvase le liquide dans une autre jarre, en se gardant de faire couler en même temps les feuilles d’indigo. Au bout d’un moment, les parties denses se déposent au fond, et reste au-dessus le liquide décanté. La partie épaisse au fond de la jarre est le mor. Dans ce mor, on ajoute de la chaux blanche, du sucre et de la soude, tuk kbon. On agite le mélange jusqu’à voir une écume épaisse monter à la surface ; ce mélange est appelé thlah, ce sera le colorant : Commission des Mœurs et Coutumes, srok Prei Chor, Kompong Cham, n° 80.042, 1952. Même description du travail pour le Lao chez le Capitaine Gosselin (1900 : 254).

31 L’indigotier est cultivé notamment dans le srok de Muk Kompul, khum de Bak Kheng (province de Kandal), dans l’île de Koh-Sautin et en Peam Chikang, srok de Kang Meas (province de Kompong-Cham).

32 Vu chez les Chams de Koh Sautin, avril 1969.

33 « Pour la teinture, on transforme l’indigo bleu en indigo blanc à l’aide d’un alcali » (Capus 1930 : 353, Sek 1973 : 25).

34 Pour obtenir du bleu clair, on plonge l’écheveau teint en indigo dans de l’eau contenant du gingembre pilé et du jus de citron ou d’un autre produit acide (Raquez 1906, Stoekel 1921-1923 : 398). Pour les procédés de teinture à l’indigo, comme pour les autres d’ailleurs, voir Cardon 1990).

35 On peut utiliser également une décoction filtrée des écorces et feuilles de daem lovieng, Nerprun tinctoria (Stoekel 1921-1923 : 398, Sek 1973 : 26).

36 « Le mackloeu se multiplie par graines, rejets et marcottes. Il produit au bout de huit ans et est en pleine production à 12 ans ; il fleurit de mars à juillet ; les fruits sont mûrs de mai à septembre. La récolte se poursuit jusqu’en janvier ; elle consiste à tailler les branches au coupe-coupe ». La récolte est extrêmement variable : elle est donnée de 28 à 137 kg par arbre (Delvert 1961 : 146).

37 À Prek Tameak, le travail est fait par des paysans qui travaillent à façon pour des commerçants de Phnom-Penh. Ils achètent les fruits à leurs voisins et travaillent avec leur famille et des salariés. La teinture occupe en mai 1956, 100 personnes à Prek Tameak (phum Svay At) et 100 autres à Prek Prasap. C’est une activité assez rémunératrice : la teinture de 20 m de tissu rapporte 100 riels et quatre personnes peuvent teindre 100 pièces de 20 m en 20 jours, ce qui leur rapporte 10 000 riels dont il faut défalquer le prix des fruits (Delvert 1961 : 147). Même description du travail pour le Laos chez le Capitaine Gosselin (1900 : 254).

38 Phum Svay Tani, khum Prek Koy, srok Saang, sur la route de Phnom-Penh à Koh Thom.

39 Commission des Mœurs et Coutumes, srok de Prei Chor, Kompong Cham, n° 80.042, 1952.

40 Écorce de smié, Bruguiera gymnorhizae, pour la teinture brune (Pavie 1881 : 125, Teston & Percheron : 927 (région de Kampot), Stoeckel 1921-1923 : 398). Dy Phon : 149 : smae, palétuvier Ceriops taga. Écorce brune kralan pour les filets de pêche (Vidal et al. 1969 : 184, 187). Également, écorce smac dom, pour les filets de pêche en fibres de ramie, Syzygium zeylanicum, daem smach daom (Martin 1971 : 112, Morizon 1936, Vidal et al. 1969 : 191).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tisserande khmère, province de Takeo, 1968
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2 : Tisserande khmère, province de Takeo, 1968
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 3 : Tissage cham, province de Kampot, 1968
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 4 : Garcinia vilersiana, Takeo, 1968
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 5 : Renvidoir de bois sculpté Khmer. Préparation des fils à la teinture, village de Prek Chan Krân, province de Prey Veng, 1969
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 6 : Bains de teinture rouge, Prek Chang Dek, province de Prey-Veng, 1969
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 7 : Teinture de l'écheveau en rouge, Srok de Bati, Takeo, 1968
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 8 : Teinture de l'écheveau en rouge, Prek Chang Krân, province de Prey-Veng, 2011
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 9 : Culture d'indigotier, Koh Sautin, province de Kompong-Cham, 1969
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 10 : Tissu façonné teint au makloeua, Srok de Saang, province de Kandal, 1970
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 11 : Carte postale, Saïgon, vers 1930
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 12 : Teinturière de l’ethnie Cham, village de Chraing Chamrés, province de Kandal, 1968
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 13 : Vitrine du Musée de l'Homme. Cuve de dévidage des cocons de vers à soie, 1982
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 14 : Vitrine du Musée de l'Homme. Divers accessoires de tissage, 1982
Crédits © B. Dupaigne
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/2927/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Dupaigne, « Teintures naturelles et teinturiers au Cambodge  », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/2927

Haut de page

Auteur

Bernard Dupaigne

Professeur honoraire, Muséum national d'Histoire naturelle, UMR Eco-anthropologie et ethnobiologie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo MNHN
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals