Navigation – Plan du site
Thèses

Farrokh Vahbzadeh: Le dotâr et sa musique dans le Khorâssân et en Asie centrale (une étude d’ethnomusicologie comparative)

Thèse de Doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie, soutenue le 10 juin 2010 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (LMS/EHESS), Paris
p. 343
Référence(s) :

Farrokh Vahbzadeh: Le dotâr et sa musique dans le Khorâssân et en Asie centrale (une étude d’ethnomusicologie comparative). Thèse de Doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie, soutenue le 10 juin 2010 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (LMS/EHESS), Paris. Directeur de thèse: Frank Alvarez-Pereyre. 469 pages, 1 CD (exemples vidéo + fichiers multimédia)

Texte intégral

1Cette thèse porte sur le dôtar, luth à manche long et à deux cordes répandu, dans toute sa variabilité, en Asie centrale ainsi que dans la province du Khorâssân en Iran, où il a plus particulièrement été étudié. Elle envisage la musique dans un sens large, comprenant non seulement, son acception stricto sensu, mais aussi l’étude de l’instrument, la gestuelle du jeu, le symbolisme, la mythologie ainsi que de multiples aspects anthropologiques. La démarche interdisciplinaire suivie dans cette étude a permis de mobiliser différents concepts et méthodes issus de diverses disciplines, et notamment l’ethnomusicologie, l’anthropologie, l’ergonomie et l’informatique.

2Au total, ce travail met en exergue d’une part un objet : le dotâr ; d’autre part une notion toujours associée à cet objet : la musique ; et enfin l’homme, le musicien, qui joue le rôle d’intermédiaire entre l’objet et la notion. En effet, le musicien engage son corps avec l’instrument et, à travers une série de gestes organisés – des techniques de jeu –, il produit de la musique, de la matière sonore organisée. De ce point de vue, l’acte de jouer constitue un système dont les éléments, ainsi que leurs interactions, se situent dans un univers de représentations anthropologiques.

3Ainsi, après une étude détaillée de l’organologie, des techniques instrumentales et de la musique, cette recherche vise à démontrer qu’un ensemble hétéroclite d’éléments de nature variée se présente comme les différentes facettes d’une même réalité qui peut être définie comme « tradition musicale du dotâr ». Il est apparu que, malgré les différences flagrantes relevées dans ce travail entre toutes les dimensions relatives à l’instrument, il existe, et cela de manière très marquée, des lignes transversales qui lient ces dimensions entre elles indépendamment de la région ou de la variante de l’instrument. Néanmoins, cette étude a révélé que chaque tradition et, plus globalement, chaque aire culturelle s’approprie certains traits qui lui assurent à la fois son originalité et son identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Farrokh Vahbzadeh: Le dotâr et sa musique dans le Khorâssân et en Asie centrale (une étude d’ethnomusicologie comparative)  », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 343.

Référence électronique

« Farrokh Vahbzadeh: Le dotâr et sa musique dans le Khorâssân et en Asie centrale (une étude d’ethnomusicologie comparative)  », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1177

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page