Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Veit ERLMANN (éd.). Populäre Musik in Afrika

Berlin : Museum für Völkerkunde Berlin, 1991
Margot Lieth-Philipp
Traduction de Isabelle Schulte-Tenckhoff
p. 257-258
Référence(s) :

Veit ERLMANN (éd.). Populäre Musik in Afrika.Berlin : Museum für Völkerkunde Berlin, 1991. 1 livre 312 p. et 2 CD.

Texte intégral

1Le livre Populäre Musik in Afrika offre un traitement détaillé de la musique moderne en divers domaines circonscrits géographiquement ou sociologiquement. Avec sept contributions originales (trois articles parus antérieurement en anglais ont été traduits en allemand), l’ouvrage comble quelques-unes des nombreuses lacunes qui subsistent dans la recherche sur la musique moderne en Afrique. Ces lacunes sont soulignées par l’éditeur dans son introduction à l’ouvrage, qui passe en revue l’état actuel de la recherche. Quant aux quarante-deux exemples musicaux que contiennent les deux CD, vingt-neuf d’entre eux sont des enregistrements inédits, les treize autres étant d’anciens enregistrements sur disque difficilement accessibles aujourd’hui.

2Les dix essais témoignent d’approches très variées. Certains abordent la musique populaire en général dans le cadre d’une région donnée (John Collins sur la musique populaire en Afrique de l’ouest après la Seconde Guerre mondiale), d’un État (Gerhard Kubik sur les courants musicaux en Angola au XXe siècle) ou d’une ville (Urban Bareis sur la musique néo-traditionnelle à Kpando, au Ghana ; Arthur Simon sur la musique urbaine soudanaise). D’autres essais sont consacrés à un style spécifique (Paul N. Kavyu sur l’évolution de la musique de guitare au Kenya ; John Low sur l’histoire de cette même musique ; Christopher A. Waterman sur l’émergence du jùjú et l’identité sociale africaine à Lagos à l’époque coloniale ; Werner Graebner sur le tarabu, une forme de musique populaire de l’océan Indien ; et Veit Erlmann sur l’isicathamiya, la musique chorale des travailleurs migrants zoulous en Afrique du Sud de 1890 à 1950). Enfin, la contribution de Wolfgang Bender traite de l’activité d’Ali Ganda en Sierra Leone et analyse la contribution de cette musique à l’afro-calypso.

3Si diverses que soient les approches des auteurs, elles ne masquent pas pour autant une préoccupation commune, qui est de retracer l’histoire des divers styles musicaux, de faire ressortir ce qui, en Afrique, relie la musique moderne à la musique traditionnelle, et de décrire le contexte culturel dans lequel s’insèrent les diverses musiques dont il est question. D’autre part, les instruments sont décrits minutieusement et, le cas échéant, les styles musicaux et les textes de chansons sont analysés en détail. Plusieurs transcriptions ont été reprises en guise d’exemples musicaux sur l’un ou l’autre CD.

4La présentation attrayante du livre rappelle celle de l’ouvrage Musik in Afrika édité par Arthur Simon et publié en 1983 également par le Musée d’ethnographie de Berlin. La lecture de Populäre Musik in Afrika s’impose, non seulement aux ethnomusicologues mais aussi au grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margot Lieth-Philipp, « Veit ERLMANN (éd.). Populäre Musik in Afrika », Cahiers d’ethnomusicologie, 7 | 1994, 257-258.

Référence électronique

Margot Lieth-Philipp, « Veit ERLMANN (éd.). Populäre Musik in Afrika », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 7 | 1994, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1448

Haut de page

Auteur

Margot Lieth-Philipp

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page