Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Raúl Barboza et le chamamé argentin

Raúl BARBOZA: King of Chamamé

Michel Plisson
p. 269-270
Référence(s) :

Raúl Barboza: King of Chamamé. 1 CD ERDE Records Stereo RDCD 001, 1990.

Texte intégral

1C’est le premier disque paru en France de ce musicien argentin. Raúl Barboza est issu de la région du nord de l’Argentine, entité culturelle délimitée par les provinces de Misiones, Formosa, Corrientes, Entre-Rios, Santa Fe et une partie du Chaco. Celle-ci recouvre grosso modo le bassin du fleuve Paraná. Pour cette raison, on la nomme parfois la Mésopotamie argentine. Elle correspond de façon assez précise à la zone influencée par la culture guarani qui, avant la conquête, s’étendait sur plus de la moitié du bassin amazonien et jusqu’aux contreforts boliviens des Andes. Aujourd’hui, la culture guarani se retrouve dans le métissage culturel. Le nom même de chamamé est guarani.

2Il ressort en tout état de cause que cette musique n’est pas à proprement parler « indienne ». Elle est une illustration vivante du métissage musical. C’est une symbiose complexe : d’une part, l’apport de mélodies européennes importées par les immigrants italiens et est-européens à la fin du XIXe siècle, et d’autre part le fond musical vernaculaire issu lui-même d’influences diverses dans lesquelles on retrouve la musique espagnole du XVIe siècle. Le chamamé est joué sur les différents types d’accordéons ou de bandonéons existant dans la région et est accompagné par une ou plusieurs guitares.

3En Argentine, le chamamé fait partie de l’entité émique música folclórica de la forme binaire/ternaire (mesures mélangées à 3/4 et 6/8) que l’on retrouve dans d’autres régions du pays. Ce genre musical est le plus souvent dansé. Très populaire dans sa région d’origine, il fut longtemps méprisé dans la capitale parce que trop identifié aux couches sociales les plus pauvres. Notons que l’auteur de ces lignes est particulièrement heureux de présenter ces disques de musique de chamamé car il en fit un sujet de recherche ethnomusicologique et accomplit deux voyages d’étude dans cette région du littoral fluvial argentin.

4En Argentine, Raúl Barboza est considéré comme l’un des musiciens les plus représentatifs et les plus populaires du chamamé. Sa production discographique totalise une vingtaine de disques long play. Etabli en France depuis 1987, il commence à faire connaître la musique de sa région d’origine en jouant dans de nombreux festivals. Il noue également des contacts musicaux avec des accordéonistes français comme Richard Galliano. Barboza a joué sur différents types d’accordéons. Il débuta comme beaucoup de chamameceros avec un accordéon diatonique à deux rangées de boutons que l’on appelle la « verdulera » en Argentine parce qu’il était joué par les épiciers ambulants, en général italiens, qui vendaient la verdura (légumes). Puis il utilisa un Anconetani à boutons dont les possibilités sont plus grandes. L’instrument qu’il utilise aujourd’hui est un Piermaria fabriqué dans la ville de Castelfidardo, célèbre pour sa facture d’instruments à anches libres.

5Ce CD de Barboza s’inscrit dans la tradition du chamamé, ce qui ne l’empêche pas de jouer également quelques valseados, autre expression musicale du littoral argentin. Le harpiste paraguayen Lincoln Almada est aussi présent et interprète en solo quelques polcas, que l’on retrouve dans les origines du chamamé. Avec le percussionniste argentin Martin Saint Pierre, Barboza incorpore aussi un rasguido doble, genre musical à 2/4 qui appartient à la même région et est un cousin lointain de la habanera cubaine.

6Tous ces éléments ethnomusicologiques sur les genres musicaux, les compositeurs et les morceaux eux-mêmes auraient été utiles au public. On peut donc regretter leur absence. Le texte intérieur, en anglais seulement, ne les mentionne pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Plisson, « Raúl BARBOZA: King of Chamamé », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 269-270.

Référence électronique

Michel Plisson, « Raúl BARBOZA: King of Chamamé », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1535

Haut de page

Auteur

Michel Plisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page