Navigation – Plan du site
Travaux récents

Aurélia DOMARADZKA BARBIER, Le folklore musical polonais : la Silésie

Thèse de doctorat de l’Université Lumière Lyon 2, soutenue le 22 octobre 1997
p. 244-245
Référence(s) :

Aurélia Domaradzka Barbier, Le folklore musical polonais : la Silésie. 967 p., 120 illustrations, 52 notations musicales, indexes + 1 cassette d’accompagnement. Thèse de doctorat de l’Université Lumière Lyon 2, soutenue le 22 octobre 1997 Directeur de thèse : Professeur Janine Cizeron

Texte intégral

1Zone de contact entre Polonais, Tchèques et Allemands, peuples qui ont fait son histoire, la Silésie a également reçu d’autres influences (ruthènes, tatares, hongroises, juives, tsiganes et valaques). On y distingue une zone de plaine – la vallée de l’Oder – et une zone montagneuse – les Sudètes et le Beskide silésien (Carpates) –. Les spécificités de son folklore musical (syncrétisme, polymorphisme du vers, hétérogénéité du langage musical) et le contexte méthodologique (cadre général et cadre analytique du discours verbal et musical des chants et de leurs variantes) ont défini le champ de l’étude.

2Les traditions silésiennes étudiées s’expriment de multiples manières : habitat, artisanat, coutumes familiales, notamment liées au mariage, danses, costumes et fabrication d’instruments de musique traditionnels.

3Le parler silésien contient des archaïsmes inexistants dans le reste du pays ; il en découle que le vers populaire chanté silésien est polymorphe et évolue différemment dans le cadre des chants courts du sud et des chants longs du nord.

4L’analyse des mélodies, notamment de celles du Beskide, a nécessité de forger de nouveaux outils et de définir de nouveaux concepts, tels que : conception ethnopsychique du rythme, existence d’une « cellule montagnarde originelle », notions relatives à un intervalle de seconde considéré comme « très ancien », à des échelles autogènes, au caractère de certains degrés mobiles, présence de formules statiques et dynamiques, collage de formules hétérogènes, « chromatisme instrumental aléatoire ».

5L’analyse des paroles des chants a permis de comprendre qu’il s’agit, dans la plupart des cas, de « paroles de femmes » ayant pour rôle opératoire de faciliter l’accession de la jeune fille au statut de femme mariée. La société silésienne y apparait encore fortement marquée de pratiques ancestrales. L’étude des chants et de leurs variantes a permis en outre de mettre en évidence certaines règles de la transmission orale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Aurélia DOMARADZKA BARBIER, Le folklore musical polonais : la Silésie », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 244-245.

Référence électronique

« Aurélia DOMARADZKA BARBIER, Le folklore musical polonais : la Silésie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1643

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page