Navigation – Plan du site
Thèses

SHON Eun Kyung : Le Sinawi, évolution et artistisation : études analytiques des caractéristiques musicales (Corée)

Thèse de doctorat en musicologie (spécialité ethnomusicologie), soutenue le 31 mai 2012 à l’Université Paris-Sorbonne
p. 317
Référence(s) :

SHON Eun Kyung : Le Sinawi, évolution et artistisation : études analytiques des caractéristiques musicales (Corée)
Thèse de doctorat en musicologie (spécialité ethnomusicologie), soutenue le 31 mai 2012 à l’Université Paris-Sorbonne
371 pages
Directeur de thèse : M. François Picard
La thèse a obtenu la mention « Très honorable »

Texte intégral

1Toute tradition oscille entre la perpétuation de l’ancien et l’évolution, le changement. C’est le cas du sinawi, une musique instrumentale populaire de Corée. Cette musique d’ensemble, caractérisée par la complexité, l’improvisation et l’hétérophonie, trouve sa racine dans les rituels chamaniques de la région dite du sinawi (le Sud-Ouest de la péninsule), dans lesquels elle accompagne le chant et la danse des chamanes. Cependant, au fil du temps, soumis à diverses influences socioculturelles et musicales, le sinawi est devenu un genre à part, une musique « d’art » et de scène, qui représente un témoignage essentiel de cette tradition et un objet culturel du pays.

2Dans cette thèse, l’auteur propose une étude analytique des caractéristiques musicales (phrases mélodiques, formules cadentielles, forme) des divers sinawi à partir de ses propres transcriptions, afin, d’une part, de percevoir le fonctionnement et les caractéristiques de ce genre et, d’autre part, d’étudier son évolution et les processus de son « artistisation ». Cette reconstruction du sinawi, qui avait une signification, qui était destiné à être vécu et à faire partager des sentiments de chagrin lors des rituels chamaniques, prend un sens nouveau une fois transposé sur scène. L’étude comparative du sinawi en différents contextes circonstanciels et générationnels nous permet de constater que cette musique, qui est à l’origine de certains des genres populaires coréens les plus connus comme le sanjo ou le p’ansori, est aujourd’hui à son tour influencée par ces genres. Malgré la complexité de leur texture, les matériaux mis en œuvre demeurent simples. Cette thèse amène à conclure que le sinawi, qui était caractérisé par l’improvisation, l’hétérophonie et la simplicité, laisse aujourd’hui une plus grande place à la structure, à l’harmonie, à la quasi-composition et à la virtuosité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« SHON Eun Kyung : Le Sinawi, évolution et artistisation : études analytiques des caractéristiques musicales (Corée) », Cahiers d’ethnomusicologie, 25 | 2012, 317.

Référence électronique

« SHON Eun Kyung : Le Sinawi, évolution et artistisation : études analytiques des caractéristiques musicales (Corée) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1955

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page