Navigation – Plan du site
Dossier : Notes d’humour‎

Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle

Françoise Etay
p. 155-174

Résumé

Au sein de l’important corpus de chansons recueillies en Limousin, de la fin du XIXe siècle à nos jours, on remarque un très grand nombre de textes relevant de la critique politique ou sociale, ainsi qu’une profusion de chansons moqueuses. C’est à l’intersection de ces deux ensembles que se situe la matière de cet article, qui s’est donné pour objet d’analyser la manière dont support mélodique et autres éléments sonores pouvaient renforcer ou prolonger la portée des paroles. Dans le cas des chansons traditionnelles, les airs semblent, la plupart du temps, largement interchangeables, mais dans celui de chansons plus récentes, la connaissance des versions originelles auxquelles les chansonniers ont emprunté leurs timbres s’avère capitale pour une perception fine de leur intention humoristique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quelques années après ces premières collectes corréziennes, le Félibrige était créé, le 21 mai 1854 (...)

C’est à une méprise de taille qu’on doit le premier recueil important de chansons traditionnelles réalisé en Limousin, probablement vers 1845-48 : ignorant totalement l’appartenance du dialecte limousin à l’ensemble occitan1, un des meilleurs érudits locaux, Oscar Lacombe (1818-1895), avait voulu en démontrer la racine celtique.

Il y a quelques années, le dictionnaire celto-breton de Legonidec se rencontra sous ma main, j’en lus quelques pages par curiosité et fus frappé de la très grande quantité de mots celtiques qui se retrouvent dans le patois de Tulle. […] Ce fut pour moi un trait de lumière. Les chants populaires de la Bretagne, par M. de la Villemarqué, qui servirent aussi à mes études, me donnèrent l’idée de recueillir les chants populaires de la Corrèze. Je me mis à parcourir les campagnes, et j’eus bientôt une ample moisson de chants du terroir sur lesquels je me proposais seulement, alors, de faire des commentaires philologiques, pour appuyer cette théorie que le langage parlé dans l’arrondissement de Tulle (ne m’occupant que de celui-là) est celtique par sa racine et latin seulement par sa grammaire (Lacombe 1853).

Riche de sa collecte, Oscar Lacombe allait naturellement devenir un des principaux interlocuteurs du « Comité de la langue de l’histoire et des arts de la France » lorsque fut organisé, en 1852 et 1853, le « Recueil des poésies populaires de la France » à l’instigation d’Hippolyte Fortoul, Ministre de l’Instruction Publique et des Cultes (Cheyronnaud 1986, Cheyronnaud 1997, Laforte 1995).

Une de ses préoccupations principales fut alors de n’envoyer à Paris que ce qui était « vraiment original et de caractère indigène » (Etay 2001). Il élimina donc tout ce qui était français ou issu du français, les complaintes dramatiques, éloignées de « l’esprit national bas-limousin », les chansons obscènes (« le véritable paysan ne les connaît pas ») et celles où il est question d’amour :

J’ai de bonnes raisons pour croire les hommes et les femmes trop occupés […] pour laisser une grande place à un sentiment qui, quoiqu’on en ait dit, est étranger aux peuples non encore arrivés à la civilisation,

pour en arriver à la conclusion que

Le caractère dominant des chants réellement originaux du pays est la satire, et cela ne semblera pas étonnant à ceux qui ont vécu avec les indigènes, toujours prêts à rire de ce qu’ils ne comprennent pas et ne voulant pas se donner la peine de comprendre […], tremblants et courbés devant tout ce qui leur paraît fort ou riche et se vengeant par des traits piquants, aiguisés par la trempe naturelle de leur esprit qui, il faut le dire, surtout dans la conversation, ne le cède en rien aux peuples les plus réputés pour l’à-propos de leurs saillies (Lacombe et Clément-Simon 1896 : 546-547).

Quelles que soient les réserves suscitées par les multiples a priori de Lacombe, qui, malgré ses nombreuses lectures, ne pouvait mettre à profit le « regard éloigné » des ethnographes à venir, cette dernière remarque nous interroge. La façon dont le faible se moque du puissant en le brocardant en chansons serait-elle un trait spécifiquement local ?

Le bourgeois et le paysan

  • 2 Elle n’a pas été retenue dans la réédition suivante (Chèze, Branchet et Plantadis 1995).
  • 3 La chanson ne figure pas dans le catalogue du Québécois Conrad Laforte.
  • 4 C’est, à ma connaissance, et malgré tout ce qui a pu être écrit sur la postérité populaire occitane (...)

L’inventaire et le catalogage entrepris quelques décennies plus tard par Patrice Coirault apportent un argument en ce sens, en montrant que le type intitulé « Le bouvier qui refuse d’indiquer son chemin au monsieur » est particulier au Limousin. Coirault lui donne le numéro 6203 (Coirault 2000 : 289). Il s’agit d’une chanson en occitan qui a été recueillie et enregistrée à plusieurs reprises dans les années 1970-80-90, et qui figure aussi dans les recueils des folkloristes limousins du début du XXe siècle (Célor 1904 : 95-96 ; Chèze, Branchet et Plantadis 1921 : 125)2.
Elle met en scène deux protagonistes, le bourgeois, qui demande son chemin au laboureur, et celui-ci qui lui répond qu’il n’a pas de temps à perdre. Le premier s’offusque alors de cette insolence et son interlocuteur lui fait remarquer que si les paysans s’entendaient, ce serait les bourgeois qui laboureraient et, en outre, parfois, que leurs femmes garderaient les moutons3. Elle est à rapprocher, à mon sens, d’un autre thème très récurrent, celui qui oppose un « monsieur » venu courtiser une jeune bergère et cette dernière qui le repousse4. Une des versions les plus populaires de ce scénario est « Turlututu ». Chantée en occitan, elle est devenue emblématique du « folklore » local pour nombre de Limousins. Elle est pourtant beaucoup moins spécifique de leur région que la précédente. Pour Coirault, qui l’intitule lui aussi « Turlututu » (Coirault 2000 : 49), c’est le type 4109, et il est attesté dans de nombreuses provinces, plus souvent francophones qu’occitanophones, d’ailleurs.

Dans les deux types de chansons, on remarque l’ambivalence du statut social du « monsieur ». « Bourgeois » dans certaines versions, il est « gentilhomme », « seigneur », voire « noble » dans d’autres. Il se déplace à cheval et porte parfois une épée au côté. Le personnage moqué au présent, le riche, le bourgeois, ne semble être en fait que la réincarnation ou l’héritier du seigneur de l’Ancien Régime.

  • 5 Pascal Boudy. Octobre 2010.
  • 6 Ces paroles relèvent, à mon sens, de la même famille humoristique qu’un certain nombre de petits co (...)

Dans la tradition orale, ce couple, qu’on appellera par commodité « bourgeois-paysan », aux deux faces antithétiques et irréconciliables, se manifeste, bien entendu, ailleurs que dans les chansons. Un ami5 me signalait ainsi un conseil ancien qu’il avait recueilli récemment : « Si vous ne savez pas quoi voter, demandez conseil au bourgeois et votez le contraire ! » (Si sabetz pas de que votar, damandetz conselh au borges e votetz lo contrari !) et aussi une formulette pour rythmer l’aiguisage de la faux, « Zigue zague, j’affûte ma lame pour couper le cou de la dame » (Ziga zaga – ‘fiale ma lama – per copar lo còl de la dama)6.

Marcelle Delpastre témoigne, par ailleurs, d’une croyance selon laquelle la position respective de deux étoiles, une brillante, le bourgeois, et une plus petite, le paysan, servait autrefois d’augure. Pour que l’année soit bonne, il fallait que le paysan passe devant (Delpastre 1988 : 34-35 ; Delpastre 2000 : 83-84). Elle rapporte aussi un conte mettant en scène un bourgeois et un paysan qui font un pari d’ordre scatologique, à l’issue duquel c’est, naturellement, le paysan qui sort vainqueur de l’aventure (Delpastre 1988 : 34-35 ; Delpastre 2000 : 83).

Tout ceci est à rapprocher du fait que le Limousin, « terre sensible et rebelle » (Chatain 1995), a été précocement gagné aux idées du socialisme.

On doit à l’historien Alain Corbin l’une des études les plus approfondies sur le sujet. Dans sa thèse Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle. 1845-1880 (Corbin 1975), il distingue, pour l’époque qu’il a retenue, trois courants principaux. Le premier est celui de la « gauche porcelainière » qui s’appuie sur le prolétariat ouvrier de la vallée de la Vienne, à l’écoute de Pierre Leroux, installé à Boussac, en Creuse, dès 1843. Le second est lié aux migrations temporaires, en particulier celle des maçons creusois qui ramènent aux pays convictions socialistes et anticléricales. Le troisième est porté par une petite bourgeoisie locale, au sein de laquelle les membres de professions juridiques se révèlent particulièrement influents dans une région où l’emprise du clergé et celle des grands notables sont faibles.

  • 7 Avec, au premier rang, Pierre Vallin (Vallin 1985, 2006) puis Vincent Brousse (2003, 2006), Dominiq (...)

Dans le sillage d’Alain Corbin, une nouvelle génération d’historiens7 a consacré de nombreuses études au phénomène de « communisme rural » et à ses prémices, de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

  • 8 Seule une autre région en France ressortirait de cette même catégorie, le pourtour méditerranéen, à (...)

La question se pose pourtant de l’enracinement en des temps plus anciens de ces options politiques et idéologiques peu communes en milieu paysan français. Gérard Monédiaire (1985 : 89-90) se référant à Emmanuel Todd (1983) et Hervé Le Bras (Le Bras et Todd 1981), suggère une relation entre structures familiales anciennes et couleurs politiques au XXe siècle. Todd distingue pour l’Europe quatre types familiaux : la famille communautaire exogame, la famille autoritaire, la famille nucléaire égalitaire et la famille nucléaire absolue. C’est du type de la famille communautaire exogame que le Limousin relèverait, au sein d’un espace géographique plus vaste allant du Périgord au Morvan8. L’hypothèse de Todd, selon laquelle les idéologies ne seraient en fait que des transpositions au niveau social des valeurs fondamentales qui régissent les relations familiales élémentaires est séduisante.

  • 9 Les collectes sonores sont encore pour la plupart inédites.

L’important corpus9 de chansons recueillies en Limousin de la fin du XIXe siècle au début du XXIe reflète souvent des positionnements politiques affirmés, voire revendiqués.

  • 10 Ne seront donc pas retenues ici les innombrables chansons qui se moquent des habitants de tel ou te (...)
  • 11 Un timbre est un air préexistant aux paroles qui lui sont adaptées pour constituer une nouvelle cha (...)

Pour l’étude qui va suivre, j’ai choisi de sélectionner les pièces qui relèvent, à des degrés divers, de la critique sociale tout en appartenant à l’ensemble des chansons humoristiques10. Ensuite, plus précisément, j’ai essayé de voir comment les éléments sonores pouvaient renforcer ou prolonger la portée des paroles. Pour plus de clarté, j’ai subdivisé l’ensemble en trois parties : les chansons traditionnelles, les chansons écrites par des chansonniers identifiés et les chansons anonymes composées, le plus souvent, sur des timbres11 récents.

Les chansons traditionnelles

Transmises oralement en milieu paysan depuis plusieurs générations, elles se présentent sous de multiples versions et ont été, sauf exception, cataloguées par Patrice Coirault et Conrad Laforte. L’impression de gaieté, sur le plan mélodique, est souvent liée, dans cet ensemble, à une dynamique de danse.

‎1. « Le curé de chez nous », chanté par Pierre Mondoly.‎

Les références précises de ce document et des suivants figurent en fin d’article.

: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Le curé de chez nous
Le curé de chez nous a perdu sa soutane (bis)
Rendez rendez
La soutane du curé
Celui qui la rendra sera récompensé

Le curé de chez nous va cueillir les noisettes (bis)
Avec la fille
La plus gentille
La fille la plus gentille qu’il en a pu choisir

En cette région largement et depuis longtemps déchristianisée (Pérouas 1985), les histoires de curés galants ne manquent pas.

Dans le dialogue suivant, convoquant un Jean-Pierre un peu avare et un curé préoccupé par le sort de sa future femme, le comique de la situation se double d’un comique mélodique puisque l’air qui supporte les paroles est une parodie de Vêpres.

Jan Piere mon amic, Traina malur chaça profit

Original

Traduction

Jan Piere mon amic
Traina malur chaça profit
De que nuriras-tu ta femna
Quand l’auras ?

Jean-Pierre mon ami
Traîne malheur, chasse profit
De quoi nourriras-tu ta femme
Quand tu l’auras ?

De pan de segle monsur lo curet
Si ‘quò se pòt
E non pas de carcalinas
Sirai pas tan sòt !

De pain de seigle monsieur le curé
Si ça se peut
Et non pas de carcalines (pâtisseries)
Je ne serai pas si sot !

Jan Piere mon amic
Traina malur chaça profit
De que vestiras-tu ta femna
Quand l’auras ?

Jean-Pierre mon ami
Traîne malheur, chasse profit
De quoi vêtiras-tu ta femme
Quand tu l’auras ?

D’un caracò monsur lo curet
Si ‘quò se pòt
E non pas d’una rauba de seda
Sirai pas tan sòt !

D’un caraco monsieur le curé
Si ça se peut
Et non pas d’une robe de soie
Je ne serai pas si sot !

Jan Piere mon amic
Traina malur chaça profit
De que chauçaras-tu ta femna
Quand l’auras ?

Jean-Pierre mon ami
Traîne malheur, chasse profit
De quoi chausseras-tu ta femme
Quand tu l’auras ?

D’un parel d’esclòps monsur lo curet
Si ‘quò se pòt
E non pas de bòtinas vernidas
Sirai pas tan sòt !

D’une paire de sabots monsieur le curé
Si ça se peut
Et non pas de bottines vernies
Je ne serai pas si sot !

Jan Piere mon amic
Traina malur chaça profit
Emb qui faras-tu coijar ta femna
Quand l’auras ?

Jean-Pierre mon ami
Traîne malheur, chasse profit
Avec qui feras-tu coucher ta femme
Quand tu l’auras ?

Emb ieu monsur lo curet
Si ‘quò se pòt
E non pas vos monsur lo curet
Sirai pas tan sòt !

Avec moi monsieur le curé
Si ça se peut
Et non vous monsieur le curé
Je ne serai pas si sot !

‎2. « Jan Piere mon amic, Traina malur chaça profit », chanté par M. ‎Meynard.‎
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Cet exemple fait cependant figure d’exception. Pour la plupart des chansons de ce groupe, le timbre semble bien de ne pas avoir de sens autre que musical. Les mélodies peuvent d’ailleurs servir de support à d’autres histoires, d’un tout autre esprit. Ainsi, l’air de bourrée qui est chanté dans la version suivante pour la chanson que j’ai intitulée « Le bourgeois et le paysan » (cf. supra) est utilisé par le même chanteur pour raconter l’histoire du mariage de la mésange et du pinson. Sur le plan rythmique, il s’agit d’un standard qu’on retrouve sur des paroles extrêmement diverses, en occitan ou en français.

L’autre jorn que fasia chalor

Original

Traduction

L’autre jorn que fasia chalor
Menei mos buòus a las labors
N’aguei pas fach ‘na reja o doas
Qu’un gròs borgés ven-t-a passar

L’autre jour qu’il faisait chaud
Je menai mes bœufs au labour
Je n’eus pas fait une rangée ou deux
Qu’un gros bourgeois vint à passer

Dijatz-me donc mon bel amic
Me montrariatz-vos pas lo chamin
Per un borgés o mai per dos
Ieu quitarai pas mas labors

Dites-moi donc mon bel ami
Ne me montreriez-vous pas le chemin
Pour un bourgeois ou même pour deux
Je ne quitterai pas mon labour

Fariatz bian de vos en anar
Quo es ‘qui que quò vai se gastar
Si los paisans zo volian far
Tots los borgés laborariatz

Vous feriez bien de vous en aller
C’est ici que ça va se gâter
Si les paysans voulaient le faire
Tous les bourgeois vous laboureriez

‎3. « L’autre jorn que fasia chalor », chanté par Léon Peyrat.‎
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Fig. 1. Léon Peyrat en 1982.

Fig. 1. Léon Peyrat en 1982.

Les chansons des chansonniers

  • 12 … et ce, contrairement à ce qu’imagine Jan dau Melhau : « … Et Monsieur Montazaud, à l’instant, sur (...)
  • 13 La référence aux chansons de Béranger (1780-1857), fin du XIXe et début du XXe siècle, est très fré (...)
  • 14 Le corpus de chansons d’Antoine Paucard (1886-1980) dont j’ai pu disposer grâce aux transcriptions (...)

L’examen de deux corpus importants de chansonniers limousins, ceux de Georges Montazaud et d’Antoine Paucard, montre sans aucune ambiguïté qu’il y a, la plupart du temps, une relation de sens entre leur nouvelle composition et la chanson antérieure à laquelle ils ont emprunté son timbre12. Il est assez amusant, d’ailleurs, de remarquer que les mélodies utilisées se retrouvent en grande partie, pour le premier, dans des recueils lettrés, tels la Clé du Caveau ou l’œuvre de Béranger13 (Bérat 1865), alors que le second, né pourtant deux générations plus tard, en milieu paysan, s’appuie principalement sur des airs traditionnels14.

À l’époque de l’expression publique de leurs créations, la connivence était sans doute suffisamment importante avec leur auditoire pour que celui-ci jouisse pleinement de ce supplément sémantique, et comique dans le cas qui nous intéresse. Mais quelques décennies, et même plus d’un siècle plus tard en ce qui concerne Montazaud, la perception de ce sens caché relève souvent plus ou moins de l’ésotérisme.

  • 15 Ces chansons, véhiculées et remaniées par tradition orale tout au long du XXe siècle apportent un d (...)
  • 16 Merci à Isabelle Merle, puis à Catherine Perrier, qui m’ont mise sur la voie.
  • 17 Par Raphaël Garcia, en 1984.

Georges Montazaud est né à Saint-Germain-les-Belles en 1831 et y est mort en 1913. Il a exercé la profession d’huissier et se rattache ainsi clairement au troisième groupe identifié par Alain Corbin, celui de la petite bourgeoisie véhiculant les idées socialistes au XIXe siècle. Pour bien afficher ses convictions politiques, il se promenait, été comme hiver, avec un grand parapluie de berger rouge, alors que la couleur habituelle en était le bleu, ce qui lui avait valu le surnom de « Pair l’Ombrela » (Père l’Ombrelle) (Melhau 1991 : 1). Tout ce qu’on en connaît, ou presque, ainsi que la plupart de ses chansons, nous est parvenu par la tradition orale et a été rassemblé par Jan dau Melhau au cours des années 1970 et 80. La pièce que j’ai retenue ici comme exemple commence par les mots « A la Farjanueva » (Melhau 1986 : 183-190 ; Melhau 1991 : 36-37). Comme tant d’autres, elle a été recueillie auprès de plusieurs personnes, et c’est une version reconstruite à partir de divers souvenirs qui en est présentée15. Elle daterait de 1906 ou 1907 et raconte l’histoire d’une douzaine de personnes, pimpantes et fières, parties faire une promenade en barque, sur l’étang de Forgeneuve, à Meuzac. Ce fait divers banal se transforme soudain en quasi épopée : un très gros poisson fait peur aux dames et un des passagers, n’écoutant que son courage, saute sur la bête, dans l’étang, et la tue d’un coup de couteau. Il s’agit évidemment d’une fiction plaisante du chansonnier, sans doute parce qu’il y avait effectivement eu partie de pêche. On soupçonne qu’il se moquait, en fait, de son propre fils, un homme vaniteux qui avait « réussi dans les affaires », et aurait été le propriétaire du bateau. Le support mélodique du texte fait penser à une scottish de la Belle Époque et participe activement à l’impression guillerette dégagée par cette chanson extrêmement bien écrite (ou réécrite…), un petit chef-d’œuvre, en fait. J’en étais restée là jusqu’à ce que je découvre que la même mélodie16 avait servi de support à un chant de marins. Il s’agit de « La Jeanne Cordonnier ». Montazaud pouvait-il en avoir eu connaissance ? D’où vient ce timbre ? Je n’en ai retrouvé aucune autre trace. Michel Colleu, un des meilleurs spécialistes du répertoire maritime m’a appris que « La Jeanne Cordonnier » avait dû être composée entre 1901 et 1903 et qu’on n’en connaissait que quelques couplets, car la chanson critiquait beaucoup les « gens de l’arrière » et que le capitaine Lozivit, auprès de qui elle avait été recueillie17, n’avait pas voulu la chanter en entier lors de l’enregistrement. Trois questions restent donc en suspens pour l’instant : y a-t-il eu une chanson préexistante, connue à la fois en Limousin et en Bretagne ? Si oui, protestait-elle contre quelqu’un ou quelque chose, ce qui aurait pu lui valoir la sympathie des marins mécontents de leur sort, comme des Limousins socialisants ? Et surtout, Montazaud a-t-il eu connaissance de la chanson de marins, rajoutant ainsi au comique de ses couplets malicieux ?

Une chose reste sûre, c’est qu’il a joué avec la mélodie sur un autre plan : alors que, dans « La Jeanne Cordonnier », la deuxième partie de l’air sert régulièrement de support à un refrain, il n’en va de même pour « A la Farjanueva » que lors des trois premiers couplets. Au quatrième, lorsque surgit le « poisson blanc d’une taille énorme », il le fait, comme dans l’urgence, sur la mélodie qui servait précédemment au refrain, renforçant ainsi l’effet de surprise cocasse.

A la Farjanueva

Original

Traduction

1.
A la Farjanueva
Per se permenar
Alau sus la greva
Dotze personas
Prengueren la barca
Dau noveu Monsur
Sens cranher l’embarca
Monteren dessus

Trasverseren l’estanh de lon qu’en large
Raseren los bòrds
Coma daus Milòrds
E lo bateu que Piare Bissòt farget
N’avia pus portat
Qu’aguessan tant de qualitat


À la Forgeneuve
Pour se promener
Là-bas sur la grève
Douze personnes
Prirent la barque
Du nouveau Monsieur
Sans craindre l’embarquement
Ils montèrent dessus

Ils traversèrent l’étang de long en large
Ils rasèrent les bords
Comme des Milords
Et le bateau que Pierre Bissot forgea
Jamais n’avait porté
De gens qui fussent d’une telle qualité

2.
Per trasversar l’onda
Qu’òm ven de nommar
Dins la barca blonda
L’i avia tres damas
Que de lor toaleta
De simplicitat
Ornavan la festa
Plena de gaitat

Traverseren…


Pour traverser l’onde
Qu’on vient de nommer
Dans la barque blonde
Il y avait trois dames
Dont la toilette
Toute de simplicité
Ornait la fête
Pleine de gaieté

3.
Dos òmes de marca
Coma n’i en a pas
Condusian la barca
Que bronchava pas
Auriatz dich bon’archa
Que ‘quilhs pelegrins
Coneissian la marcha
Coma daus marins

Traverseren…


Deux hommes de marque
Comme il n’y en a pas
Conduisaient la barque
Qui ne bronchait pas
On aurait dit bonne arche
Que ces pèlerins
Connaissaient la marche
Comme des marins

4.
La barca se’n ‘nava
Los dotze risian
P’un ne bessicava
B’assetz chantavan
Quand ‘na jòuna dama
Dau reng de darrier
Creda : « Paubra Jana
‘Queste còp som pres »

Un peisson blanc d’una talha enòrma
Surtiguet dejos
Lo plais dau Boijos
Auriatz jurat en veire ‘quela fòrma
Que qu’er’ un requin
Que seguia ‘quilhs respublicains

4.
La barque s’en allait
Les douze riaient
Aucun ne somnolait
Certains chantaient
Quand une jeune dame
Du rang de derrière
Crie « Pauvre Jeanne
Cette fois nous sommes pris ! »

Un poisson blanc d’une taille énorme
Sortit de dessous
La haie du Boijoux
On aurait juré en voyant cette forme
Que c’était un requin
Qui suivait ces républicains

5.
Bissòt la man lesta
Ne fai pas de franc
Ne’n quita sa vesta
Vòla dins l’estanh
Sauta sus la bestia
D’un còp de coteu
La tua e la gieta
Flau ! dins lo bateu

La meneren au bòrd de l’aiga clara
Chas l’amic Pecot
Per tots n’i aguet pro
Ne’n fagueren ‘na sauça la pus rara
Qu’aguessam mas minjat
En tota nòstra vita


Bissot la main leste
Ne tergiverse pas
Il quitte sa veste
Vole dans l’étang
Saute sur la bête
D’un coup de couteau
La tue et la jette
Vlan ! dans le bateau

On l’amena au bord de l’eau claire
Chez l’ami Pécout
Pour tous il y en eut assez
On en fit la sauce la plus rare
Que nous ayons jamais mangée
En toute notre vie

Les chansons anonymes

  • 18 On m’a remis par ailleurs une cassette, datant des années 1980 également, sur laquelle un grand-pèr (...)

Les cibles les plus prisées et les plus stimulantes sont de toute évidence, dans cet ensemble, les élus ou candidats aux élections. On est parfois surpris par la permanence des souvenirs à ce sujet. J’ai personnellement eu l’occasion d’enregistrer en 1985 une dame fustigeant les députés qui s’étaient octroyé de fortes augmentations de salaire sous la présidence de Fallières, donc entre 1906 et 191318.

L’air de la chanson est celui du « Petit panier », un grand succès enregistré par Charlus en 1903 et popularisé par Mayol en 1905. Son entrain et sa gaîté s’accordent parfaitement avec l’ironie du nouveau texte. Mais peut-être peut-on aller plus loin en se souvenant du contenu à double sens, grivois, de la chanson originale, et postuler que le rire provoqué par le texte du « Petit panier » est présent dans la mémoire des auditeurs de l’époque et confère à la mélodie qui y est associée une sorte de « capital comique rémanent ».

‎4. « Sans nous faire de bile, pauvres députés », chanté par Madame ‎Bonnat.‎
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Sans nous faire de bile, pauvres députés

Le petit panier. Version de Charlus (1903)

Chanson enregistrée en 1985

Ninette, ma Ninette,
Viens donc vendanger
Prends ta p´tite serpette
Ton gentil panier
Vois le soleil brille
Sous les échalas
Partons ma gentille
Oui ne tardons pas

Sans nous faire de bile
Pauvres députés
C’est des lois utiles
Qu’il nous faut voter
La France est avare
Envers ses élus
Votons-nous dare dare
Six mille francs de plus

Refrain

Ah l´envie me démange
D´aller en vendanges
D´aller en vendanges
Et de grappillonner
Dans ton p´tit panier
Dans ton p´tit panier
Percé

Refrain

Ah que la vie est charmante
Quand on a des rentes
Quand on a des rentes
Et qu’on peut mettre autour
Quarante francs par jour
Quarante francs par jour

On remarque en outre ici une pratique fréquente chez les chansonniers, celle de rappeler, par des assonances, les paroles les plus connues de la chanson à laquelle ils ont emprunté son timbre. « Ah que la vie est charmante » est une sorte de clin d’œil aux auditeurs qui y reconnaissent « Ah l’envie me démange ».

  • 19 Léon Betoulle avait d’abord été membre de la SFIO puis, exclu de cette formation, il avait rejoint (...)
  • 20 « La Vienne ». On peut l’entendre sur le 33 tours « Rue de la Mauvendière » de 1985, réédité sous f (...)

Léon Betoulle, maire socialiste19 de Limoges de 1912 à 1940 puis de 1947 à 1956 a lui aussi été l’objet de chansons fort peu flatteuses. On sait que l’une d’entre elle20 lui reprochant, sans le nommer, d’avoir quitté le quartier populaire des bords de Vienne pour se loger en des lieux plus huppés, lui était régulièrement infligée au moment du vin d’honneur lorsqu’il venait, chaque année, participer aux cérémonies d’ouverture de la Fête des Ponts. Elle se terminait en outre, ultime provocation, par un hommage vibrant à Louis Goujaud, candidat plus « à gauche », qui l’avait devancé en nombre de voix aux élections de 1912 et n’avait pourtant pas été élu, en vertu d’un accord antérieur.

C’est sur l’air de « Mont’ là-d’ssus et tu verras Montmartre », que m’a été chantée la charge suivante. Ce choix, associé à un texte particulièrement mordant, suggère à lui seul la prétention de Léon Betoulle en faisant implicitement allusion à son ascension sociale, doublée d’une élévation géographique puisque les beaux quartiers où il résidait se situent en haut de la ville. On remarque aussi que l’effet des mots « Oui c’est lui messieurs, avec sa mine de gueux » est drôle, sans doute parce qu’on ne s’attend pas à ce que le Maire soit traité de gueux, mais aussi peut-être parce qu’on a là une des rares assonances de cette petite diatribe. Les monosyllabes, percutants, semblent d’ailleurs particulièrement efficaces pour provoquer le rire.

Y a des gars à Limoges
Y a des gars à Limoges
C’est de vrais paltoquets
Et le jour que l’on vote
Ils sont fous comme des lapins

Ça y est Ça y est
C’est Léon qui va sauver le monde
Oui c’est lui Messieurs
Avec sa mine de gueux
Qu’est roi d’la Socia-a-le

On retrouve le même effet comique du monosyllabe final avec, sur l’air de « Lili Marlène », un couplet que des jeunes gens adressaient, en se rendant à leur travail, au soldat allemand de faction à la caserne Marceau, à Limoges, pendant l’Occupation :

Devant la caserne
Devant la caserne
Un soldat allemand
Qui montait la garde
Comme dans tous les régiments
Moi je lui dis « Pourquoi pleures-tu ? »
Il me répond « On est foutu
On a les Russes au cul »

‎6. « Devant la caserne », chanté par Marcel Ruffino.‎
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Fig. 2. Marcel Ruffino en 2011.

Fig. 2. Marcel Ruffino en 2011.

Le Limousin a été très marqué par la Résistance. Lors des enquêtes ethnographiques menées au cours des années 1980 et 90, le sujet revenait régulièrement dans les conversations. Même si les questions portaient sur musique et danse traditionnelles, il était rarement possible d’éviter ce passage obligé. La fierté d’un passé courageux et la fascination exercée par les maquis semblaient être le pendant positif de l’horreur associée au passage de la division Das Reich, coupable de multiples atrocités dont le massacre d’Oradour-sur-Glane est le plus connu.

  • 21 On la trouvera facilement sur Internet ainsi que sa source, « Reginella Campagnola » enregistrée pa (...)

Entre héroïsme et souffrance, on ne pressentait pas de place pour le rire. Ce fut donc une surprise de découvrir la chanson suivante. Le texte se moque des Allemands, qui ont bombardé sans la faire fléchir l’Angleterre en août et septembre 1940 et à qui on prédit qu’ils ne débarqueront jamais outre-Manche. La conclusion appelant les « tommies » à venir délivrer la France est peut-être postérieure, si la chanson date réellement de l’époque des bombardements de Londres ou des mois qui les ont suivis. L’air, lui, est emprunté à « Reginella » un succès de Tino Rossi très populaire dès 193921. Cette pièce, que j’avais recueillie en 1996, m’avait fort amusée, d’abord parce que la chanteuse en riait elle-même et que le rire est contagieux, ensuite, et surtout, à cause des onomatopées incongrues qui illustraient l’action, sur la deuxième partie de la mélodie qui en comporte trois.

  • 22 Cette déformation du nom propre d’un homme politique rappelle le « Kroutchochev » (Khrouchtchev) do (...)

Ce n’est que beaucoup plus tard, en découvrant l’interprétation de Tino Rossi que j’ai compris que l’auteur de la chanson s’était amusé à suivre pas à pas son modèle. Le début de sa version reproduit fidèlement l’original, et les paroles en sont d’abord exactement les mêmes. Puis c’est la rime suivante qui est gardée, le mot « bombardier » ayant été choisi pour rappeler « contrebandier ». Au retour de la première rime, ce sont les « jeunes crapules » qui évoquent la « mule » de l’original. Le plus surprenant vient ensuite : les « bruitages » cités ci-dessus se situent au moment où Tino Rossi ne chante pas mais imite les cris du jeune homme encourageant son animal. L’orchestre joue alors, seul, la mélodie qui est soulignée par des percussions suggérant et le pas de la mule et des claquements de fouet. Plus loin, ce sont les envolées lyriques que Pietro adresse à sa belle Réginella qui sont transposées en adresse d’abord à « Gorigne » (Goering) puis à « Gobellse » (Goebells). La troisième syllabe de ces noms propres déformés sonne de nos jours de manière caricaturale et particulièrement burlesque à nos oreilles. Mais en était-il réellement de même au début des années 40 ? Et la mauvaise rime de « fesses » avec « Gobellse », qui rajoute largement pour nous à la drôlerie de l’image, était-elle perçue de la même façon par l’auteur de la chanson et son auditoire22 ? Une nouvelle fois, on ne peut que constater que la transposition d’un élément culturel, ici une chanson, d’une société à une autre, en l’occurrence du milieu populaire des années 1940, rural et essentiellement oral, au nôtre, celui du début du XXIe siècle, peut parfois lui conférer de nouveaux aspects comiques, mais, à coup sûr, lui en fait perdre, puisque des allusions transparentes à l’origine ne le sont plus pour nous.

Lorsque descend le crépuscule

Reginella – Version de Tino Rossi (1939)

Chanson enregistrée en 1996

Lorsque descend le crépuscule
Pietro jeune contrebandier
Tirant derrière lui sa mule
Chante en montant dans les sentiers

Lorsque descend le crépuscule
Hitler avec ses bombardiers
Conduits par de jeunes crapules
Qui vous canardent sans pitié

(Hue ! Ya !)

Ron ron ron font les avions
Boum boum boum font les canons
Glou glou glou font les All’mands dans l’océan

O bella Reginella
Ce soir ma vilanella
Te dira cher amour
Jusqu’à l’aurore
Je t’adore
Bien plus encore
Et pour toujours

Ô ma douce compagne
Aux échos des montagnes
Je livre ma chanson
Pour que la brise
Te la redise
Qu’elle te grise
Dans un frisson

En Angle n’Angleterre
Ils n’auront pas ta terre
Malgré tous ces avions
Tous ces canons
Ces chars d’assaut
Et ces bateaux


Et toi mon vieux Gorigne
Tu peux venir sur l’île
Mon vieux pour l’Angleterre
Faut pas t’en faire
Tu ne touch’ras
Jamais sa terre

(Hue ! Ya !)

Apercevant les campanules
Grimpant le long d’un mur tout blanc
Pietro vient d’arrêter sa mule
Seul il avance tout tremblant

Quand ils s’embarquent sur leurs navires
Les Boches aux grosses têtes carrées
Se disent l’âme-t-en délire
On va tous(se) se faire noyer

Qui va piano piano piano piano
Qui va piano piano piano va sano
Qui va sano sano sano sano va lontano

Va va va dit le chef all’mand
Reste là dit le cœur prudent
Mian Mian mian font les poissons–t-en s’régalant

O bella Reginella
Entends ma vilanella
Reginella paraît
Son front rayonne
Son cœur frissonne
Et s’abandonne
A tout jamais

Ô ma douce compagne
Ma reine des montagnes
Laisse-moi cher amour
Jusqu’à l’aurore
Te dire encore
Que je t’adore
Et pour toujours

Et toi mon vieux Gobbel(se)
On te bott’ra les fesses
Quant à ce brav’ Musso
Hitler commenc’ à en avoir plein l’dos

(Sifflements)


Reste là mon amour
Pour toujours
Reginella

Hâtez vous les Tommies
De délivrer
Notre pays

‎7. « Lorsque descend le crépuscule », chanté par Ginette Paupy.‎
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

En arrivant au terme de cette étude, j’aimerais revenir au postulat d’Oscar Lacombe qui l’avait ouverte. Pour lui, le caractère dominant des chansons du pays était la satire. Les chansons moqueuses sont certes nombreuses en Limousin, cet article l’a sans doute suggéré, mais, au-delà de cette constatation, on peut se poser une question élargissant la perspective initiale : seraient-elles représentatives d’une forme d’humour particulier, typiquement local ?

  • 23 On doit à Claude Husson une synthèse intéressante sur le sujet (Husson 1987).

Lorsqu’on découvre la contrée – c’était mon cas au début des années 1980 – il est difficile de ne pas être surpris par l’autodénigrement que manifestent si souvent les Limousins et la piètre estime qu’ils semblent avoir de leur région, ceci ne les empêchant pas d’y être extrêmement attachés23. Cet autodénigrement va de pair avec une autodérision très fréquente et qui est peut-être en fait, ici, un des éléments du savoir-vivre local. Le succès récent des vêtements imprimés par la CRIL (Communauté Révolutionnaire Indépendantiste Limousine) pourrait en être un des signes actuels les plus visibles. Mais la moquerie de soi-même et celle de l’autre sont proches, la première pouvant introduire la seconde avec une feinte élégance, et il m’est très souvent arrivé d’entendre des propos tels que « Il est bien comme moi, celui-ci, pas des plus malins ».

  • 24 C’est Monique Sarrazy, retraitée dynamique, qui l’a entreprise.

La « niorle » (francisation de nhòrla, histoire drôle en occitan) a été, comme la chanson, un des éléments importants de la convivialité rurale, lors des veillées en famille, entre amis ou entre voisins, et lors des repas de fêtes. Mais si les chansons ont continué de vivre dans la société contemporaine, dans des contextes d’ateliers collectifs, de stages ou de spectacles, la pratique de la niorle a actuellement quasiment disparue. Celles de Lingamiau (Cholet 1932), rimées, ont pourtant été très populaires et on en a parfois enregistré de fort longues, mémorisées par des chanteurs au même titre que d’autres pièces de leur répertoire. Une étude24 est actuellement en cours sur ce sujet et il sera intéressant de savoir si, dans le corpus étudié, les moqueries à caractère politique ou sociétal tiennent une aussi grande place que dans les chansons.

  • 25 Sur un autre plan, non humoristique, « l’affaire de Tarnac », qui, depuis novembre 2008, a été ampl (...)

Par ailleurs, on peut penser que l’implantation à Saint-Just-le-Martel du Salon international de dessin de presse et d’humour n’est pas le fruit du hasard25. Là encore, c’est bien de moquerie politique qu’il s’agit. Le lauréat du « prix de l’humour vache » y reçoit, en guise de coupe, une vache limousine, cadeau aussi encombrant qu’éminemment emblématique de la région, importante terre d’élevage. Pour la 31e édition de ce festival unique en Europe, en 2012, c’est le dessinateur Aurel, collaborateur de plusieurs publications de gauche et d’extrême gauche, qui a été distingué. Aura-t-il perçu, derrière le blason vivant incarné par son paisible trophée, l’esprit limousin moqueur et acéré, cet autre « marqueur d’identité » pourtant si peu signalé jusqu’à présent, par les observateurs « endogènes » comme « exogènes » ? (Robert 1987 : 17).

Haut de page

Bibliographie

BÉRAT Frédéric, 1865, Musique des chansons de Béranger. Paris : Perrotin.

BROUSSE Vincent, 2003, « Les monuments aux morts de 14-18, enjeux politiques et mémoriels », BSLSAC (Bulletin de la Société des Lettres Sciences et Arts de la Corrèze), t. 106 : 123-142.

BROUSSE Vincent, 2006, « Une identité communiste limousine ? », in Jean Tricard, Philippe Grandcoin et Robert Chanaud, dir. : Le Limousin, pays et identités, Enquêtes d’histoire, de l’Antiquité au XXI  e siècle. Limoges : PULIM : 407-433.

BROUSSE Vincent, Dominique DANTHIEUX et Philippe GRANDCOING, 2005, Le printemps rouge de Limoges. Limoges : Culture et Patrimoine en Limousin.

BROUSSE Vincent et Philippe GRANDCOING, dir., 2005, Engagement(s), Résistance(s) et Mémoire(s) au XX e siècle en Limousin. Limoges : PULIM.

CÉLOR François, 1904, Chansons populaires et bourrées recueillies en Limousin. Brive : Imprimerie Roche (Extrait du Bulletin de la Société Scientifique Historique et Archéologique de la Corrèze).

CHATAIN Georges, 1995, « Éditorial », in Georges Chatain, dir. : Le Limousin. Terre sensible et rebelle. Paris : Autrement, Série France No 14.

CHEYRONNAUD Jacques, 1986, Mémoires en recueils. Montpellier : ODAC.

CHEYRONNAUD Jacques, 1997, Instructions pour un recueil général de poésies populaires de la France (1852-1857). Paris : Éditions du C.T.H.S.

CHÈZE Jean-Baptiste, Léon BRANCHET et Johannès PLANTADIS, 1995 [1905-1921], Chants et chansons populaires du Limousin. Tulle : Lemouzi (no 136 de la revue)

CHÈZE Jean-Baptiste, Léon BRANCHET et Johannès PLANTADIS, 1921, « Poésies populaires du Limousin », Lemouzi.

CHOLET Edouard

1932 [1880-1917] Lâ gnorlâ de Lingamiau. Limoges : Ducourtieux.

COIRAULT Patrice

2000 [± 1940] Répertoire des chansons françaises de tradition orale, II. La vie sociale et militaire. Paris : BNF.

CORBIN Alain, 1975, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle. 1845-1880. Paris : Marcel Rivière et Cie, 2 volumes. (Vol. 1 : La rigidité des structures économiques, sociales et mentales ; Vol 2. : La naissance d’une tradition de gauche).

DANTHIEUX Dominique, 2003, « Le département rouge. La formation d’une identité politique dans le département de la Haute-Vienne de la fin du 19e siècle aux années 1930 », Ruralia. <http://ruralia.revues.org/349>

DANTHIEUX Dominique, 2004, « Métayage et grande propriété foncière dans le département de la Haute-Vienne : entre utopie sociale et innovation agricole (fin 19e-début 20e siècle) », Ruralia. <http://ruralia.revues.org/965>

DANTHIEUX Dominique, 2005, « Le communisme rural en Limousin : de l’héritage protestataire à la résistance sociale (de la fin du 19e siècle aux années 1960) », Ruralia, N° 16/17. <http://ruralia.revues.org/1077>

DANTHIEUX Dominique, 2012, « Le communisme dans la Haute-Vienne dans l’entre-deux-guerres », Archives en Limousin. <http://ael.celeonet.fr/ael/content/view/86/35/2012>

DELPASTRE Marcelle, 1988, Contes populaires du Limousin. Los Contes dau Pueg Gerjan. Tulle : Lemouzi (No 106 bis de la revue)

DELPASTRE Marcelle, 2000 [1965-1969] Le Bourgeois et le Paysan. Les contes du feu. Paris : Payot.

ETAY Françoise, 2001, « À la recherche des chansons perdues. Un précurseur corrézien : Oscar Lacombe », Revue des Lettres Sciences et Arts de la Corrèze : 57-67.

ETAY Françoise, 2009, « Las chançons del temps de mon grand-paire – Les chansons du temps de mon grand-père », in Luc Charles-Dominique et Yves Defrance, dir. : Ethnomusicologie de la France, De l’«ancienne civilisation paysanne» à la globalisation. Paris : L’Harmattan : 221-234.

HONEGGER Marc, dir., 1985 [1976], Sciences de la musique. Paris : Bordas

HUSSON Claude, 1987, « Le regard de l’autre », Image régionale et identité culturelle, Ethnologia Nos 41-44 : 41-105.

LACOMBE Oscar, 1853, Contributions sélectionnées pour la Corrèze, in Poésies populaires de la France recueillies par les soins du Comité des travaux historiques. Paris : Manuscrits NAF 3343, Bibliothèque Nationale.

LACOMBE Oscar et Gustave CLÉMENT-SIMON

1896 [± 1856] « Chants et chansons populaires de la Corrèze », Bulletin de la Société des Lettres Sciences et Arts de la Corrèze, Tome XVIII, Tulle : 538-574.

LAFORTE Conrad, 1995, La chanson de tradition orale. Une découverte des écrivains du XIXème siècle (en France et au Québec). Montréal : Éditions Triptyque.

LE BRAS Hervé et Emmanuel TODD, 2012 [1981], L’invention de la France. Atlas anthropologique et politique, Nouvelle édition. Paris : Gallimard.

MELHAU Jan dau, 1986, Permenada au país de las cronicas. Meuzac : Lo chamin de Sent Jaume.

MELHAU Jan dau, 1988, Lavertujon en chançon. Meuzac : Lo chamin de Sent Jaume.

MELHAU Jan dau, 1991, Las chançons dau Pair l’Ombrela, Jòrgi Montazeu. Meuzac : Lo chamin de Sent Jaume.

MONÉDIAIRE Gérard, 1985, « Intersection politique d’espaces : le communisme rural en Limousin », Approches anthropologiques des espaces, Ethnologia 33-36 : 77-102.

ROBERT Maurice, 1987, « Identité et identités : comment peut-on être Limousin ? », Image régionale et identité culturelle, Ethnologia 41-44 : 13-23.

PÉROUAS Louis, 1985, Refus d’une religion, religion d’un refus en Limousin rural 1880-1940. Paris : École des Hautes Études en Sciences Sociales.

TODD Emmanuel, 1983, La troisième planète. Structures familiales et systèmes idéologiques, Paris : Seuil.

VALLIN Pierre, 1985, Paysans rouges du Limousin. Paris : L’Harmattan.

VALLIN Pierre, 2006, « L’identité limousine revisitée », in Jean Tricard, Philippe Grandcoin et Robert Chanaud, dir. : Le Limousin, pays et identités, Enquêtes d’histoire, de l’Antiquité au XXI  e siècle. Limoges : PULIM : 105-114.

Origine des enregistrements

« Le curé de chez nous »
Chanté par Pierre Mondoly à La Celle (19), le 14 mars 1993
Enregistrement : Françoise Étay, avec Paul Gerbaud
Références : Coirault « Le curé aux noisettes » 9202.
Laforte « La soutane du curé » II O-02

« Jan Piere mon amic, Traina malur chaça profit »
Chanté par M. Meynard à Ligneyrac (19) le 11 mai 2004
Enregistrement : Pascal Boudy
Transcription en occitan : Jean-François Vignaud
Références : Coirault « Vêpres des Huguenots » 11305
Laforte « Le mariage du fils, Royal David » III D-04

« L’autre jorn que fasia chalor »
Chanté par Léon Peyrat à Saint-Salvadour (19) le janvier 1988
Enregistrement : Françoise Etay, avec Jan dau Melhau
Transcription en occitan : Jan dau Melhau – Roland Berland – Jean-François Vignaud
Référence : Coirault « Le bouvier qui refuse d’indiquer son chemin au monsieur » 6203

« Sans nous faire de bile, pauvres députés »
Chanté par Mme Bonnat au Palais-sur-Vienne (87) le 20 février 1985
Enregistrement : Françoise Etay

« Y a des gars à Limoges »
Chanté par Jacques Vennat à Limoges (87) le 18 novembre 1987
Enregistrement : Françoise Etay

« Devant la caserne »
Chanté par Marcel Ruffino à Limoges (87) le 12 septembre 2011
Enregistrement : Françoise Etay

« Lorsque descend le crépuscule »
Chanté par Ginette Paupy à Vallière (23) le 18 avril 1996
Enregistrement : Françoise Etay, avec Roland Faufingue et André Bareaud

Haut de page

Document annexe

  • ‎5. « Y a des gars à Limoges », chanté par Jacques Vennat.‎
Haut de page

Notes

1 Quelques années après ces premières collectes corréziennes, le Félibrige était créé, le 21 mai 1854, à Font-Ségugne, par sept écrivains provençaux, dont Frédéric Mistral (1830-1914). Il faudra attendre encore trente-huit ans pour que, le 21 mai 1892, sept membres fondateurs regroupés autour de la personnalité de Joseph Roux (1834-1905) demandent la création d’une École Limousine Félibréenne.

2 Elle n’a pas été retenue dans la réédition suivante (Chèze, Branchet et Plantadis 1995).

3 La chanson ne figure pas dans le catalogue du Québécois Conrad Laforte.

4 C’est, à ma connaissance, et malgré tout ce qui a pu être écrit sur la postérité populaire occitane de la lyrique des troubadours, le seul exemple de proximité entre ces deux mondes si éloignés. Ici, en l’occurrence, on retrouve le thème de « la pastorela » (la pastourelle)… qui, elle, peut se conclure à l’avantage du seigneur !

5 Pascal Boudy. Octobre 2010.

6 Ces paroles relèvent, à mon sens, de la même famille humoristique qu’un certain nombre de petits couplets, souvent chansons à danser, plus pornographiques que grivois. Ecrits, ils semblent d’une grossièreté navrante, mais entendus directement, ils font rire, car il devient alors évident qu’ils sont à prendre au second degré. C’est l’aspect provocateur et inattendu de ce qui est dit qui est drôle.

7 Avec, au premier rang, Pierre Vallin (Vallin 1985, 2006) puis Vincent Brousse (2003, 2006), Dominique Danthieux (2003, 2004, 2005, 2012) et Philippe Grandcoing (Brousse, Danthieux et Grandcoing 2005 ; Brousse et Grandcoing 2005).

8 Seule une autre région en France ressortirait de cette même catégorie, le pourtour méditerranéen, à partir du nord de la Catalogne jusqu’à l’Italie où la bande (rouge sur la carte colorée de l’auteur !) s’élargit pour occuper une vaste zone de la péninsule, avant de progresser encore pour occuper entièrement Yougoslavie, Hongrie, Albanie, Bulgarie et URSS. (Todd 1983 : carte non paginée ajoutée à la 3e de couverture)

9 Les collectes sonores sont encore pour la plupart inédites.

10 Ne seront donc pas retenues ici les innombrables chansons qui se moquent des habitants de tel ou tel village, ou de filles aux mœurs supposées légères.

11 Un timbre est un air préexistant aux paroles qui lui sont adaptées pour constituer une nouvelle chanson (Honegger 1985 : 1016)

12 … et ce, contrairement à ce qu’imagine Jan dau Melhau : « … Et Monsieur Montazaud, à l’instant, sur l’air qui par hasard à ce moment-là lui courait dans la tête, emmanchait de mots un couplet ou dix… » (Melhau 1991 : 1).

13 La référence aux chansons de Béranger (1780-1857), fin du XIXe et début du XXe siècle, est très fréquente, comme si cette figure ancienne (son célèbre Roi d’Yvetot date de 1813), si populaire de son vivant, était perçue comme emblématique des idées de la IIIe République. Citons par exemple ici, en accord avec le thème de l’article, la « Lettre de condoléance à Bismarck » sur le timbre « Béranger à l’académie » (Melhau 1991 : 21-23) ou « Le député caméléon » sur « Le carillonneur » (Melhau 1988 : 5 et 16).

14 Le corpus de chansons d’Antoine Paucard (1886-1980) dont j’ai pu disposer grâce aux transcriptions manuscrites réalisées par Jan dau Melhau à partir des carnets de l’auteur se compose de 143 pièces. D’autres chansons ont été recueillies oralement dans la région de Saint-Salvadour. J’ai fait allusion à ce personnage hors du commun dans un précédent article (Etay 2009).

15 Ces chansons, véhiculées et remaniées par tradition orale tout au long du XXe siècle apportent un démenti radical, me semble-t-il, aux folkloristes pour qui la « culture traditionnelle » s’est arrêtée avec la guerre de 14-18, voire encore plus tôt.

16 Merci à Isabelle Merle, puis à Catherine Perrier, qui m’ont mise sur la voie.

17 Par Raphaël Garcia, en 1984.

18 On m’a remis par ailleurs une cassette, datant des années 1980 également, sur laquelle un grand-père chante une autre version, très différente, brocardant ce même « scandale ».

19 Léon Betoulle avait d’abord été membre de la SFIO puis, exclu de cette formation, il avait rejoint le Parti socialiste démocratique, structure d’accueil des socialistes compromis sous le régime de Vichy.

20 « La Vienne ». On peut l’entendre sur le 33 tours « Rue de la Mauvendière » de 1985, réédité sous forme de CD en 2005.

21 On la trouvera facilement sur Internet ainsi que sa source, « Reginella Campagnola » enregistrée par Carlo Buti en 1939 également.

22 Cette déformation du nom propre d’un homme politique rappelle le « Kroutchochev » (Khrouchtchev) dont se moque Antoine Paucard, en 1960 dans une de ses chansons. Il joue, en occitan, sur le nom du chef d’état en proclamant que lui, les croûtes sèches, il les préfère avec du lard.

23 On doit à Claude Husson une synthèse intéressante sur le sujet (Husson 1987).

24 C’est Monique Sarrazy, retraitée dynamique, qui l’a entreprise.

25 Sur un autre plan, non humoristique, « l’affaire de Tarnac », qui, depuis novembre 2008, a été amplement médiatisée, montre elle aussi, au-delà des falsifications policières, que la tradition rebelle de la région perdure actuellement sous d’autres formes, souvent portées, paradoxalement, par des nouveaux venus en Limousin. L’épicerie de Tarnac est l’une des expériences de production et de modes de vie alternatifs qui ont cours en Limousin, particulièrement sur le Plateau de Millevaches, depuis plus d’une vingtaine d’années.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Léon Peyrat en 1982.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 2. Marcel Ruffino en 2011.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Etay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 155-174.

Référence électronique

Françoise Etay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2042

Haut de page

Auteur

Françoise Etay

Françoise ÉTAY est professeur responsable du département de musique traditionnelle du Conservatoire à Rayonnement Régional de Limoges. Elle a mené de nombreuses enquêtes et collectes en Limousin et dans les régions voisines. Depuis quelques années, ses travaux ont porté principalement sur les pratiques de danse et de chant. Parallèlement à ses activités pédagogiques et ethnomusicologiques, elle est musicienne et danseuse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page