Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Ingemar Grandin. Music and Media in Local Life. Music Practice in a Newar Neighbourhood in Nepal

Linköping : Linköping Studies in Arts and Sciences 41, 1989. xx, 233 p., ill., complété d’un glossaire de termes nepali et newar, livré séparément
David N. Gellner
Traduction de Isabelle Schulte-Tenckhoff
p. 289-291
Référence(s) :

Ingemar Grandin. Music and Media in Local Life. Music Practice in a Newar Neighbourhood in Nepal. Linköping : Linköping Studies in Arts and Sciences 41, 1989. xx, 233 p., ill., complété d’un glossaire de termes nepali et newar, livré séparément.

Texte intégral

1Pour l’anthropologue ordinaire sans formation musicale, comme l’auteur de ces lignes, les ethnomusicologues semblent s’intéresser davantage au côté « musico- » qu’« ethno- » de leur aire de spécialisation. Leurs publications font état d’une maîtrise impressionnante des techniques de jeu, ou du moins de la technologie de l’enregistrement sur le papier. Mais la place de la musique dans la vie des musiciens n’est pas, ou que rarement, leur objet d’étude. Nul doute que les ethnomusicologues pourraient contribuer de manière significative aux débats des anthropologues préoccupés par les interdépendances entre les aspects mineurs de la culture, le système de parenté et l’organisation sociale ; mais peu d’entre eux semblent prêts à en faire l’essai.

2Sous un de ses aspects importants, l’ouvrage d’Ingemar Grandin se distancie de ce schéma et devient fort pertinent du point de vue anthropologique. En un seul volume, il décrit tous les types de musique interprétés et écoutés par les Néwar de la vallée de Kathmandou, au Népal. Adoptant ce qu’il appelle une approche « positive » et refusant de privilégier exclusivement soit la musique traditionnelle, soit la musique moderne, Grandin aborde chaque type de musique qu’il a rencontré dans une localité de la ville néwar de Kirtipur. C’est un véritable exploit, si l’on songe à l’importance énorme de la musique dans la vie des Néwar, à l’extraordinaire diversité des musiques qu’ils pratiquent, ainsi qu’à la complexité des changements allant de pair avec une influence indienne croissante et l’introduction des médias modernes, en particulier la radio.

3Une autre qualité du livre de Grandin est qu’il est écrit dans un langage courant, qu’il recourt fréquemment à la première personne et, surtout, qu’il fournit de nombreuses citations d’informateurs. On trouve ce mode d’écriture notamment dans le long chapitre d’introduction, ce qui restitue donc bien l’« ambiance » des fêtes newar et d’autres événements musicaux. Bien que la déclaration de l’auteur selon laquelle « les guillemets n’indiquent pas des citations mot pour mot » (p. xv) suscite quelques craintes, les opinions citées sonnent toujours juste, du moins pour l’auteur de ces lignes. Heureusement, Grandin ne cède pas trop facilement à son enthousiasme pour la réflexivité moderne, et le reste de l’ouvrage contient un aperçu systématique et hautement informatif de toutes les musiques concernées, allant de la musique de film à la musique de la « haute culture » (śâstriya) moderne, en passant par la musique des fanfares (ben bâjâ) fort appréciées aujourd’hui pour animer les noces.

4Néanmoins, il me semble que Grandin est allé un peu trop loin dans sa volonté de laisser de côté les aspects traditionnels. Il ne semble pas du tout s’être intéressé à la différence entre les castes néwar, où la musique joue un rôle crucial. Il aborde plutôt la société néwar comme un tout homogène, d’où la valeur de son traitement détaillé et subtil de l’identité ethnique newar, c’est-à-dire des relations que les Néwar entretiennent avec d’autres ethnies et les perceptions qu’ils ont de ces dernières, ainsi que la place de la musique dans tout cela. Mais on n’en sait pas plus sur l’ordre traditionnel – et notamment interne – de la société néwar. Si celui-ci est actuellement soumis à d’importants changements, il n’en est pas pour autant moribond, et les musiques traditionnelles, comme les chants associés au bouddhisme tantrique, sont plus vivaces que Grandin ne le laisse supposer. De même, on en apprend beaucoup sur la popularité des chansons centrées sur les problèmes sociaux et la protestation politique ; mais Grandin ne se pose pas la question de savoir si la prépondérance de ce type de chansons est liée ou non à l’histoire même de Kirtipur et de son opposition au gouvernement. On découvre en passant qu’il y avait trois factions dans « le voisinage », mais on ne sait pas si ces factions jouaient un rôle dans le recrutement pour l’une ou l’autre activité musicale. L’auteur mentionne le fait crucial que la pratique musicale en public est presque entièrement une affaire d’hommes, mais il ne s’interroge pas sur les conséquences que cela peut avoir sur les relations entre les sexes chez les Néwar.

5En bref, Grandin a fait l’effort de produire un ouvrage de synthèse impressionnant et très lisible, qui mériterait d’ailleurs d’être assorti d’un index. Il nous fait entendre la voix de nombreux Népalais, ce qui est intéressant en soi et attendu depuis longtemps. Mais certains aspects importants de la musique néwar lui ont échappé, car il a surtout parlé aux jeunes gens, et ce en népali et non en néwari, et il s’est montré négligent à l’égard des problèmes qui dominent actuellement l’anthropologie, notamment ceux de la hiérarchie, de la religion, de la politique et de la position des femmes. Néanmoins, Music and the Media in Local Life constituera un ouvrage de référence essentiel à qui s’intéresse à la musique népalaise en général, car de nombreux processus de changement décrits par Grandin se produisent simultanément et de manière semblable dans tout le pays. J’espère qu’Ingemar Grandin continuera à étudier la place de la musique chez les Néwar, en se tournant notamment vers les aspects qu’il a seulement effleurés dans l’ouvrage en question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David N. Gellner, « Ingemar Grandin. Music and Media in Local Life. Music Practice in a Newar Neighbourhood in Nepal », Cahiers d’ethnomusicologie, 5 | 1992, 289-291.

Référence électronique

David N. Gellner, « Ingemar Grandin. Music and Media in Local Life. Music Practice in a Newar Neighbourhood in Nepal », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 5 | 1992, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2456

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page