Navigation – Plan du site
Dossier : Le goût musical

Avant-propos : le goût musical dans la tradition orale

Nathalie Fernando et Dana Rappoport
p. 11-21

Texte intégral

Le goût est ce sens même qui connaît et pratique des appréhensions multiples et successives : des entrées, des retours, des chevauchements, tout un contrepoint de la sensation.
Roland Barthes

Le goût naturel n’est pas une connaissance de théorie, c’est une application prompte et exquise des règles mêmes que l’on ne connaît pas.
Montesquieu

1Dans ce numéro des Cahiers, nous abordons la question du goût musical non pas sous l’angle philosophique, ni sous l’angle sociologique, mais d’un point de vue spécifiquement ethnomusicologique. Il s’agit de montrer comment des musiciens de sociétés différentes expriment leurs jugements de goût sur la musique qu’ils pratiquent. On a cherché à expliciter les valeurs manifestées par ces jugements, non en fonction de la classe sociale à laquelle ces musiciens appartiennent mais en fonction de différents champs d’expérience. Cette approche constitue le premier jalon d’une réflexion sur la diversité et l’universalité des jugements esthétiques.

Les critères d’appréciation des musiques du monde

  • 1 Le projet a été initié par Jean-Jacques Nattiez et Nathalie Fernando de l’Université de Montréal. I (...)

2L’aventure qui a abouti à la publication de cet ouvrage a commencé à Paris en 2008, lors de la réunion de quelques ethnomusicologues et musicologues, autour du sémiologue Jean Molino. Dans le contexte de la « crise de l’art » si souvent invoquée en Occident (Michaud 2011), il s’agissait d’envisager le champ de l’esthétique d’un point de vue largement ignoré par les sociologues de l’art, celui de l’ethnomusicologie. En effet, si l’anthropologie de l’art a depuis longtemps débattu de la question de l’esthétique, notamment en ce qui concerne l’anthropologie de l’objet (Gell 1998, Schaeffer 2004), la musicologie n’a jamais pensé le « beau musical » dans un cadre élargi aux musiques de tradition orale. Il fut donc décidé de lancer un programme de recherche à l’Université de Montréal intitulé « Les critères du beau dans les musiques du monde »1. L’objectif était d’effectuer des enquêtes de terrain dans différentes sociétés sur le lexique utilisé par les musiciens et les dépositaires de la tradition pour analyser leur manière d’apprécier la musique, ainsi que d’évaluer les formes et les techniques de jeu en relation avec le contexte et les formes de pensée locales. Le but était d’établir des typologies permettant de comparer les critères d’appréciation propres à des sociétés parfois très éloignées les unes des autres.

3Bien que le mot et le concept d’« esthétique » n’existent pas dans la plupart des sociétés dans lesquelles les ethnomusicologues travaillent, nous avons fait l’hypothèse que cette notion était pourtant tout aussi pertinente dans les musiques de tradition orale que dans celles de tradition écrite. Dans les premières, il existe une conception du « bien chanter », du « bien jouer » qui sous-tend les divers savoir-faire musicaux, ainsi qu’un vocabulaire particulièrement riche relevant du jugement de goût.

4Toutefois, les critères du « beau » dans les musiques de tradition orale sont rarement formulés de manière explicite par les musiciens. Il a donc fallu les faire surgir par des moyens indirects afin de les analyser tout en les corrélant à la matière musicale avant de déterminer la façon dont ils sont pensés par ces sociétés.

De l’esthétique à l’appréciation musicale

5Nous avons décidé dans un premier temps de renoncer à l’utilisation du terme « esthétique », au moins provisoirement, à cause des problèmes posés par sa définition, définition qui n’aurait pu faire l’objet d’un consensus au sein de notre groupe de travail. Comme le dit Jean-Marie Schaeffer :

Le terme esthétique mobilise en général chez chacun de nous des prototypes mentaux très spécifiques. Ces prototypes sont sélectifs selon – dans le désordre – notre histoire personnelle, notre niveau de scolarisation, la culture à laquelle nous appartenons, le moment de la journée, notre classe d’âge, nos autres occupations ou soucis, notre milieu social, notre état de santé physique ou mentale, et ainsi de suite. Aussi est-il difficile de partir d’une compréhension partagée du terme (Schaeffer 2000 : 13).

6De son côté, Jean Molino témoigne aussi de l’embarras qui saisit quiconque entreprend de donner une définition de l’esthétique :

  • 2 Issue d’un ouvrage à paraître, la citation a été extraite du texte original de l’auteur.

(…) les difficultés commencent dès que l’on se demande quel est son objet : s’intéresse-t-il avant tout à la création artistique, aux qualités particulières possédées par certains êtres ou aux événements ou aux réactions d’un sujet devant ces mêmes réalités ? (Molino 2015 : 1)2.

7Or, il s’agissait pour notre équipe d’embrasser tous ces aspects à la fois sachant, en vertu d’une approche tripartite désormais bien connue (Nattiez 1987), que la musique est à la fois fabriquée et/ou jouée par des musiciens, perçue et/ou écoutée par un auditoire partageant des valeurs esthétiques, qui peuvent être dévoilées, dans le cadre d’une analyse musicologique, par les manières d’apprécier la musique. Nous nous sommes donc proposé de substituer à la notion d’« esthétique » celle d’appréciation de la musique. Mais comment et pourquoi penser l’appréciation de la musique ? Pour y répondre, il est utile de rappeler comment celle-ci a été pensée en Occident.

  • 3 Berthet 2006, Jimenez 1997, Rancière 2000, Schaeffer 1992, pour n’en citer que quelques-uns.

8Au cours des siècles derniers, l’esthétique a été définie soit dans le cadre de la science de la perception, soit dans celui de la philosophie de l’art. Le terme est utilisé pour la première fois en 1735 par le philosophe Baumgarten, pour qui il s’agissait de définir ainsi la science des sens, l’esthétique étant considérée comme « science du mode sensible de la connaissance d’un objet » (Baumgarten : Méditations, 1735). Dans la Critique de la faculté de juger (1790), Kant montre au contraire que le jugement de goût n’est pas un jugement de connaissance, car il est issu d’un plaisir qui ne nous révèle pas les propriétés de l’objet, et ne peut donc rester que subjectif. Le concept d’« esthétique » connaîtra un élargissement avec Hegel, qui en fait une philosophie générale des arts. « L’esthétique a pour objet le vaste empire du beau… et pour employer l’expression qui convient mieux à cette science, c’est la philosophie de l’art, ou plus précisément la philosophie des beaux-arts » (Hegel : Cours d’esthétique, 1818-1830). La génération la plus récente des théoriciens de l’art a produit plusieurs ouvrages importants sur la question3. On notera que les études occidentales portant sur l’esthétique ont toujours davantage intéressé les passionnés d’art plastique, des formes concrètes et préhensibles par le regard.

  • 4 La liste est loin d’être exhaustive, notre propos n’étant pas ici de faire une synthèse des données (...)

9La musique, et a fortiori la musique de tradition orale, est un objet resté un peu en marge des études d’esthétique même si, dès le XVIIIe siècle, des traités, des essais et des études descriptives relatives à l’observation des qualités musicales voient le jour (Rameau 1722, Chabanon 1779). L’influence de certains de ces écrits particulièrement formalistes (Hanslick 1854), perdure jusqu’à nos jours en prenant parfois comme angle d’attaque un paradigme exclusif, tel celui de l’histoire (Dahlhaus 1970)4. L’esthétique musicale continue à être au cœur de la réflexion des musicologues, ainsi qu’en témoignent plusieurs ouvrages tels Perspectives de l’esthétique musicale (Arbo ed. 2007) ou encore Éléments d’esthétique (Accaoui ed. 2011).

10Dans la vie musicale classique occidentale, les propos sur les valeurs esthétiques se déclinent à l’infini. Les compositeurs, les artistes, les interprètes et le public, averti ou non, discutent du beau musical, le plus souvent en référence à une expérience et à une culture personnelle ; l’appréciation de la musique classique occidentale fait donc l’objet de partage.

11En revanche, s’agissant des musiques de tradition orale, rares sont les études systématiques ou comparatives sur la conception vernaculaire du « bien réaliser », sur les critères de facture et sur le métalangage de l’expérience esthétique. Les ethnomusicologues ont plus souvent concentré leur attention sur les contextes, les modes de performance ou les propriétés formelles de la musique que sur ses modalités d’appréciation. Or, les typologies de l’appréciation musicale devraient permettre de saisir au mieux ce que, culturellement, nombre de traditions musicales dans le monde ont développé comme concepts relatifs à cette expérience et la façon dont elles l’expriment à travers leurs savoir-faire respectifs. Nous nous sommes donc attachés à dégager les manières de qualifier le savoir-faire musical pour inférer des valeurs associées.

De Jean Molino à Jean-Marie Schaeffer

  • 5 Cet article a été repris dans Molino 2009.
  • 6 On lira également avec profit les autres textes de Molino dont la plupart ont été publiés dans Le S (...)

12L’article du sémiologue Jean Molino, intitulé « Du plaisir au jugement : le problème de l’évaluation esthétique » (1990) nous a servi de point de départ5. Il pose les bases de l’analyse du jugement de goût en interrogeant le fondement anthropologique de l’expérience esthétique qu’il ancre dans l’expérience sensible. Les êtres vivants perçoivent les formes, les valeurs, les hauteurs et les rythmes qui, à l’instar de la lumière, ont le pouvoir d’agir sur nos affects. Jean Molino insiste sur la dualité de la perception esthétique qui relève indissolublement de l’ordre biologique et de l’ordre culturel, chaque société définissant implicitement ses propres codes pour apprécier les musiques. La question est de savoir lesquels. Dans cet article, il s’interroge sur le fonctionnement du jugement de goût en proposant les sept ordres qui le déterminent (raisons affectives, cognitives, morales, génétiques, techniques, historiques, objectives). Il reprend les critères des canons généraux de la beauté propres à l’histoire de l’art occidental, rappelant les trois conditions de la beauté platonicienne et néo-platonicienne : l’entièreté ou intégrité (integritas sive perfectio), l’harmonie (harmonia) ou l’accord dans la proportion des parties entre elles et avec le tout, et l’éclat (claritas) qui correspond au plaisir procuré par les qualités sensibles de ce qui dans l’objet retient le regard. Mille ans plus tard, au XXe siècle, l’esthéticien Beardsley (1981) définit à son tour la beauté par la réunion de l’unité, de la complexité et de l’intensité. Selon Molino (2009 : 356), cette continuité n’est pas due au hasard : toute recherche portant sur les propriétés de l’objet considéré comme beau part de l’étude des relations entre éléments, totalité et qualités6.

13Dépassant la conception de l’esthétique encore ancrée dans l’idée du beau chez Molino, le philosophe Jean-Marie Schaeffer apporte un regard nouveau sur la question, non plus celui du sémiologue, mais celui du philosophe, grâce à une analyse critique de la notion d’esthétique. Rejetant les doctrines philosophiques du XVIIIe siècle, il montre que la dimension esthétique ne consiste pas en des propriétés objectales (esthétiques ou artistiques) mais en une attitude mentale spécifique face au réel. Il plaide ainsi pour une dissociation entre la problématique esthétique et la problématique artistique et propose une analyse des faits esthétiques qui ne soit plus centrée sur la notion d’objet mais sur celle de relation esthétique qui est l’équivalent de l’appréciation. L’activité esthétique est selon lui une activité de discrimination, de discernement. « Pour qu’on puisse parler d’une conduite esthétique, il faut que le (dé)plaisir soit le régulateur de l’activité de discernement et il faut que la source de la (dis)satisfaction soit cette même activité de discernement » (Schaeffer 2004 : 38). Pour Schaeffer, c’est vers l’anthropologie sociale et les sciences cognitives qu’il faut se tourner pour une meilleure compréhension du fait esthétique.

Vocabulaire des catégories du jugement de goût

14Les syntagmes « goût musical », « appréciation musicale », « critères du beau musical », « jugement de goût », « jugement esthétique » sont souvent employés indifféremment, or ils n’ont pas la même signification. Outre la notion d’esthétique, nous avons également rejeté celle du « beau » pour dépasser l’opposition éculée entre le « beau » et le « laid », l’enquête de terrain devant nous fournir les catégories de compréhension de l’appréciation musicale à partir de l’examen du vocabulaire des musiciens. Il s’agit donc à la fois de rendre compte des goûts mais aussi des manières d’apprécier, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. On entendra par « goût » une perception immédiate issue de la sensation, et par « appréciation », la verbalisation, l’explicitation de cette sensation. Dès lors qu’il y a verbalisation, on peut déjà voir dans l’« appréciation » une forme de « jugement de goût », lequel ne porte donc pas sur la musique mais sur l’appréhension de celle-ci par l’auditeur.

15Le jugement de goût suppose selon nous une série d’actions : goûter, apprécier, juger. La première correspond à la sensation immédiate causée par les formes sonores qui peuvent provoquer du plaisir ou du déplaisir. L’appréciation s’exprime à partir de ces sensations : elle est déjà une forme de distanciation par la verbalisation du goût. Le jugement, quant à lui, fait intervenir dans le processus d’élaboration de l’appréciation des normes d’évaluation techniques, émotionnelles, littéraires… Selon Jean-Marie Schaeffer, une même expérience attentionnelle peut donner lieu à plusieurs types de jugement différents dans l’évaluation des œuvres : si cette expérience est évaluée par rapport à son indice de (dé)plaisir intrinsèque, le jugement est dit « esthétique » au sens strict ; si elle sert à mesurer la conformité ou l’absence de conformité à un modèle posé en amont, on se trouve dans le cas d’un jugement « téléologique » ; si cette conformité est posée comme désirable et si ce caractère désirable est objectivé sous forme de prédicat de valeur, on se trouve dans le cas d’un jugement « normatif » (Schaeffer 2000 : 69).

Critères et valeurs

16Malgré la très grande diversité des sociétés étudiées, les chercheurs participant au projet ont posé la même question partout : quels sont les critères du bien chanter, du bien danser, du bien jouer ? Chacun a mis au point des méthodes particulières permettant aux personnes interrogées de verbaliser des jugements de goût. Chacun a trouvé des voies d’accès différentes, par-delà le beau ou le laid, pour dégager des valeurs normatives.

17L’observation des manières de vivre le plaisir musical a permis de mettre en évidence des critères d’appréciation à partir desquels on a dégagé des valeurs puis des catégories encore plus générales dans lesquelles ces valeurs partagent un certain air de famille, suivant en cela la méthode proposée par la sociologue de l’art Nathalie Heinich. Pour cette dernière, la question de la valeur est centrale en matière d’esthétique : il n’existe pas, en effet, de rapport esthétique au monde qui ne pose la question de la valeur, qu’il s’agisse de « la » valeur de la musique considérée, ou « des » valeurs du sujet qui le considère (Heinich 2012, Heinich et al. 2014).

Effets d’échelle

18L’ensemble du dossier présente différentes ethnographies portant sur la question du jugement de goût. Ces dernières ne sont pas homogènes car les objets et les modalités d’approche sont variables, même si, à chaque fois, il s’est agi de recueillir la ou les manière(s) d’apprécier la musique. En plus du groupe de travail de Montréal constitué en 2011, d’autres auteurs ont été invités à contribuer à ce numéro qui poursuit la réflexion entamée il y a plus de vingt ans dans le numéro 7 des Cahiers de musiques traditionnelles (1994) déjà consacré à l’esthétique. L’approche dans les deux numéros diffère par la nature des sources : ici, les ethnomusicologues ont étudié le goût à partir du langage des musiciens eux-mêmes.

19Ce volume n’est en aucun cas représentatif d’une quelconque totalité, parce que sur les onze études de cas, trois continents seulement sont concernés. Six articles concernent l’Asie (Karakalpakstan, Chine, Inde, Indonésie), trois l’Europe (France, Italie, Roumanie), et deux l’Afrique (Éthiopie, Afrique du Sud), l’un d’entre eux esquisse une comparaison entre l’Indonésie et l’Amérique du Sud (Pérou/Java). De plus, les études proposées ont été menées selon des échelles très différentes : Jean During et François Picard abordent le sujet à partir d’ensembles très larges (la Chine, l’ancien monde musulman), tandis que Filippo Bonini Baraldi, Dana Rappoport, Christine Guillebaud et Marc Chemillier étudient des unités restreintes (un seul village pour les Tsiganes, deux villages pour les Lamaholot, trois chanteuses-danseuses au Kerala, un seul musicien de jazz pour la France). Dans la plupart des cas, les études portent sur des musiques vivantes, dans d’autres, sur des musiques disparues (Gervasi) ou patrimonialisées (Léotar). Les sociétés observées sont elles aussi hétérogènes.

20A ce propos, il convient de noter que le jugement de goût a rarement été étudié dans des sociétés rurales, mais plutôt dans des sociétés urbanisées, ce qui modifie l’approche employée.

21Enfin, le cadre dans lequel les différentes études se déploient diffère souvent du tout au tout d’un article à l’autre : ainsi, les jurys de concours de choristes dans la métropole du Cap en Afrique du Sud (Martin) sont bien éloignés des groupes de discussion Facebook consacrés aux musiques évangéliques d’Éthiopie (Ferran).

Onze études de cas en regard

22Filippo Bonini Baraldi montre comment, chez les Tsiganes de Transylvanie, la « douceur » (dulceaţă) est la valeur la plus importante pour juger de la qualité esthétique de la musique. Elle renvoie à une élaboration complexe de la mélodie qui vise à la « rendre vivante ». La musique est alors perçue comme un « être intentionnel » ayant le pouvoir d’agir sur les émotions des auditeurs.

23Chez les bardes karakalpak d’Asie centrale, Frédéric Léotar analyse les critères d’évaluation des épopées chantées par les tenants de la tradition. À partir de termes collectés lors d’entretiens, de concours de musique et dans les salles de cours, il examine les modalités par lesquelles les bardes formulent leurs jugements de goût et met en lumière la variabilité sémantique d’un musicien à l’autre. Même si la verbalisation des sentiments exprimés en musique connaît ses limites et ses difficultés, l’analyse permet de faire émerger des valeurs parmi lesquelles le sentiment de cohésion induit par le barde, qui est fondamental à sa prestation.

24En France, Marc Chemillier et Jérôme Nika s’intéressent au verbe de Bernard Lubat, jazzman et improvisateur français, original et utopiste, qui réagit aux phrases musicales produites par le logiciel Improtech en réponse à son jeu. De la parole du musicien surgit un ensemble de jugements de goût qui exprime son idéal esthétique. Au-delà des aspects techniques, la dimension quasi-philosophique de ses jugements de goût fait transparaître les valeurs du risque, de l’audace et du défi du hors-métrique induits par la mise en doute du soi.

25Marc Benamou, spécialiste de la musique de gamelan javanais (et surtout du chant qui en fait partie), est l’un des auteurs du numéro ayant le plus travaillé sur le jugement de goût, sur l’île de Java en Indonésie. Dans son livre publié en 2010, consacré à la façon dont les musiciens javanais ressentent et apprécient leur musique, il a montré l’importance du concept de rasa dans la définition d’un bon musicien. Terme sanscrit éminemment polysémique, le rasa est à la fois un sentiment et une faculté perceptive et cognitive, une capacité à s’adapter, à s’ajuster à l’autre (Benamou 2010). Dans l’article qu’il propose ici, il étend son étude du rasa à une comparaison entre la musique de Java et la musique andine, deux musiques qu’il a étudiées, l’une pendant de longues années et l’autre dans un temps beaucoup plus court. À la recherche des points communs dans les manières d’apprécier la musique ici et là, il met au jour une série de traits comparables.

26Hugo Ferran observe les échanges dans un groupe de discussion Facebook pour recueillir les appréciations parfois radicales des amateurs de chants Mezmurs éthiopiens, une musique exportée au-delà des frontières sur les différents sites Web des congrégations évangéliques. Leurs propos varient d’une appréciation générale à des jugements de goût précis pouvant porter sur les structures musicales et notamment sur les échelles pentatoniques. L’enjeu de ces échanges est de déterminer des standards qui permettraient de donner une identité forte à ces musiques. Toutefois, la définition de ces standards suscite une querelle entre les « anciens » et les « modernes », notamment au sujet de la présence d’instruments électriques tel que le synthétiseur ou encore de la danse, condamnée parce qu’elle distrairait de la prière.

27Cette opposition entre fidélité à une tradition et modification des répertoires, corrélée à l’idée de progrès, apparaît également dans l’article de Denis-Constant Martin qui décrit des concours de chants nederlandsliedjies entre chœurs dits « Malays », au Cap, en Afrique du Sud. Les critères esthétiques sont alors explicites, connus et mesurés par une note d’évaluation qui introduit une classification quantitative. Le paradoxe est que les critères retenus pour évaluer les performances se rapprochent des conventions occidentales, mais que les juges, en les appliquant, s’efforcent d’associer « tradition » (spécificité locale) et « modernité » (« qualité » du chant évaluée à l’aune des chorales européennes).

28Les articles de François Picard et de Flavia Gervasi explorent la dimension purement sensible du jugement de goût : le premier relie l’appréciation musicale au gustatif tandis que le second associe l’appréciation de la voix au sentiment de beauté relié au souvenir de l’environnement du monde paysan dans lequel la performance prend sens. François Picard, dans le contexte chinois, illustre les jugements de goût par plusieurs exemples permettant de comprendre le rôle des facteurs socio-politiques dans la valeur accordée à une performance artistique. Dans le même temps, il rapporte le jugement des aînés qui fait référence à la continuité respectée ou non des usages anciens. Flavia Gervasi réintroduit la notion de quotidienneté qui éloigne la performance d’une conception occidentale de l’œuvre d’art et qui restitue au jugement esthétique l’incarnation nécessaire que lui confère le lien organique que la musique entretient avec le milieu de vie des paysans du Salento.

29De son côté, Jean During aborde le goût par le biais de l’histoire. Le souci de plaire à l’auditeur a conduit les savants de l’ancien monde musulman à établir des correspondances entre les tempéraments humains et les propriétés des timbres et des rythmes, avant de se polariser sur celles des modes (maqâm). Parallèlement, l’utilisation de la musique comme médecine de confort conduit à des prescriptions médicales de plus en plus spécifiques, tandis que la recherche de l’optimisation de l’effet esthétique s’appuie sur une arborescence de correspondances entre les modes, les astres, les saisons, les classes sociales, les races, etc., qui détermine les goûts individuels. Les spéculations sur l’efficacité de la musique comme moyen de médication et/ou de délectation atteignent leur apogée au cours du XVIIIe siècle, mais presque rien n’en subsiste à l’aube de l’ère moderne, le goût comme notion centrale cédant la place à l’appréciation esthétique.

30Christine Guillebaud décrit les tensions observables entre les voix individuelles et les voix collectives lorsqu’il s’agit de rendre compte des jugements de goût. À partir d’une enquête auprès de trois chefs de troupe, trois chanteuses-danseuses kaikoṭṭukaḷi au Kerala, elle a identifié les critères et les valeurs qui coexistent au sein d’un monde chorégraphique hétérogène. Ce sont les aspects compositionnels (la simplicité, la complexité), la perception globale de la forme (l’intelligibilité, l’harmonie) ou encore l’attitude intérieure des danseuses qui comptent. La valeur d’authenticité est partagée par les trois danseuses, témoignant d’un souci commun d’entretenir un lien à l’origine même si cette dernière ne saurait être identifiée de manière unanime.

31Sur l’île de Flores en Indonésie, Dana Rappoport montre que le jugement de goût relève d’un plaisir combinant différents types d’appréciation : d’ordre auditif (la plénitude, l’attraction des voix), émotionnel (la dysphorie et l’ethos du chanteur) et cognitif (le sens résultant de la combinaison des paroles). Plénitude, attraction, dysphorie sont les trois valeurs principales résultant de l’analyse des nombreux critères du jugement de goût musical formulés par les chanteurs de la presqu’île de Tanjung Bunga.

32Au total, ces onze articles dévoilent une variété d’appréciations issues de sociétés très diverses. Certains peuvent fournir les éléments nécessaires à une mise en regard des jugements de goût, laissant entrevoir un certain nombre de valeurs communes. Dans le cadre d’un projet visant à esquisser des universaux de l’appréciation, ces quelques études présentent les premières pierres d’un projet de longue haleine qu’il conviendrait notamment de poursuivre par un dialogue entre ethnomusicologues et sociologues de l’art.

Haut de page

Bibliographie

ACCAOUI Christian, éd., 2011, Éléments d’esthétique musicale. Notions, formes et styles en musique. Paris : Actes Sud, coédition Cité de la musique.

ARBO Alessandro, éd., 2007, Perspectives de l’esthétique musicale. Entre théorie et histoire. Perspectives musicologiques contemporaines. Paris : L’Harmattan.

BEARDSLEY Monroe Curtis, 1981, Aesthetics. Indianapolis : Cambridge, Hackett Publishing Co.

BENAMOU Marc, 2010, Rasa : affect and intuition in Javanese musical aesthetics. New York : Oxford University Press.

BERTHET Dominique, 2006, Les défis de la critique d’art. Paris : Éd. Kimé, coll. Esthétiques.

DALHAUS Carl, 1970, Analyse und Werturteil, Mayence, Schott. Traduit en français « Analyse et jugement de valeur », Analyse musicale, no 19, avril 1990 : 31-41 ; no 20, juin 1990 : 70-80 ; no 21, novembre 1990 : 114-25.

GELL Alfred, 1998, Art and agency : An anthropological theory. Oxford : Oxford University Press.

HANSLICK Eduard, 1986 [1854], Du beau dans la musique : essai de réforme de l’esthétique musicale traduction de l’allemand par Charles Bannelier, revue et complétée par Georges Pucher, précédé d’une Introduction à l’esthétique de Hanslick par Jean-Jacques Nattiez. Paris : C. Bourgeois.

HEINICH Nathalie, 2012, Les émotions patrimoniales : de l’affect à l’axiologie. Social Anthropology/Anthropologie sociale 20/1 : 19-33.

HEINICH Nathalie, Jean-Marie SCHAEFFER, Carole TALON-HUGON, dir., 2014, Par delà le beau et le laid. Les valeurs de l’art. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

JIMENEZ Marc, 1997, Qu’est-ce que l’esthétique ? Paris : Gallimard.

MICHAUD Yves, 2011, La crise de l’art contemporain. Paris : Presses Universitaires de France.

MOLINO Jean, 1986, « Les fondements symboliques de l’expérience esthétique et analyse comparée : musique, peinture, littérature ». Analyse Musicale 4 : 11-18. Repris dans Molino 2009 : 119-137.

MOLINO Jean, 1990, Du plaisir au jugement : les problèmes de l’évaluation esthétique. Analyse musicale 19 : 16-26. Repris dans Molino 2009 : 343-356.

MOLINO Jean, 2007, «  Du plaisir à l’esthétique : les multiples formes de l’expérience musicale », in J.J. Nattiez ed., Musiques : une encyclopédie pour le XXI  e siècle. Paris : Actes Sud/Cité de la musique : 1154-1196.

MOLINO Jean, 2009, Le Singe Musicien. Sémiologie et anthropologie de la musique. Paris : Actes Sud/Ina.

MOLINO Jean, 2010, « L’art aujourd’hui », Esprit, juillet-août 1991 : 72-108.

MOLINO Jean & Raphaël LAFHAIL-MOLINO, s. p. [2015], « Pour une autre esthétique », in F. Félix, Xi Dong/Ouest-Est. Voies esthétiques. Lausanne/L’Âge d’homme.

NATTIEZ Jean-Jacques, 1987, Musicologie générale et sémiologie. Paris : Christian Bourgois.

RANCIÈRE Jacques, 2000, Le partage du sensible. Esthétique et politique. Paris : La Fabrique.

RAMEAU Jean-Philippe, 1967 [1722], Traité de l’harmonie réduite à ses principes naturels. Paris : Ballard, 1722. Fac-similé American Musicological Society, 1967.

SCHAEFFER Jean-Marie, 1992, L’art de l’âge moderne. L’esthétique et la philosophie de l’art du XVIII e à nos jours. Paris : Gallimard.

SCHAEFFER Jean-Marie, 2000, Adieu à l’esthétique. Paris : Presses Universitaires de France.

SCHAEFFER Jean-Marie, 2004, Objets esthétiques ? L’Homme 170 : 25-46.

Haut de page

Notes

1 Le projet a été initié par Jean-Jacques Nattiez et Nathalie Fernando de l’Université de Montréal. Il réunissait Dana Rappoport (CNRS-EHESS), Marc Chemillier (EHESS), Christine Guillebaud (CNRS/CREM), Flavia Gervasi (UdeM/MCAM) et Frédéric Léotar (UdeM/MCAM) ainsi que trois doctorants (Jean Pouchelon, Ons Barnat, Damien Verron). Il doit beaucoup à la présence de Jean Molino et à l’enthousiasme de Jean-Jacques Nattiez qui a provoqué la réunion de Paris en y invitant Nathalie Fernando et Flavia Gervasi. L’exposé de Jean Molino sur sa conception de l’esthétique et l’application qu’il en fait aux musiques de tradition orale nous a fourni nombre des outils pour mener à bien cette recherche. Les résultats obtenus ont fait l’objet d’un colloque organisé par Michel Duscheneau et Nathalie Fernando en mars 2013 à l’Université de Montréal : « Qu’en est-il du goût musical dans le monde au XXIe siècle ? » Auparavant, deux ateliers avaient été organisés à Paris et à Montréal, en 2011 et 2012, auxquels de nombreux auteurs de ce numéro ont participé.

2 Issue d’un ouvrage à paraître, la citation a été extraite du texte original de l’auteur.

3 Berthet 2006, Jimenez 1997, Rancière 2000, Schaeffer 1992, pour n’en citer que quelques-uns.

4 La liste est loin d’être exhaustive, notre propos n’étant pas ici de faire une synthèse des données sur l’esthétique.

5 Cet article a été repris dans Molino 2009.

6 On lira également avec profit les autres textes de Molino dont la plupart ont été publiés dans Le Singe musicien : Sémiologie et Anthropologie de la musique (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Fernando et Dana Rappoport, « Avant-propos : le goût musical dans la tradition orale », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 11-21.

Référence électronique

Nathalie Fernando et Dana Rappoport, « Avant-propos : le goût musical dans la tradition orale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2489

Haut de page

Auteurs

Nathalie Fernando

Articles du même auteur

Dana Rappoport

Dana Rappoport (1968) est ethnomusicologue au Centre Asie du Sud-Est (CNRS/EHESS). Ses recherches portent sur les musiques de l’archipel indonésien, étudiées à la fois sous l’angle de la musicologie formelle, de l’anthropologie de la religion et de l’organisation sociale. Elle a mené successivement des enquêtes de longue durée sur deux terrains de recherche, chez les Toraja de l’île de Sulawesi (1991-2005), et depuis 2006, chez les Lamaholot d’Indonésie orientale (Flores, Solor, Adonara, Lembata). Elle est l’auteur de Chants de la terre aux trois sangs : musiques rituelles des Toraja de l’île de Sulawesi (2009), traduit en anglais et en indonésien, aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page