Navigation – Plan du site
Hommage

Hommage à Jean-Christophe Maillard (1954-2015)

Luc Charles-Dominique
p. 251-258

Texte intégral

1Jean-Christophe Maillard, musicien, pédagogue, chercheur, nous a soudainement quittés en ce mois de juillet 2015. Tout à la fois ethnomusicologue – il était Maître de Conférences en ethnomusicologie à l’Université de Toulouse-Mirail, membre de la SFE et du CIRIEF – et musicologue de l’époque baroque, il faisait partie de ces esprits curieux pour qui la musique n’a pas de frontières, manifestant par là sa curiosité, son érudition, sa grande culture. Aussi fin connaisseur des musiques traditionnelles bretonnes, qu’il pratiquait et qu’il a collectées, que des répertoires de la musette baroque dite « de cour », passionné par les musiques vietnamiennes qu’il avait découvertes au contact de Tràn van khê, Jean-Christophe Maillard était aussi un musicien hors pair et un pédagogue infatigable, notamment au service de la musette de cour qu’il enseignait au Conservatoire à rayonnement régional de Toulouse, enseignement récemment menacé et pour le maintien duquel il se battait avec énergie.

2En hommage, nous publions ici un entretien que Luc Charles-Dominique a réalisé il y a vingt ans et publié en 1996 dans la revue Pastel, Musiques et danses traditionnelles en Midi-Pyrénées (no 27). Le propos est parfois un peu daté, mais la passion de Jean-Christophe Maillard est intacte, ainsi que son énergie, son éclectisme, sa soif de découvertes. Même si le temps a passé depuis, ce portrait retrace assez fidèlement ce qui faisait la personnalité attachante de notre regretté collègue et ami.

L.C.-D.

*

Jean-Christophe Maillard, quand tu n’es pas le joueur de musette de cour que tout le monde connaît, tu fais volontiers sonner la bombarde, le binioù kozh ou le binioù braz. Pourquoi cet attrait pour la musique traditionnelle et comment l’as-tu découverte ?

Avant de m’intéresser à la musique traditionnelle, je pratiquais la musique classique. Il faut dire que je suis né dans une famille de musiciens et que cela facilite sûrement les choses. J’ai commencé la flûte traversière à l’âge de douze ans et je jouais depuis quatre ans lorsque j’ai découvert, plus que la musique bretonne, ses instruments de musique. J’étais complètement fasciné par la cornemuse. À Fontainebleau, dont je suis originaire et où je vivais à l’époque, il y avait un Cercle celtique avec un bagad. J’ai donc appris, à l’âge de seize ans, le binioù braz. Pendant plusieurs années, j’ai fait partie de ce groupe et j’ai donc eu une pratique musicale très folklorique, avec tous les dimanches des défilés dans la banlieue parisienne, le Pardon de la Saint-Yves qui est bien connu des Bretons de Paris, et des tas de choses que font tous les groupes folkloriques comme la quinzaine commerciale du coin, etc. Plus tard, j’ai découvert qu’il y avait des stages de formation à la musique traditionnelle bretonne, proposés entre autres par Kendal’ch et Bodadeg Ar Sonerion. J’en ai suivi certains, ce qui m’a permis de me plonger plus concrètement dans le contexte de la musique traditionnelle bretonne et écossaise.

Jean-Christophe Maillard jouant de la musette de cour.

Jean-Christophe Maillard jouant de la musette de cour.

Photo d.r.

Tu as donc été musicien traditionnel en Bretagne ?

J’ai beaucoup joué en Bretagne. J’ai joué dans le bagad de Douarnenez, qui était à l’époque un bon bagad et qui était d’ailleurs passé en première catégorie. Ensuite, je me suis mis sérieusement au binioù kozh et à la bombarde. Alors, seulement à ce moment-là, je me suis aperçu de l’importance du collectage. Parce que, jusque-là, on m’avait toujours apporté les airs, comme ça, sur un plateau.

Tu veux dire que tu as toi-même collecté en Bretagne ?

Eh bien, je suis allé voir des chanteurs et des danseurs et surtout des sonneurs qui pratiquaient ces instruments depuis peut-être le début du siècle. Il y en avait plusieurs qui avaient joué avant la guerre de 1914, à un moment où la tradition était complètement vierge. Ce collectage a eu lieu au tout début des années 1970. Je dois dire que je n’étais pas tout seul : nous étions un petit noyau de jeunes, une quinzaine peut-être, à nous intéresser à ces sonneurs anciens. Parmi nous, il y avait déjà Laurent Bigot et Pierre Crépillon. Je me souviens d’avoir rencontré deux personnes très importantes et très connues, Auguste Salaün et Lannig Guéguen qui, lui, a été photographié et enregistré par Dastum, ainsi qu’un autre sonneur, Per Guillou, plus jeune mais qui a eu une formation fabuleuse.

Dans quelle mesure ce goût pour la musique traditionnelle et la cornemuse est-il à l’origine de ton intérêt pour la musette de cour ?

Je n’aurais pas fait de musique traditionnelle, je crois que je n’aurais jamais fait de musette. En effet, je n’ai jamais ressenti, dans mon activité de musicien classique, le moindre complexe à jouer d’un instrument à poche, avec des anches, instrument qu’il faut triturer sans cesse, qui nécessite beaucoup de patience… Parce qu’au début, le résultat est encore plus insupportable que celui d’un violoniste débutant.

Oui, mais on a néanmoins la satisfaction d’explorer un monde inconnu…

Je ne suis pas le premier à m’être intéressé à la musette de cour. Quelques années auparavant, un disque a été publié chez Philips, dans lequel on pouvait entendre la musette accompagnée par le clavecin. La musette, qui semblait en bon état de marche, était jouée par un Américain. Ce musicien avait enregistré là des petites pièces de Hotteterre, accompagné par Gustav Leonhardt au clavecin, ce qui n’est quand même pas rien. Le problème, c’est que ce musicien, Shelley Gruskin, je n’ai jamais pu le retrouver. Je suis allé plusieurs fois aux USA où j’ai essayé de le rencontrer. On m’a seulement dit que c’était une personne assez âgée… Je ne sais pas du tout ce qu’il est devenu. En tout cas, il est le premier joueur de musette. Il est un pionnier absolu. Il a réussi à prouver qu’il était possible, à la fin du XXe siècle, de faire rejouer cet instrument. D’autre part, mon père, Jean Maillard, musicologue, s’est intéressé à l’instrument bien avant moi. Il a même publié à son sujet plusieurs articles dans la Revue d’Education Musicale et il y avait tout un tas de livres à la maison que j’avais déjà étudiés. C’est vrai que le terrain était globalement vierge. Mais, plus que l’attrait de la nouveauté, je crois que c’est la conjonction d’une formation, d’une activité musicale classique et d’une activité musicale traditionnelle qui a déterminé mon choix.

Comment s’est produit ce « renouveau » de la musette baroque ?

En ce qui me concerne, parallèlement à mon activité de musicien traditionnel, je poursuivais l’étude de la flûte traversière. Je jouais dans des formations symphoniques et j’ai enseigné cet instrument en école de musique. Mais au même moment, si je suivais les cours d’ethnomusicologie de Claudie Marcel-Dubois dans le cadre de l’École Pratique des Hautes Études, j’étais avant tout un étudiant en musicologie à la Sorbonne. Après le CAPES, j’ai passé l’agrégation et ensuite, seulement, j’ai eu envie de soutenir une maîtrise. Et j’ai choisi comme thème : la musette de cour. J’en avais vu au Musée du Conservatoire et ça m’avait beaucoup intéressé. Je suis allé à la Bibliothèque Nationale et j’y ai trouvé beaucoup de partitions et deux méthodes ! C’est alors que je me suis demandé par quel moyen je pourrais jouer de la musette, parce qu’à cette époque-là, il n’était pas question de faire fonctionner la moindre musette. La musette, c’était le type parfait de l’instrument complètement abandonné, oublié, perdu, alors que je venais de m’apercevoir qu’il existait un répertoire énorme pour cet instrument, des duos, des sonates, des concertos, des cantates, des scènes d’opéra. J’ai alors pensé qu’il serait intéressant de s’adresser à un joueur de Northumbrian pipes, cornemuse dont le principe organologique est voisin de celui de la musette. J’ai donc décidé, avec Laurent Bigot qui habitait Versailles à cette époque, de m’adresser à Tanguy Allain, un bon joueur de Northumbrian pipes et aussi fabricant d’instruments à anches. Dans un premier temps, on a essayé de trouver une sorte de compromis entre cette cornemuse anglaise et la musette et j’ai commencé à jouer sur cet instrument hybride. C’était l’époque où je soutenais ma maîtrise. Mais, très rapidement, cette solution s’est avérée insuffisante. À l’issue d’un concert, je suis allé voir Jean-Claude Malgoire et l’un des hautboïstes de son orchestre m’a conseillé de m’adresser à Olivier Cottet, un facteur de hautbois qui s’intéressait à la musette. Je suis allé chez Cottet et, justement, il avait une copie parfaite de musette que venait de réaliser Jean-Louis Epain. Là, j’avais une chance incroyable ! Je venais à peine d’écrire ma maîtrise que je trouvais un instrument en état de marche. J’ai immédiatement été pris dans une espèce d’engrenage et tout a été très vite. Dès 1981, avec l’exposition du Musée national des Arts et traditions populaires sur l’instrument de musique, j’ai joué de la musette pour plusieurs concerts et au bout de six mois, je me suis retrouvé à jouer devant les micros de France Culture avec William Christie au clavecin et Claude Flagel à la vielle… J’étais dans mes petits souliers et je crois qu’il vaut mieux ne pas réécouter cet enregistrement aujourd’hui.

Depuis lors, tu n’as jamais cessé de jouer de la musette ?

En 1983, j’ai enregistré, avec Philippe Herreweghe et la Chapelle Royale, les Indes Galantes de Rameau, puis en même temps, j’ai joué avec Jean-Claude Malgoire. Mais aussi avec William Christie (trois coffrets), Frans Brüggen et Marc Minkowski. Vers 1983, j’ai produit avec Arion – à l’époque d’Ariane Ségal, toujours à l’affût d’inédit – un premier disque où la musette tenait la vedette. J’ai renouvelé l’expérience en 1991, avec l’appui du Centre des Musiques Traditionnelles en Rhône-Alpes où travaillent mes vieilles connaissances Eric Montbel et Jean Blanchard. Je joue avec un basson et théorbe, notamment pour le plein air ; sinon, je joue également avec des violons, hautbois et flûtes. J’ai travaillé aussi avec Jean-Marc Andrieu et l’Orchestre Baroque de Montauban un petit programme que, j’espère, l’on pourra bientôt enregistrer. Enfin, j’ai un collègue en Belgique, Jean-Pierre Van Hees, joueur connu de cornemuse des Flandres, qui joue également de la musette et avec qui nous jouons des duos. On a le projet de publier un jour prochain un disque de duos de musette, parce que le duo de musettes, c’est quelque chose de très spécifique, un répertoire très abondant, très riche et très intéressant. Petit à petit, la musette fait des adeptes et fait parler d’elle. Dans ce processus, son accès à l’enseignement institutionnel joue un rôle important.

La musette est enseignée dans les Conservatoires ?

Pour l’instant, son enseignement est encore très marginal. Sans doute parce que l’instrument est relativement cher (trente mille francs en moyenne), ce qui d’une part est complètement justifié et d’autre part très relatif quant au prix de certains violons ou pianos. Outre son prix, il n’est pas encore très facile d’en trouver. Actuellement, Rémy Dubois, qui habite à côté de Liège, est sans doute le meilleur fabricant de musettes. Mais il y a aussi Coudignac à Parthenay et Beekhuizen à La Haye. Le problème, c’est que la musette se fabrique encore au compte-gouttes et qu’il n’existe pas de réelle fabrication en série. Et puis, au-delà de toutes ces difficultés pratiques, il y a un certain mépris qui est évident chez les professeurs de Conservatoire et donc chez les élèves pour ce genre de « binioùs ». Heureusement, il y a un an et demi, Marc Bleuse, Directeur du Conservatoire national de région de Toulouse, a ouvert une classe de musette à ma demande. Actuellement, il y a un tout petit nombre d’élèves, mais je pense que ça va grossir car la musette est de plus en plus jouée en Europe. Mon collègue Van Hees a, lui aussi, des élèves à Bruxelles et à Paris.

Tu as fait de l’enseignement ton activité principale ?

Oui, mais il s’agit d’une formation beaucoup plus généraliste. J’ai enseigné en collège pendant dix-sept ans, en même temps que j’enseignais dans les écoles de musique et que j’avais une activité de formateur en musique traditionnelle bretonne, notamment avec Kendal’ch. Ces trois dernières années, j’ai eu les classes à horaires aménagés du CNR et, là, j’ai eu des enfants absolument épatants. Mais cette expérience est aujourd’hui terminée, puisque je vais commencer cette nouvelle année à l’Université du Mirail, comme Maître de Conférences en ethnomusicologie. Je connais bien les responsables de ce département, que j’avais rencontrés notamment au moment de l’enquête que j’ai réalisée sur l’inventaire des fonds musicaux anciens, enquête qui consiste à répertorier, dans tous les lieux de conservation publics, les partitions musicales antérieures à 1800. Un poste étant créé au Mirail, j’ai postulé et été sélectionné. Je vais donc y enseigner l’ethnomusicologie générale, avec beaucoup d’analyse musicale, et aussi l’histoire de la musique. Je crois que cette évolution est logique. J’ai passé ma thèse en 1987, et lorsqu’on fait une thèse, c’est qu’on a en tête de pouvoir enseigner un jour ou l’autre en milieu universitaire.

Et ton activité de formateur en musette ?

Je l’exerce dans le cadre du département de musique ancienne au Conservatoire national de région de Toulouse. Au sein de ce département, j’enseigne aussi l’organologie, y compris celle des instruments de musique traditionnelle européenne et extra-européenne. Cet enseignement d’organologie, qui ne dure qu’une année, fait partie du cursus de musique ancienne. Ce département de musique ancienne réunit une fois par mois une centaine d’élèves qui viennent d’un peu partout, de Paris, d’Espagne… Il y en a même un qui vient de Grenade, en Andalousie. Toulouse est un centre très important pour la musique ancienne dans le Sud-Ouest.

Est-il nécessaire d’avoir une bonne connaissance de l’écriture musicale pour aborder le répertoire de la musette ?

Je crois que c’est absolument indispensable. Certes, il y a toute une partie du répertoire baroque qui est relativement facile. Quand on joue des vaudevilles, des contredanses, des menuets, je pense qu’on peut les apprendre par cœur et les mémoriser. Mais il existe un autre répertoire, beaucoup plus compliqué, qui est extrêmement varié. Là, il ne s’agit pas de faire danser les gens en répétant une phrase et en la brodant, en variant… Ce répertoire est principalement écrit. Il faut dire que l’instrument possède des possibilités extraordinaires, avec deux chalumeaux qui permettent de faire des accords, qui possèdent des clés, etc. Il est donc normal qu’un certain répertoire soit à la hauteur des possibilités et aussi des difficultés techniques de l’instrument. Maintenant, au-delà de la simple référence à l’écriture musicale, je crois que pratiquer la musique traditionnelle est un avantage pour qui veut aborder l’étude de la musette. Parce que le parallèle est très fort entre musique baroque et musique traditionnelle. Tout d’abord, à la Renaissance, une grande partie de la musique savante est orale. On trouve des orchestres de flûtes et violons qui pratiquent une musique instrumentale polyphonique sans forcément la lire. Les points communs sont nombreux entre ces musiques : par exemple, lorsqu’on écoute une sonate de hautbois du XVIIIe siècle, on constate qu’il y a encore beaucoup de réminiscences de musique populaire. De même, quand on regarde un traité de chant, on s’aperçoit qu’il y a beaucoup d’influences populaires dans l’ornementation, dans la façon de broder… Ceci dit, je conçois tout à fait que l’on puisse utiliser la musette pour un autre usage que celui du jeu du répertoire baroque. Je pense par exemple à Bernard Subert qui, à une époque, faisait beaucoup de musette et jouait des contredanses anglaises avec John Wright au violon. Dans ce cas, la musette n’est plus un instrument baroque.

As-tu déjà utilisé la musette comme instrument de musique traditionnelle ?

J’ai eu quelques expériences dans ce sens qui m’ont beaucoup intéressé. En 1989, j’ai fait une tournée avec Lo Jaï, pour le bicentenaire de la Révolution. On a fait deux fois le tour des USA avec un répertoire inspiré du baroque mais en l’occurrence joué par des musiciens traditionnels, avec leurs acquis. Cette rencontre était voulue et elle a donné des résultats intéressants. Je me souviens que, dans ce programme, il y avait un air de flûte baroque accompagné au synthétiseur. C’est un bel exemple de mélange… un essai. Toutes ces choses-là, ce sont des essais. Ce n’est qu’après que l’on risque de trouver des choses intéressantes ou de laisser tomber définitivement. J’ai travaillé aussi avec Equidad Barès et je travaille toujours avec elle. On s’entend très bien, humainement et musicalement. C’est une personne pleine d’imagination et d’invention. Avec elle, j’ai joué de plusieurs cornemuses d’Espagne (gaitas asturienne et galicienne) et, avec Marc Anthony, on a essayé de trouver de nouvelles adaptations de la musette et de sa technique à d’autres répertoires. Par exemple, on a fait des airs séfarades avec musette, vielle, percussions et chant. L’avenir de cette formule ? Je n’en sais rien. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’on a essayé de faire sortir la musette de son contexte.

A peine ressuscitée, la musette entame donc un processus d’évolution ?

J’aimerais que la musette ne soit pas seulement un instrument baroque, qu’elle sorte de son contexte historique. Que des compositeurs écrivent pour elle. Il n’y a aucune raison que des musiciens ne s’intéressent pas à elle. Si j’avais un peu plus de temps, j’essaierais de lui composer quelques petites pièces. L’occasion ne s’en est pas encore présentée, mais il ne faut pas se presser non plus.

Haut de page

Bibliographie

Travaux universitaires

1980, La Musette : étude historique, organologique et iconographique, mémoire de maîtrise de musicologie, Université Paris-Sorbonne.

1987, L’esprit pastoral et populaire dans la musique française baroque pour instruments à vent (1660-1760), thèse de 3e cycle, Université Paris-Sorbonne, sous la direction de Edith Weber.

Ouvrages

1999, Bibliothèque musicale des ducs d’Aiguillon, catalogue par Jean-Christophe Maillard, assisté de Françoise Franch et Pascale Joffre, Agen : Archives départementales de Lot-et-Garonne, 1999.

2000, Catalogue des fonds musicaux anciens conservés en Midi-Pyrénées, Toulouse, Addoc Midi‑Pyrénées, Collection Patrimoine musical régional, 2 vol. (481 p.).

Articles

2002, « “Talabarderien mod koz”. Le jeu et la technique de la bombarde chez les sonneurs bretons de tradition », in Luc Charles-Dominique, Pierre Laurence (dirs.), Les hautbois populaires. Anches doubles, enjeux multiples, Parthenay, FAMDT, 2002, p. 150-163.

2004, « Le style musical français au XVIIe siècle : doutes et certitudes », Dix-septième siècle, 2004/3, no 224, p. 446-460.

2005, « Toucher ou surprendre : les critères d’excellence dans la musique instrumentale française au XVIIIe siècle », Analyse musicale, no 52, p. 38-48.

2005, « L’opération Patrimoine musical régional au travers de quelques chantiers de catalogage en Midi-Pyrénées et en Aquitaine », Congrès de Périgueux 8-13 juillet 2001, Bulletin hors série du Groupe français de l’AIBM (Association Internationale des Bibliothèques, archives et centres de documentation Musicaux), coordination Dominique Hausfater, Paris, Groupe français de l’AIBM, p. 27-34.

2006, « Un demi-siècle d’activités lyriques en région toulousaine (1760-1810) : diffusion et appropriation », Revue de musicologie, Tome 92, n1, p. 61-82.

2007, « Les Pères de la Doctrine Chrétienne à Toulouse : les enjeux du théâtre et de la musique au collège de l’Esquile à la fin du XVIIe siècle », in Anne Piéjus (dir.), Plaire et instruire, le spectacle dans les collèges de l’Ancien Régime, Actes du colloque de Paris, BnF 17-19 novembre 2005, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 255-269.

2008, « L’ethnomusicologie, la musicologie et l’organologie, vecteurs de la recréation du jeu de la musette baroque », in Luc Charles-Dominique et Yves Defrance (dirs.), L’ethnomusicologie de la France, de « l’ancienne civilisation paysanne » à la globalisation, Paris, L’Harmattan, p. 155-173.

2008, « L’association vielle à roue et musette aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Le Vielleux, Métamorphoses d’une figure d’artiste du XVIIe au XIXe siècle, (catalogue de l’exposition du Monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse), Lyon, Fage, p. 64 -71.

2014, « Jean-Philippe Rameau et la musette ou le loup dans la bergerie », Regards croisés sur Rameau [En ligne], http://www.rameau2014.fr/Regards-croises-sur-Rameau/Jean-Philippe-Rameau-et-la-musette-ou-le-loup-dans-la-bergerie-Jean-Christophe-MAILLARD

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean-Christophe Maillard jouant de la musette de cour.
Crédits Photo d.r.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Hommage à Jean-Christophe Maillard (1954-2015) », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 251-258.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Hommage à Jean-Christophe Maillard (1954-2015) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2529

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page