Navigation – Plan du site
Dossier : Ethnomusicologie appliquée

Le patrimoine à la lumière de l’ethnomusicologie. Collaboration, implication et réflexivité

Jessica Roda
p. 19-35

Résumé

Depuis l’apparition du concept de patrimoine dans les études ethnomusicologiques, les problématiques de l’implication du chercheur sur le terrain, de l’impact de ses recherches et surtout de ses collaborations institutionnelles, sont de plus en plus discutées. À partir de mon expertise des questions patrimoniales et d’une collaboration avec certains acteurs du projet d’inscription du gwoka de la Guadeloupe sur la liste représentative de la Convention de 2003 de l’Unesco, je mettrai en lumière la façon dont s’articule le dialogue entre ethnographie collaborative (Lassiter 2005), production du savoir ethnographique (White et Strohm 2014) et analyse ethnomusicologique. Il s’agit plus globalement de dépasser les critiques essentialisantes des projets patrimoniaux et d’envisager cette nouvelle forme d’implication ethnomusicologique comme un véritable laboratoire anthropologique permettant constamment d’interroger la parole, le rôle et l’impact de celui qui est désigné comme « expert » sur le terrain.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Les ethnomusicologues et la patrimonialisation : entre intérêt professionnel et « bonne conscience »
Patrimoine et ethnomusicologie : un paradigme récent ?
Entre patrimonialisation politique et sociale
Expertise unesquienne et mobilisation sociale
Réflexions conclusives

Aperçu du texte

While sustaining our fundamentals, probing the deep mysteries of the human species and the human soul, we must press outward, mobilizing our work and ourselves to make a difference beyond the discipline and the academy.
This is simple to say, maybe even simple to do, but to achieve this objective we must change our priorities and hence our work.

James L. Peacock (1997 : 9)

Les ethnomusicologues et la patrimonialisation : entre intérêt professionnel et « bonne conscience »

Les écrits des ethnomusicologues, des anthropologues et, plus largement, des chercheurs en sciences humaines, montrent et ont montré à quel point les expériences personnelles nous conduisent à interroger le monde, les sociétés et, pour les ethnomusicologues, particulièrement la musique. La réflexion sur le sens des pratiques musicales juives pour le grand public et pour les communautés juives, que j’ai initiée en 2004, est née de mon immersion dans un monde professionnel – l’Institut européen des musiques juives –, un ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Roda, « Le patrimoine à la lumière de l’ethnomusicologie. Collaboration, implication et réflexivité », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 19-35.

Référence électronique

Jessica Roda, « Le patrimoine à la lumière de l’ethnomusicologie. Collaboration, implication et réflexivité », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2583

Haut de page

Auteur

Jessica Roda

Jessica RODA, formée à la musicologie, l’anthropologie et l’ethnomusicologie, entreprend actuellement une recherche sur les ruptures et les reconstructions de liens de parenté parmi les anciens juifs ultra-orthodoxes de Montréal et de New York à l’Université Concordia (Montréal, Centre for Exhibition and Research in the Aftermath of Violence) et Columbia University (New York, Heyman Center for the Humanities). Ses intérêts portent sur la création et la représentation des identités ethniques et religieuses à la suite de ruptures de filiation, à la patrimonialisation musicale ainsi qu’au dialogue interculturel et interreligieux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page