Navigation – Plan du site
Dossier : Ethnomusicologie appliquée

« L’ethnomusicologie chantante ». Cas d’implication des chercheurs dans le mouvement revivaliste en Union Soviétique et en Russie

Olga Velitchkina
p. 37-53

Résumé

Fruit de la réflexion sur une participation au mouvement folklorique en ex-URSS et son observation, cet article analyse les pratiques artistiques et les discours des folkloristes sur l’authenticité, acteurs de ce mouvement, en les replaçant dans un cadre socioculturel plus large. Pendant plus d’un demi-siècle de son histoire, le mouvement de revivalisme folklorique s’est développé en opposition à la version scénique de pseudo-folklore promue par l’État, ce qui a accru l’importance du discours sur l’authenticité de l’interprétation du chant villageois proposé par les revivalistes. Pourtant, le déclin grandissant de la tradition villageoise face auquel le mouvement s’est trouvé a suscité un décalage entre les groupes revivalistes et les groupes villageois, dont le répertoire a progressivement changé. Cette situation suscite une réflexion sur le rôle joué par l’ethnomusicologue pratiquant la musique de son terrain, et sur les rapports entre ses enjeux scientifiques et artistiques, qui méritent d’être regardés avec une certaine prudence.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ma participation au mouvement revivaliste en Russie à partir des années 1980 et mes questionnements sur cette expérience ont été à l’origine de la communication faite lors des Journées d’étude de la Société française d’ethnomusicologie de 2014 sur l’ethnomusicologie appliquée. J’ai complété cette expérience par des interviews d’acteurs de ce mouvement et par de nombreuses discussions lors des colloques et des rencontres informelles. Je remercie tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de cet article, et particulièrement E. Boghina, N. Giliarova, E. Alekseev, V. Chtchourov, et A. Kabanov, ainsi que F. Kovalenko et S. Rouxel-Nercessian pour leur relecture.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Les repères historiques
Discours sur l’authenticité
Les revivalistes et les villageois
Le contexte réinventé
En guise de conclusion

Aperçu du texte

Signe de l’époque postmoderne, la réflexion sur la prise de position et l’engagement du chercheur vis-à-vis de son terrain d’étude est au centre des préoccupations des sciences humaines. D’un côté, l’apprentissage par l’ethnomusicologue de la musique qu’il étudie, recommandé il y a déjà longtemps (cf. la « bi-musicalité » de Mantle Hood, 1960), est reconnue maintenant comme un outil de recherche indispensable. Avec le temps, cette approche s’est élargie jusqu’à inclure une pratique artistique à part entière menée par un chercheur au sein de la tradition ou de la communauté étudiée (où il peut parfois jouer un rôle d’interprète, d’arrangeur, d’expert et de pédagogue). De l’autre côté, l’extension de la position de « parti pris » de la part du chercheur peut aller jusqu’à la promotion et au militantisme auprès des musiciens locaux issus de la communauté qui fait l’objet de son étude.

Malgré les nombreux arguments de celles et ceux qui militent en faveur de cette position, il me semble ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olga Velitchkina, « « L’ethnomusicologie chantante ». Cas d’implication des chercheurs dans le mouvement revivaliste en Union Soviétique et en Russie », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 37-53.

Référence électronique

Olga Velitchkina, « « L’ethnomusicologie chantante ». Cas d’implication des chercheurs dans le mouvement revivaliste en Union Soviétique et en Russie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2584

Haut de page

Auteur

Olga Velitchkina

Olga VELITCHKINA est diplômée d’un Master en musicologie du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou et d’une thèse en ethnomusicologie à l’Université d’État d’Ohio (USA). Elle a mené sa recherche de terrain en Russie sur les instruments traditionnels villageois des provinces de Tver’, Smolensk et Koursk. En France depuis 1998, elle enseigne et interprète la musique russe dans différentes structures associatives. Elle dirige par ailleurs l’ensemble LADO Polyphonie Russe. Sa recherche actuelles porte sur les politiques de représentation et les enjeux de la musique traditionnelle dans de nouveaux contextes socioculturels.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page