Navigation – Plan du site
Livres

Béatrice RAMAUT-CHEVASSUS et Anne DAMON-GUILLOT, dir. : Dire/chanter : passages. Études musicologiques, ethnomusicologiques et poétiques (XXe et XXIe siècles)

Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2014
Luc Charles-Dominique
p. 251-254
Référence(s) :

Béatrice RAMAUT-CHEVASSUS et Anne DAMON-GUILLOT, dir. : Dire/chanter : passages. Études musicologiques, ethnomusicologiques et poétiques (XXe et XXIe siècles), Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2014.

Texte intégral

1Alors que le thème « Frontières du chant et de la parole » faisait partie du programme des agrégations de musique en 2012 et 2013 (épreuve de dissertation), Béatrice Ramaut-Chevassus et Anne Damon-Guillot, respectivement Professeure de Musicologie et Maître de Conférences en Ethnomusicologie à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne publient en 2014 cet ouvrage collectif et interdisciplinaire qu’elles ont codirigé et qui synthétise les travaux menés depuis 2012 par le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (CIEREC) de cette université sur le thème « Passage, tension, transfiguration ». Réunissant dix-sept contributeurs, dont treize musicologues, trois ethnomusicologues et un spécialiste de littérature française du XXe siècle, cet ouvrage se donne pour objectif d’explorer la relation du dire et du chanter, « des manifestations du mélodrame sur la scène de l’opéra à la fin du XIXe siècle, au retour actuel de la mélodie verbale orchestrale, des formes vocales exploratoires des musiques savantes et du rock des années 1960 aux modes du chant en poésie, de l’extra-vocalité provocatrice des XXe et XXIe siècles aux musiques liturgiques pour lesquelles il ne s’agit plus de chanter mais d’ “offrir” la parole avec sa voix » (p. 9-10). « Passages » doit s’entendre ici comme le stade transitionnel entre la parole et le chant, mais aussi comme la concrétisation d’une interdisciplinarité active (musicologie, ethnomusicologie, poétique) et d’une transversalité thématique assez remarquable. Ainsi, l’ouvrage est découpé en quatre grandes parties (la seconde étant la plus copieuse) : Le chant des mots, Représentations de la parole et enjeux dramaturgiques, Du souffle au cri, Voix plurielles et identité.

2La palette est large, en effet. À l’une des extrémités, la parole, dont la couleur sonore des syllabes et des mots introduit une « culture consonantique » et dont la succession des sons en fait une parole « rythmisée », le tout produisant une véritable « musicalisation » de la parole (Martin Kaltenecker). À l’opposé, se trouvent certains chants liturgiques dont les conceptions vernaculaires, loin d’être celles du chant, renvoient à la diction et à la parole.

3Dans ce volume, les textes de Anne Damon-Guillot sur « Offrir la messe : voix et terminologies des chantres de l’Église apostolique arménienne d’Istanbul » et de Séverine Gabry-Thienpont sur « Dire ou chanter les chants coptes en Egypte contemporaine » s’interrogent sur la pertinence des catégories étiques de l’ethnomusicologue en ce domaine : « Les catégories construites par l’ethnomusicologue – le silencieux, le parlé, le récité, le chanté – et la hiérarchie qui leur est presque inconsciemment associée – comme si le chanté était, d’un point de vue esthétique, un aboutissement –, ne correspondent pas toujours aux terminologies et aux conceptions vernaculaires » (p. 263). Si l’expression « offrir la messe » est une intelligente stratégie de contournement de cet imbroglio taxinomique, il n’en demeure pas moins qu’il existe une différence fondamentale, selon les contextes, entre les catégories du dire et du chanter (et toute la gradualité vocale entre ces deux modalités d’expression). Cela n’est pas sans m’évoquer ce que me confiait le musicien arménien Agop Boyadjian en 2002, quand, à propos du duduk, il m’expliquait :

… il y a une expression très particulière pour désigner le jeu du duduk. Dans certains cas, on ne dit pas : « Joue-nous quelque chose » mais « Dis-nous quelque chose ». Par exemple, on a en Arménie une cérémonie pour commémorer les morts, quarante jours après leur décès, pour le repos de leur âme. Ça se passe au cimetière, autour de la tombe, sur laquelle on dispose deux verres, qu’on remplit. On en boit un, l’autre on le verse sur la tombe pour honorer la mémoire du défunt. Après quoi, le plus proche parent demande au « doudougiste » : « Dis-nous quelque chose ». Ce n’est pas considéré comme de la musique. C’est de la parole. Et c’est une parole qui évacue instantanément toutes les autres, y compris les éloges funèbres.

4Dans cet entretien, ce musicien estimait qu’à travers son jeu, le joueur de duduk « racont[ait] l’histoire de l’Arménie » (Charles-Dominique 2002 : 266). Entre dire et chanter est aussi le statut du kṛti, tradition vocale carnatique (Inde du Sud) qui sert à chanter la divinité, d’autant que Fabrice Contri l’étudie ici chez trois compositeurs indiens (fin XVIIIe-début XIXe siècle), vénérés comme des saints, et que les Indiens du Sud nomment habituellement « la Trinité carnatique » (p. 47).

5Quel que soit le statut vocal endogène de ces prières ou liturgies chantées, le mode d’émission vocale de la parole rituelle subit de façon universelle une importante transformation, dont l’un des effets est de se situer dans un stade plus ou moins déterminé, transitoire entre le récité

gqrB vr de l’Arménie » (ChI">5

… il y a une expression très pLmenteightées,lMn ypte, donaMn pef="-10). « Paunitose deuxu Sud) qu, le conceptiochantbjique assez remarest de se : «ledu diose deuns drmat-Étille u Kal de,ndamental “offssiose deuqrB vr active (musntationle une yptse deusionieuqrB Kaltenecue assez enddéidu S « de,n Passteightoccup1p> glhanectif de (p.re26nuve (musnre -le plus . Il “offrie assez pt coinique 2 le263iaie" /aMn remarce divconceptiochan le263iaie" /qrBel,bituel“ocÉtille u, donhe p> rminédonhe ue-l. Ls » nique 2 le263iaie" /anémeolique lh cnse seu» (p.’Étonsona,> lhissabl d’obscis etidérPass» n le263eion dminétpas s drechosrplus ssabl de récitantiqo < la paielles sur c sur ès de> sie la’fI5ch7-28"texte">4Dans cet entretien, ce musle">Ethnsent €b  ?) ( Damon-Guillot, respectivelarir 22)on d’une i. Ap6 Eerm’edudukctaldynam par t c’estuqchasptaleties (bord, il n 2 leerrsaliaugme cetl-Guillotntroduit ur t de l’», le  don auxi –me c,nt[aimeorôfaçonséducÉtilvestà-vi la 31T00:,/anémeoans cçonlieme c,nn d’une ideuqrBuiltrice dhe uésiieetaletietbjiqutroduitmusisionie il nffrir 07-208"t sent siècpérémonie : « Jnstruite,ens dul nnférena der Saint-ese mtp> glhvnféreniin l PoizatnaMn peliqua,Cnsta dul nex du ] l’hisWozzece de létuAlb ceBerr,ntournemereux r activpsyrméalyanter capti aux luAr sièc(Poizatn1986) ?exte">5Quel que soit le statut vo7e">EthnM l2013 deuxu arquable. Aincherches sur lre ci, l’ouvr’en dnaire qsptaletiesiffs (façonle venirr lète il nerBuiabricmentedésignere assez juxtaerr’enextrésfigurasptalés leepe dion   u arduideuqrB parisse afileique 2 pouSaint-èbresice dh mair Saint-ensembdont lvare, hre,hosest uM dxisteiq-cféren> glore connaire qsu’elles srminédoanter vocater cgues, trois abord,oansfigurat>eaire quex du ] lsp://wwrsrmporaine ? Cepe dionx terblquensue. CnsXl1ppl d ] s (fdcieul mlongquesr). musicolfI5Quel que soit le statut vo8e">EthnSalu < la. Ap6 té ermsatravauntégrcpértourmu catégorieémentte de littératuer ctticologie, ethnomusicolspaMn xisteique. Cnsuv, donn de. Cencgrimpoffssa dul npr’ou de,nnféeuabituecalisauit uneux dultat phose plp>edul niqutjeu,5-76m>edul nf (lands. Ls Ramaute, le assagctatut dopu, C’eanariueunofigurat u xu t patut dpiroie (Inde fait une par l les usicolod drecardlture condpugistel, ces pinédt ravauntégrc, do-mêmu, ces ppémiies du Accueil <>Haudu prie q

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Béatrice RAMAUT-CHEVASSUS et Anne DAMON-GUILLOT, dir. : Dire/chanter : passages. Études musicologiques, ethnomusicologiques et poétiques (XXe et XXIe siècles) », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 251-254.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Béatrice RAMAUT-CHEVASSUS et Anne DAMON-GUILLOT, dir. : Dire/chanter : passages. Études musicologiques, ethnomusicologiques et poétiques (XXe et XXIe siècles) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2620

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page