Navigation – Plan du site
Thèses

Magali DE RUYTER : Musiques et musiciens en ‘pays mobongo’. Fondements musicaux et performatifs des dynamiques interethniques dans les monts du Chaillu (Gabon)

Thèse de doctorat en ethnomusicologie/ethnologie, soutenue le 18 janvier 2016 à l’Université Paris Ouest Nanterre
p. 270
Référence(s) :

Magali DE RUYTER : Musiques et musiciens en ‘pays mobongo’. Fondements musicaux et performatifs des dynamiques interethniques dans les monts du Chaillu (Gabon)
Thèse de doctorat en ethnomusicologie/ethnologie, soutenue le 18 janvier 2016 à l’Université Paris Ouest Nanterre
2 volumes (363 + 146p), 1 DVD contenant 200 extraits audio et 2 vidéos
Directeur de thèse : Michael Houseman

Texte intégral

1Fondée sur une ethnographie focalisée sur les monts du Chaillu (sud Gabon), cette thèse s’attache à caractériser la relation Pygmées Babongo / voisins non-Pygmées, qui se distingue de la relation entre non-Pygmées par sa qualité foncièrement bivalente. Deux cadres d’analyse sont mobilisés à cette fin : le « pays mobongo » (sing. de babongo) et la musique principalement rituelle.

2L’expression analytique « pays mobongo » souligne en termes géographiques le rôle central des Babongo dans la reproduction d’une société pluriethnique malgré leur statut de « cadets sociaux ». La musique, dont l’expertise est créditée aux Babongo, est envisagée comme un mode de communication articulant un contenu et une relation. Différentes échelles d’observation sont mobilisées : le matériau sonore et ses règles ; la performance ; la performance dans sa récurrence. Elles permettent de considérer tant la production que la perception de la musique et interrogent en termes communicationnels les régimes de plasticité du changement musical.

3La logique de la relation Pygmées/non-Pygmées émerge du plan méta-communicationnel de la pratique musicale rituelle. L’analyse de cette dernière met en évidence les perspectives babongo et voisines sur la relation interethnique, ainsi qu’une analogie entre les relations Babongo/voisins et femmes/hommes. La bivalence de la relation interethnique est suggérée comme relevant de la co-adhésion des Babongo à deux systèmes normatifs. Il apparaît que ce qui distingue les Babongo de leurs voisins les rapproche en définitive d’autres populations pygmées d’Afrique centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Magali DE RUYTER : Musiques et musiciens en ‘pays mobongo’. Fondements musicaux et performatifs des dynamiques interethniques dans les monts du Chaillu (Gabon) », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 270.

Référence électronique

« Magali DE RUYTER : Musiques et musiciens en ‘pays mobongo’. Fondements musicaux et performatifs des dynamiques interethniques dans les monts du Chaillu (Gabon) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2643

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page