Navigation – Plan du site
Dossier : identités musicales‎

Musiques des minorités, musique mineure, tiers-musical

Jérôme Cler et Bruno Messina
p. 243-271

Résumé

Jérôme Cler : Pour définir ce que nous entendons par « musique mineure », nous abordons l’exemple de la Turquie, où la notion de minorité, qui fut longtemps problématique, s’avère de plus en plus présente dans les consciences depuis une dizaine d’années, en particulier du point de vue musical. En prenant pour appui deux milieux très différents, celui des Yörük (nomades fraîchement sédentarisés) du sud, et celui des Alevi-Bektashis (hétérodoxie religieuse de tendance shi’ite), en montrant les réseaux complexes dans lesquels sont pris leurs pratiques musicales, nous sommes conduits à contester la pertinence des notions d’identité ou de musique minoritaire, trop triviales pour décrire la finesse des stratégies locales : en ce sens, la « musique mineure » est avant tout une pratique et un devenir, refusant de se laisser figer comme « identitaire ».
Bruno Messina : Pour compléter ce regard sur la Turquie contemporaine, nous défendons l’idée selon laquelle le paysage sonore javanais et certains de ses micro-événements musicaux participent musicalement de l’ordinaire javanais et doivent être étudiés à l’intérieur d’une musicologie générale de Java Central et non pas écartés comme autant de phénomènes marginaux ou anecdotiques. En élargissant cette approche, nous développons la notion de « tiers-musical », comme une invitation à considérer de plein droit ce que beaucoup d’ethnomusicologues auraient tendance à dédaigner ou simplement refusent d’écouter.

Haut de page

Texte intégral

PDF
h1" dir="ltrv id="heaingn1">Note préliminaire pv class="Texme" dir="ltr">Diectioinaire desidés rçuges pv class="Texme" dir="ltr">devenirs-mineuse »ques lesmêmms présenraient dansn/emMuill Pelaseauaet d’utirs "texte, qui disaient à peuptrès « l nn,suffitn pas de se délarer minorité,incotre fut-ils le>devenie … Cdes notion,ncesphrauses, ontcheinié er moe au lonu de ues trvnaux d’ethnomusicologus : ellee ésaientjustes les points se d parr d’uneprflextioe quita prgirsosé dans l’ombre au ils de a, féaqunitation desvuilragee oùjdaimnaisml’arêtser en Turquie méridional,s et dentjd’eisai icie une lplustradio, sanis pour autantrprétenuue ce co forern àuer modèle de iennés : simplemens, il s’grt ea forueeir ce queml’i dts lenteorai elu-mêmmi, danssax completitéconntiustile, à la fais pourexpliciteur uneseulne pratiqu,s etau- dl à d lasuffissancenteoitnorrale usvuilrag ou de la pratiqu.

pv class="Texme" dir="ltr"> h1" dir="ltrv id="heaingn2">Musiques des minorités, musique mineure : l’exemple de la Turquie méridionale (Jérôme Cler)
  • /

    Quelques données liminaires

    <32 dir="ltrv id="heaing43">Musique nationale et saz
  • <
      pv class="Texme" dir="ltr">sazsaz.

    <32 dir="ltrv id="heaing53">Minorités en Turquie pv class="Texme" dir="ltr"> <32 dir="ltrv id="heaing63">Les Yörük pv class="Texme" dir="ltr"> <32 dir="ltrv id="heaing73">Minorités religieuses, hétérodoxies musulmanes <32 dir="ltrv id="heaing83">Musique et hétérodoxie pv class="Texme" dir="ltr">sazeF siècli,n hét ptenut à>SivatpPoursouz «hdénsiue », etsiorloppoiationadu puvvorecCentra,s etique lioeaimme a/jou lhqure présentr,bgrannissastsior saz pv class="Texme" dir="ltr">oirequl une les conniquancse dr lexoduerutrln hét ld’f orimmenet lesaAnciennes stucltuus oliatiques « tibnaese », et la fie de larchfferhis traditionnells; aiis unencertaieareeeur,r les gransxn/emaşıksazsaz <32 dir="ltrv id="heaing93">Modèle, contre-modèles
  • saz
  • <
    pv class="Texme" dir="ltr">saz baǧlama <32 dir="ltrv id="heaingn10">Sivas, juillet 1993
  • baǧlamemcerrz
  • <
      pv class="Texme" dir="ltr">Siva,tautXVIeF siècli,nsnous leecrdrenn d’un uesues niiiesx iscip lee diveusvzir.>Siva,t drAncienn Sébaest d j à blmbrspPourslee40i metyrs dlnsgtemps hcrétsens,re uvcntsn/emkanlı>SivazSivatla sanglvanee » en 199,s oerqul’à l’ccastior d’unepen contr d’intllsecuilis er ajnoridseAlévi,s une fule defa natiques êldée de nationaistrseeas uessnnsitse intégistrsemdts lefpeu à lhôstu2 où ogeainont leeprin ipnaux particinans. Trnee-supetintllsecuilis txn/emaşıksa, ksa ksak>üçtellt de sa k

    Un peu d’ethnographie : le üçtelli baǧlama de Topal Ramazan

    <32 dir="ltrv id="heaing1n2">Topal Ramazan pv class="Texme" dir="ltr"> pv class="Texme" dir="ltr">üçtelli baǧlama pv class="Texme" dir="ltr">dau ppetis pltht, dentjesjnoarsld’ua tout au lonu de Un peugênié parmlasur pril,a ilmdexpliquri quece,plthenl’éaiet enscommequl utjpeu d’nfnans. Sanis luer : ilchngian d suj etasehzsviul,e de toulefaçior(nuserétiosearrvtés,eas ilmet récsa.

    <32 dir="ltrv id="heaing1n3">
    La « reconnaissance» de Topal Ramazan pv class="Texme" dir="ltr">saküçtelli baǧlamasazşelpezsaz
    pv class="ixreilplustradioe" dir="ltr"Fig. 2 .  RamazatGüngör ntsior üçtellzFig.üçtelli baǧlam, Fethiyu.2" /> pv class=ce dtsilplustradioe" dir="ltr"Photo (Jérôme Cle, 194.

    saz pv class="Texme" dir="ltr">

    Lesagrrière-pays : osur une Musique mintuua

    pv class="Texme" dir="ltr"> <32 dir="ltrv id="heaing163"> pv class="Texme" dir="ltr"> pv class="Texme" dir="ltr">osxiangir deuxcmaggoruiisimopuianslee deechnis( emahasakuapeccultuua pv class="Texme" dir="ltr"> pv class="Texme" dir="ltr"> <32 dir="ltrv id="heaing173"> pv class="Texme" dir="ltr">Lesmêmmesionssttnir sur et scr te de leueeoruntiois musicali,i qrnd, ise ésaientjeunnetbmergri,tegaçioseets ilees….

    pv class="Texme" dir="ltr"> pv class="Texme" dir="ltr"> pv class="Texme" dir="ltr">La prxuis êmm,e aons la Musique mintuu, estuna/emngailasviezmaLa Musique prexsstt,, pour lesbBektashie, et esreetoeursdes toulep rr,t dans lesoriquelsàrrphéitrone;t pour lesYYörüeuelrsest comme le trupenue aons la motagn,s apariitios- isppriitios,t nammesene dveair,l onet le modèl,slie chnie miaoe,la isspru. >La pratiqus mintuuto.ière comme piant veugli ddans ae rrnographi eetàchngiis musicuxe:a Musique ernnn-trtPou..

    <12 dir="ltrv id="heaing193">
  • Larrags dr lexm rsotcoa
  • <
      pv class="Texme" dir="ltr">

    pv class="Texme" dir="ltr">
  • <
      pv class="Texme" dir="ltr">eeondeus d’uaeeregisxreumen Ppurailpheur,iJJérôme Cleinnousaamconttt que lee qvaiits pbjeactvrs det « gransnmmusiquee e et la lzaine dAcıpayame, «eubaee »,ndimo rsotconment ass lee enetdsushaAun- iltumagie, onet lse « petiusnmmusiquee e,inter mifblei,r smbeente üçtellz….

  • <
      pv class="Texme" dir="ltr">

    pv class="Texme" dir="ltr"> pv class="Texme" dir="ltr">Lnssert ellur lireilphsaut gtt ds cheeinsebunssonnigri,t ds crfainumens,e etenrle art les true,seese enree,seese iaoeuri,t dgrrièrtets dans lee mri,tavsancre à douïes sur etsodentuesn lesriziièrsteasrhizomme,ectoulrn chiqueepanceoeblud jus q à tcovie,cts «ttout oùoreonintscn rdéeninintscnplede »m rsodente art lesopréocpratquiu. .

  • iousKia-hway, Paais :Gcaiimnar,t1967, LXIII. .
  • <
      pv class="Texme" dir="ltr">sneeveuit ass oire « considrnt ce petitrautantrqunlee grane ,mn s « considrnt ce petit commeétanstlcu grane ,e tr onc,e xaioemeen,e « considrnt ce petit comme le grane ..

    pv class="Texme" dir="ltr"> pv class="Texme" dir="ltr">
    Hfut der pgua

    Biblunograpiea
    >

    ANDREWS Peter Alford, 1989, Ethnic Groups in the Republic of Turkey. Wiesbaden : Dr. Ludwig Reichert Verlag.

    AROM Simha, 1987 [1980], Centrafrique. Anthologie de la musique des Pygmées Aka. CD Ocora-Radio France.

    BASSET Catherine, 1995, Musiques de Bali à Java, l’ordre et la fête. Paris : Cité de la Musique/ Arles : Actes Sud. CD inséré.

    CHARLES Daniel, 2001, « Musique et an-archie », La fiction de la postmodernité selon l’esprit de la musique. Paris : Presses universitaires de France : 262.

    CLEMENT Gilles, 2004, Manifeste pour le Tiers paysage. Paris : Editions Jean-Michel Place.

    CLER Jérôme, 1994, Turquie. Musiques des yayla. CD Ocora-Radio France.

    CLER Jérôme, 1998a, Turquie. Le violon des yayla. Mehmet ›akır. CD Ocora-Radio France.

    CLER Jérôme, 1998b, Turquie. Le sipsi des yayla. CD Ocora-Radio France.

    CLER Jérôme, 1999, « La notion de paysage musical : observations d’un ethnomusicologue », in : KTEMA, Civilisations de l’Orient, de la Grèce et de Rome antiques 24. Strasbourg : Centre de Recherches sur le Proche Orient et la Grèce : 259-267.

    CLER Jérôme, 2001, « Le terrain et son interprétation », in Jacques Viret, éd. : Actes du Colloque sur l’herméneutique musicale. Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg : 29-38.

    CLER Jérôme, 2005, -« Pays de danseurs, rythmes boîteux », in André Bernold et Richard Pinhas, ed. : Deleuze épars. Paris : Hermann.

    COLLI Giorgio, 2000, Philosophie du contact, cahiers posthumes II, trad. Patrizia Farazzi. Paris : Editions de l’Éclat.

    DELEUZE Gilles et Félix GUATTARI, 1975, Kafka, pour une littérature mineure. Paris : Les Editions de Minuit.

    DELEUZE Gilles et Félix GUATTARI, 1980, Mille plateaux. Paris : Les Editions de Minuit.

    KAFKA Franz, 1990, « La cantatrice Joséphine ou le Peuple des souris », in Un artiste de la faim, trad. Claude David. Paris : Gallimard, Folio classique.

    LEVI-STRAUSS Claude, 1983, L’ identité, séminaire. Quadrige. Paris : PUF.

    LORTAT-JACOB Bernard , 1998, Chants de passion, au cœur d’une confrérie de Sardaigne. Paris : Les éditions du Cerf. CD inséré.

    MASSICARD Elise, 2005, L’ autre Turquie. Le mouvement aléviste et ses territoires. Paris : PUF.

    MELIKOFF Irène, 1998, Hadji Bektash, un mythe et ses avatars. Leiden : Brill.

    MESSINA Bruno, 2001, Sons des marchands ambulants de Java Central, mémoire de DEA sous la direction de François Picard. Paris : Université Paris IV Sorbonne.

    MESSINA Bruno, 2007, « Le tiers-musical », revue Filigrane : « Musique et globalisation ». Paris : Editions Delatour France (à paraître).

    NANCY Jean-Luc, 2002, A l’écoute. Paris : Editions Galilée.

    PICARD François, 2003, La musique chinoise. Nouvelle édition corrigée, augmentée et mise à jour. Paris : You-Feng.

    PONGEFrancis, 1942, Le parti pris des choses. Paris : NRF Poésie/Gallimard.

    ROUX Jean-Paul et Kemal ÖZBAYRI, 1970, Les traditions des nomades de la Turquie méridionale. Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul. Paris : Adrien-Maisonneuve.

    SLOBIN Mark, 1993, Subcultural Sounds, Micromusics of the West. Hanover & London : Wesleyan University Press.

    STOKES Martin, 1992, The Arabesk Debate : Music and Musicians in Modern Turkey. Oxford : Clarendon Press.

    Haut de page

    Notes

    1 A paraître : Turquie. L’art du baǧlama, Ocora-Radio-France.

    2 J’évoque ici une situation encore stable au tournant des années 1980-90, où j’effectuais mes premiers voyages. Je renvoie le lecteur à la description très précise qu’en a faite Martin Stokes dans son livre Arabesk Debate (1992), en particulier dans le chapitre sur « rule, system, technique ».

    3 Pour cela, cf. Melikoff 1998.

    4 Tout est relatif : cf. plus bas.

    5 Le courant culturel appelé arabesk n’était pas qu’une musique inspirée de la variété égyptienne des années 1950, très populaire dans toute la méditerranée orientale, mais aussi un style de vie, et avait pour emblème le personnage du gariban, le migrant anatolien venant à Istanbul chercher du travail, et en proie, dirait-on aujourd’hui, à une profonde « crise d’identité » (sociale, s’entend).

    6 Je rappelle qu’une particularité du saz est que les cordes des « bords » sont du même registre, se différenciant de celle du milieu, de sorte que cet accord « en quintes » ne peut s’écrire, par exemple : sol1-ré2-la2 : il y a coexistence d’une logique de l’accordage en quintes, empruntée à des cordophones occidentaux, et celle, proprement « sazistique », où les deux cordes des bords sont distantes d’un ton : dans l’autre accordage, il s’agit simplement d’un renversement du système.

    7 Auteur d’une méthode détaillant toutes ces techniques, şelpe baǧlama metodu. Istanbul : Ekin yayınları, 2001.

    8 En anglais dans le texte (cf. Slobin 1993).

    9 Toujours en anglais dans le texte.

    10 Cf. le double 33 t. paru chez Ocora, Voyages d’Alain Gheerbrant en Anatolie 1956-1957 (Ocora Radio-France 558634). A l’époque de son voyage, Alain Gheerbant n’avait pas voulu publier ses enregistrements, à cause du secret de l’appartenance religieuse alévi-bektashi. Il le fit plus tard, dans les années 1970.

    11 Pour tous les aspects politiques liés à l’alévisme contemporain, cf. Massicard 2005. Quant à l’alévisme et au bektashisme historiques, voir Melikoff 1998.

    12 Cf. 1999, 2005.

    13 Stratégie la plus simple : devant les collecteurs « nationaux » venant d’Ankara ou d’Izmir, il était courant de voir les paysans chanter ou jouer quatre ou cinq airs, puis s’arrêter en disant : « o kadar », « c’est tout, voilà mon répertoire », alors qu’ils pouvaient par ailleurs animer des veillées jusqu’au matin…

    14 Dans La rage de l’expression,Francis Ponge écrivait :« Je m’aperçois d’une chose : au fond ce que j’aime, ce qui me touche, c’est la beauté non reconnue, c’est la faiblesse d’arguments, c’est la modestie. Ceux qui n’ont pas la parole, c’est à ceux-là que je veux la donner. Voilà où ma position politique et ma position esthétique se rejoignent. » (1942).

    15 Le siter est une cithare – version populaire et le plus souvent rudimentaire du celempung que l’on trouve dans le gamelan – posée à plat devant le musicien.

    16 A paraître en 2007 chez Modal, un ouvrage collectif (contributions de Luc Charles-Dominique, Bruno Messina, François Picard, Patrick Vaillant…) consacré à Zéphirin Castellon, célèbre joueur de fifre et sonneur de cloches du haut-pays niçois, accompagné de la réédition du disque Siblar e cantar en Vesubia paru une première fois en 1992 chez Silex.

    17 CD Denis Cuniot, Confidentiel klezmer, Buda Records, 2007 ; CD Leopold Kozlowski, The last klezmer, Global Village Music, 1994.

    18 Tchouang-Tseu, chapitre XIV, Le Ciel tourne, traduit par Jean-François Billeter et extrait de son ouvrage « Leçons sur Tchouang-Tseu », Paris, Editions Allia, 2006 : 124.

    19 Des éléments de cette partie ont été repris à l’article « le tiers-musical », à paraître dans la revue Filigrane, aux Editions Delatour France, dans le numéro intitulé Musique et globalisation.

    20 Voir aussi les enregistrements de François Picard, en situation, dans le CD : Chine, les 18 provinces, chez Silex/Auvidis.

    21 Cité par Jean-Luc Nancy (2002 : 41).

    22 Lao-Tseu, Tao-tö king, trad. Liou Kia-hway, Paris : Gallimard, 1967, LXIII.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Fig. 1 . Les musiciens officiants du rituel de cem bektashi, village de Tekke Köyü, Elmalı, Antalya.
    Crédits Photo Jérôme Cler, 2003.
    URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/290/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 104k
    Titre Fig. 2 . Ramazan Güngör et son üçtelli baǧlama, Fethiye.
    Crédits Photo Jérôme Cler, 1994.
    URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/290/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 208k
    Titre Fig. 3 . Hayri Dev et son üçtelli baǧlama, hameau de Ta avlu, Çameli, Denizli.
    Crédits Photo Georges Andres, 2004.
    URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/290/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 108k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Jérôme Cler et Bruno Messina, « Musiques des minorités, musique mineure, tiers-musical », Cahiers d’ethnomusicologie, 20 | 2007, 243-271.

    Référence électronique

    Jérôme Cler et Bruno Messina, « Musiques des minorités, musique mineure, tiers-musical », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/290

    Haut de page

    Auteurs

    Jérôme Cler

    Après des études littéraires (ENS rue d’Ulm, licence de philosophie, agrégation de lettres classiques) à Paris, a enseigné une dizaine d’années les lettres dans le secondaire, en région parisienne ainsi qu’en Espagne (Institut français de Madrid, 1984-86), où la pratique de la guitare flamenca l’a conduit à une première prise de conscience de l’ethnomusicologie participante. En 1988, la rencontre à Paris de Talip Özkan et l’apprentissage auprès de lui des luths saz (musique rurale de Turquie) et tanbur (musique classique ottomane) l’ont lancé sur les routes d’Anatolie, et vers une reconversion des lettres à l’anthropologie musicale. Détaché au CNRS (équipe « Mondes turc et iranien ») entre 1995 et 1997, il a soutenu son doctorat à l’université de Paris X-Nanterre, sous la direction de Jean During, en 1998 (Musique et musiciens de Turquie méridionale). Il est maître de conférences à l’Université de Paris IV-Sorbonne depuis 2000.

    Articles du même auteur