Navigation – Plan du site
Thèses

Serge SAGELOLY : La jota aragonaise: tradition orale d’une poésie chantée dans l’Espagne d’aujourd’hui

Thèse de doctorat en musicologie, 2005, Université Toulouse-le-Mirail
p. 361
Référence(s) :

Serge SAGELOLY : La jota aragonaise: tradition orale d’une poésie chantée dans l’Espagne d’aujourd’hui, Thèse de doctorat en musicologie, soutenue le 10 décembre 2005 à l’Université Toulouse-le-Mirail. Directeur de thèse : Jésus Aguila ; co-directeur : Jean-Christophe Maillard, 1 volume (287 pages), 1 CD audio

Texte intégral

1Les Aragonais dévoilent volontiers l’écrin dans lequel ils ont su préserver, depuis plus d’un siècle, la jota de estilo – une bibliographie emphatique, une classification de styles, et enfin un grand concours où elle est encadrée par ses inévitables cousines plus rapides, plus clinquantes et plus spectaculaires, et dont elle a hérité une non moins brillante introduction instrumentale.

2Mais elle se vit surtout dans l’itinérance de noyaux mélodiques dont on piste les captations à travers le territoire, les époques, les transcriptions et les lieux de production, ou auprès des nombreux artisans d’une vie traditionnelle dont l’intensité n’a d’égale que la discrétion. Une fois mis à nu, le geste mélodique revêt tous les atours d’une expérience esthétique quasi intime, dont la brièveté et la lenteur, associées à l’immobilité du corps « sacrifié » (l’interprète se campe derrière le masque mélodique patrimonial), donnent à la performance un doux parfum de temps suspendu et une intensité diffuse de haïku.

3Nous laissant peu à peu séduire par cette fugacité gourmande, nous avons voulu démontrer (à partir d’outils inspirés de la sémiotique de Peirce) qu’une suite d’impressions était modélisable et révélait un éventail de possibles. Là où la performance inscrit du temps, la dissonance ouvre un espace – un autre rapport entre voix, mélodie et texte. Nous laissant entraîner « à la marge », sur des dissonances non systématiques mais positionnées sur des sites privilégiés, nous avons pu, en retour, confirmer nos hypothèses d’analyse dynamique (un geste unique dont la plasticité permet différents modèles de dramatisation). Révélatrices d’un réflexe traditionnel, les dissonances viennent également souligner une rhétorique poétique particulière. Par la dissonance, on quitte la métaphore (à la fois du masque et de la consonance) et on réintègre le récit.

4Dans un élan venu du bel canto et qui a emporté la jota dans le culte de la belle mélodie consonante, la dissonance apparaît dès lors comme une trace ancienne, un clin d’œil conventionnel (la connotation du mot), aussi bien à l’attachement pour la profération théâtrale qu’à la figure familière re-présentant l’acteur ou le personnage archétypal. Pouvant bien évidemment s’appliquer à d’autres chants traditionnels, le modèle proposé permet ici de célébrer la dissonance-résistance comme angle possible d’approche de la passion ressentie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Serge SAGELOLY : La jota aragonaise: tradition orale d’une poésie chantée dans l’Espagne d’aujourd’hui », Cahiers d’ethnomusicologie, 20 | 2007, 361.

Référence électronique

« Serge SAGELOLY : La jota aragonaise: tradition orale d’une poésie chantée dans l’Espagne d’aujourd’hui », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/347

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page