Navigation – Plan du site
Entretiens

Trois brèves remarques sur l’ethnomusicologie et une conclusion

Simha Arom
p. 173-174

Texte intégral

1L’entretien ci-dessus ayant été soumis avant sa publication à la lecture de Simha Arom, celui-ci a souhaité exprimer son point de vue à propos du contenu de certains passages mettant en cause sa démarche. Plutôt que d’adopter une attitude polémique et de reprendre point par point les allégations de Jean-Jacques Nattiez le concernant avec lesquelles il n’était pas d’accord, Arom a préféré préciser sa position actuelle de façon constructive, en nous livrant ce petit « précis d’ethnomusicologie », qui a le mérite de la clarté et de la concision (n.d.l.r.).

1. Ethnologie/Ethnomusicologie

2Un des problèmes récurrents de l’ethnomusicologie, c’est qu’elle n’a pas su et ne sait toujours pas délimiter son domaine, d’où une série de malentendus et de polémiques.

3Pourquoi a-t-on éprouvé le besoin de créer des disciplines hybrides liant entre elles les caractéristiques de l’une et de l’autre ? C’est que le phénomène social étant éminemment complexe, son étude nécessite pour chacune de ses branches une spécialisation poussée dans un domaine propre. C’est dire que cette spécialisation prime sur le préfixe « ethno ».

4Peut-on concevoir un ethnolinguiste qui ne soit pas linguiste, un ethnobotaniste qui ne soit pas botaniste, un ethnozoologue qui ne soit pas zoologue, un ethnomédecin qui ne soit pas médecin ? De la même manière, un ethnomusicologue est d’abord musicologue. Tous ces spécialistes ont en commun d’exercer leurs disciplines respectives dans le cadre de l’ethnologie, c’est-à-dire : 1) de la pratiquer dans un contexte socioculturel donné ; 2) d’étudier la manière dont chacun de ces domaines est articulé avec le contexte social et culturel spécifique où il s’insère. Il en va de même pour l’ethnomusicologie.

5Ce qu’il y a de particulier chez l’ethnomusicologue, c’est que l’objet de sa spécialisation – la musique – est un système sémiologique formalisé, dont l’analyse, à un stade donné de l’étude, peut et doit se faire en soi.

6C’est pourquoi il est précisément le seul qui soit à même de mettre au jour le lien entre ce système (fondé le plus souvent sur des traits musicaux intrinsèques) et son contexte socioculturel sous tous ses aspects.

7La pratique de l’ethnomusicologie se justifie là où la compétence de l’ethnologue s’arrête.

2. Culture et système musical

8Les relations émotionnelles et/ou affectives qui se rattachent au phénomène musical relèvent à la fois du psychologique et du socioculturel. On retrouve le socioculturel dans le système musical et le système de la musique dans le socioculturel ; ils se projettent l’un dans l’autre et c’est précisément la manière dont s’articule cette corrélation qui singularise chaque société. En d’autre termes, il s’agit de montrer comment chaque société se représente et vit cette corrélation, en tenant compte de son caractère dynamique et évolutif.

9L’analyse structurelle de la musique elle-même, en tant que système auto-référentiel, est nécessairement préalable à l’étude de la corrélation. Le plus souvent, cette corrélation se fonde sur des traits musicaux liés à telle circonstance culturelle de façon bi-univoque.

10Envisagés sous cet angle, culture et structure ne se trouvent pas en opposition mais en symbiose, ce qui prouve la cohérence du système global.

3. Culture et fonctions musicales

11D’une manière générale, le lien causal entre musique et culture n’est ni organique, ni même logique : le plus souvent il est de tradition, c’est-à-dire qu’il comporte une part d’arbitraire. C’est la cristallisation d’un état de fait qui a prévalu dans une société donnée à un moment donné de son histoire et qui s’est maintenu par un consensus tacite : dans telle ethnie africaine, les chants pour l’initiation des filles sont accompagnés d’une harpe, alors que ceux pour l’initiation des garçons le sont par deux xylophones ; l’inverse eût été tout aussi plausible – car il n’y a aucun lien intrinsèque entre l’instrument et sa fonction.

12Mieux : la musique qui, dans tel groupe pygmée, sert à l’inauguration d’un nouveau campement est employée, dans tel autre, comme musique de funérailles. De tels exemples abondent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simha Arom, « Trois brèves remarques sur l’ethnomusicologie et une conclusion », Cahiers d’ethnomusicologie, 12 | 1999, 173-174.

Référence électronique

Simha Arom, « Trois brèves remarques sur l’ethnomusicologie et une conclusion », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 08 janvier 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/853

Haut de page

Auteur

Simha Arom

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page