Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Leymarie, Isabelle. – Cuban Fire. Musiques populaires d’expression cubaine. Paris, Éditions Outre Mesure, 1997, 351 p., index, bibl. (« Contrepoints »).

Kali Argyriadis

Texte intégral

1Ce livre d’Isabelle Leymarie s’inscrit dans la continuité de plusieurs autres publications de l’auteure sur les musiques latino-américaines en général et sur la salsa et le Latin Jazz en particulier. Elle décrit ici de façon très fouillée l’émergence de différents styles musicaux cubains et l’histoire de leurs fusions avec d’autres styles caribéens et nord-américains. L’objectif est ambitieux puisqu’il s’agit de couvrir à la fois toute la période qui va du début du xxe siècle à nos jours et plusieurs lieux-clés de création et de diffusion de ces musiques, parmi lesquels essentiellement La Havane, New York et Porto Rico.

2Pianiste et musicologue, I. Leymarie est passionnée par son sujet, et elle en est même partie prenante. Elle n’hésite donc pas, dès la première phrase, à porter des jugements de valeur (la musique afro-cubaine serait ainsi « l’une des plus riches et des plus séduisantes du monde », p. 9) et à opérer des choix et des sélections qui ne seront évidemment pas du goût des lecteurs d’opinion différente. « Si, sur le plan de la créativité, la musique de danse cubaine – et la salsa en particulier – paraît traverser une période de relative stagnation due à ses limitations harmoniques, le Latin Jazz en revanche ne cesse d’évoluer », nous dit-elle en conclusion, après s’être appliquée à démontrer au fil du texte la richesse du Latin Jazz, son style de prédilection.

3On pourra donc se faire l’écho des critiques et commentaires que suscitent les livres d’I. Leymarie dans le milieu des spécialistes du genre (artistes et amateurs), polémiques qui concernent souvent la paternité des styles et des morceaux, l’antériorité d’un style par rapport à un autre (le mambo est-il un dérivé du cha-cha-cha, ou bien est-ce le contraire, comme l’affirme l’auteure ?) ou la façon d’établir des typologies. À ce titre, l’idée du tableau synoptique 1 (p. 312) est en elle-même très contestable. Pourquoi présenter de