Navigation – Plan du site
études et essais

(Auto)biographie d’une conversion à l’islam

Regards croisés sur une histoire de changement religieux dans le Bénin contemporain
Marie Miran et El Hadj Akan Charif Vissoh
p. 655-704

Résumés


Cet article a pour objet la conversion à l’islam du Béninois El Hadj Akan Charif Vissoh, dont la famille, mahi (fon), se partage entre cultes vodun et catholicisme. Tentant l’expérience de la co-écriture entre le converti lui-même, devenu imam de la mosquée centrale d’Allada et le chroniqueur de sa conversion, l’article propose tout à la fois une histoire de vie, un récit de conversion, un plaidoyer « réformiste » au nom des convertis à l’islam du Sud-Bénin et une relecture anthropologique et historique critique de ce narratif dans ses diverses articulations. Quelques comparaisons sont esquissées avec les trajectoires d’autres convertis autochtones du Ghana et de la Côte-d’Ivoire au XXe siècle. La conclusion revisite les débats sur la conversion religieuse en Afrique et au-delà.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est le fruit d’une rencontre et d’une amitié singulière entre un converti béninois à l’islam, devenu imam de la mosquée centrale d’Allada et une historienne-anthropologue intéressée par l’étude des sociétés musulmanes dans le golfe de Guinée. Introduits par un ami ivoirien commun et l’imam El Hadj Mohamed Ibrahim al-Habib de la mosquée zongo à Cotonou au printemps 2003, notre rencontre a révélé l’imbrication de nos intérêts réciproques à tenter l’aventure d’une collaboration expérimentale.

  • 1 Imparfaite traduction de l’anglais « agency », également rendue par « capacité d’initiative ».

2Issu d’un sous-groupe fon, de mère adepte des cultes vodun et de père catholique, El Hadj Akan Charif Vissoh souhaitait raconter l’histoire mouvementée de sa vie et de sa conversion. Il le fit avec beaucoup d’émotion, sans fausse pudeur, avec une richesse de détails dont le texte qui suit ne donne qu’imparfaitement la mesure. De fait, ce récit ne fut pas sollicité mais plutôt offert à l’écoute d’une oreille étrangère, sous la forme d’une longue conversation initiale d’une quinzaine d’heures sur plusieurs jours. Cette narration intime et personnelle était explicitement présentée comme un plaidoyer collectif au nom des convertis à l’islam du Sud-Bénin, voire au-delà. Elle ne voulait pas être le discours prosélyte d’un appelé qui appelle à l’islam, comme en témoignent la discrétion avec laquelle sont abordées les dimensions théologique et spirituelle et plus encore l’accent délibéré mis sur les difficultés multiformes que vivent les convertis au quotidien : dans l’énoncé de ce cheminement religieux, les ombres se mêlent étroitement à la lumière. La narration, performative, était clairement mise en scène comme une prise de parole d’un acteur musulman rarement entendu (la figure du converti) et comme une interpellation critique des musulmans nés dans l’islam (ou « musulmans d’ascendance ») qui au mieux ignoreraient la condition particulière des convertis, au pire leur refuseraient tout soutien moral, logistique ou matériel. Le récit de Charif Vissoh s’inscrit malgré tout dans une tradition de da’wa (propagande ou mission islamique) dans la mesure où il propose de réformer, au nom même de l’islam, certaines mentalités et pratiques culturelles islamiques locales. De fait, pour l’imam d’Allada, cette réforme est une condition préalable à la diffusion de l’islam hors des communautés où il se trouve confiné, l’objectif étant d’aider aux progrès de l’islam au Bénin sur les plans à la fois qualitatif et quantitatif. Le paradoxe reste que Charif Vissoh, imam, enseignant coranique et journaliste à la radio La Voix de l’Islam, recourt à la confrontation avec un regard extérieur, ni africain ni musulman, pour mieux solliciter l’attention de ses coreligionnaires. L’essentiel, pour Vissoh, était que son appel soit publié, dans l’idée que le passage de l’oral à l’écrit et du local à une plateforme plus globale en renforcerait la portée et la légitimité, ne serait-ce que symboliquement. Sa signature certifie non seulement la forme et le fond de cet appel mais aussi l’agencéité1 du converti prédicateur.

  • 2 Le terme « autochtone » fait ici référence aux groupes ethniques lagunaires, côtiers et forestiers (...)

3Les centres d’intérêt de recherche de Marie Miran l’orientaient, pour sa part, vers les minorités musulmanes de l’Afrique occidentale atlantique dont l’histoire et le devenir contemporains sont restés sous-étudiés en comparaison des sociétés plus anciennement et majoritairement islamisées de la zone soudano-sahélienne, et ce, alors que le corridor Abidjan-Lagos est animé d’une formidable vitalité religieuse qu’attestent les nombreux travaux consacrés aux christianismes, aux prophétismes africains et aux cultes (néo)traditionnels (Fourchard, Mary & Otayek 2005). Au terme d’une étude sur la société musulmane d’Abidjan, faisant état de dynamiques locales d’islamisation mais surtout centrée sur les transformations internes des communautés et de la culture religieuse islamiques dominantes (Miran 2006), la question des convertis dits « autochtones »2 s’est présentée sous un angle inédit pour pousser plus avant l’exploration du fait minoritaire, pour entendre des voix souvent passées sous silence et pour enquêter sur le pluralisme et les échanges interculturels en islam. Le tout s’inscrit dans la poursuite de l’interrogation des processus de changement socioculturel qu’a traversé cet espace à la fois frontière et carrefour de l’époque coloniale à l’âge de la mondialisation actuelle.

  • 3 La conversion à l’islam est sensiblement différente quand elle se déroule dans un contexte où l’isl (...)

4Intrigante entre toutes est la question de la conversion qui correspond au passage d’une religion majoritaire à une religion minoritaire — par son poids démographique ou par son statut politique subordonné — qui plus est quand l’islam minoritaire souffre d’une image publique plutôt négative, comme c’est souvent le cas dans le golfe de Guinée3. L’interrogation principale concerne cependant moins le pourquoi que le comment de la conversion. Les aspects cognitifs, théologiques ou spirituels pouvant éclairer les motivations de la conversion importent moins que la dimension expérientielle et relationnelle du passage d’une culture religieuse et d’une communauté de foi à une autre. L’ambition n’est pas de contribuer aux débats théoriques sur la conceptualisation de la conversion religieuse mais de mieux comprendre l’émergence et le devenir contrasté des individus et des communautés de convertis autochtones à l’islam dans un contexte géographique et historique particuliers, en soulignant l’articulation de ce devenir à celui des diverses communautés d’origine et de la société musulmane plurielle, dans la juxtaposition des échelles locale, nationale et globale.

  • 4 BRENNER (1999) a déjà souligné l’importance de la récente émergence d’une « voix musulmane » dans l (...)
  • 5 Notre collaboration fructueuse quoique forcément imparfaite — notamment parce que les relations de (...)

5Sur le plan de la méthodologie quoique de manière très empirique et fragmentaire, Marie Miran s’est par ailleurs interrogée sur la possibilité et les modalités d’un dialogue de type « post-orientaliste » et « post-islamiste » entre les milieux académiques, notamment occidentaux et les milieux religieux musulmans africains, pour confronter le défi du renouvellement des études sur l’islam en Afrique4. Si l’idée cède quelque peu à la mode du « penser global » valorisant les échanges interculturels, elle parie plus sérieusement sur la fécondité du décloisonnement des savoirs séculier/religieux et du croisement des perspectives externe/ interne. L’invitation de Charif Vissoh au dialogue en a été un modeste laboratoire5.

6Notre essai a donc au moins deux facettes d’objectifs croisés, requérant autant de niveaux de lecture. À un premier niveau, El Hadj Vissoh retrace l’histoire de sa vie de converti (mémoire autobiographique), en produisant un récit de conversion (discours de domestication et d’appartenance à l’islam) et un plaidoyer « réformiste » sur la question des convertis (discours de différentiation identitaire intra-musulman et discours d’invite aux valeurs supra-ethniques universalistes de l’islam). À un second niveau, Marie Miran propose une analyse anthropologique et historique critique de ce narratif dans ses diverses articulations, en esquissant quelques comparaisons à l’appui d’autres récits de vie de convertis, recueillis en Côte-d’Ivoire et au Ghana, afin de situer la trajectoire individuelle de Vissoh dans une perspective plus large. La conclusion revisite par le bas quelques aspects du vaste débat académique sur la « conversion africaine » aux religions du salut.

7La faiblesse de ce projet tient à la subjectivité de notre dialogue. Que la source primaire du récit de conversion soit subjective est un truisme des études sur le changement religieux. Le métanarratif de la conversion n’est pas un exposé objectif mais une recomposition rétroactive de la construction de soi. Il représente aussi une étape de la conversion (Fabre 1999a : 806) et peut reproduire du dogme (Décobert 1998 : 59). Dans notre collaboration, la subjectivité et la positionnalité du récit de Vissoh sont encore compliquées par le fait que celui-ci ait pris forme et se soit développé dans le cadre de nos échanges, à Cotonou d’abord puis au fil de discussions régulières, écrites et orales, grâce au courrier postal et électronique et surtout au téléphone (2003-2009). Parfois sollicités par des questions mais aussi par la réflexivité de Vissoh sur son propre discours, des ajouts, des corrections de détail, des commentaires (mais aucune suppression) sont venus étoffer la trame narrative originale, finalement reconstruite d’un commun accord, par souci de clarté, selon une certaine linéarité chronologique, en filtrant avec un zeste d’arbitraire les informations sur les personnages et les événements « secondaires ». La relecture critique de la version finalisée de cet article en a été la dernière occasion. À l’évidence, dans cet essai, nous ne parlons pas toujours de la même voix, mais nos voix ne font pas que se superposer : leur écho a changé la donne. Si notre dialogue pèche par sa subjectivité, il atteste en retour de la vigueur de nos échanges intellectuels et de la réciprocité dans notre travail, aussi inachevés soient-ils.

PORTRAIT EN STUDIO D’EL HADJ VISSOH EN TENUE IMAMALE, DANS LE RESPECT DU « PROTOCOLE » ISLAMIQUE BéNINOIS (ABAYA DE LA MECQUE, TURBAN, CHAPELET, TAPIS DE PRIèRE), COTONOU, 2007.

Entre cultes vodun et catholicisme : les origines ethniques et familiales de Lucien Vissoh

8El Hadj Charif Vissoh est né Akan Lucien Vissoh le 8 janvier 1953 à Logozohè, à une centaine de kilomètres au nord d’Abomey, capitale historique du royaume du Danxomé, dans ce qui était alors la colonie française du Dahomey. La bourgade de Logozohè, dans la commune de Savalou de l’actuel Bénin, est majoritairement peuplée d’un sous-groupe fon, les Mahi, relevant de l’aire linguistique dite aja-ewe. L’histoire atteste, depuis le XVIIIsiècle, de la présence très minoritaire de musulmans dans l’État du Danxomé, par la suite exposé à une influence islamique discrète. À la différence cependant du royaume asante et plus encore de l’empire yoruba d’Oyo, les musulmans étaient presque exclusivement des étrangers, les Fon du Danxomé ayant collectivement refusé d’embrasser l’islam (Law 1986 : 97). Vissoh considère en outre que de tous les sous-groupes fon, les populations mahi sont restées les plus réfractaires à l’islam. La mémoire collective, au demeurant controversée, leur attribue la réputation d’un groupe montagnard acéphale et segmentaire, vivier d’esclaves, fermé aux étrangers et très attaché à son autonomie y compris face au royaume du Danxomé avec qui les Mahi ont entretenu des relations fort tumultueuses. De fait, les Mahi seraient demeurés à ce jour une minorité nationale particulièrement attachée à son identité (Anignikin 2001). Dans son Étude de l’Islam au Dahomey parue en 1926, Paul Marty notait laconiquement à l’endroit des Mahi : « Leur fétichisme très arriéré ne paraît pas devoir être prochainement entamé par l’islam ; et leur caractère très fermé constitue un obstacle invincible à ses missionnaires » (Marty 1926 : 4). À l’inverse, l’enracinement local de la religion traditionnelle associée aux cultes vodun est ancien et très fort. Une illustration en est la croyance, prévalente dans tout le Sud-Bénin, en des origines mahi de Sakpata. Dans la cosmogonie fon, Sakpata est la divinité de la terre et des maladies éruptives, hier variole, aujourd’hui sida : sa puissance n’a cessé d’être redoutée (Tall 1995 : 801).

9D’après le recensement officiel de 2002, 46,5 % des résidents de la commune de Savalou — contre 23,3 % à l’échelle nationale — se prévalent toujours des cultes traditionnels (RGPH du Bénin 2002). Vissoh souligne qu’à la différence d’autres régions où des préjugés négatifs sur les cultes vodun peuvent reléguer sa pratique dans l’obscurité, en pays mahi la religion traditionnelle est souvent pratiquée exclusivement, ouvertement et avec fierté. C’est le cas de la mère de Vissoh, née vers 1923. Quoique simple fidèle, elle est devenue une « référence » religieuse à Logozohè eu égard à son grand âge. Après son mariage avec un chrétien, elle n’a opposé aucune difficulté à ce que ses enfants soient élevés dans la seule tradition catholique, reconnaissant que depuis l’arrivée des colons, la tradition vodun serait, selon ses propres dires, devenue « désuète » (ce qui, en fait, est loin d’être le cas). Mais elle a personnellement toujours refusé de se convertir au christianisme, restant la seule adepte des cultes traditionnels dans sa famille.

  • 6 La commune de Savalou comptait 17,9 % de catholiques en 2002, contre 27,1 % au niveau national. La (...)
  • 7 À sa mort, le gouvernement béninois a décrété trois jours de deuil national : L’Autre Quotidien, 14 (...)

10L’évangélisation des missionnaires européens à la fois protestants et catholiques et la paix coloniale française ont œuvré de concert à la conversion d’une frange importante des Mahi au christianisme au cours du XXsiècle6. Certains devinrent de hauts cadres de l’administration civile coloniale puis postcoloniale ou du clergé catholique, la conversion religieuse représentant aussi une forme de conversion à la modernité occidentale. A contrario, l’image dominante de l’islam restait celle d’une religion arriérée. Le représentant le plus distingué de l’Église catholique au Bénin, le cardinal Bernardin Gantin (1922-2008), est un Mahi de Covè (né à Toffo). Au terme d’une carrière de plus de trente ans au Vatican, le cardinal Joseph Ratzinger lui succéda au poste de doyen du Collège des cardinaux en 2002. Longtemps, le cardinal Gantin fut lui-même considéré comme un « papabile », l’homme qui aurait pu être le premier pape subsaharien7.

11Le catholicisme fut introduit dans le village de Logozohè en 1928 par un oncle paternel de Charif Vissoh. Le père de Vissoh, né vers 1912, couturier-tailleur puis agriculteur, se convertit au christianisme à l’adolescence, mais il ne fut longtemps catholique que de nom. Il épousa cinq femmes qui lui donnèrent sept enfants — Lucien est l’aîné de ses fils. Mais à la fin de sa vie, un réveil spirituel le fit embrasser le catholicisme avec ferveur. Il divorça et se remaria religieusement avec l’une de ses femmes (qui n’est pas la mère de Lucien). Jusqu’à sa mort en 2007 à l’âge de 95 ans, il était toujours, au village, le premier arrivé à la messe.

12Lucien Vissoh a été baptisé, comme consigné dans son « livret de catholicité » (certificat de baptême), mais il n’a pas fait sa communion. Il fut scolarisé dans l’enseignement public et reçut, en plus du catéchisme, une éducation catholique à la maison. À l’adolescence, à son entrée au collège d’enseignement général de Savalou, il fut confié pour plusieurs années aux bons soins de sa sœur aînée et de son mari, un couple de catholiques pratiquants, tous deux instituteurs, elle dans le public, lui dans le secteur privé catholique. Vissoh acquit au fil des ans une solide connaissance de la Bible et du christianisme. Mais s’il allait régulièrement à l’église et portait alors une identité sociale catholique, il n’était pas « spécialement croyant » ; sa foi fut un don de l’islam.

13Bon élève, ambitieux et discipliné, le parcours scolaire de Vissoh fut sans ombrage. Il était doué en mathématiques mais sa passion le portait vers les langues. Il maîtrisa rapidement non seulement le français mais aussi l’anglais. Dans la collectivité familiale akan (Vissoh, Awanou, etc.) de Logozohè, d’autres connurent aussi la réussite scolaire puis professionnelle, comme instituteur, ingénieur, médecin, pilote de l’air ou professeur d’université ; un parent devint même ministre du gouvernement de Mathieu Kérékou ; un autre, professeur de physique, est l’actuel recteur de l’Université d’Abomey-Calavi. Ce qui a le plus bouleversé la sœur de Vissoh quand elle apprit tardivement la conversion à l’islam de celui qu’elle avait élevé comme son fils, c’est qu’il ait ruiné, en renonçant à des études supérieures de type occidental, ce qu’elle voyait comme la perspective d’une brillante carrière dans le secteur de l’emploi « moderne ».

  • 8 Ainsi la conversion à l’islam du roi de Savalou, Tossoh Gbaguidi XIII, à l’occasion d’un voyage en (...)

14Charif Vissoh se présente à ce jour comme le seul musulman de sa famille, puisque même ses deux filles ont apostasié et se sont tournées vers le christianisme (un jeune fils, toutefois, est resté musulman). Il ne connaît que cinq ou six autres Mahi musulmans dans toute la commune de Savalou8 et lui seul a accompli le pèlerinage à La Mecque. Les musulmans de la région — 11,2 % en 2002, contre 24,4 % à l’échelle nationale (20,6 % en 1992 ; RGPH du Bénin 1992, 2002) — sont tous des allogènes, venus du Nord ou des pays voisirati>Cha islam e et de son maoent-ilt toujours peeç son identité musulmane comme unewanmalvie et>Charif a d, virme avec des peussions familiales discrètis mais consnantes pour qu’il revienne à la religionudes viels.

Entrée dans l’islam à Porto-Novo

  • 9(...)

>5. reeYyorub,e que d’origine lointainer attacadit pour la pl par au royaume d’Oyo, étaient majoritairislammi, les musulmans loceux. C’esta>Cha qu’n guon, lalLangue du sous-groupe foe dominane la vlcl, lemot. nignifie tout à la fois « musulmae » et «Yyorubs ». La communauté musulmane Portonoevienne comptait toutefoi, d’autres-groupes socieux et ethnique,slammi, leqtuels des eascendatls desAcfr-b résliets —esclave libérs, venus s’initalire dans la région au cours du IXXh>siècl ( seule une minorité d’eotre aux éfait musulman2) — et desG un ayantadoptné l’islam. Le pluralisme communautaire l’exprimat> également par la multpllicité des concepsions et pratiques de l’islam dont laontaoncisme fut souvent source de devision Abdvoulyes 2003, 2002 ;B réuand 200I, à paraîre)i. Ce pluralismehrefétait plus largement ladniversitéfmortphronncsée de la scène religieuse Portonoevienn,r caractruistique de la phière vodun et plus encore de a, nbeuleuse chrétiene excepsionnellementecomposiue. Leséglissx prophétique,sntelle l’Église du christianismec éloste fonrée dans la vlcl% en 147x et les multpldes cofeussionsévangéliques etpsent côtistesys concurreccent depuis longtemps le catholicisme et le protestancisme « historiques ».Ddans ce contexte plur cofeussionbel foisonnan,s ses diverses religions attribuent des nignifclationsrivialesieux nigese de la ve sociale Portonoevienne. Mais l’économie spirituelleurbtaineestaaussirfaite d’influencts réciproques et latoluérance t toujours dominé l’expérience quotidienpe de la chabvitation religieuse(Barbire &DourierAapprlln 2002). C’est dans cet nvirsonnement originaI, à dissance de sa famille,ique>Lucien Vissoh a rencontné l’islat pour la premièreefois, laonsée de la proslaaition pas le régrme de Kérékos de l’dhéologde mrxtist-lBénitist>.

65

>7 du ude et du eotre du Bénii. Ce missionnair, Abdvou Fatah. Dissuki,hcque ne partait alors qu’aabr etanglai, avait ité nvoyvé à Porto-Novu par l’Université dal-Azhair autitdre desaectivitns de soliaritépianislamiqueoque cbordontait d’aabide Souduit,nfara chement nfonrée le pétrdcollurs.Uune amitié de ngaeeotre Vissoh et Dissuki,hcqueelui propoas(un tour de se convertir à l’islam. Lucienya réftéchtr puis accmpt.t Dissukii lui don a le rénme islamique me son jeune fils,>Charif (maislde convertichvoisit de cosfervur son actroyrme dennaissanc)x. Le laconisme de Vissoh sur l’acne formle de sa conversionets sur lesirituelscqueel’a compgnnèrent ne dait pas supprendr. Puer celycséan de215 ans, la conversion Le représentist qu’une ouverture pourapprendre l’aabrs. C’est legoûtndles languec qui le fit eotrre dans l’isla,e soituns intérêe asez cir cosscrit quoique intellectues. an foi ne sa révéa% à Vissohcqu’lxtérieuvement, foi iupn étrblse maisôtecobcien éistive puisqu’elles cela ien fvinitive l’ahrésdon de Vissohà saenouvells religio.

  • 10 sur lesHaousa du Ghana et lesDivoul (...)

>8da’w)aane commnrça oneffete à st dévelopere qu’à partur de la fin drs années 180s (Miran 200,k 2005).Ddans l’maiginaire populaire portonoevie,t lesYyoruba musulmans sont ypfiquement des riche hommes ou femmes d ffnaires, les>El Had-ns et>El Hada-se. Si desG un se convertessene occasionnellement à l’islam,ion uit diext qu’is, vulrent devenir richeh. De leur côné, lesYyoruba portonoevies tedment à considérer les convertis loceue comme desgense intéressns ethypocrites. C’est peu dirs que la communauté musulmane yorubatait traditionnellement fait peu le cas des convertissqu’elle regaraint avec unmvéange demvmpris et de uspictio10.

  • 15 Nesguiellemnts soulignnit ici les timies de res clasnifclations faussement lig des caséoluctives (...)

97La conversion de Vissoh futeon partne « relationnelle », pour reprendre at ypdologie qde tefanof AlirevR (198)h a llaborée danssBon étude des convertis européens à l’islam. Le contexte de la conversion de Lucien est encore éclaimé par une analyse « ur côns de louffre », un autrs concepm d’AlirevR selonleqtuel louffre prvenaent des milieux islamiques contribus, aux cônse de land"mande forulsée par se convertI, àexliqser l’origine de la conversios. C’est oneffete une forme particulière l’islam qui atsent,>Charis:,nson ans l’islam local dans sanversion traditionnelle et ethnique yorubamMais l’islam tran local dans Cns acours « aabree » et « modernse », l’islam « réformiste » au sens larg,t plus que d’islam «wahhabvies »15 /emsntrctou senun.

Charif Vissohnse présente pas la conversion à l’islam comme unrej et du catholicismenui d’ailleurs de son milies familiae et ethioculturel d’origin2 ; l’ata chement à son actroyrme mahi en a été un premier nige.f Vissohmeit au contriore l’accent sur les rontnuvitn,s le christianisme ayant cinstitté une étapenrécessair,n « un oant t, vers un mtnohrnisme mieux ffiermf. Le passage i recs de la religion traditionnelle à l’islam auraitité, selonlqui, despplus dofficales.Eon d hors dt la question de d’unicité dsDieu, Vissoh ffierue mêmeune r en r proceir au catholicismn. Ilicitt de Caram qui attribueune origine divile à la diversité ses religioni. Ce qui compre, soulign-nt-is, c’est d’êtrepileilement croyan aquelle que sist la croyance. ees relations personnelles en milies chrétiei sont restéesbsonnis etil , ensuitempris part, en sant quemport- parole musulman, à des rencontres islao- chrétienls.

  • >2 Il envae demvmde des convesgions de l’islam vers le christianism,emvmde mans des régions où le chr (...)
  • >3>Entrtiei avecIass. LlgréAzliaaud, Abidjan,28 toctabre 196 (lles entrtiesi référenvés dans cet a (...)
  • 43>Entrtiesi avecMaulevRM. Ymusf Yawsfon,Hafiz Ahmad J. Saeede etAbrubkr Goar Gorlman,rresposrblses (...)
  • >5(...)

. Elle lobsferva plsuf riquemcent depuis drs années 170- 180s mais ey notait déjà à l’époque colonialn, voire a"parevan).Ddans l>Entr- deu-gueires, ds Gba dAccran — en groupe ethnique « autochtone » fodcateue de la vlcle — préalablementeconvertis de la religion traditionnellegda au protestancism,t se sont tournes vers l’islam qd’i canraient localement lesHaousa et lesYyoruba originairee duNrieria). À l’iestur de Visso,e la mémoiregdanse présente pas la conversion à l’islam comme unrej ettradocal au christianisme mais plutôt comme son pr lonuement.Ldes commrnçansthaousa et yoruba étant peueprosélytes et lesGae ne partent ithaousa it yoruba(lses deux groupesnue viraient d’ailleurspcas dans lsemvmdse quartirs)n, les premieesGaeeconvertis écovprrent l’islam danslle texte même de la Bibls, en la traructionanglaige. La figure e Jdésse fut souventlune comme anonciantrce de celle deMohtammdati>Cha en Côte-d’Ivoiri, un convertib été à l’islam,lxtérieuvemen, ima àGaignsa puii àAAbidjan,pprit-i% en 157e «Iasse » pour rénme islamique en r connaissance de la figure e Jdésse —Iass.iei aabr — à l’origine desaa révéaation musulman3. L’influence au christianisme sur la communautéga musulmane émergepre, strucuorée en 130e enuneGnaMus ti Ab origina Societyh, était encore manfzeste dans l’rgianitation le Sodcyusshooles islamique,s sur lemoidèl, ds Sodcyusshooles chrétienlm dont nombrs de res convertis iraient été élèves et pour certaism, enseignans ( comme leptionmierYmuhao Ayikwei Aryeeo). Au déut, la Bible ntanglai, commenrée engah, était même le seullivrs de res croles islamiqueshybrg dee : l’islam étaitlittnéranement enseigsé aa travert d uneapprocee critique mais qusi- catéchistique de la tradition chrétien.> Il enfout demvmde des premieesFlante musulman4. À l’iestur de Visso,e lemotife qui domiet l’expticationique donment lesGae de leur conversion à l’islam est l’aturaitdun mtnohrnismeabsolus, la tvinité révéaent l’m perecation du christianisme.Ccomme Visso,eclesGae musulmans présrvnèrent dans l’ensmbule uneapprocee onciliantrce etbcieveillante à l’égard de leusuf rtres chrétien5.

  • 63>Entrtiei avecMamadousDinarrissuubo,Laknot,k 2 aoûtn 200.>

2El Had-ns et les>El Hada-se.Ccomme les viel, Vissoh était contaicue que les>El Had-ns pratiquent des sscrfinceshumcains etmdomfaient deusuvicitili, tachése mans despla cars,t qu’is, en p élèvent desrgiales nt que les uêtst des sscrfines omtessene de l’agment pouraliemenrer les fodns du sscrfincateue. Lalittnérituresaevanea est laconiqus sur cetmaiginaire populair, pountant ancien etfmort réhndu. One en retroude la trace au IXXhsiècl en pays yoruba où lse ythees sur l « agient mogique » despquissanes ont été revvrfinesdde manièrerspecacpulaireaAprès la écoveorte megisnementsrd’ydproarbeures et les /emboomsn pétruliere qui transfornèrentbrutcalement luNrieriae dans lrs années 170- 180s(Barier 1826 : 382 ;LograndMatorty 1948 : 001).Pcas de spécificitéoculturelle, cependan, dans cse représenttsionsamalgtameis de la richeus,i un covvoix et de lamfort.Ean 200e à Lknot,k dans le ud-ouestivvoivie,t unrrich homms d ffnaire malvinh fut suvargement ynaché par unefroule l’acusvant de forcilieimx et de trifi de crpeshumcains.Uune mosquét qu’il vtait en partne finncséefustaaussi sscagnée63.Dde res lcémenes comparatifs fragmentairse, il resmort que lesntéro type du iocee oomme srcneirmalfnasvant relive aevansage es fecteur sciae que dse crirtres diethnicitékos de religio Sla récpctivité on milies iont peu-être été febilite par uneffamilircité historique avec ae pratique des sscrfinceshumcain,tbcien attesrée dans eu Danxoméepr coloniam (Law 195)kos on miliesguna de Porto-Nov,n ihée à l’importance de la écapitition oomme pratiquemforuaoire indspenaible à la divinisation desnncsntres (Law 1992 ;Jamtous 1945).Ddans ses deux contextn,s le fait que les>El Had-ns yorubai canment, otre une puissance finncnière, unealxtérité ehonique et religieus,l n’a ue que febilirer leue iabolisatio). avec r, recl,e Charif Vissoh attribueunedvobcle paterilté à ces préjugé.> Isehreftseraient d une par les pratiquessynarhétiquee etnson islamiquesdne certaies musulmans yoruba(Barbire &DourierAapprlln 2002).Dle l’autre,-ilt mémoignrroient aussi de l’ignotance des payaons fen osguna à l’endroit un mtdce au commrce/ internationae dans eqtueléolument les>El Had-ne : ae richeuse de res derneie,t i comparible à la leuecet acqusne paefoi, rapidemen, nde leurnsmbule covvoix lacequéiur qu’illicitement et à leurs réiels.Eanrcia,eclessntéro typsi seraientlla traructiondsa rdalités soci-économiques contaestée>.

Charif Vissohnse rouyait donchreroulrt la croyancn oommerquoi a, oste en aabr àuvemttre àHaissa Ad échkjat luifnasvait cuiur r, uisquedue prduresas uêts.Uunesd"maiue ardan,eil d’interogeas sur ct qu’ildeuyaitfnairr. Il pécda, finalementdre l’esécprre, dans eudvobcle sensdetfnairr ct qulonlqul vtaitnd"manué et d fffronter lamfort.C nt pismodeeon uit lont sur lestsentions indernse qui téchrnèrent Vissoh dansncesmoementt de coute sur la conversion qui représentist à sesydeuxun erae par extistnrtnlm.

lessntéro typsi et lm duytes exliqsent aussi pourquo, par iisticas de prtecatio,e Chariffuit dimbuhée le cvoxn de disimoulrt la conversion à sa famille. Il r duytait ln réapprbcation et r, rjent des neons et plsu cnscrètmrent larrêedie toutstouvinh finncneue. La dissance et r, fait que dans lrs six années qui suvirment la conversion Vissohndiûtn qu’une pratique islamiqueir régulièrs, lasidèrent à restrs discert.Mmême ie des pm e et loeigss révénèrent la conversion plsuutô, Vissoh réussi à aoceir son identité islamique à sespprocens pendant six ane!. Mais il était alors devent hefsdetfnmielle et finncnièrement autonoe..m.

La oste en aabr qu’vlait rdiogée l’Éyputien n’était qu’unelettredee reco"mansatio2 ; Vissoh suvsécp.AlphasHaissa Ad échkja, avait iudité à l’Université islamique meMrdinte fonrée en 161n pas le royaumesSoudu en pour formr des missionnairescChagnesdde dofusser l’dhéologdewahhabvies de aur lemotdc>. Lalphas a d, être u’ue des tionmieesdne cetteuniversité àevenirenseignre au Bénie : dans lrs années 190a,ule nombrs des dplômnes béninois meMrdinte était toujours timité et leuriosfectionddanslle iIssu soci- religieux de Porto-Novt toujours prblhématiqu (DVissue 1992 ;Abdvoulyes 200)x. C’esta>Cha que Vissoh commnrça sonappre iIslage de l’aabrx et de ladoc tvice islamique dans la médroas delLalphas (qui partait un ies le français et r,gun),t sansfaraitdre scolarrté.

PORANTS LEKEFFIEH LORSO DUNE CONFéRENCE ISLAMIQU, (N).D..)

les /emsceidofsn deswrestronsamuéiccains..t Dissukiievoya à l’époque deuxautres jeunsu Béninois iudiire dans ln mtdceaabrx dont laactuel ima de lamfosquét /emzlonon d Cotono,eMohtaed Ibrahim" a-Habvb (qui patait alors auKowre t). Paaollllement àsees études aulycsée de Porto-Nova puii à son entrée dans la vesaectie, Vissohpprit des cours d aabrx aur correspodrance avec Dissukii à Cotonom.

7Lucien — « C’est seulement d’ieuvt qulonunestait pas ». Lucientevenaint d une famillsguna catholiquedue quartireCatcahi de Porto-Nov.e Elle don annaissance à deux fillel :Lydias ensuite renmamee ayal),e en 176r etNlasnri,e en 178). puii Lucien t. Lucienteuse mrrièrent.LLuciente était au couvant de la conversion de Chari), maishelle re manfzesa à l’époque aucus intérêe particulier pour l’islae. Charif était delLavtissqu il ne dait pasy savoix de coturanste en religion etilnle voyait aucus i congénient à le que au femml reste catholique. Le couplecvoulrit desujoursieuvuxm.

et r,moidèl, dt la Charifyl vtaitndsn oncls et descvoisirt loeigss(qui rouyarent laccudeiloix et lasieir àuse ettre surpieda : lm acotes psdèrent également dans ln cvoxn de landistisatio).

h21 class="texte">Charif t. Luciente Vissoh détournèrentgtemortairement hez une voisire àBouakméeuius s’initalnèrent hez un onclempaternee àAkosup ( sous pflectire-dAdzrop),k dans le ud-estivvoivie,t enzlodenfodistnèrs.Ean terre atip ( aka)e comme dans le pays mah,s l’isla,e minoritair, avait une présence discrète.Ccommeailleurs en Côte-d’Ivoiramtérdtionaet, les musulmansrnationax (Divoul pour la pl par)s nt étrangers(Burktisbhè,Malvinps,Gruininps,Niogrvinps,Spn égaais etautre)e viraient grouvés dansddse quartirsh d patn,s appevés ( dans le ud-oues), l’(quvalentdles /emzlonon du Ghan,i unTLoge et du Bénii. commrnçans,i tranmporteurs,pllanteursnoulma œuvue,slpeueprosélyte,enfortnte une communauté à la foish étrlogène et un vice de sentehomo génlisatiot, les musulmansva qunient àlleurs ffnaire sanspvertuber l’(qu ibrge soci religieux locae. La vlclenle fastait pa emeniur r, ytheehoouhouëtistve d’une Côte-d’Ivoira cosm polie,n terre de chabvitation inde cofeussionbe le poisb samvmdeha is relationseotre chrétiens etmmusulmans( etaimtistesd ans unemoiendreme sue)s relevaient plutôt d’i différencemuituelleeas de pagrtatismebcien cmepise que detoluérance éclaimes (Miran 2026 :52-531).

L oncle de Vissoh résitait en d hors ue quartiremmusulmat.LLui-même éfait mans emploi mais saffemml avait uspvtait commrnce d /em atipkmn(semrouledde manoc)t aumaurcté ; Lucienteudye assoca). C’est dansles -dAkosup que>Charif trouys un raîret coraniqu,;AbdvoulyesKanité, un Mliens qul vtait fait ees étudesensTunoise. Biens qex locutaire d’un ioceemaurchndewahhabvies l’originegruininiue annme l>El Had FonuéSakhv,Kanitl n’était paswahhabvies etn’enseigtait pas r, utdewahhabvie). Il n’était pasnion plsu adepte d’une cofrgrvim etn initiait pas à la vicesufi>(

( l’un forme scolair)t.Ldes enfantsnteuse oqunèrent pa esoins deceaenouve élèvs qul vtait l’ge d être lsurpnèrs. Le raîretinevtr. Charif ànte pasaavoixhoante cas sa rituiitéllefeurait rlo reseur plua vies et dans(unankos deu,tilt pourmat> lsseconrre dans lrencadrement des jeunsu élève). Il neftalunt que troismotis à Vissohppourêtrepfroue asdissant.Lde oar, lemraîretrdontait des cours menuveausaevacté à Cns asdissane>.

2Luciene exprimt pour la premièreefoiison réserdde se convertir à l’islam.Crmaignanssqu’ellenteudyesente coturanst, Vissoh d ievtr.à prendre degtemprddebcienpesurt la éistont.LLucientefvini par se convertirent devintA ï ca.O D’Après Chari),A ï cat devintmeailleuei musulmane que uie. Si la conversion de Lucienle, à l’iagte de celle debcien l’autres femmes, est à l’v idecle « relationnelle ” et irée auemarigu, elle apparaîtaaussimotivte par unepi ité inténieuei ne sa rduasvnit pas ànces ir costyancestexpérieure>.

CharifsC éfaitnarrangé pour ulivrssdes cours à l’nssu tssdeshCôtsf. Lejpourarriat cependant où lesevret de la conversionfout écoveors.Uue voisinfout mêacté d’Aengpoukou ; il vmpr"manas Vissohvigcouiesuement.Biens qex tes prordes pm e etdde Charif —(qui n étaient pas.

encore au couvant adoptnèrentlxtérieuvemen, uneposrture plutôtneotrevis-à-vtis de la foi islamique me leurnfils,lml reste de la famills rdgsi à cette révéaation avec bea cou daaversios.>L oncle dAkosup lemenarçadl’exulrsios. Charif auraitpu em minagrs hez soun raîre), mais c oderneirnle voulrit pas qex tesgense dsment que Charifcquiptait sa famills part qu’il était deventmmusulmat.AbdvoulyesKanitelqui cosveillt plutôt ei propoeir àuoun oncledetelui ayeir(unloyeir pour restrs hez uie.>L onclestrgniverbamMaisfvini par accmpeue. lemraîret ayas ses deux premieesmotiseuius contnuat de ubvtnrtionrer lnloyeir des Vissoh.>Charif aegarne vircme le sntiementdexhoante qu’us qusi- étrangen ayântsounloyeir pour virme dans sa prptre famille.Pparailleur, lemraîret emplyas Lucienle, «Madame,>Charis », à des traveux de minagt.LLuciente apprità ilire uempVissne qu’elle tedunit enbseigntesieux élèves coraniqusf.Pplsuugar, >El Had FonuéSakhv, r, uocee oommrnçana prpti étaore de a, médroa,ffuitue ion à>Charif t.ue ion plua génuiext encore s saffemml pour lus encaurgire dans la vice de l’islam.Ldes Visso nvoyvèrentune parice de l†agient àlleursffilles restées à Logozohs.

dans le uds ue la Côte-d’Ivoire boedmentdl’expériencrs smienaire. La conversionà l’isla,a religion minoritair,magionaet, étranière etmvmprihée ifait oouvent peeçet par la famills comme une prvocsatiot, uneaata quekosuon rnui un milies soci religieux l’originx. C éfait paefoi,-même un mdes uevivs qul était codaminé, comme la êacet hez lesAhizui un vlcagtenssltaore deTiagube dans la région d Csrkos( sous pflectire-eu Dbou). Puerlls êaceurn qui reste de oanguecieuvs, en irogume sur lacag une bti ,tiltnC’est pasaisté ds pratiqurt la pmière musulmane : lesAhizui musulmansdme la érodue colonialt se sont doncaaussi convertis à l’autresmrétiur, notmement le commrnce93.Ddans lrs années 130- 140> dans le vlcagtedueKborkipraeAprès-eu Dloat, lesB été tmilsdèrent ae rsqurte colonialt des traveuxfmonvés pour hâtirer leusuf rtres convertis à l’islae.. Lapr cnciliantion des convertisvvec leursfnmiellse a été dofficalamvmdeha par socindla poilement les deux parices ont ceiacté à miimtirer leusu différedisvvec legtemp>.

El Had FonuéSakhvr se Chage a de sonisscrptsio% à l’éo le fraco- aabrx la plsu renmamee d’Abidjan, de eotre culturel islamique meWeiloamsvmille, annme l un sous quartire-dAdjarmf.>El Had Sakhvr sertedunit àAAbidjat toutns lrs d"maiuet hez udesLibanmais pourappovistionrersion oommrnce devnaiseille. Ilyuf riquntait us comptrotnegruinini et o religionnairswahhabvie, >El Had Mohtaed LaomietKaubo,importate ctdologin,a figure e ppoque de lamrouyecle « réformiste »ivvoivienrs. Deuius a fodcasion en 176,tKaubs dorieaitaaussi la médroas deWeiloamsvmillf.Aaux cônse l’autresupdagogums- cofférenneie,t Il enfait usAgranu eotre ’appre iIslage pour lus plsu jeunsumMais aussi de réfexison prrspectivs sur l’islat pour Cns étuians,i is cadrs et is intellectuese fracophtons (Delvaln 180e :65-66u ;(Miran 2026 :317-319)x..

LomietKaubo, qul vtaitsubie des écneveneisvvec des convertis peuspériex,nfout initillementhrétccentvis-à-vtis de Vissoh.Mraitdrevant sonisdissanc,ailt lui don a la hyance. Vissoh étuiu sout ae i rection le aloa Trabor,s dplômns d aabrx et de ctdologis de l’Université meMrdint,t solarns de asLigque islamique mtdnialtets, en 182,l ima dns étuiansseuius ima dns cadrs musulmansdue quartire résitnrtnl huppns de asRivivrat.Ldesdeax homme,e de a, mmde génusatiot,sde inèrent Laamitit.ÀuWeiloamsvmille,ldes courssle fastament en alirnsance onaabrx et enffrançais dans toutns lrsrtatrtre,e religieussn oomme pofiale).Dle l’vtis de Vissoa,ule uveaus des pofeusleurs deffrançais éfait-soinsbioniquecieux l’aabrxmMais>CharifsCabistiet de d"mandir(unposretdl’enseignant enffrançais parpeurn qlonlqul r procee d êtreevent heroceirdun emploi plutôtique C éudiire l’aabrs.Ffinalemen, aa ermte d’une éroduedl’issa, LaomietKaubnfait savoix à>Charif qu’il étaititatsftait de sespprgprès rapids etsdintsentist mmdehtobortets, pouralliire l’ctle à la parol,ailt lui ofrait uneshomms d agientsymbholique.>Charif inde ptat c grestefmort comme unpctle lregaieaentà courulivrssBon éducation islamiquevvec toujours lsssdet ermtisatio).

8 les musulman,srnationax nt étranger,e viraient dsprstas dans toutlle iIssuurbinii.Lla « vlcle mtdce »(Vidaln 2002,andistisatioa pm vlrégvée desflax miogrtoairse,vi tvice de lamrodercitûivvoivienr à l’ccsitnrnaet, évait unem égpocl en ileilctroissance où lsepossibialités d scsention socialenl’exlutaient pas dis i égalitésflaogratene : aestog égition mptciale éfaitnvdant toun social>. À eourarrirée dans lacapitlle,ldes Vissoh ognèrent Laboare dans le quartire populaire d’Aobo,a commurx la plsupeuplsée de toutlle pay,t hez unlamtdl’efsance originairn de Logozohs.Ddans lrs d"maiuet qui suvirmen, Vissohobstiet ds,rresposrblses deWeiloamsvmille l autuiitation le labsgeprruependant un mais pour mieux connaîret la vlcle. Il eourtfastait qu’il vtait surtoutbesloin d agient et d cequéiur rapidemens sonautonose. Sounlam,t hefsdet hyatiire dans lnbâtiemen,lee reco"manss pour un vent travaiedde ma œuvu).Dle son solairntourMliere, iléconomoas uoffstmement pour ermtttre àA ï cat de la ppovistionrer en izx et en codiementt pour ronter uspvtait /emboisirssnaliemennairn derque. Le couplesef trouys uex locutionddanslle quartir). Aubtout l un mai, Vissohsef trouynit enme suen decquiprersion travaie pour r toureir éudiire alors quA ï cat contnuaist la uiuaiue et commnrçaà pratiqurt la colturi. CenC’est qte de csmoemen-là,sAgâace axe « sscrfincesdue au femms », que Charif Vissohpunt cinsscire leessentnl de songtempr àsees étudee. Il trouys par lansuite uspvtait travaie ne oarsée comme vmrétcteurauAprès-l’efsatrs tbanmait.Ldesrdevenns au couple lsurpermarmentdre laocenter uet mlv rsioe,cvs qul était encoreraore au Bénii.Ppour uneshommsmromiqu, aloa Traborx cdas aussi axe Vissohun mieux soons qu’il voulritr empacir). Charif était deventuon «pvtait actros e!. Il pécda, alors lalltrs heroceirseesffillesaun vlcagtx. C éfait en 183.e ayall vtait7 man,sNlasnri,e5.

Charifduitfnairt face à des écrmtisatiost familiadee.Sdes pm e et accmpnèrentgtoutefoi, r, faitvvecphilosophile, anmoement qu’ilsC ne oertatt.Ldesdeax ffillesnu’vlaient pas été scolarsnées etnne partiment que te fot.LdourAgran- mère lsur éfait poffonrement ata crée et>Charifduitfuter de ubntefuage pour luslqul rraocei SlaAgrande œrn qui viraet sforttis à Cotonoumait Charifosegare,e sur larcoute ue rtpou :, comme eesffilles connaissaient ies lsurpnère,ldesegareseffronauliere re maiqurtaient pas dctrort qu’il parmat> les « rendrs e!. La fronirtrl était alorsfermrée eotre lnTLoge et ln Ghana et ln voyagt enbuse aur leBurktish futmparticulièrement lont et Bénbls).

El Had FonuéSakhvr d"mandt à le quelqul oait confnéesBon éducatio.e ayall patait àAkosup,e étuiu à l’éo lewahhabvies etduitpportrs «ule niu e(les Charifyl éfait personnellementopprosà maisnuosvait cnffrontersBonbcie faiteue. Aubtout l udeaonsée psstes sansrdevoix des pm e e,e la fllCette revint àAAbidjatppour unesd"maiue devncyance. Ore dans l indevaille, elle vsait ttcalement prdue la co phsentiondue fot.Sdes pm e etinh frent Lautant plsu hoqunns et eigss(qu’is,nse rouyaient ples sforttis commutiqurt i rectementvvecnelle:sNlasnri,e lacdCetto, qul vtait apprns eudivoul dans la um,t srvtaitnda traructrce( par lansuit,e Charif apprit eudivoul sur letas)>. Laata clementdre Charif Vissoh s salaanguempaternealenl vtaitjamMaisfltéch. Puerluis, la conversionà l’islam n’était passynonymms d irisatioaoculturell.. Il pécda, alors esegarere ayall uAprès-eu uie. C éfait usAresteaudaciieuxrttis come. Charif étaitspériexn dans Cns étude,.>El Had Sakhvr cosvenii à contrc œrnà qul rendre at jeunefvlcle. ayall retrouat peuà eu l’ssage es io).

Charif Vissoh étuiuependant qutreaansiee eotre culturel musulman deWeiloamsvmillf.Drès asdeaxlimdeaonsée, il futtrcrauté oomme pofeusleu, enlnangueffrançail.. Il uyait alquns soneEnseignemens sur c lui uspprgptmemi oficiile,cvs qulpermait eux cruliere coraniquss de psirer le cerrfincae C éudsespprimadrs et pour certaiss-l’eret ex,n luintogurt la clasue de6Xh. À l’époqu,eWeiloamsvmillenl ssauraitppas r, uveaus au collègt.C ntde psirenealev taait eux élèvesdde se retroudre dans l m psire casilfyl vtait alors eud’éclees islamiquessuppérieures en Côte-d’Ivoiraeit encore soins debjourese dsponibales pouralleir éudiire dans ln mtdceaabr.t>Charif parmieaiteanrciat me socin des éformists lalliireislam etmrodercits.

  • (...)

.

El Had Sakhv>. ÀAkosup,e l’éo le islamiquente foctsionnant ples que teweek-pen et isffilles frentisscrtres ensd"maiue à l’éo le catholique. Charifnlye voyaitique desaevansags ves lebion uveaus l’enseignement qifyl éfait dspent).Dluxe ans et dmin plsuugar, lLe coupleefutuonoderneir efsat,eMohtaed b en Charis.

  • SIMONE ( 2006 :35)t confrsme toutefoi, l’etistnnce derqmeours d (...)

. À lansuite le aloa Trabor,s>Charif Vissoh r larça Cns cctivites vers le quartire de asRivivras à Ccbode où d’assocaation éformiste esu élève nt étuianss musulmansdme Côte-d’Ivoira(AEEMCI)l uyait costruait on >sigu).Dles cours étaientddontas à l’nsagu ;>Charifylenseign lueffrançai>. Àrcetteépoqu,e ln milies éformiste d’Abidja, ooac des cota tisvveceuneONGe islamiquebairée aux tats-Unie,e la fodcasionSAARe, annme anmégènemeiloardnairssSoudu e, Suler"ma,Abd. L’homms d ffnaire qul vtait finncs, la costruection u >sigus de lAEEMCI, unSpn égao- Mliens procee dHcouhouët-Boeigyt etgrendre d’madousHampâutéBâ,i ofrait à Vissohdle lrevoyeirensAaabile aoudutle, à codiation dobstnire l’ppluinds sonminMohtaed Cisst,s le fmeaxe «m aabouet deKtérkou6 e.Ddans cntde perspectiv,s>Charifrenra, à Cotonoufnairt éaublir son ansepfori mais saffamillslde disuadat derencontrr Cisst,s contaicule que onn voyagtseurait tmilsdé pourdue trifi dedrogume.Pparpeur, Vissoh dennrça pour ladeaxlimdeefoi,aae projet de partir éudiire dans ln mtdceaabr..

h21 class="texte">

La fodcasionSAARt Côte-d’Ivoire avaitsnvrests dansdniverenseotrpprnese génusarincesduerdevennsvvecppourobjpectfe, à ermt,e l aut finncsement des cctivites éformists locaes etnnotmementunlambitdeux projet scolair, àGgranuBpsstm>.Ppaminneseroprlation,e lONGe islamiqueaocenys uexpllantation lecictronmieesdne600cicugaeis àMaomii,e eretAkosup jetAengpouko.Maomii,e ee pays atipt, évait ue vlcagtetprèsfmoruemens islamst,srquoiquepeuplsi mjnoritairmrent Lalllogèns aa erroar,Divoul, Burktisbhè,Malvinp jetGruininpt confodui>.Viere1990a, Vissoh futtrcrauté oomme co trible à l’saiue L’uiaes essentnlllesantdnvanea à la llantatio,e laSsoc étéagro-ioduitrilcl meMaomii (SAIM)).

Lucieneyl vtait été monvre et que onnislam n’était qu’unefarçdc>.Mmaislce voyagtsen ansanbcie.,A ï catentnsorrait eudréserdde reprendredmes cctivites oommrnliade).

CharifddeAprendre udeseconraépusce. Vissohsoucadilritr ontrr drfvinidivementaau Bénitnvdant qer les enfantsnte devienentadCharif mes ssaurssqu il dintsrlait cienent que la jeunefememisrlaitbcienetfairée. lemrarigunfout donccmlbrmf.A ï cateprésente la c-épusct aumaurcte et lui apprità portrslce vi le islamique pour certaieserccarsiosu ; les deux femmessC n tedarmentbcie.,Queliquesujours lsssugar, >Charif parait àAkosupteprésentrsOltivs auxmti. musulmansent à laffamills béninois).

Labvel-ffamillsde. Charif était catholique maishelle éfait restétfiidèl, à la culture religieuse traditionnelle etrtoutmparticulièrement auxcrtresmforunairesclraniqusf.Cent ata crementnu’vlait cien luihabvituee enmmiliesguna(dlamvmdeiquechez lesFiot, lesA ïzot, lesXwcda,eeic.5).DdanssBon éuds sur le deaieddans lnSud- Bénin,Joël Novret( 2036 :496,s 2065 ar ronrté oommont mesctérmongiss-l’eterrmientddonientf riquommont ipeuà des uxtaopoiatiostIvoiraà des inde géntrlations r, uttues,e chrétiens et traditionneit.Ldesrrtresfunusaires traditionnei desG un snutmparticulièrement co lexds etsophiistiqgé.>Tprès rctématiquemen,leesfunusaellse et rroulnit en deux ha des d patts leuneaonséeous lssi.Lla première ha dr correspode à l’eterrmientdue crpesdu drfuentaau domicaltdue aunnaissance : leschevdeuxrasnns et lesoanldes couvés snutensvelais dansune clebpsir, lLe crpesest reêsu ts beaux pgnet, les ffnaire personnelles etnnotmement a, antdsdu drfuent snutbrmlnéet,eic..Llaseconra ha dr correspode à at rfincation u mfore : le pâone esttextfai,s coveor deenouvauux pgneseuius r rosà dans(unautnl de quartire( ànostrs eependant qe deenesujour, at colaation iituelleeenmmiliesurbini poro-noeviessC est patnfné :, hez les chrétien,h quand l’eterrmientateut ipeuaau iocninère, uspvtaitpote estsubisttuté ae pâon)t.Ldebion rroulementdrecese oanguecfunusaells, à la fois familiadee et communauaairse,estimoprlatfe pour le reons de lâmen u mforf —(quipefu, lLe aes chrdet,t deveirt une présencemaltnfique pour lrsvivfants —mMais aussi pour la transfortation u mfort enancêtr,t sanslaqthelltiltnC’est pas luisscrptsio%dles enfantsdue oigrgi dans lansuite lse génusatios (J mcore1994 :,154-155u ;Novret 2065).Qquand lamfor, suvarent loin ue pays l’origin, comme dans ln pas d>Lucien/ ï ca,s la trdiationg un r(queor qer lesoanldes couvés et is hevdeuxrasnnsdu drfuent saient apportas dansune clebpsirsvvec u srblssdu deIssssdet la ombehppourêtreetertas dans lamaisios familiadn u mfort(J mcore1994 :,124, e.,10)).

.Mmaislcus sgnritairs religieux ue la communauté musulmane locat refunèrent catgorniquemen cette rsqurt),argunanssqu’nnisla, lLe crpes daitêtreetertttnee qulnent qu ilestietediut lienenleveir des parices.Uupendsouteveibialt C ne suviue. Acune pariceune cosvenii à des cm froie).Dlengurdre asir, lLis hefs religieux musulmans ievtdèrent ee voisinà prendre de crpesrtouteatiireent àalleirlLui-même l’eterrarailleur. Pris des ceurs tl mie ee poiatios defaibaleir, lLe coisin dennrçe. surce,t ladrfuenetreçuts asdernmièretvi lties etfuutensvelaeuaau iocninèrx locae.

Lucien.Eille aurait itéetertesvveceuttnee mordesuemen, pttedant-is, quelqui-mêmenu’vlaitputIvoie de crpet.C ntdenversion dsnfvaisteprésentait rlibtérmment atmfor, d’ ï ca, commenionnalturelle et>Chariffuut aussutôtaccusté daavoixtuté(ous « renu6 )s saffemml pourftaore de agient( il fut aussi ccusté de disimulurt lafmor unepournte pas la pansagr)e.Tduislcus préjugé desG un sur l’originemaltnfique ue la uoceasue ds >El Had-s yorubasdde Porto-Nova refastament su face pouraccablurt Vissoh.e.

Luciene pour glire l’ffnaire.Cese oouveles ffelinèrent poffonrement Chari, réjà ppoqvte par lamfor, esBon épusctbcienaimrée.Ilfyl vtaitlà,s àseesy ex,nuue vofolirdde religion dont il fut unevictiemr i tmie.Rntrrrspectivmmen, Vissohdcalt-mêmedreceit vtnuemenseprcais samotivtation lecrtert uneaassocaationdlestouvinh axe convertis à l’isla,s contaicue quelles musulmansd scsedsancesgnorentgtoue esu orduvesddes convertis tl maiquen, aua cosriqun, aaddevoixdle lsurpportrsseceur..

Charifddeeveirtaau Bénitnvvec des tfoi, efsatr),les înres. ayalletsNlasnri,e qul vtaientaalors16lets14e ans etlleevtaitMohtaed b en Charis. Vissohsl’edCetat pour ayeirlce voyag>. À Porto-Nov,t>Charifduit fffronterslaffamillsgts asbvel-ffamill,e toutns deux foreement contaiculs ique Charif vsait r emsà dans lamfor, e>Luciene aua vice desor cellrade islamiqus.Uue oncle de Visso,nancieenmmnistr,tlqul ugogradde seftaore acsm pgnre aua des olicadurs encm vl, aa pas où lanttuaationdggénuirtatt.Seuriongevenationdle personnestexpérieure,slcus procens de Vissot frentffinalemen libtéree. Ies branionnament Charin euxrttnst de a,bvel-ffamills à qulslerdeveait de pécdter de one oer..Llarsention gntait quand enpière etsles enfants frent dmai dans laAgrande alle qui srvtait auxcéuntiost familiadee.Mraitdrès que labvel-ffamillsvait Charif qu’elle connaissatndDeuius dcleeceanc,a lestolnagementpprit eudeIsss..Llaffamills e>Lucieneiqustsionn. Vissohssurce qui l’était pant).>Charifddon a lanversion dsnfvais,e ee présence ei, efsatr),nson snes vereur ei,larmeas ’motifot.Sdesdeax ffillesddontrenti r sedsommont mourtmémoigrgi.t>Charif roduasitaaussi toutlledossiiremméincls e>LucienedDeuius hospvtraliaation àAAbidjas, pourptroudresqu’ellenu’vlaitppas été branionvée à one oer ( la médcgineccsitnrnaee fastaitnnairn lall égitiondle « médcgin eccCharif qu’il finncsr l’ogianiantion des térmongissfunusairesclraniquss à Porto-Nov..Eills "manas encore segarere les enfant>.Mmaislcus pm e etdde>Luciene étaientdégdtés et lesoacllse ourppacisnu’vlaient pas uneboenteuttuaatiot.Ldesffillesvelei-mêmshsoucadilrient restrsvvec leurpnèrs. Charifmemea alorssles enfants à Logozoh,s oùilsC xmpl qutnvvec sa prptre famill,seuius tousre partilnit en Côte-d’Ivoirs.

. L éuds meMioceelleGilbeor (1988)e sur la cotuo vere eeligieuse qui suvint atmfor, d un iocdisimetAkane convertiaae prtesyatismme dans ln uds un Ghana en 177e et ilcl meKsarin.Llangwgisocee( 2036 :245-304)e sur desdeax eterrmiense oAccesifs,e catholiqueeuius traditionne,, d un hefsdet vlcagteddans ae povience auYcalngataau urktish en 196,santdstena de lreverigure e ncestsentions(qui ee snutmpss timitées à l’islam.Ddans lnSudivvoivie, ae mrceepsioennni musulmanedie laArestion islamique me atmfor,af roduant des préjugéitenacces.Uupec roynace populaireirelaee quelles musulman, pour rendre de crpeslicatle, gorgmont mouesmfores à lalmamièredmes niaax q’is, cosoommont.Ldes eterrmiense islamique,s rapids etsobtre,enonit oouvent peeçis come.i dgnes eteplrqthubuyspctémaoaire. C’est uneopintion éhnduee hez lesB été dont mes térmongissfunusaires snutexcepsionnellementsophiistiqgue,s cûtieussnent nimrén. Soouvent étlnéee ourpplsieours d"maiuetIvoiradaevansag,leesfunusaellseb été eeprésententun vtnuemens communauaaire me at pluahautn,importacgt.C ntde différencs r, uttue,eaassocrée au rlaisusement dans lamfor,eas oangtempr eeprésenve unfreion ve i la conversion desB été à l’islam.Dr, fai,edDeuius eu,lles musulmansivvoivieitendment à frooouvoixdlesfunusaellse islamiques plesgéaboanées et plsu conuviaales pour lesB été et pour l’autresgtropes des convertie, « pourftaoreboenteme suee ” et «ftaore ombeur lesbarrrtree e.Aisde atmfor, eeprésent-t-ilclunteoccarsion sociale pm vlrégvée pour ffiorere lesfaronirtrnseotre religior),nuills pant ples asibales qu’au iocninère, oùchaique religsont sone/spncs d pat>.Mmaislcusfunusaellse ontaaussi paefoi,llestrraien luiflurences et d minagemense culturens(quitmémoigena de at co lexsité mes indeacatios religieussnau œrndlrqthellessteuttumont mescconverti..

h21 class="texte">

.MMais au Bénin,sdesdeax ffilles et tornnèrent de l’islasvvec as béréinpsioedie la famill,seuiusses convertrmentaau hriistianismeAprès ’êtremlarnées à dns catholiqus. Chari),attert,s copae toutccota ttvvecnellsuependant un certaiegtemp>.Pplsuugar, Oltivsovoya au BénitlleevtaitIbrahim"ique Charif scolarsas dansune médroas de Porto-Nov..

de Logozoh, surtoutf riqunrée aua desMossi burktisbh>.Ppar lansuit,e Charifdrevintepréincaleue enffrançais et enfionddans udemosiqgue ue quartireKouhoumosu ts Cotonou et trarucleue enfion desiremions u rendrdit de l’ima de atmfsiqgue de Cotono, >El Had Mohtaed Ibrahim"al-Habib,erdevens u Kowle re où dÉgyptieiAbdvou Fnith.Dlestokie l’vynit evoyve courulivrssees étudee.Qquand laFMe rrire.LlaVoixr de lIisla,shrmbeggue dans lns loceux de atmfsiqgue .Ppa le quellemrarigunffigutait annmbredmesiqustsioes boarnéee our lesoaude,. une peissiotfuutxeonvre our lestourMliistscrlibaimadrs pour q’is,sgemrarmont.Unemrarigun rrangté fut alorscmlbrmseotre Charift Sofia, Yorubas musulman, maisllamrodsricemaxpérilcle de Vissohfoutspouncesm méiaru dersentio>.Ppaall alemen, Charifootrppritnda traridre deCcorae de aabrx enfionvvec aidce l unsprécMliistl musulmannoneaabisvane de iangiistiqne fo,;(MftanouNcodirChoe.Aus feent àme suen qu’vvncsr la traruction à l’érai,e unevversioncorlre ourcpsirties estaaussienregistvre(fautn, deffinncsemen,s le rrojetvvncsr sentemenu ;il était toujourseenrChatiireean 209)e.>cette traruction ueCcorae enfion dvurait ret la touta première giiique même des hmadie,s coennsepour louesmculip des traructiosrdue txttenacttéenlnangusa locae,t dintsnutmpss encore propotéuneddans la un udsentdue eotredau Bénit.Enn 201,s Vissoheffnctuas ennitllee alprnigun à laMecoqu,e «ule plsu beaacdCaue queDipeu[ lui it]i ofeore»>.

El Had Vissohfoutenmam ima de atmfsiqgue eotalce lAlcada,e dans ln r poruemens de Atllanmiqus.Si cetteonomisatioaantdste de atlrégttimité eeligieuse cofférée au converte, ellefûtnaaussinn lue aua rfaou, commelarseeuà lestoleignre Vissoh.Ll’imasportate évait ue commrrçentnigpérins originairn deDjremse.Ccomme eesffidèls,sgepaagnnamentdente pas cm frendre sonsemio),nson trariet enfioe, il se reoias demMouyasneAgâact.Une cmmitérChagté ef trouter us oouve imaenmash enintrim" us>El Had yorubas(quippartitbcienlte fot.Llanvmills usppemiire rendrdit oùildrevit oficiire, il se étrctassubiteemens etnu’accmpa, dereveirt oursion refu qu’Aprèssavoixreçuc assaurn le qu.

DE COTONOU,k 203.

ln mhaab, ae m aaddtmfautos et d autresatctrbutst de l’imanconrestisrlamentsoertis de atmfsiqgu>.Pleil prduee : aemfor,lre oupprit eulgend"maie oare etrtosinn lurment à unevcûtiemensmaltnfique( lac roynaceinhudes pratiqusecc.Plendant tfoi,man, Visso,n(qui résiynit it travailaint à Cotonou ensd"maiu,easg éculièrement fait te trj et pour se rndrue àAlcadaelee rendrditentddoniir son rêche,e onaabr,e enffrançais et enfio>.Avvec le tempr eependantent géargisusement prgpcesifdde ses cctivitesdestourMliists etdetepréincaleu,t sant à Cotonou qexusur lennsmbuerdue trraivoirarnationls, la Chagerimacllsdet laevtaiet vlcce lAlcadasu’vféla topt coturagnvanes. Vissohefut à œrnder glire asiqustsiosdue au oAccesison aer us résirent lcall vtnirdde renn ceevolonitairmrent s sa foctsioe. Ilsentedaitaaussi contrr par c greste quell’imacaenC’est pas monvementunoponea àviue mais qu’il euitfnairt l’bojet derontation. VissohnChréstsrlait toutefoi,ppas accmprereune oouvel, Chagerimacllsddans l’unedresgtrandntmfsiqgusu ts Cotonouosu ts eespprocensevirion..

El Had >Charif Vissoha aisde ccumcuve un certaiecapitledDeuiussion rtpousaau Béni,e mêmessieecapitleest plsusymbholiqueique mxpéril. Vissohpleil eneffntt ssamceeffinnclièrement eesfaraitdue auevtaietffamillsgts pour co l ers eesirevenne, il contnuen luingevenire dans esu éclees coraniqussjet deddoniirddes cuors es>corae à domical>.>cependantil , as srtifauction le « ’êtreppoqvts », à la fois àsees prptresy ex pouraavoixaacsm linneserbjpectfes personne,eveuxyieux ueslaffamills qul effiuippae reconnaîret eesiéraliaatiosnent euxyieux ue certaiss-exussn o religsonnaire qullle cos h21 class="texte">

Charif VissohLa fodté à Cotonou en 202 laLingue islamiquebbéninoist pour la pomotifos etllestouvinhudes convertis musulmansnouLIBPSCOM. Sounrbjpectf est à la fois l’teoirrt antdnntion des musulmansd scsedsance our les prblimdyssprécfniquss des convertisjet defacmilnear intoggition e ncesoderneiesausseinhudes communautas musulmans éaublee..LlaLinguenC’est pas uneaassocaationdlecconverti..Seur les27 mimbrensnfodcaleus ( égaiemensmimbrensdueburmausexsécnrifnnationl),nsous 5s snutenfvait des convertis dont me présirent Vissoh.Lesauture,s paminllrqthess desimaes etders aphae,enonit des musulmansntas dans l’islas qui se rvoumont pouramrlioreur des coaditiosn soco religieussn des convertisaau Bénit.Ccertaissmimbrensnfodcaleus convertisoate égaiemenstrcrautélleurtfeist dans lnstranssdet asssocaatio,e onnntcipaent eejpour oùiisaaroent s r prendre d fsla bea. C’est ln pas dJlusinhYelognnniBagansjet desios iisAurMuld MaatnkpnniBagan.s>El Had Abdvo.Llly estqusant à luifeist l unFnni musulmae et lui-mêmeima>.Ppamin lesFiot, laLingue co tes encore>El Had Yacoub Malthoestot.Ccsodernein decseds leuneffamillspgsonmièredms musulmanshaouse quelle ri u.Ddaxoam avaitsnvmitée ne oon royumus en chrangs-exusrvinces islamique>.Avvec le tempr eependan,llesMalthoestof — éymologniquemen « hefsdesi musulmas »f —onnt prdue ’ssage eshaouseent snut «ddevennsFioe e.Ldeburmausdet asssocaatioe co tes par ailleurtuoennmbreimportaet deffemme..

DE VISSO, PORTANT LA TENUE TRADITIONNELLE>DES SAHéLIENS (BOUBOU TROIS PIèCES EN BAZIN, AVEC CALOTTE AISSRTIE),nCOTONOU,k 207.

ivvoivienlt C f monms d domprereune oliatique dxrttnitendul,valorisvane des converti)s.Eanstoleigaent a,nalturt pliviehnmiqusde laLIBPSCOMt(qui correspode à sondérat l unislas a crsdet ehnmcsitéoes upra-iehnmiqu,s Vissoh r pogitécdes cotesyatiosn à sonaassocaatio..

LaLIBPSCOMtnu’t toutefoi,ppas chrppnsauux railiquis et el,as coena desCharif VissohLa été cecdeilaeu ee prirsvvecprésriv,sIvoire avecaiimroismf.Aun uveaus les prniiper, atpprniipgaiarailique reonexusur l ffioraation qu’un convertiest ui musulmaeccomme ees autresent qu ilunedvrit pas rcdevoixdleetviuemen aurticulers usxcepsblls e revloppeir hez uihudes co lexds luiférorsitéoes de upérorsitéppae appors auxautresmmusulman..Lla rdesuemaxpérilcle de certaisscconvertisnC’est pas cosdhrgue comme crée auchrangemenstreligieux etnu’ppeills pis àue lasnsrtacgusprécfniqu,nsoulement à laidce ofeore.i dusinctlement à tous les musulmansdémmuis. Charis cotese ncesargummenasvvec asdernmièretnurigi ( ais, i-Aprè). Souncnorroaux à lesuojetest as aeusedee relasioes paefoi, dofficalrtavvec certaissrresposrblsnsmmusulman..Pplsu cocprtsemen,s ler essentement coret laLIBPSCOMttiment à lann orren le qu, eeprésent cetteonouvel,ogianiantion sur lemaurcte réjàtprès co réttifdde as ruldircitépianislamique —ldebusaiussc u srlurf —ens preveaance ougtoue esu paysaabrsf roducaleus detentrrll,seprniipgaiemens Aaabile aoudutle,lesu pays un olfes et asLibyem.Dr, fai,e aumoemens de sa ractio,t laLingueaxreçuc siverens frocsussn destouvinhffinnclireentlognistiqne dONGeaabrsf dont Agsence ei, musulmansdAfrfique(AMA, kowle rvienl)..Lla pl aur,r eependan,nuonitppas étéhonoanéeh.Llaassocaationla t alorsmodnuire ses ambitioesent foctsiontrsvvecndntmfyieipréuint>.Enn 208t toutefoi,e lONGekowle rvienl Al-Muntada(Al-MuntadaAl-Iislai Trlus)fsC’estlngagvée à oustnire auLIBPSCOM. Àrcejpou,t el,asfvait uediondle1 034 >corase onaabrh.Lesndirieae etdde laLingueoentdédh deeinhuistibuiirddes x empnaire qd axnsous convertis naîrisvane us udumrent Laaabr,eppae socinaaussi quellellivrssransenteuoait pas réacrnaiosàppaesgnoaence ei, coaditiosn de salmamopulatiot.LlaLIBPSCOMt sgensuiteaocenve unsutckc u ssout r onirsme tmen u >cora,xcéuntssvane desdernmièrshsoutrare qulsoate égaiemenslesu plsu couger, doncatpprorsslesu plsuaAccesib ees axsntophyteh.Lme tmen n’étnit qu’une parice u >cora,xaAcune resrinpsioeune coturanss par ailleurt sonssagh.e.

Lapprniipgaia cctivitsde laLIBPSCOMtestdu’ppportrs un souvinhpsychologniqun eux convertis.Sintccestair, laLingue C f monmsaaussidee appooceir cesoderneiesdelleurtffamillit.Ldes musulmansd scsedsance et lesimaes n aurticulersnle connaiseentnisnle cm frenmens unsiveraocultures l’origins et is coturanstsn socialsn des convertie.Qquandilfyl s prblimd,t is cota tisvveclcus pm e etddes convertis oateratresentmaladrritit.Ldesffamillil euuventcurandore quelln hefs musulmannlait jenve unspors à l’efvant.Ldes imbrensdde laLingue oatemgieuxanvertisjet aevansagsepreveae ee : ledciaogumtvveclcusffamillilsne oole plsufacmiiemene.

coraeppourêtrecapablls e dirieur la pmière islamiqus.Malieuvusuemen,Mohtaed estdégdttenfrerrrk 203e d’une prneffolgouvanes es éhnocytosle. Le cota ttvvecT ofossC’estlnnsuite mistndue.

LaLIBPSCOMt propoeeaaussidees dminlairesdd sfortation mais dansAgrandereverigurefautn, demfyiet.LdesONGeaabrsf qui l’étamens egagvéis à ofriirddes cuors religieux dans lns vlcagts sue oate étrctvéisface à at dofficultn de latâ heu ;rellesndeffinncsnnt-même pas eus r pacim e etddes imbrensdde laLingu>.Et. Vissoheninn lutsiquecresONGesnvrestiseent aevansags dans lure prptre pomotifo, à copr l’aitiosn méiarniquss dans lnsgtrandntvaells,ique dans laidce cocprtsn eux convertis.Lesndirieae etdde la GhanaMuslim"Miissiot àAccurestoleignate égaiemensloublmn dont insnfott l’bojet de la pantddesffinncsouesmcusulmanseexpérieuee. Ies ccusmenslesuaassocaatiosndomtiiles aur lsn musulmansd scsedsanc,seprniipgaiemens enshaousphtonr, et torneir cetteaidceà lure pr aiteexlusdf ( l ffioraationmpértsrlait toutefoi,d’êtrenulncsl)).

Charif Vissoh es esireruneliists rctématiqus les prniipveux tnfisjet nofficultasiqoi ffecntens précfniqummont mescconvertis à l’islataau Bénit.Ennppemiireiliesvarent el maiqus de utivtent ’i dgrencs r, la foraation religieust.Lla conversioneuneffois foraloiil,m dennmbruux convertie,mparticulièrement dans lnsztonrs uriade,t fott livtas àruui-mêmshsdans foraation islamiqu,enteusrlai- le qu, debare,tppourguidtrsleoue pratique d l’islam.Qquandexistena dsu éclee, istrucation religieus est parmientddongue dans lns nangusanvenacpulairesnou enffrançai. Soouven,t mescconvertisens réacncodsvvec leuusffamilliloae rjenves aurelae,t donit de toutnsfarioes pus les fyieimaxpérilesdd sfinncsrsleoue éducation islamique et ilcl me leuus enfant>.Eanoutr,tlesu plsuâugé oivmens enppaall alt travailireent étuirr>..

  • dAfrfique d lEst,sIvoixCHANFIe( 208).>

musulmans qui voulreent a,clnear enex empee.Mmais Vissohsl’estopproté à cette méiarnsaatio,edeteernder prvoiqurs hostmilnté mes pm e etdue converti(qui contnueens de ’éhulurtaau lla mxpéril. Sal mieu ee quavansgins auraitiesudeseffntes réastreux onisoulement pour le convertitc sa prptre famill,ssdansaidce de la pantddes musulman,mMais aussi sur la mrceepsioe d l’islae par la rocrité mahs locae.Eun clae, laLIBPSCOMt sivete daassocaatiosngGharéonnesdms musulmans convertisaau hriistianism,ttne lns ln>converedaMuslimis Criistia"Ministils,iqionnt domptéuneappooces vangtolique rlibtérmmentagpcesivlnent nnsaoniistsvis-à-viesdelleuemmilies soco religiexs l’origins(Dovlo & Asvanes 203)e.

.Mmais quand laffemml convertelssitmlarnés à un oni musulma nou quand la conversionssitpoexpérieure aumrarigue, laloin islamique m"mandn à l’épusct dobéirs à sonmari,ecls qul euitopoers prblimdesi,eppaeex empe,eclsoderneinunevvuit pas qexusaffemml rade à lalmisio).

.Mmais pour lesffilles qui serebvelent coret des coturanstsn islamiques ésritmsh à leur exd, notmement habilllement etlle hoixr uemrar,a lestouvinhud laffamills oni musulmaneest toujourspoesib e>.Ppaefoi, mêm, surtout quand enmmiliesul’origins sitmltiltiiaoir,slcusffilles ubiiseent ent peissioshmcorlresentmaxpérilcls, pour renn cee à l’islam.>eestsentionseivniement lestrelasioeseotre génusitioesenteotresexds dans lnsffamillildlecconverti..

  • (...)
  • >Entrtiei avecMfususaTourt,s Cotono, 6i atils 203.>
  • (...)

Charif Vissohcésrtsninclascblsement quell’islasnC’estlledo"maius ésrité daac ungtropee ehnmiqus aurticulerset ique la conversion sll’islasune r(queor lnt cienld domption desuee et coltelesids ehngiss musulmansn émoAgrphniqummont mjnoritair,eveu Bénitous ailleur.Jluique dans les années 180,s le hsnomènte était poutnit éhndut en Côte-d’Ivoirampérdtionlue.Ls Divoule revlopprèrent à l’gard esscconvertis «™unetsttu debêtlementimppérnliists », pour r prendre exppeissiot d un éformisteivvoiviee.PprceIsss luislamsgitionent e dvouleïiantio allnamentdeptai>.Ls convertisadompnament onisoulementll’islasmMais aussiuoennme dvoul,t génusluemens e uihud leur « ltioe ” musulma (Ou ataure riqumemens en paysgiuippae x empe),r lacaangue dvoul,t habiit issinctifsdesiDivouleent-mêmedles coltelesnion islamiquse dvoul. Lr,m orfisdesiDivoulesC xmrimaant dans ln hoixr uende le pour lesd eignr,ecls qulssgnrfins scl ave convertine dvoule(lae pratique dtddoniir sonnnmeaue convertirppeivait d, fai ilcl qu’vvint el maîret dennmmiir son scl aveeeststtu desffiirmen aua prvoiqurs un hoc lnt rtpousstousnforee d’une prnefdveniimadrs qul élaoir,svvec asmonréedet ehnonnationliimetaau lla oliatiqu,t ap pooces qusi-xsnophtbte de certaiensaassocaatiosndlecconvertisaautchotomsleiverallesDivouleentlles étranges,t mescaxpgotilsr «Divoule ” et « étrangee ”étnit cnfoenure>.Dleuius loue mvetance our lescèntennationlre aummiliesudes années 170,t mes éformistssivvoiviei oate devenns ourcees pratiquse dvouledresggénusitioesprdcmédnteh.Ppourvaloriseur des converti,lis,snvalsirent iaraiièrerehnmiqusjetnsistena sur la rimaultn de laffo,tdde la pratiqueentduessavoixreeligiex..Pplsu encor,lis, ffioreent que dans l’islaslla plrnainté mes culturs religieussnest une uocease osur l ne ooneatiireet qd acune culturenC’est upérieureousuiférieure auxautres(Lamuny & (Miran 200u ;(Miran 200,k 206 :,448-450)f.Les éformistssivvoiviei frocouvent aussi sur lascènte ublmiqu unislas «ivvoiviee ”ppst- dvoule n aurtle «/imainlairs », pour r prendre de cocepit d,Beneinp Aandi oon(1991),rislas quiuned lrégttiitmpss pourautantlsa culture religieuse dvouleà l’éhilcl mes communautas cocprtseh.Ttoutns propratiosngaarnée, cettervoluntio ftait hoeà l’mvetanceacituellt l unislas «europniee ”ppst-mioggivoira nEuropue(Ailaevin 200u: 157)..Lla roistiondex Vissoh ourceesiqustsioessl’est d ailleurt n aurtlefogvéealors destn séjpourivvoivie>.

des étrangesf.Loursppremièrnsaassocaatiosnjluiq r acituellt GhanaMuslim"Miissiotsnutntté mesogianiantiosn da pour lesGa,slcusFvanes etlcusAsvane, ftastantlsa pantbvel,rs leus nangusanvenacpulairef.Aux cCôtesdees hmadief —nnmbruuxppamin lesFnnte —ldsscconvertisgreonstujove unrôlce onin élrieabale dans la pomotifos d’une éducation islamique «mrodrnve ” onnglati..Llacaanguehaousirdste la mes musulmansdun Ghana toutnsoriginst cnfoenure,ssdufr hez lesGa>.Eanoutr,tlesu convertis oaterdsttas ata crsh à leurnnme re famillu: i dqusant lalmisios uspièreree de lra,xcC’est unimportaetrtriquur ludveniitéga>.S’is,sge oatetvennsà l’épantddes pratiquse traditionne lnsfftiaentappeie au «frét heu ” et r alcool,t mes musulmansgsesnutue à œrnderstoleignre certaissppaall aleseotre la religsonga, et l’isla,e notmement a,clr coccrsio,tlesu térmongiss debaptmême et asdotf.Auniliesudr alcoole ofeore traditionne lmven,tiesdoenmensudr aetat..Llar écocfliaationvveclcusffamillila aisdepermtrsaaux convertisdne resnreintogsas dans eour rocrit,sens rpait des dofnuincrs religieuss>.Dlsnnmbrusrusffamillilgae co teent aujou lhuihudes hpttiei,> mes musulmans etders dsptis mes culuse traditionneshsdansiquecrela roes prblimd.a ga, musulmanssoaterdsttaseninnfbletroutetsvvec leuushomologqusehaouse qindomtiment a,hinusrchire religieuse islamique au lla nnationlf.Aisde refueen-iesppae x empesdne reconnaîret sll’imahaousedde atmfsiqgueAboasy OkaisdAccurestn statoue e Nnationl Chirfnimaofn Ghane.

El Had Akans>Charif VissohLa cnsritison atioyme et son rnom mahsentilest resti ata cre à siveraaespecsn delsa culture es ei, pm e e,e toussprécMlrmrent s sacaanguempatereill,slte fo(eus plsu de ses cctivites religieussa, Vissoh ynitpaurtre de ladi recifos d’uneaassocaationbbéninoist pour la pomotifosudr alphabttsgitioneenlnangusannationlrs). Vissohatpprns ingaguemens de respeciir crupoulusuement mes gluse traditionne lns debionnannasuite socialeentdentebravdiraac un des ombruuxingedaissaassocrst à laculture religieuse cetteap poocesaacsmmodtctrceae cotuibure à ffermtra sonintoggition sociale dans sonmmiliesdl’originu: Vissohsefdait aujou lhuihuaevansagsadh ppae laffamills dennaissanc iqus aurensnrières nislam.

h11 class="texte">
Laiqustsiosdue la conversion aux religsosdue alous nAfrfiqueLa été u œrndl unvaists etfrucaueeux tbatsaaadpamique meuius ae ublmctntion desaurti lns deRobin HPorton(1971g,1975g,1984)n et dHump hry Fisceir(1973g,1985)s.Eantrsentmansdledciaogumtentde cotuo vereseotreafrfcanmistss de toutns isciplinre,slcusingerogmatioesentlcusinge ptmatioessge oategéargiue,s co lexifcréisent prffodtemenstr oouveréis —unuehmisoroAgrphnl eneste propotle dansMaryn(1998)n etLrangwiueoces( 203u: 54-72)s.Ean-même temp, l’tu de esscconventions religieussn se r r poyaint à la fois dans lhmisoira(Fabren1999), et dans uteprésenndomtiie par lamonréedens «noouvauuxmoouvm e et religieuu ”(Rambon1993g,1999u ;Lamb & Brytnit1999)..Llaiqustsiosdue la conversionnu’t par ailleurtceIstédl ret ’bojet l’iniosvesprdÙccCharif Visso,iquliquilaespecsn denceso bats,senstrmoeigagmsaaussidee la convegrencs r,nnesregaarsniqluoistfsshrttrogèntnsà lrendoitidee la cmprdhsentios usphsnomèntedue la conversion religieust.

ul lontocemtimmmensttraueeu,e certnsjaldonge dxrom e etimportaeie,mooistfssesen égitfn,mMais surtoutftait lrenaurn le etdeteprgpcesiion aejpour lejpouu: uteprceIsss dans lanuanéh.Llactsninailale ue iituendlecconvesiion(lae poenn caationdle la mvtnirtrmoens)s sitminamrsté ae pr aitdle lalsentmcqluoistios usssavoixreeligiex jet de ladrocstmctntion des pratiquse islamiqus,s coccurannt à lar vtlantion d lafote. Il mvamentsiempestmpea, vidumemensdésivl,mMaiseprlundn à daautre,slla ples csentétnitlal mieu ee cins de sa conversion danscdtsaurti l (unxautrsjaldoeppourlait ret a crvuemens desae traruction ueCcorae enfio)f.LteprceIsss lecconvesiion ee ssdroulitmpss pourautantltiiaoiremenu ;ilest paefoi, ds cnntnu,trtriqge dxpaeussa,dl’épanisjet dechrangemenssdl’orenamasioe. Il ee ssclôutmpss oni ples à la avurndl’uneculimestmpe,mMaisrdsteeus ge tueIl aua crvuemenm.Sit Vissoh élaoirc sa prptre conversion sllaluemière leunefginacitét lrologniqun llvane dans esseosndl un appoffodisusementctfoisvane desion isla,til reconnaîsique daautres conversios onit cnena desc ssauei,> mes rtpouse onapmièrejetsnutmun-mêmeabtouvrs àue duislamsgitio, comme dans ln asu de sesffillesentde convertisctfoirst àT ofot.

Elns si,s r,nnestoue,smporrée vvec le plsu C’mphaeei aur lsn routnnces vangtoliqueent sentcCômiste./em(boan-agmai)n

DEL HADJ VISSO EN TENUE IMAMALE,t ERSION MODE SAOUDIENNE (ABAYA>DE LAsMECQUE ETe./emKEFFIEHn

blockqunotl>
  • C’estprdcoirementllargummen daGAUSSETe(1999), dans sontu de sur leCameroun.>

.

/blockqunotl>

.Ddans lammêmeveaiu,eLambekl 200),"paala poursla pantdd «aAccpamasion de C’islae ” dans ln nn"texts deMayoette pour redrex co tes ut prceIsss co lexds mais danstradocasitéap posentique ravdises le converti dans lnmpsstget leunecosmoaonirt r aautrt.

.Ddans ln nn"texts mltiocultures aurticulersduegolfes daGutiil,tlesu convertisaautchotomsl sll’islas eeprésentent isdeune inoacité socialemarginaloiiln auseion de communautas musulmansiqieexiincna surrelesue domtisatioshrgrmongiqueenhnmiqusjet culturelesaatana qu, eeligieust. Vissohsl’est f monge dx convertir cettemarginaloté n roistionaevansaguist pouroes prpulsmrs entana qu, converti sur lascènteuislamiqu,tmvetaentaalors come> ul oouvetactsour rocnlf.Cesfftiaen,til rdtnfuvit roistivmmont m statoueplascblsementm orfitéduncconvertsenteo ftait lestclls de sescdeve dcsitioesprotesyalairef.Iicpr clsme vtnirgtoueeune oliatique musulmanedie r connaissance etdeteprmotifosudesdrritisdde atminoacité converte,tiqivalannt à ude portsdledcsramtisatiot roistive.Mmais Vissoh railique aussi plsuargvmmont m prvrniinliime,s le hauvianisme et l’mmobialimte de certaisu de ses c religsonnaire sud-bbéninois etilclstsnvuite àtr ootrsvvec lns alleurtffodcctrcns usivereelletdde l’isla,e nsnourtnet r alntérité et à lalrodrnismf.

.Ddans la ramen arraatvr,tlesspi iitueeimporremoieil quellnbiarae endemi-teiattedust xmpérinces sécre,slcus nofficultas rescconvertisétnitmrussn enex rgul dans ue perppectivnmobialicctrce. Il C’est pasiqustsiosdlinfioreur l’importacgu de ladimenrsion religieuse dans la convesiiondee Visso).>cettedimenrsionest essentnelln etirpréucpsblls à tou: lerest.s>Elns siecls qul élaoircpoouqunie>Charifest devent musulmae etpoouqunieilc’est rssmf.Loccarsion de raffioreurtiir quellnrcins uscconvert, mongemen aurtel, sbjectifs et cnaditionti aur lsnclr cosrtacgsdue auppoaructio,sune rene qu’m paeviuemen co tes ut hsnomènte mtimmemen co lexds qursit la conversion eeligieust.e.

ne ublmc (Duttion1999u: 154)>.Pps lecconvesiionesrinplement « prireu ” done : la conversionrtriqurautantlrerpet dansune oouvel, religsonquet dansune oouvel, communaut. Lr, fai estdautant plsurtriqge onislas quelln aloussn dvidunel C’est pas a credde lingaguemens pour lebcie- être de touts la communauté(Garoci-Auinnal 201u: 9-10)).

La conversionest donc socialemens trucauanéeent génortddeseffntes sociex (Lrangwiueoces 203u: 21)e.Ccomme u’t coclu MihilclGilbtets(1988u: 293), dans sonaurti l sur la conversion au hriistianisme d un ihinhcommedaffnaire aun Ghanu: «Lla conversion eeligieusl saatanttravit à l’aitio sociale qd a syssmmme mesirnée.u ”Lae traruction sociale et la conversion euitvrarmrs cnidnrcblsement dans l "tempr et dans C’espnc,ecls quleenlrégttiit l’tu dehmisiviqu,t socologmiqusjet nnhproplogniqu..Leesnnouvauuxthmmmisdne roceihinreflrtsenscretteseossbmilntéaacrqueveu nn"texts de la conversio,tique cl oaitveuniuvaussn dvidunel —l’i dviduétnitltssstce cocpent et la conversion ,tveuniuvaus colpectftous à l’ntverectifosudesdeeu,elcusfrcontières nret d sojet et assrocritéétnitfloure>.Ll’tu de esscconventionsingeroge aisde plsuargvmmont mst prceIsss lechrangemens soco culture).

.Ddans ln ps le>Charif Visso,lu, «gmaie ” ee la conversionnu’est d ailleurtppas viduen,t smoieil que oait fiss n co tes lebcie- êtrespi iitueeci-base et ilqul rojenve dans lau-delà..Llacncturia soco-hmisivique esscconventions reconnaîs l’importacgu desfactleurtspi iituessmMais aussilat dofficultn à lnstrationliicr..PpourYaisinDuttion(1999u: 164),iqiecoiqus euit seccontaicre leontrr dansune religson euit tou: aussibcien seccontaicre leoa rurtr :,ens rnfuvitvr,tlaltrisios oait reconnaîretussn timiestface aux hsnomèntsr qullla r aessen>.Ddans sonaurti l luemniex «Aappoaoceaetoxthe Stu yofnCconvesiiontosIislassinIi dae ,eRi Chad Eation(1985)irppeiles qu, l’islas snt à la foisfoamti aur lsnccnaditiosa soco- écooamiquseent qu’iltras forrclesu cimporremens.>Doùs lndrnfedde l appooces nn"texunelln qindoiutftaresseosndau «doublenrôlcedde l’isla,e come>vrarabale r pendanusjetn r pendanusjet[du]teprceIsss lecconvesiion come> uesingeaitio cosrtmemen hrangdanusjetdynlamique nret religsonetr rocritu ”(./emsbmd.u:n123)).

Charif Vissohrvoiquravvec prfustion des cottnucitsr qul relmen(./emustrddlen.Eun clae,elpes ap posents «™usphsnomènted"rddditio",e etnounpps le"stouteaitio"u ”(B cveit1996, csitéddansFabren1999nu: 973)>.Ddans son sécs aejpour lejpou,t Vissohnap ponaîsepasavoixntté « coturansi aur lsnnotifossdledcofnuinceoes defrcontièrt cultureleee  qu, érfinent mes religsosdut lives(Breoniir 200u: 163)>.Su’il s ravdists des oreuuvssdl’uteanisme sécreedoulourlusuemen, la ohabiisatiot frgmratiqueenttolnrcentmtuecl messs danssla pratiquequnoidtienes l’ntveaitiovvec lnsaautre..

.Cls qulesit enjeuann ergdr ’importacgu deséhrangesinge cultureseoret desdcofnuintees communautas lecroyfantsetelleurt traditioes religieuss.Lae trjectoiradte Vissoh le ai hevauoceitnounpps luuxmMaisttfoitsphièresccofeissionne ln>.Ddansune certaiessmsuru,t sneap poocesdre la religson traditionne le Charif à l’gard esllnccculiisme — étoiuemen(mMaisniot xclustuvm e )saassocreàrensyeauxaxs culuse traditionnesh —fai npoursislaprésrivf à l’gard u mystmciisme islamique oensuenfiodrement pistrmologmiqusjsie opproditiot eotre la axpgotilsdue Charifesteatrps dans l’islas nebravtantltttnusluemensllaeernduse génbtres(sla conversiona par la suiteboulivdistsslann eepsioedde atmpor,r uemrlhieu,tdde atmalrade)e. Ilae toouge oncrette oouvel, religsonllnrccnforet d’uamono crnisme bsolue suplascntr le hriistianism. Bient qee Vissohsef oait par la suiteiostruate sur lestofnisme etnu’atejamMaiscfodcmnti cettevoir,tilnlt Cy est pas aevansags intéeIst. Sounisla,e xmplque-n-ie,a suiisoulementlae traditioe uePprphrtseree deCcorae. Il railiquefermmmmensttouts pratiquequis ap posentravit àder la ru illltils islamique comme dans l’pisodsedee sanomtisatios à laêtledde atmpsiqguedAllraa>.Ddans ln-même temp,sonaata crement à laculture fo u’téloeigredde lap poocesaeni- culturelesdtsauabisaattedustwahhabin,ealon temprcCôoytas MaisjamMaisaallits>.Lde respect ent potocolles sociex mahsentdeisuingedaise traditionnesh .Ppar ailleur,s ’ilvgénortlsacaangueauabr,t Vissohest resti ata cre à sacaanguempatereillf.Aisde le converti rdtnfuvi-ietllaeeertnince culturelesdue ’islasddans ln nn"texts ehnmiqusdue mstorigins,sensien ésocaate l’ingefpncs u locasentdueglobae).

.Su’il railiquedcsrrtsmmont m myssmreder lasranst Trincité coturarmtauadogsme islamique de labsolue> uicsitéde Dgie,tiladmireroutetsmmont m ms l’glisetucahholiqu,n notmementqusant à l’aitio socialece éducatvr,t à lustget es nangusaeuropnieneesentnvenacpulaire,xaxs strarégrsn de commumctntioneit auxtaitiqusemiissionlairef.Cet qee Vissohpr clsmeeo ftait des musulman,ecC’est uleprmieu ee Chagme mescconvertisà lrx empesdnes hpttieiequisoent ent pofeissionnesedde laputolai,svaloriseent mes axpchumènts, ssaueent entcpousedes axpchnisme et pouvoaientuot ecadrgemens soco-sanritairu deqrnacit. Ppourgéargirs etffcfliteur laccme aunmesstget hpttie, laBsbllstntté trariteeusfioe: Vissohvvuitftairu de-même pour leCcorae. Il C’est pasimpesib es oni ples qee>Charifvint étéispirie par la traditioe hpttienes uercins decconvesiio,atras foraont m trmoeigagmsaitismeeo paolte ublmiqu perqusivue. Ilssitlaoi iee touscansiquecrl C’est pasune traditioe islamiqu>.Ensadompnont m éformisme — Vissoh tnfuvitsion islatsiempemrent comme « ’islasmrodrnve ” ,til simporsà danssla oouvel, religsonllalrodrnismsiencoatrpet dans le hriistianism..

Charif VissohLaujove ples génusluemens unrôlcemétia"dee trarucieu..Il u’tété useosnltttnusl,s entana ql’ntveprrtsu de-iissionlaires étrangeseentttrarucieun ueCcora..Il u’tété uussimtmphiviquemen, commettrarucieunous dapamaieun culturesdue ’islas aAprès dr rocrits locaesemarginaleemens islamsnée.. Ilaspi ex à l’êtreencort commemétinturs u mprceIsss lechrangemens soco culture uservicesdue ’islas éformiste.

uleprceIsss leccommumctntionplastionteeoret des aurtiipfantsde luux culturs religieussnhrttrogèntnsentel rnfuvitvr,tccomme euppoaraitdle eour inveaitio>.Ddans ln nn"textsreeligiex pplrnaiistedde lAfrfiquedde lOuesi,sldessphières religieussn hpttienen,mmusulmansere traditionne ls,nuonitjamMaiséténiétncceaenimuxunellemenseeclustuvsf.Louervoluntio tétértriqget aua despprceIsss lrmulgitionent influrencs ciproiquns et i,t onisoulementeoret des religsos traditionne ls,entllesmono crnismssmMais aussieoret ’islasent le hriistianism (Scannhs 180,s1996, 1997u ;Lcorad Masiy 1994u ;Breoniir 200u; Soares 206)h.Ttoutns propratiosngaarnée,lleurtfrcontières oatefluiids esmpoieussa,mporreussn decconveginces aatana qu,dledcnveginces..Lla roroitépistrmologmiqu,s eldoePenel(1990u: 339),ndoiut être ionte à cetlnntveaitio,tique cl oaiteoreti dvidustouseoret culturs, nsiéfnuincrsaaux luuxvoluelesidsCortroffn(1991, 1997)e sur larrencontteeoret vangtolsme cooncia,entllesTswhanadlAfrfiquedu Sud qul propoentr le cocepit d, « convenantioe ” pour r aessrs mes timiestdet iluihud « conventioe ,eAndrieMaryn( 200u: 783)n toleigns qu, l’ntveaitiod eigns aussil «aurticuaitiot eotre desdcmenrsioes(eoliatiqus,t écooamiqus,t culturelee)t enjeue ” dans la conversion eeligieustsDdanscdtsaurti l xmpérmenaml,entous aoos aujoité l’ntveaitio nret d cconvertsent le hrongiqurndersla conversio>.

e
Hauntdeptge)>
Bib roAgrphie2 <
>

ABDOULAYE, G.

2003 « The Graduates of the Islamic Universities in Benin », in T. BIERSCHENK & G. STAUTH (eds.), Yearbook of the Sociology of Islam, 4, « Islam in Africa » : 129-146.

2007 L’Islam béninois à la croisée des chemins. Histoire, politique et développement, Mainzer Beiträge zur Afrikaforschung (Université de Mainz).

AFRICAN STUDIES REVIEW

2006 Numéro spécial sur « Autochthony and the Crisis of Citizenship », 49 (2).

ALLIEVI, S.

1998 Les convertis à l’islam. Les nouveaux musulmans d’Europe, Paris, L’Harmattan.

2000 « Les conversions à l’islam. Redéfinition des frontières identitaires entre individu et communauté », in F. DASSETO (dir.), Paroles d’islam. Individus, sociétés et discours dans l’islam européen contemporain, Paris, Maisonneuve et Larose : 157-182.

ALLIEVI, S. & DASSETO, F. (dir.)

1999 Numéro spécial sur les conversions à l’islam en Europe, Social Compass, 46 (3) : 243-362.

ANDERSON, B.

1991 Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres-New York, Verso.

ANIGNIKIN, S.-C.

2001 « Histoire des populations mahi. À propos de la controverse sur l’ethnonyme et le toponyme "Mahi" », Cahiers d’Études africaines, XLI (2), 162 : 243-265.

ANTHONY, D.

2000 « "Islam Does Not Belong to Them" : Ethnic and Religious Identities among Male Igbo Converts in Hausaland », Africa, 70 (3) : 422-441.

ATIEMO, A.

2003 « Zetaheal Mission in Ghana : Christians and Muslims Worshipping Together ? », Exchange, 32 (1) : 15-36.

BACUEZ, P.

2005 « Devenirs musulmans à Zanzibar ou l’étrangeté de la conversion », Archives de sciences sociales des religions, 131-132 : 101-121.

BALIVET, M.

1996 « Flou confessionnel et conversion formelle : de l’Asie-Mineure médiévale à l’Empire Ottoman », in A. FOA & L. SCARAFFIA (eds.), Conversioni nel Mediterraneo, Dimensioni e problemi della ricerca storica (Rome), 2 : 203-214.

BARBER, K.

1982 « Popular Reactions to the Petro-Naira », The Journal of Modern African Studies, 20 (3) : 431-450.

BARBIER, J.-C. & DORIER-APPRILL, E.

2002 « Cohabitations et concurrences religieuses dans le golfe de Guinée. Le Sud-Bénin, entre vodun, islam et christianismes », Géographies : Bulletin de l’association des géographes français, 2, année 79 : 223-236.

BAYART, J.-F., GESCHIERE, P. & NYAMNJOH, F.

2001 « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, 10 : 177-194.

BRéGAND, D.

2006 « La Ahmadiyya au Bénin », Archives de sciences sociales des religions, 135, juillet-septembre : 73-90.

2007 « Muslim Reformists and the State in Benin », in B. SOARES & R. OTAYEK (eds.), Islam and Muslim Politics in Africa, New York, Palgrave Macmillan : 121-136.

À paraître Islam pluriel, l’archipel réformiste entre océan et lagune au Bénin, Paris, Karthala.

BRENNER, L.

1999 « The Study of Islam in Sub-Saharan Africa », ISIM Newsletter, 4 : 31.

2000 « Histories of Religion in Africa », Journal of Religion in Africa, 22 : 143-167.

CALASSO, G.

2001 « Récits de conversion, zèle dévotionnel et instruction religieuse dans les biographies des "gens de Basra" du Kitab al-Tabaqat d’Ibn Sad. Réflexions autour de la notion de conversion selon l’islam », in M. GARCIA-ARENAL (dir.), Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris, Maisonneuve et Larose : 19-47.

CHANFI, A.

2008 « The Wahubiri wa Kislamu (Preachers of Islam) in East Africa », Africa Today, 54 (4) : 3-18.

COOPER, B.

2007 Evangelical Christians in the Muslim Sahel, Bloomington, Indiana University Press.

COMAROFF, J. & COMAROFF, J.

1991 Of Revelation and Revolution. Christianity, Colonialism, and Consciousness in South Africa, vol. 1, Chicago, University of Chicago Press.

1997 Of Revelation and Revolution. The Dialectics of Modernity on a South African Frontier, vol. 2, Chicago, University of Chicago Press.

DéCOBERT, C.

1998 « La conversion comme aversion », Archives de sciences sociales des religions, 104 : 33-60.

2000 « De la rationalité de la conversion religieuse », Les Cahiers du CEIFR, 2 : 100-130.

DELVAL, R.

1980 Les Musulmans d’Abidjan, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, CHEAM (« Cahiers du CHEAM, 10 »).

DISSOU, M.

1999 Regards sur le soufisme et sa pratique : le cas de Porto Novo, Porto-Novo, publication à droit d’auteur.

DOVLO, E. & ASANTE, A. O.

2003 « Reinterpreting the Straight Path. Ghanaian Muslim Converts in Mission to Muslim », Exchange, 32 (3) : 214-238.

DUTTON, Y.

1999 « Conversion to Islam : the Qur’anic Paradigm », in C. LAMB & M. D. BRYANT (eds.), Religious Conversion. Contemporary Practices and Controversies, Londres-New York, Cassell : 151-165.

EATON, R. M.

1985 « Approaches to the Study of Conversion to Islam in India », in R. C. MARTIN, (ed.), Approaches to Islam in Religious Studies, Oxford, Oneworld : 106-123.

FABRE, P.-A.

1999a « Présentation. Conversions religieuses. Histoire et récits », Annales. Économies. Sociétés. Civilisations, 54 (4) : 805-812.

1999b Recension de l’ouvrage d’A. FOA & L. SCARAFFIA (eds.), Conversioni nel Mediterraneo, Dimensioni e problemi della ricerca storica (Rome), 2, 1996, Annales. Économies. Sociétés. Civilisations, 54 (4) : 970-973.

FANCELLO, S.

2007 « Les défis du pentecôtisme en pays musulman (Burkina Faso, Mali) », Journal des africanistes, 77 (1) : 29-54.

FISHER, H.

1973 « Conversion Reconsidered : Some Historical Aspects of Religious Conversion in Black Africa », Africa, 43 (1) : 27-40.

1985 « The Juggernaut’s Apologia : Conversion to Islam in Black Africa », Africa, 55 (2) : 153-173.

1994 « Many Deep Baptisms : Reflections on Religious, Chiefly Muslim, Conversion in Black Africa », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 57 (1) : 68-81.

FOURCHARD, L., MARY, A. & OTAYEK, R. (dir.)

2005 Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l’Ouest, Ibadan, IFRA ; Paris, Karthala.

GARCIA-ARENAL, M. (dir.)

2001 Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris, Maisonneuve et Larose.

GAUSSET, Q.

1999 « Islam or Christianity ? The Choices of the Wawa and the Kwanja of Cameroon », Africa, 69 (2) : 257-278.

GILBERT, M.

1988 « The Sudden Death of a Millionaire : Conversion and Consensus in a Ghanaian Kingdom », Africa, 58 (3) : 291-314.

HANRETTA, S.

2005 « Muslim Histories, African Societies : The Venture of Islamic Studies in Africa », Journal of African History, 46 (3) : 479-492.

HERVIEU-LéGER, D.

1999 Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion.

HORTON, R.

1971 « African Conversion », Africa, 41 (2) : 85-108.

1975 « On the Rationality of Conversion » (parts 1 & 2), Africa, 45 (3-4) : 219-235, 373-399.

1984 « Judaeo-Christian Spectacles : Boon or Bane to the Study of African Religions ? », Cahiers d’Études africaines, XXIV (4), 96 : 391-436.

JAMOUS, M.-J.

1994 « Fixer le nom de l’ancêtre (Porto-Novo, Bénin) », Le deuil et ses rites III, Systèmes de pensée en Afrique noire, 13 : 121-157.

JONCKERS, D.

1998 « "Le temps de prier est venu" : Islamisation et pluralité religieuse dans le sud du Mali », Journal des Africanistes, 68 (1-2) : 21-46.

KOBO, O.

1999 Transformations of Muslim Identity in 20th Century Ghana, Madison, University of Wisconsin-Madison.

2005 Promoting the Good and Forbidding the Evil : A Comparative Historical Study of the Ahl-as-Sunna Islamic Reform Movements in Ghana and Burkina Faso, 1950-2000, Ph. D., University of Wisconsin at Madison.

KöSE, A.

1996 Conversion to Islam : A Study of Native British Converts, London, Kegan Paul International.

LAMB, C. & BRYANT, M. D. (eds.)

1999 Religious Conversion. Contemporary Practices and Controversies, London-New York, Cassell.

LAMBEK, M.

2000 « Localising Islamic Performances in Mayotte », in D. PARKIN & S. HEADLEY (eds.), Islamic Prayer Across the Indian Ocean : Inside and Outside the Mosque, Richmond, Curzon Press : 63-97.

LANGEWIESCHE, K.

1998 « Des conversions réversibles : Études de cas dans le nord-ouest du Burkina Faso », Journal des Africanistes, 68 (1-2) : 47-65.

2003 Mobilité religieuse. Changements religieux au Burkina Faso, Münster, LIT-Verlag.

LAUNAY, R. & MIRAN, M.

2000 « Beyond Mande Mory : Islam and Ethnicity in Côte d’Ivoire », Paideuma, 46 : 63-84.

LAW, R.

1985 « Human Sacrifice in Pre-Colonial West Africa », African Affairs, 84 (334) : 53-87.

1986 « Islam in Dahomey : A Case Study of the Introduction and Influence of Islam in a Peripheral Area of West Africa », Scottish Journal of Religious Studies, 7 (2) : 95-122.

1989 « "My Head Belongs to the King" : On the Political and Ritual Significance of Decapitation in Pre-Colonial Dahomey », The Journal of African History, 30 (3) : 399-415.

LORAND MATORY, J.

1994 « Rival Empires : Islam and the Religions of Spirit Possession among the Oyo-Yoruba », American Ethnologist, 21 (3) : 495-515.

MARTY, P.

1926 Étude de l’Islam au Dahomey : le bas Dahomey, le haut Dahomey, Paris, Ernest Leroux.

MARY, A.

1998 « Retour sur la "conversion africaine" : Horton, Peel et les autres », Journal des Africanistes, 68 (1-2) : 11-20.

2000 « Conversion et conversation : les paradoxes de l’entreprise missionnaire », Cahiers d’Études africaines, X (4), 40 : 779-799.

MEYER, B.

1998 « Make a Complete Break with the Past : Memory and Post-Colonial Modernity in Ghanaian Pentecostalist Discourse », Journal of Religion in Africa, 28 (3) : 316-349.

MIRAN, M.

1998 « Le wahhabisme à Abidjan : Dynamisme urbain d’un islam réformiste en Côte d’Ivoire contemporaine (1960-1996) », Islam et Sociétés au Sud du Sahara, 12 : 5-74.

2000 « Vers un nouveau prosélytisme islamique en Côte-d’Ivoire : une révolution discrète », Autrepart, 16 : 139-160 [réimprimé en 2003, in A. PIGA (dir.), Islam et villes en Afrique au sud du Sahara. Entre soufisme et fondamentalisme, Paris, Karthala : 271-291].

2005 « D’Abidjan à Porto Novo : associations islamiques, culture religieuse réformiste et transnationalisme sur la côte de Guinée », in L. FOURCHARD, A. MARY & R. OTAYEK (dir.), op. cit. : 43-72.

2006 Islam, histoire et modernité en Côte-d’Ivoire, Paris, Karthala.

2007a « "La lumière de l’islam vient de Côte-d’Ivoire" : Le dynamisme de l’islam ivoirien sur la scène ouest-africaine et internationale », Revue canadienne des études africaines, 41 (1) : 95-128.

2007b « La dynamique des regards croisés chercheurs/acteurs. Les études sur l’islam dans le contexte sub-saharien », Paris, Les Débats de l’EHESS, panel « Penser le terrain. Rendre le terrain : nouvelles pratiques, nouvelles technologies. L’"empathie" comme condition de la compréhension ? », 22 octobre.

MORRISON, K. F.

1992 Understanding Conversion, Charlottesvilles-Londres, University of Virginia Press.

NORET, J.

2003 « La place des morts dans le christianisme céleste », Social Compass, 50 (4) : 493-510.

2006 Autour de « ceux qui n’existent plus ». Deuil, funérailles et place des défunts au Sud-Bénin, Thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles ; Paris, EHESS.

OTTENBERG, S.

1971 « A Moslem Ibo Village », Cahiers d’Études africaines, 11 (2) : 231-260.

PARKER, J.

2000 Making the Town. Ga State and Society in Early Colonial Accra, Oxford, James Currey ; Portsmouth, Heinemann.

PEEL, J.

1990 « The Pastor and the "Babalawo" : The Interaction of Religions in Nineteenth-Century Yorubaland », Africa, 60 (3) : 338-369.

2000 Religious Encounters and the Making of the Yoruba, Bloomington-Indianapolis, Indiana University Press.

PELLOW, D.

1985 « Muslim Segmentation : Cohesion and Divisiveness in Accra », Journal of Modern African Studies, 23 (3) : 419-444.

PENRAD, J.-C.

1998 « Yasin alias Philippe, fils de Jean-Désiré : du Shaba à Zanzibar, itinéraire et horizons d’une conversion à l’islam », Journal des Africanistes, 68 (1-2) : 143-154.

POLITIQUE AFRICAINE

2008 Numéro spécial sur les « Enjeux de l’autochtonie », 112.

RAMBO, L. R.

1993 Understanding Religious Conversion, New Haven, Yale University Press.

1999 « Theories of Conversion : Understanding and Interpreting Religious Change », Social Compass, 46 (3) : 259-271.

RGPH du Bénin

1992 Recensement général de la population et de l’habitat, Cotonou, République du Bénin.

2002 Recensement général de la population et de l’habitat, Cotonou, République du Bénin.

SALAMONE, F. A.

1975 « Becoming Hausa : Ethnic Identity Change and Its Implications for the Study of Ethnic Pluralism and Stratification », Africa, 45 (4) : 410-424.

SANNEH, L.

1980 « The Domestication of Islam and Christianity in African Societies : A Methodological Exploration », Journal of Religion in Africa, 11 (1) : 1-12.

1996 Piety and Power. Muslims and Christians in West Africa, Maryknoll, Orbis Books.

1997 The Crown and the Turban. Muslims and West African Pluralism, Boulder, Westview Press.

SARRO, R.

2008 The Politics of Religious Change on the Upper Guinea Coast, Iconoclasm Done and Undone, Edinburgh, Edinburgh University Press.

SCHMITZ, J.

2006 « Hétérotopies maraboutiques en Afrique de l’Ouest : jihâd, hijra (XIXe siècle) et migrations internationales », in M. MOHAMMAD-ARIF & J. SCHMITZ (dir.), Figures d’islam après le 11 septembre : disciples et martyrs, réfugiés et migrants, Paris, Karthala : 170-200.

SETTA, El-H.

1999 « Le Suisse converti à l’islam : émergence d’un nouvel acteur social », Social Compass, 46 (3) : 337-349.

SHANKAR, S.

2006 « A Fifty-year Muslim Conversion to Christianity : Religious Ambiguities and Colonial Boundaries in Northern Nigeria, c. 1906-1963 », in B. SOARES (ed.), Muslim-Christian Encounters in Africa, Leiden, Brill : 89-114.

SIMONE, A. M.

2001 « On the Worlding of African Cities », African Studies Review, 44 (2) : 15-41.

SOARES, B. (ed.)

2006 Muslim-Christian Encounters in Africa, Leiden, Brill.

TALL, E. K.

1995 « Dynamique des cultes voduns et du Christianisme céleste au Sud-Bénin », Cahiers sciences humaines, 31 (4) : 797-823.

TRIAUD, J.-L.

1973« Un cas de passage collectif à l’Islam en Basse-Côte-d’Ivoire au début du siècle : le village d’Ahua », Cahiers d’Études africaines, IV (2), 14 : 316-337.

VIDAL, C.

2002 « Abidjan, ville-monde (1957-2000) », Les Temps Modernes, 620-621 : 463-479.

Haut de page

Notes

1 Imparfaite traduction de l’anglais « agency », également rendue par « capacité d’initiative ».

2 Le terme « autochtone » fait ici référence aux groupes ethniques lagunaires, côtiers et forestiers de l’Afrique occidentale atlantique, dans l’ensemble marginalement islamisés. C’est une catégorie sociopolitique historiquement construite qui ne fait sens que par son opposition au groupe des « allogènes » ou « allochtones ». Non sans racine dans le passé, le phénomène d’autochtonie ou « nativisme » est d’une brûlante actualité dans le contexte africain (BAYART, GESCHIERE & NYAMNJOH 2001 ; AFRICAN STUDIES REVIEW 2006 ; POLITIQUE AFRICAINE 2008).

3 La conversion à l’islam est sensiblement différente quand elle se déroule dans un contexte où l’islam est démographiquement majoritaire et/ou politiquement dominant : voir, entre autres, LANGEWIESCHE (1998, 2003) sur le Yatenga, JONCKERS (1998) sur les Minyanka du Mali, ANTHONY (2000) sur des Igbo de Kano, PENRAD (1998) et BACUEZ (2005) sur Zanzibar. Quoique fort différent, un parallèle peut être suggéré avec le contexte européen, théâtre de conversions d’Européens à l’islam (KöSE 1996 ; ALLIEVI 1998, 2000 ; ALLIEVI & DASSETO 1999). Les articles d’OTTENBERG (1971) sur Afikpo en pays Igbo et de TRIAUD (1973) sur Ahua en Côte-d’Ivoire figurent parmi les premiers à s’être penchés sur les convertis minoritaires du golfe de Guinée.

4 BRENNER (1999) a déjà souligné l’importance de la récente émergence d’une « voix musulmane » dans les études islamiques africaines.

5 Notre collaboration fructueuse quoique forcément imparfaite — notamment parce que les relations de pouvoir face à certaines inégalités dans l’économie de production de ce travail n’ont pu être complètement évacuées entre nous — a fait l’objet d’une analyse autocritique circonstanciée lors des « Débats de l’EHESS » (MIRAN 2007b). Cette communication fera l’objet d’une publication ultérieure, la longueur du présent article ne permettant pas d’en inclure ici la reprise.

6 La commune de Savalou comptait 17,9 % de catholiques en 2002, contre 27,1 % au niveau national. La proportion nationale des chrétiens, toutes tendances confondues, est passée de 35,4 % en 1992 à 42,8 % en 2002 (RGPH du Bénin 1992, 2002).

7 À sa mort, le gouvernement béninois a décrété trois jours de deuil national : L’Autre Quotidien, 14 mai 2008 ; Le Monde, 17 mai 2008.

8 Ainsi la conversion à l’islam du roi de Savalou, Tossoh Gbaguidi XIII, à l’occasion d’un voyage en Libye en 2008, a-t-elle défrayé la chronique, en dépit des efforts de Vissoh pour apaiser la controverse. Le récit de cet événement à multiples facettes sera détaillé dans une publication ultérieure.

9 Porto-Novo comptait 25 % de musulmans et 75 mosquées de quartier dans les années 1990 (BARBIER & DORIER-APPRILL 2002).

10 Ces attitudes n’ont rien de spécifiquement yoruba : voir infra sur les Hausa du Ghana et les Dioula de Côte-d’Ivoire. Mercedes GARCIA-ARENAL (2001 : 8) rappelle plus largement que « [l]a conversion comme moyen de franchir les frontières est inséparable des processus très complexes qui réalisent l’intégration et qui, en même temps, incluent des phénomènes d’exclusion et de stigmatisation par le groupe dominant ».

11 Nos guillemets soulignent ici les limites de ces classifications faussement rigides car évolutives et contextualisées.

12 Il en va de même des conversions de l’islam vers le christianisme, même dans des régions où le christianisme est minoritaire (voir notamment LANGEWIESCHE 2003 ; COOPER 2007 ; FANCELLO 2007).

13 Entretien avec Issa Legré Azialaud, Abidjan, 28 octobre 1996 (les entretiens référencés dans cet article ont été conduits par Marie Miran).

14 Entretiens avec Maulvi M. Yusuf Yawson, Hafiz Ahmad J. Saeed et Abubakr Goar Gorman, responsables fanti de la ahmadiyya, Accra/Nyaniba estates, 30 juillet, 1er et 2 août 2008.

15 Divers entretiens à Accra/Korle Goño avec les dirigeants de la Ghana Muslim Mission : Abdul Razak Tettey, Haruna Quarco, Suleman Kassim Quartey, septembre 2002 et Mohammed Kpakpo Addo, Aliyu Annoh, Iklima Kai Cofi-Ammah, Accra, août 2008.

16 Entretien avec Mamadou Diarrassouba, Lakota, 20 août 2001.

17 Entretiens avec Musa Akuetteh Idris et Ibrahim Okini Otto de la Ghana Muslim Mission, Accra, 29 août 2002.

18 Les Ga tendaient à identifier tous les migrants musulmans aux Hausa. Sur les relations entre les Ga et les musulmans à Accra jusque dans les années 1920, voir PARKER (2000 : 163-169).

19 Entretiens avec Lekré Mamadou à Cosrou et Nguessan Mbaye à Tiagba, 26 août 2002, et avec Watta Abdul Wahab N’dri et Jaques Amian à Abidjan, 28 juin et 2 juillet 2006.

20 Entretien avec Moussa Menehouan, dit Moussa Koné et son frère, l’imam Issiaka Menehouan, Korékipra, 20 août 2001.

21 Cette solidarité était toutefois loin d’être toujours la norme en Côte-d’Ivoire. En d’autres temps et d’autres localités, rejet et mépris des Dioula envers les nouveaux convertis ne faisaient pas exception. Entretiens avec Ibrahim Konan et divers convertis ivoiriens, Abidjan, 2006-2009.

22 C’était probablement des préjugés. SIMONE (2001 : 35) confirme toutefois l’existence de rumeurs d’activités « mafieuses » conduites par des Africains à Djeddah sous couvert du hadj et d’autres activités islamiques.

23 Entretien avec Moussa et Issiaka Menehouan, Korékipra, 20 août 2001, avec l’imam Ibrahim Bredji, Abidjan, 6 septembre 2001 et avec Abdoul Malick, Drissa Morre, Agnini Issa, Bénié Koffi et d’autres Agni musulmans du village de Damé, Damé, 14 août 2008.

24 Voir note 20.

25 Les Nondichao sont, depuis le XVIIIe siècle, une vieille famille de devins musulmans auprès des rois d’Abomey.

26 Charif s’est aussi lancé dans la traduction de certains recueils de Hadith pour l’échéance du Ramadan 2009. Les enregistrements audio sont passés en boucle à la radio.

27 Le cas de la nouvelle association de convertis qu’Ibrahim Konan était en train de mettre sur pied au printemps 2009 est toutefois différent.

28 Sur la conversion controversée du roi de Savalou, voir note 8.

29 Sur le cas des Wahubiri wa Kislamu d’Afrique de l’Est, voir CHANFI (2008).

30 L’importance et la signification spirituelles de la propreté corporelle sont discutées par PEEL (2000 : 211) dans le contexte yoruba musulman.

31 Entretiens avec Abdul Razak Tettey et Suleman Kassim Quartey, Accra, 30 août et 6 septembre 2002.

32 Pour l’exemple de la « hausa ïsation » des convertis gungawa de l’émirat de Yauri au Nigeria, voir SALAMONE (1975).

33 Entretien avec Moussa Touré, Cotonou, 6 avril 2003.

34 À noter cependant que le terme « esclave » n’est pas toujours négatif puisque tout musulman aspire à devenir « esclave d’Allah », en arabe « Abdallah », l’un des prénoms les plus aimés d’Allah.

35 Entretiens avec Abdul Razak Tettey et Suleman Kassim Quartey, Accra, 30 août et 6 septembre 2002. Voir aussi PELLOW (1985), KOBO (1999, 2005), MIRAN (2005).

36 Voir par exemple MEYER (1998) sur le Ghana.

37 Voir par exemple la critique de CALASSO (2001 : 32-33) sur Bulliet.

38 C’est précisément l’argument de GAUSSET (1999) dans son étude sur le Cameroun.

39 Sur un mouvement similaire chez les Baga de Guinée, voir SARRO (2008).

40 Pour un parallèle intéressant, voir les remarques d’ALLIEVI (2000 : 180) sur la fonction de « traducteur » du converti européen à l’islam.

Haut de page

Table des illustrations

Légende PORTRAIT EN STUDIO D’EL HADJ VISSOH EN TENUE IMAMALE, DANS LE RESPECT DU « PROTOCOLE » ISLAMIQUE BéNINOIS (ABAYA DE LA MECQUE, TURBAN, CHAPELET, TAPIS DE PRIèRE), COTONOU, 2007.
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/15573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende VISSOH PORTANT LE KEFFIEH LORS D’UNE CONFéRENCE ISLAMIQUE, (N. D.)
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/15573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende VISSOH EN JEAN ET CHEMISE, FAISANT PRIER A ïCHA ET LEURS TROIS ENFANTS DANS LEUR DOMICILE IVOIRIEN, (N. D.)
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/15573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende A ïCHA, LAYAL ET NASSIRI VISSOH EN PRIèRE, CôTE-D’IVOIRE, (N. D.)
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/15573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende LE JOURNALISTE VISSOH DEVANT LES LOCAUX DE LA FM LA VOIX DE L’ISLAM, MOSQUéE ZONGO DE COTONOU, 2003
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/15573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende PORTRAIT EN STUDIO DE VISSOH, PORTANT LA TENUE TRADITIONNELLE DES SAHéLIENS (BOUBOU TROIS PIèCES EN BAZIN, AVEC CALOTTE ASSORTIE), COTONOU, 2007
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/15573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende PORTRAIT EN STUDIO D’EL HADJ VISSOH EN TENUE IMAMALE, VERSION MODE SAOUDIENNE (ABAYA DE LA MECQUE ET KEFFIEH), COTONOU, 2007
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/15573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Miran et El Hadj Akan Charif Vissoh, « (Auto)biographie d’une conversion à l’islam », Cahiers d’études africaines [En ligne], 195 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/15573

Haut de page

Auteurs

Marie Miran

Centre d’études africaines, EHESS, Paris.

Du même auteur

El Hadj Akan Charif Vissoh

ancien imam de la mosquée centrale d’Allada, Bénin.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page