Navigation – Plan du site
La migration mise en scène

« Nous nous appelons les voyageurs »

Mise en scène des parcours migratoires dans le théâtre des réfugiés d’Afrique centrale à Bamako
“We Are Travelers”. Staging Migratory Itineraries in the Theater of Central African Refugees in Bamako
Cécile Canut et Alioune Sow
p. 383-414

Résumés

Qu’est-ce que les nouvelles pratiques théâtrales africaines peuvent nous apprendre sur la circulation des discours sur les migrations et les voyages des jeunes Africains vers l’Europe ? C’est par l’examen et l’analyse d’une pièce de théâtre, Essingan, écrite et produite en 2006 par des migrants refoulés au Mali, que nous allons tenter de répondre à cette question. En effet, par le biais de la création théâtrale, les migrants ont pour la première fois pris la parole en leur nom et proposé un discours quelque peu différent sur la migration. Cet article propose de montrer que si l’ensemble des discours antérieurs sur la migration ont été actualisés par les auteurs d’Essingan, la mise en scène et la mise en mots produites, bien qu’insérées dans une perspective militante, proposaient une tout autre vision du parcours migratoire et des enjeux complexes qui s’y jouent. En dépassant une approche victimaire univoque, ils ont rendu compte de la complexité des relations humaines et des rapports de pouvoir qui constituent toute situation sociale, toute expérience collective. Ce que nous souhaitons démontrer est que Essingan contribue à mettre en évidence de nouveaux discours sur la migration, tant du point de vue des modalités théâtrales que du dialogisme discursif qui en constitue la forme textuelle. La mise en scène et les choix linguistiques ne peuvent qu’interroger quant au rôle que peut prendre une telle pièce dans le champ discursif sur la migration, et sur son éventuelle mise en cause des discours instituants autour des migrants.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un théâtre d’action
Migration, mouvements sociaux et théâtre
Action et représentation : Essingan, une expérience collective
Le comique et ses procédés : subversion des discours institués
La mise en scène de la parole
La démultiplication des voix
Résistance : mise en scène de l’expérience humaine

Aperçu du texte

Un théâtre d’action

La circulation des discours sur les migrations, et particulièrement sur les voyages de jeunes Africains vers l’Europe, s’inscrit dès le début des années 1990 dans un ensemble discursif spécifique essentiellement construit au Nord. Il s’articule autour de deux visions opposées de la migration : la criminalisation d’une part, la victimisation d’autre part. Issu des instances institutionnelles ou médiatiques, le premier paradigme vient légitimer et renforcer les dispositifs de fermeture des frontières, au nom d’une pluralité d’arguments cristallisés autour de la « criminalisation transnationale » (Kabbanji 2011). Le second ensemble de discours est, à l’inverse, produit par des acteurs publics issus des milieux militants, essentiellement associatifs, afin d’assurer la défense des migrants, en Europe comme en Afrique. Il s’agit alors de présenter le migrant comme victime d’un ensemble de dispositifs coercitifs et de pratiques déshumanisantes, afin de contrer le discour...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Canut et Alioune Sow, « « Nous nous appelons les voyageurs » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/17705

Haut de page

Auteurs

Cécile Canut

Centre Population de Développement (CEPED), Université Paris Descartes ;

Du même auteur

Alioune Sow

Department of Languages, Literatures, and Cultures, Center for African Studies, University of Florida.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page