Navigation – Plan du site
Notes et documents

« On ne se dévêt pas devant n’importe qui »

Le témoignage oral des personnes vivant avec le VIH au Sénégal
“Nobody Undress in Front of Anyone”. Testimonies of People Living with Aids in Senegal
Fatou Leïty Mbodj
p. 133-162

Résumés

Le témoignage public comme pratique est un des moyens pour les associations de malades à travers le monde de donner un visage, une visibilité à une maladie, en d’autres termes de contribuer à en faire un objet public, concret et réel. En Europe, de nombreux patients se prêtent au jeu du témoignage, une forme d’engagement contre la maladie. Au Sénégal, le témoignage se révèle sous ses formes historiques, juridiques et sociales. Il est, dans le cadre de la maladie, un fait rare voire inexistant. L’analyse des témoignages oraux, faits par les personnes vivant avec le VIH au Sénégal, nous révèle en quoi ceux-ci constituent un exemple d’adaptation locale d’une technique empruntée. L’étude rend compte également des obstacles politiques, économiques, culturels, moraux, qui donnent un caractère original au témoignage oral des personnes vivant avec le VIH.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Que veut dire témoigner dans la société sénégalaise ?
Le témoignage historique
Le témoignage juridique
Le témoignage dans les relations sociales
Qu’en est-il du témoignage dans le cadre de la maladie ?
Que veut dire témoigner dans le milieu du VIH ?
Que veut dire témoigner quand on est PVVIH ?
Dans les faits
Le témoignage élogieux
La politisation des témoignages
Le témoignage sur soi
Le témoignage hybride
Les motivations financières
La construction du témoignage dans l’espace public de la lutte contre le sida
Limites et obstacles du témoignage au Sénégal
Le contexte épidémiologique
Les obstacles culturels et sociaux
Les obstacles moraux : « la société n’est pas prête »

Aperçu du texte

Qu’il s’agisse du témoignage dans le cadre de génocides, de guerres, de maladies, de litiges, il existe un point commun à ces différentes situations : le témoignage porte sur un événement rare, sérieux ou grave, auquel tout le monde n’a pas accès. En ce sens, il est une sorte de dévoilement de quelque chose d’occulté. Il doit faire la vérité et démontrer l’existence d’un fait ou d’un événement.

Renaud Dulong (1998) définit le témoignage oculaire comme un récit autobiographique qui certifie d’un événement passé, que ce récit soit effectué dans des circonstances informelles ou formelles. C’est tout compte rendu certifié par l’expérience de son auteur. La certification se fait dans les écrits ou les propos testimoniaux par l’utilisation du pronom personnel « je », mais aussi par des références à des détails biographiques, attestant la réalité de la narration.

Je reprendrai à mon compte les distinctions étymologiques faites par Didier Fassin (2008). Il distingue deux figures du témoin. En...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatou Leïty Mbodj, « « On ne se dévêt pas devant n’importe qui » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 217 | 2015, mis en ligne le 31 mars 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/18039

Haut de page

Auteur

Fatou Leïty Mbodj

Espace et sociétés, Université d’Angers, Angers.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page