Navigation – Plan du site
études & essais

Les massacres de Diapé et de Makoundié (Côte-d'Ivoire, juin 1910)

Entre répression coloniale et violences interafricaines
The Diapé and Makoundié Massacres (Côte-d'Ivoire, June 1910). Between Colonial Repression and Inter-African Acts of Violence
Fabio Viti
p. 59-88

Résumés

En juin 1910, deux massacres de populations civiles désarmées eurent lieu à quelques jours de distance, dans les régions des Abbey et des Attié du sud-est de la Côte-d'Ivoire. Ces mêmes populations s'étaient insurgées quelques mois auparavant mais elles étaient désormais « pacifiées ». Dans ces massacres perpétrés de sang-froid, suivis d'actes de cruauté et sans qu'aucune menace ne soit portée contre les troupes coloniales, l'esprit de vengeance des officiers français et des Tirailleurs sénégalais apparaît nettement. Sur fond de justifications spécieuses, un contentieux s'ouvrira entre administrateurs civils et militaires, tandis que les archives demeureront muettes au sujet des protagonistes directs et des victimes de ces épisodes violents. Une enquête ethnographique menée sur un « terrain d'archives » et une lecture « à rebrousse-poil » de ces documents et de leurs silences permettent d'établir les faits et les discours qui accompagnent ces violences coloniales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le massacre de Diapé
Minimiser les faits
Un nouveau massacre : Makoundié
La révolte des Abbey et les « atrocités »
Les réactions coloniales
Le différend entre Lagarrue et Angoulvant s'envenime
Ce dont les archives peuvent parler

Aperçu du texte

« Un document recèle deux vérités au moins, dont la première est toujours insuffisante » (Didi-Huberman 2009 : 33).

La conquête coloniale et la résistance qu'elle a eu à contrer offrent un observatoire et un cadre d'analyse privilégiés sur les sociétés africaines aux prises avec des transformations rapides et imprévues. La richesse et la variété des sources d'archive à ce sujet permettent — y compris par leurs silences et omissions — un regard anthropologique rapproché, une observation au « ras du sol » des violences ainsi qu'une analyse du discours produit sur ces violences, de la guerre guerroyée et de la guerre d'écriture. À partir d'un « terrain d'archives », une véritable « ethnographie historique » devient alors possible, ayant comme objet la matérialité brute de la violence telle qu'elle transparaît derrière le masque policé de l'écriture administrative. La tâche que je me propose par ce « retour à l'archive, au document brut », au texte et au lexique des acteurs (Chartier 200...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabio Viti, « Les massacres de Diapé et de Makoundié (Côte-d'Ivoire, juin 1910) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 225 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20564

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Institut des mondes africains (IMAF), Aix-Marseille Université (AMU), Aix-en-Provence.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page