Navigation – Plan du site
études & essais

Les élites éthiopiennes formées en URSS et dans les pays du bloc socialiste : une visibilité éphémère ?

Ethiopian Elites Trained in the USSR and Socialist Countries: An Ephemeral Visibility?
Tassé Abye
p. 289-312

Résumés

Au regard du grand nombre d'anciens étudiants éthiopiens partis se former en URSS, dans d'autres pays du bloc de l'Est et à Cuba, on aurait pu s'attendre à ce qu'ils aient une influence durable sur l'organisation sociale et l'administration publique éthiopienne. Pourtant, selon les observations réalisées et une recherche préliminaire, les anciens étudiants d'URSS et des pays de l'Est semblent être devenus quasiment invisibles et très discrets en Éthiopie. L'envoi massif d'étudiants dans les pays de l'ancien bloc soviétique, en particulier durant le Derg, ne peut être compris sans prendre en compte la politique ancienne d'envoi des élites éthiopiennes vers des institutions étrangères, et surtout le mouvement étudiant, sa radicalisation, et sa scission en 1974. Mais l'engagement politique des anciens étudiants ne paraît pas avoir été directement lié à leur formation dans un pays de l'Est ou dans un pays occidental. De plus amples recherches sont nécessaires pour vérifier l'hypothèse proposée dans cet article selon laquelle les Éthiopiens formés à l'étranger ne sont guère parvenus à s'imposer ou à imposer leurs visions de manière durable sur la scène politique du pays, la domination de cette scène politique et de l'administration par des élites politiques formées principalement en Éthiopie ayant jusqu'à présent été forte.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les départs « massifs » d'étudiants vers l'urss, Cuba et les pays du bloc de l'Est
La politique d'envoi des élites éthiopiennes vers des institutions étrangères
Le mouvement étudiant et la scission : MEISON et PRPE
Le devenir des retournants des pays de l'ex-bloc soviétique
Ambivalence, fascination et rejet des élites formées à l'étranger
Le poids des élites intellectuelles « locales »

Aperçu du texte

Vingt-cinq ans après la fin du régime qui s'est défini plusieurs années durant comme « marxiste-léniniste », il semble que « toutes les traces visibles » de ce passé — monuments, statues, plaques de rues, portraits — aient été assez systématiquement effacées à Addis-Abeba, à l'exception de Tiglachin (Notre combat), l'obélisque à la mémoire des soldats cubains et éthiopiens ayant participé à la guerre de l'Ogaden, de l'ancienne salle de conférences Karl Marx ou encore du buste de Karl Marx devant le café Debab que d'ailleurs aucun étudiant de la faculté des sciences sociales toute proche ne paraît remarquer.

D'ailleurs la Russie, mais aussi les pays de l'Est, qui développent et entretiennent, depuis pourtant fort longtemps, des échanges avec l'Éthiopie, ne semblent pas ou plus faire rêver (il est à se demander si ces pays ont véritablement fait rêver les Éthiopiens). Ainsi, alors que les cafés et les restaurants des grandes artères, récemment ouverts par les « retournants » issus des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tassé Abye, « Les élites éthiopiennes formées en URSS et dans les pays du bloc socialiste : une visibilité éphémère ? », Cahiers d’études africaines [En ligne], 226 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20673

Haut de page

Auteur

Tassé Abye

Espaces dynamiques de sociétés, de cultures et des langues (EDSCL), Université des Comores, Moroni.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page