Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Un spectre hante l'Afrique, le spectre du communisme d'Albert T. Nzula !

A Spectre Haunts Africa, the Spectre of Albert Nzula's Communism!
Jean Copans
p. 433-444

Résumés

Cette chronique bibliographique présente la traduction en langue anglaise de l'ouvrage collectif rédigé par le premier Secrétaire général noir du Parti communiste d'Afrique du Sud, A. T. Nzula, et les deux premiers chercheurs africanistes soviétiques I. Potekhin et A. Zusmanovich, et publié en russe en 1933. Nous évoquons tout d'abord la vie professionnelle et militante d'A. T. Nzula en Afrique du Sud, puis en Russie où il se rend en 1931 ; il y décéde début 1934. Nous présentons ensuite une analyse et des commentaires de l'ouvrage, traduit sous le titre : Le travail forcé en Afrique coloniale. Il s'agit là de la première tentative marxiste et communiste d'analyse des mouvements sociaux et politiques africains coloniaux (nationalistes, réformistes et révolutionnaires) et notamment ceux d'Afrique du Sud.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Bien avant les venues estudiantines, universitaires et géopolitiques postcoloniales des années 1960, de nombreux militants et cadres communistes ou apparentés des pays coloniaux et du Tiers-monde, pour ne pas parler de « l'Orient » soviétique, avaient pris le chemin de Moscou pendant les vingt ans où le Komintern activa la révolution internationale (1920-1940). L'Afrique subsaharienne ne fut pas au premier rang de ces visites mais certains de ces invités furent symboliques à plus d'un titre. Ainsi en fut-il d'Albert T. Nzula, originaire d'Afrique du Sud, au tournant des années 1930.

Le 14 janvier 1934, Albert T. Nzula meurt de pneumonie dans un hôpital de Moscou, ramassé ivre mort quelques nuits auparavant dans l'une des rues de la capitale soviétique. Il aimait la vodka, disait-on, mais il était aussi, et surtout, le premier secrétaire noir du Parti communiste sud-africain, arrivé à Moscou depuis l'automne 1931, pour y suivre une formation de cadre au sein du Komintern (la iiie Int...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Copans, « Un spectre hante l'Afrique, le spectre du communisme d'Albert T. Nzula ! », Cahiers d’études africaines [En ligne], 226 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20746

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Centre Population et Développement (Ceped), Université René Descartes, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page