Navigation – Plan du site
études & essais

Malaise monumental, inconfort commémoratif

Zanzibar et sa Tour de la Révolution
Monumental Uneasiness, Commemorative Discomfort. Zanzibar and its Revolution Tower
Marie-Aude Fouéré
p. 583-618

Résumés

À Zanzibar, l’édification d’une Tour de la Révolution dans le quartier de Michenzani a été un élément central des commémorations du cinquantenaire de la Révolution de 1964. Massive, incontournable, cette Tour a provoqué le malaise, aussi bien chez certains fonctionnaires d’État que parmi les opposants au régime en place. Cet article vise à expliquer ce nouveau monumentalisme étatique en le situant par rapport à une monumentalité révolutionnaire délaissée et une rhétorique révolutionnaire, envahissante mais contestée, de la modernité. Il analyse les négociations portant sur les attributs formels et la localisation de la Tour entre plusieurs acteurs étatiques. Il rend aussi compte de protestations publiques pour mettre en lumière le fait que cette architecture de pouvoir, initialement conçue pour célébrer la nation et glorifier le régime, est, de façon ironique, l’indice d’une crise d’hégémonie du régime.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Cueillir les « fruits » de la Révolution
La Tour, monument d’État intentionnel
La Grande Révolution, mythe nationaliste
Restes et vestiges de la Révolution ?
Michenzani, topographie du pouvoir
Négocier l’ordre spatial
Gigantisme modernisateur
Ordre autoritaire et désordre bureaucratique
Contester l’architecture du pouvoir
Imperméabilité et fin d’hégémonie

Aperçu du texte

« Rien au monde de plus invisible [qu’un monument].
Nul doute pourtant, qu’on ne les élève pour qu’ils soient vus,
mieux pour qu’ils forcent l’attention ;
mais ils sont en même temps, pour ainsi dire, "imperméabilisés",
et l’attention coule sur eux comme l’eau sur un vêtement imprégné,
sans s’attarder un instant » (Musil 1965 : 78).

À Zanzibar, l’édification d’une Tour de la Révolution a été un élément central des commémorations du cinquantenaire de la Révolution de 1964. Ce monument s’inscrit dans un ensemble de rituels politiques organisés par l’État pour façonner et contrôler le roman national et, simultanément, maintenir sa légitimité à gouverner en s’affirmant l’héritier de l’événement historique que fut la Révolution. Promue en grand récit de la libération, la Révolution fut construite par le régime comme le mythe fondateur d’une nouvelle nation zanzibarite sortie du colonialisme, de l’esclavage, des injustices socioéconomiques et des divisions raciales. Non figurative, sans inscr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aude Fouéré, « Malaise monumental, inconfort commémoratif », Cahiers d’études africaines [En ligne], 227 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20830

Haut de page

Auteur

Marie-Aude Fouéré

Institut des mondes africains (IMAF), EHESS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page