Navigation – Plan du site
études & essais

Les cathédrales comme nouvelle politique monumentale des chrétiens d’Éthiopie

De la valorisation d’une mémoire nationale à l’affirmation de la fierté communautaire locale (1930-2012)
Cathedrals as the New Monumental Politics of Christians in Ethiopia: From National Memorialization to the Affirmation of Local Community Pride (1930-2012)
Stéphane Ancel
p. 641-670

Résumés

Depuis le début des années 2000, les villes et les campagnes éthiopiennes se couvrent de larges églises à plan basilical, à la taille monumentale. Lieux de culte des fidèles de l’Église orthodoxe täwahedo d’Éthiopie, ces énormes édifices sont appelés « cathédrales » par la population et sont constitués d’une large nef, d’une ou deux coupoles et d’une ou plusieurs tours, le tout bien loin du schéma des églises traditionnelles, circulaires ou rectangulaires, qui prévalait auparavant. Outre l’exposition des changements architecturaux radicaux que suppose un tel processus, cet article propose une analyse des racines politiques, religieuses et identitaires du phénomène. Ce dernier est né de la volonté du dernier roi des rois d’Éthiopie, Hailé Sélassié (1930-1974), d’édifier à partir des années 1930 des églises monumentales, chargées de commémorer le lien entre la famille royale régnante, la population éthiopienne et l’Église orthodoxe. Toutefois, cette politique prend fin avec la révolution de 1974. C’est alors que les fidèles eux-mêmes reprennent le concept d’église « monumentale » à leur compte, encouragés à prendre en main la destinée de leur paroisse par une large réforme de l’Église orthodoxe. La construction de cathédrale devient alors un phénomène impulsé par la base des chrétiens orthodoxes et non plus par une autorité ecclésiastique ou politique d’envergure nationale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Cathédrales en Éthiopie : une nouvelle architecture ?
Les églises de Hailé Sélassié : glorification dynastique, valorisation de la mémoire nationale et modernisme
« Cathédrale » : d’abord une nouvelle notion, royale et exclusive
Multiplication des « cathédrales » : l’appropriation par les communautés paroissiales

Aperçu du texte

Depuis le début des années 2000, les villes et les campagnes éthiopiennes se couvrent de vastes églises à plan basilical, à la taille monumentale. Lieux de culte des fidèles de l’Église orthodoxe täwahedo d’Éthiopie, ces énormes édifices sont appelés des « cathédrales » (« katédral » en amharique) par la population. Ils sont constitués d’une large nef, d’une ou deux coupoles et d’une ou plusieurs tours faisant office de clocher ou de lanterne. Les villes d’Addis-Abeba, Mäqälé, Addigrat ou Däbrä Marqos en accueillent désormais au moins une, et il est possible d’assister à l’érection, dans de simples villages, d’imposantes églises ayant les mêmes caractéristiques. Le paysage s’en trouve modifié : les églises marquent de leur empreinte le paysage urbain et rural, l’ombre de ces édifices se projette sur l’espace public, et l’espace sacré, dans sa définition chrétienne orthodoxe, est visible de loin et de tous, que l’on soit fidèle de l’orthodoxie, du protestantisme ou de l’islam.

Ce phén...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Ancel, « Les cathédrales comme nouvelle politique monumentale des chrétiens d’Éthiopie », Cahiers d’études africaines [En ligne], 227 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20851

Haut de page

Auteur

Stéphane Ancel

Centre d’études en sciences sociales du religieux, EHESS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page