Navigation – Plan du site
notes et documents

La Renaissance africaine, des idées à la pierre

L’infrastructure de Cheikh Anta Diop, la culture de Léopold Sédar Senghor et la sculpture d’Abdoulaye Wade
The African Renaissance: from Ideas to the Monument. The Infrastructure of Cheikh Anta Diop, the Culture of Léopold Sédar Senghor and the Sculpture of Abdoulaye Wade
Martin Mourre
p. 719-750

Résumés

Le monument de la Renaissance africaine inauguré en avril 2010 a suscité de nombreux commentaires dans l’espace public comme en sciences sociales. Cet article s’interroge autant sur les ensembles statutaires dans l’epace public dakarois que sur l’idée même de « renaissance » en historicisant ce concept à partir d’une relecture de textes de Léopold Sédar Senghor et de Cheikh Anta Diop, il s’agit d’en montrer les évolutions radicales que ce terme a subi lorsqu’il était utilisé par Abdoulaye Wade à la fin des années 2000.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Deux définitions épistémologiques et politiques de l’Afrique dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale
La langue du politique
S’assimiler ou s’émanciper ?
La question du passé collectif, de l’histoire et de la mémoire, hier et aujourd’hui au Sénégal
Résister
Du débat des réparations à celui de la Renaissance

Aperçu du texte

« Plus haut que la Statue de la Liberté » : c’est ainsi que de nombreux commentateurs ont qualifié le Monument de la Renaissance, ce gigantesque ensemble statuaire de bronze et de cuivre, haut de cinquante-trois mètres, au moment de son inauguration sur la presque-île du Cap-Vert, le 3 avril 2010 à la veille des fêtes du cinquantenaire de l’indépendance du Sénégal. En 2010, l’édification de cette statue fut vivement dénoncée. Elle provoqua l’ire des imams qui s’indignèrent de la tenue jugée trop courte du personnage féminin ainsi que celle d’intellectuelles sénégalaises féministes qui soulignèrent que le personnage féminin était relégué au second plan. Des polémiques surgirent quant à la paternité du monument. On dénonça son coût et on s’indigna du fait que le président Wade s’octroie 35 % des bénéfices, au titre de la propriété intellectuelle, sur les futurs droits d’entrée (De Jong & Foucher 2010 : 190). Mais pour les partisans du président, cette sculpture était censée symboliser...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Mourre, « La Renaissance africaine, des idées à la pierre », Cahiers d’études africaines [En ligne], 227 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20878

Haut de page

Auteur

Martin Mourre

Institut historique allemand (IHA) ; Centre de recherche sur les politiques sociales (CREPOS), Dakar (Sénégal).

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page