Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Lagny, Frédérique & Forero, Marcos Avila. — L’histoire n’attend pas, extensions de l’histoire des peuples

Paul-Emmanuel Odin
p. 771-774
Référence(s) :

Lagny, Frédérique & Forero, Marcos Avila. — L’histoire n’attend pas, extensions de l’histoire des peuples. Exposition, Printemps de l’art contemporain, la compagnie, lieu de création. Marseille, du 24 au 17 juillet 2017.

Texte intégral

1À l’occasion du Printemps de l’art contemporain 2017 (du 24 juin au 17 juillet) à Marseille, la compagnie, lieu de création13 présente L’histoire n’attend pas, extensions de l’histoire des peuples, une exposition qui réunit Marcos Avila Forero et Frédérique Lagny, deux artistes pour qui l’esthétique et le sens des luttes sont inséparables et qui touchent dans leurs travaux ce point d’inflexion où l’histoire est en mouvement ou en action. Nous voilà deux fois projetés dans le contexte direct des lieux où s’écrit l’histoire. Nous voilà dans l’image de l’image où des intrications subtiles s’ouvrent aux perspectives : Marcos Avila Forero14 transforme la maison de paysans colombiens en sténopé photographique qui enregistre le paysage, par un geste redoutable et précis de retournement de la vision. Frédérique Lagny15, quant à elle, donne une densité et un éclat de vive émotion à l’histoire contemporaine du Burkina Faso à travers le recensement des monuments du pays, de la Révolution sankariste (1983-1987) à la période de la Transition (2015) après que l’insurrection populaire d’octobre 2014 fit basculer le régime autocratique et corrompu de Blaise Compaoré. Dans une suite flamboyante de sérigraphies, la trame noire volontairement grossie sous l’effet du processus sérigraphique de ses photographies vibre sur des aplats aux couleurs du drapeau burkinabé (rouge, jaune, vert). Aux côtés de ses sérigraphies, Frédérique Lagny affiche sur trois mètres de haut et six mètres de long le discours de Thomas Sankara prononcé à la 39e session de l’ONU en 1984. L’élan révolutionnaire du discours qui se clôt par une citation du poète Novalis trouve son expression romantique dans un formidable renversement du temps et un renouveau prodigieux16. C’est précisément une phrase de Novalis tirée de ses Fragments qui va introduire le travail de Marcos Avila Forero et de Frédérique Lagny : « Nous sommes près du réveil quand nous rêvons que nous rêvons. »

  • 17 Voir également l’illustration de couverture de ce numéro qui appartient à cette série de F. Lagny.
  • 18 MANIFESTE a reçu le soutien du CNAP (image/mouvement) de la FNAGP, de la Ville de Marseille, de la (...)
  • 19 Dix sérigraphies, 8 formats 80 x 120 cm, 2 formats 110 x 160 (édition 3 + 2 EA), 2017.

2C’est autour du geste plastique et conceptuel de Frédérique Lagny que nous souhaitons nous attarder ici. La série Ordre et désordre consacrée aux monuments du Burkina Faso17 s’inscrit à l’intérieur d’un projet plus large — MANIFESTE18 (2013-2018) — qui traite de l’engagement des artistes burkinabè dans la vie politique de leur pays et renvoie aux préoccupations universelles de la conquête des droits et des libertés. Le rapport qu’entretiennent musique et poésie engagées dans les cultures urbaines d’Afrique de l’Ouest est le fil conducteur du projet qui se déploie sous forme d’une installation vidéo La dernière trompette (en cours) et d’un film DJAMA MOUROUTI LA - La colère du peuple (2016, 49 min., Burkina Faso-France). La série Ordre et désordre19 se situe à l’intersection de ces deux propositions en apportant un éclairage supplémentaire sur l’histoire contemporaine du pays.

3Pourquoi la couleur met-elle en vibration l’image d’un monument où justement l’esthétique est en quelque sorte complètement assujettie à un discours idéologique, à sa mise en forme ?

4Ce rapport entre la forme plastique et le discours est au centre d’une histoire où l’art aurait été attaqué dans son ontologie du fait qu’il porte un sens en trop (qui n’appartient pas à son champ). Andreï Jdanov, secrétaire du Comité central chargé du domaine culturel de Staline, est ainsi célèbre pour sa conception rigide de l’art conçu comme réalisme socialiste, un art célébrant la révolution socialiste d’une façon positive et univoque, et toute la critique actuelle s’est longtemps attardé pour dénoncer cette posture et ses conséquences aseptisantes. Les monuments récents du Burkina Faso, en tant qu’ils sont marqués par la révolution de Thomas Sankara et à cause de leur style académique et pompeux, pourraient être lus comme une survivance de cette esthétique rigide, avec ce que cela comporte de stérilité pour l’imaginaire. Mais ils peuvent aussi nous étonner, nous surprendre par l’audace de symboles qui sont, avant tout, ceux d’une révolution pas comme les autres, celle de Sankara justement, lequel, intellectuel subtil, cite par exemple Novalis, un poète romantique conceptuel, à la fin de son discours à l’ONU. Il faut précisément saisir cette vivacité complexe, même s’il y a une lourdeur apparente des formes. Puisque le questionnement porte sur le cadre politique et esthétique, nous sommes plus près ici du commissaire du peuple à du Peuple à l’Instruction publique de Lénine, Anatoli Lounatcharski, plutôt que de Jdanov, car Lounatcharski défendait un art ouvert et libre, la « culture prolétarienne », sans contraintes idéologiques.

5Frédérique Lagny revient donc sur la représentation qui accompagne une révolution, notamment avec la Place du Paysan, la Place des Cinéastes, la Bataille du rail, la Flèche du 2 octobre. Et il y a là un jeu cocasse de distorsion en quelque sorte dès l’origine de la révolution, et ce n’est pas la remettre en cause que de percevoir cet excès qui est en somme propre à la représentation : les couleurs des sérigraphies semblent justement pousser cet excès du côté d’une intensité ou d’une immensité abstraite. Mais du côté du récit et de l’histoire de chaque monument, le projet abstrait est rattrapé par le concret : la sculpture du paysan était, par exemple, trop courbée et il a fallu refondre la sculpture et redresser son buste au dernier moment avant la venue de Sankara.

6Puis on perçoit le moment où l’image de la révolution se trouve piégée dans une sur-représentation d’elle-même, dans la période post-révolutionnaire (le Monument aux Héros nationaux, Blaise et Kadhafi, le Mémorial aux Martyrs ou Monument du Pardon, le Monument du Cinquantenaire…). Et tout fait signe dans une raideur qui réfléchit la violence de ce qui s’est opposé au processus révolutionnaire. Le contexte, le paysage, peut aussi faire émerger un sens dérisoire et nécessaire qui rompt la prétention formelle ou réactionnaire du discours de ces monuments : les chèvres en dessous des chevaux glorieux élancés vers le ciel autour du Monument du Cinquantenaire, ce n’est pas seulement l’animal familier en dessous de l’animal noble, c’est le peuple qui vient se rappeler à la mémoire de ceux qui l’ont déjà oublié. De la part de Frédérique Lagny, le réel est là avec toutes ses contradictions et ironies, tous ces bouts de choses, qui ne sont pas parfaits. Et c’est bien depuis une posture non neutre (assurément très pro-Sankara) que cet humour peut éclater.

  • 20 Place des cinéastes, Ouagadougou – Rond-point de la femme, Bobo-Dioulasso – Blaise et Kadhafi, Bob (...)

7C’est dans un jeu de zoom arrière que se dévoile tout le contre-champ du discours mémoriel introduit par les courts textes imprimés au recto des douze cartes postales20 (en distribution libre) éditées à l’occasion de cette exposition. Les soubresauts d’une histoire toute fraîche, l’actualité des revendications populaires, sont rendus lisibles par Frédérique Lagny.

8La liberté n’éclate toujours que provisoirement, mais c’est chaque fois comme un geste éternel et brut qui agite un fragment de réel en plus. Les rouages et les strates de l’histoire s’entremêlent. Ces œuvres regardent en nous autre chose que nous, qui est de l’ordre du dehors et de l’inconscient. À la suite de Novalis, nous pouvons dire : pour être politique il ne suffit pas de rêver, il faut encore rêver que l’on rêve.

Haut de page

Notes

13 Voir http://la-compagnie.org.

14 Né en 1983, vit et travaille en France, à Paris, et en Colombie, voir http://www.galeriedohyanglee.com/marcos-avila-forero.

15 Née en 1965, vit et travaille en France, à Marseille, et au Burkina Faso, www.documentsdartistes.org/lagny.

16 « Bientôt les astres reviendront visiter la terre d’où ils se sont éloignés pendant nos temps obscurs ; le soleil déposera son spectre sévère, redeviendra étoile parmi les étoiles, toutes les races du monde se rassembleront à nouveau, après une longue séparation, les vieilles familles orphelines se retrouveront et chaque jour verra de nouvelles retrouvailles, de nouveaux embrassements ; alors les habitants du temps jadis reviendront vers la terre, en chaque tombe se réveillera la cendre éteinte, partout brûleront à nouveau les flammes de la vie, les vieilles demeures seront rebâties, les temps anciens se renouvelleront et l’histoire sera le rêve d’un présent à l’étendue infinie. » Pour son discours intégral, voir : http://thomassankara.net/wp-content/uploads/2007/02/Discours-de-Sankara-devant-l%E2%80%99assembl%C3%A9e-g%C3%A9n%C3%A9rale-de-l%E2%80%99ONU-le-4-octobre-1984.pdf.

17 Voir également l’illustration de couverture de ce numéro qui appartient à cette série de F. Lagny.

18 MANIFESTE a reçu le soutien du CNAP (image/mouvement) de la FNAGP, de la Ville de Marseille, de la DRAC PACA, de la Région PACA et de Mécènes du Sud.

19 Dix sérigraphies, 8 formats 80 x 120 cm, 2 formats 110 x 160 (édition 3 + 2 EA), 2017.

20 Place des cinéastes, Ouagadougou – Rond-point de la femme, Bobo-Dioulasso – Blaise et Kadhafi, Bobo-Dioulasso – Flèche du 2 octobre, Ouagadougou – Mémorial aux Martyrs, dit Monument du Pardon, Ouagadougou – Stèle du Flambeau de la Révolution, Ouagadougou – Place du Paysan, Bobo-Dioulasso – La bataille du rail, Ouagadougou – Rond-point des Nations Unies, Ouagadougou – La Maison du Peuple, Ouagadougou – Monument du Cinquantenaire, Bobo-Dioulasso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Emmanuel Odin, « Lagny, Frédérique & Forero, Marcos Avila. — L’histoire n’attend pas, extensions de l’histoire des peuples », Cahiers d’études africaines [En ligne], 227 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20912

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page