Navigation – Plan du site

Lignes de force et traits de fuite d’un père fondateur

Eloi Ficquet et Benoit Hazard
p. 795-807

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Quand les dynamiques s’immiscent dans les structures
Les « relations de dépendance » entre Annales et études africaines
Dynamiques du florilège

Aperçu du texte

J’ai pris la contre-allée
Je me suis emporté
Transporté
(Alain Bashung, « Aucun Express », 1998).

Un grand homme se définit par l’importance de ses œuvres, la force et la constance de ses engagements. En anglais, la notion anthropologique de « big man », conçue à partir des sociétés océaniennes, s’est largement diffusée hors du périmètre anglophone pour renvoyer à la notion d’un chef de clan, point de référence et arbitre d’un réseau de relations sociales, contrôleur général d’un circuit de captation et de redistribution de ressources. Ce grand monsieur qu’était Georges Balandier relève assurément de l’un et l’autre de ces qualificatifs, sans se laisser enfermer néanmoins dans la stature d’un commandeur ou d’un chef de file, car l’homme était farouchement indépendant, revendiquant sa liberté avant toute chose. S’il fut un chercheur inventif, un entrepreneur scientifique efficace, un enseignant ayant dirigé de nombreux et excellents travaux, il n’était pas de ces penseurs voulant faire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloi Ficquet et Benoit Hazard, « Lignes de force et traits de fuite d’un père fondateur », Cahiers d’études africaines [En ligne], 228 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21524

Haut de page

Auteurs

Eloi Ficquet

Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), EHESS, Paris.

Du même auteur

Benoit Hazard

Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC), CNRS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page