Navigation – Plan du site
études & essais

Enquêter en « situation coloniale »

Politique de la population, gouvernementalité modernisatrice et « sociologie engagée » en Afrique équatoriale française
Inquiries in “Colonial Situation.” Population Policy, Modernizing Governmentality, and “Engaged” Sociology in Late Colonial French Africa
Benoît de L’Estoile
p. 863-919

Résumés

S’appuyant sur les archives de l’administration coloniale de l’Afrique équatoriale française, l’article inscrit la production de savoirs par les chercheurs en sciences sociales dans la lignée d’efforts de mise en ordre — à la fois cognitive et politique — de la réalité africaine par les administrations coloniales et dans la lignée d’enquêtes sur les populations indigènes. Il éclaire les liens entre l’émergence après 1945 de nouveaux objets d’enquêtes, sur la politique, le changement social ou les villes, et la mise en place de nouveaux programmes de développement, associés à une nouvelle gouvernementalité coloniale. Ainsi, les enquêtes sociologiques sur les Fang sont associées à des projets de création de nouveaux villages, répondant aux préoccupations de l’administration de mettre en place une « politique de la population ». Cette reconstruction apporte ainsi une lumière complémentaire sur la genèse de la notion de « situation coloniale » proposée par Georges Balandier, en resituant le parcours singulier de son auteur au sein de la trajectoire collective des chercheurs des instituts français de recherche coloniale en Afrique. Ainsi, l’émergence d’une nouvelle sous-discipline, la « sociologie des peuples dépendants » ou « sociologie dynamique » apparaît un temps possible.

Haut de page

Notes de l'auteur

Une première version de ce texte a été présentée sous le titre « L’anthropologie en action : situation coloniale et révolution scientifique » au colloque « Transatlantic Perspectives on the Colonial Situation » du 27 au 28 avril 2001, à l’Université de New York (NYU). Je remercie pour leur relecture de versions antérieures de ce texte M.-E. Humery, E. Saada, J. Copans et S. Beaud.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Enquêtes sur la population indigène en AEF : des « recherches ethnologiques » à la « sociologie appliquée »
La « sociologie engagée » face à la « crise gabonaise » : diagnostic et projets de modernisation
Crise politico-religieuse et enquêtes urbaines au Moyen-Congo
Une nouvelle discipline ? De la critique de l’ethnologie africaniste à la sociologie actuelle de l’Afrique noire
Du Moyen-Congo à la Sorbonne : montée en généralité et carrière scientifique

Aperçu du texte

Cet après-guerre […] annonce une phase technicienne de la colonisation, faisant suite à la phase politico-administrative (Balandier 1951a : 44).L’orientation que nous avons adoptée pour établir le programme de nos recherches : le besoin de se consacrer à une sociologie de l’actuel, du mouvant, du vivant, plutôt qu’à une ethnologie tournée vers le passé, l’accompli, le figé (Balandier & Pauvert 1952 : 5).

Dans son célèbre article « La situation coloniale : approche théorique », Georges Balandier (1951a) proposait à la fois une notion nouvelle, celle de « situation coloniale », qui implique une prise en compte de l’historicité des sociétés étudiées, et une redéfinition de la discipline anthropologique, en tant que sociologie orientée vers l’étude des problèmes « actuels ». Balandier invitait à prendre en compte le fait que la production de savoir sur les sociétés colonisées est nécessairement dépendante des conditions historiques et sociales dans lesquelles elle se produit, et plaidait...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît de L’Estoile, « Enquêter en « situation coloniale » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 228 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21565

Haut de page

Auteur

Benoît de L’Estoile

Centre Maurice Halbwachs, CNRS, École normale supérieure, PSL Research University.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page