Navigation – Plan du site
études & essais

L’art de la dérobade

Innovations rituelles et pouvoir colonial en Afrique centrale
The Art of Evasion. Ritual Innovations and Colonial Power in Central Africa
Julien Bonhomme
p. 951-972

Résumés

Cet article examine la notion de « dérobade » proposée par Georges Balandier pour penser les dynamiques rituelles et religieuses de l’Afrique de la première moitié du xxe siècle dans le cadre plus général de la « situation coloniale ». Dans de nombreux mouvements religieux, la résistance à la domination coloniale ne s’exprime en effet que de manière indirecte ou cachée. Cette insistance sur la part dérobée de la vie sociale fait de Balandier un précurseur des études subalternes sur les « arts de la résistance ». À partir d’une étude de cas concernant le Gabon et le Congo français, l’article souligne l’ambivalence des rapports entre ces nouveaux rituels et le pouvoir colonial.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Georges Balandier est sans conteste l’un des anthropologues qui a le mieux contribué à mettre en lumière les liens entre religion et politique en montrant que les prophétismes, messianismes, millénarismes et autres mouvements de lutte contre la sorcellerie qui ont essaimé en Afrique centrale au cours de la première moitié du xxe siècle ne pouvaient être compris en dehors des rapports de domination entre société colonisatrice et société colonisée qui définissent la « situation coloniale » (Balandier 1951). Selon ses propres dires, son intérêt pour ce type de faits religieux s’inscrivait en rupture avec l’ethnologie griaulienne, mais aussi avec le structuralisme lévi-straussien, qui jugeaient tous deux qu’il s’agissait de phénomènes culturels « impurs » et « dégradés » (Balandier 1995 : 34-35). L’influence de Max Gluckman sur l’anthropologie dynamique de Balandier est bien connue (Copans 2001). Cependant, dans le domaine de l’étude des rituels, son travail apparaît davantage novateur ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bonhomme, « L’art de la dérobade », Cahiers d’études africaines [En ligne], 228 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21611

Haut de page

Auteur

Julien Bonhomme

Laboratoire d’Anthropologie sociale (LAS), ENS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page