Navigation – Plan du site
études & essais

Georges Balandier et « les enfants de Tchernobyl »

Que faire de sa transmission ?
Georges Balandier and “the Children of Chernobyl”. What to do with his Heritage?
Mélissa Elbez
p. 1035-1078

Résumés

Dans cet article, j’invite à repenser plusieurs dimensions de l’œuvre de Georges Balandier. Tout en interrogeant les modalités de sa transmission sur deux générations, je m’efforce de montrer que ses réflexions sur les implications des nouvelles technologies et de la mondialisation sont non seulement heuristiques, mais qu’elles se situent dans la continuité de son œuvre africaniste. De fait, j’invite à considérer son désengagement africaniste comme un engagement politique. En outre, je m’attache à mettre en exergue la centralité de la question du « futur » dans son anthropologie — qui me semble mériter toute notre attention —, et je souligne l’intérêt que Balandier portait aux trajectoires individuelles. Enfin, je révèle le lien d’interdépendance logique qu’entretient sa proposition d’anthropologie politique avec ces deux éléments.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Georges Balandier et « les enfants de Tchernobyl » : Genèse de la crise de sens et méandres intergénérationnels
Le désengagement africaniste comme engagement politique : se penser ensemble
Anthropologues et prophètes : décrypteurs d’avenirs, déceleurs de marges de manœuvre
Un monde post-politique ? L’individu comme clé du mouvement historique
Un rapport ambivalent à la mémoire : la liberté peut-elle faire l’objet d’une transmission ?

Aperçu du texte

Nous n’avons pas d’identité, nous sommes ceux qui viennent après (Anonymes 2006 : 17).

Georges Balandier est surtout connu en tant que fondateur de l’anthropologie politique et pour ses travaux africanistes. Pourtant, il a consacré toute la seconde partie de sa carrière à l’exploration des implications sociales, politiques et existentielles des nouvelles technologies et de la mondialisation. Dans cet article, j’invite à examiner différents aspects de la réflexion qu’il a développée sur le monde postindustriel, postcolonial ou surmoderne, et je me propose de le faire depuis mon point de vue de doctorante en anthropologie sociale, non africaniste et néanmoins lectrice assidue de Balandier, enfant de baby-boomers dont la naissance a suivi de près la catastrophe de Tchernobyl, méditerranéenne des deux bords, parisianisée et longtemps partie voir ailleurs au Mexique. J’espère ainsi contribuer à la discussion sur l’héritage que Balandier a laissé aux nouvelles générations d’étudiants et de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélissa Elbez, « Georges Balandier et « les enfants de Tchernobyl » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 228 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21641

Haut de page

Auteur

Mélissa Elbez

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS), EHESS, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page